Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Joseph-Guy Ropartz

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Dim 9 Mar 2014 - 14:47

DavidLeMarrec a écrit:
Golisande a écrit:
Au fait, et Tournemire ? J'ai pas mal souffert avec les 2e, 6e et 7e, en revanche la 4e et surtout la 5e (1 et 2) m'ont semblé vraiment pas mal.
Il me paraît moins important, plus traditionnel. Mais effectivement, la Sixième est l'une des plus belles de l'époque, justement parce que ça ne ressemble pas vraiment à une symphonie : on est complètement dans le registre de l'Æneas de Roussel.

Ben justement...  Embarassed La Sixième (si c'est bien celle avec les chœurs) m'a beaucoup ennuyé, ainsi que la 2e et l'interminable 7e - à un tel point que je n'ai même pas du tout envie de réessayer...
Je ne connais pas Æneas de Roussel, mais j'ai pensé à une espèce de 8e de Mahler mâtinée de Caplet brucknérisé  Mr. Green , ultra-bavarde et à l'harmonie erratique (saturée de modulations tourmentées et sans direction, de chromatisme et de gammes par tons donnant une impression de remplissage). J'ai trouvé la 2e assez mahlérienne aussi (un Mahler franco-anglais "celtisant", mais surtout chiant); quant à la 7e, rien ne m'a vraiment happé à l'exception des dernières minutes de la Danse médiévale - ce qui fait assez peu sur une heure et demie de musique.

En revanche la 4e m'a nettement plus séduit, et surtout les deux premiers mouvements de la 5e qui sont vraiment magnifiques; mais comme cette dernière est la seule que j'aie écouté plus d'une fois, que par ailleurs j'ai avalé vraiment beaucoup de musique en deux semaines (pour moi) (d'où saturation possible) (d'ailleurs je n'avais pas de connexion internet, ce qui explique mon absence du forum), comme enfin ces 6e et 7e semblé m'ont malgré tout contenir de la substance, je suis peut-être passé à côté de quelque chose...
En tout cas, ces symphonies (sauf les 4 et 5, et je n'ai pas écouté les 1 et 3) m'ont quand même paru globalement assez bavardes et peu originales, sinon même prétentieuses par moments... Ce qui (histoire de rattraper in extremis le fil du sujet) est l'opposé exact de l'effet produit par la musique de Ropartz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jof
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3541
Date d'inscription : 02/05/2014

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Ven 30 Mai 2014 - 10:30

Le Requiem est en effet très beau (pourtant, je n'aime pas trop les oeuvres vocales sacrées où ça reste globalement calme et méditatif Mr. Green ) et je ne me suis pas ennuyé !
Je garde moi aussi un bon souvenir de la Symphonie n° 3, à réessayer.

Ropartz est aussi connu chez les organistes pour un assez célèbre Prélude funèbre : un tube, bien que moins connu que le Prélude de Pierné.
J'ai été surpris de voir qu'une intégrale de l'oeuvre pour orgue de Ropartz avait été enregistrée ! (désolé, je n'ai pas trouvé comment on insère une image...)
C'est joué par Jean-Pierre Lecaudey au Cavaillé-Coll de St-Ouen à Rouenet et ça dure tout de même 2 heures.
C'est assez représentatif de la musique de Ropartz : un chant avec un accompagnement, le tout souvent en jeux de fonds (bien qu'on trouve évidemment des pleins-jeux).
Il y a deux séries de pièces diverses, trois méditations, une Introduction et Allegro moderato (qui utilise les pleins-jeux), et des Versets du commun des Saints.

Ca reste généralement assez sage, dans un élan post-romantique oscillant entre des passages sombres (Fantaisie, Prière pour les trépassés) et des morceaux plus doux (Méditations).

Il y a quand même des choses qui valent vraiment le détour pour les intéressés, comme la Fugue en mi mineur, le Prélude funèbre, l'Introduction et allegro ou la Fantaisie, ou les Versets. Ceux qui n'aiment pas l'orgue romantique peuvent passer leur chemin  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 724
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Ven 16 Jan 2015 - 22:24

bonsoir amis de la musique classique, je suis sur youtube et j'écoute 

watch?v=6G0qKnJU_ps

LE PAYS de Guy Ropartz. 22 juin 1964 ..ortf paris

Kate: Micheline Grancher, Tual: Jean Mollien, Jorgen: René Bianco
Orchestre Radio Lyrique de l’ORTF
Direction Pierre Michel Lecomte.

connaissez-vous ces chanteurs ? Micheline Grancher, Jean Mollien, René Bianco
merci, sinon c'est pas trop mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Sam 17 Jan 2015 - 13:24

hommepiano a écrit:
connaissez-vous ces chanteurs ? Micheline Grancher, Jean Mollien, René Bianco

Grancher, une très grande (elle a fait aussi bien Mélisande que Guilhen). Mollien et Bianco sont très bons aussi.


Citation :
merci, sinon c'est pas trop mal.

C'est carrément un bijou, une sorte de Tristan français… mais l'intérêt étant surtout orchestral, il y a plus recommandable que la captation d'époque de la RTF pour en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Prosopopus
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 121
Age : 34
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Sam 24 Fév 2018 - 22:44

Ce Requiem drunken I love you drunken

Pour l'instant j'en suis resté à la musique de chambre de Ropartz (et à un lointain souvenir d'un concert de mélodies subi à 12 ans) qui est très agréable mais rien qui me préparait à ce Requiem.

Je suis généralement assez client des Requiem mais entre ma défiance face aux voix, l'extrême longueur des Verdi ou Dvorak qui n'en finissent plus de finir, la subtilité un brin monotone du Fauré, il y a toujours des éléments qui m'empêchent d'en trouver un me convenant parfaitement, même si j'ai un faible pour celui de Schumann. Mais là, celui-ci est superbe. J'aime beaucoup le fait que le choeur soit l'élément central, ce qui renforce la beauté des effets de l'orchestre lorsqu'il passe au premier plan : les attaques de cordes soutenues par les bois du Kyrie, les envolées instrumentales lors de l'Agnus Dei.
Et surtout j'aime beaucoup le traitement du chant, ce choeur céleste annonçant (presque) Arvo Part, toujours en suspension, et les envolées solo, parcimonieuses, me semblent aussi très bien gérées, d'autant que la chanteuse de l' (unique) version de Piquemal, Catherine Dubosc me plait beaucoup, notamment par l'absence d'effets dans sa voix, ce chant assez naturel. C'est sinon assez triste de se dire qu'une telle oeuvre n'a qu'une seule version enregistrée connue, mais il faut aussi avouer que celle-ci est très bonne, malgré l'aspect résolument amateur du projet c'est une belle réussite.

Et pour finir je remercie chaleureusement David Le Marrec d'avoir fait la réclame de ce Requiem qui devient mon Requiem favori et une oeuvre phare de mon panthéon personnel...
Par contre je trouve dommage de le réduire à son influence Fauréenne tant tout me semble plus réussi chez Ropartz, moins cérébral et mécanique. De là à dire que c'est l'avantage de la musique d'église écrite par un véritable esprit fervent sur celle d'un agnostique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5752
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Sam 24 Fév 2018 - 23:06

Prosopopus a écrit:
malgré l'aspect résolument amateur du projet c'est une belle réussite.
Tu parles du disque de Piquemal? Oui, enfin, le projet du chœur Vittoria à l'époque où ce disque était réalisé, c'était plus précisément de faire travailler ensemble des amateurs et des pros, avec quelques grands noms qui venaient accompagner pour un projet, quasi bénévolement (peut-être pas pour les séances d'enregistrement mais pour les ateliers-répétitions); ici Catherine Dubosc, Le Texier, Houbart...

En effet, l'œuvre et le disque sont magnifiques de ferveur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Sam 24 Fév 2018 - 23:23

Je ne connais pas ce Requiem, mais je vais devoir y remédier car je suis très sensible à la musique de Ropartz (le Pays et les Odelettes en particulier), et aussi d'une certaine façon au Requiem de Fauré (même si, comme souvent avec ce compositeur, j'ai du mal à en écouter plus de dix minutes sans m'ennuyer)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prosopopus
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 121
Age : 34
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Dim 25 Fév 2018 - 1:16

Il est très court en plus, on sent que Ropartz cherche à aller à l'essentiel du Requiem, de mettre le texte au centre, de limiter les digressions. ça me semble effectivement une oeuvre centrale chez Ropartz, il ne faut pas hésiter à se lancer.
Le lien avec Fauré n'est pas si évident je trouve, en dehors d'un aspect apaisé, transformant le Dies irae traditionnel pour n'en garder que le Pie Jesu. Il y a un côté beaucoup plus lancinant chez Fauré, une science plus mélodique dans le traitement vocal, notamment dans le Piu Jesu central à Fauré, aussi porté par la soliste chez Ropartz mais de façon beaucoup moins tubesque. Le choeur est plus chantant chez Fauré, moins construit sur des harmonies comme chez Ropartz. L'ensemble instrumental est plus imposant chez Fauré, plus écrit finalement semble-t-il (puis il y a cet orgue superfétatoire) (puis on s'ennuie un peu effectivement).
A la rigueur le Requiem de Duruflé semble plus proche de celui de Fauré (malgré le petit côté moyenâgeux du Duruflé) (je le trouve assez atroce le Duruflé en vrai, j'ai l'impression d'écouter ces groupes new age qui font de temps en temps des apparitions en tête de gondole).

Dans le livret du disque de Piquemal du Requiem de Ropartz le commentateur, Gérard Condé ("22, vla Gérard", ce pauvre garçon a dû avoir une enfance difficile), rappelle cette influence de Fauré mais ajoute qu'il serait plus évident d'y voir une influence de celui de Berlioz, ce qui me semble dans le fond à l'opposé même du projet de Ropartz mais j'avoue avoir trop peu de souvenir du Berlioz pour juger de cette prétendue influence.


Benedictus a écrit:
Prosopopus a écrit:
malgré l'aspect résolument amateur du projet c'est une belle réussite.
Tu parles du disque de Piquemal? Oui, enfin, le projet du chœur Vittoria à l'époque où ce disque était réalisé, c'était plus précisément de faire travailler ensemble des amateurs et des pros, avec quelques grands noms qui venaient accompagner pour un projet, quasi bénévolement (peut-être pas pour les séances d'enregistrement mais pour les ateliers-répétitions); ici Catherine Dubosc, Le Texier, Houbart...

En effet, l'œuvre et le disque sont magnifiques de ferveur.

Oui, je parlais du disque de Piquemal mais le mot "amateur" est mal choisi je crois. En fait je trouve qu'on entend parfois que le projet est modeste (manque d'ampleur du son, quelques ratés) mais sans que ça empiète sur la réussite d'ensemble du disque, surtout pour ce qui s'avère être la seule version discographique de l'oeuvre.
Je ne connaissais pas du tout ce choeur et juste Piquemal de nom, merci des infos, le disque donne vraiment envie de se pencher sur leurs autres réalisations, d'autant que la Messe brève "en l'honneur de Saint-Anne" en complément du Requiem, sans atteindre les mêmes cimes, est très plaisante.

Je suis vraiment assez touché par la voix de Catherine Dubosc sur ce disque, c'est vraiment rare qu'une voix solo me touche en classique. Je n'arrive pas à discerner si tout est imputable à la partition de Ropartz où si une part revient à la chanteuse mais je me demandais si ça valait le coup d'aller voir du côté d'autres de ses participations. Je ne connais pas du tout sa réputation ou son répertoire par contre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Dim 25 Fév 2018 - 1:31

Apparemment, cette œuvre a tout pour me combler... bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Lun 26 Fév 2018 - 21:59

Voilà qui est vraiment chouette ! Very Happy

Ça a longtemps été mon Requiem doudou aussi. bounce Cette douce lumière, sans la simplicité très nue de Fauré… I love you

Et puis j'ai rencontré Mélomaniac, et maintenant ce seraient plutôt Dvořák et Verdi. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29737
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Lun 26 Fév 2018 - 22:02

Un peu comme celui de Duruflé alors ?

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29737
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Lun 26 Fév 2018 - 22:13

J'écoute : watch?v=ATK_B2sHYzQ

Je dois dire que l'ambiance qui s'en dégage est enchanteresse (et plus que ça même) !

C'est même sublimissime.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Lun 26 Fév 2018 - 23:30

Cololi a écrit:
Un peu comme celui de Duruflé alors ?

En beaucoup plus varié et profond, alors. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   Jeu 26 Avr 2018 - 0:32

J'ai écouté le Requiem une seule fois, dans de mauvaises conditions et l'esprit accaparé par autre chose : du coup je n'en ai pas retenu grand-chose (pas d'impression forte en tout cas), mais je compte bien le réécouter sous peu.

Pour l'heure j'écoute la 2e sonate pour violon et piano, qui me fait un bien fou... Very Happy 
C'est frais et aérien, mais absolument pas gentillet, pauvre ou simpliste : comme d'habitude avec ce compositeur, j'ai l'impression d'une grande richesse d'inspiration et de vocabulaire, alliée à une absence d'ostentation, à une certaine humilité dans l'expression - un postromantisme foisonnant dans son langage mais sobre dans son propos, si vous voyez ce que je veux dire...
Le seul petit bémol que je pourrais apporter à mon enthousiasme est la relative abondance de thèmes d'inspiration populaire sautillante, pour lesquels je n'ai pas un goût particulièrement marqué.
Pour moi il n'y a pas grand rapport avec Franck, ni avec Fauré : sans être d'une singularité ébouriffante (on est dans un univers sonore assez familier, grosso modo partagé par un grand nombre de compositeurs - contrairement à Koechlin par exemple...), Ropartz parle un langage bien à lui - riche mais pas lourd, plutôt clair sans être guilleret.

Même constat pour la 2e sonate pour violoncelle et piano, avec un côté plus sombrement romantique - sans pour autant ressembler à du Franck ni à du Chausson (c'est plus mouvant, moins grave dans l'expression)... On pourrait invoquer Fauré - à cause du mouvement perpétuel de la partie de piano dans les mouvements extrêmes, et du fondu-enchaîné harmonique tout aussi perpétuel - mais c'est moins fuyant et insaisissable (j'hésite à dire plus humain, moins mécanique...), avec par ailleurs des couleurs debussystes extrêmement bienvenues (je ne parle pas des Sonates de Debussy, que je n'adore pas, mais de Debussy en général).
Le final n'échappe pas à l'inévitable thème populaire, mais ici ça ne me gêne presque pas...

Coup de cœur plutôt plus marqué pour cette sonate que pour celle pour violon, mais les deux sont de bien belles découvertes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Joseph-Guy Ropartz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Joseph-Guy Ropartz
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Joseph-Guy Ropartz (1864-1995)
» Joseph-Guy Ropartz
» Joseph Haydn-Symphonies
» Joseph Martin KRAUS (1756-1792)
» Joseph Haydn -Messes et pièces sacrées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: