Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mozart - Les Noces de Figaro

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6866
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 2 Mar 2014 - 19:31

Globalement ces deux enregistrements de Cosi et des Nozze par Levine sont tout de même 2 fort belles versions (mais pas les meilleures!) qui n'ont absolument pas à rougir d'une quelconque comparaison avec les meilleures versions des 2 ouvrages.
Non ne fait aucune erreur majeure en se les procurant mais on a entre ses mains le haut du panier discographique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Lun 10 Mar 2014 - 8:22

Currentzis parle de sa conception de Mozart, à l'occasion de la sortie de Nozze : http://www.forumopera.com/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=6250&cntnt01origid=57&cntnt01detailtemplate=gabarit_detail_breves&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=29 .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: currentzis   Lun 10 Mar 2014 - 8:55

Plein de bon sens, ce type. Je le reliais à Busch, lui se réfère à Schnabel, mais c'est le même combat pour le respect de la partition et de la modernité. Probablement aurais-je souhaité un peu de cruauté, de hargne, de sourde menace, mais on est obligé de choisir, sinon on fait du commentaire de texte, ou un cours de musicologie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIMI21
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 10/04/2013

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Mer 12 Mar 2014 - 6:43

Je l'ai reçu hier et écouté les 2 premiers CD : pour l'instant, c'est du pur bonheur !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: noces currentzis   Mer 12 Mar 2014 - 11:36

J'en suis à la troisième écoute intégrale non stop, sans compter certains passages écoutés en boucle, et ça fonctionne toujours, sans phénomène de rejet.

Ca me fait reprendre les anciennes versions que j'avais guettées à leur parution, et qui relèvent d'une esthétique "grand opéra" que je ne supporte plus.

Karajan 50, c'est très rapide, parfois trop et brouillon, avec un orchestre enregistré flou et sans texture ni poids, comme si on n'avait que l'écume du son. Sans être aussi abominables que les premiers Philips, les enregistrements HMV du début du microsillon n'étaient pas fameux. Jurinac, Cherubin de rêve pour toujours, l'androgyne parfait.

Kleiber 1955, paru en 1959 :on attendait la merveille, l'opéra de Vienne au complet, avec une prise de son grand spectacle signé Decca... Je ne dirais pas que la montagne a accouché d'une souris, mais déception.... Des chanteurs qui chantent pour le micro, sans se soucier de leur partenaire, un comte à la voix cartonneuse, une Suzanne plus concierge que camériste, et un orchestre qui se livre à des mignardises et des afféteries, style rococo, que Kleiber n'aurait jamais permises un an avant. Ce qui était tu, c'est que Kleiber était au bout du rouleau en 1955, embringué dans des luttes bureaucratiques contre le régime de Pankow, et harcelé par une campagne de dénigrement et de chantage à l'ouest pour avoir accepté le poste de GeneralIntendant du Linden Oper, en cours de reconstruction (de fait on le retrouvait mort dans sa baignoire en janvier 1956, pour le bicentenaire de Mozart). Ca va vite, c'est enlevé, mais d'un entrain superficiel et creux : c'est une coquille vide, mécanique, la vie s'est retirée. Regrets éternels.

Giulini, l'année suivante paraissait être le lot de consolation. Hélas, Wächeter aboie, et Taddei chante la moitié des notes, ce qui est rageant pour le reste de la distribution de haute tenue.. Autre déception avec Fricsay en 1961, avec une distribution erratique et une direction sur courant alternatif, mallgré des moments merveilleux. Là encore, trop tard.

Bôhm 1968, voilà enfin des Noces sans lézard majeur, pour qui admet le Comte névrosé de DFD, mais qui chante toutes les notes. Une magnifique Janowitz, une Chérubin itou, avec Troyanos, un Figaro plus valet de ferme qu'homme à tout faire, une Suzanne honnête, et un orchestre fouillé et exact, bien qu'un peu raide. Tout cela est très homogène, mais on est plutôt à SansSouci voire en Prusse Orientale qu'en Italie.

Pour la curiosité, Klemperer, avec un formidable trio féminin : Berganza, Söderstrom, et à un moindre degré, Grist, et un Comte démoniaque. On peut aimer ou détester la vision de Klemperer, mais il a quelque chose à dire.

Des versions suivantes, il n'y avait rien qui me tentât, à part certains personnages, ou l'orchestre (Marriner), et j'ai fait un retour sur la "modeste" version Glyndebourne 1955 de Vittorio Gui. On serait bien en peine de trouver une distribution aussi homogène aujourd'hui. Seule la grosse voix de Rise Stevens détonne un peu en Cherubin, qui semble venir tout droit de chez Michou. Tout est fluide, Jurinac et Sciutti sont aux anges, et on retrouve les dimensions d'un opéra de poche, pas d'une machine de guerre. Direction très (trop) relax de Gui, dans un climat plus tiède nuit d'été sur les bords du lac de Garde que folle journée. Pour une fois, un continuo écoutable, version Currentzis à part et mise hors concours.

J'aurais bien aimé parler de la version Abbado, mais je suis allergique à Mademoiselle Bartoli, remarquable artiste par ailleurs, dans le rôle de Cherubin, ainsi qu'aux patates chaudes de Cheryl Studer. Pour Abbado, mieux vaut aller voir sa Flûte Enchantée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Giulini première   Sam 15 Mar 2014 - 22:27

Pour aller jusqu'au bout de mes pulsions, j'ai commandé la version d'essai de Giulini au Royal Albert Hall du 6 février 1961 (Walhall remasterisé 24/96...). Un pari pascalien, somme toute !

Sur le papier, un casting d'enfer :Schwarzie, Söderstrom, Berganza, Corena, Blanc, Capucilli, Tadeo, Cuenod, excusez du peu !

Dès l'ouverture, on fonce au rythme de Paris-Dakar, avec un orchestre obligé de manger la moitié des notes, le tout dans une sonorité toute droit sortie du tombeau des Pharaons. Corena chante Iago, Schwarzkopf se prend pour Andie Mac Dowell vantant les bienfaits visibles d'une crème anti âge, et même Soderstrôm, en général irréprochable, se met au diapason des joyeuses commères de Windsor. Seule Berganza tire son épingle du jeu, bien que dans le registre de la ménagère de moins de 50 ans. Quant au comte d'Ernest Blanc, la fin de son air nous fait vivre les émotions du grand huit : on est heureux d'arriver sains et saufs.

Quant aux récitatifs, ils sont aboyés dans une ambiance de hall de gare, ce qui leur donne un côté hitchcokien assez séduisant.

Bref, si on ne sait pas pourquoi cet enregistrement est resté si longtemps sous le manteau, on le sait, et on sait qu'il gagne à rester ignoré.

Quelques rasades de Sull'aria chez Currentzis pour me remettre les idées d'aplomb...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Lun 17 Mar 2014 - 12:38

Noces Currentzis: 1er acte
Moui... ça se tient, ça pète dans tous les sens, c'est sûr (y compris certains bruits parasitaires incompréhensibles). Aucun jeu des personnages, tous mal caractérisés, récitatifs totalement inefficaces malgré le pianoforte (il ne suffit pas de taper dessus ou de meubler par des arpèges, et où est la basse de cello à part brusquement, vers le milieu), les enchaînements avec les airs sont particulièrement agaçants sous prétexte de continuité. On oublie que c'est une opéra bouffe, pas le moindre humour, c'est finalement très ennuyeux, ça ne donne guère envie de chanter; heureusement il reste les surprises des ajouts et fioritures diverses souvent mal-t-a-propos qui font dresser l'oreille. Etrangement il n'y a aucun théâtre dans la première scène, l'ouverture est sans doute ce qu'il y a de mieux, on se croirait chez Norrington -débarrassons-nous en le plus vite possible...- avec de belles accentuations à contre-temps, autant que le phrasé des chanteurs, tellement à contre-esprit qu'on se dit que se pose à chaque fois la question "qu'est-ce que je vais bien pouvoir trouver pour que ça ne ressemble pas à ce qui est écrit". Bondarenko a une voix c'est certain, dommage qu'il soit largement aussi fade que Figaro, totalement insignifiant dans le final d'acte.
Je me demande si c'est bien la peine de continuer ce brouet d'eau tiède...
Le plus frappant est l'absence totale de raffinement pour l'instant, ce qui peut passer pour une qualité, mais revers de la médaille, c'est absolument bourrin Bad 
Revenir en haut Aller en bas
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: currentzis   Mar 18 Mar 2014 - 8:46

Bonjour Sud,

Intéressant ton post sur le 1er acte des Noces Currentzis. Pourrais-tu expliciter ton propos qui se borne à des affirmations péremptoires :

- rôles pas caractérisés : peux-tu donner ta caractérisation des personnages ? Sont-ce des rôles de composition ?

- récitatifs inefficaces : quels sont les critères d'efficacité d'un récitatif selon toi ?

- pas d'humour : le personnage buffo est Figaro, et Christian Van Horn ne manque pas d'abattage. Maintenant, si pour toi Figaro est un personnage histrionesque, évidemment le compte n'y est pas. Mais je t'accorde que Currenzis tire plus vers le drame que vers le buffa.

- pas de théâtre dans la première scène : ici les protagonistes chantent l'un pour l'autre, pas pour le micro ou le public. Si le propre du théâtre est de chanter en s'adressant au public, alors oui, nous ne sommes pas au théâtre.

- phrasés à "contre-esprit" ? Catégorie jusqu'à présent inconnue de ma part, malgré soixante ans d'écoute attentive des musiques. Pourrais tu donner un exemple précis ?

- Norrington : à côté de la plaque. Il y a chez Currentzis une pulsation constante dans le grave, qui est donnée par contrebasses et violoncelles. S'il y a un chef auquel je pense, c'est Furtwängler, qu'on retrouve d'ailleurs dans la gestuelle, complètement floue.

C'est bien sûr intéressant d'avoir la réaction tout à trac d'un auditeur, mais ce le serait plus si l'opinion était motivée et explicitée.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Ven 21 Mar 2014 - 10:46

aurele a écrit:
http://www.festspielhaus.de/veranstaltung/baden-baden-gala-2015-die-hochzeit-des-figaro-19-07-2015-2700/

[...]

Bryn Terfel Graf Almaviva
Diana Damrau Gräfin Almaviva
Luca Pisaroni Figaro
Christiane Karg Susanna
Angela Brower Cherubino
Anne Sofie von Otter Marcellina
Rolando Villazón Basilio
Regula Mühlemann Barbarina
Jean-Paul Fouchécourt Don Curzio

Christiane Karg est à ma connaissance une bonne soprano. Pisaroni en Figaro, cela me plaît beaucoup. Von Otter en Marcellina, j'ai des doutes concernant l'adéquation avec le caractère du personnage. Damrau en Comtesse, cela ne m'emballe pas plus que cela. Son interprétation de "E Susanna non vien ... Dove sono" dans son disque Mozart d'il y a quelques années ne m'avait pas marqué plus que cela. Elle n'est pas la première soprano à passer de Susanne à la Comtesse. N'ayant pas entendu le Cosi fan tutte du chef, je ne sais pas ce que vaut Angela Brower.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 814
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Ven 21 Mar 2014 - 13:51

sud273 a écrit:
Noces Currentzis: 1er acte

Le plus frappant est l'absence totale de raffinement pour l'instant, ce qui peut passer pour une qualité, mais revers de la médaille, c'est absolument bourrin Bad 

Ca doit être pour ça que ça me va. Dans le fond, le Mozart raffiné et sophistiqué m'a toujours fait somnoler, et j'ai l'impression qu'en lui enlevant le fard de deux cent ans d'admiration sacrée d' "Amadeus", et en lui redonnant le côté direct, bouffon, primaire, on donne mieux accès à ce qu'il a de génial. Mais, bon, c'est la sensibilité de quelqu'un qui n'a jamais vraiment compris ou aimé Mozart.

Et pour moi ça n'a rien avec voir avec l'atomisation à la Norrington ou à là Harnoncourt, qui est un changement de sonorité mais pas vraiment de point de vue. Faudra quand même que j'écoute Jakobs (n'hésitez pas à me PM si vous le prêtez en version non compressée).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30181
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Ven 21 Mar 2014 - 13:57

julot a écrit:
sud273 a écrit:
Noces Currentzis: 1er acte

Le plus frappant est l'absence totale de raffinement pour l'instant, ce qui peut passer pour une qualité, mais revers de la médaille, c'est absolument bourrin Bad 

Ca doit être pour ça que ça me va. Dans le fond, le Mozart raffiné et sophistiqué m'a toujours fait somnoler, et j'ai l'impression qu'en lui enlevant le fard  de deux cent ans d'admiration sacrée d' "Amadeus", et en lui redonnant le côté direct, bouffon, primaire, on donne mieux accès à ce qu'il a de génial. Mais, bon, c'est la sensibilité de quelqu'un qui n'a jamais vraiment compris ou aimé Mozart.

Et pour moi ça n'a rien avec voir avec l'atomisation à la Norrington ou à là Harnoncourt, qui est un changement de sonorité mais pas vraiment de point de vue. Faudra quand même que j'écoute Jakobs (n'hésitez pas à me PM si vous le prêtez en version non compressée).

Désolé, mais non ... Mozart ça doit se jouer de façon raffinée, quitte à ce que ça créé une certains distance, car c'est précisément une partie du charme de cette musique (et encore bien plus celle de la musique baroque).
Comment peux tu jouer Cosi, ou ses seria comme la Clemenza ou Lucio Silla sans ce raffinement ? Tu perds tout.
Don Giovanni ... c'est un peu différent car c'est plus romantique déjà.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)


Dernière édition par Cololi le Ven 21 Mar 2014 - 14:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Ven 21 Mar 2014 - 14:09

je ne vais pas en remettre une couche parce que je ne suis toujours pas allé plus loin que le le CD1, mais pour le côté "buffo" c'est complètement raté.
Je n'ai pas toujours aimé Mozart non plus, je redoute tout de même cette pratique inspirée des interprétations "historiquement informée" (my foot!) qui consiste à remplir de n'importes quelles fioritures et à couper les reprises.
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30181
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Ven 21 Mar 2014 - 14:18

sud273 a écrit:
je ne vais pas en remettre une couche parce que je ne suis toujours pas allé plus loin que le le CD1, mais pour le côté "buffo" c'est complètement raté.
Je n'ai pas toujours aimé Mozart non plus, je redoute tout de même cette pratique inspirée des interprétations "historiquement informée" (my foot!) qui consiste à remplir de n'importes quelles fioritures et à couper les reprises.

Je précise pour la clarté de mon propos que "raffinement" n'était nullement une invitation à penser qu'il fallait une interprétation "historiquement informée".

Exemple : le Cosi de Karajan est raffiné.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Noces Currentzis   Ven 21 Mar 2014 - 22:00

Trop de raffinement verse dans la vulgarité, ou pour être charitable envers Karajan, dans l'inconsistance.... Je préfère un scalpel bien affuté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 846
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 22 Mar 2014 - 14:50

J'ai écouté plusieurs fois cette version Currentzis. J'aime toujours autant. Mais il y a tout de même 2 ou 3 petits trucs qui m'énervent par-ci par-là. Mais vraiment rien, en comparaison du plaisir auditif que me procure cette version.

Le détail qui m'énerve à chaque fois, est le tout début de l'ouverture. Sur les 10 premières secondes on n'entend que le claquement des archets sur les instruments (du moins je pense que c'est ça Confused ) ces coups avec ces tac-tac-tac gâchent tout. Je ne supporte pas ce type de bruit parasite. Ça se reproduit ponctuellement à d'autre moment, mais de façon plus discrète et donc moins gênante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85307
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 22 Mar 2014 - 16:45

C'est un battuto col legno tout à fait volontaire à mon avis ; je trouve ça tout à fait spectaculaire, pas du tout authentique et très bienvenu dans certains moments du Requiem, mais effectivement, c'est très bizarre à ce tempo, en plus le son du bois est décalé par rapport aux cordes... Bizarre en effet, d'autant qu'ensuite l'effet ne revient pas.

Ça ne me dérange pas du tout, mais ça laisse perplexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22942
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 22 Mar 2014 - 19:43

Personne pour parler de la version Nézet-Séguin sur le papier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85307
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 22 Mar 2014 - 19:52

Tu t'interrogeais sur Karg et Brower : la première est une très bonne chanteuse, mais je trouve le vibrato pas très joli et le timbre un peu gris pour une tessiture où la concurrence est aussi généreuse ; la seconde est excellente aussi bien dans le répertoire romantique qu'en Dorabella, donc c'est plutôt prometteur.

Vu que les deux autres volets, en particulier Così qui est une formidable référence si on ne cherche pas la métaphysique, étaient excellents, on peut supposer que ce sera (très) bien. Après, tous ces gens, Damrau, Terfel, Pisaroni, ça dépend d'où les mène leur évolution vocale par rapport à ce répertoire : Damrau était une Suzanne exceptionnelle, mais a beaucoup beaucoup perdu en netteté du contour avec l'élargissement de sa voix ; Pisaroni m'a déçu dans les récentes Scènes de Faust berlinoise, peut-être était-ce trop ample et lyrique pour lui, ou bien la voix a bougé ; Terfel peut toujours chanter Don Giovanni, Leporello ou Figaro, mais en Comte, ne sera-ce pas trop épais ?  

Bref, on peut lancer plein d'a priori, mais j'avoue qu'à part sur le mouvement d'ensemble, pour lequel je suis très confiant... ce sera vraiment la surprise pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 846
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 22 Mar 2014 - 20:27

Nézet-Séguin après Currentzis, ça ne me fait plus vraiment rêver.

Terfel en Comte : oui, s'il n'en fait pas trop. Je pense que son Comte doit être dans la lignée de celui de Bacquier. Donc je suis assez currieux.
Pisaroni en Figaro : valeur sûre, on connaît déjà.
Damrau en Comtesse, n'est-ce pas un peu tôt même si  sa voix s'est élargie ?... Bon, oui certains répondront : Kermes n'en a pas davantage le format  Rolling Eyes 
Von Otter en Marcellina : oui !!! cheers 
Villazon en Don Basilio, là encore : oui ! cheers ça sortira de la caricature dans laquelle ont met trop souvent ce rôle (Currentzis a également évité la caricature Wink )
Fouchécourt en Don Curzio : bonne idée  Idea 
Ensuite, les autres : je ne connais pas  Embarassed Confused 

Enfin, concernant la direction de Nézet-Séguin : là aussi valeur sûre pour une direction très efficace dans une optique "classique". Mais maintenant que j'ai goûté à Currentzis ... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22942
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 22 Mar 2014 - 20:31

L'une de mes Marcellina préférées pour le moment est Troyanos, sur le strict plan vocal essentiellement d'ailleurs. J'aime beaucoup Von Otter mais pas tant que cela finalement chez Mozart. Es tu sûr que cela correspond à son tempérament ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 846
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 22 Mar 2014 - 20:45

aurele a écrit:
L'une de mes Marcellina préférées pour le moment est Troyanos, sur le strict plan vocal essentiellement d'ailleurs. J'aime beaucoup Von Otter mais pas tant que cela finalement chez Mozart. Es tu sûr que cela correspond à son tempérament ?
Moi aussi, c'est incontestablement Troyanos ma préférée. Mais Von Otter peu s'avérer surprenante et finalement très efficace dans ce rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Currentziz   Sam 22 Mar 2014 - 21:55

Désolé, j'ai beau écarquiller les esgourdes, je n'entends aucun tac tac sur les dix premières secondes de l'ouverture. Par contre en arrière plan, des attaques d'archet tout à fait normales.

Faire attention à ce que :

- cet enregistrement a un soubassement important dans les premières octaves (basses et celli, ce sont eux qui donnent la pulsion rythmique) qui sera purement et simplement gommé sur un matériel médiocre, et on a de temps en temps des bruits bizarres dans l'infra grave (micros, console, et autres joyeusetés);

- le crissement des crins sur les cordes, surtout près du chevalet est une épreuve redoutable pour le matériel de reproduction, avec des transitoires très difficiles à reproduire. Ca sonne souvent comme du papier de verre ou tout bonnement comme toquer une planche de bois. J'ai eu le cas dans le temps sur du matos pourtant très réputé, avec des coups d'archets sul ponticello méconnaissables.... cette plage (la Ballade du Conducator - Taraf des Haïdouks) me sert maintenant à séparer le bon grain de l'ivraie.

Ceci dit, je n'arrête pas de re écouter cette version, en bloc ou en détail, et je la trouve de plus en plus jouissive, avec à chaque fois des détails et des éclairages inouïs à la fois précédente. Le contraire des interprétations qui vous envoient tout à la figure d'un seul coup
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Noces Currentzis   Mer 26 Mar 2014 - 16:16

Bon, j'ai écouté plusieurs fois l'ouverture des Noces Currentzis, avec mon casque Stax, et pas la moindre trace de jeu col legno, pas plus au début, qu'ensuite. Quelques bruits furtifs de papier, d'archets ou de pupitres cognés, bref, rien que de très normal.
Par contre, en cd, cette prise de son ne me plaît qu'à moitié, assez épaisse et manquant d'aération, un peu compacte, bref, avec beaucoup de bruits parasites dans le grave, comme des pas courant sur l'estrade (dans le premier acte). Je ne sais pas si les forumeurs qui écoutent à partir d'un fichier Qobuz ont une autre audition ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 814
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Mer 26 Mar 2014 - 17:10

Je l'ai en 24/96, et comme j'écrivais plus haut, je n'ai ni dureté ni artefacts bizarre. Mais oui, il n'y a pas d'images stéréo cohérente, plutôt une approche délibérement multimicro où tout est mis à plat. Et oui aussi sur les petits bruits parasites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Noces Currentzis   Mer 26 Mar 2014 - 18:09

'est difficile à expliquer, mais avec le casque, on ressent un certain flou dans les contours sonores de chaque côté de l'orchestre, comme avec une optique dont la mise au point n'est pas tout à fait nette. Le Stax ne pardonne rien, et agit comme une loupe. Dit autrement, un son un peu sale dans les faibles niveau. Mais je me demande si ce n'est pas un bruit de fond dû à la quantification. On a un niveau d'enregistrement élevé (je dois me cantonner à un potentiomètre sur moins le quart, au lieu de midi en général) et je me demande si ceci n'explique pas cela. Mais ça n'est que des conjectures aussi hypothétiques que hasardeuses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 846
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 28 Sep 2014 - 13:17

Petite nouveauté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6866
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 28 Sep 2014 - 13:22

Laughing assemblage surprenant!
Et ça donne quoi au résultat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 846
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 28 Sep 2014 - 14:35

Désolé, je ne sais pas, je viens tout juste de voir ça sur Amazon.
Moi je dis : pourquoi pas ? J'ai déjà entendu les airs de la Comtesse par Caballé sur YouT : j'aime bien. De toute façon, je la trouve très bien dans Mozart. Concernant les autres et plus particulièrement Bruscantini et Sciutti, j'ai déjà la version Gui. Mais je n'aime pas du tout cette version. En plus je trouve que l'assemblage Sciutti + Jurinac en Comtesse ne fonctionne pas du tout (Suzanne archi-légère et Comtesse au timbre lourd Evil or Very Mad ). Pour les autres, je ne sais pas Trama je ne le connais qu'en Alidoro dans la Cenerentola d'Abbado ... Et Rescigno dans Mozart, je n'ai aucun avis  Confused  Embarassed


Ensuite tout dépend de la qualité du son ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85307
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 28 Sep 2014 - 14:50

Pour moi c'est l'inverse : j'aime beaucoup Gui, je ne veux pas de Caballé et Rescigno est déjà suffisamment fruste dans son répertoire naturel. Brr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25398
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 13 Déc 2014 - 14:53

olivier le normand, in playlist, a écrit:

Mélomaniac a écrit:

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) :

Les Noces de Figaro, opéra en quatre actes

Figaro : Erich Kunze
Suzanne : Irmgard Seefried
Le Comte d'Almaviva : George London
La Comtesse d'Almaviva : Elizabeth Schwarzkopf
Chérubin : Sena Jurinac
Marcelline : Elizabeth Höngen
Basile, Don Curzio : Erich Majkut
Barberine : Rosl Schwaiger
Antonio : Wilhelm Felden
Deux filles : Anny Felbermayer, Hilde Czeska


Choeurs de l'Opéra de Vienne

Herbert von Karajan, Orchestre philharmonique de Vienne

(Columbia, juin-octobre 1950)

bounce C'est parti pour découvrir cet opéra dont je ne connaissais que des bribes...



Tu ne connaissais pas encore entièrement cet opéra? Tu me surprends!

C'est certainement un des plus beaux (à mon goût) de Mozart, et un des plus beaux du répertoire.

Les airs, en règle générale, mais surtout ceux du 4ème acte, sont à tomber!

Et ceux de la Comtesse!!!

Tu as choisi la version de 1950 de Karajan sans les récitatifs! A l'époque, c'était courant, aujourd'hui on n'imagine pas enregistrer un opéra sans les récitatifs! Bon, qui vraiment écoute les récitatifs? Ils permettent de comprendre l'action, mais sans, on peut vivre quand même, et très bien!

C'est une de mes versions préférées, certainement, avec celles de Muti en 1986 avec Vienne, de Kleiber père, et de Böhm!

Bonne écoute, et tu me diras ce que tu en penses!



Alifie a écrit:

version de référence s'il en est, aussi bounce effectivement  que drunken   et cheers , mais sans les récitatifs, ce qui est à mon avis un peu dommage pour une première écoute de l'oeuvre, Mélo (peu le temps de souffler, surtout avec Karajan qui dirige à 100 à l'heure).



DavidLeMarrec a écrit:

Oui, version remarquable, mais il manque une grosse partie de l'action à cause de l'absence de récitatifs (et ça devient, comme le dit Alifie, presque suffocant). Tu aurais pu commencer par une autre, quitte à prendre celle-là juste après…

Very Happy J'adore déjà cette version !
Ca confirme qu'un flair infaillible me guide toujours vers le nectar discographique, quel que soit le répertoire cheers
Pour une écoute purement audio (hors représentation scénique), l'absence de récitatifs ne me gêne pas, au contraire, ça permet de rester concentré sur la musique.
Et l'argument ne m'est pas étranger, puisque ça suit la pièce de Beaumarchais.
Oui, Karajan dirige tambour battant, tant mieux, j'aime pas quand ça traîne, surtout pour des genres longs comme l'opéra. Quele précision, quelle séduction, quel éclat néanmoins !
Et quelles voix !
A court terme, nul besoin de chercher d'autre enregistrement tant celui-ci me comble.
La prochaine étape sera certainement Erich Kleiber chez Decca.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85307
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 13 Déc 2014 - 15:00

Mélomaniac a écrit:
Pour une écoute purement audio (hors représentation scénique), l'absence de récitatifs ne me gêne pas, au contraire, ça permet de rester concentré sur la musique.

Mais les récitatifs sont aussi de la musique ! Surprised Il est vrai que ceux des Noces ne sont pas ultimes, mais tout de même. Et puis, même indépendamment du livret, ça abîme la structure d'ensemble de s'en priver.


Citation :
La prochaine étape sera certainement Erich Kleiber chez Decca.

… qui a les récitatifs, mais qui est nettement moins roboratif vocalement et musicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25398
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 13 Déc 2014 - 15:20

Sauf cas particulier, ma religion est faite pour les récitatifs, qu'en oratorio j'apprécie d'entendre une fois mais que je tend à zapper à la réécoute.
Idem dans le cadre de l'opéra.
Si leur absence perturbe les repères des mélomanes qui connaissent les oeuvres dans leur version avec récitatif, pour une découverte, dans l'absolu, je n'ai ressenti aucun manque.
Dire que ça abîme la structure d'ensemble, oui sous l'enjeu littéraliste. Mais dans le cadre fonctionnel de l'auditeur, faudra qu'on m'explique.
Ici dans cette version vertigineuse des Noces, sans halte entre les épisodes chantés, la densité devient presque suffocante, comme souligne Alifie, mais le résultat me grise plutôt qu'il m'exaspère.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 69
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 13 Déc 2014 - 15:28

DavidLeMarrec a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Pour une écoute purement audio (hors représentation scénique), l'absence de récitatifs ne me gêne pas, au contraire, ça permet de rester concentré sur la musique.

Mais les récitatifs sont aussi de la musique ! Surprised  Il est vrai que ceux des Noces ne sont pas ultimes, mais tout de même. Et puis, même indépendamment du livret, ça abîme la structure d'ensemble de s'en priver.


Citation :
La prochaine étape sera certainement Erich Kleiber chez Decca.

… qui a les récitatifs, mais qui est nettement moins roboratif vocalement et musicalement.

 Sans les récitatifs, ce n'est plus un opéra, puisque l'action progresse avec ceux-ci ; j'ai aussi cet enregistrement et je trouve cette absence dommageable - je ne peux pas imaginer que Karajan ait fait l'enregistrement sans ceux-ci - et si mes souvenirs sont bons, c'est un enregistrement EMI, donc probablement sous la direction artistique de Walter Legge - tout ça est difficile à comprendre...

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac
avatar

Nombre de messages : 14759
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 13 Déc 2014 - 15:49

+1 avec David et Montfort : un opéra, ça n'est pas qu'un enchaînement d'airs !

Mélo, avec sa volonté d'aller à l'essentiel, me rappelle un peu ces amateurs de cinéma d'horreur, fréquentés dans ma jeunesse, qui réclamaient à cor et à cri lors des séances dans les salles spécialisées qu'on passe le film à l'accéléré en dehors des séquences où n'intervenaient pas leurs monstres préférés. hehe

Mélo a écrit:
Ca confirme qu'un flair infaillible me guide toujours vers le nectar discographique, quel que soit le répertoire

Ca va, Mélo, tu ne sens pas trop tes chevilles enfler ? pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 13 Déc 2014 - 16:14

Evidemment...
... A ceci prêt, tout de même, qu'il y a une différence entre shunter des récitatifs en programmant sa chaîne et ne pas vouloir/pouvoir se priver d'une interprétation pour laquelle les récitatifs ont été volontairement exclus .
La discographie des Nozze sans Karajan I me paraît impensable (comme de me priver de Zadek en Vitellia, pour la même raison Evil or Very Mad ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25398
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 13 Déc 2014 - 16:16

Alifie a écrit:

Ca va, Mélo, tu ne sens pas trop tes chevilles enfler ?


king Je pensais que tout le monde percevrait la véracité l'autodérision de ce propos frappé d'enthousiasme.


Alifie a écrit:

un opéra, ça n'est pas qu'un enchaînement d'airs !
Mélo, avec sa volonté d'aller à l'essentiel, me rappelle un peu ces amateurs de cinéma d'horreur, fréquentés dans ma jeunesse, qui réclamaient à cor et à cri lors des séances dans les salles spécialisées qu'on passe le film à l'accéléré en dehors des séquences où n'intervenaient pas leurs monstres préférés.


Je suis un vilain petit canard, mais je n'aime pas la prétention théâtrale de l'opéra -quitte à ce que mon avis paraisse (et soit certainement) absurde.
Ce n'est pas pour rien que j'avance dans ce répertoire avec parcimonie et qu'il me rebute encore sous certains aspects.
Soit on chante, soit on cause, la superposition des deux m'indispose.
Désolé pour cette psychorigidité, mais je me soigne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac
avatar

Nombre de messages : 14759
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Sam 13 Déc 2014 - 18:49

Mélomaniac a écrit:
Alifie a écrit:

Ca va, Mélo, tu ne sens pas trop tes chevilles enfler ?

king Je pensais que tout le monde percevrait la véracité l'autodérision de ce propos frappé d'enthousiasme.

J'avais bien compris, et c'était fort drôle. Razz

Citation :
je n'aime pas la prétention théâtrale de l'opéra -quitte à ce que mon avis paraisse (et soit certainement) absurde.

en effet, surtout si on pense aux origines du théâtre.

Citation :
Ce n'est pas pour rien que j'avance dans ce répertoire avec parcimonie et qu'il me rebute encore sous certains aspects.
Soit on chante, soit on cause, la superposition des deux m'indispose.

Et c'est un ténor du barreau qui nous dit ça ! Rolling Eyes

Citation :
Désolé pour cette psychorigidité, mais je me soigne.

Essaie un demi-comprimé de sprechgesang effervescent le dimanche matin à jeun. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 69
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 14 Déc 2014 - 10:57

C'est évident que c'est une version de référence à beaucoup d'égards, et les direction lyriques de Karajan à cette époque sont, AMHA, les meilleures de toute sa carrière...
Mais c'est aussi ce qui rend incompréhensible un tel charcutage...

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1014
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 14 Déc 2014 - 13:37

La faute en incombe à Walter Legge, pour qui un enregistrement sur disque était de faire connaître aux mélomanes d'alors la musique dans les conditions d'une écoute domestique. Il avait des idées parfois très arrêtées, du genre la stéréo, c'est mal, la mono, c'est mieux, ce qui explique le retard pris à l'époque par EMI en la matière -certains enregistrements mono sont excellents, cependant, écoutés sur la matériel idoine, à savoir : une platine mono, avec une cellule mono et un diamant spécialement taillé pour...-. Les anglais sont les derniers à s'être équipés en masse pour la stéréo, ceci expliquant peut-être cela.
Néanmoins, pour cette version, je partage l'avis d'André Tubeuf : ce qu'on entend là est parfait et inrecommençable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 14 Déc 2014 - 13:40

Diablotin a écrit:
Néanmoins, pour cette version, je partage l'avis d'André Tubeuf : ce qu'on entend là est parfait et inrecommençable...[/justify]

mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85307
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 14 Déc 2014 - 13:56

Mélomaniac a écrit:
Dire que ça abîme la structure d'ensemble, oui sous l'enjeu littéraliste. Mais dans le cadre fonctionnel de l'auditeur, faudra qu'on m'explique.

Je ne parlais pas vis-à-vis des intentions de l'auteur (qui sont un enjeu respectable, cependant à la fin des fins, on écoute de la musique pour se faire plaisir, pas pour complaire aux morts), mais bien sur le plan fonctionnel : les récitatifs permettent une respiration (et une cohérence dans le schéma tonal !!), un équilibre qui manque lorsqu'on joue tout à la suite. Sans parler de l'intrigue, puisque tu n'en as cure. hehe


Citation :
Ici dans cette version vertigineuse des Noces, sans halte entre les épisodes chantés, la densité devient presque suffocante, comme souligne Alifie, mais le résultat me grise plutôt qu'il m'exaspère.

C'est possible dans la mesure où c'est une version de très haut niveau.


Diablotin a écrit:
Néanmoins, pour cette version, je partage l'avis d'André Tubeuf : ce qu'on entend là est parfait et inrecommençable...

Pas exactement parfait : la prononciation de l'italien n'est pas irréprochable, et il y a quand même le Comte comme toujours monolithique de London, d'une monochromie parfaite. Mais sinon, oui, c'est assez remarquable de bout en bout (même si, après avoir écouté plein de versions postérieures, je la trouve finalement moins singulière).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1014
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 14 Déc 2014 - 16:42

DavidLeMarrec a écrit:
...d'une monochromie parfaite.
Oui, c'est donc parfait dans son genre Very Happy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85307
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 14 Déc 2014 - 16:47

Diablotin a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
...d'une monochromie parfaite.
Oui, c'est donc parfait dans son  genre Very Happy !

Techniquement, oui, c'est un modèle absolu. Je ne vois pas un autre chanteur dans toute l'histoire du chant enregistré qui ait jamais eu une voix aussi égale de haut en bas, même les parangons italiens comme Bastianini ou Siepi.

C'était sans doute impressionnant en vrai, mais en enregistrement le corollaire est qu'on a l'impression qu'il chante tout à la même nuance avec la même expression d'ogre… Même dans les rôles censés impressionner comme le Hollandais, Wotan ou Amfortas, c'est vite lassant pour moi. Alors ne parlons pas de Golaud…

Paradoxalement, c'est dans Mozart où il m'a toujours paru le meilleur, sans doute parce que la ligne n'expose pas autant ces caractéristiques d'homogénéité : témoin ses Don Giovanni très vivants, ou même ce Comte qui s'impose assez bien malgré un manque de noblesse et de finesse verbale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1014
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Dim 14 Déc 2014 - 16:54

Je n'aime pas excessivement London dans Wagner moi non plus, mais dans les Mozart que je connais, ça me convient très bien, à dire vrai. En même temps, je n'aime pas excessivement Mozart non plus... Dans ces Noces en particulier, c'est Jurinac qui m'impressionne vraiment positivement, et "Voi che sapete" est simplement inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5226
Age : 44
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Lun 14 Sep 2015 - 19:50

Quelqu'un saurait-il pourquoi, dans le Terzetto "Susanna, or via, sortite" de l'acte II, les irrésistibles petites vocalises ascendantes I love you (avec les deux seuls contre-ut de l'œuvre) sont systématiquement confiés à Suzanne (comme le préconise apparemment la partition) dans les versions antérieures à 1975, et à la Comtesse dans les versions postérieures ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Lun 14 Sep 2015 - 20:20

D'ou tiens-tu cette ligne de démarcation temporelle ? Y aurait-il une neue ausgabe là-dessous ? Celle de WAM s'est étendue de 1955 à 1991.

Les Noces ont été révisées à partir du manuscrit en 1973, mais seulement pour les deux premiers actes. Mais en quoi consistait cette nouvelle édition je n'en ai aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5226
Age : 44
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Lun 14 Sep 2015 - 22:19

André a écrit:
D'ou tiens-tu cette ligne de démarcation temporelle ?

De mes oreilles (et je t'assure que j'ai écouté très attentivement) : chez Karajan I, Kleiber, Rosbaud, Gui, Böhm 57, Giulini, Fricsay, Böhm 68, Klemperer et Davis, c'est Suzanne qui fait la vocalise, chez Karajan II, Solti, Muti, Marriner, Östman, les deux Harnoncourt, Gardiner, Mackerras, Jacobs et Currentzis, c'est la Comtesse. Il n'y a certes pas toutes les versions, mais il me semble que ça suffit pour en déduire une sorte de règle...

Mais j'ai un petit indice. L. Popp dans "l'Avant-scène" en 1990 : "Il n'y a presque pas de ligne de la Comtesse dans les ensembles qui ne puisse être prise par Susanna et vice versa ; l'exception fut ce petit flash de fioriture dans leur Terzetto avec le Comte, — jusqu'au moment où, grâce à Ponnelle, il a été rendu à sa destinataire primitive, — la Comtesse !".
Donc apparemment ce serait Jean-Pierre qui aurait déniché le pot-aux-roses (et son film date de 1976, bingo), mais je n'ai pas réussi à en apprendre plus.

Quoiqu'il en soit, dans les deux cas il arrive que l'option choisie obligatoire ne s'avère pas très heureuse : pour ne citer qu'un exemple, le fait que cette ligne soit confiée à la grosse voix courte en aigus de Charlotte Margiono, et pas à Barbara Bonney, dans la version Harnoncourt de 1993... Confused  Étant donné que c'est un des moments (sinon le moment) que j'aime le plus dans l'œuvre, ça me plomberait presque l'ensemble. Et dans l'autre sens, j'aurais bien aimé y entendre Schwarzkopf, Della Casa, Janowitz...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Mar 15 Sep 2015 - 14:10

Est-ce que cela n'est pas non plus à lier à la tradition de faire chanter par des voix plus légères et souples Suzanne, a priori plus à l'aise dans ces passages "pour soprano léger" que les titulaires plus "nobles", parfois plus monumentales, de la comtesse à une période ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5226
Age : 44
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Mar 15 Sep 2015 - 14:27

Mais le manuscrit de Mozart lui-même attribue cette ligne à Suzanne, en contradiction avec ce qui se pratique systématiquement depuis quarante ans... Du coup, j'essaie d'en apprendre plus sur cette histoire de Ponnelle et de "destinataire primitive" (mais j'ai l'impression que ça demande des recherches assez poussées, et je manque un peu de temps)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   Mar 15 Sep 2015 - 14:43

Golisande a écrit:
Mais le manuscrit de Mozart lui-même attribue cette ligne à Suzanne, en contradiction avec ce qui se pratique systématiquement depuis quarante ans... Du coup, j'essaie d'en apprendre plus sur cette histoire de Ponnelle et de "destinataire primitive" (mais j'ai l'impression que ça demande des recherches assez poussées, et je manque un peu de temps)...

Ce n'est pas si paradoxal, après tout, si on considère que Susanna était destinée à Nancy Storace (Mozart lui a écrit le rondo avec piano "Ch'io mi scordi di te") alors que la Comtesse a été créée par Luisa Laschi dont on nous dit qu'elle avait une voix "claire" ; avec toutes les réserves d'usage sur 1- les témoignages, et 2- les typologies vocales telles qu'on les entend aujourd'hui.
C'est pour Luisa Lasci que Mozart a écrit, par ailleurs, dans la version viennoise de Don Giovanni, le duo Zerlina/Leporello "Per queste tue manine". Par comparaison avec des voix que l'on "connaît" (là encore, avec toutes les réserves qui s'imposent quant à l'adéquation de telle ou telle artiste avec tel ou tel rôle), Lasci a chanté Aspasia dans l'Axur de Salieri ; le rôle a été enregistré par Eva Mei, avec Clemencic.
Quant à savoir si ça apporte de l'eau à ton moulin ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mozart - Les Noces de Figaro   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mozart - Les Noces de Figaro
Revenir en haut 
Page 14 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mozart - Les Noces de Figaro
» Sur les Noces de Figaro (Mozart)
» Grand-Théatre de Bordeaux - Les Noces de Figaro W-A MOZART
» Les Noces de Figaro - Bastille - 2010-2011
» Les noces de Figaro - Amsterdam - Février 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: