Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Einojuhani Rautavaara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2005
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 24 Oct 2011 - 22:42

Horatio a écrit:
Rach-phaël06 a écrit:
TragicSymph a écrit:
je ne suis pas totalement certain qu'il ne tombe jamais dans le mauvais goût, j'ai entendu quelques trucs un peu kitsch dans le Concerto pour Piano n°3.
Ah tiens il faudra que j'écoutes ça scratch Je trouve la musique de Rautavaara si bien dosée, c'est exactement se qu'il faut, ni trop ni pas assez. Mais bon ça serait trop beau que son oeuvre complète soit parfaite, il faut bien des ratés de partout, pour renforcer se qui ne l'ai pas Wink .

Quelques facilités harmoniques peut-être ?
Ce que je reprocherai à sa musique, c'est parfois sa routine. Dur de constamment rester au même niveau (c'est flagrant dans les symphonies : deux mouvements magnifiques, deux autres quelconques).

De la facilité harmonique, je ne dirais pas, c'est une des choses qui me surprend énormément dans sa musique d'ailleurs, il trouve toujours des harmonies très intéressantes et recherchées.
La routine oui (du peu que je connais), mais plutôt certaines formules mélodiques je dirais. C'est toujours très beau, parfois même un peu trop, ce qui fait que je trouve un peu kitsch par moment, cela dit, j'adore...tout comme Korngold ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5512
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mar 25 Oct 2011 - 15:49

Oui, une routine, des tournures mélodiques qui se ressemblent d'oeuvres en oeuvres; je suis d'accord avec tout ça même si c'est toujours fort beau.

Mais ça ne doit pas te détourner de Cantus Arcticus qui est ma pièce préférée de Rautavaara, de loin. Et comme c'est plus court que les symphonies, la baisse d'inspiration se fait nettement moins sentir (peut-être un peu dans le dernier mouvement).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2005
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mar 25 Oct 2011 - 15:53

Cello a écrit:
Oui, une routine, des tournures mélodiques qui se ressemblent d'oeuvres en oeuvres; je suis d'accord avec tout ça même si c'est toujours fort beau.

Mais ça ne doit pas te détourner de Cantus Arcticus qui est ma pièce préférée de Rautavaara, de loin. Et comme c'est plus court que les symphonies, la baisse d'inspiration se fait nettement moins sentir (peut-être un peu dans le dernier mouvement).

Ah mais j'aime beaucoup Rautavaara, ce Cantus Arcticus sera la prochaine pièce que je découvrirai.
Je trouve simplement qu'il y a une routine comme nous disions plus haut, mais en aucun cas cela me détourne de sa musique, d'ailleurs je suis très content d'avoir enfin découvert ce compositeur !
J'ai vraiment aimé tout ce que j'ai déocuvert de lui pour l'instant. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4036
Age : 23
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 13 Nov 2011 - 18:59

Ecoute de la Cinquième Symphonie (1986) cet après-midi.
Après une Quatrième dodécaphonique et très aride (que je me réserve pour la fin siffle ), Rautavaara a délaissé le genre symphonique pendant une vingtaine d'années. Il y revient avec cette œuvre, sorte de synthèse des quatre symphonies précédentes, mais qui est aussi un virage vers un style plus personnel.
La symphonie est en un seul mouvement - comment ne pas lorgner vers Sibelius dans ce cas-là ? De ce fait, cette page d'une demi-heure est traversée par un grand souffle, une continuité dans son propos et des variations de couleur, de rythmes qui font penser au grand compositeur finlandais - mais qui resteront des caractéristiques de son style plus tardif.
J'ai essayé de diviser l'œuvre en quelques parties pour plus de clarté :

  • L'introduction est singulière : une longue tenue qui enfle jusqu'à un rapide cluster agrémenté par des cloches et la percussion, avant de retomber piano - et ceci quatre fois de suite, comme une gigantesque respiration.
  • La seconde "partie" consiste en la succession de passages mélodiques, dominés par les cordes, et de passages grotesques et chaotiques, dominées par les cuivres et les percussions. La première mélodie est ainsi énoncée aux cordes, scindée en deux, dans un mouvement de tension harmonique. Apparaissent bientôt les inévitables arabesques des bois, lointains et indistincts cette fois. Quelques interventions des cuivres étoffent l'orchestration, avant que ces derniers ne prennent vraiment la parole dans un passage plus agité. Ce sont les cordes cette fois qui s'occupent des arabesques.
    La formule se répète encore une fois, Rautavaara changeant quelque peu l'orchestration à l'occasion.
  • La danse grotesque des cuivres débouche sur une (très) longue partie mélodique planante. Les cordes, divisées en deux (violons/violoncelles), mènent deux phrases en parallèles, créant une tension harmonique qui tarde à se résoudre.
  • Entrée des bois, puis des cuivres, sur quelques rythmes de marche : la musique s'anime enfin après une léthargie d'une dizaine de minute. Après un développement mezzoforte, une General Pause, le ton change encore ; les tensions harmoniques sont à chaque fois interrompues par les cuivres, dissonants et tonitruants.
  • On retourne enfin à une section mélodique : sur une pulsation sourde aux basses, les violons amènent ce qui est peut-être la première mélodie dénuée d'ambiguïté de la symphonie. L'œuvre se termine sur un bel intervalle consonant entre les violons.


Comme beaucoup d'œuvres de Rautavaara, celle-ci connaît quelques traits de génie et beaucoup de passage de vide rhétorique - notamment la longue partie centrale. On retrouve certes l'espace sonore" de la 3e symphonie, qui manquait encore à la Première, mais les tensions harmoniques entre les différentes cordes, qui donnent ce côté planant, n'en finissent jamais.
Autre reproche, l'utilisation de l'orchestre : Rautavaara utilisant toujours les mêmes procédés, les couleurs de l'orchestre sont toujours les mêmes - ce qui est vraiment redondant à la longue, surtout dans un mouvement d'une demi-heure - et les rôles confiés aux instruments sont vraiment réducteurs : longues phrases incertaines harmoniquement aux cordes, arabesques aux vents, appels dissonants aux cuivres. On attend en vain qu'il se passe quelque chose d'inédit, d'inattendu.

En bref, Rautavaara ne m'a vraiment pas convaincu dans cette symphonie .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1462
Age : 31
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 11 Nov 2012 - 23:14


Vu l'acte I... J'ai beaucoup aimé... (Même la scène qui ressemble au Te Deum de Tosca en plus bruyant...)... Il va sans dire que Matti Salminen est génial là-dedans... Et comme disait Xavie plus haut, son entrée est kalevalesque...
(J'ai l'impression que la Finlande est le seul pays qui s'intéresse vraiment à l'opéra de nos jours...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2005
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Ven 10 Oct 2014 - 17:09

Je continue mon exploration Rautavaarienne...je crois que je suis tombé amoureux de ces sonorités ! Very Happy

J'ai reçu dernièrement le disque contenant On the last Frontier. Dès les premières mesures, je suis entré dans un monde (ou rêve) musical des plus saisissants, en tous cas avec des atmosphères qui sont typiquement ce que j'aime. Accords très sombres, belles modulations harmoniques et polytonalité, on baigne dans un monde tantôt effrayant, tantôt onirique et grandiose. C'est vrai que le choeur est assez faux comme le précise Xavier mais ça ne change rien à la grande beauté de cette musique. C'est vrai que Rautavaara a un style singulier et immédiatement reconnaissable. Vraiment une très belle découverte et puis Finale comme je les aime. A écouter ! sunny

Anadyomène, que j'aime énormément aussi me rappelle pas mal Scriabine et ses accords mystiques, un peu Messiaen aussi je crois. Beaucoup plus polytonale, j'avais l'impression d'être dans du brouillard, assez étonnant. J'aime bien l'orchestration, très remplie.

Le Concerto pour Flûte me semble être plus moderne, j'ai moins eu l'impression de discours, j'ai plus senti des atmosphères différentes. Je l'ai un peu moins écouté que les deux autres pièces mais je sens qu'il y a quelque chose à creuser. Amusant 3ième mouvement sinon !

Bref, un compositeur qui monte chez moi, merci encore à ce forum pour la découverte de ce compositeur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23340
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 27 Oct 2014 - 22:28

Horatio a écrit:

Mélo, puisque tu es actuellement plongé dans les symphonies de Rautavaara, tu pourrais en dire quelques mots sur le fil approprié


Mr. Green C'est que contrairement aux mélomanes « infatigables », je deviens paresseux en vieillissant...

Et présentement je ne les ai pas réécoutées assez attentivement pour en faire un commentaire détaillé.

Je ne sens pas de consistante évolution entre les premières (1955-57, certes remaniées par la suite) et les dernières symphonies (1999).
Car dans le chaudron du druide, en presque un demi-siècle, ça suit à peu près les mêmes recettes le même style chamanique : de lentes plages paysagistes aux longues mélodies végétatives contrastent avec des élans plus modernistes dans les mouvements vifs.
Amorcé par les stupeurs neurasthéniques de la Cinquième, les ébats psychédéliques de la Sixième, le climat se fait toujours plus contemplatif voire mystique dans les deux derniers opus, qui malgré un penchant pour la musique d'ambiance restent parmi les plus intéressants des huit, pour un résultat proche de l'extase.
Est-on si loin de certains procédés de la Sinfonia Antartica de Vaughan Williams, certes plus programmatique et pittoresque ? En tout cas, ces oeuvres constitueraient un support sonore assez édifiant pour un documentaire en images sur le grand nord.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23340
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Ven 21 Nov 2014 - 22:17

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Einojuhani Rautavaara (1928-) :

Cantus Arcticus

= Leif Segerstam, Orchestre philharmonique d'Helsinki

(Ondine, novembre 2004)



cool-blue Ma présente contribution à ce topic va être assez navrante, mais je me disais en le réécoutant que le Cantus Arcticus ne convient guère que pour rêvasser mollement dans son fauteuil après une dure journée de labeur bureaucratique, en manque de grands espaces.

Sauf à verser dans le documentaire animalier easy-listening, a-t-on besoin de faire entendre des cris d'oiseaux pour susciter leur évocation dans un paysage sonore ?

N'est-ce pas le degré zéro de la musique illustrative ? : la description, le factuel, le phénomène brut.

Bon j'exagère : y a quand même un orchestre, ça se présente comme un concerto...

Mais la Symphonie n°5 de Sibelius parvient à me suggérer magnifiquement un majestueux vol de cygnes qui sort des nuages, sans avoir besoin de bande préenregistrée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri
Mélomane averti


Nombre de messages : 191
Localisation : Châtillon
Date d'inscription : 12/04/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 22 Nov 2014 - 0:37

Assez d'accord avec toi, Mélomaniac. Bien que cette pièce soit agréable à écouter elle est loin d'être la plus captivante de Rautavaara. Compositeur que j'aime plutôt bien dans l'ensemble mais qui m'exaspère souvent avec une certaine formule rythmique aux percussions qui revient de manière presque récurrente dans beaucoup de ses pièces. Tu sais, bam, bam, bam, balabam ! ou un truc dans le genre. Tu vois ce que je veux dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23340
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 22 Nov 2014 - 1:03

Henri a écrit:

Tu vois ce que je veux dire ?


Pas forcément ; j'assimile plutôt son langage à des étendues contemplatives un brin ésotériques.
Le genre de tapisseries béates qui peuvent dérouler leur confort de détente.

Je n'ai pas en mémoire des formules rythmiques récurrentes, mais un idiome panoramique assez semblable d'une oeuvre à l'autre.
On peut au moins le créditer d'une certaine cohérence d'inspiration et de style.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri
Mélomane averti


Nombre de messages : 191
Localisation : Châtillon
Date d'inscription : 12/04/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 23 Nov 2014 - 0:48

C'est tout à fait ça, "des étendues contemplatives un brin ésotériques". C'est pour cela que ces insistantes et intempestives interventions de percussions - des timbales en général - m'énervent un peu, surtout que c'est dans plusieurs morceaux, pas dans un seul. Oui, je suis plutôt un contemplatif moi aussi, c'est pour ça que ça me fait un peu l'effet d'une moto qui traverse un paysage tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 16 Nov 2015 - 22:28

bonsoir à tous je suis tombé sous le charme de ce compositeur, vraiment à ce jour la musique après 1945 la plus accessible pour moi,
j'écoute Einojuhani Rautavaara,Cantus Arcticus Op.61.
et c'est superbe ......relaxant....
comment font-ils les chants d'oiseaux ? c'est des instruments de musique ou un enregistrement sonore d'oiseaux ?
merci bonsoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 16 Nov 2015 - 22:39

C'est un enregistrement sur bande. (de faux oiseaux, par électronique il me semble)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 16 Nov 2015 - 22:46

Xavier a écrit:
C'est un enregistrement sur bande. (de faux oiseaux, par électronique il me semble)
merci xavier j'écoute cette symphonie
Rautavaara: Symphony No. 7, "Angel of Light"

mais est-ce encore de la musique classique ? on dirait de la musique de films, pour une symphonie composée en 1994 c'est archi accessible comme musique, rien de contemporain..c'est très relaxant...unique et quelle decouverte pour moi
style inclassable ? ça pourrait être aussi du vangelis ou du tangerine dream
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 16 Nov 2015 - 22:52

C'est contemporain puisque c'est récent.

La musique contemporaine, c'est un terme qui couvre des musiques très diverses, très différentes, le fait que ce soit très accessible ne lui interdit pas cette dénomination, bien heureusement.

(pour ce qui est de Vangelis, faut pas déconner, si tu voyais une partition de Rautavaara tu verrais la complexité du truc!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 16 Nov 2015 - 22:57

On peut en dire autant d'autres compositeurs contemporains (Silvestrov, Aho, Arnold, Arnell, Vasks etc). Certains estiment qu'il ne s'agit pas vraiment de musique contemporaine. Pourtant c'est contemporain (20-40 dernières années), sans pour autant être 'moderne'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri
Mélomane averti


Nombre de messages : 191
Localisation : Châtillon
Date d'inscription : 12/04/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mar 17 Nov 2015 - 0:11

Je dirais plutôt que c'est "moderne" sans être "contemporain", tout dépend comment on définit ces termes. "Moderne" parce que ça sonne actuel, au point que certains peuvent légitimement dire que ça pourrait être "du Vangelis ou du Tangerine dream", et je suis assez d'accord sur le fond, même si ce sont des musiques et des manières de composer totalement différentes. Et pas du tout "contemporain" au sens restreint qu'a prit le mot dans l'art dit "contemporain", où le discours sur l'oeuvre est plus important que l'oeuvre elle-même, qui n'a en fin de compte même pas besoin d'être appréciée pour elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 0:21

Henri a écrit:
Et pas du tout "contemporain" au sens restreint qu'a prit le mot dans l'art dit "contemporain", où le discours sur l'oeuvre est plus important que l'oeuvre elle-même, qui n'a en fin de compte même pas besoin d'être appréciée pour elle-même.

Mais qui, sérieusement, utilise "contemporain" dans ce sens-là ? Je ne comprends pas que tu accordes quelque crédit à cette définition. Même Boulez n'oserait pas retirer la qualité de "compositeurs contemporains" à un Rautavaara ou un Silvestrov ou un Tavener. Car ce sont ses contemporains. Point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 1:07

Le mot “contemporain” a des sens très divers, et ne désigne pas forcément une période, ni le caractère actuel, donc c’est loin d’être une question qui peut être réglée définitivement comme ça sans discussion. Et cela n’a rien de choquant : si on donne un sens quel qu’il soit mais autre que simplement chronologique à ce terme, comme on peut le faire pour “romantique” “classique” etc., dire d’une musique qu’elle n’est pas “contemporaine” n’est en aucun cas lui nier toute valeur, actualité ou légitimité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 1:26

En effet c'est en partie subjectif. Satie, Antheil, et même Stravinsky sont encores 'modernes' même s'ils ne sont plus contemporains. Silvestrov et Kancheli, Arnell et Rautavaara sont contemporains sans être modernes. Carter est moderne et contemporain. Etc.

Il faudrait s'entendre sur les termes.

Pour moi 'moderne' = qui a assez rué dans les brancards pour faire tomber des barrières, bousculer des idées reçues (tonalité, rythme, etc). Donc, n'est pas moderne qui veut. Contemporain = plus ou moins de la même génération, que j'aurais pu connaître dans ma jeunesse, etc. Forcément, la définition de 'contemporain' pour qqun qui a 20 ans ne sera pas la même que pour qqun qui en a 70 ou 80.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29158
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 8:19

lucien a écrit:
Le mot “contemporain” a des sens très divers, et ne désigne pas forcément une période, ni le caractère actuel, donc c’est loin d’être une question qui peut être réglée définitivement comme ça sans discussion. Et cela n’a rien de choquant : si on donne un sens quel qu’il soit mais autre que simplement chronologique à ce terme, comme on peut le faire pour “romantique” “classique” etc., dire d’une musique qu’elle n’est pas “contemporaine” n’est en aucun cas lui nier toute valeur, actualité ou légitimité.

Ah ? Beh pour ma part je ne suis pas dupe : retirer l'adjectif contemporain à une musique qui chronologiquement l'est ... cela vise à la dénigrer. Je ne parle pas "en théorie", "sur le papier" ... mais dans la réalité. La musique n'est pas un pays de bisounours ... mais un endroit où toutes les bassesses "politiques" ont pu se voir.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 9:30

Ça peut (surtout si ça sort de la bouche d’un compositeur, etc.), mais le message d’Henri n’avait rien de méprisant pour Rautavaara par exemple (au contraire). Et puis sinon, on va faire de la musique “contemporaine” pendant encore deux siècles ?
Mais moi je pense plutôt l’inverse de toute façon : Rautavaara est bien contemporain (dans un sens non chronologique), lui qui part dans plusieurs directions, mélange des styles, défend l’expression du sentiment, l’évocation, etc., tandis que Boulez appartient (du moins au départ) à la “Nouvelle Musique” qui prolonge en définitive le modernisme.
...tout dépend des définitions qu’on donne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29158
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 10:12

lucien a écrit:
Ça peut (surtout si ça sort de la bouche d’un compositeur, etc.), mais le message d’Henri n’avait rien de méprisant pour Rautavaara par exemple (au contraire). Et puis sinon, on va faire de la musique “contemporaine” pendant encore deux siècles ?
Mais moi je pense plutôt l’inverse de toute façon : Rautavaara est bien contemporain (dans un sens non chronologique), lui qui part dans plusieurs directions, mélange des styles, défend l’expression du sentiment, l’évocation, etc., tandis que Boulez appartient (du moins au départ) à la “Nouvelle Musique” qui prolonge en définitive le modernisme.
...tout dépend des définitions qu’on donne.

Mais je suis d'accord.

Et si on veut qualifier un compositeur stylistiquement, je pense qu'il vaut mieux utiliser d'autres termes (qui parfois existent) que "contemporain", qui a une signification chronologique relativement précise ("de notre temps" ... donc non le musique contemporaine, ça ne peut pas être 2 siècles).
On parle bien de "minimalisme" par exemple pour qualifier certains compositeurs. C'est beaucoup plus approprié d'appliquer un tel adjectif (malgré les limites de la chose) que de construire qq ch de beaucoup plus spécieux comme contemporain/non-contemporain ... pour des musiques qui le sont chronologiquement.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 10:27

pourtant moderne aussi veut au départ dire « actuel ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29158
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 10:36

lucien a écrit:
pourtant moderne aussi veut au départ dire « actuel ».

Ah mais je ne discutais pas de ce terme ... qui lui aussi pose beaucoup de problèmes.
Si par "moderne" on entend ce qui prend le contre pied au romantisme, alors Debussy est moderne, et un des premiers modernes (et je suis d'accord avec Boulez, car c'est grosso modo sa définition).
Mais après ... quand est ce que ça s'arrête ? Non ce terme est certainement à proscrire. Et ce n'est pas un hasard si il est utilisé à tort et à travers par les journalistes ... car ils ne s'interrogent peu sur les mots qu'ils utilisent.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 10:43

alors on ne peut plus rien dire, n’importe quel terme pose problème... et ce se serait fort dommage de se priver de ces deux-là, qui sont très riches de signification(s).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29158
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 10:54

lucien a écrit:
alors on ne peut plus rien dire, n’importe quel terme pose problème... et ce se serait fort dommage de se priver de ces deux-là, qui sont très riches de signification(s).

C'est bien ça le problème : chacun y met ce qu'il veut ... et devient outré que le voisin n'y mette pas les mêmes choses. Je ne vois pas bien l'utilité du coup.
Ce sont des termes utilisés largement en dehors de la musique (et ce de façon extrêmement fréquente, ce sont des mots du langage courant) ... contrairement à "spectral" par exemple ou "dodécaphonique". Et donc ... viennent se greffer des sémantismes qui brouillent inutilement les choses.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29158
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 11:19

Au passage, ce mot de "moderne" est très chargé pour les historiens, puisqu'il désigne l'opposition à la fois au Moyen Âge et à l'Antiquité. D'où la querelle des Anciens contre les Modernes au XVII°.
Il est évident que tu ne veux pas l'utiliser dans ce ce sens là.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 11:36

Cololi a écrit:
Il est évident que tu ne veux pas l'utiliser dans ce ce sens là.

si, quand même, c’est très lié, et globalement c’est ce sens-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 13:02

lucien a écrit:
Ça peut (surtout si ça sort de la bouche d’un compositeur, etc.), mais le message d’Henri n’avait rien de méprisant pour Rautavaara par exemple (au contraire). Et puis sinon, on va faire de la musique “contemporaine” pendant encore deux siècles ?

Bah oui, et même dans deux deux mille ans si tu veux, sauf que ceux qui feront de la musique contemporaine ne seront plus les mêmes !


Citation :
Mais moi je pense plutôt l’inverse de toute façon : Rautavaara est bien contemporain (dans un sens non chronologique), lui qui part dans plusieurs directions, mélange des styles, défend l’expression du sentiment, l’évocation, etc., tandis que Boulez appartient (du moins au départ) à la “Nouvelle Musique” qui prolonge en définitive le modernisme.
...tout dépend des définitions qu’on donne.

Je maintiens: en dehors de son acception temporel, je ne vois pas très bien quelle autre définition de "musique contemporaine" on peut trouver, qui serait étayée et acceptée  assez largement, surtout si on commence à y mettre des critères esthétiques flous. La seule ambiguïté, comme vous l'avez noté, c'est l'effet générationnel poussé à l'extrême:  un centenaire pourrait bien encore considérer que Ravel ou Schoenberg sont des compositeurs contemporains alors que de toute évidence, pour nous, ils sont déjà rangés dans l'histoire de la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Mer 18 Nov 2015 - 20:19

bonsoir selon moi moderne concerne l'époque classique de 1900 à 1950 et contemporain la musique dite classique à partir de 1950,
certaines personnes prennent également ces deux termes pour des synonymes, et des personnes souvent d'un âge différent, quand une mamie dit "c'est un meuble moderne", sa fille ou petite-fille dirait que "c'est un meuble contemporain".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri
Mélomane averti


Nombre de messages : 191
Localisation : Châtillon
Date d'inscription : 12/04/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Jeu 19 Nov 2015 - 0:45

Lucien a écrit:
Mais moi je pense plutôt l’inverse de toute façon : Rautavaara est bien contemporain (dans un sens non chronologique), lui qui part dans plusieurs directions, mélange des styles, défend l’expression du sentiment, l’évocation, etc.

Pour moi aussi, Rautavaara est bien contemporain, au sens où il a toute sa place dans la musique actuelle et qu'il ne compose pas comme on le faisait il y a un siècle. Et la plupart des compositeurs actuels qui comptent sont contemporains dans ce sens-là, même ceux qui refusent certaines voies qui ont été décrétées obligatoires il y a cinquante ans ou plus (sérialisme, atonalisme...). J'ai utilisé plus haut le mot contemporain entre guillemets pour faire un parallèle avec l'art contemporain où l'on trouve le même genre de dictature qui disqualifie a priori tout artiste qui refuse de se couler dans le moule obligatoire. Donc, si l'on veut utiliser le mot contemporain dans son vrai sens, tous les compositeurs actuels sont évidemment contemporains, même s'ils ne font pas de la musique qui rentre dans le moule "musique contemporaine" au sens restreint, élitiste et dictatorial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henrimanguy.photodeck.com/
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 887
Age : 50
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Jeu 19 Nov 2015 - 10:52

Cololi a écrit:

Et si on veut qualifier un compositeur stylistiquement, je pense qu'il vaut mieux utiliser d'autres termes (qui parfois existent) que "contemporain", qui a une signification chronologique relativement précise (...)
On parle bien de "minimalisme" par exemple pour qualifier certains compositeurs. C'est beaucoup plus approprié d'appliquer un tel adjectif (malgré les limites de la chose) que de construire qq ch de beaucoup plus spécieux comme contemporain/non-contemporain ... pour des musiques qui le sont chronologiquement.

Je rejoins ce commentaire. Pour évoquer une musique contemporaine qui ne sonne pas "moderne", on a aussi parlé de musique nouvelle pour Arvo Pärt (là où on n'hésitera pas à qualifier Tüür de contemporain en rapport à la modernité). Terme de musique nouvelle qui fait un peu marketing et ne veut pas dire grand chose quand même.
Après la notion de modernité... à chaque moment de l'Histoire les novateurs ont été modernes. Pour autant aujourd'hui une musique doit-elle forcément bousculer les habitudes ou le confort sensoriel pour être qualifiée de moderne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 887
Age : 50
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Jeu 28 Juil 2016 - 20:41

Einojuhani Rautavaara est décédé aujourd'hui à l'âge de 87 ans à son domicile d'Helsinki. Sad (J'ai appris la nouvelle aux infos sur fip en voiture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
Rav-phaël
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6237
Age : 24
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Jeu 28 Juil 2016 - 23:15

mince .. c'est triste  Sad  . Il a été mon premier rapport avec un véritable compositeur contemporain ! Je suis très admiratif, même si ça musique n'est pas tout à fait ce que je préfère, j'ai souvent envi d'y revenir ! J'aime beaucoup sont deuxième Concerto pour violoncelle (2008 – 2009), par exemple ;

J'espère qu'on lui rendra l'hommage qu'il mérite (c'est pas gagné .. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Jeu 4 Aoû 2016 - 19:40

Iskender a écrit:
Einojuhani Rautavaara est décédé aujourd'hui à l'âge de 87 ans à son domicile d'Helsinki. Sad (J'ai appris la nouvelle aux infos sur fip en voiture)

Je l'apprends seulement maintenant! Crying or Very sad

J'apprécie sa musique, ses opéras en particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 6 Aoû 2016 - 9:11

Je viens de réécouter son premier opéra "Kaivos" (la mine) composé en 1958 et revisé en 1963.
C'est très sombre (révolte des mineurs au fond d'une mine) inspiré par les événements de 1958 en Hongrie.
Écriture dodécaphonique.

Il aura fallu attendre 2010 pour ce premier enregistrement.
À connaître!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laresifamilasol
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Age : 27
Localisation : Constantinople, ville volée
Date d'inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Ven 12 Aoû 2016 - 23:57

Je ne sais qu'en penser. En fait il ne m'a jamais convaincu. Comme tous les norvégiens/finlandais/Suédois, etc.... Ces gens la ont la tete trop froide. Mais je vais devoir travailler ses études bedo pour piano. bedo bedo bedo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 1:42

Heu, tous les mettre dans le même sac, quand même… Nielsen, Alfvén, Madetoja, A. Merikanto, Atterberg, tu trouves ça froid ? Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
laresifamilasol
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Age : 27
Localisation : Constantinople, ville volée
Date d'inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 1:45

DavidLeMarrec a écrit:
Heu, tous les mettre dans le même sac, quand même… Nielsen, Alfvén, Madetoja, A. Merikanto, Atterberg, tu trouves ça froid ? Surprised  


oui pour le premier et le dernier, les seuls dont je connaisse la musique... sinon en scandinave j'aime bien Lindberg, je trouve que c'est le plus grand compositeur du XXIème siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 1:59

laresifamilasol a écrit:
oui pour le premier et le dernier, les seuls dont je connaisse la musique...

Pourtant, Nielsen 1,2,4, ce sont des explosions de couleur (les concertos, oui, sont froids, la musique piano, quoique formidable, aussi) ; et Atterberg, ça tire quand même beaucoup sur Dvořák (les deux premières symphonies !), qu'on n'associe pas à cette caractéristique non plus. Ça ne me frappe vraiment pas comme une caractéristique locale – et encore moins chez les Finlandais qui ont souvent un langage très chaleureux et coloré.


Citation :
sinon en scandinave j'aime bien Lindberg, je trouve que c'est le plus grand compositeur du XXIème siècle.

C'est possible après Stephen Schwartz, mais il reste dommage qu'il n'ait écrit qu'une œuvre. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
laresifamilasol
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Age : 27
Localisation : Constantinople, ville volée
Date d'inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 2:08

DavidLeMarrec a écrit:
laresifamilasol a écrit:
oui pour le premier et le dernier, les seuls dont je connaisse la musique...

Pourtant, Nielsen 1,2,4, ce sont des explosions de couleur (les concertos, oui, sont froids, la musique piano, quoique formidable, aussi) ; et Atterberg, ça tire quand même beaucoup sur Dvořák (les deux premières symphonies !), qu'on n'associe pas à cette caractéristique non plus. Ça ne me frappe vraiment pas comme une caractéristique locale – et encore moins chez les Finlandais qui ont souvent un langage très chaleureux et coloré.


Citation :
sinon en scandinave j'aime bien Lindberg, je trouve que c'est le plus grand compositeur du XXIème siècle.

C'est possible après Stephen Schwartz, mais il reste dommage qu'il n'ait écrit qu'une œuvre. Smile  




Sibelius est chaleureux et coloré? pété de rire Embarassed La seule musique chaleureuse de ce compositeur (finlandia, concerto) c'est sa plus mauvaise mains
Katia saariaho, chaleureuse Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 2:21

laresifamilasol a écrit:
Sibelius est chaleureux et coloré? pété de rire Embarassed La seule musique chaleureuse de ce compositeur (finlandia, concerto) c'est sa plus mauvaise  mains
Katia saariaho, chaleureuse Mad

Non, pas ceux-là, mais Madetoja, O. et A. Merikanto, Klami, Kokkonen, Hakola, certains Rautavaara, il y a une manière finlandaise assez généreuse dans les couleurs et les effets, à ce qu'il m'en semble.

Effectivement, on peut objecter qu'en même temps il y a Sibelius, Saariaho, Sallinen et Heiniö, franchement glaciaux, mais ça fait déjà beaucoup d'exceptions pour une généralité, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
laresifamilasol
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Age : 27
Localisation : Constantinople, ville volée
Date d'inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 2:29

Laughing


Dernière édition par laresifamilasol le Sam 13 Aoû 2016 - 2:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 2:40

laresifamilasol a écrit:
De toute façon, ils sont en train de se faire envahir par les musulmans

Heu… Tu as regardé les chiffres ? Parce que la Finlande est très loin de la submersion, même si elle en débat beaucoup comme les copains. (De toute façon, sujet politique, ce n'est plus admis sur le forum maintenant, ça fâchait trop de monde.)


Citation :
je suis à Constantinople je sais bien que l'islamisme progresse partout......

Un jour ils vont finir par lui changer jusqu'à son nom !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
laresifamilasol
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Age : 27
Localisation : Constantinople, ville volée
Date d'inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 2:44

Laughing


Dernière édition par laresifamilasol le Sam 13 Aoû 2016 - 2:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 2:47

laresifamilasol a écrit:
moi je ne suis pas raciste mais ils me gavent ces cons fesse

Avertissement, je ne le ferai pas deux fois: fais vraiment attention au ton et aux mots que tu utilises, là vraiment on va dire que tu n'as pas pris garde et que tu n'es pas encore familier du forum, que tu ne t'es pas rendu compte du nombre de lecteurs (on n'est pas à une table de bistrot entre potes) et des règles qui ont cours ici, mais ce genre de propos n'est absolument pas admis ici, et on ne les admettra pas une seconde fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
laresifamilasol
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Age : 27
Localisation : Constantinople, ville volée
Date d'inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 13 Aoû 2016 - 2:49

Xavier a écrit:
laresifamilasol a écrit:
moi je ne suis pas raciste mais ils me gavent ces cons fesse

Avertissement, je ne le ferai pas deux fois: fais vraiment attention au ton et aux mots que tu utilises, là vraiment on va dire que tu n'as pas pris garde et que tu n'es pas encore familier du forum, que tu ne t'es pas rendu compte du nombre de lecteurs (on n'est pas à une table de bistrot entre potes) et des règles qui ont cours ici, mais ce genre de propos n'est absolument pas admis ici, et on ne les admettra pas une seconde fois.


ca a pas l'air commode par ici siffle

du coup je vais delete mes messages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4462
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 15:04

Toujours dans mon exploration des symphonies «néo»:


Symphonie nº8 «Voyage» (1999)
Leif Segerstam / Orchestre Philharmonique d’Helsinki
Helsinki, V.2001
Ondine


Ça s’écoute sans déplaisir, mais sans grand intérêt non plus. Difficile en fait de qualifier cette musique de «néo», car on ne perçoit en fait aucune dimension rétrospective, aucun rapport complexe à la modernité (alors que dans les symphonies tardives de Silvestrov ou Penderecki, si): le langage semble s’inscrire sans arrière-pensée dans la continuité d’un certain postromantisme sage, quelque part entre Atterberg et Korngold. C’est orchestralement assez épais et un peu sirupeux, avec quelques effets pas toujours de très bon goût, mais sans excès non plus - disons que c’est une musique un peu trop «juste milieu» pour être qualifié de kitsch. Cependant, le flux musical avance assez bien, on sent un solide métier, à défaut de quoi que ce soit de marquant.

(Je me souviens toutefois d’avoir entendu des choses plus saillantes - une symphonie de jeunesse qui ressemblait bizarrement à un pastiche de Bruckner et une œuvre pour orchestre - peut-être pas une symphonie, mais il était question d’ange dans le titre - plus spiritualo-dégoulinante.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 16:12

J'ai eu la même impression pour les autres symphonies (à chaque fois dans des styles différents), je croyais les avoir toutes écoutées, mais ce que tu me dis sur du simili-Bruckner ne m'évoque vraiment rien.

Sinon, oui, c'est ça, pas vraiment tonal (c'était peu ou prou interdit), très polarisé quand même, personnel malgré tout, mais tellement au milieu du gué que ça ne me touche pas beaucoup. Si j'employais des gros mots, je dirais que ça manque d'inspiration, tout simplement.

Mais c'est joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   

Revenir en haut Aller en bas
 
Einojuhani Rautavaara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Einojuhani Rautavaara
» Ludus Verbalis
» Esa-Pekka Salonen
» Oiseaux...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: