Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Einojuhani Rautavaara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4182
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 16:41

DavidLeMarrec a écrit:
mais ce que tu me dis sur du simili-Bruckner ne m'évoque vraiment rien.
Je viens de retrouver ça: c'est la 3ᵉ (les deux derniers mouvements - les deux premiers sont un peu plus nielseno-chostakoviens).

DavidLeMarrec a écrit:
Mais c'est joli.
Voilà. À la différence de Sallinen qui, en plus, est assez moche. Bon, je vais encore tenter Aho et Kokkonen, histoire de boucler le dossier finlandais (d'ailleurs, à écouter tout ça, on voit mieux comment la musique gentiment coloriste de Saariaho a pu être perçue comme avant-gardiste.)


Dernière édition par Benedictus le Dim 9 Avr 2017 - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80898
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 16:44

J'aime bien Rautavaara, il y a quand même quelques oeuvres qui sortent un peu du lot, mais c'est vrai qu'il y a une écriture au kilomètre, du coup je ne cherche pas à tout écouter, on a vite l'impression d'avoir fait le tour, c'est finalement un peu décevant.
Ceci dit, j'aimerais beaucoup en écouter en concert, je n'ai pas encore eu l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 16:50

DavidLeMarrec a écrit:
Sinon, oui, c'est ça, pas vraiment tonal (c'était peu ou prou interdit),

Ça continue de me faire sourire, ce genre de chose, moi.
Déjà, interdit d’écrire de la musique tonale en 1999, hein, hem. Je suppose que tu voulais parler des symphonies de Rautavaara en général. Mais ça reste un mythe. Même en France, il suffit de regarder ce que jouait par exemple l’ORTF dans les années 50 et 60 (décennies des premières symphonies de Rautavaara... après 1970 la tonalité est à la mode, donc le problème n’est pas le même) pour s’en rendre compte. Que l’histoire et la mémoire institutionnelle aient choisi leur camp, c’est indiscutable. Mais interdit, à l’époque, c’est un mythe. Et je ne parle même pas de l’Allemagne où toutes les tendances cohabitent et prolifèrent parallèlement (évidemment, quand on n’a pas qu’un seul centre culturel, ça change la donne). Alors en Europe du Nord, soyons sérieux. Rautavaara était quelqu’un de curieux, ouvert voire éclectique, c’est tout, pas besoin de théorie du déguisement ou du sens caché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4182
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 16:55

Xavier a écrit:
J'aime bien Rautavaara, il y a quand même quelques oeuvres qui sortent un peu du lot, mais c'est vrai qu'il y a une écriture au kilomètre, du coup je ne cherche pas à tout écouter, on a vite l'impression d'avoir fait le tour, c'est finalement un peu décevant.
C'est terrible, ça: chaque fois que j'ai entendu quelqu'un dire qu'il aimait bien Rautavaara, c'était toujours, comme tu viens de le faire, assorti d'une restriction sur ce côté «vite lassant», «musique au kilomètre»...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 17:51

Benedictus a écrit:
Je viens de retrouver ça: c'est la 3ᵉ (les deux derniers mouvements - les deux premiers sont un peu plus nielseno-chostakoviens).

Bon, bon, je vais mettre ça.


Oui, Sallinen s'est fait une réputation (essentiellement nationale) à cause des sujets traités, mais c'est assez laborieux et gris, je trouve aussi.

Aho n'est pas mal (un peu le genre de Madetoja, en moins marquant). Sinon, tu as essayé Klami ? C'est un peu du Sibelius-doux (mais pas sirupeux), c'est assez chouette.

Effectivement, pour les finlandais, le plus intéressant arrive après (Hakola I love you ). Mais chez Rautavaara, il y a de très belles choses en musique sacrée (même si, là non plus, il n'est pas le meilleur de sa catégorie). Je me suis aussi réécouté Auringon Talo, il y a un mois, une petite merveille, on a l'impression de retrouver une veine mozartienne dans le geste compositionnel. Very Happy

À l'échelle des pays nordiques, plus conservateurs dans la première partie du siècle, oui, l'atonalité brute allait moins de soi – et ça explique peut-être pourquoi on a eu ensuite des compositeurs audiblement plus soucieux de l'opinion des auditeurs que les « chercheurs » un brin solipsistes des nations d'avant-garde. (Aux États-Unis, c'est différent, ils cherchent encore le sens du mot.)

--

Xavier a écrit:
J'aime bien Rautavaara, il y a quand même quelques oeuvres qui sortent un peu du lot, mais c'est vrai qu'il y a une écriture au kilomètre, du coup je ne cherche pas à tout écouter, on a vite l'impression d'avoir fait le tour, c'est finalement un peu décevant.
Ceci dit, j'aimerais beaucoup en écouter en concert, je n'ai pas encore eu l'occasion.

La Huitième a justement été donnée la saison dernière à Radio-France (couplage Lindberg, je te laisse supposer le remplissage…), mais moi ça me fait plutôt peur, être assis et ne faire qu'écouter de jolis aplats… Au moins, avec du Donizetti, on peut huer les contre-notes poussées et les descentes chromatiques bosselées pour passer le temps.

--

lucien a écrit:
Déjà, interdit d’écrire de la musique tonale en 1999, hein, hem. Je suppose que tu voulais parler des symphonies de Rautavaara en général. Mais ça reste un mythe. Même en France, il suffit de regarder ce que jouait par exemple l’ORTF dans les années 50 et 60 (décennies des premières symphonies de Rautavaara... après 1970 la tonalité est à la mode, donc le problème n’est pas le même) pour s’en rendre compte. Que l’histoire et la mémoire institutionnelle aient choisi leur camp, c’est indiscutable. Mais interdit, à l’époque, c’est un mythe. Et je ne parle même pas de l’Allemagne où toutes les tendances cohabitent et prolifèrent parallèlement (évidemment, quand on n’a pas qu’un seul centre culturel, ça change la donne). Alors en Europe du Nord, soyons sérieux. Rautavaara était quelqu’un de curieux, ouvert voire éclectique, c’est tout, pas besoin de théorie du déguisement ou du sens caché.

Ce n'est pas du tout ce que je voulais dire. Je faisais référence au récit que fait Rautavaara de ses propres années d'apprentissage : il explique qu'il aurait voulu écrire de la musique tonale, mais qu'on n'enseignait pas ça à l'époque de ses études, et qu'il a donc rusé pour réintroduire de la tonalité dans un langage atonal – dans Aleksis Kivi, par exemple, c'est du dodécaphonisme utilisant douze… accords parfaits.

Je n'ai pas d'informations ni d'opinion sur la sincérité de son récit d'ailleurs, je mentionnais simplement en passant son rapport ambigu à son propre langage : il le dit lui-même, et on peut le percevoir sans même en être informé, c'est comme s'il écrivait une autre musique avec des moyens qui ne sont pas compatibles.

Je ne parle pas du tout des éternelles controverses françaises sur la mainmise d'une esthétique (réelle, mais enfin, Landowski, Daniel-Lesur ou Damase avaient du boulot quand même) sur les subventions. C'est un autre sujet qui n'a pas de rapport direct avec celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 18:11

D’accord, j’ai possiblement mal compris (ce n’est pas ce que j’appelle interdit), et embrassé par erreur le point de vue franco-français que je pensais pouvoir te reprocher.
Mais quand même, pas d’enseignement tonal, en 1950, à Helsinski, avec Merikanto... j’ai vraiment du mal à y croire. D’ailleurs il me semble qu’il a écrit des choses tout à fait classiques à l’époque, ce n’est qu’après qu’il en est venu au dodécaphonisme. L’exemple de Aleksis Kivi que tu cites souvent (il va sans dire que je n’ai jamais écouté... je serais assez curieux, mais c’est tout un opéra écrit comme ça ?), c’est très tardif, et il me semble que c’est une façon, comme d’autres choses similaires, d’entretenir cette étrangeté de langage que tu décris très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 18:16

Encore une fois, je ne fais que retranscrire son propos, justement une explication de l'époque où il écrivait Kivi (donc très longtemps après), il y a possiblement de la reconstruction rétrospective (moi non plus, je ne vois pas trop ce qui empêcherait un gars avec cette maîtrise formelle de généraliser le langage de ses Vigiles, par exemple, dans ses opéras ou symphonies).

D'oreille, je n'ai jamais entendu ni le dodécaphonisme (ça paraît couler de façon assez peu contrainte, je n'ai pas senti de récurrences d'intervalles) ni la tonalité (ça sonne plutôt chargé, en tout cas pas « pur », alors que ça devrait sonner comme du Glass, avec de vilains enchaînements à nu) là-dedans. Le résultat est surtout assez terne et gris, aussi bien du point de vue l'opéra (un opéra sur un artiste, c'est toujours pénible) que de la musique, très peu saillante.

Après, pourquoi prétendre ça ? Pour excuser son entre-deux, pour revendiquer une forme de singularité quand il a finalement été centriste toute sa vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23113
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Dim 9 Avr 2017 - 22:52

Benedictus a écrit:

une œuvre pour orchestre - peut-être pas une symphonie, mais il était question d’ange dans le titre - plus spiritualo-dégoulinante.


La Symphonie n°7 ("Ange de lumière") ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 10 Avr 2017 - 13:53

Si Rautavaara - ou Englund, Sallinen ou même Aho - vous semblent trop jolis et sans grand relief, pourquoi ne pas aller du côté des nordiques plus "secrets" et instables comme Eliasson, Norholm ou Heininen ? Ce dernier compte parmi ses élèves Lindberg et Saariaho. Leur musique "gratte" un peu plus, mais ça ne fait pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 10 Avr 2017 - 14:08

merci André pour ces idées.
c’est très frustrant pour moi parce que pour l’instant rien ne me convainc vraiment dans ce que j’ai écouté de la seconde moitié du vingtième siècle en Europe du Nord — à part quelques Lindberg peut-être, voire un Saariaho ou deux, mais ce ne sont pas non plus des choses qui me parlent intimement —, au point que je suis découragé et que du coup c’est une région que je connais très mal... j’ai même essayé les chouchous de David mais... (Hakola pale).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 10 Avr 2017 - 14:22

lucien a écrit:
merci André pour ces idées.
c’est très frustrant pour moi parce que pour l’instant rien ne me convainc vraiment dans ce que j’ai écouté de la seconde moitié du vingtième siècle en Europe du Nord — à part quelques Lindberg peut-être, voire un Saariaho ou deux, mais ce ne sont pas non plus des choses qui me parlent intimement —, au point que je suis découragé et que du coup c’est une région que je connais très mal... j’ai même essayé les chouchous de David mais... (Hakola pale).

Même Nordheim ou Nørgård ?

Ce n'est pas très étonnant, cela dit, parce que même ceux qui écrivent hors du système tonal (pas majoritaires au disque, j'ai l'impression) ont un lien très fort avec la tradition (Gundmundsen-Holmgreen, Rosing-Schow, Ruders, Hillborg, Heininen, Dzenitis, Kalniņš, Vasks, Hakola, Zaļupe, tous autant qu'ils sont…), soit par des citations, soit par l'usage de formes et plus généralement d'une pensée qui puise sa source dans le passé. Même si le langage n'est plus le même, la logique reste celle du passé, pour large part. C'est assez loin des pièces beaucoup plus neuves / coupées de la tradition que tu écoutes ces dernières années.

En renversant le truc, c'est la raison pour laquelle j'y trouve beaucoup plus de compositeurs à mon goût qu'en Allemagne ou en France, effectivement, parce que je parviens à sentir, sans ouvrir les notices, une poussée, une direction, une logique dans leurs musiques – je sais que tu le sens pas pour ce que tu écoutes, hein, mais moi en revanche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 10 Avr 2017 - 14:27

DavidLeMarrec a écrit:
Même Nordheim ou Nørgård ?

Nordheim je connais très mal, Nørgård un peu plus, et pour moi c’est très bof... ses quelques œuvres orchestrales anciennes (pré-spectrales) sont pas mal, mais après, vraiment bof.

DavidLeMarrec a écrit:
Ce n'est pas très étonnant, cela dit, parce que même ceux qui écrivent hors du système tonal (pas majoritaires au disque, j'ai l'impression) ont un lien très fort avec la tradition (Gundmundsen-Holmgreen, Rosing-Schow, Ruders, Hillborg, Heininen, Hakola…), soit par des citations, soit par l'usage de formes et plus généralement d'une pensée qui puise sa source dans le passé. Même si le langage n'est plus le même, la logique reste celle du passé, pour large part. C'est assez loin des pièces beaucoup plus neuves / coupées de la tradition que tu écoutes ces dernières années.

d’accord, mais je suis loin d’être opposé aux références à la tradition, hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 10 Avr 2017 - 14:29

Voici quelques suggestions. Il doit être possible d'échantillonner avant d'acheter.







Mes préférés: Eliasson symph no 1. Ostacoli est son oeuvre la plus enregistrée / Heninen symph no 3 (avec la délicieuse Floral View) et le Norholm symph no 2 (il y a 8 symphonies et plusieurs concertos. Le disque groupant les symph 4 et 5 est également recommandable).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 10 Avr 2017 - 14:33

merci. Smile
je ne connais pas du tout Eliasson.
Heininen c’est un nom familier, mais pas sûr d’avoir écouté plus d’une œuvre ou deux ; je vais emprunter l’anthologie que tu propose (ou l’autre).
et réécouter ce que j’ai déjà de Nørholm.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 10 Avr 2017 - 14:38

Le disque de la 2ème de Norholm a les meilleures notes de programme que j'aie vu. tout y est expliqué et détaillé avec le minutage précis correspondant aux descriptions.

Eliasson est un peu plus aride, mais on s'y fait. Le concerto pour basson est comme un coup de pied dans une fourmillière: ça bruisse et ça court dans tous les sens. J'adore la symphonie (sous Rozhdestvensky).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 10 Avr 2017 - 14:41

André a écrit:
(sous Rozhdestvensky).

voilà un bel argument. Mr. Green
EDIT. et Serov aussi, qui nous a quitté récemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Sam 10 Juin 2017 - 12:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AlexCorzoma
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 235
Localisation : France
Date d'inscription : 18/08/2017

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 21 Aoû 2017 - 16:56

Je viens d'écouter le Cantus Arcticus. Vous ne vous comprends pas. Les chants d'oiseaux, c'est loin d'être seulement du bidouillage de bandes. On pourrait faire ce reproche, à tous les compositeurs qui utilisent les bandes. L'important est de savoir comment elles sont utilisées.

Einojuhani Rautavaara va créer un espace, dans lequel vont évoluer les oiseaux. C'est un créateur qui ne se donne pas de limite, mais expore plusieurs voies. Ce n'est pas totalement tonal, j'ai cru entendre des soupçons d'atonalité au tout début du premier mouvement, avec les bois. On se rapproche de la musique contemporaine également dans la masse sonore créée par l'accumulation des chants d'oiseaux dans le troisième mouvement.

Je pense qu'il y a toujours un mérite à s'opposer aux tendances de son temps. Aux courants conservateurs par l'avant-garde, ou à l'avant-garde par un retour à la tonalité. Si Boulez a fait des œuvres passionnantes et envoutantes que je veux bien découvrir et apprécier, son attitude qui consiste à dire Faites tous sériel est insupportable et intenable. C'est imposer de se conformer à un cadre unique qui pourrait ne pas convenir à tous, mettant en place un nouveau conformisme et privant le créateur d'authenticité. En cela, le Cantus Arcticus est héroïque.

J'en écouterai davantage pour nourrir mon avis sur ce compositeur, ne pas me limiter à ça. Mais le Cantus Arcticus, je lui mettrais un 9/10.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80898
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 21 Aoû 2017 - 18:18

AlexCorzoma a écrit:
Ce n'est pas totalement tonal, j'ai cru entendre des soupçons d'atonalité au tout début du premier mouvement, avec les bois.

Bien sûr, ce n'est pas tonal au sens de la tonalité "académique" de Mozart ou Schubert, mais c'est tonal au sens large, et c'est très tonal pour de la musique contemporaine, même s'il y a effectivement du chromatisme, des accords parallèles, des enchaînements étranges, certains accords complexes, etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AlexCorzoma
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 235
Localisation : France
Date d'inscription : 18/08/2017

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 21 Aoû 2017 - 18:26

Là, j'écoute le Concerto pour piano no.1. J'ai l'impression qu'on mettrait le piano seul, ça ressemblerait à du contemporain. Beaucoup de dissonances, j'ai l'impression. Mais soutenu par un orchestre tonal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80898
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 21 Aoû 2017 - 18:36

C'est souvent comme ça chez Rautavaara, il y a une base tonale relativement claire, beaucoup d'accords parfaits, et à l'intérieur ça bouge beaucoup, ça bouillonne, ça chromatise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 21 Aoû 2017 - 23:04

AlexCorzoma a écrit:
Je pense qu'il y a toujours un mérite à s'opposer aux tendances de son temps. Aux courants conservateurs par l'avant-garde, ou à l'avant-garde par un retour à la tonalité. Si Boulez a fait des œuvres passionnantes et envoutantes que je veux bien découvrir et apprécier, son attitude qui consiste à dire Faites tous sériel est insupportable et intenable.

C'est une vision de l'histoire de la musique, si je peux me permettre, un peu comme une histoire-bataille, où à la suite d'un événement, un territoire entier basculerait sous une souveraineté et de l'autre. Pour faire un parallèle avec l'histoire de la littérature, ce serait comme louer les romanciers qui osent faire du narratif traditionnel pendant l'ère de faveur du nouveau-roman : en musique, c'est la même chose, le traditionnel n'a jamais cessé en réalité. En France, oui, il était difficile d'être joué dans des lieux prestigieux (mais enfin, Damase, Landowski, Daniel-Lesur ont fait des carrières, ont été créés dans de grande maisons…) quand on n'était pas dans les esthétiques acceptées par le camp boulézien, mais en Europe du Nord, on a toujours eu une tradition tonale (au sens large) très forte, qui n'a jamais réellement cessé. Rautavaara arrive après Petersson et Sallinen, qui gardent des traits postromantiques forts (même si Sallinen fait très bien du moderne moche, ce n'est pas du tout du Boulez-compatible, ça s'approcherait plus de Jolivet à vrai dire).

Par ailleurs, Rautavaara a pratiqué le dodécaphonisme (il raconte qu'il a été poussé un peu de force dans cette esthétique pendant ses études), et l'a utilisé par endroit en le subvertissant (dans Aleksis Kivi, il l'applique à des accords entiers, ce qui le relie à nouveau à des degrés, des rapports entre notes plus polarisés).

Degré supplémentaire de complexité : en tant que national d'une région sous influence soviétique, le dodécaphonisme était un trait occidental qui avait une signification politique… et la tonalité pouvait au contraire être perçue comme une adhésion à l'esthétique imposée par la puissance dominante.

En le lisant, j'ai l'impression que Rautavaara était tout simplement plus attiré vers la consonance, et s'est toujours senti déchiré d'un point de vue beaucoup plus musical que national (point sur lequel je n'ai pas lu de détails, je n'en sais rien), mais ça fait beaucoup de paramètres qui en font autre chose qu'un héros de la résistance contre l'hégémonique dodécaphonique (qui a en réalité toujours été limitée à un nombre assez restreint de pays « d'avant-garde »). Les Britanniques étaient beaucoup plus connectés à leurs traditions, les Américains exploraient d'autres esthétiques (les dodécaphoniques comme Rochberg sont vus comme plutôt à part dans le corpos, juste un courant parmi d'autres), etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
AlexCorzoma
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 235
Localisation : France
Date d'inscription : 18/08/2017

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 21 Aoû 2017 - 23:19

Le terme "héroïque" est excessif. Mais disons que j'ai l'impression qu'au XXème siècle, beaucoup de compositeur voulaient imposer une musique sérielle. Je ne dis pas que le sérialisme est mauvais, je crains juste le conformisme. Non que le conformisme soit mauvais en soi. On est tous issus d'une tradition, qu'on va ensuite adapter ou dépasser. Mais il y a un dépassement qu'il ne faut pas nier.

C'est un peu comme en poésie. La poésie a nié la rime, voire le vers, dès le XIXème siècle. Certains y reviennent, et c'est bien. Sauf qu'on a encore une large partie du public qui pense qu'il est obligatoire de.

Après, j'ai conscience qu'il y a des données historiques et sociologiques qui m'échappent, et qui expliquent les choix de Rautavaara.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Lun 21 Aoû 2017 - 23:33

AlexCorzoma a écrit:
Mais disons que j'ai l'impression qu'au XXème siècle, beaucoup de compositeur voulaient imposer une musique sérielle.

Ben, justement, à l'échelle de la production mondiale, pas vraiment. En Allemagne, en Suisse, en France, il y avait des pressions très fortes des milieux intellectuels, oui (en Italie aussi, un peu différents). Ailleurs, ça cohabitait, quand ce n'était pas un mouvement minoritaire.

On a cette image franco-centrée, mais je ne suis pas sûr du tout ça rende compte de ce qui se passait réellement à l'échelle du monde, et encore moins dans les pays nordiques.

Après, je dis de vastes généralités, il faudrait vraiment regarder l'histoire de ces pays au cas par cas, qui était influent dans les institutions qui passent les commandes, qui s'exprimait dans les journaux, la quantité d'œuvres pas forcément passées à la postérité ni gravées au disque mais qui ont été statistiquement données dans une esthétique ou l'autre…

Ce que je voulais dire, c'est qu'au XXe, comme il y a eu des vers rimés, il y a eu de la musique tonale en quantité (et peut-être bien en majorité). Certains se sont érigés en résistants dans les pays où le sérialisme était soutenu par les intellectuels et commanditaires (les Landowski, Daniel-Lesur…), d'autres sont simplement restés indifférents aux changements et ont continué à écrire de la musique dans la tradition (Damase !).


Citation :
Je ne dis pas que le sérialisme est mauvais, je crains juste le conformisme.

Les sérialistes conformistes sont dans les poubelles de l'histoire depuis longtemps, je crois. C'est déjà une musique qui n'a toujours pas trouvé son chemin auprès d'un large public, alors ceux qui n'avaient pas une identité forte ou un intérêt quelconque pour séduire les quelques amateurs ou les musiciens, ils ont disparu depuis longtemps.

Qui trouve-t-on régulièrement dans les concerts ou facilement (repérable) au disque chez les dodécaphoniques ? Leur nombre est finalement très réduit… la plupart des « novateurs » qui sont représentés sont des gens qui ont plutôt leur système propre (Nono, Stockhausen, Ligeti, Kurtág…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
greg skywalker
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 381
Date d'inscription : 06/08/2010

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Ven 17 Nov 2017 - 11:15

J'écoute :


les Rubáiyát c'est pas mal  Very Happy . C'est une série de songs symphonique pour baryton.  On pense écouter une oeuvre oubliée de Ralph Vaughan Willams (je pense à songs of travel avec une orchestration digne de la symphonie n°7 Antartica) .  Rien de "moderne" , mais c'est sympa .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6838
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Ven 17 Nov 2017 - 11:22

Ah, je vais y jeter une oreille ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg skywalker
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 381
Date d'inscription : 06/08/2010

MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   Ven 17 Nov 2017 - 11:29

Un autre cd :



Sonnets of Shakespeare et Five Sonnets of Orpheus d'après Rilke.

comme les  Rubáiyát, c'est sympa , surtout les Sonnets of Orpheus  légerement plus variés .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Einojuhani Rautavaara   

Revenir en haut Aller en bas
 
Einojuhani Rautavaara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Einojuhani Rautavaara
» Ludus Verbalis
» Esa-Pekka Salonen
» Oiseaux...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: