Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ernest Chausson (1855-1899)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80898
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Sam 30 Avr 2011 - 12:13

Tu as lu mon message jusqu'au bout? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Sam 30 Avr 2011 - 13:11

Si, mais j'ai du mal à comprendre comment il peut y avoir dans la même plage d'un cd, deux plages mêlées de deux cd différents. scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80898
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Sam 30 Avr 2011 - 15:50

antrav a écrit:
Si, mais j'ai du mal à comprendre comment il peut y avoir dans la même plage d'un cd, deux plages mêlées de deux cd différents. scratch

Mais non, simplement le quatuor de Chausson commençait à la piste 5 et non à la piste 4 car le couplage du CD était différent de ce qui était sur le boîtier.

Et le final du quatuor de Franck est fait en grande partie de reprises de thèmes des mouvements précédents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 30
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 14:30

Après une première écoute du Roi Arthus (et sûrement la dernière avant un moment) :

J'y trouve plein de wagnérisme dans les passages orchestraux (bout de thème qui devient accompagnement, chromatismes, modulations aussi et puis la clarinette dans l'extrême grave) et il y a des restes de Grand Opéra (les choeurs, quelques passages en rythmes pointés). Ce n'est pas un reproche en soit mais ça manque un peu de personnalité dans ces moments-là. Passé le début "boum-boum tsoing tsoing Hourra", ça devient enfin Chaussonesque bien qu'il insiste beaucoup moins que dans sa musique de chambre sur les ambiguités harmoniques et les modes majeurs/mineurs. C'est nettement plus direct, et ça me déçoit un peu sur la globalité. Il ne m'avait pas habitué à autant de franchise. Il n'y a que la fin qui m'a vraiment plue.

EN outre, le premier duo Lancelot-Genièvre m'a paru vraiment nunuche Comme un oiseau joyeux, ta voix chante dans mon coeur hehe En plus, la Genièvre de Jordan fait du yaourt ; elle est incompréhensible. Au lieu de dire "Jamais !" on dirait qu'elle dit "Chameau !". Il y a aussi un "Ah!" qui remplace "Lan-ce-looooot !".

Non, ça ne m'emballe pas beaucoup. Ses mélodies ne m'avaient pas tellement plus accrochées, d'ailleurs. La fin est très belle par contre, suspendue, douce et bienveillante, toute en finesse, ça c'est du Chausson. drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19003
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 14:33

Oui, la Guenièvre chante un peu n'importe quoi, je suis bien d'accord hehe, mais elle a un impact qui me parle beaucoup!

Pour la fin, c'est un des plus beaux passages... mais l'apparition de Merlin au deuxième acte est au même niveau de splendeur à mes oreilles!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 30
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 14:34

Je préfère sa symphonie. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19003
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 14:40

Tu as essayé son Poème de l'Amour et de la Mer? Very Happy
Mais oui, la symphonie est magnifique drunken

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 30
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 14:45

Polyeucte a écrit:
Tu as essayé son Poème de l'Amour et de la Mer? Very Happy
J'avais essayé mais ça ne compte pas. Il me faut une bonne version parce que là ce n'était pas supportable cette bonne femme qui gémit par-dessus la musique. rabbit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19003
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 14:52

Plein de choses ici : http://classik.forumactif.com/t3671-chausson-poeme-de-l-amour-et-de-la-mer
N'hésite pas si tu as des questions Mr.Red

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2005
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 16:42

Faut que j'essaye aussi autre chose chez Chausson, je ne connais que la Symphonie, par ailleurs, tout à fait splendide ! drink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29059
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 16:43

TragicSymph a écrit:
Faut que j'essaye aussi autre chose chez Chausson, je ne connais que la Symphonie, par ailleurs, tout à fait splendide ! drink

Le Trio Cool

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2005
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 17:17

Ok, merci, je te dirai ce que j'en pense !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 17:20

TragicSymph a écrit:
Ok, merci, je te dirai ce que j'en pense !!
Connaissant un peu tes penchants, je t'aurais aussi conseillé le Poème pour violon et orchestre, tu devrais adorer.
Revenir en haut Aller en bas
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2005
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 17:58

Oui, je viens juste d'y penser, en fait, il y a quelques jours, j'avais entendu ce trio de Chausson à la radio, mais c'était juste après le terrifiant et incroyablemnt émouvant trio d'Olivier Greif, donc Chausson n'a pas pu faire le poids à côté de ce grand Olivier que j'adore tout particulièrement.
Mais, je vais réécouter ce Trio, et merci Discobole, j'irai écouter également le Poème pour violon et orchestre, puisque tu dis que je vais adorer ! Wink
Merci pour les conseils !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:04

Pour ceux qui veulent se mettre à Chausson, je cite ce que je proposais un peu plus tôt dans le fil :

DavidLeMarrec a écrit:
Pour moi, il me semble évident que le Roi Arthus est ce qu'il a écrit de plus riche et de plus abouti. Il y a trois Chausson en vérité :
- le postwagnérien d'Arthus, de la Chanson Perpétuelle et de la Symphonie (celui que j'aime le plus) ;
- le "fauréen", qu'on trouve dans la musique de chambre, du Poème de l'Amour et de la Mer ;
- le salonnard, plutôt dans les mélodies, qui sont beaucoup plus simples et sucrées.

Si tu n'es pas trop rétif à l'opéra, il faut impérativement essayer le Roi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2005
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:05

Merci David pour tes conseils ! mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:15

Ophanin a écrit:
Ce n'est pas un reproche en soit mais ça manque un peu de personnalité dans ces moments-là.
Heuuuuuuuuuuuu. Oui, il y a des restes (assez furtifs, en fait) de Grand Opéra, mais de là à dire que ça manque de personnalité, même pour le début... Surprised

Citation :
EN outre, le premier duo Lancelot-Genièvre m'a paru vraiment nunuche Comme un oiseau joyeux, ta voix chante dans mon coeur hehe
C'est du nunuche sacrément amer, tout de même !

Citation :
En plus, la Genièvre de Jordan fait du yaourt ; elle est incompréhensible. Au lieu de dire "Jamais !" on dirait qu'elle dit "Chameau !". Il y a aussi un "Ah!" qui remplace "Lan-ce-looooot !".
Il faut écouter Hélène Bernardy dans la version Callegari de Bruxelles, tout est mieux dans cette version (sauf peut-être Schroeder, fabuleux mais qui va moins loin que Quilico dans la caractérisation). Bernardy chante super bien d'une voix super lumineuse... et la diction est fantastique.
Peut-être le plus beau soprano dramatique actuel, pour moi. Very Happy

Citation :
Non, ça ne m'emballe pas beaucoup. Ses mélodies ne m'avaient pas tellement plus accrochées, d'ailleurs.
Pas du tout le même univers que les mélodies que je trouve excessivement tortueuses et complaisamment déprimées pour ne pas exprimer finalement grand'chose de neuf. Smile


Et quel est ton avis sur la Chanson Perpétuelle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 30
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:27

DavidLeMarrec a écrit:
Ophanin a écrit:
Ce n'est pas un reproche en soit mais ça manque un peu de personnalité dans ces moments-là.
Heuuuuuuuuuuuu. Oui, il y a des restes (assez furtifs, en fait) de Grand Opéra, mais de là à dire que ça manque de personnalité, même pour le début... Surprised
Un peu, j'ai dit, un peu. Ça vient peut être du fait que c'est éloigné de sa musique de chambre et même de sa symphonie. Là, je n'ai pas le voile, les éclats de lumières, tout est trop franc.

Citation :
Citation :
EN outre, le premier duo Lancelot-Genièvre m'a paru vraiment nunuche Comme un oiseau joyeux, ta voix chante dans mon coeur hehe
C'est du nunuche sacrément amer, tout de même !
Tu me surprends, je ne l'ai pas entendu comme ça.

Citation :
Citation :
Non, ça ne m'emballe pas beaucoup. Ses mélodies ne m'avaient pas tellement plus accrochées, d'ailleurs.
Pas du tout le même univers que les mélodies que je trouve excessivement tortueuses et complaisamment déprimées pour ne pas exprimer finalement grand'chose de neuf. Smile

Et quel est ton avis sur la Chanson Perpétuelle ?
Donc les mélodies ne sont définitivement pas pour moi. hehe

J'aime bien la Chanson perpétuelle. (J'ai la version Stutzman)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:33

Ophanin a écrit:
tout est trop franc.
C'est une action dramatique, pas un poème symphonique... Tout simplement. J'ai quand même l'impression que tu généralises beaucoup à partir du premier tableau, parce que trouver le second tableau de l'acte II ou le premier du III "francs" ou crus, je trouve ça étonnant. Surprised

Citation :
Tu me surprends, je ne l'ai pas entendu comme ça.
La personnalité de Genièvre, dès ce duo, est tout de même très tendue... on est loin de l'extase mièvre de Tristan. Mr. Green

Citation :
Donc les mélodies ne sont définitivement pas pour moi. hehe
Peut-être que si, elles sont plus brumeuses qu'Arthus. Je n'adhère pas vraiment à ce qu'il y fait (ni aux poèmes qu'il choisit), même si on en ouvrant les partitions, on y rencontre une recherche incontestable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:39

DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
Tu me surprends, je ne l'ai pas entendu comme ça.
La personnalité de Genièvre, dès ce duo, est tout de même très tendue... on est loin de l'extase mièvre de Tristan. Mr. Green

Dans les deux cas on pourrait donner de grands coups de cisaille siffle

C'est bien le seul passage de l'opéra où j'ai trouvé le temps long...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:42

Je suis tout à fait d'accord que c'est l'endroit le moins intéressant de l'oeuvre - en tout cas dramatiquement, parce que la musique est superbe. Mais enfin, je n'y trouve pas le temps long, pas du tout. Dans le Roi Arthus, il n'y a vraiment rien à jeter. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 30
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:45

J'enlèverais bien l'Acte I. bounce En fait, je garderais seulement la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:46

Le I et ses trompettes, bof, ce n'est pas exaltant, même s'il n'y a pas de longueurs.
Mais Merlin, et surtout le dernier acte... unique Shocked


Dernière édition par WoO le Mar 17 Mai 2011 - 20:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:46

Edit : @ Ophanin
Tu grandiras, tu verras.

De toute façon, ce qu'il y a de mieux, c'est le chant du laboureur !


Dernière édition par DavidLeMarrec le Mar 17 Mai 2011 - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:46

mais enfin, la scène de Merlin "Pommiers verts, pommiers prophétiques", c'est prodigieusement écrit!
Aucun chanteur actuel n'est plus en mesure de chanter l'oeuvre correctement, c'est un autre problème, écoutez Arthur Endrèze, ça fait un choc.

Edit ah voila tout de même!


Dernière édition par sud273 le Mar 17 Mai 2011 - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 20:50

sud273 a écrit:
mais enfin, la scène de Merlin "Pommiers verts, pommiers prophétiques", c'est prodigieusement écrit!
Oui, mais de même que le duo qui précède (wagnérien mais personnel), toutes les transitions aussi (en particulier celle qui mène au tableau de Merlin, justement...) !

Citation :
Aucun chanteur actuel n'est plus en mesure de chanter l'oeuvre correctement,
Pourtant, je vois au moins trois très bonnes versions, sans compter Botstein que je n'ai pas encore essayé ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 30
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 17 Mai 2011 - 21:49

DavidLeMarrec a écrit:
Edit : @ Ophanin
Tu grandiras, tu verras.

De toute façon, ce qu'il y a de mieux, c'est le chant du laboureur !
Je grandirai grâce à vous, maître.

Je réécouterais le Roi Arthus dans une autre version. study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29059
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 6:27

DavidLeMarrec a écrit:
La personnalité de Genièvre, dès ce duo, est tout de même très tendue... on est loin de l'extase mièvre de Tristan. Mr. Green

La devise de David : plus c'est gros plus ça passe Laughing
Arthus n'est qu'une très très pâle copie de Tristan.
Et si mièvrerie il y a, c'est du côté d'Arthus qu'il faut les chercher. (c'est facile il suffit de lire le livret Mr.Red )

On sent un grand savoir faire, mais jamais une grande inspiration.


_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19003
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 7:43

Cololi a écrit:
La devise de David : plus c'est gros plus ça passe Laughing
Arthus n'est qu'une très très pâle copie de Tristan.
Et si mièvrerie il y a, c'est du côté d'Arthus qu'il faut les chercher. (c'est facile il suffit de lire le livret Mr.Red )

On sent un grand savoir faire, mais jamais une grande inspiration.

Vraiment pas d'accord... que ce soit sur la copie, la mièvrerie ou le manque d'inspiration...
Qui disait qu'il fallait écouter plein de fois une œuvre pour tout comprendre? Mais Chausson ne mérite sûrement pas un tel investissement! hehe


Une pâle copie de Tristan??? Où entends-tu des choses comme l'apparition de Merlin ou le final dans Tristan? Alors oui, question histoire on a forcément des liens. Question composition, on entend une petite inspiration... mais par contre, on est clairement dans le style français de l'époque.
Et pour le côté mièvre de l'histoire, au moins Chausson ne se cache pas devant la facilité d'un philtre d'amour (paf!).

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 7:47

autant on peut discuter la qualité de la musique autant le livret est d'une qualité littéraire bien supérieure chez Chausson.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 8:10

Cololi a écrit:
La devise de David : plus c'est gros plus ça passe Laughing
Cool

Je parlais bien sûr du livret. Le duo d'amour développe des psychologies assez riches, alors que celui de Tristan laisse les archétypes-personnages bavasser sur le diptyque amour / mort sur un ton de philosophie verbeuse de comptoir.

En revanche, pour tout ce que tu dis du Roi Arthus, c'est tout simplement factuellement faux : à son époque, à part d'Indy mais c'est simultané, c'est une oeuvre unique et puissamment originale, presque du niveau de nouveauté de Pelléas - sauf que Pelléas ne se contente pas d'être neuf, c'est une rupture comparable à Tristan par rapport à tout ce qui a précédé... y compris Wagner.

C'est très bien d'avoir perçu les (nombreuses !) références wagnériennes, mais en fait, il n'y à peu près rien, à part les interludes (qui annoncent Pelléas, d'ailleurs) que Wagner aurait pu écrire.

De mon point de vue, c'est tellement plus souple, poétique et mystérieux que c'est beaucoup plus exaltant que Tristan. Mais là, c'est purement une question de perception personnelle - je trouve toujours un peu de raideur chez Wagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29059
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 8:22

On peut toujours trouver les livrets de Wagner prétentieux, emphatiques ... mais cette prétention est à la hauteur de ce qu'évoque la musique. Et c'est pour ça que ça marche.

Je sais que ta religion t'interdit de dire du bien des tubes, mais quand le troll devient trop gros je ne peux pas laisser passer bounce

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 8:34

Cololi a écrit:
On peut toujours trouver les livrets de Wagner prétentieux, emphatiques ... mais cette prétention est à la hauteur de ce qu'évoque la musique. Et c'est pour ça que ça marche.
Je suis tout à fait d'accord. Il n'empêche que si c'était adroitement écrit, ça serait mieux... Il en était capable, en plus : ses premiers livrets étaient très bons. Et le début du Ring, avec tous ses défauts, se tient.

Indépendamment de ma petite provocation, je vois une différence considérable de qualité entre les deux livrets. Pour la musique, c'est différent : Arthus est une moindre rupture (dans l'Histoire), mais l'objet final est plus convaincant (subjectivement).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80898
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 9:29

Cololi a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
La personnalité de Genièvre, dès ce duo, est tout de même très tendue... on est loin de l'extase mièvre de Tristan. Mr. Green

La devise de David : plus c'est gros plus ça passe Laughing
Arthus n'est qu'une très très pâle copie de Tristan.
Et si mièvrerie il y a, c'est du côté d'Arthus qu'il faut les chercher. (c'est facile il suffit de lire le livret Mr.Red )

On sent un grand savoir faire, mais jamais une grande inspiration.


Certains passages sont très inspirés de Tristan (comme on trouve des passages inspirés de Parsifal dans Pelléas d'ailleurs), de là à dire que toute l'oeuvre est du sous-Tristan, je ne suis vraiment pas d'accord.

Et l'inspiration, pour moi, elle est bel et bien là, encore plus que dans la symphonie d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1512
Age : 30
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 11:04

Cololi a écrit:
On peut toujours trouver les livrets de Wagner prétentieux, emphatiques ... mais cette prétention est à la hauteur de ce qu'évoque la musique. Et c'est pour ça que ça marche.

Quitte à pousser la prétention, il ne lui était pas interdit de bien écrire.
Et puis lorsque la prétention nous assomme de poncifs à longueur de vers, je me demande parfois s'il ne fut pas plus judicieux qu'il se tût.

Après, ça marche, effectivement. Mais de temps en temps, j'ai un vague désir d'autodafé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 11:07

Cololi a écrit:
Arthus n'est qu'une très très pâle copie de Tristan.
Et si mièvrerie il y a, c'est du côté d'Arthus qu'il faut les chercher.
On sent un grand savoir faire, mais jamais une grande inspiration.

Plus c'est gros, plus ça passe effectivement. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelléas
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1875
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 11:17


Je ne connais pas bien Arthus OK, mais lire que Tristan est "mièvre" affraid Non ce n'est pas possible! tutut

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mer 18 Mai 2011 - 11:33

Pelléas a écrit:

Je ne connais pas bien Arthus OK, mais lire que Tristan est "mièvre" affraid Non ce n'est pas possible! tutut


Ca ne sert à rien de pousser la sanctification ainsi: dans le duo du II, le livret est catastrophique. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 30
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Jeu 19 Mai 2011 - 12:06

Bon, je ne pouvais pas rester sur une impression mi-figue mi-levure, j'ai donc réécouté Le Roi Arthus dans une autre version... et, grand bien m'en a prit. coucou

La version Callegari, c'est quand même autre chose. Le premier tableau me paraissait d'un lourdingue agaçant, là il est devenu électrique, vif, communicatif ! L'orchestre est nettement plus détaillé et compréhensible aussi. Je repère mieux les thèmes récurrents, il faut dire que c'est une seconde écoute.

Pour ce qui est du wagnérisme, je ne change néanmoins pas d'opinion. En fait, je l'accepte en écoutant cet opéra comme si ce n'était pas du Chausson. L'amertume du premier duo Lancelot-Genièvre s'entend mieux mais j'ai l'impression de subir là l'influence d'une certaine personne ici malintentionnée. bounce

Et, je n'en suis qu'au début de l'acte II.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Jeu 19 Mai 2011 - 12:51

Oui, c'est beaucoup plus net et nerveux. Et pour répondre à ta question en 'Playlist', Jordan est toujours un peu ample (voire un peu gras ou un peu mou) dans le répertoire français, donc ça peut concourir à une impression négative. Je le trouve effectivement assez mou dans le Chausson orchestral. Dans le Roi Arthus, ça me va, mais c'est un peu plus flou et lourd que ce qu'on attendrait, et Callegari en rajoute au contraire dans la clarté et le tranchant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80898
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Jeu 7 Juil 2011 - 13:56

J'ai fini par écouter réellement ce quatuor de Chausson, magnifique testament, comme celui de Fauré.
Même si Chausson semblait vouloir le contraire, on pense quand même pas mal aux quatuors de Franck et Debussy, même si c'est quand même bien du Chausson.
J'aime surtout les deux premiers mouvements, le troisième (complété par d'Indy après la mort de Chausson) me paraissant un peu moins inspiré et plus convenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Resigned
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1183
Age : 34
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 13 Sep 2011 - 15:32

Je redécouvre la Symphonie (dont je gardais un souvenir plutôt quelconque). J'aime beaucoup, je la mets au moins au niveau de celle de Franck (mais en dessous de la n°3 de Saint-Saëns). Le mouvement lent est peut-être le point faible de l'oeuvre, il n'y a pas la magie qu'on retrouve dans la musique de chambre.

Par contre, quel drame de ne pas trouver la version Svetlanov, tant vantée ici ! Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
benvenuto
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1340
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 13 Sep 2011 - 15:41

Je trouve pas du tout que ce mouvement lent manque de magie, au contraire! Je l'entends un peu comme une scène d'opéra jouée par l'orchestre seul, un truc déchirant genre les adieux de Wotan et Brunhilde, il y a une référence claire à Wagner, mais avec la sensualité et la finesse propres à Chausson, pour ma part c'est peut-être le mouvement que je préfère!!!
En tous cas je mets ça au même niveau que la 3ème de Saint-Saëns ou celle de Franck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
benvenuto
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1340
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Dim 16 Oct 2011 - 21:11

affraid affraid affraid pendu louis16 Sad Sad Sad ...
Je viens de découvrir le Roi Arthus.... Shocked Shocked Shocked ...mais c'est ENORME!!!! cheers cheers cheers
Je détaillerai un peu plus mes impressions après quelques écoutes supplémentaires mais je crois pouvoir d'ores et déjà affirmer que c'est l'un des plus beaux opéras que je connaisse, ce qui ne me surprend pas car j'adore au plus haut point tout ce que je connaissais déjà de ce cher Ernest (le Concert, les deux Poèmes, la symphonie, la Chanson Perpétuelle, quelques mélodies...)!!! I love you I love you I love you
J'ai la tête hantée par tous ces thèmes épiques et mystérieux, ces harmonies irréelles, ces ambiances d'outre-mémoire...
Alors certes Wagner n'est pas loin, mais on est loin du pastiche servile pour autant, et en tout cas c'est vraiment SCANDALEUX que cette oeuvre unique ne soit pas donnée plus souvent!!!! fesse fouet
Quand je pense qu'on attend encore la création parisienne... Rolling Eyes

[size=18]VIVE CHAUSSON!!!!!! cheers drunken sunny thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Lun 17 Oct 2011 - 5:13

Ah, enfin quelqu'un qui sort de la tiédeur pour parler de cette oeuvre éverestique. Very Happy

mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Lun 17 Oct 2011 - 5:27

Pas de de fil disco pour ce Roi Arthus. Il faut se diriger vers qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80898
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Lun 17 Oct 2011 - 11:22

Il n'y a pas beaucoup de choix de toute façon, la très belle version Armin Jordan a été rééditée récemment. (on en a déjà parlé dans ce sujet je pense)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Lun 17 Oct 2011 - 12:09

Ah oui, effectivement en page 13, et j'avais, à l'époque, déjà posé la question Embarassed

Je me lance dans cette version au demeurant pas chère du tout sur Amazone .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
benvenuto
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1340
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Lun 17 Oct 2011 - 20:56

Tu vas grave prendre ta claque!!!... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
benvenuto
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1340
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   Mar 25 Oct 2011 - 15:26

Je suis complètement sous le charme du Roi Arthus que j'écoute en boucle depuis une semaine, ça me parle tellement que j'ai mémorisé tout l'opéra en très peu de temps par rapport à mes standards habituels, j'ai un peu l'impression d'écouter un grand drame de Wagner sans la barrière de la langue, avec en plus quelque chose de cette sensibilité française qui me touche tant, que ce soit des échos de Berlioz ou des anticipations de Debussy... je pense pouvoir affirmer qu'on a affaire à une oeuvre de tout premier plan, et plus je l'écoute plus je l'adore!!!
La grande question me semble: y a-t-il là-dedans quelque chose qui ne mérite pas l'éloge le plus vibrant? A mon sens il n' y a là aucune longueur, aucune faiblesse, et même les aspects wagnériens sont fondus dans un moule tellement personnel et convaincant que pour ma part ils ne me dérangent pas du tout!
La première scène est splendide d'intensité, on a vraiment cette ambiance de mâle énergie, rude et majestueuse, que l'inconscient collectif associe à la Table Ronde. Je pourrais détailler tout ce que j'aime là-dedans mais ce serait vraiment trop long; pourtant chaque intervention du choeur est sublime (les couleurs majeur-mineur sur "Gloire au chef invincible"!!!), les monologues d'Arthus campent l'action de façon puissamment évocatrice (le passage sur Merlin!!!), les rapports entre Lancelot et Guenièvre, Mordred et Arthus, sont peints de façon à la fois vivace et succinte...
Quelle atmosphère au début du tableau suivant avec ces veilleurs en coulisses et les lamentations de Lyonnel! Le duo d'amour est splendide, pour ma part j'y retrouve autant le "Nuit d'ivresse" des Troyens (enchevêtrement voluptueux des deux voix) que le duo de Tristan. La fin, résolument en majeur, avec Genièvre prenant conscience de la gravité de la situation lorsque Mordred blessé appelle à l'aide, traduit à merveille le sentiment d'une mécanique tragique que rien ne pourra arrêter, et dont la grandiose beauté s'élève au dessus du ressenti individuel des protagonistes.
Le deuxième acte est insoutenable de beauté d'un bout à l'autre, avec ce prélude impressioniste incroyable, cette sublime mélodie dorienne du laboureur, le fébrile dialogue des amants qui parcourt toute la gamme des sentiments!!!! Et ce thème d'amour, d'abord ébauché, timide, puis de plus en plus conquérant et finalement triomphant, ces terribles invectives de Genièvre ("Ainsi, tu dis que tu m'aimes et c'est toi qui me perd!", "Je te chasse, va t'en!") avant son abandon final... et puis cet interlude ahurissant, digne des plus grandes pages de Wagner, avant le clou absolu de l'opéra, cette scène psychédélique avec un Merlin d'outre-mémoire, qui part des ruines abyssales d'une épopée déjà mythique pour s'élever vers la vision extatique d'une apothéose hors du temps....et cet appel aux armes d'une violence électrique, survoltée, terrifiante...
Le troisième acte est celui avec lequel j'ai eu le plus de mal, c'est le plus concentré, le plus intérieur...et peut-être celui que j'apprécie le plus en fin de compte: s'extirpant des profondeurs insondables d'un destin trouble et sinistre (clarinette basse dans une reprise déformée du thème de la destinée, en gamme par tons...), il s'anime peu à peu aux échos funestes de l'ultime bataille, jusqu'à culminer dans cette terrible entrevue des amants, avec un Lancelot déjà anéanti et une Genièvre effrayante en femme fatale ("A jamais!!!": terrible peinture d'une Circé malgré elle qui emporte son trésor le plus cher dans sa déchéance), et puis ce deuxième tableau où règne cette ambiance de funèbre et maladive déploration qui me rappelle tant le dernier acte de Pelléas...avant cette lumière irréelle baignant l'apothéose finale, cette scène insoutenable d'émotion où le présent trivial devient mythe intemporel aux yeux mêmes de ceux qui le vivent, où passé, présent et futur se dissolvent dans l'enchantement éternel d'une plénitude enfin (re)trouvée, d'un idéal à jamais transcendé...


Dernière édition par benvenuto le Jeu 17 Nov 2011 - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ernest Chausson (1855-1899)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ernest Chausson (1855-1899)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ernest Chausson (1855-1899)
» Ernest Chausson - Œuvres symphoniques
» Ernest Chausson
» Playlist (81)
» Chausson : Le Roi Arthus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: