Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 C.P.E. Bach

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
benvenuto
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1340
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 10 Juin 2013 - 21:50

C'est marrant qu'on parle de CPE précisément aujourd'hui, alors que je viens de découvrir une pièce de lui qui m'a laissé assez ébouriffé: la Fantaisie pour clavier " C.P.E. Bachs Empfindungen" de 1787, soit un an avant sa mort; il s'agit d'une vaste confession pour le pianoforte seul, particulièrement tourmentée, dans laquelle le compositeur livre à nu les mouvements les plus secrets de son âme. C'est d'une liberté absolue et franchement déroutante, aussi bien dans la forme (complètement rhapsodique, mais par pour autant inconsistante, car de nombreux rappels et répétitions variées de motifs jalonnent le discours), que dans l'harmonie (il y a des moments où il enchaîne tellement rapidement des modulations tellement lointaines que le sentiment de tonalité se dissout presque) ou dans le rythme (nombreux passages non mesurés, recherche du rythme rare)...du coup l'association d'idée avec les dernières sonates de Beethoven s'impose, même si le résultat final est sans doute moins abouti, mais il y a dans ces pages une imagination tellement débordante et une fantaisie tellement émancipée de tout poncif, qu'à ma grande surprise je me découvre assez proche de l'opinion d'André quand à l'infériorité de Haydn au piano...
Une belle découverte, bien remuante et stimulante, qui me donne envie d'approfondir ma découverte du Bach de Potsdam!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 10 Juin 2013 - 22:08

On parle bien de la Fantaisie en fa dièse mineur Wq.67 ?
Si c'est le cas, c'est effectivement une pièce magnifique, je crois même que c'est ce qu'il y a de plus beau dans le clavier de CPE. Il évacue toute galanterie et toute légèreté, et finalement cette pièce me semble proche de ce que composa Wilhelm Friedemann. On va de bizarrerie en bizarrerie, c'est une sorte de forte réminiscence du baroque, on retrouve la liberté des toccatas des compositeurs du XVIIème.

Concernant Haydn, je trouve que le style est tellement éloigné qu'il est difficile de dire que cette musique est immédiatement supérieure. C'est plus troublant, mais pas forcément moins beau que Hob.XVI:46 par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mar 11 Juin 2013 - 1:59

Je ne voudrais pas qu'on croie que je trouve la musique pour piano de Haydn inférieure. C'est une musique sentie, sensible et bien construite. Par contre c'est moins inspiré, moins original, moins 'libre' et audacieux que CPE Bach.

Quand on explore des compositeurs tels que CPE Bach, Clementi ou Eckard (presque exact contemporain de Haydn), on entend des oeuvres souvent plus près du baroque que du classicisme naissant, mais douées de puissance, d'audace et d'une grande originalité.

Si vous avez été étonnés de la fantaisie Wq. 67, attendez d'entendre le Menuet d'Exaudet de Gottfried Eckard, composé en 1764. D'une durée de près de vingt minutes, et d'une imagination absolument débordante. Il s'agit d'une série de 12 variations sur un thème très connu à l'époque. Mozart conserva cette oeuvre à son réperoire durant toute sa carrière d'interprète
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mar 11 Juin 2013 - 8:26

André a écrit:
Quand on explore des compositeurs tels que CPE Bach, Clementi ou Eckard (presque exact contemporain de Haydn), on entend des oeuvres souvent plus près du baroque que du classicisme naissant, mais douées de puissance, d'audace et d'une grande originalité.
Pour Muzio Clementi j'ai écouté l'ensemble de l’œuvre pour piano, et j'ai trouvé ça assez inintéressant pour le coup. Il y a quelques surprises disséminées ça et là mais dans l'ensemble pas de grande qualité mélodique ou thématique. Alors ce n'est pas de la mauvaise musique (et bien joué ça peut tout soutenir l'intérêt), mais je pense que c'est assez loin des meilleures œuvres de Haydn ou des premières sonates de Beethoven.
Revenir en haut Aller en bas
Nestor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1557
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mar 11 Juin 2013 - 8:32

La sonate pour flûte seule est très jolie aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mer 12 Juin 2013 - 1:37

alexandre. a écrit:
André a écrit:
Quand on explore des compositeurs tels que CPE Bach, Clementi ou Eckard (presque exact contemporain de Haydn), on entend des oeuvres souvent plus près du baroque que du classicisme naissant, mais douées de puissance, d'audace et d'une grande originalité.
Pour Muzio Clementi j'ai écouté l'ensemble de l’œuvre pour piano, et j'ai trouvé ça assez inintéressant pour le coup. Il y a quelques surprises disséminées ça et là mais dans l'ensemble pas de grande qualité mélodique ou thématique. Alors ce n'est pas de la mauvaise musique (et bien joué ça peut tout soutenir l'intérêt), mais je pense que c'est assez loin des meilleures œuvres de Haydn ou des premières sonates de Beethoven.

Je ne veux pas détourner l'attention de CPE Bach, mais juste un mot pour dire que tu as raison en parlant de "surprises disséminées ici et là" chez Clementi. Mais ces surprises peuvent être de taille: op 2 no 2, op 26 no 1, op 50, les 'monferrinas', etc. Ça peut aussi dépendre de l'optique défendue: globalement l'intégrale de Pietro Spada m'enchante, celle de Mastroprimiano me semble plus scolaire (Clementi était avant tout un pédagogue, donc je suppose que ça se défend). Et les nombreux disques isolés que j'ai me font entendre toutes sortes de points de vue différents.

Retour sur CPE Bach: les sonates de Württemberg sont des oeuvres formidables (il y en a 6, une vingtaine de minutes chacune). Mais globalement j'ai l'impression que c'est dans les concertos que Bach a donné sa pleine mesure. Il y a là-dedans d'authentiques chefs-d'oeuvre (surtout ceux pour clavier, mais aussi ceux pour violoncelle). Et je n'ai bien sûr pas tout entendu. Dans les symphonies, il ya de très belles choses, mais pour cette niche, c'est game, set and match pour Haydn !

Vivement cette intégrale BIS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mer 12 Juin 2013 - 2:10

Xavier a écrit:
André a écrit:
Je ne savais pas qu'il y avait un fil CPE.

Et est-ce que tu savais qu'il y avait des indexs en haut de chaque grande rubrique?
http://classik.forumactif.com/t2109-index-general

Merci ! J'ai vu mais sans m'en approcher (autrement dit je n'ai pas cliqué dessus Crying or Very sad) .

J'ai exploré la chose brièvement (des sujets répertoriés, y en a quand même des tas tongue ). Je n'ai pas commencé beaucoup de fils, mais je tapais les mots clés dans la fonction recherche avant de le faire (et bien m'en prit, car j'eusse eu l'air idiot une couple de fois sinon hehe ().

Merci d'être notre G.O attitré Very Happy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25579
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 16 Juin 2013 - 22:23

Pour les Symphonies Wq 182 et 183, voilà mes bonnes adresses, testées et approuvées, à l'épreuve des modes :

Gustav Leonhardt & Orchestra of the age of Enlightenment (Wq 183 n°1-4, Wq 182 n°5)

Spoiler:
 

Trevor Pinnock & The English Concert (pour les six du Wq 182)

Spoiler:
 

Mais pour l'intégrale des Wq 182 & 183 c'est Hartmut Haenchen et son orchestre éponyme qui me délectent le plus : lisse, impeccable, pétillant mais sans outrance.

Spoiler:
 

Smile Auriez-vous d'autres références plus récentes à conseiller ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 656
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 16 Juin 2013 - 23:47

Vous savez que CPEB a développé un style spécial qui s’appelle l’Empfindsamer Stil? On peut l’entendre dans les sonates pour clavier « fur Kenner und Liebhaber » et ailleurs


Est-ce qu’il y a des symphonies et des concertos dans l’Empfindsamer Stil?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5584
Age : 44
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 17 Juin 2013 - 9:20

Mélomaniac a écrit:
Pour les Symphonies Wq 182 et 183, voilà mes bonnes adresses, testées et approuvées, à l'épreuve des modes :

Gustav Leonhardt & Orchestra of the age of Enlightenment (Wq 183 n°1-4, Wq 182 n°5)




Ah oui, j'ai déjà pensé à acheter ce disque mais Bylsma dans les concertos pour violoncelle, ça ne gratte pas trop  Confused  ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25579
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 17 Juin 2013 - 21:11

Cello a écrit:

Ah oui, j'ai déjà pensé à acheter ce disque mais Bylsma dans les concertos pour violoncelle, ça ne gratte pas trop   ?

Smile Je n'ai pas réécouté les Concertos récemment mais cette interprétation ne me laisse aucun souvenir désagréable quant au soliste.

Toutefois, voici pour information un autre avis émis par Droopy le 8 novembre 2009 :

droopy a écrit:

J'attends des versions pour violoncelle aussi enthousiasmantes, car les concertos de C.P.E. et le violoncelle sont un mariage idéal, qui rend justice aux mouvements lents.
Faute de mieux, avec le mérite de réunir des symphonies et des concertos (le programme du cd est le top orchestral de mon pote C.P.E. selon moi), Bylsma-Leonhardt. Gustav y perd presque sa perruque et ses atours amidonnés. Presque. On y perçoit presque des sourires, et presque des drames non points plombés mais passionnés. Presque !
Bylsma crisse toujours un peu, mais ne va jamais vraiment dans le décor, dérapages contrôlés ! Et beaux passages, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25579
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mer 22 Jan 2014 - 20:53

Concernant l'oeuvre pour clavier, on doit signaler les quelques disques que Jocelyne Cuiller a enregistrés sur clavicorde, et notamment celui-là, pour le label Ligia en février 2011.
Ceux qui craignent la sonorité habituellement falote et émaciée de ce type d'instrument seront surpris de l'entendre ici capté avec un relief absolument étonnant.
Emergent une dramaturgie, une scénographie qui nous embarquent dans un creuset d'humeurs exacerbées qui convient idéalement au compositeur.
L'interprète éclaire cette musique en perspective de la littérature de Yukio Mishima : un rapprochement d'où surgit une narration où les sentiments, les états d'âme se projettent dans un microcosme psycho-affectif singulièrement inspiré.
Cette confrontation avec les textes de l'écrivain japonais suscite un dialogue à travers les genres, la géographie et les époques, et sculpte ces Sonates comme autant de pièces de théâtre.
Un récital fiévreux et passionnant !
 
http://www.amazon.fr/Sonates-Pour-Clavier-Wq-17-22-31/dp/B005PZFEOW
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Jeu 23 Jan 2014 - 2:08

Pas sûr de te suivre, là  What the fuck ?!?  CPE Bach, Mishima, même combat ??

Un de mes rêves de discopathe est de voir achevée l'intégrale BIS des sonates, sonatines et concertos pour clavier. J'en ai déjà plus de la moitié (c'est un gros opus), mais aussi vrai que je m'appelle André, j'achète quand ça sort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25579
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Jeu 23 Jan 2014 - 20:31

Il n'existe pas de lien intrinsèque entre le fils Bach et Mishima, sauf que ce dernier a stimulé l'imagination de l'interprète. Cette source d'inspiration est arbitraire : ça aurait pu être un autre romancier, un peintre, que sais-je...
Mais voilà : le secret des muses est inexplicable.
 
Ceci dit, ce rapprochement est révélateur : dans les ellipses, les traits expressifs, le raptus, la prosodie haletante de CPE, je retrouve des caractères propres à la langue japonaise, -telle que je l'entends (n'étant nullement spécialiste des langues ô).
 
En tout cas, ce disque de Sonates pour Yukio est absolument prodigieux : un chaudron d'émotions fortes, qu'on n'associerait jamais au timide clavicorde. C'est à tomber du fauteuil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Jeu 15 Mai 2014 - 20:14

Une oeuvre ni très jouée ni très enregistrée: Les Israélites dans le désert (Oratorio)
Donnée en concert à la Cité de la Musique le 14/05/14

(dir. Jordi Savall)
(http://www.concertclassic.com/article/jordi-savall-dirige-les-israelites-dans-le-desert-la-cite-de-la-musique-le-bach-de-hambourg#sthash.CvzZgxfz.dpuf)

Une très belle mise en tension des voix, du choeur et de l'orchestre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLeibl
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 24
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 01/08/2014

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Sam 2 Aoû 2014 - 23:11

Je ne sais pas si le sujet à déjà été abordé ici.

Dans la symphonie en mi mineur Wq 177 de Carl Philippe Emmanuel Bach, il y a un passage dans le premier mouvement qui présente une ressemblance frappent avec l'introduction de l'opéra Iphigénie en Tauride de Gluck.

La symphonie de Bach étant antérieure à l'opéra de Gluck, il me semble évident que le second s'est inspiré du premier.

C'est une simple remarque pour voir combien l'ont remarqué  Mr. Green


Dernière édition par BLeibl le Sam 2 Aoû 2014 - 23:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85550
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Sam 2 Aoû 2014 - 23:31

C'est très vrai, ça ressemble beaucoup à l'Orage du début d'Iphigénie. Néanmoins, les recettes de ce style étant simples (trémolos, sforzandos, et effectivement le schéma harmonique est proche), ce n'est pas forcément un emprunt direct, d'autant que les morceaux communs émergent par bout.

Il y a pas mal de parentés de ce genre entre les opéras de l'époque. Pareil, si tu écoutes la Casa del Diavolo de Boccherini, tu trouveras beaucoup d'échos dans les musiques du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 24 Aoû 2014 - 13:34

Voici un petit hommage synthétique par azerty au "génie" de C.P.E. Bach trouvé sur le net:

http://www.symphozik.info/carl_philipp_emanuel+bach,9.html
azerty:

"Il élabore un langage personnel marqué par une grande sensibilité émotive. Il aime les contrastes, les dissonances incisives, les points d’orgue dramatiques, les silences inattendus, les altérations du tempo, les brusques passages du majeur au mineur. Le premier, il note des indications de nuances sur ses partitions. Il a contribué plus qu’aucun autre à remplacer l’ancienne coupe binaire de la sonate par une coupe ternaire : exposition à deux thèmes contrastés, développement thématique, ré-exposition. 
Haydn, lorsqu’il eut la révélation de ses sonates, écrivit : “Je ne quittai pas mon clavier avant de les avoir toutes jouées. Celui qui me connaît bien trouvera que j’ai de grandes obligations envers Emmanuel Bach, que j’ai saisi son style et que je l’ai étudié avec soin. Mozart de même déclare : “Emmanuel Bach est le maître, nous sommes les écoliers ; si l’un d’entre nous a fait quelque chose de bien, c’est de lui qu’il l’a appris.“

Sinon je signale à celles et ceux qui voudraient découvrir ce compositeur, et qui seraient passés à coté, la réédition Warner à l'occasion du tricentenaire de sa naissance (qui provoque une agitation relativement modérée sur ce forum) : "The collection CPE Bach" (panorama très complet avec des enregistrements de première qualité pour une somme très modique).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popo
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 15/11/2014

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Sam 15 Nov 2014 - 20:43

^^^


Dernière édition par Popocatepetl le Lun 24 Nov 2014 - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Sam 15 Nov 2014 - 23:15

Popocatepetl a écrit:
Le personnage et sa musique me fascinent. Penser que c'est le fils Du Bach .... On l'imagine dans l'ombre imposante et parfaite du père (ça ne devait pas être facile). Et à la fois sur ce portrait on le voit tout chétif ...

cheers

Sans doute plus solide qu'il n'apparaît; dans l'ombre du père ce n'est pas si sûr...

C'est l'intérêt du disque (magnifique) de Jocelyne Cuiller (O süsser Clavichord) d'établir des ponts entre ce père - plus travaillé par la "fantaisie" (depuis ses toccatas de jeune homme) que ne le laisse apparaître son image rigoriste - et ce fils qui explore une liberté de langage, ancrée dans la "modernité" (celle de l'Empfindsamkeit)

Même si J.S Bach ne trouve pas mieux pour mettre en valeur son fils, lors de sa venue à Berlin où C.P.E est en poste auprès de Fréderic II - et moyennement estimé -, que de faire présent à ce dernier de "l'offrande musicale" (ce qui rend bien chétif en effet), il aura(it) probablement été à l'affût des expérimentations novatrices de C.P.E Bach.

Carl Philipp Emanuel, quant à lui, portera la mémoire de son père (rédigeant une notice nécrologique, exécutant ses oeuvres) tout en faisant oeuvre singulière (louée par Haydn notamment). C'est plutôt une belle figure d'affranchissement.


Dernière édition par xoph le Dim 16 Nov 2014 - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popo
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 15/11/2014

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 16 Nov 2014 - 13:34

Mandryka a écrit:
Vous savez que CPEB a développé un style spécial qui s’appelle l’Empfindsamer Stil? On peut l’entendre dans les sonates pour clavier « fur Kenner und Liebhaber » et ailleurs


Est-ce qu’il y a des symphonies et des concertos dans l’Empfindsamer Stil?

Je ne vois pas bien ce dont il s'agit. Je suis preneur de plus d'information à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 16 Nov 2014 - 15:09

Mandryka fait sans doute référence à ce mouvement:
http://www.musicologie.org/sites/e/empfindsamkeit.html
et je suis aussi preneur pour plus d'informations...

PS. Pour moi, qui ne suis ni germaniste ni musicologue, le disque de Jocelyne Cuiller (encore une fois): rêveries pour Connaisseurs et Amateurs** (détournant  le recueil* de C.P.E Bach (cité par Mandryka) au prisme des rêveries de Rousseau) en est ma traduction française.

* sonates pour clavier « für Kenner und Liebhaber »
** http://www.musebaroque.fr/MB_Archive/Critiques/cpe_bach_cuiller.htm
+ http://classik.forumactif.com/t4924-clavicorde?highlight=clavicorde


Dernière édition par xoph le Lun 17 Nov 2014 - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 16 Nov 2014 - 22:27

Additum: sur les rapports de Bach et ses fils, je vois qu'il y a un livre de Marc Vignal: Les fils Bach, (Paris, Fayard, 1997).
Je ne l'ai pas lu, mais en tant que grand connaisseur (et biographe) de Haydn, il y a fort à parier qu'il apporte un éclairage intéressant sur Carl Philipp Emanuel (et son terrible papa).

"Wilhelm Friedemann, Carl Philipp Emanuel, Johann Christoph Friedrich, Johann Christian. Bach ne s'est pas contenté d'être l'immense génie que l'on sait; il est également parvenu à transmettre à ses quatre fils ayant mené une existence adulte cette fibre musicale qui fit d'eux quatre compositeurs importants. Exemple unique dans toute l'histoire de la musique de semblable continuité, d'autant plus remarquable que chacun d'eux sut développer une personnalité artistique propre qui, si elle dut beaucoup à l'enseignement du père, ne s'affranchit pas moins très vite, sur le plan stylistique, de sa puissante emprise. ...Carl Philipp Emanuel (le Bach de Berlin), musicien ... très en vue à son époque, lié aux écrivains et aux philosophes d'Allemagne du Nord, pionnier de la musique pour clavier, et à ce titre admiré par Haydn et Beethoven..." Note de l'éditeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popo
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 15/11/2014

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 24 Nov 2014 - 19:54

^^^


Dernière édition par Popocatepetl le Mar 25 Nov 2014 - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Democrite
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 24 Nov 2014 - 22:00

Popocatepetl a écrit:
xoph a écrit:
Additum: sur les rapports de Bach et ses fils, je vois qu'il y a un livre de Marc Vignal: Les fils Bach, (Paris, Fayard, 1997).
Je ne l'ai pas lu, mais en tant que grand connaisseur (et biographe) de Haydn, il y a fort à parier qu'il apporte un éclairage intéressant sur Carl Philipp Emanuel (et son terrible papa).

Je vais essayer de voir ça. Mais tu te rends compte, quand on est le fils de Bach (ce qui n'arrive pas à tout le monde, j'en conviens), le complexe d'Oedipe, ça doit être ENORME Shocked  (sans me vanter: on dirait du Woody Allen, non ?  Wink ) !!

Ce n'est pas trop difficile d'être un fils spirituel de Bach quand on connaît la dimension de la musique qu'il a écrite et laissée après lui. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popo
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 15/11/2014

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 24 Nov 2014 - 22:04

```


Dernière édition par Popocatepetl le Lun 24 Nov 2014 - 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Democrite
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 24 Nov 2014 - 22:15

C'est l'année C.P.E Bach, profitons-en pour en écouter.Smile
L'album d'Ophélie Gaillard d'œuvres avec violoncelle, notamment deux concertos et une sonate ("pour un sanguin et un mélancolique") est fort à mon goût (et un succès, je crois).
J'ai aussi La Résurrection et l'Ascension de Jésus, oratorio. De très beaux moments, mais après deux écoutes, je ne comprends pas toute la sensibilité de l'œuvre.

J'aimerais des suggestions de découvertes (hors instruments solo pour moi, sauf pour vents, hautbois, flûte, etc), mais plutôt concertantes ou vocales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
popo
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 15/11/2014

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 24 Nov 2014 - 22:18

Je suis à l'écoute Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Democrite
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Lun 24 Nov 2014 - 22:20

Laughing
Moi aussi, l'album s'est lancé comme par magie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mar 25 Nov 2014 - 22:56

Dav' le brave a écrit:
C'est l'année C.P.E Bach, profitons-en pour en écouter.Smile ...

J'aimerais des suggestions de découvertes (hors instruments solo pour moi, sauf pour vents, hautbois, flûte, etc), mais plutôt concertantes ou vocales.

Dav' le brave: est que les pages maigrelettes qui précèdent ont eu raison de ta bravoure Wink ? Il y a pas pas mal de pistes ci avant pour la musique concertante et symphonique (pour moi, j'adore par dessus tout les concertos pour violoncelle, des mouvements lents à Sad ). Ce qui m'intrigue plus, c'est que (comme je l'entends, de mes oreilles incertaines), son apport le plus singulier est sa musique pour clavier, et qu'à t'en priver tu passes à côté de quelque chose. Je suis néanmoins fort loin de tout connaître de C.P.E. Et en musique vocale je ne connais que les israélites dans le désert écouté en concert (et que j'avais beaucoup aimé) et La résurrection et l'ascension de Jésus. Mais comme il a beaucoup été question de l'ombre du père: peut-être n'est ce pas dans ce domaine que s'affirme le plus son originalité.

Je vois qu'il y a aussi des quatuors

HOLLIGER a écrit:
Wink de rien.
Je reprécise que je "milite" pour ces quatuors de 1788 qui sont extraordinaire, CPE Bach à son sommet, une finesse d'écriture nouvelle chez lui ; je crois qu'il a pu les composer en toute liberté, pour son plus grand plaisir créatif.

...que je ne connais pas...(pour l'instant)

Mais à lire Holliger: cela correspond pas mal à ma fantasmagorie de C.P.E: une liberté qui se gagne (le père mais pas seulement. Aussi le passage de Berlin à Hambourg, ou l'exploration de sons nouveaux (le clavicorde), ou ses liens avec la pensée "moderne")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Democrite
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mar 25 Nov 2014 - 23:12

Sa musique pour clavier ne m'est pas étrangère, mais à mes oreilles incertaines aussi elle paraît bien trop vaste et moins structurée en tant qu'œuvres, que celle de JS.

J'ai lu et écouté certains disques mentionnés plus haut... les symphonies, oui et non... Pulcinella et Ophélie Gaillard, j'aime beaucoup... D'ailleurs la sonate WQ 161/1. H 579 "pour un sanguin et un mélancolique" existe dans une belle version avec clavecin par l'ensemble Les Boréades (de Montréal), avec d'autres œuvres de musique de chambre de CPE.

Si je devais suivre pour le moment une piste en particulier dans ce fil, ce serait celle de Holliger sur les traces de Carl Philipp Emmanuel Bach, parce qu'il me semble le plus passionné. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mar 25 Nov 2014 - 23:47

Dav' le brave a écrit:
...
Si je devais suivre pour le moment une piste en particulier dans ce fil, ce serait celle de Holliger sur les traces de Carl Philipp Emmanuel Bach, parce qu'il me semble le plus passionné. Very Happy

...ce qui est tout à fait en accord avec C.P.E...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Democrite
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mar 25 Nov 2014 - 23:54

Oui. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plenum
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3609
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mer 3 Déc 2014 - 23:12

Dav' le brave a écrit:
Sa musique pour clavier ne m'est pas étrangère, mais à mes oreilles incertaines aussi elle paraît bien trop vaste et moins structurée en tant qu'œuvres, que celle de JS.

J'ai lu et écouté certains disques mentionnés plus haut... les symphonies, oui et non... Pulcinella et Ophélie Gaillard, j'aime beaucoup... D'ailleurs la sonate WQ 161/1. H 579 "pour un sanguin et un mélancolique" existe dans une belle version avec clavecin par l'ensemble Les Boréades (de Montréal), avec d'autres œuvres de musique de chambre de CPE.

Si je devais suivre pour le moment une piste en particulier dans ce fil, ce serait celle de Holliger sur les traces de Carl Philipp Emmanuel Bach, parce qu'il me semble le plus passionné. Very Happy

Évidemment, leur structure se dissemblent au point que le père le considérait comme étant le moins doué, le moins inspiré de ses fils,
surtout comparativement à l'aîné Wilhelm-Friedemann. D'ailleurs lors de la visite du père à Postdam, le seul commentaire en guise de réponse
suite à la demande de ce qu'il en pensait de la musique de son fils, est qu'elle est bien édulcorée par le bleu de Prusse... Neutral Mais bon,
deux générations dont l'une prit fin alors que déjà auparavant il était considéré comme une vieille perruque démodée, et l'autre naissante,
qui fut le père du sentiment en musique, au point que Haydn fut parmi les plus fervents admirateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Democrite
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Jeu 4 Déc 2014 - 0:33

Mais était-il réellement moins doué ? Si le père Bach radotait l'anecdote du bleu de prusse, on peut en douter.Laughing Moi, je ne l'ai toujours pas comprise. C'est pour ça que j'écoute encore Bach. Mr. Green Da capo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Jeu 4 Déc 2014 - 0:55

Le bleu de Prusse (du Bach de Berlin-Potsdam: Carl Philipp Emanuel) est une teinture qui se délave au fil du temps. Sur ce point J.S. avait tort (mais peu de choses corroborent cette pique): l'oeuvre de C.P.E. est encore là, singulière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Jeu 4 Déc 2014 - 2:27

xoph a écrit:
Le bleu de Prusse (du Bach de Berlin-Potsdam: Carl Philipp Emanuel) est une teinture qui se délave au fil du temps. Sur ce point J.S. avait tort (mais peu de choses corroborent cette pique): l'oeuvre de C.P.E. est encore là, singulière.

C'est ce qui est le plus remarquable dans cet oeuvre. Beaucoup de morceaux du jeune Mozart 'datent' terriblement, alors que d'autres de C.P.E., plus anciens, apparaissent à la fois de leur époque et, étrangement, très modernes. Cette modernité n'en est donc pas une d'écriture, mais bien d'affect. Ce qui n'était de toute évidence pas le cas il y a 2, 3, 4 générations. C.P.E. est une "découverte" des années post - 1980. Pourquoi touche-t-il particulièrement maintenant ? Comment peut-on définir sa 'modernité' ? On peut se poser la même question et faire les mêmes remarques sur Haydn, du moins le Haydn post-1770. 'Grandpèrisé' de son vivant, il est aujourd'hui plus actuel que presque tous ses contemporains. L'affect, encore une fois.

À l'inverse Bartok, 'moderne' lors de sa redécouverte dans les années '55-'75 nous apparaît résolument classique. Chostakovich, embaumé et canonisé dès son décès, lui aussi en voie d'être un classique parmi les classiques. Redeviendront-ils modernes, révolutionneront-ils la perception de la musique dans 2, 3, 4 générations ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plenum
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3609
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Ven 5 Déc 2014 - 22:33

Le genre d'écriture entre en ligne de compte avec l'affect, vice-versa. Son papa est l'aboutissement de cinq siècles avant lui, préfigurant
le romantisme, pensez à la fantaisie de la Fantaisie et Fugue en sol mineur, alors que son fils est la synthèse totalement judicieuse entre
le goût ancien et le goût nouveau, sans tomber dans l'austérité du passé, ni à la mièvrerie de l'ultérieure, ce que Mozart lui-même s'y piégea
avant (tiens ô ironie!) sa découverte d'oeuvres du papa de C.P.E. Bach. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Sam 13 Déc 2014 - 16:13

Comme le fil mêle discographie et oeuvre, je signale le disque suivant qui donne pas mal de pistes sur Carl Phillip Emanuel,
"L'Empfindsamkeit", le rapport au père, le point de passage (et d'invention) entre le baroque et le romantisme.

study
"... suivant le moment, nous avons privilégié les contrepoints élaborés et les formes complexes  ou bien l'expressivité qui nous apparaît comme visionnaire ..." Amandine Beyer
"... Il est vrai qu'une extrême sensibilité teinte ces oeuvres imprévisibles et fantasques. Mais cet art de la surprise n'est pas seul. L'autre face de ces discrets chefs-d'oeuvre doit au rationalisme et à la science que cultivait déjà son père ..." Emmanuel Hondré (dans le livret)

Sont convoquées les figures de Schubert, Schumann par Amandine Beyer, Rousseau et Sade par Hondré (mais pas de Mishima pour cette fois)

Nota: La sonate H545 oscille entre une attribution à CPE ou à JS. Bach (BWV 1020)

C'est aussi et surtout un superbe disque (et bien sûr une superbe musique)

Sonates pour violon et Pianoforte
H513-Wq77 Si bémol, H414-Wq78, Do mineur, H545 Sol mineur, H512-Wq76 Si mineur

Amandine Beyer, violon
Edna Stern, pianoforte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Sam 7 Fév 2015 - 22:20

Un Opus majeur de CPE Bach, un très beau disque
Württemberg sonatas
Mahan Esfahani, clavecin

study
"...elles sont trop bien écrites, trop convaincantes et trop belles pour se voir simplement rangées comme une transition entre deux grandes périodes. Comment expliquer que leur vocabulaire musical soit aux antipodes de celui du haut baroque, pourtant supposé fleurir pendant six ans encore*? Nos catégories sont-elles seulement pertinentes? Avons-nous décidé d'ignorer une musique authentiquement grande parce que nous sommes incapables de remettre en questions notre conception simplifée de l'histoire de la musique? Pour dire les choses simplement, à coté de quoi passons nous?" Mahan Esfahani

En tous cas Mahan Esfahani est en un plein dedans. Dans ces oeuvres qui marquent un peu l'acte de naissance de CPE Bach (ultérieures aux sonates "prussiennes" et amorçant le vocabulaire qui lui est propre). Il tire CPE (le jeune CPE de trente ans) vers une ivresse inventive plus que vers une introspection douloureuse. Encore que... Une conduite musicale fluide et formidablement expressive qui ne sacrifie jamais à forcer le trait pour faire de toute page une conversation entre un sanguin et un mélancolique.

Le déploiement de la richesse du clavecin est superbe

* 1744: publication des Württemberg sonatas
1750: décès de JS Bach

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 8 Fév 2015 - 0:39

Ce sont effectivement de très grandes oeuvres. J'en ai une version clavecin (Bob van Asperen) et une pour clavicorde (Miklos Spanyi). Je préfère cette dernière. J'aimerais bien aussi les entendre au pianoforte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 8 Fév 2015 - 13:39

Bonjour André. Ce sont aussi deux belles interprétations et le travail de Miklós Spányi me semble jouir de bien trop peu de considération. Pour le clavicorde, si par hasard tu ne connais pas, il y a trois disques de Jocelyne Cuiller magnifiques (mais je radote un peu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 8 Fév 2015 - 17:50

Merci Xoph, je vais regarder ça. J'espère que BIS va rééditer son intégrale des sonates et des concertos dans un gros coffret. Il y a là plus de 30 disques je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Sam 28 Fév 2015 - 21:23

En voici un quatrième, le plus risqué dans une musique à haut risque

Socrate, Hamlet, Colin, Colette...

Sein oder Nichtsein, monologue d'Hamlet (adapt. de Gerstenberg, 1767) pour baryton et clavier, W. 202
Sonate pour clavier, fa (H 75), W. 63.6, H. 75
Sonate pour flûte et clavecin obligé, Re (Wq.83), W. 83, H. 505
Nein, nein, die ernste, hohe Gestalt, monolgue de Socrate (adapt. de Gerstenberg, Hamburg 1787) pour baryton et clavier, W. 202
Clavier-Fantasie mit Begleitung, pour violon et clavecin obligé, fa #, W. 80, H. 536
Romance avec 12 variations, pour clavier, Sol (H 226), W. 118.6, H. 226

Jocelyne CUILLER : Clavecin, Clavicorde
Anne MAGOUËT : Soprano
Alain BUET : Basse [voix], Baryton [voix]
Jacques-Antoine BRESCH : Flûte à bec
Daniel CUILLER : Chef d'orchestre, Violon


study "C'est aussi le clavicorde que Jocelyne Cuiller a choisi pour enregistrer cette petite anthologie au contenu très varié. A côté de la sonate Wq 63 pour clavier, figurent la sonate pour flûte et clavier obligé Wq83 ainsi que la très expressive Fantaisie en fa# mineur pour clavicorde et violon. Au registre des curiosités, l'adaptation à la Fantaisie Wq202 de textes chantés, adaptation réalisée par l'écrivain Heinrich Wilhelm von Gerstenberg"

Superbes W. 63.6   et W. 83

study Chez un autre grand interprète de CPE: miklós spányi:

• à propos de W63.6
" En 1753 Bach avait des élèves clavecinistes et entendait leur fournir de la musique adaptée à leurs besoins. Comme supplément à son Essai, il publia Achtzehn Probe-Stücke in sechs Sonaten (Dix huit Pièces d’étude en Six Sonates)....
Cette pièce qui clôt les Probestücke est en trois parties, les deux parties extrêmes, non mesurées, consistant presque entièrement en arpèges qui progressent d’une harmonie à l’autre, souvent de manière inattendue. La section centrale est un Largo pensif, à 3/4, mais néanmoins présentant de nombreuses complexités rythmiques."

• à propos de W. 202
" Cette fantaisie, qui préfigure celles des trois derniers recueils für Kenner und Liebhaber... devint célèbre pour ses qualités expressives. En 1767, le poète Heinrich Wilhelm Gerstenberg (1737–1823) eut l’idée de placer deux textes différents sur cette fantaisie destinés à être chantés tour à tour pour l’accompagner : sa paraphrase du très célèbre monologue d’Hamlet, et sa version des paroles de Socrate alors qu’il boit la ciguë."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Dim 22 Mar 2015 - 15:24

En cherchant à écouter les oeuvres pour orgue de CPE par Kei Koïto, je signale un article érudit et passionnant sur CPE et ses oeuvres pour orgue de Kei Koïto

Esthétique de Carl Philipp Bach, à propos de ses oeuvres pour orgue.

Arrow
Sur le site de Kei Koïto à
http://www.kei-koito.com/wp-content/uploads/organ_fr.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Democrite
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Sam 25 Avr 2015 - 19:55

Je viens d'écouter encore Miklós Spányi, c'est impressionnant ! Vol. 23 de son intégrale. Jamais peut-être œuvres de musique de chambre n'avaient aussi bien porté ce nom. Carl Philipp Emmanuel est un génie et Spányi aussi. Si je n'avais plus rien d'autre qu'une chambre à moi, c'est cette intégrale que je prendrais. Mais pourquoi le clavicorde ? Comment justifier ce choix pour l'intégralité ? Je ne crois pas que Miklós Spányi le justifie dans cette notice-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mar 28 Avr 2015 - 21:27

Rock le brave a écrit:
Je viens d'écouter encore Miklós Spányi, c'est impressionnant ! Vol. 23 de son intégrale. Jamais peut-être œuvres de musique de chambre n'avaient aussi bien porté ce nom. Carl Philipp Emmanuel est un génie et Spányi aussi. Si je n'avais plus rien d'autre qu'une chambre à moi, c'est cette intégrale que je prendrais. Mais pourquoi le clavicorde ? Comment justifier ce choix pour l'intégralité ? Je ne crois pas que Miklós Spányi le justifie dans cette notice-là.

Voilà les sources de Jocelyne Cuiller (à défaut de Miklós Spányi) , avec quelques mises en abîme

"Il n'est pas besoin de chercher bien loin les justifications à l'interprétation de la famille Bach au clavicorde. Parlant de Johann Sebastian, Johann Nikolaus Forkel écrit dans sa célèbre biographie: "Le clavicorde était son instrument favori. Le clavecin bien que susceptible d'une grande variété d'expression n'avait point à son gré assez d'âme, et le pianoforte était de son temps dans état  tellement embryonnaire qu'il ne pouvait guère s'en contenter. Cela lui faisait considérer le clavicorde comme le meilleur instrument, soit pour étudier , soit pour faire de la musique dans l'intimité...""

Puis parlant de CPE interprétant CPE et citant Charles Burney: "...il réussissait à arracher à son instrument un véritable cri de douleur et de lamentation tel qu'on ne peut en produire que sur le clavicorde, et dont nul autre musicien ne serait sans doute capable..."

Quant à CPE cité par Jocelyne Cuiller: foin de romantisme, encore que..."...les cordes doivent bien résister pour qu'on puisse les frapper ou les caresser et donc être en mesure d'exprimer toutes les sortes de "piano" ou de "forte" d'une façon juste et nette..."

Toutes sources: livret Jocelyne Cuiller - O süsser Clavichord -

Si tu ne l'as pas vu li y a aussi un fil Clavicorde:
http://classik.forumactif.com/t4924-clavicorde?highlight=clavicorde


Dernière édition par xoph le Mar 28 Avr 2015 - 22:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Democrite
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 962
Localisation : Ville de Baie
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Mar 28 Avr 2015 - 21:54

Merci Very Happy . Très instructif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prosopopus
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 156
Age : 35
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Jeu 7 Déc 2017 - 17:44

Je suis en pleine écoute de cela :


CPE BACH - Testaments et promesses - L'encelade
Aline Zylberacjch sur un Tangenten Flugel de 1770 et Alice Piérot sur un violon de 1740

Fantaisie in F-Sharp Minor, Wq. 80
12 Variations sur "Les folies d'Espagne", Wq. 118 No. 9
Sonates pour clavier, Wq. 63: No. 6 in F Minor
Sonate pour violon in C Minor, Wq. 78
Sonate pour clavier in A Major, Wq. 55
Arioso avec variations in A Major, Wq. 79


C'est ma première écoute de CPE BACH, et ma première incursion dans les eaux de cette période posto-baroquienne-pré-classique. Et c'est une belle découverte, j'ai vraiment l'impression de franchir la passerelle entre le baroque de papa Bach et le piano de Haydn et Mozart. Et tandis que la période classique, que je connais mal, me touche assez peu, là, ce baroque finissant me fait vraiment un plaisir fou, je retrouve ce que j'aime dans les sonates de Scarlatti mais avec ce supplément d'innovations, le recours à une expressivité parfois moderne dans son intimité (pour l'époque tout du moins).
L'enregistrement me semble en plus d'une grande réussite, clair mais vivant, on entend le mécanisme du piano à tangentes sans que ce soit envahissant, juste ce qui faut pour faire vivre l'instrument, parfois rehaussé du coup par le violon d'Alice Piérot.

Gros coup de coeur pour ce disque.

Ça m'ennuie presque d'apprécier autant puisque je vais vouloir creuser l'oeuvre de ce fils de Jean Sébastien (et mes finances)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2121
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   Jeu 7 Déc 2017 - 18:56

cheers
Bienvenue
Vu les œuvres, les interprètes et ton commentaire. Cela donne envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C.P.E. Bach   

Revenir en haut Aller en bas
 
C.P.E. Bach
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les Cantates de J.S Bach
» J. S. Bach et les nombres
» Suites pour orchestre de J.S Bach
» BACH - intégrales Brilliant et autres
» Messe en si de bach

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: