Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Tchaïkovsky, 6ème symphonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
DYSHARMONIE
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 44
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Sam 18 Nov 2006 - 10:37

Bonjour.

Bernstein a enregistré plusieurs fois la Pathétique de Tchaïkoski. Selon vs : quelle est le meilleur de ces enregisrements ? GD 1982 ?

J'aime la version de Karajan (Philharmonique de Vienne, 1985, DG aussi). Mais j'ai entendu, un extrait du quatrième mvmt par Bernstein, et il a attiré mon attention.

Apparemment plus "sensuel" que Karajan. Accentuation plus poussée des contrastes -tempi, volumes.. C'est ds cette direction-là que je cherche. Bernstein y correspond-il et, si oui, ds laquelle de ses versions ?

Merci Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.inegalites.fr
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9162
Localisation : AnDingMen
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Sam 18 Nov 2006 - 10:57

c'est de plus en plus pointus ces topics. Quand j'ai lu le titre de celui-ci j'ai cru à un gag Laughing

il faudra en créer un " la 6ème de Beethoven par Karajan le 12 juin 1978 avec le Philarmonique de Vienne enregistré dans la grande salle de la Philarmonie entre 20h34 et 21h23, quelle version ? "

euh bon je trolle, pour la réponse à la question : aucune idée Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9162
Localisation : AnDingMen
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Sam 18 Nov 2006 - 11:01

bon maintenant j'ai mauvaise conscience, je me sens obligé de dire quelque chose avant que les bernsteinologues du forum débarquent...

dans les années 70, Berstein fait des interprétation très dynamiques et équilibrées, mais au fur et à mesure que les années 80 passent, il est de plus en plus lent, en apesanteur, les contrastes sont accentués au maximum. Certains ne supportent pas, d'autres adorent, moi j'adore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80232
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Sam 18 Nov 2006 - 14:12

C'est vrai que c'est pointu, si tu le permets Dysharmonie j'élargis le sujet à la discographie générale de cette symphonie.
Ca n'empêchera pas de parler en particulier de celles de Bernstein. Wink

Pour info, il y a déjà ce sujet sur les symphonies de Tchaïkovsky: http://classik.forumactif.com/viewtopic.forum?t=1001&highlight=tchaikovsky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9352
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Sam 18 Nov 2006 - 14:39

Citation :
Bonjour.
Bonjour cheers

Citation :
Bernstein a enregistré plusieurs fois la Pathétique de Tchaïkoski. Selon vs : quelle est le meilleur de ces enregisrements ? GD 1982 ?

J'aime la version de Karajan (Philharmonique de Vienne, 1985, DG aussi). Mais j'ai entendu, un extrait du quatrième mvmt par Bernstein, et il a attiré mon attention.

Apparemment plus "sensuel" que Karajan. Accentuation plus poussée des contrastes -tempi, volumes.. C'est ds cette direction-là que je cherche. Bernstein y correspond-il et, si oui, ds laquelle de ses versions ?

Merci Wink

Bernstein DG, c'est thumleft
Je ne connais pas ses autres versions, mais celle-ci est une valeur sure pour les raisons que tu as évoquées: sensualité, accentuation... c'est un expérience surprenante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulet
Don Juan piqué aux hormones
avatar

Nombre de messages : 5899
Age : 31
Localisation : France
Date d'inscription : 05/08/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Sam 18 Nov 2006 - 17:50

Celibidache est tres bien dans cette symphonie (EMI) Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hexachords.com
Kia
vomi
avatar

Nombre de messages : 6939
Age : 31
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Sam 18 Nov 2006 - 20:14

Pour moi:
Mravinsky (dg)
Svetlanov (Canyon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guigui
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 896
Age : 38
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 20 Nov 2006 - 10:31

Poulet a écrit:
Celibidache est tres bien dans cette symphonie (EMI) Wink

+10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9352
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 20 Nov 2006 - 11:12

Le Monsieur (ou la Madame) demande quelle est la version de Bernstein que vous préférez et pourquoi ? :cyclops: ... et vous lui parlez de Mravinsky, Svetlanov et Celi. What the fuck ?!? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinteix
Mélomane averti


Nombre de messages : 169
Age : 48
Localisation : Japon
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Mer 22 Nov 2006 - 8:41

Pour moi KARAJAN.
Bon, c'est un peu court... mais je n'ai pas le temps aujourd'hui... une autre fois peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon240
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 41
Date d'inscription : 05/10/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Mer 22 Nov 2006 - 13:48

je connais un peu la version de Bernstein et effectivement, elle est pas mal !! son 3eme mouvement est bien contrasté et surtout pas trop rapide ( certains chefs le confondent avec l'ouverture de Guillaume Tell Shocked )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.volvoforlife-fr.com
milia
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 43
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 16:05

Bernstein/New York vient de reparaitre chez DG, avec l'ensemble des enregistrements tchaikovskiens du chef américain pour le label jaune.
C'est une interprétation extreme, une expérience jusqu'auboutiste très forte, très éprouvante. Bernstein, comme dans ses Sibelius fameux des années 80 avec Vienne, s'approprie l'oeuvre dans un geste étreignant. Ca nous donne un mouvement final à 17' (contre 10 en moyenne pour ses confrères et Mravinski en particulier).
Donc, c'est un embrasement et je me dis qu'avec Mravinski, cinglant, d'une noirceur suffocante, ce sont peut etre les deux versions les plus habitées. Il n'empeche qu'il existe un grand nombre de versions de valeur, et parmi celles que je connais ou ai entendues, Giulini/Philharmonia (EMI), Karajan/Vienne (1985 DG, magnifiquement...décadent) sont des options eminemment recommandables. J'aimerai avoir des avis sur Cantelli et aussi sur Mariss Jansons chez Chandos je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 16:14

Pour Karajan, l'enregistrement de 1985 est tout de même baveux et imparfait dans la mise en place, il faut préférer des gravures antérieures (1964 est ma préférée, mais 1971 chez EMI le vaut).

Quant à Bernstein, je me suis rué sur le coffret dès qu'il est sorti, c'est impressionnant, aussi habité que Mravinski et sans cette sonorité désagréable que tout le monde trouve génialement "authentique" mais où je n'arrive à voir que de la mocheté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guigui
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 896
Age : 38
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 16:50

Oui, Bernstein DG est au dessus de tout dans Tchaiko, et cette Pathétique n'est pas gênante pour ceux qui craindraient un surplus d'effet (ralentissements, crescendis interminables alla Muti National), car Bernstein nous sort un 1er mouvement absolument authentique ! Le final est inoubliable comme tout ce que sortait Bernstein à cette période dans les mouvements lents.

Les prises de son Sony sont bien moins réussies pour ce qui est de Bernstein NY.


Dans les sommets de cette symphonie, je rappellerai le live Canyon de Svetlanov, Celibidache EMI, et aussi Karajan 1976 (parce que ça a une de ces gueule b#rdel de m#rde !!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milia
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 43
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 17:01

Merci spiritus pour ces renseignements sur Karajan.
je réécouterai attentivement Karajan/1985, je n'avais pas trouvé ça baveux, mais plutot moiré et automnal, dans la lignée de ses wagner avec les Wiener et Norman. A suivre

Quant à Mravinski, là je suis en désaccord. Loin du beau son c'est vrai, mais ça crépite, ça claque, ça gifle. La prise de son est un peu en technicolor mais il faudrait déterminer s'il s'agissait du son de leningrad à cette époque. J'avoue que j'aimerais assez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81477
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 17:25

Spiritus a écrit:
Quant à Bernstein, je me suis rué sur le coffret dès qu'il est sorti, c'est impressionnant, aussi habité que Mravinski et sans cette sonorité désagréable que tout le monde trouve génialement "authentique" mais où je n'arrive à voir que de la mocheté.
Ce n’est pas « authentique », mais racé. Ca arrache en effet. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 17:38

Ca arrache, oui, oui, je suis d'accord, mais vous ne m'en voudrez pas de préférer mes orchestres occidentaux aux sonorités plus rondes. Les prises de son de Mravinski sont très réussies, par contre, et je pense que la sonorité rendue au disque était réellement celle de l'orchestre en live, avec ces cuivres qui vibrent terriblement (mais comment arrivaient-ils techniquement à obtenir un vibrato pareil ???), ces bois criards, ces cordes bordéliques qui ne me plaisent pas (mais qui ont au moins le mérite d'être vivantes).

Je n'ai jamais été nulle part très amateur de la façon Mravinski : c'est habité, dramatique à fond, et tout et tout, mais l'absence de sentimentalisme me pèse, on croirait que Mravinski refuse de rendre les oeuvres qu'il dirige optimistes et intérieures. Il ne lui faut que du drame, du tourment, de la folie, jamais rien de simplement tranquille. Dans le genre histronique, je préfère de loin Bernstein, et même Sinopoli.

Quant à Karajan, je voulais dire que son enregistrement de 1985 est très opaque, et la plastique orchestrale est encore plus belle avec les Berlinois auparavant. La gravure viennoise n'est pas mauvaise, ça reste du bon Karajan (encore que le legato des cordes est à mon goût un peu trop sirupeux), mais je te signifiais simplement que si tu aimes ce chef tu trouveras de plus beaux enregistrements de la Pathétique ailleurs. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milia
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 43
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 17:44

Merci encore spiritus et je m'en vais de ce pas chercher ce que je trouve sur le net (Karajan 1964 ou 1971 donc).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81477
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 17:44

Spiritus a écrit:
Ca arrache, oui, oui, je suis d'accord, mais vous ne m'en voudrez pas de préférer mes orchestres occidentaux aux sonorités plus rondes.
Hé, le mur est tombé. Laughing
La rondeur est un atout de façade dont on se lasse, amha. Mais tu as le temps avant de faire du Harding.


Citation :
Je n'ai jamais été nulle part très amateur de la façon Mravinski : c'est habité, dramatique à fond, et tout et tout, mais l'absence de sentimentalisme me pèse, on croirait que Mravinski refuse de rendre les oeuvres qu'il dirige optimistes et intérieures. Il ne lui faut que du drame, du tourment, de la folie, jamais rien de simplement tranquille. Dans le genre histronique, je préfère de loin Bernstein, et même Sinopoli.
Sinopoli, c’est l’histrionisme au Lexomil™. Je vois ce que tu veux dire, oui, tout à fait, c’est terriblement tourmenté, jamais optimiste, mais je ne trouve pas ça du tout extérieur !


Citation :
Quant à Karajan, je voulais dire que son enregistrement de 1985 est très opaque, et la plastique orchestrale est encore plus belle avec les Berlinois auparavant. La gravure viennoise n'est pas mauvaise, ça reste du bon Karajan (encore que le legato des cordes est à mon goût un peu trop sirupeux), mais je te signifiais simplement que si tu aimes ce chef tu trouveras de plus beaux enregistrements de la Pathétique ailleurs. Wink
De toute façon Vienne gâche les chefs. Je trouve, il n’y a rien à faire, que cet orchestre impose une chape de routine à tous ceux qui le dirigent.

Peut-être qu’avec un vrai chef permanent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 17:53

Citation :
Hé, le mur est tombé.
La rondeur est un atout de façade dont on se lasse, amha. Mais tu as le temps avant de faire du Harding.

Quand je disais Occidentaux, c'est par opposition avec les phalanges russes, qui ont souvent un son sec et coupant ! Je ne suis pas encore un pro-américain irrascible. spiderman

Citation :
Sinopoli, c’est l’histrionisme au Lexomil™.

Moi je l'adore ce type Surprised

Citation :
Je vois ce que tu veux dire, oui, tout à fait, c’est terriblement tourmenté, jamais optimiste, mais je ne trouve pas ça du tout extérieur !

Encore une fois, je rédige trop vite pour bien choisir mes mots - quand je disais "intérieures", je voulais dire pudiques, recueillies, profondes. Mravinski est tout le temps dans le névrotique - il devait être une personnalité un peu spéciale, le bonhomme Mr. Green . Il n'a jamais chez ce chef ce sentiment de plénitude, de calme, de méditation intérieure (voilà le sens dans lequel j'employais ce mot) qui me semble du coup lui faire significativement défaut.

Citation :
De toute façon Vienne gâche les chefs. Je trouve, il n’y a rien à faire, que cet orchestre impose une chape de routine à tous ceux qui le dirigent.

C'est vrai que même Bernstein n'était plus tout à fait Lenny lorsqu'il était à Vienne, la plupart du temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81477
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 17:57

Spiritus a écrit:
Quand je disais Occidentaux, c'est par opposition avec les phalanges russes, qui ont souvent un son sec et coupant ! Je ne suis pas encore un pro-américain irrascible. spiderman
J’ai bien compris, mais ça fait bizarre aux Antiquités comme moi qui ont connu le Rideau sur le Mur. Smile


Citation :
Moi je l'adore ce type Surprised
Le moins qu’on puisse dire est que ce n’est pas anguleux en effet. Laughing L’opposition à Mravinsky est bien trouvée, cela dit.


Citation :
Encore une fois, je rédige trop vite pour bien choisir mes mots - quand je disais "intérieures", je voulais dire pudiques, recueillies, profondes.
Ce n’est peut-être pas pudique et recueilli, mais je maintiens la profondeur !

Citation :
Mravinski est tout le temps dans le névrotique - il devait être une personnalité un peu spéciale, le bonhomme Mr. Green . Il n'a jamais chez ce chef ce sentiment de plénitude, de calme, de méditation intérieure (voilà le sens dans lequel j'employais ce mot) qui me semble du coup lui faire significativement défaut.
Ce n’est pas un défaut, c’est un choix. Et il parvient pleinement à réussir tout ce qu’il touche avec ça. Tandis que les amateurs du flonflon, comme du côté des capitales au sabir germanique…


Citation :
C'est vrai que même Bernstein n'était plus tout à fait Lenny lorsqu'il était à Vienne, la plupart du temps...
Valable aussi pour Karajan, Abbado et bien d’autres. Il y a comme un voile de retenue, de routine, qui passe sur les chefs. Comme si cet orchestre se complaisant dans son « identité » et ne condescendait qu’à regret à suivre les directives qu’on lui impose.
J’aime énormément Bernstein, sauf quasiment toujours à Vienne, pour ma part…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Guigui
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 896
Age : 38
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 18:01

Gné pour Bernstein à Vienne je ne vois pas en quoi il y a de la retenue (Mahler 6 et 8 ; Sibelius 1, 2, 5 et 7, Brahms 1 et tant d'autres...), et certains enregistrements d'Abbado à Vienne (Mahler 9 par exemple, Bruckner 1 ainsi que certains Berg) sonnent bien plus engagés que d'autres à Berlin.

Karajan quant à lui sonne plus léger à Vienne car il ne pouvait obtenir systématiquement 130 musiciens sur scène.

Et que penser de Maazel et ses Strauss !

Ceci dit dans l'ensemble l'orchestre n'est pas le plus engagé du monde, à l'instar du Concertgebouw qui même en concert ne donne pas l'impression de transpirer une seule goûte. Mais quelle classe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 18:02

Citation :
Le moins qu’on puisse dire est que ce n’est pas anguleux en effet. L’opposition à Mravinsky est bien trouvée, cela dit.

Certes, l'approche est différente, mais Sinopoli dramatise tout autant les partitions, rajoutant des effets, soulignant tel équilibre, tel tempo, telle partie, de façon à faire passer ce qu'il a à dire. Personnellement, c'est tout à fait dans ce genre de dispositions que j'aborde le métier de chef d'orchestre. En plus, avec sa barbe, sa gestuelle surexcitée et sa sincérité, il me semble très attachant.

Citation :
Et il parvient pleinement à réussir tout ce qu’il touche avec ça.

Moui, enfin ça dépend quand même du point de vue, hein Laughing

De lui, je n'ai pas grand chose, seulement ses Tchaikovski (que je n'aime pas plus que ça), une Héroïque certes héroïque, et une 4e de Brahms qui ne passe vraiment pas : il m'y semble manquer une certaine... sérénité, justement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milia
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 43
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 18:04

Bon, sans vouloir dévier le fil sur la pathétique de tchaïkovsky, j'avoue que je ne vois pas en quoi Vienne a pu contingenter Bernstein : Les Sibelius (1,2,5,7), la 9e de Bruckner, les Brahms avec Zimerman (surtout le 2e, le 1er pas fameux)sont d'immenses moments, où la patte de Lenny est extrèmement forte. Peut etre l'intégrale Beethoven que je ne connais pas s'inscrit dans ce que vous dites tous les deux... Mais il s'est bien rattrappé par la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 18:06

milia a écrit:
Bon, sans vouloir dévier le fil sur la pathétique de tchaïkovsky, j'avoue que je ne vois pas en quoi Vienne a pu contingenter Bernstein : Les Sibelius (1,2,5,7), la 9e de Bruckner, les Brahms avec Zimerman (surtout le 2e, le 1er pas fameux)sont d'immenses moments, où la patte de Lenny est extrèmement forte. Peut etre l'intégrale Beethoven que je ne connais pas s'inscrit dans ce que vous dites tous les deux... Mais il s'est bien rattrappé par la suite...

Oui, je pensais à son intégrale Beethoven, pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81477
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 18:18

Guigui a écrit:
Gné pour Bernstein à Vienne je ne vois pas en quoi il y a de la retenue (Mahler 6 et 8 ; Sibelius 1, 2, 5 et 7, Brahms 1 et tant d'autres...), et certains enregistrements d'Abbado à Vienne (Mahler 9 par exemple, Bruckner 1 ainsi que certains Berg) sonnent bien plus engagés que d'autres à Berlin.
Intégrale Schumann, intégrale Beethoven, bien des Mahler. Pas la dernière Sixième en effet.


Citation :
Karajan quant à lui sonne plus léger à Vienne car il ne pouvait obtenir systématiquement 130 musiciens sur scène.
Oui, mais c’est l’esthétique Karajan, sans le fini de la pâte. Bref, Karajan en kilt.


Citation :
Et que penser de Maazel et ses Strauss !
Qu’il est mieux avec New York.


Citation :
Ceci dit dans l'ensemble l'orchestre n'est pas le plus engagé du monde, à l'instar du Concertgebouw qui même en concert ne donne pas l'impression de transpirer une seule goûte. Mais quelle classe !
Le Concertgebouw, tout dépend, avec Chailly, Herreweghe ou Harnoncourt, par exemple, il se passe des choses ! La personnalité du chef transparaît bien plus sûrement.
Mais comme tous les orchestres très virtuoses, il y a parfois une sûreté qui se mue en indolence, oui. C’est d’ailleurs pour cela que plus le temps passe, plus je préfère les phalanges moins « sûres ». Même le Concertgebouw, j’en reviens un peu.

C’est bête à dire, mais je préfère bien souvent Oslo, Trondheim, Stuttgart, Prague National – qui ne sont pas non plus du niveau moyen d’orchestres de province – à ces orchestres prestigieux, mais corsetés ou assoupis.

Quant à l’opacité proverbiale de Berlin, elle m’indispose tant que j’évite désormais cet orchestre. Shocked C’est paradoxal, n’est-ce pas.


Spiritus a écrit:
Certes, l'approche est différente, mais Sinopoli dramatise tout autant les partitions, rajoutant des effets, soulignant tel équilibre, tel tempo, telle partie, de façon à faire passer ce qu'il a à dire. Personnellement, c'est tout à fait dans ce genre de dispositions que j'aborde le métier de chef d'orchestre. En plus, avec sa barbe, sa gestuelle surexcitée et sa sincérité, il me semble très attachant.
Attachant, il paraît qu’il l’était. Déjà, ce n’était pas un homme du sérail. Oui, Sinopoli faisait entendre des choses bien à lui, mais souvent, cela manquait de tension, d’angles à mon goût. Ca reste tout à fait bon, mais si je dois choisir, je vais sans hésiter vers Mra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Guigui
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 896
Age : 38
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 18:36

DavidLeMarrec a écrit:
Guigui a écrit:
Gné pour Bernstein à Vienne je ne vois pas en quoi il y a de la retenue (Mahler 6 et 8 ; Sibelius 1, 2, 5 et 7, Brahms 1 et tant d'autres...), et certains enregistrements d'Abbado à Vienne (Mahler 9 par exemple, Bruckner 1 ainsi que certains Berg) sonnent bien plus engagés que d'autres à Berlin.
Intégrale Schumann, intégrale Beethoven, bien des Mahler. Pas la dernière Sixième en effet.
Le classicisme lui seyait moins bien à Vienne, hormis... ces Mozart superbes et les 1ere et 3e de Schumann que je trouves parfaites
Citation :
Et que penser de Maazel et ses Strauss !

Citation :
Qu’il est mieux avec New York.
Le dernier disque dans la série DG Concerts ? ça a de la gueule mais je trouve ça moins séduisant pour la plupart, mais ce ne sont pas les mêmes oeuvres qu'avec Vienne il est vrai.

Citation :

Le Concertgebouw, tout dépend, avec Chailly, Herreweghe ou Harnoncourt, par exemple, il se passe des choses ! La personnalité du chef transparaît bien plus sûrement.
Mais comme tous les orchestres très virtuoses, il y a parfois une sûreté qui se mue en indolence, oui. C’est d’ailleurs pour cela que plus le temps passe, plus je préfère les phalanges moins « sûres ». Même le Concertgebouw, j’en reviens un peu.

Bizarre Chailly est un magnifique chef mais avec cet orchestre j'ai trouvé qu'il n'y avait pas trop d'interêt, je le préfère de loin avec Leipzig qui fait des prouesses depuis 2 ans !

Citation :
C’est bête à dire, mais je préfère bien souvent Oslo, Trondheim, Stuttgart, Prague National – qui ne sont pas non plus du niveau moyen d’orchestres de province – à ces orchestres prestigieux, mais corsetés ou assoupis.

Tu préfères prendre des risques quand à l'éventuelle gêne d'un niveau parfois inégal.
Citation :


Quant à l’opacité proverbiale de Berlin, elle m’indispose tant que j’évite désormais cet orchestre. Shocked C’est paradoxal, n’est-ce pas.

Tu as avancé dans tes craintes depuis quelques mois ! Il faut aller les voir en concert, ça change bien des choses Wink


Spiritus a écrit:
Certes, l'approche est différente, mais Sinopoli dramatise tout autant les partitions, rajoutant des effets, soulignant tel équilibre, tel tempo, telle partie, de façon à faire passer ce qu'il a à dire. Personnellement, c'est tout à fait dans ce genre de dispositions que j'aborde le métier de chef d'orchestre. En plus, avec sa barbe, sa gestuelle surexcitée et sa sincérité, il me semble très attachant.
Citation :
Attachant, il paraît qu’il l’était. Déjà, ce n’était pas un homme du sérail. Oui, Sinopoli faisait entendre des choses bien à lui, mais souvent, cela manquait de tension, d’angles à mon goût. Ca reste tout à fait bon, mais si je dois choisir, je vais sans hésiter vers Mra.

Sinopoli est un magnifique chef, plus je découvre ses enregistrements tardifs, plus j'en suis convaincu. Et pas seulement avec Dresde Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81477
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 18:45

Guigui a écrit:
Le dernier disque dans la série DG Concerts ?
Si tu veux - je pensais à des concerts entendus. Mais je n'ai pas de point de comparaison particulier, si ce n'est que Maazel, comme beaucoup de chefs, est littéralement transfiguré par le travail régulier avec un orchestre.


Citation :
Bizarre Chailly est un magnifique chef mais avec cet orchestre j'ai trouvé qu'il n'y avait pas trop d'interêt, je le préfère de loin avec Leipzig qui fait des prouesses depuis 2 ans !
Chailly a toujours cette pâte aérée et spectaculaire. Peut-être qu'il s'est trop complu dans le son avec Decca, mais il a tout de même livré de très belles choses (le dernier mouvement de sa Troisième de Mahler, son Wunderhorn sont les premiers qui me viennent à l'esprit).


Citation :
Citation :
C’est bête à dire, mais je préfère bien souvent Oslo, Trondheim, Stuttgart, Prague National – qui ne sont pas non plus du niveau moyen d’orchestres de province – à ces orchestres prestigieux, mais corsetés ou assoupis.

Tu préfères prendre des risques quand à l'éventuelle gêne d'un niveau parfois inégal.

Oui, je préfère les orchestres qui prennent des risques. Pour Stuttgart, c'est parfois inégal, oui. Mais pour Oslo ou le National de Prague, c'est toujours très stimulant ! De même, avec des orchestres aussi sûrs que Bamberg, Francfort-sur-Oder ou Rejkjavik, il y a peu de risque d'être surpris en mal. Mais il y a chez eux cette petite dose de risque ou cette place de seconds qui les stimulent intensément.


Citation :
Tu as avancé dans tes craintes depuis quelques mois ! Il faut aller les voir en concert, ça change bien des choses Wink
C'est évident qu'en concert, on perçoit beaucoup mieux les plans... Déjà qu'en comparaison de Bordeaux, l'ONF au début de sa collaboration avec Masur faisait une très nette différence...
Lorsque j'entends un "véritable" orchestre, comme je dis, j'affiche pendant de longues minutes un sourire béat, comme stupide.


Spiritus a écrit:
Certes, l'approche est différente, mais Sinopoli dramatise tout autant les partitions, rajoutant des effets, soulignant tel équilibre, tel tempo, telle partie, de façon à faire passer ce qu'il a à dire. Personnellement, c'est tout à fait dans ce genre de dispositions que j'aborde le métier de chef d'orchestre. En plus, avec sa barbe, sa gestuelle surexcitée et sa sincérité, il me semble très attachant.
Citation :
Attachant, il paraît qu’il l’était. Déjà, ce n’était pas un homme du sérail. Oui, Sinopoli faisait entendre des choses bien à lui, mais souvent, cela manquait de tension, d’angles à mon goût. Ca reste tout à fait bon, mais si je dois choisir, je vais sans hésiter vers Mra.

Sinopoli est un magnifique chef, plus je découvre ses enregistrements tardifs, plus j'en suis convaincu. Et pas seulement avec Dresde Wink[/quote]
Tu penses à quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Guigui
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 896
Age : 38
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 18:50

Pelleas et Mélisande de Schoenberg avec le Philharmonia, et un couplage avec la Nuit Transfiguré superbe, point trop opulent ni aiguisé. Une très belle 2e de Schumann avec Vienne... La dernière fois je suis tombé sur une video carrément scotchante d'un concert japonais d'Elektra (version concert), certes avec Dresde mais pas le Dresde léché qu'on connaît (celui des Bruckner et Strauss chez DG).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guigui
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 896
Age : 38
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 18:52

Question Maazel, il a bien travaillé avec Cleveland sans que le résultat soit excitant, pourtant directeur musical aussi longtemps qu'avec Vienne à peu de choses près.

Et question engagement, je te répète... rien ne vaut Berlin en concert (ou Leipzig, Dresde, Philhar de Munich) Wink C'est vraiment bête j'ai loupé Francfort avec Jarvi au TCE Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9162
Localisation : AnDingMen
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 19:05

Guigui a écrit:
C'est vraiment bête j'ai loupé Francfort avec Jarvi au TCE Confused

Mes goûts dégénérés m'ont fait adorer, mais j'ai l'impression d'être un peu seul, sur le forum concerts, il y a intervention de quelqu'un qui n'a pas aimé et donne même l'impression de n'avoir pas entendu le même concert que moi. Egalement dans Le Monde, une critique de R. Machart qui dit s'être ennuyé mais qui me rassure, sa description correspond mieux à ce que j'ai entendu, même s'il semble avoir détesté exactement ce que j'ai apprécié dans cette interprétation.

J'ai l'impression d'aimer les chefs froids et attentifs aux détails et aux dynamiques plus qu'à la magnificence du son. J'aime Szell et sa froideur de serpent, Paavo Järvi et ses contrastes, et je redécouvre en ce moment Toscanini.

J'ai mis beaucoup de temps à accrocher à la musique symphonique et je me demande aujour d hui si ce n'est pas parce que j'ai des goûts spéciaux pour la chose en question - le son des "bons" enregistrements symphoniques me faisait un effet de répulsif.

Mais curieusement, j'ai toujours aimé les symphonies de Mahler.


Dernière édition par le Lun 29 Oct 2007 - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81477
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 19:05

Guigui a écrit:
Pelleas et Mélisande de Schoenberg avec le Philharmonia, et un couplage avec la Nuit Transfiguré superbe, point trop opulent ni aiguisé. Une très belle 2e de Schumann avec Vienne... La dernière fois je suis tombé sur une video carrément scotchante d'un concert japonais d'Elektra (version concert), certes avec Dresde mais pas le Dresde léché qu'on connaît (celui des Bruckner et Strauss chez DG).
J'ai pas entendu tout ça... Je ne puis donc pas dire.

Guigui a écrit:
Question Maazel, il a bien travaillé avec Cleveland sans que le résultat soit excitant, pourtant directeur musical aussi longtemps qu'avec Vienne à peu de choses près.
Directeur musical à Vienne, c'est une fiction. Cool
Oui, je ne dis pas que l'effet soit systématique, mais dans le cadre de son association avec New York, c'est comme Fricsay avec la RIAS (qui faisait des catastrophes dès qu'il changeait d'orchestre...), ça donne vraiment des choses terriblement inspirées.


Citation :
Et question engagement, je te répète... rien ne vaut Berlin en concert (ou Leipzig, Dresde, Philhar de Munich) Wink C'est vraiment bête j'ai loupé Francfort avec Jarvi au TCE Confused
Je ne dis pas le contraire. Si tu peux les convaincre de venir jouer un programme Salieri-Cras-Schlee à Bordeaux, je m'y rendrai volontiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Stadler
Clarinomaniaque
avatar

Nombre de messages : 8501
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 29 Oct 2007 - 19:14

Quand j'ai voulu m'offrir cette symphonie en CD, je suis tombé sur ce CD :



Il s'agit d'un enregistrement de 1941 auquel il faut ajouter la Sérénade pour cordes op. 48 (de 1938).

S'agissant d'enregistrements historiques, on entend quelques fois des crépitements mais je trouve cette version très inspirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
pianofortiste
Mélomane averti


Nombre de messages : 225
Age : 56
Localisation : TOULON
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Mer 31 Oct 2007 - 7:02

Deux références pour moi,l'une célèbre, l'autre moins:
- Vaclav Talich dans les années 50, une épure portée par les timbres de rêve de la Philharmonie Tchèque;
- Ferenc Fricsay, sa deuxième version, qui pour moi est à l'oeuvre ce que l'enregistrement Ferrier/Walter est au Chant de la Terre; pas moins !

Sans oublier Giulini 59, pour entendre phraser tout un orchestre, toutes voix intermédiaires comprises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://accordsenscene.free.fr
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Mer 31 Oct 2007 - 8:37

+1 pour Giulini 59 ! C'est génial, comme tout ce que fait ce chef... senti, inspiré, et même temps profondément étudié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81477
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Mer 31 Oct 2007 - 12:59

Spiritus a écrit:
+1 pour Giulini 59 ! C'est génial, comme tout ce que fait ce chef... senti, inspiré, et même temps profondément étudié.
Tu ne le trouves pas très inégal ?

Il suffit deux comparer deux Mozart (Nozze et DG) ou deux Verdi (Don Carlo et Rigoletto) pour sentir qu'il y a comme des turbulences. Tantôt diablement inspiré, en effet, tantôt opaque et pesant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
.
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 23/11/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Sam 8 Déc 2007 - 23:56

Quelqu'un connait-il la date d'enregistrement de ceci ?
Je ne connais les 2 versions DG + 5-6 chez Erato (+ une 6ème des années 40), mais pas chez Melodiya...

Merci

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7140
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Dim 9 Déc 2007 - 3:18

Je crois (je suis même à peu près sûr!) qu'il s'agit des fameux enregistrements DG de 1960 gravés à Vienne. Melodiya se réservait en effet le droit de commercialiser en URSS les enregistrements effectués par des artistes soviétiques en "promotion" en Occident!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Nico
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3565
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Dim 9 Déc 2007 - 15:45

Et Abbado ça donne quoi dans la 6ème ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7140
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Dim 9 Déc 2007 - 16:14

La question est plutôt: pourquoi vouloir écouter Abbado dans la 6ème? siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Dim 9 Déc 2007 - 16:25

Ben, disons que c'est assez inutile... pas mauvais mais franchement il y a tellement plus intéressant ailleurs...

Chez Lenny, par exemple !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 23/11/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Dim 9 Déc 2007 - 19:16

adriaticoboy a écrit:
Je crois (je suis même à peu près sûr!) qu'il s'agit des fameux enregistrements DG de 1960 gravés à Vienne. Melodiya se réservait en effet le droit de commercialiser en URSS les enregistrements effectués par des artistes soviétiques en "promotion" en Occident!

C'est bien ce que je pensais, merci pour l'info Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5468
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Ven 1 Fév 2008 - 15:43

DYSHARMONIE a écrit:
Bonjour.

Bernstein a enregistré plusieurs fois la Pathétique de Tchaïkoski. Selon vs : quelle est le meilleur de ces enregisrements ? GD 1982 ?

Quelqu'un pourrait-il mettre une image de la pochette de cette version? Pas moyen de la trouver (j'imagine que c'est DG 1982).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kia
vomi
avatar

Nombre de messages : 6939
Age : 31
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Ven 1 Fév 2008 - 15:49

Il n'y a pas de DG 1982, c'est 1986:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5468
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Ven 1 Fév 2008 - 15:51

Merci Kia. En effet, cette version, je l'ai souvent vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Ven 1 Fév 2008 - 15:52



Tu la trouveras aussi dans ce coffret. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5468
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 4 Fév 2008 - 11:17

Qui a l'avantage de proposer d'autres oeuvres de Tchaïkovsky. Parce que l'autre CD ne propose que la 6ème symphonie. C'est un peu court, je trouve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Lun 4 Fév 2008 - 13:54

Enfin elle dure 58 minutes, celle de Bernstein, contre les 45 habituelles... Mais il est vrai que c'est un peu chiche.

Ce coffret-là, je te le recommande grandement Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand67
Malheur, Gustave !
avatar

Nombre de messages : 3135
Age : 34
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Mar 26 Fév 2008 - 22:48



Et Fricsay dans cette 6ème ? J'aime tout ce que fait ce chef qui fut trop rare mais le miracle a-t-il à aussi lieu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9400
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   Mar 26 Fév 2008 - 22:54

Karajan67 a écrit:


Et Fricsay dans cette 6ème ? J'aime tout ce que fait ce chef qui fut trop rare mais le miracle a-t-il à aussi lieu ?
Ah! ma première sixième! Il y a bien longtemps que je n'ai écouté le 33tr mais j'en garde un très bon souvenir, surtout pour le premier mouvement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tchaïkovsky, 6ème symphonie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tchaïkovsky, 6ème symphonie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tchaïkovsky, 6ème symphonie
» Tchaïkovsky - Symphonie n°4
» Tchaïkovsky - mélodies
» Denis Matsuev, piano. Tchaïkovsky, Chostakovitch
» Tchaïkovsky : symphonie n°2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: