Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Maria Callas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21

Qui connait Maria Callas
MOI
78%
 78% [ 104 ]
PAS MOI
22%
 22% [ 30 ]
Total des votes : 134
 

AuteurMessage
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 17 Oct 2014 - 14:46

hugo75 a écrit:
Polyeucte a écrit:
Légende du post ci-dessus :
En noir : Guillaume
En rouge : Otello
En bleu : Hugo75


Parce qu'on s'y perd un peu! hehe

Polyeucte, on compte sur ton avis en vert pour clarifier les choses (lol)

Si c'est à Poly', alors je laisse ma place sans sourciller (je peux peut-être sourciller sur la couleur) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 464
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 17 Oct 2014 - 14:49

bAlexb a écrit:
hugo75 a écrit:
Polyeucte a écrit:
Légende du post ci-dessus :
En noir : Guillaume
En rouge : Otello
En bleu : Hugo75


Parce qu'on s'y perd un peu! hehe

Polyeucte, on compte sur ton avis en vert pour clarifier les choses (lol)

Si c'est à Poly', alors je laisse ma place sans sourciller (je peux peut-être sourciller sur la couleur) !

BAlex, il faut en profiter : c'est journée coloriage ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 17 Oct 2014 - 14:52

hugo75 a écrit:
bAlexb a écrit:
hugo75 a écrit:
Polyeucte a écrit:
Légende du post ci-dessus :
En noir : Guillaume
En rouge : Otello
En bleu : Hugo75


Parce qu'on s'y perd un peu! hehe

Polyeucte, on compte sur ton avis en vert pour clarifier les choses (lol)

Si c'est à Poly', alors je laisse ma place sans sourciller (je peux peut-être sourciller sur la couleur) !

BAlex, il faut en profiter : c'est journée coloriage ...

Ça risque de devenir confus pale ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 464
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 17 Oct 2014 - 15:00

bAlexb a écrit:
hugo75 a écrit:
bAlexb a écrit:
hugo75 a écrit:
Polyeucte a écrit:
Légende du post ci-dessus :
En noir : Guillaume
En rouge : Otello
En bleu : Hugo75


Parce qu'on s'y perd un peu! hehe

Polyeucte, on compte sur ton avis en vert pour clarifier les choses (lol)

Si c'est à Poly', alors je laisse ma place sans sourciller (je peux peut-être sourciller sur la couleur) !

BAlex, il faut en profiter : c'est journée coloriage ...

Ça risque de devenir confus pale ...

On ne t'en voudra pas de "nous faire toutes tes confuses" ("Le père Noël est une ordure")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18845
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 17 Oct 2014 - 15:17

Légende :
Guillaume
Otello
Hugo75
Polyeucte


=> Gioconda 1952
G - Superbe, tu connais déja.
O - suis d'accord
H - Inférieur au remake de 1959
P - Version magistrale pour Callas, le reste se tient bien...

=> Lucia 1953
G - n'est dépassée que par le live de Berlin
O - d'accord aussi
H - D'accord
P - Ma première Lucia... impressionnante, mais je l'écoute de moins en moins... et oui, le Live de Berlin!

=> I puritani 1953
G - Fondamental, un disque poétique et vraiment bien chanté
O - oui pour elle mais très discutable pour les autres et beaucoup de coupures indignes.
H - La plus engagée et sensible des Elvira très bien entourée à l'exception de Di Stefano transposant à qui mieux mieux et complètement dépassé par les exigences du rôle
P - Jamais écouté...

=> Cavalleria/Pagliacci
G - je ne connais que Pagliacci, mais c'est vraiment excellent.
O - intéressant
H - A quoi bon : on trouve tellement mieux ailleurs notamment chez Karajan
P - Aucun souvenir...

=> Tosca 1953
G - LE plus grand disque de tous les temps
O - un des plus grands ça c'est clair
H - D'accord à condition de ne pas oublier Sinopoli
P - Magistral... a mettre à côté de Sinopoli (Freni/Domingo/Ramey), Karajan (Price/Di Stefano/Taddei) et Patane (Tebaldi/Del Monaco/London)

=> Traviata 1953
G - Bien pour Callas, le reste beaucoup moins...
O - C'est rien de le dire.
H - Sans intérêt comparé au live de Lisbonne très bien repiqué à partir des sources de la radio portugaise chez Myto avec Kraus et Sereni en cadeau bonus
P - Je crois n'avoir jamais écouté Callas dans La Traviata Shocked

=> Norma 1954
G - bof bof pour l'entourage
O - d'accord
H - A éviter : Callas est plus subtile et beaucoup mieux entourée dans son remake de 1960
P - Belle version. Callas à son zénith vocal, et mis à part une Stagnani bien vieille, le reste suit très bien je trouve.

=> Forza 1954
G - dispensable, sauf pour Callas et Tucker
O - d'accord aussi
H - A éviter : choisir Schippers ou Muti
P - Jamais écouté

=> Il turco in Italia 1954
G - pas encore écouté
O - fantastique
H - Très bof comparé à Chailly avec Bartoli
P - Jamais écouté

=> Butterfly 1955
G - un disque magnifique là encore
O - pas la meilleure version de l'oeuvre loin de là!
H - Sublime avec un entourage parfait : Gedda, à son zénith mais aussi deux inconnus (Danielli, Borriello) très idiomatiques qui chantent merveilleusement les rôles de Suzuki et Sharpless. Direction magnifique de Karajan
P - Ne m'a vraiment pas marqué! On est loin de Leinsdorf (Leontyne Price), Gavazzeni (Los Angeles/Di Stefano/Gobbi),...

=> Aida 1955
G - pas mal
O - mouais
H - On trouve tellement mieux chez Schippers live en 1967 avec Price, Bergonzi et Bumbry ...
P - Je me contente du Live de 51 à Mexico! Mr.Red

=> Rigoletto 1955
G - bizarre, trés typé : moi j'aime assez mais ça divise assez fortement.
O - à juste titre!
H - A fuir car dans les plus mauvaises notes de Callas dans l'aigu ...donc beaucoup de stridences. Gobbi joue les véristes et Di Stefano s'étrangle...
P - Jamais écouté, mais Callas en Gilda, ça ne me tente vraiment pas!

=> Il trovatore 1956
G - très très bon
O - pour elle seulement! entourage indigne.
H - Magnifique et tant pis si le rôle de Manrico est trop large pour Di Stefano
P - Comme pour Aïda, je me contente du Live de 1950 à Mexico...

=> La Bohème 1956
G - bon disque
O - d'accord
H - Injustement sous-estimé. Et pourtant, outre le couple vedette à son zénith (rarement entendu les deux airs de Mimi à ce point étreignant), on y entend la plus belle Musette de la discographie (Anna Moffo) et un Paneraï en bien meilleure voix qu'avec Karajan, 17 ans plus tard.
P - Pas convaincu... mais pas fan de La Bohème sauf quand c'est Freni qui chante! Mr.Red

=> Ballo in maschera 1956
G - disque exceptionnel, complète trés bien le live
O - intéressant seulement
H - On trouve bien mieux chez leinsdorf (Bergonzi-Price) ou Solti 2 (Pavarotti-Price mais Margaret, cette fois.
P - Disque très fade comparé au Live de Gavazzeni!! (Callas, Di Stefano, Bastianini...)

=> Il Barbiere di Siviglia 1957
G - dispensable
O - un petit bijou
H - Pour le célèbre Ma même si la version de Gui avec l'inénarable Bruscantini me semble bien plus enlevée avec des ensembles volcaniques
P - Assez chouette en effet...

=> la Sonnambula 1957
G - trés bon disque, bon, aprés l'oeuvre...
O - intéressante mais pas la voix du rôle et l'entourage ...hem!
H - A quoi bon comparé au miraculeux live de Bernstein avec un Valetti très supérieur à Monti.
P - Pas écouté

=> Turandot 1957
G - excellent
O - pas mal!
H - Cela hurle ça, madame avec une Callas à son pire, une Schwarzkopf exotique et un ténor banal : Mehta, vite !
P - Très bien... particulièrement impressionnant d'intelligence pour Callas, bel orchestre, Schwarzkopf superbe... ténor un peu terne en effet.

=> Manon Lescaut 1957
G - pas écouté
O - pas mal non plus
H - Enregistré dans un très mauvais jour. Ne fait pas le poids face à Sinopoli (freni-Domingo-Bruson) ou Chailly (Te Kanawa-Carreras-Coni
P - Pas écouté

=> Medea 1957
G - bien
O - extraordinaire dans ce rôle.
H - Connais pas.
P - Pas écouté... mais le Live de 60 avec Vickers, Simionato et Ghiaurov! Very Happy

=> Lucia di Lammermoor 1959
G - moyen
O - d'accord
H - Très inférieur au live de 1955 dirigé par Karajan.
P - Pas écouté

=> La Gioconda 1959
G - meilleur que le premier à mon goût
O - d'accord aussi
H - C'est dans cet enregistrement que Callas préférait sa voix et on la comprend car elle y est glorieuse avec un grave remarquablement sonore et une captation très bonne. Entourage remarquable à l'exception du ténor. Juste derrière Bartoletti, à mes oreilles.
P - Plus propret... mais moins grandiloquent et j'aime Gioconda totalement débridé! Si la première fait presque jeu égal avec la version Gardelli, ici on est loin derrière!

=> Norma 1960
G - disque sublime, partenaires idéals
O - surtout pour eux
H - Sublime pour tout le monde. Il faut connaître aussi le live de la Scala de 1955 avec Simionato où elle est déchaînée : c'est sorti chez Myto.
P - Plus coloré, mais aussi moins grandiose chez Callas. Bon partenaire en effet par contre!

=> Carmen 1964
G - une des toutes meilleures versions
O - une version intéressante mais non exempte de vulgarités de sa part à elle.
H - A moins d'aimer les poissonnières, on écoutera avec bien plus de plaisir Beecham.
P - Très bonne version!

=> Tosca 1964
G - ne tient pas la comparaison avec son illustre devancière.
O - certes mais toujours intéressante
H - Entièrement d'accord avec Guillaume.
P - Triste enregistrement pour Callas et Gobbi


(un peu de remise en forme... ça devenait plus que confus! hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 17 Oct 2014 - 16:15

Légende :
Guillaume
Otello
Hugo75
Polyeucte
BalexB


=> Gioconda 1952
G - Superbe, tu connais déja.
O - suis d'accord
H - Inférieur au remake de 1959
P - Version magistrale pour Callas, le reste se tient bien...
B - Titanesque, hyper-vocale notamment pour Callas, assurée et fiévreuse ; c'est à dire tout ce qu'il faut à cette musique au ressac furieux !

=> Lucia 1953
G - n'est dépassée que par le live de Berlin
O - d'accord aussi
H - D'accord
P - Ma première Lucia... impressionnante, mais je l'écoute de moins en moins... et oui, le Live de Berlin!
B - LA Lucia de Callas, pour moi. Effet d'une prise de son à la fois proche et légèrement vaporeuse (dans le report dont je dispose) ? N'est surpassée que par le live... de la Scala silent !

=> I puritani 1953
G - Fondamental, un disque poétique et vraiment bien chanté
O - oui pour elle mais très discutable pour les autres et beaucoup de coupures indignes.
H - La plus engagée et sensible des Elvira très bien entourée à l'exception de Di Stefano transposant à qui mieux mieux et complètement dépassé par les exigences du rôle
P - Jamais écouté...
B - Coupé, charcuté, saucissonné ; c'est dire si la prestation est d'exception pour que les "bouts" se tiennent et même, mieux, s'imposent comme un standard.

=> Cavalleria/Pagliacci
G - je ne connais que Pagliacci, mais c'est vraiment excellent.
O - intéressant
H - A quoi bon : on trouve tellement mieux ailleurs notamment chez Karajan
P - Aucun souvenir...
B - L'idée d'entendre Callas encore fière, et jeune, tout juste au sortir de sa "première" période et dans son premier rôle scénique (Santuzza, j'entends) provoque une forme de syndrome de Toutankhmon chez moi ; Di Stefano étant, par ailleurs, fort léger (j'attire l'attention sur Panerai/Gobbi très "en place") et la direction d'une consistance rare.

=> Tosca 1953
G - LE plus grand disque de tous les temps
O - un des plus grands ça c'est clair
H - D'accord à condition de ne pas oublier Sinopoli
P - Magistral... a mettre à côté de Sinopoli (Freni/Domingo/Ramey), Karajan (Price/Di Stefano/Taddei) et Patane (Tebaldi/Del Monaco/London)
B - Une certaine aura ; LA version dit-on. D'où vient, alors, que je préfère (et de loin ; de très loin) Prêtre ou les lives de 65 au MET et à Covent Garden ? Les accidents, les griffures justifient-ils, intensifient-ils le portrait "seulement" (supérieurement) vocal de 53. Le plateau étant, je le reconnais facilement, exceptionnel (et la pâte/patte du chef affraid ).

=> Traviata 1953
G - Bien pour Callas, le reste beaucoup moins...
O - C'est rien de le dire.
H - Sans intérêt comparé au live de Lisbonne très bien repiqué à partir des sources de la radio portugaise chez Myto avec Kraus et Sereni en cadeau bonus
P - Je crois n'avoir jamais écouté Callas dans La Traviata Shocked
B - Très bonne Violetta ; entourage dispensable. Parlant de Callas ET de Violetta, j'ai envie de dire : et alors ? Mieux ailleurs, avant et après.


=> Norma 1954
G - bof bof pour l'entourage
O - d'accord
H - A éviter : Callas est plus subtile et beaucoup mieux entourée dans son remake de 1960
P - Belle version. Callas à son zénith vocal, et mis à part une Stagnani bien vieille, le reste suit très bien je trouve.
B - Comme mes comparses : se replier d'urgences sur les deux lives de 55 et sur... Paris 65 pour la "haute" figure !

=> Forza 1954
G - dispensable, sauf pour Callas et Tucker
O - d'accord aussi
H - A éviter : choisir Schippers ou Muti
P - Jamais écouté
B - Un vrai sens du chant/drame verdien ; ça ne suffit pas mais on a entendu tellement de plateaux autrement luxueux et supposément fiables passer à côté de l'oeuvre... A écouter, de toute façon et pour Callas, au moins.

=> Il turco in Italia 1954
G - pas encore écouté
O - fantastique
H - Très bof comparé à Chailly avec Bartoli
P - Jamais écouté
B - Phagocyté à vie par cette version qui souffre des mêmes défauts "ethnologiques"/historiques que Puritani et dont la qualité essentielle (à tous les sens du terme) en sort doublement exhaussée !

=> Butterfly 1955
G - un disque magnifique là encore
O - pas la meilleure version de l'oeuvre loin de là!
H - Sublime avec un entourage parfait : Gedda, à son zénith mais aussi deux inconnus (Danielli, Borriello) très idiomatiques qui chantent merveilleusement les rôles de Suzuki et Sharpless. Direction magnifique de Karajan
P - Ne m'a vraiment pas marqué! On est loin de Leinsdorf (Leontyne Price), Gavazzeni (Los Angeles/Di Stefano/Gobbi),...
B - D'accord avec Otello... et avec Hugo. Soit conscient d'une réalité objective et d'une réussite parfaitement subjective. Pas la version pour débuter mais impossible de "finir" sans elle.

=> Aida 1955
G - pas mal
O - mouais
H - On trouve tellement mieux chez Schippers live en 1967 avec Price, Bergonzi et Bumbry ...
P - Je me contente du Live de 51 à Mexico! Mr.Red
B - Bien sûr il y a les lives ; et Callas n'est ni à son meilleurs vocalement, ni à son plus imaginatif dramatiquement (mais Aida tire tellement à hue et à dia). C'est, au moins, bien capté, supérieurement dirigé et ce cadre, seul, par ce qu'il impose au plateau crée les conditions de l'ensemble (en somme : oublier les parties pour elles-mêmes ; Callas comprise).

=> Rigoletto 1955
G - bizarre, trés typé : moi j'aime assez mais ça divise assez fortement.
O - à juste titre!
H - A fuir car dans les plus mauvaises notes de Callas dans l'aigu ...donc beaucoup de stridences. Gobbi joue les véristes et Di Stefano s'étrangle...
P - Jamais écouté, mais Callas en Gilda, ça ne me tente vraiment pas!
B - On est loin (esprit et lettre, en fait) de Mexico 52 ; n'empêche, un vrai souffle, une électricité assez diabolique parcourt cette version et s'insinue entre les notes pour créer les conditions de l'existence "hic et nunc" (qu'on n'est pas obligé d'aimer/accepter, par ailleurs) des personnages. Serafin, toujours ! Et Callas, quand même...

=> Il trovatore 1956
G - très très bon
O - pour elle seulement! entourage indigne.
H - Magnifique et tant pis si le rôle de Manrico est trop large pour Di Stefano
P - Comme pour Aïda, je me contente du Live de 1950 à Mexico...
B - Mexico 50 & la Scala 53 (surtout) ont imposé des mètres étalons pour Callas dans l'oeuvre (et peut-être même bien un peu plus largement). N'empêche, comparé aux autres Trovatore de Karajan (Salzburg 62 excepté), il est évident pour moi qu'une baguette rencontre, ici, des instruments et que la vibrations de ceux-ci, leurs frictions en fait sont d'une vie proverbiale (au sens : mythique) dont je n'ai pas vraiment envie de me passer.

=> La Bohème 1956
G - bon disque
O - d'accord
H - Injustement sous-estimé. Et pourtant, outre le couple vedette à son zénith (rarement entendu les deux airs de Mimi à ce point étreignant), on y entend la plus belle Musette de la discographie (Anna Moffo) et un Paneraï en bien meilleure voix qu'avec Karajan, 17 ans plus tard.
P - Pas convaincu... mais pas fan de La Bohème sauf quand c'est Freni qui chante! Mr.Red
B - A quoi bon ? Pas mauvais ; mais on a, au moins, Panerai (tellement juteux, exulteur) ailleurs et le reste passe sans laisser de trace. Tant pis pour Moffo que j'accepte de perdre, à ce compte/conte là.

=> Ballo in maschera 1956
G - disque exceptionnel, complète trés bien le live
O - intéressant seulement
H - On trouve bien mieux chez leinsdorf (Bergonzi-Price) ou Solti 2 (Pavarotti-Price mais Margaret, cette fois.
P - Disque très fade comparé au Live de Gavazzeni!! (Callas, Di Stefano, Bastianini...)
B - S'il n'y avait pas Gavazzeni et son odeur de planches...

=> Il Barbiere di Siviglia 1957
G - dispensable
O - un petit bijou
H - Pour le célèbre Ma même si la version de Gui avec l'inénarable Bruscantini me semble bien plus enlevée avec des ensembles volcaniques
P - Assez chouette en effet...
B - Comme pour le Turco ; princeps dans tous les sens du terme, pour moi. Ensuite, il y aura Abbado II (j'insiste sur le numéro tongue ) pour me donner une version musicologiquement contrôlée ! J'aurais aimé avoir Callas dans "Ah ! Se è ver"...

=> la Sonnambula 1957
G - trés bon disque, bon, aprés l'oeuvre...
O - intéressante mais pas la voix du rôle et l'entourage ...hem!
H - A quoi bon comparé au miraculeux live de Bernstein avec un Valetti très supérieur à Monti.
P - Pas écouté
B - Aucune difficulté à me passer de Bernstein 55 ; il n'y aura guère que la pléthore de lives de la tournée contemporaine pour me faire relativiser d'un cheveu l'immense réussite de cette version. Incidemment (avec la Lucia romaine dirigée par Serafin) le dernier moment de chant assoluto de Callas, peut-être.

=> Turandot 1957
G - excellent
O - pas mal!
H - Cela hurle ça, madame avec une Callas à son pire, une Schwarzkopf exotique et un ténor banal : Mehta, vite !
P - Très bien... particulièrement impressionnant d'intelligence pour Callas, bel orchestre, Schwarzkopf superbe... ténor un peu terne en effet.
B - On ne m'enlèvera jamais complètement de l'idée que cette version est une grande/bonne version. Parce que l'étrangeté, les limites mêmes de chacun dès lors qu'elles sont dépassées (et c'est le cas, individuellement et pour l'ensemble) créent les conditions du merveilleux propre au conte originel. Alors ? Alors des couleurs (et parfois franches ; et parfois heurtées), en réalité des choses extrêmement typées mais Serafin, toujours, pour garantir l'unité et la musicalité (ça n'est pas toujours le cas) d'un enregistrement sur les "marches" de la discographie comme on se tient sur les marches d'un podium, en fait !

=> Manon Lescaut 1957
G - pas écouté
O - pas mal non plus
H - Enregistré dans un très mauvais jour. Ne fait pas le poids face à Sinopoli (freni-Domingo-Bruson) ou Chailly (Te Kanawa-Carreras-Coni
P - Pas écouté
B - Eternel débat. Aujourd'hui, je dis : dispensable. Mais dès lors que j'entends Callas (et que j'écoute : c'est à dire que j'entends et que j'analyse), je me dis qu'il se passe un vrai truc au-delà de la zone d'inconfort, qui me donne envie d'écouter l'opéra en entier. Ce qui n'est pas souvent le cas, pour moi, avec Manon Lescaut Rolling Eyes !

=> Medea 1957
G - bien
O - extraordinaire dans ce rôle.
H - Connais pas.
P - Pas écouté... mais le Live de 60 avec Vickers, Simionato et Ghiaurov! Very Happy
B - Comme Poly' ; malgré les fêlures, les fissures je ne connais pas d'autres lives aussi "silhouettés" que Schippers 60 (en réalité si, je les connais tous ; et c'est justement). Du studio et ça s'entend ; donc Scala 60 ou Mai musical de Florence avec Gui en 53 (plus peut-être que Bernstein, décidément).

=> Lucia di Lammermoor 1959
G - moyen
O - d'accord
H - Très inférieur au live de 1955 dirigé par Karajan.
P - Pas écouté
B - L'art n'y suffit plus et la stéréo n'y fait rien (au contraire) ; dispensable.

=> La Gioconda 1959
G - meilleur que le premier à mon goût
O - d'accord aussi
H - C'est dans cet enregistrement que Callas préférait sa voix et on la comprend car elle y est glorieuse avec un grave remarquablement sonore et une captation très bonne. Entourage remarquable à l'exception du ténor. Juste derrière Bartoletti, à mes oreilles.
P - Plus propret... mais moins grandiloquent et j'aime Gioconda totalement débridé! Si la première fait presque jeu égal avec la version Gardelli, ici on est loin derrière!
B - Pour des raisons presque exactement opposées, aussi indispensable que la version de 52. Pour une fois, Callas bien captée en studio (il faut le remarquer ; EMI ne l'a pas toujours tellement bien servie), intensément colorée encore et riche de poses drôlement phonogéniques ! Entourage bien choisi/apparié (là non plus, ça n'a pas toujours été si évident).

=> Norma 1960
G - disque sublime, partenaires idéals
O - surtout pour eux
H - Sublime pour tout le monde. Il faut connaître aussi le live de la Scala de 1955 avec Simionato où elle est déchaînée : c'est sorti chez Myto.
P - Plus coloré, mais aussi moins grandiose chez Callas. Bon partenaire en effet par contre!
B - Coincée entre les directs de 55 et de 65 ; donc nécessairement un peu à l'étroit, pour moi. J'aurais préféré qu'on captât et mît à disposition une représentation d'Epidaure Sad ...
(Et si je compare avec l'état de la voix de Callas pour "Bel raggio lusinghier" dans les prises avec Tonini, à la même époque, je regrette qu'on n'ait pas, donné à tout ceux-ci, la partition de Semiramide, même un peu tronçonnée à la mode du temps !


=> Carmen 1964
G - une des toutes meilleures versions
O - une version intéressante mais non exempte de vulgarités de sa part à elle.
H - A moins d'aimer les poissonnières, on écoutera avec bien plus de plaisir Beecham.
P - Très bonne version!
B - Sur les "marches", comme Turandot ; et, partant, indispensable (parce que autre, pas archétypique ; un authentique éclairage, même si la lumière est parfois un peu crue).

=> Tosca 1964
G - ne tient pas la comparaison avec son illustre devancière.
O - certes mais toujours intéressante
H - Entièrement d'accord avec Guillaume.
P - Triste enregistrement pour Callas et Gobbi
A - Mon studio avec Callas, si ce n'est MA Tosca ; n'étaient les lives contemporains. Ça ne se commande pas (mais je vous rassure, je ne m'excuse pas hehe ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 17 Oct 2014 - 16:20

Ca va là, non? L'arc en ciel n'est pas suffisant hehe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
hugo75
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 464
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Maria Callas   Dim 19 Oct 2014 - 19:27

calbo a écrit:
Ca va là, non? L'arc en ciel n'est pas suffisant hehe ?

Non, il manque le

violet

de

David

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Maria Callas   Dim 19 Oct 2014 - 19:30

pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 13:01


By popular request :


Légende :
Guillaume
Otello
Hugo75
Polyeucte
BalexB
David


=> Gioconda — Votto (I) 1952
G - Superbe, tu connais déja.
O - suis d'accord
H - Inférieur au remake de 1959
P - Version magistrale pour Callas, le reste se tient bien...
B - Titanesque, hyper-vocale notamment pour Callas, assurée et fiévreuse ; c'est à dire tout ce qu'il faut à cette musique au ressac furieux !
D - Version assez décoiffante (avec les réserves de captation de l'orchestre, en retrait) : tout le monde est complètement engagé, mention particulière pour Poggi et Silveri, assez électriques.

=> Lucia 1953
G - n'est dépassée que par le live de Berlin
O - d'accord aussi
H - D'accord
P - Ma première Lucia... impressionnante, mais je l'écoute de moins en moins... et oui, le Live de Berlin!
B - LA Lucia de Callas, pour moi. Effet d'une prise de son à la fois proche et légèrement vaporeuse (dans le report dont je dispose) ? N'est surpassée que par le live... de la Scala silent !
D - Le son est étique, très frustrant. Surtout, ne peut être satisfaisante que si on en a d'autres : archicoupé. Pas de reprises aux cabalettes, et surtout la première scène de l'acte III est coupée (l'affrontement entre Ashton et Ravenswood, le seul moment un peu épique de l'opéra).

=> I Puritani — Serafin 1953
G - Fondamental, un disque poétique et vraiment bien chanté
O - oui pour elle mais très discutable pour les autres et beaucoup de coupures indignes.
H - La plus engagée et sensible des Elvira très bien entourée à l'exception de Di Stefano transposant à qui mieux mieux et complètement dépassé par les exigences du rôle
P - Jamais écouté...
B - Coupé, charcuté, saucissonné ; c'est dire si la prestation est d'exception pour que les "bouts" se tiennent et même, mieux, s'imposent comme un standard.
D - Atmosphère extraordinaire, qui respecte très bien le caractère nocturne de l'œuvre sans chercher à lui donner l'aspect d'un tour de chant. Me bouleverse à chaque fois – les coupures me paraissent moins fondamentales ici.

=> Cavalleria/Pagliacci
G - je ne connais que Pagliacci, mais c'est vraiment excellent.
O - intéressant
H - A quoi bon : on trouve tellement mieux ailleurs notamment chez Karajan
P - Aucun souvenir...
B - L'idée d'entendre Callas encore fière, et jeune, tout juste au sortir de sa "première" période et dans son premier rôle scénique (Santuzza, j'entends) provoque une forme de syndrome de Toutankhmon chez moi ; Di Stefano étant, par ailleurs, fort léger (j'attire l'attention sur Panerai/Gobbi très "en place") et la direction d'une consistance rare.
D - Seulement essayé Cavalleria : les hommes sont très chouettes.


=> Tosca — Serafin 1953
G - LE plus grand disque de tous les temps
O - un des plus grands ça c'est clair
H - D'accord à condition de ne pas oublier Sinopoli
P - Magistral... a mettre à côté de Sinopoli (Freni/Domingo/Ramey), Karajan (Price/Di Stefano/Taddei) et Patane (Tebaldi/Del Monaco/London)
B - Une certaine aura ; LA version dit-on. D'où vient, alors, que je préfère (et de loin ; de très loin) Prêtre ou les lives de 65 au MET et à Covent Garden ? Les accidents, les griffures justifient-ils, intensifient-ils le portrait "seulement" (supérieurement) vocal de 53. Le plateau étant, je le reconnais facilement, exceptionnel (et la pâte/patte du chef affraid ).
D - Un bon disque. Je n'ai jamais perçu en quoi il était suprême — encore, avec la vidéo, je veux bien, mais là, il y a quand même des versions où l'on entend mieux l'orchestre qui n'est pas un personnage secondaire. Sinon, Di Stefano et Gobbi sont vraiment dans un grand jour.


=> Traviata — Santini 1953
G - Bien pour Callas, le reste beaucoup moins...
O - C'est rien de le dire.
H - Sans intérêt comparé au live de Lisbonne très bien repiqué à partir des sources de la radio portugaise chez Myto avec Kraus et Sereni en cadeau bonus
P - Je crois n'avoir jamais écouté Callas dans La Traviata Shocked
B - Très bonne Violetta ; entourage dispensable. Parlant de Callas ET de Violetta, j'ai envie de dire : et alors ? Mieux ailleurs, avant et après.
D - Vocalement, de loin la version que j'aime le plus parmi les Callas, avec Mugnai 52 : pas encore les grosseurs qui apparaissent à cette époque. Une lecture simple, qui ne gomme pas les aspérités, mais sans afféterie. Et puis c'est aussi l'entourage qui a le plus ma tendresse (à défaut d'être le meilleur) dans sa discographie : l'étrange Albanese et l'instable Savarese.


=> Norma — Serafin 1954
G - bof bof pour l'entourage
O - d'accord
H - A éviter : Callas est plus subtile et beaucoup mieux entourée dans son remake de 1960
P - Belle version. Callas à son zénith vocal, et mis à part une Stagnani bien vieille, le reste suit très bien je trouve.
B - Comme mes comparses : se replier d'urgences sur les deux lives de 55 et sur... Paris 65 pour la "haute" figure !
D - Si on aime une vision plutôt rigide et grandiloquente de Norma, avec les mots surlignés, un orchestre un peu sommaire, des partenaires robustes plus que subtils, ça va très bien. Ensuite, on a tellement de versions qui tirent parti de l'atmosphère particulière de Bellini, ou qui jouent la carte d'un dramatisme exacerbé… c'est une bonne version, mais clairement un second choix à mon sens.


=> Forza — Serafin 1954
G - dispensable, sauf pour Callas et Tucker
O - d'accord aussi
H - A éviter : choisir Schippers ou Muti
P - Jamais écouté
B - Un vrai sens du chant/drame verdien ; ça ne suffit pas mais on a entendu tellement de plateaux autrement luxueux et supposément fiables passer à côté de l'oeuvre... A écouter, de toute façon et pour Callas, au moins.
D - Cette version-ci sent pas mal le studio. Et comme la discographie regorge de versions très généreuses de ces mêmes années, ce n'est pas d'un intérêt primordial.

=> Il turco in Italia — Gavazzeni 1954
G - pas encore écouté
O - fantastique
H - Très bof comparé à Chailly avec Bartoli
P - Jamais écouté
B - Phagocyté à vie par cette version qui souffre des mêmes défauts "ethnologiques"/historiques que Puritani et dont la qualité essentielle (à tous les sens du terme) en sort doublement exhaussée !
D - Évidemment, on a fait beaucoup mieux depuis (Conti et Chailly II, mais aussi Chailly I, Marriner, Welser-Möst…), mais ce n'est pas ridicule du tout, et tient assez bien son rang. Même Callas qu'on pourrait croire totalement hors sol.

=> Butterfly — Karajan 1955
G - un disque magnifique là encore
O - pas la meilleure version de l'oeuvre loin de là!
H - Sublime avec un entourage parfait : Gedda, à son zénith mais aussi deux inconnus (Danielli, Borriello) très idiomatiques qui chantent merveilleusement les rôles de Suzuki et Sharpless. Direction magnifique de Karajan
P - Ne m'a vraiment pas marqué! On est loin de Leinsdorf (Leontyne Price), Gavazzeni (Los Angeles/Di Stefano/Gobbi),...
B - D'accord avec Otello... et avec Hugo. Soit conscient d'une réalité objective et d'une réussite parfaitement subjective. Pas la version pour débuter mais impossible de "finir" sans elle.
D - Jamais écoutée en entier, mais il faut vraiment être fasciné par Callas pour aller chercher de ce côté-là, quand l'orchestre de Puccini est autrement servi ailleurs avec de tout aussi bons chanteurs.

=> Aida — Serafin 1955
G - pas mal
O - mouais
H - On trouve tellement mieux chez Schippers live en 1967 avec Price, Bergonzi et Bumbry ...
P - Je me contente du Live de 51 à Mexico! Mr.Red
B - Bien sûr il y a les lives ; et Callas n'est ni à son meilleurs vocalement, ni à son plus imaginatif dramatiquement (mais Aida tire tellement à hue et à dia). C'est, au moins, bien capté, supérieurement dirigé et ce cadre, seul, par ce qu'il impose au plateau crée les conditions de l'ensemble (en somme : oublier les parties pour elles-mêmes ; Callas comprise).
D - On échappe aux horreurs hystériques de Mexico, mais ici, tout est assez terne. Les hommes sont très bons néanmoins, même l'atmosphère confinée du studio se fait sentir. Par ailleurs, Serafin ne semble vraiment pas se saisir du style propre d'Aida.

=> Rigoletto — Serafin 1955
G - bizarre, trés typé : moi j'aime assez mais ça divise assez fortement.
O - à juste titre!
H - A fuir car dans les plus mauvaises notes de Callas dans l'aigu ...donc beaucoup de stridences. Gobbi joue les véristes et Di Stefano s'étrangle...
P - Jamais écouté, mais Callas en Gilda, ça ne me tente vraiment pas!
B - On est loin (esprit et lettre, en fait) de Mexico 52 ; n'empêche, un vrai souffle, une électricité assez diabolique parcourt cette version et s'insinue entre les notes pour créer les conditions de l'existence "hic et nunc" (qu'on n'est pas obligé d'aimer/accepter, par ailleurs) des personnages. Serafin, toujours ! Et Callas, quand même...
D - Comme ça a été dit, bizarre… mais énormément d'atmosphère, des caractères difformes… et chantés comme rarement. À découvrir, une version différente et très réussie !

=> Il Trovatore — Karajan 1956
G - très très bon
O - pour elle seulement! entourage indigne.
H - Magnifique et tant pis si le rôle de Manrico est trop large pour Di Stefano
P - Comme pour Aïda, je me contente du Live de 1950 à Mexico...
B - Mexico 50 & la Scala 53 (surtout) ont imposé des mètres étalons pour Callas dans l'oeuvre (et peut-être même bien un peu plus largement). N'empêche, comparé aux autres Trovatore de Karajan (Salzburg 62 excepté), il est évident pour moi qu'une baguette rencontre, ici, des instruments et que la vibrations de ceux-ci, leurs frictions en fait sont d'une vie proverbiale (au sens : mythique) dont je n'ai pas vraiment envie de me passer.
D - Très bel enregistrement. Il y a encore mieux (en particulier du côté du chef, qui ne laisse que le squelette rythmique à entendre), mais c'est superbement chanté (même si Barbieri est une petite réserve), et très intensément vécu.


=> La Bohème — Votto 1956
G - bon disque
O - d'accord
H - Injustement sous-estimé. Et pourtant, outre le couple vedette à son zénith (rarement entendu les deux airs de Mimi à ce point étreignant), on y entend la plus belle Musette de la discographie (Anna Moffo) et un Paneraï en bien meilleure voix qu'avec Karajan, 17 ans plus tard.
P - Pas convaincu... mais pas fan de La Bohème sauf quand c'est Freni qui chante! Mr.Red
B - A quoi bon ? Pas mauvais ; mais on a, au moins, Panerai (tellement juteux, exulteur) ailleurs et le reste passe sans laisser de trace. Tant pis pour Moffo que j'accepte de perdre, à ce compte/conte là.
D - Pas passionné pour ma part. Déjà, on ne peut pas se satisfaire d'un orchestre étouffé, ici encore. Et puis tout le monde semble en-dessous de ses standards.


=> Un Ballo in maschera — Votto 1956
G - disque exceptionnel, complète trés bien le live
O - intéressant seulement
H - On trouve bien mieux chez leinsdorf (Bergonzi-Price) ou Solti 2 (Pavarotti-Price mais Margaret, cette fois.
P - Disque très fade comparé au Live de Gavazzeni!! (Callas, Di Stefano, Bastianini...)
B - S'il n'y avait pas Gavazzeni et son odeur de planches...
D - Disque décoiffant, ça a beau être du studio, tout le monde se livre sans retenue. Une des grandes versions de l'ouvrage. Seule réserve : la coupure de la cadence à la fin du trio du gibet, peut-être la page la plus déconcertante de Verdi.


=> Il Barbiere di Siviglia — Galliera 1957
G - dispensable
O - un petit bijou
H - Pour le célèbre Ma même si la version de Gui avec l'inénarable Bruscantini me semble bien plus enlevée avec des ensembles volcaniques
P - Assez chouette en effet...
B - Comme pour le Turco ; princeps dans tous les sens du terme, pour moi. Ensuite, il y aura Abbado II (j'insiste sur le numéro tongue ) pour me donner une version musicologiquement contrôlée ! J'aurais aimé avoir Callas dans "Ah ! Se è ver"...
D - Pas osé en entier, j'avoue. Les extraits ne font pas particulièrement envie : des tours de chant avant tout.


=> La Sonnambula — Votto 1957
G - trés bon disque, bon, aprés l'oeuvre...
O - intéressante mais pas la voix du rôle et l'entourage ...hem!
H - A quoi bon comparé au miraculeux live de Bernstein avec un Valetti très supérieur à Monti.
P - Pas écouté
B - Aucune difficulté à me passer de Bernstein 55 ; il n'y aura guère que la pléthore de lives de la tournée contemporaine pour me faire relativiser d'un cheveu l'immense réussite de cette version. Incidemment (avec la Lucia romaine dirigée par Serafin) le dernier moment de chant assoluto de Callas, peut-être.
D - Très bon disque (Zaccaria et Ratti sont délicieux), mais effectivement, pour que l'œuvre elle-même m'intéresse, il me faut la version Bernstein — où Callas me paraît moins exagérément charpentée, peut-être à cause de la prise de son plus remise en perspective.


=> Turandot — Serafin 1957
G - excellent
O - pas mal!
H - Cela hurle ça, madame avec une Callas à son pire, une Schwarzkopf exotique et un ténor banal : Mehta, vite !
P - Très bien... particulièrement impressionnant d'intelligence pour Callas, bel orchestre, Schwarzkopf superbe... ténor un peu terne en effet.
B - On ne m'enlèvera jamais complètement de l'idée que cette version est une grande/bonne version. Parce que l'étrangeté, les limites mêmes de chacun dès lors qu'elles sont dépassées (et c'est le cas, individuellement et pour l'ensemble) créent les conditions du merveilleux propre au conte originel. Alors ? Alors des couleurs (et parfois franches ; et parfois heurtées), en réalité des choses extrêmement typées mais Serafin, toujours, pour garantir l'unité et la musicalité (ça n'est pas toujours le cas) d'un enregistrement sur les "marches" de la discographie comme on se tient sur les marches d'un podium, en fait !
D - Tout est merveilleux là-dedans. Une des meilleures Turandot (qui est peut-être le meilleur rôle de Callas), un entourage très impliqué, une très belle direction d'orchestre qui tire l'œuvre vers plus de stabilité et moins d'effet… Une version majeure, très sous-estimée.


=> Manon Lescaut — Serafin 1957
G - pas écouté
O - pas mal non plus
H - Enregistré dans un très mauvais jour. Ne fait pas le poids face à Sinopoli (freni-Domingo-Bruson) ou Chailly (Te Kanawa-Carreras-Coni
P - Pas écouté
B - [color:0c01=#ff—66ff]Eternel débat. Aujourd'hui, je dis : dispensable. Mais dès lors que j'entends Callas (et que j'écoute : c'est à dire que j'entends et que j'analyse), je me dis qu'il se passe un vrai truc au-delà de la zone d'inconfort, qui me donne envie d'écouter l'opéra en entier. Ce qui n'est pas souvent le cas, pour moi, avec Manon Lescaut Rolling Eyes !
D - Là aussi, il faut aimer Callas — déjà que l'œuvre, pour la digérer…


=> Medea — Serafin 1957
G - bien
O - extraordinaire dans ce rôle.
H - Connais pas.
P - Pas écouté... mais le Live de 60 avec Vickers, Simionato et Ghiaurov! Very Happy
B - Comme Poly' ; malgré les fêlures, les fissures je ne connais pas d'autres lives aussi "silhouettés" que Schippers 60 (en réalité si, je les connais tous ; et c'est justement). Du studio et ça s'entend ; donc Scala 60 ou Mai musical de Florence avec Gui en 53 (plus peut-être que Bernstein, décidément).
D - Je ne suis plus sûr des versions que j'ai écoutées avec Callas (Rescigno et Bernstein, peut-être pas celle-ci), mais comme elles sont toutes horribles : œuvre médiocre atrocement « arrangée » et hurlée de toutes parts. Heureusement qu'il y a Picchi, mais même lui n'est pas à l'aise, me semble-t-il (si c'est bien dans cette version que je l'ai entendu).

=> Lucia di Lammermoor — Serafin 1959
G - moyen
O - d'accord
H - Très inférieur au live de 1955 dirigé par Karajan.
P - Pas écouté
B - L'art n'y suffit plus et la stéréo n'y fait rien (au contraire) ; dispensable.
D - Pas essayé, j'ai déjà donné.


=> La Gioconda — Votto (II) 1959
G - meilleur que le premier à mon goût
O - d'accord aussi
H - C'est dans cet enregistrement que Callas préférait sa voix et on la comprend car elle y est glorieuse avec un grave remarquablement sonore et une captation très bonne. Entourage remarquable à l'exception du ténor. Juste derrière Bartoletti, à mes oreilles.
P - Plus propret... mais moins grandiloquent et j'aime Gioconda totalement débridé! Si la première fait presque jeu égal avec la version Gardelli, ici on est loin derrière!
B - Pour des raisons presque exactement opposées, aussi indispensable que la version de 52. Pour une fois, Callas bien captée en studio (il faut le remarquer ; EMI ne l'a pas toujours tellement bien servie), intensément colorée encore et riche de poses drôlement phonogéniques ! Entourage bien choisi/apparié (là non plus, ça n'a pas toujours été si évident).
D - Pas essayé, j'en suis resté à 52 (pas assez intéressé par l'œuvre ou par Callas pour entendre plusieurs fois les mêmes choses dans de moins bonnes années…).

=> Norma — Serafin 1960
G - disque sublime, partenaires idéals
O - surtout pour eux
H - Sublime pour tout le monde. Il faut connaître aussi le live de la Scala de 1955 avec Simionato où elle est déchaînée : c'est sorti chez Myto.
P - Plus coloré, mais aussi moins grandiose chez Callas. Bon partenaire en effet par contre!
B - Coincée entre les directs de 55 et de 65 ; donc nécessairement un peu à l'étroit, pour moi. J'aurais préféré qu'on captât et mît à disposition une représentation d'Epidaure Sad ...
(Et si je compare avec l'état de la voix de Callas pour "Bel raggio lusinghier" dans les prises avec Tonini, à la même époque, je regrette qu'on n'ait pas, donné à tout ceux-ci, la partition de Semiramide, même un peu tronçonnée à la mode du temps !

D - Quel intérêt d'écouter ça pour Corelli qui étale sa superbe sans retenue, et pour Ludwig opaque et assez hors style… Je l'ai fait, mais j'ai perdu mon temps.


=> Carmen — Prêtre 1964
G - une des toutes meilleures versions
O - une version intéressante mais non exempte de vulgarités de sa part à elle.
H - A moins d'aimer les poissonnières, on écoutera avec bien plus de plaisir Beecham.
P - Très bonne version!
B - Sur les "marches", comme Turandot ; et, partant, indispensable (parce que autre, pas archétypique ; un authentique éclairage, même si la lumière est parfois un peu crue).
D - Version étrange : peut-être la seule Carmen vulgaire / poissonnière qui fonctionne à mes oreilles. Ça poitrine, mais ça incarne ! Et puis entourage miraculeux :
Prêtre dans son meilleur naturel, Gedda au sommet qui claque avec désespoir, Massard parangon de style et d'aisance. Une grande version de Carmen.



=> Tosca — Prêtre 1964
G - ne tient pas la comparaison avec son illustre devancière.
O - certes mais toujours intéressante
H - Entièrement d'accord avec Guillaume.
P - Triste enregistrement pour Callas et Gobbi
A - Mon studio avec Callas, si ce n'est MA Tosca ; n'étaient les lives contemporains. Ça ne se commande pas (mais je vous rassure, je ne m'excuse pas hehe ).[/quote]
D - Je ne me suis jamais expliqué en quoi ce serait si inférieur aux versions des années 50 : la voix tient très bien, et l'expression s'est même améliorée. J'aime beaucoup les bois verts de Prêtre, même si Bergonzi est un peu pâle et que Gobbi blanchit un brin dans l'aigu. Pas une version majeure pour moi, néanmoins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 13:21

Ca devient illisible à force et en plus CA FAIT MAL AUX YEUX carton rouge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18845
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 13:22

calbo a écrit:
Ca devient illisible à force et en plus CA FAIT MAL AUX YEUX carton rouge

Mal aux yeux? C'est que tu n'es pas chromatiquement libérée...
Et non, je trouve ça très lisible. Pour chaque enregistrement tu as les avis des différents participants...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
hugo75
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 464
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 13:50

Polyeucte a écrit:
calbo a écrit:
Ca devient illisible à force et en plus CA FAIT MAL AUX YEUX carton rouge

Mal aux yeux? C'est que tu n'es pas chromatiquement libérée...
Et non, je trouve ça très lisible. Pour chaque enregistrement tu as les avis des différents participants...

+1 : il reste encore le jaune et le violet si quelqu'un veut s'y coller.

Sinon, David, tu devrais essayer le Trouvère ou la Bohème dans le nouveau remastering qui redonne du relief, de la présence, de la rondeur à l'orchestre. Mais aussi un meilleur équilibre (les voix ne sont plus devant et l'orchestre derrière) et une lisibilité plus satisfaisante (échanges entre les pupitres plus palpables). Peut être ainsi que tes griefs concernant ces gravures en seraient atténuées.

Enfin, c'est très mal mais j'ai racheté son premier récital Verdi, certes pour le remastering, mais surtout pour la pochette :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 14:09

hugo75 a écrit:
Sinon, David, tu devrais essayer le Trouvère ou la Bohème dans le nouveau remastering qui redonne du relief, de la présence, de la rondeur à l'orchestre.

Je crois bien que pour La Bohème, c'était le cas (je l'ai découverte la semaine dernière, il faudrait que je vérifie l'édition — c'est bien celle avec les affiches ?). Effectivement, on entend le grain de l'orchestre, mais ce qu'en fait Votto n'est pas passionnant.

Même chose, pour le Trouvère de Karajan, je trouve les équilibres bons dans les éditions habituelles, simplement la vision mécaniste de l'accompagnement de belcanto propre au Karajan de l'époque me paraît très réductrice : le Trouvère, ce n'est pas du Donizetti, il y a des choses à faire à l'orchestre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
hugo75
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 464
Date d'inscription : 24/12/2012

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 14:20

DavidLeMarrec a écrit:
hugo75 a écrit:
Sinon, David, tu devrais essayer le Trouvère ou la Bohème dans le nouveau remastering qui redonne du relief, de la présence, de la rondeur à l'orchestre.

Même chose, pour le Trouvère de Karajan, je trouve les équilibres bons dans les éditions habituelles, simplement la vision mécaniste de l'accompagnement de belcanto propre au Karajan de l'époque me paraît très réductrice : le Trouvère, ce n'est pas du Donizetti, il y a des choses à faire à l'orchestre !

Le remastering révèle des couleurs mordorées et une poésie des timbres absentes des précédentes éditions dans le Trouvère. De ce fait, la battue de Karajan parait beaucoup moins sèche et raide.

En revanche, si tu n'aimes pas la direction de Votto dans la Bohème, le remastering (digipack plat avec image de la Scala, en effet) ne t'apportera rien si tes griefs portent sur les phrasés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6765
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 14:26

oui enfin le remastering ne fait pas que les chanteurs deviennent adéquats aux rôles qu'ils chantent: A part Callas, tout est hors-propos et en particulier Di Stefano et Panerai!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 14:49

hugo75 a écrit:
Le remastering révèle des couleurs mordorées et une poésie des timbres absentes des précédentes éditions dans le Trouvère.

Ah oui, clairement ce n'est pas ce qu'on entend dans les éditions habituelles !

Ça me paraissait très cohérent avec le Karajan de l'époque (toutes ses gravures belcantistes et même son phénoménal Tristan de 52 ressemblent à ça).

J'essaierai donc — s'il y a bien une chose qui ne me coûte pas d'effort, c'est réécouter le Trouvère. cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pan
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3438
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 19:07

Je ne sais pas si la question a déjà été abordée, mais je me demandais si la perte de poids de Maria Callas en 53-54 avait modifié ses qualités vocales. Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 19:41

Il paraît.
(et c'est vrai que c'est mieux avant, mais vu les rôles lourds qu'elle a abordés, ce n'est pas forcément le poids qui a fait l'évolution)

Cela dit, tu as pratiqué, et tu as dû sentir dans ta chair comme le moindre paramètre affecte la nature (sinon la qualité) du chant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pan
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3438
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 19:55

Euh... Pas vraiment. Embarassed  J'ai toujours eu du mal à percevoir les qualité de mon chant, au grand désarroi de mon professeur qui, du coup, me demandait de rechercher un ressenti physique pour identifier ce qui était bien.
Je me suis lancé dans une écoute comparée de Casta Diva. J'ai une version de 57 et une version de 61. Y a-t-il des versions antérieures à celle de 54 ?

Edit : je viens d'en trouver une de 52 ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 19:58

Pan a écrit:
Y a-t-il des versions antérieures à celle de 54 ?

Dès 49, oui : /watch?v=-wgfKv6lbm4 & /watch?v=aM9t6azei-E .
En 52 aussi : /watch?v=C6QUYzxmwW8 .
Entre autres...


Dernière édition par bAlexb le Lun 20 Oct 2014 - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 19:58

Oui, plusieurs intégrales antérieures : Piccho 50, Gui 52 et Votto 53.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 20:00

Pan a écrit:
Euh... Pas vraiment. Embarassed  J'ai toujours eu du mal à percevoir les qualité de mon chant, au grand désarroi de mon professeur qui, du coup, me demandait de rechercher un ressenti physique pour identifier ce qui était bien.

Mais tu devais bien sentir que les conditions extérieures (alimentation, sollicitation vocale, climat) agissaient sur ces sensations physiques, n'est-ce pas ? C'est de cela que je parle : un régime aussi important a forcément été ressenti par elle, que ça ait eu des effets sur la voix ou non au bout du compte, il a dû falloir ajuster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pan
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3438
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 20:07

Oui, pour les notes extrême, c'est vrai qu'il y a des fois où elles passent moins bien. Je parlais de l'émission, c'est la bonne émission que je n'arrivais pas à reconnaître.

DavidLeMarrec a écrit:
Gui 52

C'est celle à Covent Garden ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 20:11

Pan a écrit:
Oui, pour les notes extrême, c'est vrai qu'il y a des fois où elles passent moins bien. Je parlais de l'émission, c'est la bonne émission que je n'arrivais pas à reconnaître.

Pas évident, il faut s'écouter, et mis à part le rapport effort / son (qui n'est pas tout !), c'est affaire de convention esthétique, effectivement. (Ce qui permet aux écoles de chant de se jeter allègrement des anathèmes. hehe )


DavidLeMarrec a écrit:
Gui 52

C'est celle à Covent Garden ?[/quote]

Oui, avec Sutherland en Clotilde. hehe

(C'est de toute façon, je crois, la seule intégrale de 52 disponible sur le marché, avec qui que ce soit.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pan
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3438
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Maria Callas   Lun 20 Oct 2014 - 20:16

Combien existe-t-il de versions de Casta Diva, si l'on compte aussi les récitals ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 4 Déc 2015 - 0:56

bonsoir j'aimerais vous poser cette question:
ne pensez- vous pas que La Callas est classée à la 1ère place des chanteuses lyriques parce que c'était une femme médiatique, très "people" paris-match et surtout car elle était avec Onassis le milliardaire ? et que sans ces 3 détails on n'aurait jamais entendu parler d'elle ?
merci pour vos réponses. salutations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 4 Déc 2015 - 1:17

Ni l'un ni l'autre : c'était une grande chanteuse, qui a fait carrière à une période où elle n'avait pas un physique de cinéma, et qui a eu ses succès mérités grâce à ses qualités musicales.

Ensuite, la célébrité, oui, c'est aléatoire, et sans ses fréquentations, sans sa légende de reine maudite, elle ne figurerait sans doute pas en couverture de tous les livres sur l'opéra. Callas n'est pas intrinsèquement supérieure à plein d'autres chanteuses – mais elle se loge parmi les grandes, pas de doute, donc on aurait bel et bien entendu parler d'elle. Pourquoi elle plutôt que Tucci ou Mödl, oui, c'est un peu arbitraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 4 Déc 2015 - 8:07

DavidLeMarrec a écrit:
Pourquoi elle plutôt que Tucci ou Mödl, oui, c'est un peu arbitraire.  

Au moins vraisemblablement parce que la seconde avait un répertoire pas nécessairement moins fréquenté, mais peut-être moins "fréquentable" (je veux dire : moins grand public, même pour les années 50-60). Tucci, c'est affaire de personnalité, je dirais ; pas tant de personnalité "fondamentale" (people, suivant les normes du jour) mais d'empreinte vocale proprement dite.
(Et puis, avec Callas, il y a le vertige du mythe qui balaie large, effectivement, et qui s'est fondé dès les premières années avec les fameuses "alternances" Bellini/Wagner et la gloire d'un instrument apparemment inc[l]assable ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6765
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Ven 4 Déc 2015 - 23:30

hommepiano a écrit:
bonsoir j'aimerais vous poser cette question:
ne pensez- vous pas que La Callas est classée à la 1ère place des chanteuses lyriques parce que c'était une femme médiatique, très "people" paris-match et surtout car elle était avec Onassis le milliardaire ? et que sans ces 3 détails on n'aurait jamais entendu parler d'elle ?
merci pour vos réponses. salutations
ça sûrement pas! Elle fait partie des plus grandes chanteuses lyriques parce qu'elle a su investir vocalement et scéniquement la plupart de ses rôles comme personne avant elle et qu'elle a relancé avec bonheur un répertoire qui était soit fort mal chanté soit carrément tombé dans l'oubli. Même sans les détails de sa vie privée/people, elle serait artistiquement à la place qui est la sienne aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2250
Age : 917
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Maria Callas   Sam 5 Déc 2015 - 9:35

hommepiano a écrit:
bonsoir j'aimerais vous poser cette question:
ne pensez- vous pas que La Callas est classée à la 1ère place des chanteuses lyriques parce que c'était une femme médiatique, très "people" paris-match et surtout car elle était avec Onassis le milliardaire ? et que sans ces 3 détails on n'aurait jamais entendu parler d'elle ?
merci pour vos réponses. salutations

Ces "trois points" comme tu dis sont arrivés quand elle était à son apogée. Si la Callas avait un timbre de voix ingrat mais immédiatement reconnaissable sa contribution pour l'art lyrique est inégalable et surtout primordial; et comme le dit si justement Otello, sans Callas, beaucoup d'opéras ne connaîtraient pas la carrière qu'ils ont actuellement.

D'autre part sans la "jet seteuse" Elsa Maxwell et Aristote Onassis elle n'aurait sans doute pas connu une déchéance aussi douloureusement cruelle.

Je termine en évoquant Giovanni Battista Meneghini qui a lui véritablement lancé la Callas;i l fut un agent d'une efficacité redoutable. La séparation du couple a signé le début de la fin pour la diva.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maria Callas   Dim 6 Déc 2015 - 0:48

Tenez, j'ai une (double) question que je me suis toujours posé.

¶ On attribue ce renouveau du répertoire à Callas, mais de quels titres parle-t-on au juste, à part quelques Donizetti et Bellini (vraiment pas beaucoup : premières captations pour Médée, Bolena, Poliuto et Puritani). (Je n'ai pas cherché si ça se jouait avant, mais même si elle était la première, ça ne ferait pas vraiment une tendance.) Même La Vestale ou La Sonnambula, elle n'était pas la première.

¶ Par ailleurs, je ne vois pas trop Callas aller fouiller dans les grimoires poussiéreux… c'était bel et bien le choix des chefs ou des directeurs de théâtre, de remonter ces titres, n'est-ce pas ? Quel était le rôle de Callas, à part d'être opportunément là avec les qualités requises ?

Je ne me suis pas suffisamment plongé dans sa biographie et dans les coutumes des théâtres italiens des années cinquante pour donner une véritable réponse, mais cette affirmation m'emplit toujours de doute. Des pistes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Dim 6 Déc 2015 - 9:41

Armida, le Turco de Rossini ; elle a fait Konstanze (en italien, ok) de Mozart et je ne sais pas, en réalité, si ça se donnait beaucoup à la Scala en général et en Italie en particulier ; on dit qu'elle avait emmené avec elle la partition de la Straniera sur le Christina. A part quoi, je suis d'accord avec toi, le "renouvellement" du répertoire est plutôt étroit, en réalité ; et encore, "tronqué" (Puritani, Armida, Pirata, etc.). C'est plutôt sur l'identité, sur l'adéquation du timbre aux rôles (ça vaut pour Lucia, tronquée toujours mais restituée avec quel panache) que Callas s'est fortement positionnée (ou "qu'on" l'a positionnée ; parce qu'après tout, elle faisait consciencieusement, c'est à dire en conscience MAIS avec son matériau propre, si j'ose dire et si le matériau a été "propre", un jour Rolling Eyes ).
Rêvons plutôt de ce qu'elle aurait pu faire si elle avait gardé ce matériau plus ou moins intègre ne serait-ce qu'entre 65 et 75 Sad !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Maria Callas   Mer 9 Déc 2015 - 0:19

Callas a eu l'intelligence d'être réceptive au renouveau opératique italien (1810-1850). Il ne manquait pas de grosses dondons pour nous abreuver de Suicidio! et autres Sola, perduta, abbandonata (airs et rôles que Callas chantait aussi) - c'était en bonne partie ça, le répertoire de l'époque. Mais elle a été la première STAR depuis 1910-20 à chanter Armida, Amina, Fiorilla, et une des premières grandes voix non anglo-saxonnes à chanter Wagner (excepté peut-être Germaine Lubin).

C'est la combinaison de tous ces facteurs en si peu de temps (1947-53) qui l'ont élevée de débutante à assoluta, alors même qu'elle se défaisait de plusieurs rôles et les 'voix' qui y sont associés. Sur scène, finies les Armida, Gioconda, Kundry, Isolde, Brünnhilde, Santuzza ou Aida. Son apogée (1954-1957) fut de très courte durée. Alors même que les problèmes vocaux commençaient elle devenait bien malgré elle la chanteuse la plus 'people' du 20ème siècle.

Personnellement, je suis revenu de mon 'trip' Callas depuis un bout de temps, ce qui m'a permis de découvrir d'autres voix qui ont perfectionné et même surpassé les témoignages callasiens, ne serait-ce que par rôle, compositeur ou répertoire. Présentement j'explore Leyla Gencer et me dis que sans Callas elle n'aurait peut-être pas été aussi loin mais qu'avec elle son art a atteint un pinacle que la Divina n'a pas tout-à-fait atteint vocalement.

Donc il y a bel et bien un 'avant' et un 'après' Callas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Mer 9 Déc 2015 - 8:29

André a écrit:
Callas a eu l'intelligence d'être réceptive au renouveau opératique italien (1810-1850). Il ne manquait pas de grosses dondons pour nous abreuver de Suicidio! et autres Sola, perduta, abbandonata (airs et rôles que Callas chantait aussi) - c'était en bonne partie ça, le répertoire de l'époque. Mais elle a été la première STAR depuis 1910-20 à chanter Armida, Amina, Fiorilla, et une des premières grandes voix non anglo-saxonnes à chanter Wagner (excepté peut-être Germaine Lubin).

Mais uniquement au disque ; et, à mon avis, par la volonté seule d'une maison de disque qui avait besoin de construire un catalogue (idem avec Bohème, par exemple). Ce qui, d'ailleurs, ne prétend rien retirer à la qualité/intégrité artistique du travail de Callas.

Mais en italien seulement ; et pas dans le texte, à la différence de Lubin (et encore pour une période extrêmement courte même si, personnellement, je trouve sa Kundry particulièrement stimulante).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2995
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Maria Callas   Jeu 10 Déc 2015 - 3:05

J'ai écouté Maria Callas dernièrement dans des extraits de Carmen, il faut l'écouter ne serait-ce qu'une fois pour savoir la reconnaître entre toutes. On ne saurait la confondre avec aucune autre chanteuse. C'est incroyable comment elle va chercher les notes en profondeur, il n'y a qu'elle qui chante de cette manière. Et son regard magnétique se reflète exactement dans sa voix. Je crois que c'est pour cette raison qu'elle est toujours si populaire et unique, sa voix vient des tripes et touchent les gens aux tripes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
@lm@viv@
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 546
Localisation : Complètement à l'Ouest
Date d'inscription : 26/07/2010

MessageSujet: Re: Maria Callas   Mar 16 Mai 2017 - 22:12

Annonce Warner: Warner Classics unveils Maria Callas Live: Remastered Live Recordings 1949-1964

Remise au goût du jour (remastérisation) des enregistrements live de Callas en un coffret de 42 CD et divers B-Ray le 15 septembre 2017 pour l'anniversaire de sa disparition!


http://www.warnerclassics.com/maria-callas/news/1693

Bon, il s'agit juste de savoir comment ce sera traité Idea

A la réflexion je me dis que Warner n' a jamais brillé par ses restaurations du legs Callas, donc je suis très moyennement convaincu du résultat à venir...une heureuse surprise n'est cependant pas à exclure, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maria Callas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maria Callas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 21 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
 Sujets similaires
-
» Tosca : Maria Callas en DVD !
» Maria Callas
» MARIA CALLAS
» Maria Callas: "Callassotherapy" (1952-1955)
» Casta Diva par Maria Callas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: