Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mozart - Die Zauberflöte

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 16 ... 21  Suivant
AuteurMessage
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 29
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 19 Nov 2010 - 8:44

aurele a écrit:
Concernant la version Levine de Salzburg en DVD, je viens de voir que c'était une performance pour les enfants. Quelle incidence cela-a-t-il sur la partition ou la mise en scène?

Mise en scène ennuyeuse au possible et très carton pâte, mais très littérale. Prise de son sans relief tant pour l'orchestre que pour les voix ; direction routinière de Levine avec un Philharmonique pas franchement concerné.
Aucune incidence cependant sur quelque aspect du spectacle, et les enfants sont très sages (je ne m'en étais pas rendu compte).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1172
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 19 Nov 2010 - 13:02

Otello a écrit:
Wolferl a écrit:
Même avec de la tendresse pour Studer, il faut bien reconnaître que le rôle n'est pas fait pour elle : le suraigu est difficile, pas très juste, et le personnage n'a pas beaucoup de relief tellement on la sent mal à l'aise.
Te Kanawa et Ramey sont jolis, ça s'arrête là. Et globalement la direction de Marriner est dans le même genre, tiède, quelconque..
ah ben pas d'accord. Studer est une des meilleures Reines de la Nuit (rôle dans lequel on ne l'attendait pas du tout a priori) après Deutekom et Moser: le timbre est rond et plein, le medium est charnu, et la vocalisation est menée avec éclat (pour une voix de ce gabarit) jusqu'à un contre fa parfaitement juste; quant à la caractérisation, elle est magnifique de sensibilité dans le 1er air et d'autorité dramatique dans le 2ème air. Ramey, superbe de plénitude vocale et souverain dans le rendu majestueux du rôle de Sarastro. Araïza est (dans cette intégrale car chez Karajan ça n'était pas encore ça) peut-être le meilleur Tamino de l'après Wunderlich: timbre corsé et ensoleillé à la fois, beauté de la ligne de chant, élégance de la caractérisation. Te Kanawa est un peu moins juvénile que dans sa première intégrale sous la direction de Lombard mais sa Pamina reste de toute beauté. Bär est un Papageno d'une fraîcheur extraordinaire et il forme avec la Papagena d'Eva Lind un duo parfait. Enfin est-il besoin de louer l'Orateur tout en noblesse d'un José Van Dam enfin dans son vrai emploi? Quant à la direction de Marriner, elle est dynamique et théâtrale mais sans sécheresse ni précipitation et surtout elle livre une lecture orchestrale d'une lisibilité totale.
Prise de son splendide.

Mon avis penche plutôt du côté de Wolfer...
Et pourtant j'en attendais beaucoup de cette version mais elle ressemble à une mise en studio classique et en rien à une équipe rodée sur scène.

Studer a peut être les notes mais à mes oreilles donne l'impression de ne pas les avoir! Question de style certainement. Je peux concevoir des conceptions différentes ou des vocalises différemment émises (comme Gruberova) mais Studer ne parvient pas à composer un personnage (on est loin de Edda Moser malgré ce que j'ai pu lire) et la vocalise n'est pas étincelante non plus, donc au final... Malgré ses défauts, j'ai nettement préféré l'enregistrement de June Anderson!

Les voix sont enregistrées de trop près par ailleurs.
Te Kanawa perd de son côté aérien et on ne retrouve pas la fraicheur de son précédent enregistrement. Je n'aime pas Ramey dans ce répertoire... qui plus est en allemand, Lind est anecdotique (elle est mieux dans des valses viennoises... et encore); je n'aime pas Araiza depuis que je l'ai découvert dans le chanteur italien dans la vidéo du Rosenkavalier de Kleiber. Bär et Van Dam sont en place mais il manque vraiment quelque chose.

Même Marriner était bien plus inspiré dans son enregistrement des ouvertures des opéras de Mozart; là c'est lourd et empesé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 846
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Sam 20 Nov 2010 - 9:27

bAlexb a écrit:
Siegmund a écrit:
Et bien j'adore cette version Karajan...

Je l'ai adorée ; comme j'adore aujourd'hui Karajan 50 (et pourtant, quels enregistrements aux antipodes l'un de l'autre). Elle reste attachée à toutes sortes de souvenirs, comme la version Klemperer. Dans des optiques sensiblement équivalentes, j'ai découvert, depuis, Solti I (c'est à dire son live radio avec Grümmer drunken ), les deux versions Fürt', etc. Je sais que l'enregistrement a plutôt mauvaise presse (mais que son nouveau packaging est engageant !) ; je me souviens du complexe durable que m'a valu la lecture du Guide Fayard !

D'où vient, alors, que je revienne souvent, encore à cet enregistrement ? D'où vient l'émotion qui me saisit lorsque j'écoute les suspensions du duo Mathis/Hornik ? D'où vient cette tendre quiétude qui me submerge lorsque plane la flûte de "Wie strak ist nicht dein Zauberton" ? De l'humanité foncière des chanteurs (pardon mais, Van Dam, tout à côté qu'il puisse être vocalement est l'une des plus sensibles incarnations de Sarastro) ; de la "force tranquille" de Karajan (ce sentiment étrange de plénitude totale attachée à quelque chose qu'on sent, qu'on sait sous contrôle) ?

Oui, sans doute il y a une part de sensiblerie mal décantée dans tout ça ! Sans doute, aussi, ce n'est pas ma version pour l'île déserte (mais quel drame de choisir quand on a goûté à Novotna, à Seefried [et qu'on s'en est nourri, repu], à DFD [version Fricsay], qu'on s'est frotté à Östman, qu'on a découvert des perspectives insoupçonnées dans les paysages brossés par Jacobs, etc.) ! Mais ; mais...
Moi aussi j'ai plutôt un bon souvenir de cette version Karajan (écoutée la dernière fois il y a une quinzaine d'années). Hormis la Reine de Karine Ott que je n'avais pas du tout aimée, je me souviens avoir été agréablement surpris, y compris par le Sarastro de José van Dam. Compte tenu du prix, je ne vais pas me priver Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Sam 20 Nov 2010 - 16:39

C'est clair que pour 9 euros il faudrait être fou, ou détester cette version siffle , pour passer à côté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Guillaume
lapineau huguenot
avatar

Nombre de messages : 17529
Age : 24
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Sam 20 Nov 2010 - 17:49

Ou avoir juré d'acheter le moins possibles de réeditions économiques dans un packaging aussi hideux. Mr. Green (c'est mon cas)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19520
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Sam 20 Nov 2010 - 17:59

Guillaume a écrit:
Ou avoir juré d'acheter le moins possibles de réeditions économiques dans un packaging aussi hideux. Mr. Green (c'est mon cas)

Ah? Tu es très très riche? hehe hehe

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
Guillaume
lapineau huguenot
avatar

Nombre de messages : 17529
Age : 24
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Sam 20 Nov 2010 - 18:40

Non, mais je n'aime pas les pochettes hideuses, et je n'achète ces réeditions pourries que quand l'édition précédente n'est plus disponibles. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19520
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Sam 20 Nov 2010 - 18:49

Guillaume a écrit:
Non, mais je n'aime pas les pochettes hideuses, et je n'achète ces réeditions pourries que quand l'édition précédente n'est plus disponibles. Mr. Green

Monsieur est snob! hehe hehe

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Sam 20 Nov 2010 - 21:22

Ce n'est pas une découverte et il a bien raison .... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Sam 20 Nov 2010 - 22:14

Guillaume a écrit:
Ou avoir juré d'acheter le moins possibles de réeditions économiques dans un packaging aussi hideux. Mr. Green (c'est mon cas)

Oui mais non, toi t'es un cas particulier hehe . Le alien t'a tellement contaminé avec ses mauvaises habitudes que Mozart a carrément dégringolé dans ta liste pour être remplacé par Meyerbeer, Strauss et Wagner entre autres siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 11:39

L'on parlait sur le fil de Cosi de la version Fricsay de la Flute, je trouve cette version assez réussie, méme si Stader ne restera pas dans les mémoires comme la plus belle Pamina du disque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 11:42

La plus belle des Pamina, sans doute pas (de toute manière la plus belle c'est Seefried avec Furt) mais la plus fervente, peut-être bien.

Grande version en effet, même si je suis toujours un petit peu déçu. Peut-être que j'attends plus de cathédrale dans l'oeuvre, je ne sais pas. C'est d'autant plus paradoxal que pour moi Fricsay est une espèce de chef mozartien absolu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 11:49

Francesco a écrit:
La plus belle des Pamina, sans doute pas (de toute manière la plus belle c'est Seefried avec Furt) mais la plus fervente, peut-être bien.

Grande version en effet, même si je suis toujours un petit peu déçu. Peut-être que j'attends plus de cathédrale dans l'oeuvre, je ne sais pas. C'est d'autant plus paradoxal que pour moi Fricsay est une espèce de chef mozartien absolu.

Stader c'est beau mais il me manque une dimension ; ça reste très récitaliste, pour moi, pas assez naturel j'imagine.

Mes plus belles Pamina : sans doute Seefried (Fürtwängler 49), Grümmer, Novotna, Popp plus tard. Regret éternel que Gruberova ne l'ait pas faite et que Ciofi ait été empêchée avec la générale de Madrid !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 11:52

Fricsay aimait énormément Mozart (son compositeur favori) et il est dommage qu'il n'est pas fait de Cosi.
Pour une Flute façon cathédrale comme tu dis je me tournerais peut étre vers Solti avec Talvela/Burrows/Prey/Lorengar/Deutekom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 11:56

Je dois dire qu'en fait je n'ai très bien senti ce qu'était "le côté récitaliste" d'un interprète à l'opéra, même quand c'était à la base un chanteur d'estrade (j'ai déjà lu aussi ça à propos de l'Orfeo de Ferrier par exemple.)

Cela dit j'ai toujours un a priori positif à propos de Stader à l'opéra, j'aime même son Elvira hystérique, c'est dire et je la tiens pour une des plus importantes comtesses du disque (en fait c'est même celle que je préfère pour la ferveur, encore une fois, et la jeunesse évidemment). Et je ne déteste pas sa Lucia non plus. (Et là je ne parle pas des nombreux extraits gravés : Faust, Carmen, Traviata ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 11:57

ojoj a écrit:
Fricsay aimait énormément Mozart (son compositeur favori) et il est dommage qu'il n'ait pas fait de Cosi.
Pour une Flute façon cathédrale comme tu dis je me tournerais peut étre vers Solti avec Talvela/Burrows/Prey/Lorengar/Deutekom

Il est mort avant le Cosi qui a été fait ensuite par Jochum pour DG (une version majeure d'ailleurs). Je me suis toujours demandé s'il aurait engagé Stader pour Dorabella (ça m'aurait bien plu, d'autant qu'on a déjà un témoignage de Merriman).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 11:59

Tu veux plutot parler de Stader en Fiordiligi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:01

ojoj a écrit:
Fricsay aimait énormément Mozart (son compositeur favori) et il est dommage qu'il n'est pas fait de Cosi.
Pour une Flute façon cathédrale comme tu dis je me tournerais peut étre vers Solti avec Talvela/Burrows/Prey/Lorengar/Deutekom

Et moi je reste tellement attaché à Klemperer pour la grandeur, la clarté infinie de la polyphonie, cette verticalité confondante qui supporte le drame et le scande.

Dommage que Gedda soit si récitaliste, éthéré dans une posture d'Evangéliste mozartien. Parce que j'adore par ailleurs et la lumière de Janowitz, et le caractère sanguin de Popp, et la tranquille bonhomie de Berry, et la noblesse fauve de Crass.

A Böhm aussi, d'ailleurs ; mais plus à Böhm I (l'idéale version viennoise selon la tradition, à mon sens, ne serait-ce que pour la tension féminine de Güden et le Tamino rayonnant de Simoneau) qu'à Böhm II (tellement international, attendu pour ne pas dire attentiste et, ce, malgré DFD).

A Karajan, enfin ; dramatique à l'extrême, fervent, furieux, mettre d'une brosse large alimentée par une palette totale. Et quel plateau ! Seefried tendu jusqu'à se briser l'âme, comme émerveillée d'elle-même, Dermota mâle et princier, Kunz léger comme une plume de son habit mais profond, aussi (quelle largeur de chant/champ) et Lipp traditionnelle jusqu'à la nausée (mais c'est ça, la gloire de la "Flûte" ; elle alimente la nostalgie, valorise la tradition autant qu'elle offre la possibilité de la transgresser).

Et une place à part pour la Pamina de Stich-Randall à Vienne, délicieuse, instrumentale et comédienne comme on en aura peu, en fait, dans la discographie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:02

Non, je pense que Seefried aurait été engagée, quoiqu'il en soit, pour Fiordiligi dont elle avait été une titulaire importante. Et je n'imagine pas Stader en Despina. Mais je suis sûr qu'après Elvira et la Comtesse une Dorabella aurait été possible, tant qu'à la pousser dans ses retranchements. Ce n'est pas un rôle de dragon, ni même de vraie mezzo en fait. Plutôt un second soprano je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:06

Francesco a écrit:
Je dois dire qu'en fait je n'ai très bien senti ce qu'était "le côté récitaliste" d'un interprète à l'opéra, même quand c'était à la base un chanteur d'estrade (j'ai déjà lu aussi ça à propos de l'Orfeo de Ferrier par exemple.)

Cela dit j'ai toujours un a priori positif à propos de Stader à l'opéra, j'aime même son Elvira hystérique, c'est dire et je la tiens pour une des plus importantes comtesses du disque (en fait c'est même celle que je préfère pour la ferveur, encore une fois, et la jeunesse évidemment). Et je ne déteste pas sa Lucia non plus. (Et là je ne parle pas des nombreux extraits gravés : Faust, Carmen, Traviata ...)

Lucia c'est à part (et quels alentours !). Contessa ce n'est pas un modèle de jeunesse, pour moi ; sa vérité est ailleurs, dans cette silhouette graphique, frêle comme un trait de sanguine habilement modelé. Elvira, dans la même optique, je préfère Auger qui va au-delà de l'hystérie, vers des anfractuosités, des fêlures que Stader n'approche pas tout à fait, si ce n'est par la légèreté de l'instrument.

Dorabella ç'aurait été magnifique, sans doute ; d'une sensibilité folle (et j'imagine le duo sulfureux avec Seefried dans son beau mûrissement).

Mais dans tout celà, finalement, il me manque une chair, une palpitation qui soit autre chose que celle d'un instrument poussé aux frontières de ses limites naturelles.

Micaëla, tu en penses quoi ? [/size[size=7]]e sais, je suis HS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:07

Gedda c'est surtout qu'il est en mauvaise voix, non ? Prudence extrême et défaut de souplesse dans l'articulation de la phrase, je trouve. Du coup ça manque pas mal de fluidité et de charme. Un Tamino frigide.

Pas entendu Böhm (ni I, ni II) depuis un bail, mais le mauvais souvenir que j'ai de Böhm I (dont j'attendais beaucoup) mérite peut-être une révision à te lire.

Je ne sais pas si Güden chérie à laisser d'autres témoignages de sa Pamina. (Mais bon je rêve surtout de sa Fiordiligi ou de son Elvira).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:07

Ne pas noublier la version Mackerras...je recconais beaucoup aimer la voix de Hadley qui chante un bien beau Tamino.
Pour ce qui est de Bohm je regréte que ce grand chef ne ce soit pas plus penché sur la Flute qu'il ne l'a fait pour Cosi ou Don Gio.
Une bien jolie version c'est celle de Armin Jordan avec Winbergh/Orgonasova/Selig/Jo...du trés beau linge! Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:10

Francesco a écrit:
Gedda c'est surtout qu'il est en mauvaise voix, non ? Prudence extrême et défaut de souplesse dans l'articulation de la phrase, je trouve. Du coup ça manque pas mal de fluidité et de charme. Un Tamino frigide.

Pas entendu Böhm (ni I, ni II) depuis un bail, mais le mauvais souvenir que j'ai de Böhm I (dont j'attendais beaucoup) mérite peut-être une révision à te lire.

Je ne sais pas si Güden chérie à laisser d'autres témoignages de sa Pamina. (Mais bon je rêve surtout de sa Fiordiligi ou de son Elvira).

Elvira ça existe avec Karajan en 63 (la distribution de Salzburg 60 où Güden remplace Schwarzkopf et avec Wunderlich, en prime).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:14

Ah zut, je me suis débarassé il n'y a pas longtemps du DG de Kubelik (puisque mon intérêt principal pour le coffret se portait surtout sur Mathis, j'ai juste récupéré ses interventions), j'aurais dû réentendre l'Elvira d'Auger alors Confused

Pour la jeunesse j'imagine qu'en fait ça dépend de ce qui, pour chacun, évoque précisément le caractère juvénile. Confrontée à cet orchestre et à l'ampleur du rôle la voix de Stader évoque exactement à mes oreilles une Rosine de 20 ans (beaucoup plus que des voix plus pulpeuses et sexuées comme KTK ou Fleming), plus jeune finalement, plus sensible, que la Suzanna très femme de Seefried. Et vraiment j'adore ça.

Micaela, même en allemand, c'est formidable honnêtement : la droiture vocale passe dans le personnage qui en devient particulièrement lumineux et attachant. Quelque chose de religieux, pour le coup, de récitaliste alors peut-être, dans la projection et le timbre, c'est idéal. En fait je ne connais de ce disque Fricsay que ses deux interventions (l'air et le duo).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:16

bAlexb a écrit:
Francesco a écrit:
Gedda c'est surtout qu'il est en mauvaise voix, non ? Prudence extrême et défaut de souplesse dans l'articulation de la phrase, je trouve. Du coup ça manque pas mal de fluidité et de charme. Un Tamino frigide.

Pas entendu Böhm (ni I, ni II) depuis un bail, mais le mauvais souvenir que j'ai de Böhm I (dont j'attendais beaucoup) mérite peut-être une révision à te lire.

Je ne sais pas si Güden chérie à laisser d'autres témoignages de sa Pamina. (Mais bon je rêve surtout de sa Fiordiligi ou de son Elvira).

Elvira ça existe avec Karajan en 63 (la distribution de Salzburg 60 où Güden remplace Schwarzkopf et avec Wunderlich, en prime).

Ca ?

http://www.arkivmusic.com/classical/album.jsp?album_id=11067

J'ai toujours peur de retomber sur une Zerlina Mr. Green Merci dans tous les cas.

Fiordiligi en allemand ça a existé aussi semble-t-il, je donnerais beaucoup pour entendre ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:17

ojoj a écrit:
Ne pas noublier la version Mackerras...je recconais beaucoup aimer la voix de Hadley qui chante un bien beau Tamino.
Pour ce qui est de Bohm je regréte que ce grand chef ne ce soit pas plus penché sur la Flute qu'il ne l'a fait pour Cosi ou Don Gio.
Une bien jolie version c'est celle de Armin Jordan avec Winbergh/Orgonasova/Selig/Jo...du trés beau linge! Wink



Ah je ne connais pas la version Mackerras. C'est avec ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:25

Mackerras c'est avec Hadley, Lloyd,Allen,Hendricks et Anderson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:31

Francesco a écrit:
bAlexb a écrit:
Francesco a écrit:
Gedda c'est surtout qu'il est en mauvaise voix, non ? Prudence extrême et défaut de souplesse dans l'articulation de la phrase, je trouve. Du coup ça manque pas mal de fluidité et de charme. Un Tamino frigide.

Pas entendu Böhm (ni I, ni II) depuis un bail, mais le mauvais souvenir que j'ai de Böhm I (dont j'attendais beaucoup) mérite peut-être une révision à te lire.

Je ne sais pas si Güden chérie à laisser d'autres témoignages de sa Pamina. (Mais bon je rêve surtout de sa Fiordiligi ou de son Elvira).

Elvira ça existe avec Karajan en 63 (la distribution de Salzburg 60 où Güden remplace Schwarzkopf et avec Wunderlich, en prime).

Ca ?

http://www.arkivmusic.com/classical/album.jsp?album_id=11067

J'ai toujours peur de retomber sur une Zerlina Mr. Green Merci dans tous les cas.

Fiordiligi en allemand ça a existé aussi semble-t-il, je donnerais beaucoup pour entendre ça.

Non non, c'est bien Elvira ; et en intégrale !

J'imagine que tu as vu que la Contessa de Salzburg est sortie en dvd récemment ! Une merveille à mon sens (HS, je sais !!!), à l'image (c'est le cas de le dire) de la captation de la version Böhm chez TDK (même si tu connais les toutes petites réserves que j'émets sur l'éblouissant métal de Watson, ici Wink ).

On ne peut plus d'accord pour la dimension religieuse (sacrificielle ; quelque chose comme les frémissements précédant un holocauste) qui émaille la Micaëla de Stader (tu connais l'air par Seefried, qui vient d'être réédité sunny ?). Et idem pour ce que tu dis de très juste sur la notion de jeunesse au disque. A ceci près, dans mon esprit que la Rosina des Nozze appelle moins la vraie jeunesse du timbre (et puis KTK et Fleming sont, pour moi, d'un ennui fabuleux ici) qu'une stature de "dame", une tension de la phrase qui existe par comparaison (c'est un paradoxe apparent) avec l'amolissement du timbre dans des airs comme "Porgi amor" qui sont ligne et son et moirures avant tout.

Chez Stader il me manque ceci ; comme dans sa Pamina (on y revient, finalement siffle ) qui est moins ferveur, présence charnelle que graphisme. Une ébauche en fait ; mais sans doute pas un aboutissement, pour moi. Il me manque les harmoniques, en général (Reining, pour cela drunken !), la lumière naturelle (Janowitz, évidemment), la tendresse et l'énergie (Seefried, Grümmer voire Lorengar), et même la fabrication (qui fait le charme infini, et paradoxal une fois encore, de Schwarzkopf, pour moi). Güden restant un cas à part (qui est aussi un cas limite) avec, pour partie, les mêmes réserves que j'adresse à Stader mais un peu de toutes ces qualités précitées, justement !

Ce qui reste très subjectif, cependant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:33

ojoj a écrit:
Mackerras c'est avec Hadley, Lloyd,Allen,Hendricks et Anderson.

Quand même très factice, je trouve ; léger dans les incarnations. Un vrai produit de studio qui ne vaut, à mon goût (et ça n'engage que moi !), que par la direction du chef et quelques brefs éclairs d'Anderson (notamment dans le premier air ; mais ça manque de chair, de pulpe, de drame, à mes yeux).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3201
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:41

Oui évidemment c'est subjectif, encore une fois on parle davantage de nous que des chanteurs finalement.

Pour Stader c'est tout à fait ça : la tension structure l'air, mais le timbre ne s'amolit ou ne se dilue pas (un critique avait écrit qu'elle le grattait jusqu'au sang. Terrible image), du coup ça reste précisément à mes oreilles, radieux et douloureux (deux adjectifs qui évoque exactement ce qu'est, pour moi, la jeunesse si mon souvenir est bon Mr. Green ) à la fois, avec cette légereté de texture que j'aime tellement et qui s'apparie à la direction de Fricsay.
En revanche j'entends précisément dans sa Pamina (mais comme dans tout avec elle, en fait) une énergie droite qui en fait le prix (comme dans sa Constance).

J'ai entendu le disque de Seefried où tout est sublime, Suor Angelica en particulier. Mais c'est une grande nouvelle pour le DVD dont tu parles à propos de Güden. J'ai le disque chez Berlin, en revanche, qui a un charme fou, même si elle manque peut-être un peu de tension (et parfois de nuances).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:43

bAlexb a écrit:
ojoj a écrit:
Mackerras c'est avec Hadley, Lloyd,Allen,Hendricks et Anderson.

Quand même très factice, je trouve ; léger dans les incarnations. Un vrai produit de studio qui ne vaut, à mon goût (et ça n'engage que moi !), que par la direction du chef et quelques brefs éclairs d'Anderson (notamment dans le premier air ; mais ça manque de chair, de pulpe, de drame, à mes yeux).
Je trouve ça trés bon au contraire Wink
Je constate que personne ne connait la version Jordan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6866
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:44

bAlexb a écrit:
Et moi je reste tellement attaché à Klemperer pour la grandeur, la clarté infinie de la polyphonie, cette verticalité confondante qui supporte le drame et le scande.
Dommage que Gedda soit si récitaliste, éthéré dans une posture d'Evangéliste mozartien. Parce que j'adore par ailleurs et la lumière de Janowitz, et le caractère sanguin de Popp, et la tranquille bonhomie de Berry, et la noblesse fauve de Crass.
Rien de sanguin chez cette Reine de la Nuit, magnifique de timbre mais totalement éthérée et lentissime (le tempo antidramatique de Klemperer dans le 2ème air en fait un air de salon). Popp était bien plus investie en live dans des tempi dignes de ce nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6866
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:46

bAlexb a écrit:
quelques brefs éclairs d'Anderson (notamment dans le premier air ; mais ça manque de chair, de pulpe, de drame, à mes yeux).
ah ben c'est pourtant bien plus corsé et dramatique que Popp!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:47

Francesco a écrit:
Mais c'est une grande nouvelle pour le DVD dont tu parles à propos de Güden. J'ai le disque chez Berlin, en revanche, qui a un charme fou, même si elle manque peut-être un peu de tension (et parfois de nuances).

Plus tardif, non ? Tu parles de la version en allemand ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:49

ojoj a écrit:
bAlexb a écrit:
ojoj a écrit:
Mackerras c'est avec Hadley, Lloyd,Allen,Hendricks et Anderson.

Quand même très factice, je trouve ; léger dans les incarnations. Un vrai produit de studio qui ne vaut, à mon goût (et ça n'engage que moi !), que par la direction du chef et quelques brefs éclairs d'Anderson (notamment dans le premier air ; mais ça manque de chair, de pulpe, de drame, à mes yeux).
Je trouve ça trés bon au contraire Wink
Je constate que personne ne connait la version Jordan...

Si si ; mais à mon goût elle ne s'impose pas totalement. A choisir, je préfère de loin, de très loin Lombard s'il faut aller faire les tiroirs d'Erato !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:52

Otello a écrit:
bAlexb a écrit:
quelques brefs éclairs d'Anderson (notamment dans le premier air ; mais ça manque de chair, de pulpe, de drame, à mes yeux).
ah ben c'est pourtant bien plus corsé et dramatique que Popp!

Comme tout, c'est affaire de perception ; je trouve infiniment plus de pulpe chez Popp ; d'incarnation à tout prendre.

Mais tu sais que je trouve le timbre d'Anderson sans aspérité ; j'ai du mal à m'y attacher en-dehors de la technique. Pour le reste je n'entends qu'une décalque en sépia de Sutherland (tu seras content ; j'ai réécouté sa Reine avec Klemperer, justement, en live au ROH et elle m'est apparue beaucoup plus Reine et femme que lors de mes dernières écoutes silent ... même si, en tout état de cause, ça n'est pas MA reine comme elle pourrait prétendre à être une de mes Elettra) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 12:55

Otello a écrit:
bAlexb a écrit:
Et moi je reste tellement attaché à Klemperer pour la grandeur, la clarté infinie de la polyphonie, cette verticalité confondante qui supporte le drame et le scande.
Dommage que Gedda soit si récitaliste, éthéré dans une posture d'Evangéliste mozartien. Parce que j'adore par ailleurs et la lumière de Janowitz, et le caractère sanguin de Popp, et la tranquille bonhomie de Berry, et la noblesse fauve de Crass.
Rien de sanguin chez cette Reine de la Nuit, magnifique de timbre mais totalement éthérée et lentissime.

Moi j'entends quand même une pulsation interne au discours qui n'a que faire du tempo (pas si antidramatique que ça, d'ailleurs, à mes yeux ; moins perturbant, à tout prendre que dans Cosi ou les Nozze). J'entends la vraie tension d'un drame qui sourd au I et rompt les digues au II ; quelque chose, à l'image de la direction, de démirugique, de prométhéen.

Mais je te rassure, je ne cherche pas à te convaincre kiss !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 13:15

@ l'attention de David: dans le film de Bergamn la bande son est dirigée par Eric Ericson et non Ostamann Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 14:05

Moi, j'ai tendance à particulièrement chérir les belles et franches empreintes vocales, dans Pamina ; et j'attends (je ne l'explique pas) beaucoup plus des modernes, en général, que des grandes anciennes. Ainsi je n'ai pas de passion particulière pour Bonney (et pourtant, j'adore la version Östman pour son sens imparable de la couleur) mais j'adore Röschmann et Kleiter (le dvd avec Harnoncourt drunken !). Petersen me paraît assez intéressante (j'ai adoré, aussi pour ses qualités scéniques, le live de Jacobs à Aix et le cd ne m'a pas déçu).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eleanore-clo
Mélomane averti


Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 22:17

Bonsoir

Pour franchir la manche, nos amis anglos-saxons, qui certes préfèrent la viande bouillie dans une sauce à la menthe aux cuisses grenouilles, ont néanmoins des gouts assez sûr.
Et surprise : the winner is Claudio !

L'enregistrement Abbado a accumulé de nombreuses récompenses :
* Disque du mois et Grammophone Awards 2006
* Rosette winner du Penguin Guide
* Disque du mois pour BBC Music magazine
* Disque de l'année pour Radio 3 CD review.

N'avons nous pas, en France, certains habitudes d'écoute qui conduisent à spécialiser les chefs sur tel ou tel répertoire ?
Je me souviens d'une interview de Charles Dutoit se plaignant de ne pas pouvoir enregistrer du Mozart avec l'Orchestre Symphonique de Montréal.

Cordialement
Eléanore-clo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eleanore-clo
Mélomane averti


Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Mer 5 Jan 2011 - 22:17

eleanore-clo a écrit:
Bonsoir

Pour franchir la manche, nos amis anglos-saxons, qui certes préfèrent la viande bouillie dans une sauce à la menthe aux cuisses de grenouilles, ont néanmoins des gouts assez sûr.
Et surprise : the winner is Claudio !

L'enregistrement Abbado a accumulé de nombreuses récompenses :
* Disque du mois et Grammophone Awards 2006
* Rosette winner du Penguin Guide
* Disque du mois pour BBC Music magazine
* Disque de l'année pour Radio 3 CD review.

N'avons nous pas, en France, certains habitudes d'écoute qui conduisent à spécialiser les chefs sur tel ou tel répertoire ?
Je me souviens d'une interview de Charles Dutoit se plaignant de ne pas pouvoir enregistrer du Mozart avec l'Orchestre Symphonique de Montréal.

Cordialement
Eléanore-clo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22942
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 7 Jan 2011 - 16:31

bAlexb a écrit:
Et moi je reste tellement attaché à Klemperer pour la grandeur, la clarté infinie de la polyphonie, cette verticalité confondante qui supporte le drame et le scande.

Dommage que Gedda soit si récitaliste, éthéré dans une posture d'Evangéliste mozartien. Parce que j'adore par ailleurs et la lumière de Janowitz, et le caractère sanguin de Popp, et la tranquille bonhomie de Berry, et la noblesse fauve de Crass.

A Böhm aussi, d'ailleurs ; mais plus à Böhm I (l'idéale version viennoise selon la tradition, à mon sens, ne serait-ce que pour la tension féminine de Güden et le Tamino rayonnant de Simoneau) qu'à Böhm II (tellement international, attendu pour ne pas dire attentiste et, ce, malgré DFD).

A Karajan, enfin ; dramatique à l'extrême, fervent, furieux, mettre d'une brosse large alimentée par une palette totale. Et quel plateau ! Seefried tendu jusqu'à se briser l'âme, comme émerveillée d'elle-même, Dermota mâle et princier, Kunz léger comme une plume de son habit mais profond, aussi (quelle largeur de chant/champ) et Lipp traditionnelle jusqu'à la nausée (mais c'est ça, la gloire de la "Flûte" ; elle alimente la nostalgie, valorise la tradition autant qu'elle offre la possibilité de la transgresser).

Et une place à part pour la Pamina de Stich-Randall à Vienne, délicieuse, instrumentale et comédienne comme on en aura peu, en fait, dans la discographie !

Merci pour l'ensemble de tes commentaires sur la discographie que ce soit dans ce message ou dans les autres. Böhm II est encensée par la critique généralement, tu te situes donc à contre-courant de celle-ci. Que penses t de la version de Solti avec Burrows, Lorengar, Deutekom, Prey et Talvela en particulier et de la version Levine avec Tappy, Cotrubas, Donat, Boesch, Talvela et Van Dam notamment? Les deux seules versions que j'ai entendu en intégralité sont celles de Levine et celle de Sawallisch (sa version de studio évidemment entendue sur Radio Classique il y a quelques années, une réécoute sera nécessaire si je veux en parler). Cet opéra n'est pas du tout celui que je préfère chez Mozart. Dans le genre singspiel, je préfère beaucoup plus L'Enlèvement au sérail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 7 Jan 2011 - 18:06

Musicalement je préfère de loin la Flute à l'Enlévement au sérail.
La version Levine vaut pour ses deux protagonistes Tamino et Pamina de Cotrubas et Tappy, sans oublier Talvela qui avec Kurt Moll mon Sarastro favori. L'orchestre de Vienne est splendide et il en est de méme de la version Solti Decca1 qui est peut étre la version de la flute que je préfère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 7 Jan 2011 - 18:13

ojoj a écrit:
Musicalement je préfère de loin la Flute à l'Enlévement au sérail.
La version Levine vaut pour ses deux protagonistes Tamino et Pamina de Cotrubas et Tappy, sans oublier Talvela qui avec Kurt Moll mon Sarastro favori. L'orchestre de Vienne est splendide et il en est de méme de la version Solti Decca1 qui est peut étre la version de la flute que je préfère.

Tappy, bien sûr ; mais c'est tellement convaincant en dvd, sans les longs tunnels des dialogues de la version cd ; tellement habité, vivant, frémissant, etc. Y compris dans une naïveté assumée !

http://www.amazon.fr/Mozart-Zauberfl%C3%B6te-Kinder-Salzburger-Festspiele/dp/B000RNUFXW

Le problème de la version Solti, pour moi, c'est qu'elle épuise par excès de couleurs, de dynamiques ; cela quand le chef et les chanteurs soient réellement responsables, à mon sens. Moins que la prise de son DECCA, jusqu'au-boutiste, clinquante, etc. Tout ce qui nuit, ici, à la poésie d'un chef-d'oeuvre qui reste fragile et friable entre tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22942
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 7 Jan 2011 - 18:25

bAlexb a écrit:
Tappy, bien sûr ; mais c'est tellement convaincant en dvd, sans les longs tunnels des dialogues de la version cd ; tellement habité, vivant, frémissant, etc. Y compris dans une naïveté assumée !

Que penses tu des autres chanteurs de la version de studio?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 7 Jan 2011 - 18:32

aurele a écrit:
bAlexb a écrit:
Tappy, bien sûr ; mais c'est tellement convaincant en dvd, sans les longs tunnels des dialogues de la version cd ; tellement habité, vivant, frémissant, etc. Y compris dans une naïveté assumée !

Que penses tu des autres chanteurs de la version de studio?

Qu'ils sont bons ; très bons même (Talvela évidemment, rayonnant d'humanité quand bien même j'ai tendance à préférer des Sarastro plus humains et moins [ou pas seulement] marmoréens ; Cotrubas, aussi qui trouve un bel espace d'expression à sa légèreté et sa fêlure naturelle ; Boesch qui fait du Berry ; Donat à connaître). Mais ce n'est pas forcément "ma" version tu l'as déduit de ce que j'ai écrit plus haut.

Dans une optique plus ou moins similaire, je recommande le dvd Sawallisch chez DG... et pour les amateurs du grand écart (mais que la voix y est incarné et bien traité, par-dessus tout), celui d'Harnoncourt en provenance de Zurich !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 7 Jan 2011 - 18:38

Attention Tappy n'apparair à ma connaissance dans aucun dvd de la Flute scratch ...il n'a fait que l'enregistrer en studio avec Levine.

Quand au dvd que tu montres, je l'ai à la maison, il s'agit juste d'une présentation avec extraits de l'opéra, de la Fute à des enfants Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8355
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 7 Jan 2011 - 18:43

ojoj a écrit:
Attention Tappy n'apparair à ma connaissance dans aucun dvd de la Flute scratch ...il n'a fait que l'enregistrer en studio avec Levine.

Je sais que c'est Schreier qui a été filmé ; mais j'avoue que Tappy ne me fait pas me relever la nuit Embarassed ...

http://www.amazon.fr/Flute-Enchant%C3%A9e-Wiener-Philharmoniker/dp/B0009XSMBW/ref=sr_1_4?ie=UTF8&qid=1294422184&sr=1-4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6866
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 7 Jan 2011 - 19:46

ojoj a écrit:
Musicalement je préfère de loin la Flute à l'Enlévement au sérail.
La version Levine vaut pour ses deux protagonistes Tamino et Pamina de Cotrubas et Tappy, sans oublier Talvela qui avec Kurt Moll mon Sarastro favori. L'orchestre de Vienne est splendide et il en est de méme de la version Solti Decca1 qui est peut étre la version de la flute que je préfère.
A mon sens, la version Solti I est en tête de la discographie pour les chanteurs, le chef et la prise de son. En 2ème position la version Sawallisch et en 3ème, la version Böhm II.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1172
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   Ven 7 Jan 2011 - 21:06

bAlexb a écrit:
Le problème de la version Solti, pour moi, c'est qu'elle épuise par excès de couleurs, de dynamiques ; cela quand le chef et les chanteurs soient réellement responsables, à mon sens. Moins que la prise de son DECCA, jusqu'au-boutiste, clinquante, etc. Tout ce qui nuit, ici, à la poésie d'un chef-d'oeuvre qui reste fragile et friable entre tous !

+1
Les voix sont trop grandes, manquent de filé et de fluidité, tout est concentré vers le médium.
Decca à l'époque pouvait très bien enregistrer (comme l'Orféo avec Horne), c'est soit lié aux ingénieurs à Vienne ou à l'acoustique là bas, ou les souvenirs du Ring...
Dans cette perspective, Böhm II est très beau (surtout pour l'époque).
Sawallisch a les plus beaux dialogues pour moi, une distribution 100% germanophone, germanique même à part Berry.

Pas facile d'établir un classement des Flûtes, il fût une période où je les achetais toutes, à trouver la version idéale... et elle n'existe pas!
J'aime beaucoup de choses dans la version Klemperer et j'avais fait une création hybride avec les dialogues de Sawallisch (ça colle en timing, mais pas toujours en timbres, Popp/Moser surtout, par contre on a Berry complet).

La version de Mackerras est intéressante, que des anglophones en allemand, mais un bel esprit d'équipe, une version bien équilibrée avec la Reine de June Anderson (que l'on entend dans le film Amadeus mais en anglais mais pas dans la BO sur disque!).

Gardiner aussi est plaisant.

J'ai aussi une belle version Live de Vienne en stéréo (radio) avec Güden, Haflinger et Talvela.

J'attends que d'autres sortent! (Jacobs ça n'a pas été concluant pour moi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mozart - Die Zauberflöte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mozart - Die Zauberflöte
Revenir en haut 
Page 12 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 16 ... 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mozart - Die Zauberflöte
» Die Zauberflöte
» Mozart : sérénades et divertimenti
» Ecoute comparée - Mozart: Sonate n°11, K.331
» Mozart: Messe du Couronnement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: