Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Maurice Ohana (1913-1992)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ravélavélo
Mélomane chevronné
Ravélavélo

Nombre de messages : 5174
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Sam 15 Déc 2018 - 14:26

Je suis tout-à-fait d'accord avec le commentaire ci-haut de Rav-phaël, le concerto 'Les Trois Graphiques' d'Ohana est une oeuvre d'une grande originalité, la guitare lui confère un caractère exotique et les percussions un caractère primitif.
Une belle entrée en matière dans le domaine si particulier de la musique du XXe siècle.
L'oeuvre date de 1957.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 31 Déc 2018 - 2:25

Après la remontée du fil (suite au post de Ravelavélo), je me suis procuré le coffret Erato (je commence demain).

J'ai forcément déjà entendu du Ohana - je me souviens que quand j'ai commencé à m'intéresser à la musique contemporaine (soit quelques années avant la mort d'Ohana), c'était un compositeur assez unanimement apprécié (avec Dutilleux, c'était un peu le seul non-(post-)sériel/spectral respecté par les amateurs de boulézeries©), et que la singularité de sa figure (les racines hispaniques et méditerranéennes de sa musique, son tropisme pour des musiques rituelles extra-occidentales...) était souvent mise en avant. Mais bizarrement, il ne m'en reste aucun souvenir (ni positif, ni négatif.) Du coup, je vais voir - mais si vous avez des pistes d'écoute ou des suggestions alternatives, je suis preneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83233
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 31 Déc 2018 - 2:29

Mes œuvres préférées, d'assez loin: Llanto et le Livre des prodiges.
Mais tu vas découvrir et peut-être avoir d'autres préférences...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17093
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 31 Déc 2018 - 12:22

les Signes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2232
Age : 54
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 31 Déc 2018 - 14:52

J'ai quelques CD dédiés à Ohana. Il y a des années que je ne les ai plus écoutés, mais j'ai gardé un excellent souvenir des Signes, du Livre des prodiges, déjà cités, mais aussi d'une oeuvre de chambre pour cor, hautbois et clavecin, Sacral d'Ilx.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Jeu 3 Jan 2019 - 1:56


Llanto por Ignacio Sánchez Mejías (1949-50) pour baryton, récitant, chœur de femmes et petit orchestre (a).
Signes (L’Arbre) (1965) pour flûte/piccolo, 2 cithares en 1/3 ton et chromatique, piano et 4 percussions
(b).

Michel Jarry (baryton), José Luis Gómez (récitant), Elisabeth Chojnacka (clavecin), Theodor Guschlbauer / Ensemble “Ars Nova” de l’ORTF, Jean-Paul Kreder / Chœur (a).
Marius Constant / Ensemble “Ars Nova” de l’ORTF: Michel Debost (flûte), Christian Ivaldi (piano), Monique Rollin (cithares), Jean-Pierre Drouet, Sylvio Gualda, Boris de Vinogradov, Gaston Sylvestre (percussions) (b).
Paris, VII.1977 (a), 1967 (b)
Erato


Je ne suis pas du tout entré dans le Llanto - peut-être parce que c’est une musique essentiellement déclamatoire dans une langue que je ne connais pas du tout: ça doit sans doute être très frappant si l’on est hispanophone. Musicalement, ça fait beaucoup penser au langage du Falla le plus moderniste, mais avec quelque chose du Stravinsky des Noces ou d’Œdipus rex. Mais je n’ai pas trouvé grand-chose à quoi me raccrocher, qu’il s’agisse du style vocal, mi-récitatif mi-psalmodique, passablement abrasif, ou de l’accompagnement instrumental trop linéaire et «épisodique» (malgré de belles lignes tortueuses dans la petite harmonie et la coda, plus étoffée); j’ai en fait une impression de «trop ou pas assez»: musique trop austère pour ce qu’elle a de potentiellement chatoyant ou complexe - ou l’inverse. (Et puis, c’est un peu long.)

En revanche, j’ai beaucoup aimé Signes! Une œuvre kaléidoscopique, avec des textures très typées et des couleurs âpres mais belles qui ne cessent de se recombiner pour créer de nouveaux alliages et de nouvelles constellations sonores - et avec une très forte prégnance rythmique, parfois presque jazz. À l’inverse du Llanto, j’ai trouvé que ça parvenait à maintenir un intérêt constant et ménageait beaucoup de points de repère, malgré une écriture assez complexe et mouvante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83233
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Jeu 3 Jan 2019 - 2:04

Benedictus a écrit:

Je ne suis pas du tout entré dans le Llanto - peut-être parce que c’est une musique essentiellement déclamatoire dans une langue que je ne connais pas du tout: ça doit sans doute être très frappant si l’on est hispanophone. Musicalement, ça fait beaucoup penser au langage du Falla le plus moderniste, mais avec quelque chose du Stravinsky des Noces ou d’Œdipus rex. Mais je n’ai pas trouvé grand-chose à quoi me raccrocher, qu’il s’agisse du style vocal, mi-récitatif mi-psalmodique, passablement abrasif, ou de l’accompagnement instrumental trop linéaire et «épisodique» (malgré de belles lignes tortueuses dans la petite harmonie et la coda, plus étoffée); j’ai en fait une impression de «trop ou pas assez»: musique trop austère pour ce qu’elle a de potentiellement chatoyant ou complexe - ou l’inverse. (Et puis, c’est un peu long.)

Austère?
Bizarre, pour moi c'est hyper expressif au contraire, avec un dispositif instrumental original et une harmonie riche et tendue.

Benedictus a écrit:

En revanche, j’ai beaucoup aimé Signes! Une œuvre kaléidoscopique, avec des textures très typées et des couleurs âpres mais belles qui ne cessent de se recombiner pour créer de nouveaux alliages et de nouvelles constellations sonores - et avec une très forte prégnance rythmique, parfois presque jazz. À l’inverse du Llanto, j’ai trouvé que ça parvenait à maintenir un intérêt constant et ménageait beaucoup de points de repère, malgré une écriture assez complexe et mouvante.

Encore l'inverse pour moi, ça me les brise bien. Mr. Green (plus vraiment d'harmonie…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Jeu 3 Jan 2019 - 2:30

Xavier a écrit:
Austère?
Ben oui, comparé à ses contemporains Messiaen ou Dutilleux, ça n'est vraiment pas chatoyant.

Xavier a écrit:
pour moi c'est hyper expressif au contraire
Oui, ça, on est d'accord. Mais d'un expressivité qui m'a semblé passer quasi exclusivement par des procédés déclamatoires pas franchement lyriques, expansifs ou chaleureux: la lecture «à nu», le style récitatif scandé du baryton, la psalmodie stravinskienne du chœur, ça fait un ensemble assez abrasif (que j'aurais pu beaucoup apprécier, d'ailleurs, si ça avait été dans une langue et un univers poétique où j'aie un minimum de repères.)

Xavier a écrit:
avec un dispositif instrumental original et une harmonie riche et tendue.
Ça, je ne l'ai pas vraiment perçu - enfin, le dispositif instrumental original (quoique pas séduisant - comparé au Livre des prodiges dont je suis en train d'écouter le début, ça sonne sacrément sec), si; l'harmonie tendue, si; riche, en revanche, j'ai eu au contraire l'impression de quelque chose d'un peu ascétique - vraiment dans la lignée du Falla du Concerto ou des Tréteaux.

Xavier a écrit:
Encore l'inverse pour moi, ça me les brise bien. Mr. Green (plus vraiment d'harmonie…)
Ça, c'était un peu prévisible... Mr. Green
Oui, en effet, plus vraiment d'harmonie, mais comme je le disais, plutôt des agrégats de textures et de coloris (pour le coup, très originaux - les cithares, les différentes textures de percussions...) qui se recomposent sans cesse - avec quand même une écriture rythmique très persuasive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83233
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Jeu 3 Jan 2019 - 2:51

Benedictus a écrit:

Xavier a écrit:
avec un dispositif instrumental original et une harmonie riche et tendue.
Ça, je ne l'ai pas vraiment perçu - enfin, le dispositif instrumental original (quoique pas séduisant - comparé au Livre des prodiges dont je suis en train d'écouter le début, ça sonne sacrément sec), si; l'harmonie tendue, si; riche, en revanche, j'ai eu au contraire l'impression de quelque chose d'un peu ascétique - vraiment dans la lignée du Falla du Concerto ou des Tréteaux.

Moins chatoyant que Dutilleux et Messiaen et que de l'orchestre complet, oui c'est sûr, ascétique, dans un sens oui tu as raison, mais pour moi moins austère que les Signes et le Ohana plus atonal qui vient après...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86812
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Jeu 3 Jan 2019 - 17:34

Benedictus a écrit:
Je ne suis pas du tout entré dans le Llanto - peut-être parce que c’est une musique essentiellement déclamatoire dans une langue que je ne connais pas du tout: ça doit sans doute être très frappant si l’on est hispanophone. Musicalement, ça fait beaucoup penser au langage du Falla le plus moderniste, mais avec quelque chose du Stravinsky des Noces ou d’Œdipus rex. Mais je n’ai pas trouvé grand-chose à quoi me raccrocher, qu’il s’agisse du style vocal, mi-récitatif mi-psalmodique, passablement abrasif, ou de l’accompagnement instrumental trop linéaire et «épisodique» (malgré de belles lignes tortueuses dans la petite harmonie et la coda, plus étoffée); j’ai en fait une impression de «trop ou pas assez»: musique trop austère pour ce qu’elle a de potentiellement chatoyant ou complexe - ou l’inverse. (Et puis, c’est un peu long.)

Non, même avec un peu d'espagnol, effectivement on est dans le mauvais Stravinski, ça ne me touche pas du tout, je trouve ça assez uniforme.

(Mais chez Ohana, j'aime surtout les solos, guitare, piano.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Ven 4 Jan 2019 - 19:24


Livre des prodiges (1978-79) pour orchestre
Stanisław Skrowaczewski / Orchestre National de France
Paris, IX.1981
Erato


Très, très beau, très accessible aussi. On est vraiment dans quelque chose de très français - on pense souvent à Messiaen (les trois Clair de terre, en particulier) et surtout à Dutilleux pour l’économie générale des coloris orchestraux et des effets de tuilages, d’échos et de mouvement «cinétique» (mais avec quelque chose de moins «coulé», de plus fragmenté dans le discours); pas mal d’effets d’écriture post-Sacre aussi. (Après, on pourrait peut-être trouver ça, du coup, moins personnel ou moins typé que le Llanto ou Signes.)

À l’écoute (et dès la première écoute), on est de bout en bout séduit par l’écriture orchestrale (raffinée, mais avec cependant des textures parfois rugueuses et des timbres parfois crus), mais sans que ça vire jamais à l’hédonisme étale: c’est au contraire toujours extrêmement animé et l’attention ne faiblit jamais.

Vraiment quelque chose qu’on aimerait entendre au concert - ou, au disque, avec un orchestre plus virtuose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2232
Age : 54
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Ven 4 Jan 2019 - 23:06

Benedictus a écrit:

Vraiment quelque chose qu’on aimerait entendre au concert - ou, au disque, avec un orchestre plus virtuose.

La version de Tamayo avec l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg est — du moins dans mon souvenir (c'est lointain) — mieux maîtrisée que celle de Skrowaczewski où l'ONF est en effet assez ingrat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83233
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Ven 4 Jan 2019 - 23:54

Benedictus a écrit:

Vraiment quelque chose qu’on aimerait entendre au concert

Carrément!

Ohana est scandaleusement oublié des salles de concert, notamment symphoniques, et le Livre des prodiges est en tête des œuvres qu'on devrait y jouer, je suis d'accord.

Sinon, ce coffret est très bien, mais effectivement on peut souvent trouver de meilleures versions, en général Tamayo. (et Hayrabedian dans certaines œuvres vocales)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Sam 5 Jan 2019 - 0:12

Oui, on se demande vraiment pourquoi les grands chefs qui dirigent et enregistrent Messiaen ou Dutilleux ne jouent jamais ça - je pense par exemple à Chung ou Salonen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83233
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Sam 5 Jan 2019 - 0:13

Oui, ou Janowski, Rophé, Metzmacher…
Le nom parle moins aux gens, je ne vois que ça. (il y a peut-être moins d'œuvres géniales que chez Dutilleux et Messiaen, mais il y en a...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Sam 5 Jan 2019 - 0:25

Rophé, Metmacher, il me semble qu'ils sont un peu plus dans le contemporain méchant, quand même (mais du coup, ils pourraient donner Signes.)

Ou bien Roth - le Ohana du Livre des prodiges ferait un assez bon chaînon manquant entre Debussy et Pécou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83233
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Sam 5 Jan 2019 - 0:27

Rophé fait beaucoup de Dutilleux, Metzmacher a enregistré les Eclairs de Messiaen et le seul DVD existant de Saint-François…
Roth, oui, bien sûr aussi.
Bon, maintenant on a soufflé l'idée à tous ces braves gens qui nous lisent certainement. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frgirard
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Dim 6 Jan 2019 - 12:29

Xavier a écrit:
Benedictus a écrit:

Vraiment quelque chose qu’on aimerait entendre au concert

Carrément!

Ohana est scandaleusement oublié des salles de concert, notamment symphoniques, et le Livre des prodiges est en tête des œuvres qu'on devrait y jouer, je suis d'accord.

Sinon, ce coffret est très bien, mais effectivement on peut souvent trouver de meilleures versions, en général Tamayo. (et Hayrabedian dans certaines œuvres vocales)

Bonjour,

Pas à Marseille grâce à Roland Hayrabedian.


Miroir de Célestine
Llanto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83233
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Dim 6 Jan 2019 - 12:57

J'ai probablement une vision un peu parisienne des choses, et je me dis à tort que ce qui n'est pas joué à Paris n'est pas joué tout court…

Sinon, il nous manque justement son opéra La Célestine, que ce soit au disque ou au concert. (il existe un numéro de l'Avant-scène opéra, mais à quoi bon??)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frgirard
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Dim 6 Jan 2019 - 13:10

Xavier a écrit:
J'ai probablement une vision un peu parisienne des choses, et je me dis à tort que ce qui n'est pas joué à Paris n'est pas joué tout court…

Sinon, il nous manque justement son opéra La Célestine, que ce soit au disque ou au concert. (il existe un numéro de l'Avant-scène opéra, mais à quoi bon??)

Ce n'est pas une vision parisienne, je partage la même vision. Qui joue Koechlin, Fauré ou Debussy par exemple ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83233
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Dim 6 Jan 2019 - 15:08

Heu, Debussy quand même… Il fait même partie des compositeurs les plus joués.
Fauré ça dépend quoi, le piano et la musique de chambre sont très joués.
Koechlin très rarement mais il y a eu du progrès dernièrement. (un peu de symphonique à la Philharmonie, deux fois le Quintette avec piano en deux ans)

Ohana est encore moins joué que Koechlin… ne parlons pas de Landowski.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav-phaël
Mélomane chevronné
Rav-phaël

Nombre de messages : 6450
Age : 25
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 7 Jan 2019 - 19:07

En ce qui me concerne, ce sont les Cantigas que je veux te vendre absolument. Ça reste encore mon oeuvre favorite ! Une écriture sublime du choeur, des textures orchestrales et couleurs instrumentales comme j'aime (sobres et primitives, non moins sublimes pour autant). Un objet merveilleux d'équilibre, de justesse, de richesse, théâtral autant qu'évasif, etc.

Enregistré récemment par l'ensemble La Tempête, avec Messe de Stravinsky (j'adore !) et quelques pièces de Machaut et Le Sage. Très bel album.



Miroir de Célestine pour clavecin et trente deux instruments de percussions est aussi intéressant ! De mémoire. Je l'ai peu fréquenté, mais conserve un sentiment fort de reviens–y.

Ah ! ça me reviens, soudain. Je te conseille aussi, chez Timpani :



Ohana se fait Dutilleux ! In Dark and Blue, Concerto pour violoncelle et orchestre. J'aime énormément !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 7 Jan 2019 - 19:18

Noté! (Mais là, pour les Cantigas, je n'ai sous la main que la vieille version Couraud.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 8949
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 7 Jan 2019 - 19:32

Je viens de me souvenir que j'avais ses quatuors à cordes ! Rolling Eyes
Qu'il va falloir réécouter. Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav-phaël
Mélomane chevronné
Rav-phaël

Nombre de messages : 6450
Age : 25
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 7 Jan 2019 - 19:33

Benedicus. Je dirais presque que j'ai peur ^^ , surtout une oeuvre aussi bellement subtile et équilibrée (je trouve), La Tempête offre un enregistrement si bien léché, je ne retrouve pas autant de cette légèreté/préciosité hédoniste avec Cauraud ; c'est mon côté ravélien, définitivement, je dois préférer les esthétiques mécanisées, je passe plus facilement par la forme pour obtenir la sensation, et le sentiment. Alors, quand je me suis attaché à une interprétation, un certain rendu... et que l'autre est, de fait, moins léchée hehe ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 7 Jan 2019 - 20:13

Bon, je vais donc tâcher de suspendre mon jugement jusqu'à avoir entendu l'interprétation de La Tempête. (Cela dit, des versions pas trop léchées, si c'est intense, j'aime autant.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav-phaël
Mélomane chevronné
Rav-phaël

Nombre de messages : 6450
Age : 25
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Lun 7 Jan 2019 - 20:19

Je dis ça surtout parce que je serais triste que ça ne te plaise pas, mais bon, on n'y peut rien et tu as le droit Smile . Quand on aime, hein Wink . Je voudrais les meilleures conditions, pour moi, mais je ne peux me référer qu'à ma propre expérience. J'attends avec impatience la tienne ! Bonne ou mauvaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frgirard
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Mar 8 Jan 2019 - 12:09

Ohana n'a pas pu résister (en fait, j'en sais rien) au préludes et études pour piano seul (et avec percussion)

Audible par Prodromos Symeonidis chez Télos en deux CD.

CD1 Sonatine monodique. 3 Caprices. 24 Préludes. So Tango
CD2 12 Etudes (10 et 11 avec percussion)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Mar 12 Fév 2019 - 0:38


Livre des Prodiges (1979) pour orchestre
Arturo Tamayo / Orchestre Philharmonique du Luxembourg
Luxembourg, I-II.2000
Timpani


Sur le fond de choses à rajouter à ce que je disais de l’œuvre proprement dite lors de ma première écoute (par Skrowaczewski et l’ONF) - mais cet enregistrement en exalte bien mieux toutes les qualités d’écriture: l’image orchestrale y gagne en complexité (avec des strates et des textures plus finement différenciées, des arrière-plans mieux définis, des équilibres plus soignés), en richesse instrumentale (les timbres y ont davantage de couleurs, ce qui donne aux alliages une qualité de chatoiement supérieure, les textures y sont beaucoup plus variées et avec des grains bien plus savoureux) et enfin la lecture est plus animée et vivante, avec des gradations dynamiques remarquablement maîtrisées et des phrasés, des accents beaucoup plus contrastés. La prise de son, très détaillée, souligne encore ces qualités.

Ainsi jouée, l’œuvre gagne vraiment en personnalité: l’attention est sans cesse sollicitée par des effets sonores singuliers, et l’on est beaucoup moins tenté d’y entendre du simili-Messiaen (ou Dutilleux, ou Stravinsky) - et du coup, on se dit vraiment qu’on tient là une œuvre majeure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7605
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Dim 24 Fév 2019 - 0:50

J’ai enfin pu mettre la main sur cet enregistrement recommandé par Rav-phaël:


Cantigas (1954) pour solistes, chœur mixte et orchestre
Claire Lefilliâtre (soprano), Anna Reinhold (mezzo-soprano), Simon-Pierre Bestion / La Tempête
Paris, III.2016
Alpha


En effet, une très belle œuvre. C’est très influencé par Stravinsky dans les frottements harmoniques et rythmiques d’ensemble, mais aussi très personnel dans le détail du fait d’une écriture instrumentale très variée et colorée et d’une écriture vocale à la fois plus éruptive et plus ornementée (à l’opposé du lissé austère du Stravinsky choral.)

À l’orchestre, en effet, ça foisonne de contrastes de timbres et de texture - avec cette spécificité très ohanienne qui consiste à tirer un effet global de chatoiement coloriste de matériaux sonores pourtant bruts et rugueux (les alliages entre les vents et les percussions sont de ce point de vue-là assez éloquents.) Quant aux parties vocales, elles sont d’une remarquable variété, tantôt très «frontales» (on pense presque, parfois à des Carmina burana bien écrits), tantôt très lyriques (dans tout ce que le terme peut receler de sens contradictoires - aussi bien celui de l’intensité expressive que celui de la vocalisation opératique.)

Il faut aussi souligner l’excellence de cette interprétation: la précision de la mise en place, l’aération du spectre, l’attention portée aux textures instrumentales bénéficient ici manifestement de la pratique de musiciens «historiquement informés» dans des répertoires anciens. (J’ai écouté quelques extraits de la version Couraud, pour comparer: méritoire et investie, certes, mais tellement opaque...)

Pour le reste du disque:
 

Donc, vraiment un disque à classer à Ohana - pour une version détaillée et somptueuse d’une œuvre belle et personnelle. Grand merci à Rav-phaël pour la recommandation!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav-phaël
Mélomane chevronné
Rav-phaël

Nombre de messages : 6450
Age : 25
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   Dim 24 Fév 2019 - 9:08

Benedictus a écrit:

J’ai enfin pu mettre la main sur cet enregistrement recommandé par Rav-phaël


C'était indispensable !


Je me souviens de l'époque où j'étais grand admirateur de Sergiu Celibidache ; un principe de composition qu'il lui semblait rigoureusement indispensable de respecter. Le principe d'équilibre entre les moments de tension et de détente. Que toute distance parcourue en grimpant une montagne devra être parcourue en descente. Qu'à toute mise en tension doit correspondre une égale mise en détente, équilibrés dans le poids qu'ils ont l'un sur l'autre et sur le moment musical.

Je dis cela parce que, parmi ce que j'admire dans Cantigas, Maurice Ohana respecte en virtuose ce principe d'équilibre de ces deux puissances. C'est remarquable ! Ça m'a sauté aux oreilles dès la première écoute, et ça me bluffe toujours.

Parce qu'il y s'agit de subtilité en plus, dans les grands enchainements d'accords surtout, où chaque note et chaque rencontre harmonique d'intervalles semble poursuivre, indépendamment, ce dessein compositionnel. Ça créer une sensation ici enivrante ! Délirante parfois ! Merveilleuse pour moi, qui adore donc cette oeuvre et félicite cette interprétation, et qui suis ravi de lire Benedictus à mon réveil ce matin Very Happy !


De toute façon, une grande caractéristique de la musique de Maurice Ohana consiste justement en ce qu'elle naît d'un travail admirable sur des rapports de forces et d'énergies, de sculpture de ces puissances dans le temps musical.


Benedictus a écrit:

En revanche, j’avoue n’être pas trop fanatique de ce genre de disque qui mélangent - au lieu de simplement juxtaposer - des œuvres d’époques et de styles différents. Outre que l’argumentaire de la «liturgie réinventée», de la «nouvelle proposition de rite qui prend aux tripes» me laisse pour le moins dubitatif, je trouve que, musicalement, ça fonctionne assez mal: le Kyrie et le Gloria de la Messe de Stravinsky encadrés par ceux de la Messe de Notre Dame de Machaut tendent plutôt à annuler réciproquement leurs effets qu’à leur donner une profondeur - du coup j’ai écouté les œuvres en continuité.


Je trouve le couplage Maurice Ohana / Alfonso X El Sabio plus intéressant, se faisant souvent dans la continuité, voir même sans qu'on ne se rende compte être passé de l'un à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maurice Ohana (1913-1992)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maurice Ohana (1913-1992)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» micro Stimer Maurice Dupont
» Ouverture d'un atelier show-room Maurice Dupont à Paris
» Edged In Blue (1992)
» Maurice Bejart
» Jean Hubeau (1917-1992)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: