Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Gioacchino Rossini (1792-1868)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8471
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 9:34

Rubato a écrit:
Je ne connais (presque) rien de Rossini!...c'est grave docteur ? Neutral

Rien n'est jamais grave, dans l'absolu ; du moment que ça ne détermine pas un jugement de valeur (ex. "Rossini-c'est-pour-les-nuls") Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3960
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 10:02

@ rubato : Non car nous allons t'initier à son oeuvre Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8346
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 11:18

luisa miller a écrit:
@ rubato : Non car nous allons t'initier à son oeuvre Very Happy
Je suis partant ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8346
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 11:21

bAlexb a écrit:
Rubato a écrit:
Je ne connais (presque) rien de Rossini!...c'est grave docteur ? Neutral

Rien n'est jamais grave, dans l'absolu ; du moment que ça ne détermine pas un jugement de valeur (ex. "Rossini-c'est-pour-les-nuls") Wink .
Pas de jugement de valeur, non. Je suis juste resté à l'écart de ce compositeur, alors que je suis plutôt de nature curieuse (en musique). Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8471
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 11:39

Rubato a écrit:
bAlexb a écrit:
Rubato a écrit:
Je ne connais (presque) rien de Rossini!...c'est grave docteur ? Neutral

Rien n'est jamais grave, dans l'absolu ; du moment que ça ne détermine pas un jugement de valeur (ex. "Rossini-c'est-pour-les-nuls") Wink .
Pas de jugement de valeur, non. Je suis juste resté à l'écart de ce compositeur, alors que je suis plutôt de nature curieuse (en musique). Smile

Mais c'est un écart "volontaire" (je veux dire : motivé) ou c'est simplement dû au hasard, à ton avis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8346
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 12:36

bAlexb a écrit:
Rubato a écrit:
bAlexb a écrit:
Rubato a écrit:
Je ne connais (presque) rien de Rossini!...c'est grave docteur ? Neutral

Rien n'est jamais grave, dans l'absolu ; du moment que ça ne détermine pas un jugement de valeur (ex. "Rossini-c'est-pour-les-nuls") Wink .
Pas de jugement de valeur, non. Je suis juste resté à l'écart de ce compositeur, alors que je suis plutôt de nature curieuse (en musique). Smile

Mais c'est un écart "volontaire" (je veux dire : motivé) ou c'est simplement dû au hasard, à ton avis ?
Je ne sais pas vraiment; je pense que le peu que  j'en avais entendu (les "tubes") à une époque ne m'avait pas touché, et je n'ai jamais fait "l'effort" dire revenir.
...et pourtant je suis grand amateur d'opéra! Smile

Des conseils ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19787
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 12:41

J'imagine que tu connais un peu Le Barbier...

Dans le genre sérieux, Otello me semble une bonne piste... et pour revenir dans le plus léger, il FAUT connaître le Voyage à Reims! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8346
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 12:52

Polyeucte a écrit:
J'imagine que tu connais un peu Le Barbier...

Dans le genre sérieux, Otello me semble une bonne piste... et pour revenir dans le plus léger, il FAUT connaître le Voyage à Reims! Very Happy
Oui le Barbier, justement...que les extraits les plus connus, et je n'accroche pas.
...en fait c'est le moins léger que je chercherais plutôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3960
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 12:57

Dans ce cas : Sémiramide, Otello, Guillaume Tell, Maometto II par exemple

Hors opéra : petite messe solennelle et/ou Stabat Mater

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8471
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 13:38

luisa miller a écrit:
Dans ce cas : Sémiramide, Otello, Guillaume Tell, Maometto II par exemple

Hors opéra : petite messe solennelle et/ou Stabat Mater


Oui à tout ça ; pour moi, et s'il faut vraiment éliminer la veine légère (encore La Scala di setta & le Viaggio a Reims me paraissent assez incontournables ; comme L'Ingano felice & la Cambiale di matrimonio, le premier par Minkowski et le second par... Niquet siffle ), j'ajouterais quand même aussi Elisabetta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19787
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 13:44

Enfin Guillaume Tell, c'est peu comme Falstaf pour Verdi à mes yeux : est-ce vraiment du Rossini? On est dans le Grand Opéra clairement.

Et puis je trouve ça assez inintéressant...


Sémiramide, c'est un peu long aussi peut-être. Maometto II, pas encore découvert. Mais j'arrive pas à choisir une version pour franchir le cap Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3960
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 14:45

Pour Maometto celui de Ramey (1985). Le ROF a gravé le Maometto de Pertusi (celui de 1987) mais pour autant que je sache le CD est indisponible.

Sémiramide t'es dur là. Il y a les versions Caballé/Horne (malgré l'Assur de J.Rouleau) ou Sutherland/Horne (Avec l'impérial Ramey en Assur)qui sont considérées comme des références; il existe aussi la version du ROF enregistrée en 1992 avec Tamar/Scalchi/Kunde/Pertusi qui n'a rien à envier aux deux autres.

Oui Guillaume Tell c'est du grand opéra et alors Mr.Red ? Rossini a tiré sa révérence avec un panache fou Mr.Red : Pappano/Kinsley pour la version originale ou Muti/Zancanaro pour la version italienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8471
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 14:59

luisa miller a écrit:
Pour Maometto celui de Ramey (1985). Le ROF a gravé le Maometto de Pertusi (celui de 1987) mais pour autant que je sache le CD est indisponible.

Sémiramide t'es dur là. Il y a les versions Caballé/Horne (malgré l'Assur de J.Rouleau) ou Sutherland/Horne (Avec l'impérial Ramey en Assur)qui sont considérées comme des références; il existe aussi la version du ROF enregistrée en 1992 avec Tamar/Scalchi/Kunde/Pertusi qui n'a rien à envier aux deux autres.

Oui Guillaume Tell c'est du grand opéra et alors  Mr.Red ? Rossini a tiré sa révérence avec un panache fou Mr.Red : Pappano/Kinsley pour la version originale ou Muti/Zancanaro pour la version italienne

Le contraire, plutôt Wink ! (Pour Semiramide, la récente gravure Naxos-à-pris-tout-doux peut largement prétendre talonner Zedda à Pesaro ou Gand ; et j'avoue un petit faible pour le brillant/clinquant de Chailly dans Guglielmo Tell qui assume mieux le virage, la déviation/déviance par rapport à l'original que Muti, je trouve).
(EDIT: et pour Semiramide, en plus d'Aix, il y a la vidéo de la production du MET dirigée par Conlon : http://www.amazon.fr/Rossini-Semiramide-Conlon-Anderson-Metropolitan/dp/B00004Z4W9 & ; je n'ose pas ajouter Gruberova/Nightingale dirigée par Panni parce que j'ai un peu peur de me faire sortir tongue !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3960
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 15:05

Oups Embarassed . Entre l'article sur la Giovanna d'Arco de la Scala et l'interview de Ciofi j'ai le nez dans le guidon et je n'ai pas fait attention à ce que j'écrivais Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19787
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 15:42

luisa miller a écrit:
Pour Maometto celui de Ramey (1985). Le ROF a gravé le Maometto de Pertusi (celui de 1987) mais pour autant que je sache le CD est indisponible.

Moui... Ramey bien sûr... mais le reste de la distribution ne me fait par rêver

Citation :
Sémiramide t'es dur là. Il y a les versions Caballé/Horne (malgré l'Assur de J.Rouleau) ou Sutherland/Horne (Avec l'impérial Ramey en Assur)qui sont considérées comme des références; il existe aussi la version du ROF enregistrée en 1992 avec Tamar/Scalchi/Kunde/Pertusi qui n'a rien à envier aux deux autres.

Vous confondez... C'est Caballé/Horne/Ramey (avec coupures !), et Sutherland/Horne/Rouleau...
Mais j'adore Semiramide. C'est juste que 4h, ça peut être long quand on a pas l'habitude!

Citation :
Oui Guillaume Tell c'est du grand opéra et alors  Mr.Red ? Rossini a tiré sa révérence avec un panache fou Mr.Red : Pappano/Kinsley pour la version originale ou Muti/Zancanaro pour la version italienne

Mais le Grand Opéra, c'est génial... quand c'est bien fait! Mr.Red Là je ne trouve pas vraiment l'intérêt d'un Halévy ou Meyerbeer.

C'est longuet, sans grand bouleversement...
IL faut que je retente Pappano, mais à sa sortie, j'avais vraiment trouvé ça terne Confused (l'oeuvre, pas l'interprétation...)

bAlexb a écrit:
Le contraire, plutôt :Wink: ! (Pour Semiramide, la récente gravure Naxos-à-pris-tout-doux peut largement prétendre talonner Zedda à Pesaro ou Gand ; et j'avoue un petit faible pour le brillant/clinquant de Chailly dans Guglielmo Tell qui assume mieux le virage, la déviation/déviance par rapport à l'original que Muti, je trouve).
(EDIT: et pour Semiramide, en plus d'Aix, il y a la vidéo de la production du MET dirigée par Conlon : http://www.amazon.fr/Rossini-Semiramide-Conlon-Anderson-Metropolitan/dp/B00004Z4W9 & ; je n'ose pas ajouter Gruberova/Nightingale dirigée par Panni parce que j'ai un peu peur de me faire sortir tongue !)

Totalement d'accord pour Naxos... bluffant pour le rôle titre par exemple. les autres manquent un peu d'explosivité à mon goût, mais bon...
Et pour le MET, j'écoute régulièrement la bande son avec Gasdia/Horne/Ramey/Merritt... drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82888
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 15:56

Polyeucte a écrit:
Enfin Guillaume Tell, c'est peu comme Falstaf pour Verdi à mes yeux : est-ce vraiment du Rossini? On est dans le Grand Opéra clairement.

Et puis je trouve ça assez inintéressant...

L'ouverture est quand même très chouette. (et ça suffit amplement Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8471
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 16:17

luisa miller a écrit:
Oups Embarassed . Entre l'article sur la Giovanna d'Arco de la Scala et l'interview de Ciofi j'ai le nez dans le guidon et je n'ai pas fait attention à ce que j'écrivais Confused

Bah ! Si tu t'abrites derrière Ciofi, tu es sûre de bénéficier de toute ma bienveillance Wink !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19787
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 16:27

Xavier a écrit:
Polyeucte a écrit:
Enfin Guillaume Tell, c'est peu comme Falstaf pour Verdi à mes yeux : est-ce vraiment du Rossini? On est dans le Grand Opéra clairement.

Et puis je trouve ça assez inintéressant...

L'ouverture est quand même très chouette. (et ça suffit amplement Smile )

Oui, quelques passages isolés... mais alors tous les trucs avec ballet populaire, ça m'ennuie particulièrement...
Disons que condensé sur une heure ou deux, pourquoi pas. Mais là l'attention n'est pas retenue pour moi durant toute la grande durée de l'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3960
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Mer 9 Déc 2015 - 16:34

bAlexb a écrit:
luisa miller a écrit:
Oups Embarassed . Entre l'article sur la Giovanna d'Arco de la Scala et l'interview de Ciofi j'ai le nez dans le guidon et je n'ai pas fait attention à ce que j'écrivais Confused

Bah ! Si tu t'abrites derrière Ciofi, tu es sûre de bénéficier de toute ma bienveillance Wink !

Je ne m'abrite pas hehe . Je dois l'appeler d'ici à 25 minutes Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Adalbéron
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 801
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 4 Jan 2019 - 19:15

Je m'interrogeais : il y a assez régulièrement chez Rossini un déplacement de la virtuosité d'agilité vocale sur la virtuosité de prononciation rapide d'un texte (comme, par exemple, dans la deuxième partie des airs « A un dottor della mia sorte » et « Sia qualunque delle figlie »). Savez-vous si l'on trouve dans l'opéra italien des antécédents à ce type d'écriture ?

Ceci serait d'ailleurs probablement à rapprocher d'une certaine tendance chez Rossini à déconstruire le langage parlé, en « onomatopiant » un texte (comme si le sens se perdait progressivement au profit d'un langage fait de cellules rythmiques « pures ») ou même en ne réduisant plus le language qu'à une série d'onomatopées, figures sonores mimétiques élémentaires, qui semblent composer un langage quasiment inarticulé, au bord de l'éclatement (l'exemple paradigmatique étant probablement le finale de l'acte I de L'italiena in Algeri, /watch?v=gx1J88LfSug).
Evidemment, cela reste musicalement tout à fait rattachable à l'opéra italien du début du XIXe siècle, mais je suis toujours surpris par l'aspect quasiment dada de ces passages !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 4 Jan 2019 - 20:17

Je ne crois pas que ce [la virtuosité syllabique] soit rossinien (penser à demander à Colbran) : en fait, c'est caractéristique de l'écriture buffa italienne par opposition aux vocalises nobles sur une voyelle, sauf erreur de ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalbéron
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 801
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Ven 4 Jan 2019 - 21:25

D'accord. Very Happy

Connais-tu d'autres exemples, chez d'autres compositeurs (Rossini est quasiment le seul compositeur de buffa que je connaisse, j'avoue ma grande ignorance du sujet) ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Sam 5 Jan 2019 - 13:38

Adalbéron a écrit:
Je m'interrogeais : il y a assez régulièrement chez Rossini un déplacement de la virtuosité d'agilité vocale sur la virtuosité de prononciation rapide d'un texte (comme, par exemple, dans la deuxième partie des airs « A un dottor della mia sorte » et « Sia qualunque delle figlie »). Savez-vous si l'on trouve dans l'opéra italien des antécédents à ce type d'écriture ?

C'est ce que l'on appelle le sillabando (donc très exactement l'écriture à la syllabe), avec une élocution très rapide sur des hauteurs et notes égales. Le répertoire bouffe italien XIXe est assez mal documenté par le disque (hors des Rossini et Donizetti, pas énormément de choses), donc il est difficile d'en tirer des certitudes, je n'ai pas assez lu de partitions du temps pour dire si oui ou non cela est fréquent.

Ce que je constate, c'est que le procédé existe depuis longtemps (il y en a beaucoup chez Leporello et Masetto dans Don Giovanni, notamment dans les ensembles : à la fin de « Notte e giorno faticar » par exemple). On en trouve aussi dans le final du I de l'Elisir, bref, ce n'est pas que rossinien.

En revanche les rencontrer à ce point à nu, longuement, au milieu d'airs, je ne peux pas l'affirmer sans vérification, mais je ne suis pas sûr de l'avoir entendu ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   Sam 5 Jan 2019 - 13:47

Citation :
Ceci serait d'ailleurs probablement à rapprocher d'une certaine tendance chez Rossini à déconstruire le langage parlé, en « onomatopiant » un texte (comme si le sens se perdait progressivement au profit d'un langage fait de cellules rythmiques « pures ») ou même en ne réduisant plus le language qu'à une série d'onomatopées, figures sonores mimétiques élémentaires, qui semblent composer un langage quasiment inarticulé, au bord de l'éclatement (l'exemple paradigmatique étant probablement le finale de l'acte I de L'italiena in Algeri, /watch?v=gx1J88LfSug).
Evidemment, cela reste musicalement tout à fait rattachable à l'opéra italien du début du XIXe siècle, mais je suis toujours surpris par l'aspect quasiment dada de ces passages !

Là, je crois que c'est vraiment propre à la fantaisie rossinienne, décidément très variée. C'est surtout dans l'Italienne qu'on l'a à ce point de façon explicite, mais les cris, beuglements et confusions en tout genre sont en général très expansifs dans ses opere buffe, c'est tout à fait vrai. Là aussi, on peut en trouver des précédents (j'ai envie de mentionner Don Quichotte chez la Duchesse de Boismortier hehe ), mais difficilement des équivalents, en tout cas, encore une fois, pour ce que j'ai peu entr'apercevoir du répertoire.

Réellement dommage qu'on ne joue pas davantage de bouffe italien de qualité, au lieu de rejouer sans cette les mêmes ouvrages, pas forcément les meilleurs d'ailleurs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gioacchino Rossini (1792-1868)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gioacchino Rossini (1792-1868)
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Gioacchino Rossini, Cendrillon
» La gazza ladra (Rossini, 1817)
» Joseph Martin Kraus (1756 - 1792)
» Guillaume Tell (Rossini, 1829)
» Il viaggio a Reims (Rossini, 1825)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: