Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Charles Gounod (1818-1893)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
kougelhof 1er
Mélomane averti


Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 7 Fév 2007 - 16:34

J'aime son Opéra "Faust". J'ai un cd de la Collection Erato qui en présente des extraits par Alain Lombard et le Philarmonique de Strasbourg avec Caballé dans Marguerite. Le fameux Air des Bijoux me fait penser toujours à la Castafiore dans les BD de Tintin et le "Avant de quitter ces lieux" est pas mal aussi, entre autres. J'aime aussi les Choeurs "Ainsi que la brise légère". J'ai envie de dire plus français que Gounod, tu meurs ! Sinon j'ai également un cd Récital Sacré de Jessye Norman qui interprête notamment le "Repentir" de Charles Gounod ! Houla quelle beauté ! A vos Kleenex ! Sinon je ne connais rien d'autre ! J'ai souvent entendu que je ne pouvais pas ignorer les superbes Mélodies de Gounod ! Mais figurez-vous que je ne demande pas mieux ! Aidez-moi les amis à connaître encore mieux ce Gounod ! En tout cas je crois que ce Charles a créé une certaine mélodicité émouvante, harmonieuse bien française ! Ce compositeur a également composé 2 symphonies que je ne connais absolument pas et d'autres oeuvres lyriques ! Merci Gounod ! Et vous, vous aimez ?


Dernière édition par le Lun 26 Fév 2007 - 20:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
felyrops
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1855
Date d'inscription : 20/12/2006

MessageSujet: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 7 Fév 2007 - 17:15

Est-ce qu'il ne s'est pas fait prètre, comme Liszt?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kougelhof 1er
Mélomane averti


Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 7 Fév 2007 - 18:01

felyrops a écrit:
Est-ce qu'il ne s'est pas fait prètre, comme Liszt?
Je ne sais pas. Ceci dit je poste une biographie : merci wikipedia !

Charles Gounod est un compositeur français né à Paris le 17 juin 1818 et mort à Saint-Cloud le 18 octobre 1893.

Charles-François Gounod est le fils d'un peintre de talent, Fr-L. Gounod, et d'une femme distinguée qui fut son premier professeur de piano. Après avoir fait ses classes au lycée Saint-Louis, il étudia l'harmonie au Conservatoire de Paris avec Antoine Reicha, Jean-François Lesueur et Jacques Fromental Halévy. En 1837, il remporta le Grand Prix de Rome pour sa cantate Fernand. Il profita de son séjour à la Villa Médicis pour étudier notamment la musique religieuse, surtout celle de Palestrina. En 1839, il remporta le Grand Prix de composition musicale.

En 1859, fut joué au Théâtre-lyrique son Faust, Opéra d'après le drame de Goethe, dans lequel Marguerite est séduite par Faust après qu'il a vendu son âme au diable. Grâce à une superbe partition, incluant le célèbre air de Méphisto Le Veau d'or, l'air de Marguerite dit des bijoux — Ah ! je ris —, immortalisé à sa façon par La Castafiore de Hergé, le chœur des soldats et la musique de ballet de la Nuit de Walpurgis, le succès fut considérable : 70 représentations la première année. En 1867, il publia Roméo et Juliette, opéra d'après Shakespeare, dont les airs les plus connus sont la charmante valse de Juliette, Je veux vivre, et l'air du ténor L'amour, l'amour.

Si Gounod reste surtout réputé pour ses opéras, il composa également deux symphonies — dont la Petite symphonie pour dix instruments à vent (de 1885) — de la musique religieuse — dont son célèbrissime Ave Maria, non destiné à être interprété dans une église et dérivé du premier prélude du Clavier bien tempéré de Bach —, de nombreuses chansons et des arrangements sur des poèmes d'Alfred de Musset ou Victor Hugo, tels Venise, ô ma belle rebelle, D'un cœur qui aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kougelhof 1er
Mélomane averti


Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 7 Fév 2007 - 18:04

Liste d'oeuvres :

OPERAS

1858 Le Médecin malgré lui Théatre lyrique
1859 Faust Théatre lyrique Drame lyrique Il eut près de 200 représentations puis fut retouché en profondeur et repris en 1869 à l'opéra où il atteignit sa 500e représentation en 1887
1860 La Colombe Bade Repris à l'opéra comique en 1866
1861 Philémon et Baucis Théatre lyrique
1862 La Reine de Saba Opéra en quatre actes
1862 Mireille Théatre lyrique D'après un poème provençal de Mistral
1867 Roméo et Juliette Théatre lyrique Opéra en cinq actes Après une centaine de représentations, il fut vite monté dans les capitales belge et autrichienne et demeure à l'affiche des grandes scènes lyrique mondiales.
1872 Les Deux Reines Salle Ventadour Sur un drame de Legouve
1873 Jeanne d'Arc à la Gaité Opéra
1877 Cinq-Mars Opéra Comique Opéra
1878 Polyeucte Opéra
1881 Le Tribut de Zamora Opéra en quatre actes
1882 La Rédemption Birmingham Opéra
1897 Sapho Opéra

MUSIQUES RELIGIEUSES, INSTRUMENTALE, SYMPHONIQUE ET VOCALE

Messe de Jeanne d'Arc
Mors et Vita (Musique sacrée pour soli, chœur et orchestre, exécuté pour la première fois au Trocadéro en 1886)
Morceaux de musiques patriotiques
La statue de la Liberté, cantate (fut exécuté à New York au profit de la souscription pour l'érection de l'œuvre de M. Bartholdi)
Nombreuses mélodies sur des paroles françaises, italiennes ou anglaises qui furent éditées à Paris et à Londres. (citons : La Sérénade de Hugo, Le soir et Méditations d'après Lamartine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kougelhof 1er
Mélomane averti


Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 7 Fév 2007 - 18:12

Ecoutez-vous Gounod ? Qu'aimez-vous chez ce compositeur ? Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
felyrops
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1855
Date d'inscription : 20/12/2006

MessageSujet: Charles Gounod   Mer 7 Fév 2007 - 18:49

A peu près tout, c'est bien de sa génération...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kougelhof 1er
Mélomane averti


Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 7 Fév 2007 - 19:18

felyrops a écrit:
A peu près tout, c'est bien de sa génération...

Cher ami, peux-tu développer ? A part Faust, que me conseillerais-tu comme oeuvre lyrique ? Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 7 Fév 2007 - 22:38

Il y a peu d'amateurs par ici, alors je me dévoue. Wink

L'oeuvre qui m'enthousiasme le plus est sans doute la Reine de Saba, pour son ton de Grand Opéra. L'air d'Adoniram, le sabotage de la forge sont particulièrement saisissants. Le rapport entre la Reine et Soliman, aussi.

Sinon, beaucoup de tendresse pour Mireille, surtout le personnage d'Ourrias, vraiment intéressant dans sa grande scène du Val d'Enfer, et la scène de l'enchantement du Rhône, peut-être le chef-d'oeuvre du Gounod.

Faust, bien sûr, sur toutes les scènes, une belle réussite, très lyrique, sur le livret édulcoré mais efficace de Barbier & Carré.

Je suis moins impressionné par Roméo & Juliette, un peu plus lâche dramaturgiquement, et assez mou dans l'ensemble.


Gounod emploie une très jolie orchestration qui utilise très habilement les bois, ses modulations sont réalisées avec goût, ses récitatifs sont toujours soignés et marquants, meilleurs que les airs.
Sa faiblesse réside en réalité dans l'absence absolue d'invention rythmique, ce qui rend l'écoute de ses oeuvres religieuses particulièrement pénible (rectilignes à faire peur).

Gounod, bien que profondément croyant, n'était pas prêtre, il avait même ses habitudes dans les maisons de tolérance parisiennes.


Pour les oeuvres instrumentales seules, l'orchestre, pour les mêmes raisons, n'est pas extrêmement passionnant. En revanche, les quatuors sont délicieux, dans la très belle interprétation du Quatuor Danel (son magnifique).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
kougelhof 1er
Mélomane averti


Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 8 Fév 2007 - 16:19

Merci beaucoup David ! Il faut que j'écoute cette Reine de Saba après tes propos ! Et les fameuses Mélodies de Gounod ? En a-t-il écrites au moins ? Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 8 Fév 2007 - 21:39

J'aime beaucoup Gounod également, peu d'inventivité rythmique et d'innovations dans l'écriture, il est vrai, mais un si grand mélodiste!
Bonne idée que cette Reine de Saba...


[à la cantonade]


Celle-ci ?





Rien!
En vain, j'interroge en mon ardente veille,
David et le Créateur,
Pas une voix ne glisse à mon oreille
Un mot déflagrateur,
Je languis triste et solitaire,
Sans obtenir le renseignement,
Qui m'attache à ce garnement!
Je ne vois rien! Je ne sais rien!

Eh bien puisque David me fuit,
Pourquoi n'irais-je pas vers lui?

Saluuuuuuuut ô mon dernier mâtiiiiiiiiin!
J'arrive avec terreur,
Au terme du voyage
Et je suis, avec ce volage,
La victime de mon destin!


Sofraust


(il verse le contenu de son fiel dans une coupe de cristal. Au moment où il va porter la coupe à ses lèvres, la voix de David se fait entendre au-dehors...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80647
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 8 Fév 2007 - 22:02

sofro a écrit:
J'aime beaucoup Gounod également, peu d'inventivité rythmique et d'innovations dans l'écriture, il est vrai

Je connais très peu Gounod, mais écoutez le début de l'ouverture de Faust... du pur Wagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 8 Fév 2007 - 23:41

kougelhof 1er a écrit:
Merci beaucoup David ! Il faut que j'écoute cette Reine de Saba après tes propos ! Et les fameuses Mélodies de Gounod ? En a-t-il écrites au moins ? Merci !
Il en a écrit, mais disons que son côté tranquillement lyrique et peu inventif rythmiquement en fait un peu de l'eau tiède. Confused

Beaucoup de compositeurs d'opéra français de l'époque ont écrit des mélodies franchement insipides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 8 Fév 2007 - 23:58

sofro a écrit:
(il verse le contenu de son fiel dans une coupe de cristal. Au moment où il va porter la coupe à ses lèvres, la voix de David se fait entendre au-dehors...)

DAVSTOPHELES
Me voiciiiiiiii !
D'où vient ta surprise ?
Ne suis-je pas mis à ta guise ?
La plume acérée, le fiel sur plateau,
L'escarcelle pleine, des concerts inédits sur l'épaule -
En somme, un petit voyou-uuuuu-u-u-u-u-u-u-u !
Eh bien! Tonton, que me veux-tu?
Voyons ; parle !
Te fais-je peur?

SOFRAUST
Oui.

DAVSTOPHELES
Doutes-tu de ma scillen-ense ?

SOFRAUST
Jamais !

DAVSTOPHELES
Mets-la donc à l'épreuve.

SOFRAUST
Va-t'en !

DAVSTOPHELES
Fi !… c'est là ta reconnaissance!
Apprends de moi qu'avec David
L'on en doit user d'autre sorte,
Et qu'il n'était pas besoin
De l'appeler de si loin
Pour le mettre ensuite à la porte !

SOFRAUST
Et que peux-tu pour moi?

DAVSTOPHELES
Tout, tout… mais dis-moi d'abord
Ce que tu veux ? est-ce de l'inédit ?

SOFRAUST
Que ferais-je sans disque ?

DAVSTOPHELES
Bon, je vois où le bât te blesse !
Tu veux la dictillon ?

SOFRAUST
Plus encor !

DAVSTOPHELES
Le drââââme !

SOFRAUST
Non! je veux un trésor
Qui les contient tous!…
Je veux la valeur sûûûûûre !

DAVSTOPHELES
Rhaaaaaaaaaah ! Jugééééééééééééééééééé !

[N.B. : L'éditeur, considérant le drame trop développé, en a réalisé cette version réduite, légèrement coupée. Nous reproduisons l'intégralité de la scène dans cette édition critique.]


SOFRAUST
Non ! je veux un trésor
Qui les contient tous !
Je veux la valeur sûûûûûre !

DAVSTOPHELES
Fort bien ! fort bien ! fort bien !
Je puis contenter ton caprice.

SOFRAUST
Et que te donnerai-je en retour?

DAVSTOPHELES
Presque rien, presque rien:
Ici, je suis à ton service
Mais là-bas, tu seras au mien!

SOFRAUST
Là-bas ?

DAVSTOPHELES
Là-à-à-à-bas, là-bas, là-bas tu me suivrais!
Sur ton Haydn tu me prendrais,
et comme un brave à travers les classiques,
en croupe, tu m'emporterais !
Là-bas, là-bas sans la castagne,
tu n'y dépendrais de personne ;
point de tyran à qui tu doives obéir,
et point de remarque qui sonne
pour dire à Sofro qu'il est temps de fuir !
Le ciel ouvert, la vie errante,
pour pays tout l'univers, et pour loi ta volonté !
Et surtout la chose enivrante:
la liberté ! la liberté !
(d'écouter des vieux trucs rassis encensés par des critiques gâteux)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
kougelhof 1er
Mélomane averti


Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 0:02

Sinon j'ai également un cd Récital Sacré de Jessye Norman qui interprête notamment le "Repentir" de Charles Gounod

Ce "Repentir" ou "O Divine Redeemer" vous connaissez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 0:06

Sofro a écrit:
Celle-ci ?
Ah oui, tu veux peut-être une réponse Question

Ca va, ça va, j'arrive.

Je pratique surtout deux prises (dont l'une inédite et vraiment difficilement trouvable, passons...), avec Jeong-Wong Lee (Dynamic). Plateau très homogène, diction assez floue mais très bon français, voix vaillantes. Orchestre moyen mais tout à fait correct. Représentation sans faiblesses.

La version Plasson a très bonne réputation par ailleurs (avec Sarroca, tout de même !), probablement moins coupé si coupes il y a. Mais c'est prendre un risque d'avoir un ténor moins épatant (la Balkis étant déjà très bonne chez Dynamic).


On penche plus vers le Grand Opéra, c'est donc moins mélodique que Faust ou Mireille, mais on y trouve tout de même quelques passages qui devraient séduire votre coeur simple, les mots passant le long du flot vert, notamment le très bel air d'Adoniram, inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
felyrops
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1855
Date d'inscription : 20/12/2006

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 0:42

Et oui, vous avez raison, Gounod ne s'est pas fait prêtre, j'avais un lointain souvenir, et j'ai retrouvé ceci dans le n° juillet 1906 de Musica:
"Le court séjour qu'il fit aux Missions n'est qu'un incident sans portée dans sa vie. Il n'avait cédé qu'à grand'peine aux sollicitations de l'abbé Dumarsais (Saint-Eustache) et encore n'avait-il accepté le poste d'organiste qu'à l'expresse condition d'y être son propre maître et d'être en quelque sorte le curé de la musique. Bien plus caractéristique est la crise de mysticisme qu'il subit sous l'influence du Père Lacordaire.
Dans ce même n° de Musica il y a un portrait de lui où on voit nettement qu'il s'est fait tonsurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 0:55

Exact. J'ai fait une copie de la page en question pour que les autres puissent voir :

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 14:07

DavidLeMarrec a écrit:
Je pratique surtout deux prises (dont l'une inédite et vraiment difficilement trouvable, passons...), avec Jeong-Wong Lee (Dynamic). Plateau très homogène, diction assez floue mais très bon français, voix vaillantes. Orchestre moyen mais tout à fait correct. Représentation sans faiblesses.

La version Plasson a très bonne réputation par ailleurs (avec Sarroca, tout de même !), probablement moins coupé si coupes il y a. Mais c'est prendre un risque d'avoir un ténor moins épatant (la Balkis étant déjà très bonne chez Dynamic).

MEPHISOFRELES
Fort bien! fort bien! fort bien!
Tu peux contenter mon caprice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 14:22

Parmi vous, de grâce,
Permettez-moi de prendre place !
Que David d'abord achève sa chanson !
Moi, je vous en promets une, de ma façon !



Chanson de MEPHISOFRELES (ou du voyou d'or)

Le voyou d'oooooor sait parler de tout ;
On encense
Sa puissaaaaaaaaaaance
On encense
Sa puissaaaaaaaaaaaace
D'un bout du forum à l'autre bout !


[pam poum! pam poum! pam poum!]

Pour fêter l'infâme idole,
Jeunes et vieux confondus,
Au bruit de Takemitsu,
Dansent une ronde folle,
Autour de ce vandaaaaaaale !
Autour de ce vandaaaaaaale !

Et Xavier conduit le baaaaaaaal !
Conduit le bal!
Et Xavier conduit le baaaaaaaal !
Conduit le bal!


[poum!]

Le voyou d'oooooor est vainqueur des lieux ;
Dans sa gloire
Dérisoooooooooire
Dans sa gloire
Dérisoooooooooire
Le monstre Marrec insulte les baroqueux !


[pam poum! pam poum! pam poum!]

Il contemple ô race étrange!
A ses pieds le genre humain
Se ruant, Diapason d'or en main,
Dans les plus viles louanges
Où brille l'ardeeeeent métaaaaaal !
Où brille l'ardeeeeent métaaaaaal !

Et Xavier conduit le baaaaaaaal !
Conduit le bal!
Et Xavier conduit le baaaaaaaal !
Conduit le bal!


[poum!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 14:31

sofro a écrit:
On encense
Sa puissaaaaaaaaaaaace
Dis Tonton Sofro, pourquoi tu as cet accent slave tout d'un coup ?

(Non, ne me dis pas qui tu écoutes... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 71
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 14:37

kougelhof 1er a écrit:
Sinon j'ai également un cd Récital Sacré de Jessye Norman qui interprête notamment le "Repentir" de Charles Gounod

Ce "Repentir" ou "O Divine Redeemer" vous connaissez ?

Je ne connais pas précisément ce Repentir, mais j'ai entendu une bonne vingtaine de ses quelques 130 mélodies, plus le cycle italien "Biondina", et je dirais que, contrairement à notre ami David, elles ne me paraissent pas dénuées d'intérêt.

Mais il me semble que David préfère le Lied à la mélodie française Wink

Personne n'a encore parlé de sa Messe de Sainte Cécile, ni de son Requiem, qui (pour moi), sont les chefs d'oeuvre de son importante oeuvre religieuse.

En accord cette fois avec David, j'aime beaucoup aussi ses 4 Quatuors à cordes.

Quant à ses symphonies (il y en a deux, plus la petite pour instruments à vents), j'avoue qu'elles me plaisent assez. Bien que datant toutes les deux de 1855, elle sont différentes : la première en ré majeur fait penser au classicisme de Haydn, la seconde, en mi bémol majeur se rapproche du style beethovenien. La "petite" troisième date de 1888, est en si bémol majeur et est composée pour 9 instrument à vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 14:38

DavidLeMarrec a écrit:
sofro a écrit:
On encense
Sa puissaaaaaaaaaaaace
Dis Tonton Sofro, pourquoi tu as cet accent slave tout d'un coup ?

(Non, ne me dis pas qui tu écoutes... )

Bien vu! Boris Christoff...


Mais David tu ne m'as même pas dit: "merci-pour-ta-chanson!" Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 14:45

sofro a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
sofro a écrit:
On encense
Sa puissaaaaaaaaaaaace
Dis Tonton Sofro, pourquoi tu as cet accent slave tout d'un coup ?

(Non, ne me dis pas qui tu écoutes... )

Bien vu! Boris Christoff...
C'aurait pu être pire, un Ghiaurov-Sutherland-Corelli-Bonynge, par exemple. De toute façon, c'était l'un ou l'autre...


Citation :
Mais David tu ne m'as même pas dit: "merci-pour-ta-chanson!" Sad
C'est que ç'aurait été un rien pâle en regard de vos infernaux mérites. Alors, lorsqu'on n'a rien d'un peu digne à dire, on se tait. alien

CORO
De l'Enfer qui vient d'émousser nos armes
Nous ne pouvons pas repousser les charmes !

DAVENTIN
Mais puisque tu braves le fer : regaaaaaaarde !
C'est un truc introuvable qui des catégories 6 nou-u-us ga-arde.

CORO
C'est un truc introuvable qui des catégories 6 nou-u-us ga-arde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 14:45

Citation :
Je connais très peu Gounod, mais écoutez le début de l'ouverture de Faust... du pur Wagner.

euh? tu dis ça par antiphrase? c'est bien une plaisanterie?

je suis troublé... comme disait la marionnette de Pradel
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 14:49

Non, il a raison... A condition de s'arrêter après la première mesure. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 14:59

1


Dernière édition par le Mar 27 Fév 2007 - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80647
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 15:00

DavidLeMarrec a écrit:
Non, il a raison... A condition de s'arrêter après la première mesure. Laughing

Un peu plus loin quand même! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Ven 9 Fév 2007 - 17:13

Ok pour l'instrumentation surprenante des trois premiers accords (encore, que, harmoniquement, ce ne soit pas tout à fait ça...).

Mais lorsque survient le thème de la cavatine de Valentin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6683
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 4 Juil 2007 - 20:08

Je viens d'emprunter "Faust", version Cluytens 1958.


Ecoute imminente!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 4 Juil 2007 - 21:04

T'as posté ça uniquement pour le smiley ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6683
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 4 Juil 2007 - 22:00

vartan a écrit:
T'as posté ça uniquement pour le smiley ! Mr. Green
T'as deviné!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 4 Juil 2007 - 22:22

Rubato a écrit:
Je viens d'emprunter "Faust", version Cluytens 1958.


Ecoute imminente!
Ce n'est pas idéal sur l'ensemble (j'en reste, pour le disque, à la version, hélas coupée, de Beecham avec Roger Rico, Georges Noré, Geori Boué), à cause du style et du français. (et puis Los Angeles, franchement...)

L'orchestre, en revanche, est merveilleux, de très loin le meilleur disque de Cluytens que je connaisse. La Nuit de Walpurgis est absolument inégalée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 4 Juil 2007 - 22:22

tu devrais l'écouter quand même (pas toi Vartan, tu vas faire une syncope)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 4 Juil 2007 - 22:37

Non, Vartan prendra juste ses places l'année prochaine à Bordeaux. J'ai prévenu la direction d'un malaise probable dans les vingt premières minutes, une fois passé le Prélude...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 4 Juil 2007 - 23:44

Merci de vous occuper de mon abonnement. Je vous adresse le bon de commande et vous me le remplissez ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80647
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Mer 4 Juil 2007 - 23:45

Je n'ai jamais écouté Faust.
Le prélude est en effet assez wagnérien... la suite est-elle dénuée d'intérêt?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 8:24

Une bonne nouvelle pour moi : l'année prochaine je vais chanter le Requiem de ce vieux Gounod avec la Chorale universitaire ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6683
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 12:55

Xavier a écrit:
Je n'ai jamais écouté Faust.
Le prélude est en effet assez wagnérien... la suite est-elle dénuée d'intérêt?

Je viens de finir l'écoute, et je dois dire que cet opéra ne m'a pas vraiment passionné. Peut-être un regain d'intéret pour les actes IV er V, mais c'est un peu tard!

Le livret n'est pas très compréhensible si l'on n'a pas lu le synopsis auparavant, ce que j'ai du faire en cours d'écoute.

Problèmes concernant les voix pour cet enregistrement (Cluytens).
Je n'ai pas aimé le Faust de Boris Christoff, dont le français est...hum! limite.
Et puis le choix d'une mezzo (soprano ici) pour le rôle masculin de Siebel, ne m'a pas convaincu: j'ai eu du mal à imaginer le personnage en l'entendant chanter.

Pour le reste de la distribution, rien de particulier, même pour Los Angeles.
Wink (que lui reproches-tu David?)

Sinon bel orchestre, dirigé par Cluytens.
Je n'ai pas trouvé le prélude aussi Wagnérien que ça!! siffle

Bilan mitigé, plutôt déçu! Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80647
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 13:01

Rubato a écrit:

Je n'ai pas trouvé le prélude aussi Wagnérien que ça!! siffle

Je laisse chacun en juger: http://www.dlib.indiana.edu/variations/scores/baf2400/sco10001.html#1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6683
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 13:09

Xavier a écrit:
Rubato a écrit:

Je n'ai pas trouvé le prélude aussi Wagnérien que ça!! siffle

Je laisse chacun en juger: http://www.dlib.indiana.edu/variations/scores/baf2400/sco10001.html#1

Là tu m'en demandes trop!! Very Happy Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 14:49

Le Faust de Gounod occupe une place centrale dans l’opéra français : il est impossible d’y échapper (on peut toutefois se contenter des extraits), afin de mieux comprendre tout ce qui se trouve autour, et quel génie il fallut à Saint-Saens, Bizet, Massenet (Delibes, Lalo) pour réinventer un opéra romantique national.
Avantage incomparable, l’audition de cette partition permet de se dispenser de tout le reste de ce qu’écrivit l’auteur, même s’il se trouve dans son catalogue quelques mélodies agréables et d’autres bribes d’œuvres scéniques qui furent célèbres en leur temps.
Scéniquement, à moins d’un metteur en scène ingénieux, il ne faut pas attendre grand-chose de Faust, le livret est quasi inexistant (en certains passages on se prend à souhaiter qu’il n’existât carrément pas). La pièce emblématique de Goethe est devenue une sorte de vaudeville incohérent, l’histoire d’une pauvre fille, qui, éblouie par de la verroterie, se suicide parce qu’elle s’est laissée engrosser par un vagabond aboulique, pendant que les vrais hommes s’en allaient joyeusement à la guerre. Ce scénario suffit à justifier que Siebel l’étudiant soit un rôle travesti. Les personnages n’y sont guère que des marionettes, à part peut-être le Maître du jeu, Méphisto.

J’ai du mal à comprendre ce qu’on trouve de wagnérien au prélude, sinon qu’il ne tient guère tout seul : ce point de vue me semble plus une méchanceté anti-germanique qu’autre chose. Le prologue qui s’ensuit est souvent un peu charcuté, et pour cause, c’est probablement le passage le plus « noblement » ennuyeux de l’opéra, les librettistes ont eu le tort de décrire un peu trop précisément le personnage du diable, qui dans les mises en scène contemporaines a rarement sa « plume au chapeau » de franc-tireur. Mais l’image du drame qu’il dessine a inspiré les premières scènes de « La beauté du diable » et colle assez à l’image fade du Faust que peut camper Gérard Philippe.
Suit l’acte I qui, lui, est une succession ininterrompue de tubes, plus inspirés les uns que les autres. La scène chorale d’ouverture (la valse) est irrésistible, et d’une écriture beaucoup plus fine que la mélodie populaire ne le laisse penser. Je trouve ça follement entraînant, le meilleur passage sans doute de toute l’œuvre. L’air de Valentin, la chanson du veau d’or, autant de grands moments, à condition de trouver de grands chanteurs, avec abattage, d’où le succès des basses russes dans le rôle : c’est moins subtil que chez Berlioz, moins vulgaire que dans Boïto : l’effet est garanti pourvu que ce soit Christoff, ou Chaliapin qui chante (on se moque de la diction, on connaît le texte par cœur, au reste on s’en passe fort bien, le bruit que ça fait est si séduisant !).
Historiquement, comment peut-on ignorer l’Air des Bijoux, si caricaturé, si ridicule en effet, si parfaitement symbolique de la caractérisation de la soprano, cette Bianca Castafiore, enfin belle dans son propre miroir ? Et le chœur des soldats « Gloire immortelle de nos aïeux » peut-il ne pas faire vibrer le cœur patriotique de l’auditeur français, quand bien même il ignore qu’il fut sous Napoléon III l’hymne qui remplaça la Marseillaise (il devrait à mon avis redevenir l’hymne national, il correspond mieux à notre époque que le chant de bataille de l’Armée du Rhin) ?
Que dire encore du coup de génie que constitue la deuxième chanson de Méphisto, « Ne donne un baiser ma belle, que la bague au doigt » ? un conseil devenu proverbial et qu’il est grand temps de remettre à l’ordre du jour aussi.

Autre tube, le ballet que tous les pianistes amateurs d’avant quatorze jouaient jusqu’à plus soif, cette chose exotique sans aucun rapport avec le déroulement de l’action, ce rêve qui est la seule trace du second Faust, l’anecdote d’Hélène de Troie : mais là encore on trouve souvent de bon goût de couper. Comme pour Carmen on peut s’interroger sur ce qu’était la version originale, nombre de séquences coupées n’ayant été restaurées que lors de la production parisienne sous Liberman.
Reste encore ce final inoubliable « Ange bleu, ange radieux » kitschissime et propre à tirer des larmes à n’importe quel artisan-boucher.
Faute d’aimer, on ne peut pas ignorer Faust qui fit, rappelons-le l’ouverture du Met et de nombreuses maisons d’opéra de par le monde.
Et si par hasard on aime ça, alors passer à Roméo et Juliette (qui vaut bien les cochonneries italiennes équivalentes) pourvu des même tares et des mêmes beauté, et fournissant de merveilleux moments de récital : on peut au passage s’interroger sur la fortune de ces deux thèmes déjà traités par Berlioz, à qui Gounod, dans son catholicisme borné offre un relais vers le 20ème siècle. La grande réussite de Gounod, au regard de la postérité est d’avoir réussi une telle appropriation du thème faustien qu’on peut croire qu’il s’agit d’un produit typiquement français, comme la plus débridée des comédies d’Offenbach. C’est à la fois magnifique et stupide, ça ne prétend ni à la philosophie, ni au sublime, ce qui rend cet opéra finalement aimable, c’est qu’il est terriblement humain, et pour reprendre les mots de Corbière « trop réussi- comme raté ».
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80647
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 14:55

sud273 a écrit:

J’ai du mal à comprendre ce qu’on trouve de wagnérien au prélude

Le chromatisme incessant, les modulations, l'harmonie quoi.
Quand je le joue, je crois presque à un pastiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 15:02

oui alors peut-être, on tomberait bien dans la tradition française du pastiche ironique et admiratif qui va du quadrille de Chabrier aux "souvenirs de Bayreuth" de Fauré. J'ai du mal à croire que Gounod ait eu autant d'esprit, et pouvait-il s'y référer consciemment? Je penche pour un hasard (à moins qu'on envisage l'influence circuler dans l'autre sens... comme celle de Chabrier sur Richard Strauss)
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80647
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 15:12

Non non ce n'est bien sûr pas un pastiche, j'ai dit que ça en avait l'air tellement l'harmonie est wagnérienne, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 15:14

Rubato a écrit:


Problèmes concernant les voix pour cet enregistrement (Cluytens).
Je n'ai pas aimé le Faust de Boris Christoff, dont le français est...hum! limite.
Et puis le choix d'une mezzo (soprano ici) pour le rôle masculin de Siebel, ne m'a pas convaincu: j'ai eu du mal à imaginer le personnage en l'entendant chanter.
C'est poutant bien écrit ainsi (as-tu les mêmes réserves vis-à-vis du Chevalier à la Rose ou de Chérubin). Je n'imagine guère un ténor brailler "Fleurs écloses pour e-e-ellle, dites-lui qu'elle est bêêê---leux"
D'ailleurs, un metteur en scène habile pourrait ingénieusement profiter de la situation. A mon avis Siebel est bien une jeune fille, un peu masculine.

Citation :
Pour le reste de la distribution, rien de particulier, même pour Los Angeles.
Wink (que lui reproches-tu David?)

Sinon bel orchestre, dirigé par Cluytens.
Los Angeles, une très grande diva assurément, mais je ne connais pas sa Marguerite. Je disais au départ qu'il fallait écouter pour Cluytens. Ce chef -belge je crois?- mérite le détour, autant pous son requiem de Fauré que pour des oeuvres majeures, comme la 11ème de Chostakovich ou Boris Godounov où il peut faire figure de référence ultime.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 15:19

Xavier a écrit:
Non non ce n'est bien sûr pas un pastiche, j'ai dit que ça en avait l'air tellement l'harmonie est wagnérienne, c'est tout.
je me demande tout de même d'où celà peut lui venir? rien de tel ailleurs, ni dans les symphonies, ni dans le reste de l'opéra lui-même: remarque je trouve bien que le Bizet de l'Arlésienne est un précurseur de Mahler.
(notre spécialiste du quatuor à cordes -vous avez celui de Lalo au programme, veinard!- aurait-il quelques lumières sur le problème?)

Il y a bien un jour où il faut en venir à considérer le Faust de Gounod: c'était le jour de l'année pour moi, il fait beau, le vent souffle
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6683
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Jeu 5 Juil 2007 - 15:44

sud273 a écrit:
Rubato a écrit:


....
Et puis le choix d'une mezzo (soprano ici) pour le rôle masculin de Siebel, ne m'a pas convaincu: j'ai eu du mal à imaginer le personnage en l'entendant chanter.
C'est poutant bien écrit ainsi (as-tu les mêmes réserves vis-à-vis du Chevalier à la Rose ou de Chérubin). Je n'imagine guère un ténor brailler "Fleurs écloses pour e-e-ellle, dites-lui qu'elle est bêêê---leux"
Je sais que ce rôle a effectivement été écrit pour mezzo-soprano, comme dans beaucoup d'autres opéras (opéras baroques notamment) mais dans le cas présent, ça m'a quand même un peu gêné.
Citation :
D'ailleurs, un metteur en scène habile pourrait ingénieusement profiter de la situation. A mon avis Siebel est bien une jeune fille, un peu masculine.
Dit comme ça, on est d'accord! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 51
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Sam 7 Juil 2007 - 16:25

Bonjour,

En ce moment, sur ma platine, les 2 symphonies, par Hervé Niquet/Beethoven Académie (la seule version disponible à la Fnac), disque acheté aujourd'hui.

Cela me plait beaucoup. Belles mélodies, assez "léger" (pas trop chargée côté instrumentation), fluide. Peu de cuivres, ce qui explique peut-être ce côté léger et aérien. J'y retrouve une inspiration beethovienne (je ne sais pas si on dit comme cela), ce qui n'est pas pour me déplaire Very Happy

Bref, content de cette découverte. Je ne connaissais ce compositeur que de nom.

Par contre, l'essentiel de son oeuvre semble être tourné vers le chant. Dommage pour moi.

Christophe Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Sam 7 Juil 2007 - 16:33

dans le même genre il te reste les Bizet, la symphonie en ut (il y a un vieux disque où Beecham fait aussi celle de Lalo en sol) et Roma: de la très bonne musique d'orchestre (un peu meilleure que Gounod peut-être) Tiens à l'occasion, si les (4) symphonies de Méhul te passent entre les mains ça peut être bien alors
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 51
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   Sam 7 Juil 2007 - 22:19

sud273 a écrit:
dans le même genre il te reste les Bizet, la symphonie en ut (il y a un vieux disque où Beecham fait aussi celle de Lalo en sol) et Roma: de la très bonne musique d'orchestre (un peu meilleure que Gounod peut-être) Tiens à l'occasion, si les (4) symphonies de Méhul te passent entre les mains ça peut être bien alors

C'est noté, merci !

Chrsitophe Wink (dont le budget CD de juillet va exploser Mr. Green )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles Gounod (1818-1893)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Gounod (1818-1893)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Charles Gounod (1818-1893)
» Charles Gounod (1818-1893)
» Henry Charles LITOLFF (1818-1891)
» Récitals d'Opéra Français
» Charles Valentin Alkan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: