Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Madrigal italien (1530 - 1640)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Lun 7 Sep 2009 - 16:12

jerome a écrit:

C'est drôle, parce que Marenzio est souvent présenté comme un novateur sur le plan de l'harmonie. Ses audaces paraissent donc à première vue ouvrir la voie aux écorchés, puisque le chromatisme sera une de leurs armes majeures. Alors Marenzio, conservateur malgré tout ?

Oui, c'est du chromatique en effet mais sans recherche visant à transgresser, il reste mesuré, modéré, on sent la quête d'un équilibre entre nouveauté harmonique et respect de la polyphonie ancienne, ce qui n'est pas le cas ni de Gesualdo ni même d'un Monteverdi. Entre les deux conceptions on passe peut-être de la Renaissance à l'ère baroque ?

Magnifique ton index ! thumleft
Si tu permets, je pourrais en plus l'insérer dans le premier post du sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Lun 7 Sep 2009 - 16:25

Si je me réfère à l'innovation que représente le célèbre Solo e pensoso, il va manifestement plus loin que tu le dis en terme de modernité. Les anglais en particulier, ont l'air de l'avoir considéré comme un pionnier dans les années 90. Peut-être que tu parles, toi, de son respect du format "polyphonie à 5 voix" ?

Pour l'index, bien sûr que tu peux Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Lun 7 Sep 2009 - 16:37

Je le réécoute, il y a quelques chromatismes nouveaux mais je le trouve bien en retrait des maniéristes qui suivront, presque sage. Après, si on le compare à Arcadelt c'est déjà bien torturé. C'est plus un avis personnel sur sa façon d'habiller la poésie sans vouloir à tout prix marquer les oreilles par l'originalité qu'une constatation objective des nouveautés chromatiques que l'on peut lire dans sa musique, à ce sujet je te fais confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Lun 7 Sep 2009 - 18:10

Il y a peut-être une différence entre les chromatismes abrupts (deux accords qu'on n'a pas l'habitude d'entendre à la suite, d'où surprise expressive) et le chromatisme sur la longueur (s'éloigner peu à peu du ton initial en répétant plusieurs fois la même modulation, en elle-même assez douce).
C'est du deuxième genre que relève le madrigal de Marenzio que je cite, alors. Peut-être est-ce dans ce domaine qu'il a principalement innové ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Sam 12 Sep 2009 - 0:47

Michelangelo Rossi (1601-1656)

A l'occasion de la sortie d'un disque enregistré par l'ensemble Huelgas.



Il n'est pas le seul madrigaliste à porter ce patronyme très courant. On avait un juif de Mantoue madrigaliste élève de Monteverdi, Salomone Rossi, un autre romain, Luigi Rossi contemporain de celui qui nous intéresse.

Le nôtre naît à Gênes et va exercer dans quelques villes italiennes au service des Savoie, des Este à Modène, mais surtout à Rome dans l'entourage pontifical.
Violoniste, principalement, et organiste de l'église Saint-Louis-des-Français de Rome, il est considéré comme un très grand musicien.
Il bénéficia de l'influence de Sigismondi d'India (lui-même proche de Marenzio et de Gesualdo) et aurait travaillé avec Frecobaldi. On ne peut rêver entourage plus favorable pour faire ses universités.

Il compose deux opéras dont un seul est conservé, Erminia sul Giordano qui est basé sur la Jérusalem libérée du Tasse. Il participait aux représentations et endossait de solides rôles chantés.

En matière madrigalesque, c'est un des derniers ovnis romain de cette polyphonie maniériste qui trifouille encore les chromatismes de façon singulière bien qu'on sente un arrière-plan déjà plus classique dans la façon de manier les passages plus homophones.

Mais deux recueils sont écrits et nous sont parvenus presque intégralement par l'intermédiaire d'une célèbre recueil dit de la Reine Christine de Suède qui l'aurait commandé à Rossi ou dont celui-ci aurait fait cadeau à la souveraine à l'occasion de son long séjour à Rome. Des madrigaux à 5 voix sans basse continue ce qui n'est plus la règle depuis longtemps.

Pour la petite histoire, ce manuscrit des environs des années 1650, la reine Christine en fait cadeau à son amant, Decio Azzolino. Il sera conservé dans sa famille jusqu'en 1903, puis il finira dans la bibliothèque américaine de l'Université de Berkleley en 1954.

A l'écoute, ces pièces sont surprenantes, mélange de tournures simples, homophoniques aux développements parfois classique lorsque survient de façon tout à fait justifiée par le texte des enchainement harmoniques d'une originalité déconcertante. Moins dans la recherche de la douleur qu'un Gesualdo, il cherche à étonner, souligner les affects plus que les renforcer.
Somptueux de délicatesse et d'invention et malgré le tour maniériste, la simplicité reste une priorité pour Rossi dans les développements chromatique qu'il dose avec retenue.
Dans l'enregistrement de Paul van Nevel, la plupart des madrigaux sont sans accompagnement de basse continue certains ont vu ajouter une ligne assez légère de violes (comme il était de coutume à Rome).

De la poésie doloriste de Guarini essentiellement, plusieurs pièces déjà largement utilisées par Monteverdi comme Ah ! Dolente partita, Ohimè, se tanto amate, Or che la notte, Era l'anima mia.... Un madrigal sur un poème de G-B Basile, étrange et qui décrit l'éruption du Vésuve de 1531 !

Quelques-unes de ses pièces instrumentales sont ajoutées à cet enregistrement, polyphonie italienne du XVII°, c'est déjà moins intéressant que Frescobaldi, mais une très tendre Toccata.

Si les voix de l'ensemble de van Nevel n'ont pas la sûreté de celle de ceux de Cavina ou Alessandrini, la ferveur qu'elles y mettent suffit à rendre compte de la beauté de ces (avant-) derniers feux de la polyphonie italienne.


Dernière édition par natrav le Sam 12 Sep 2009 - 7:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1512
Age : 30
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Sam 12 Sep 2009 - 2:44

Il y en avait combien des madrigalistes?

En tout cas, j'ai peur de la surdose car j'ai acheté récemment le Terzo Libro de D'India et j'avoue (malgré la grande qualité des compositions) ne pas arriver à y distinguer une patte quelconque.
Autant, j'y arrivais pour Marenzio, Gesualdo et Monteverdi. Autant pour D'India, ça navigue dans la masse (de très haute volée)!!

Je vais m'y plonger un peu plus... mais au combien ce répertoire n'est pas évident!!

Merci en tout cas à toi Vartan... je le rajoute à ma liste ce Rossi!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Sam 12 Sep 2009 - 8:05

Merci Moander. Wink

Le nombre de musiciens est important, les dictionnaires de la musique relèvent des dizaines de madrigalistes pour, je crois me rappeler, près 3000 madrigaux conservés.

D'India pour ce que j'en connais est certainement moins reconnaissable qu'un Gesualdo ou un Monteverdi même si en effet ses compositions sont très belles. Rossi est assez original. J'ai l'impression que tu connais déjà ce qui fait l'excellence de ce genre. il te faudrait peut-être rajouter quelques madrigaux comiques.

On peut aborder ce répertoire de façon chronologique c'est certainement captivant de découvrir l'évolution du genre d'Arcadelt aux derniers Monteverdi. Ou comme je l'ai fait, de Monteverdi aux plus anciens, découverte rétrograde, avec ce retour à l'originel qu'on peut compléter avec un petit saut jusqu'aux polyphonistes du moyen-âge. Il y a de quoi faire. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Sam 12 Sep 2009 - 10:11

Comme Natrav, ça me paraît assez naturel comme réflexion : le dernier) Gesualdo, Monteverdi, éventuellement Marenzio et puis Luzzaschi avec ses mélismes très personnels (même si on est loin d'atteindre la qualité des trois autres), c'est vraiment ce qui est le plus affirmé en termes d'identité.
Ca n'empêche pas que D'India soit vraiment majeur. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Sam 12 Sep 2009 - 15:16

J'écoute cette Poesia cromatica : assez embêté par l'interprétation de Van Nevel, qui gomme à mon sens tout l'aspect latin de cette musique.
Les polyphonies sont chantées à la franco-flamande, et les pièces solistes ont un parfum de Consort Songs anglaises.
Malgré cela, l'harmonie est sympa, des trouvailles Gesualdiennes intégrées dans un discours moins heurté.
Il faudrait pouvoir entendre ça chanté de la même manière que les plus célèbres madrigalistes pour vraiment apprécier la relation, la position de Rossi dans l'évolution du style.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Sam 12 Sep 2009 - 15:22

Assez d'accord, mais sa position est plutôt en bout de course à mon avis, je crois que le genre a cessé d'évoluer, quelques musiciens vont continuer de composer des madrigaux, de plus en plus rarement mais en s'appuyant désormais sur la littérature ancienne de Monteverdi ou Gesualdo. Les derniers écrits sont paraît-il très sages (Lotti)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Jeu 24 Sep 2009 - 13:18

natrav a écrit:
2- Le premier madrigal

Il naît dans la Rome pontificale de Clément VII. Il est publié en 1530: Madrigali di diversi autori - Libro primo de la Serena.

Revenons sur ce premier livre. Deux compositeurs le cosignent. Un Italien Costanzo Festa, chantre de la chapelle papale, il créé un madrigal encore populaire et ne dédaigne pas la chanson française, preuve que les influences franco-italiennes sont déjà fortes.


Enfin ! Tout un CD Huelgas-Van Nevel de ce Costanzo Festa (1490-1545)

De la musique sacrée pour les trois-quart et quelques madrigaux à 4 voix.

La polyphonie sacrée s'écoute un peu contrepointer, pas très rock, honnête.
Les madrigaux sont assez euphoniques, peu de jeux harmoniques mais bien amenés, des tuilages qui jouent sur les entrées en imitation. Calme et mélancoliques. On est loin du dolorisme mais un beau pathétisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5510
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Jeu 24 Sep 2009 - 15:26

Moander a écrit:
Il y en avait combien des madrigalistes?

En tout cas, j'ai peur de la surdose car j'ai acheté récemment le Terzo Libro de D'India et j'avoue (malgré la grande qualité des compositions) ne pas arriver à y distinguer une patte quelconque.
Autant, j'y arrivais pour Marenzio, Gesualdo... Autant pour D'India, ça navigue dans la masse (de très haute volée)!!

J'ai eu exactement la même impression. Je suis tombé immédiatement sous le charme des deux premiers mais D'India m'a paru bien fade à côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1512
Age : 30
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Ven 25 Sep 2009 - 0:04

Cello a écrit:
Moander a écrit:
Il y en avait combien des madrigalistes?

En tout cas, j'ai peur de la surdose car j'ai acheté récemment le Terzo Libro de D'India et j'avoue (malgré la grande qualité des compositions) ne pas arriver à y distinguer une patte quelconque.
Autant, j'y arrivais pour Marenzio, Gesualdo... Autant pour D'India, ça navigue dans la masse (de très haute volée)!!

J'ai eu exactement la même impression. Je suis tombé immédiatement sous le charme des deux premiers mais D'India m'a paru bien fade à côté.

Fade, tu y vas fort!! Moins personnel je dirais!!
Mais c'est quand même vraiment bien... je regrette juste ne pas avoir de traduction!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5510
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Lun 28 Sep 2009 - 9:15

Un peu fort? Oui et non.

C'est vrai que c'est un peu lapidaire comme jugement mais d'un autre côté, autant Gesualdo et Marenzio m'ont séduit immédiatement autant D'India m'a laissé sur ma faim. Je ne dirais pas que c'est mauvais, juste nettement moins marquant à mes oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 14 Oct 2009 - 0:16

Barbara Strozzi (1619-1677)

On touche là aux derniers feux du madrigal vénitien.
Une femme. Ce qui n'étonne pas compte tenu du milieu très aristocratique et lettré dans lequel se développe cet art. Si l'on se souvient, c'est une femme, Isabelle d'Este, qui préside aux premières réunions du Studiolo, cabinet mantouan regroupant des musiciens qui vont élaborer l'ancêtre du madrigal, la frottola.
D'autre femmes recevront les honneurs de la postérité musicale comme Francesca Caccini qui composa un opéra, de la monodie accompagnée.

Strozzi, un nom célèbre. Giulio Strozzi n'est autre que le poète et librettiste de Monteverdi. Deux oeuvres perdues évoquées plus haut: la "Proserpina rapita" et "La finta spazza Licori" écrites pour la cour de Mantoue.
Barbara est probablement sa fille illégitime, en tout cas la fille de sa servante. Mais la tendresse paternelle se manifeste tôt pour sa "figlia elettiva" à laquelle il donne son nom en 1634 pour ses 15 ans puis qu'il fit sa légataire universelle. Il lui offre un enseignement musical de premier choix auprès du premier organiste de Saint-Marc et compositeur d'opéra qui n'est autre que le renommé Francesco Cavalli.

Il l'invite également rapidement à l'Accademia degli Unisoni qu'il a fondée et qui réunit un cercle de poètes, philosophes, historiens et musiciens qui débattent de musique et la pratiquent sur place. Barbara y prend part pour y chanter puis participer aux réunions. Elle est dédicataire à 17 ans d'un livre d'arias de Nicolò Fontei publié en 1635, les "Bizzarrie poetiche" qu'il offre à la virtuosissima cantatrice.

Elle publie en 1644 l'année de naissance de son premier enfant (elle en aura 4 qu'elle élèvera seule) son Primo libro di madrigali composé sur 24 poèmes de son papa chéri. Elle publie dans les 20 années qui suivent des recueils d'airs, des motets, des duos et la plus importante production de cantates de l'époque en trois recueils. Au total une centaine de pièces.

Barbara Strozzi s'est largement inspiré de D'India et de Monteverdi surtout. On est assez proche des madrigaux du VIII° livre et la compositrice semble vouloir respecter les préceptes de Monteverdi exposés dans la préface de son dernier livre. La seconda prattica. Emotions vives, mélancolie qui tourne au pathétique, ardeur amoureuse et colère du dépit. Stile concitato, concertato, lamenti... Elle remplit le contrat. La virtuosité ne lui déplaît pas mais avec mesure.
Quelques chromatismes originaux comme ces dissonances interdites qui ouvrent certaines de ses pièces, de gra,ds madrigaux à 4 voix, des pièces homophoniques, de la monodie, elle parcourt tout l'éventail des moyens mis en oeuvre dans le madrigal tardif. Des commentateurs relèvent de particularités stylistiques comme une figure mélodique chromatique descendante d'allure orientale: Mi, Ré#, Do, Si drunken qui ouvre avec déchirement le lamento "Lagrime miei". On retrouve également une inspiration qui semble venue du petit peuple de Venise et qui présente de fortes similitudes mélodiques avec les chants de gondoliers que Liszt ou Rousseau relèveront lors de leur voyage vénitien.

Pour apprécier le style de ses beaux madrigaux, jetez-vous sur un CD tout juste sortie de presse. Drôle de pochette au demeurant aux volutes rose bonbon (musique de fille) en couverture et blanchâtres d'un effet plus écoeurant encore à l'intérieur. Un titre tape-à-l'oeil "Virtuosissima compositrice". C'est tendance le baroque, on vous le dit !
Superbe interprétation au rythme souple et dolent, justesse remarquable. La Capella Mediterranea dirigée par Leonardo Garcià Alarcòn, ancien de l'ensemble Elyma de Garrido. Enregistré à Ambronay ce qui donne un peu de réverbération peu agréable pour ces pièces qui nécessitent une atmosphère intime. Mais ne faisons pas le difficile, c'est remarquable.

Elaboré avec intelligence, ce disque regroupe 5 madrigaux du livre I (1644), une cantate et un air. On trouve deux madrigaux de Monteverdi: "Hor che'l ciel e la terra" du Livre VIII et "Si ch'io vorrei morire" du Livre IV. Et un sublissime madrigal de d'India, "Dispietate pietate" du Livre III (1615)

Les madrigaux de Barbara sont donc composés sur la poésie de papa qui fait à sa fille une belle déclaration dans le madrigal "Priego ad amore" dans lequel le chanteur s'adressant à Amore:

"Viens, ah, viens à moi
Viens joie de l'âme
Répands tendrement tes dons
Et d'un amour courtois
De ma Barbara féconde le coeur"
I love you

On aimerait tant que les 19 autres madrigaux soient enregistrés. Sad


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Nico
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 11 Nov 2009 - 1:21

Je mentionnais dans le fil d'écoutes Le "Zefiro torna e'l bel tempo" et le "Lamento d'Arianne"du 6ème livre comme presque vertigineux, mais en fait c'est tout le 6ème livre qui l'est.
C'est la 3ème fois que j'écoute ça et je suis absolument conquis... C'est tout simplement sublime. Ca me met dans un état second...
Au milieu de ce que j'écoute et adore en ce moment( tout sauf du baroque Mr. Green ), c'est une expérience délicieuse. Franchement une des plus belles œuvres que je connaisse.
Pourtant, je ne suis pas porté sur l'esthétique baroque naturellement...

Ah oui "Ohimé il bel viso" aussi...
Crying or Very sad zen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 11 Nov 2009 - 1:25

Y a un fil sur le madrigal avec tout un guide d'écoute pour chaque livre et chaque madrigal. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 11 Nov 2009 - 1:26

*Niko a écrit:
Ah oui "Ohimé il bel viso" aussi...
Crying or Very sad zen
Et le duo au début d'Adio Florida bella ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Nico
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 11 Nov 2009 - 1:28

natrav a écrit:
Y a un fil sur le madrigal avec tout un guide d'écoute pour chaque livre et chaque madrigal. Sad

zut.. J'ai tapé bêtement Monteverdi dans le moteur...Xavier, tu peux déplacer stp ? (j'en rate pas une...Embarassed)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 11 Nov 2009 - 1:30

Tu n'es pas allé écouter le VIème livre à la cité de la musique samedi dernier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Nico
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 11 Nov 2009 - 1:38

Hidraot a écrit:
Tu n'es pas allé écouter le VIème livre à la cité de la musique samedi dernier ?

Non... Ca doit être quelque chose d'ailleurs en concert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 11 Nov 2009 - 1:40

C'était trop bien drunken Le lamento d'Arianna était très bien réussi et Sestina a capella ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Nico
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Ven 13 Nov 2009 - 10:53

Ecoute de Virtuosissima compositrice: Barbara Strozzi

Musique très raffinée, étonnante harmoniquement avec quelques dissonances et frottements tout à fait délicieux. Les chromatismes d'une grande puissance expressive.
Il y a aussi une teinte orientale. J’ai trouvé une certaine parenté avec les Madrigaux de Monteverdi, dans le style. Ce que je viens de me faire confirmer en lisant la présentation de Vartan.
C’est vraiment très beau. J’aime beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Nico
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Ven 13 Nov 2009 - 16:53

Découverte de Gesualdo avec son Vème livre de Madrigaux.

Dans cette version:



C’est plus dépouillé et plus austère que l’esthétique monteverdienne. Cependant, ce côté sobre, sombre, intérieur me plait beaucoup.
Harmonies (très) surprenantes, voir assez barrées par moments ! Chromatisme impressionnant. Si j'ai bien compris, ça à l'air d'être sa marque de fabrique.
Ce disque est uniquement a capella, je ne sais pas s' il s’agit d’un choix d’interprétation ou si c’est écrit uniquement pour la voix.
Superbe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Ven 13 Nov 2009 - 21:24

Oui, ce qui surprend à chaque fois chez Gesualdo, ce sont les harmonies très très chromatiques, c'est génial.
Il faudrait que je trouve ce cd, ça m'intéresse, je n'ai qu'un cd de Christie je crois qui n'est pas très bon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
falsetto06
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 30 Déc 2009 - 15:02

La Venexiana est un excellent ensemble, sûrement l'un des meilleurs qui existe dans ce style... L'Ensemble Energeia, se rapproche beaucoup de cette orientation et de cette esthétique musicale

N'hésitez pas à lire le texte sur l'interprétation, je vous le poste en lien Wink

http://www.ensembleenergeia.com/intp.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ensembleenergeia.com
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5510
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Ven 5 Fév 2010 - 15:33

Je viens de découvrir partiellement le 8ème Livre de Monteverdi avec le disque d'Alessandrini que natrav cite en premier ici:

http://classik.forumactif.com/general-f1/le-madrigal-italien-1530-1640-t1425-460.htm

La pochette est différente mais le programme est le même.



C'est magnifique en tout cas. Il m'a semblé en effet percevoir l'émancipation des voix sur certains morceaux. A acheter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pyrame
Néophyte


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Jeu 11 Mar 2010 - 0:48

Chers amis,

Au nom de l'ensemble baroque I Sospiranti, qui a bénéficié en 2009 d'une résidence "jeune ensemble" au Centre Culturel de Rencontre d'Ambronay pour la création de son programme "T'amo mia vita" autour des madrigaux de C. Monteverdi, je me permets de vous écrire pour vous inviter à jeter un coup d'oeil à notre site internet, tout neuf, où vous pourrez notamment entendre plusieurs madrigaux des différents livres de Monteverdi.
Si le coeur vous en dit, le rendez-vous est sur http://www.isospiranti.fr

Par ailleurs, nous serions ravis de connaître vos avis, remarques, suggestion ou tout commentaire par rapport à l'ensemble et au site. Pour cela, n'hésitez pas à nous écrire à info@isospiranti.fr

Et pour ceux qui le souhaiteraient, vous pouvez également consulter notre page d'ensemble sur facebook et même en devenir 'fan'!
http://www.facebook.com/pages/I-Sospiranti/314395409541

Bien à vous,


Lisandro Nesis, ténor
I Sospiranti
ensemble baroque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catherine14
Néophyte


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Sam 10 Avr 2010 - 10:36

Bonjour, je découvre aujourd'hui ce forum et j'ai une question à vous poser.
Connaissez vous la compositrice Maddalena Casaluna?
Avez vous rencontré des enregistrements de ses madrigaux?
Qu'en pensez vous..;
Merci de vos lumières
Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Sam 10 Avr 2010 - 12:33

Connais pas.
Pourquoi cette question ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Sam 10 Avr 2010 - 16:04

J'ai de bons souvenirs de Marenzio, surtout dans ses derniers livres de Madrigaux, des choses vraiment originales pour l'époque. Tiens, je vais me remettre ça et je reviens en playlist. coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
toucan
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 04/05/2010

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mar 11 Mai 2010 - 6:49

Je me permet de suggérer un enregistrement de Madrigaux de Monteverdi qui semblera peut-être excentrique aux inconditionnels de ce grand homme: c'est le célèbre enregistrement de Nadia Boulanger, vraiment, une merveille d'émotivité à fleur de peau.

A première écoute, "Hor che'l ciel e la terra" semble même un chant Russe, l'âme Russe et la profondeur Russes: ensuite, on retrouve quand même l'Italie de la Renaissance!

Suave est un mot qu'on employait souvent en ce temps (et jusqu'au temps de Mozart). Et suaves sont les belles voix de Paul Derenne et de Hugues Cuenot (surtout dans Zeffiro Torna), deux voix qui expliquent et justifient l'homosexualité, tout en réhabilitant la voix de tenor, dont la ré putation a été si malmenée par ce bellâtre grossier et populiste de Pavarotti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 12 Mai 2010 - 11:56

toucan a écrit:
deux voix qui expliquent et justifient l'homosexualité, tout en réhabilitant la voix de tenor, dont la ré putation a été si malmenée par ce bellâtre grossier et populiste de Pavarotti.
Là, j'avoue que j'ai du mal à démêler le sens de ton propos.

Des voix "expliquent et justifient" ? Ca se justifie, ça s'argumente ? Ce n'est pas plutôt un état de fait ?

La réputation de la voix de ténor ? Elle est excellente, et un ténor léger ou de caractère n'a aucun lien avec le grand lyrique.

Enfin, Pavarotti ne faisait pas de politique et n'a jamais prétendu à émouvoir par sa beauté. Il ne se limite d'ailleurs pas à ses concerts grand public, il a vraiment fait de très belles choses. (Sinon on pourrait aussi bien limiter Domingo à la Cérémonie d'Ouverture pékinoise bidonnée ou Callas au scandale de Norma et aux gros yachts. Smile )

Bref, je ne vois pas bien le rapport avec les madrigaux, ça fait beaucoup d'idéologie pour un petit madrigal au caractère d'intermezzo badin... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
toucan
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 04/05/2010

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 12 Mai 2010 - 13:32

Idéologie, non. Expression un peu vive, certes Cool

Disons que les voix de Dereme et de Cuénot m'ont suggérées une forme homoérotique de la sensualité (de même que nombre portraits de garçons au temps de la Renaissance suggèrent et expriment un attrait homosexuel, souvent si bien rendu qu'on a pas même besoin d'etre porté a ça pour y etre sensible.)

Pour Pavarotti, je n'aime pas ce chanteur, visiblement, et l'Opéra Italien donne parfois l'occasion a du ma-tu-vuisme de la part de certains chanteurs, c'est tout - du moins c'est ce qu'il me semble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 12 Mai 2010 - 13:54

toucan a écrit:
Idéologie, non.
Parce que tu reliais quasiment ça à de la politique. Wink

Citation :
Disons que les voix de Dereme et de Cuénot m'ont suggérées une forme homoérotique de la sensualité
Je vois beaucoup mieux ton propos.

Citation :
l'Opéra Italien donne parfois l'occasion a du ma-tu-vuisme de la part de certains chanteurs, c'est tout - du moins c'est ce qu'il me semble.
C'est une impression tout à fait fondée, et amplement légitimée par son public... mais ça ne se limite pas à cela non plus (même chez Pavarotti, c'est dire ! Very Happy ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 26 Mai 2010 - 23:17

Je crois qu'il y a quelque chose que j'aime vraiment beaucoup dans ces madrigaux : c'est l'absence de vibrato des voix. Ca donne un caractère de pureté intense. En quelque sorte, j'ai l'impression que les voix touchent directement notre sensibilité : pas de fioriture, pas de maquillage de la voix.
Et puis, il y a aussi ce côté dégraissé mais "pas de trop" (comme dans les mélodies) qui contraste énormément avec l'époque romantique par exemple. Ca fait même du bien d'écouter ça, ça donne la sensation de "revenir aux sources".

Bref, plus ça va, plus c'est un répertoire qui m'interpelle, qui m'attire et me fascine plus que tout autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 26 Mai 2010 - 23:18

Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 26 Mai 2010 - 23:24

Pourtant, Elvira, il y a aussi des oeuvres romantiques chantées avec un vibrato raisonnable (non-bulgare, pour faire court), n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 26 Mai 2010 - 23:26

DavidLeMarrec a écrit:
Pourtant, Elvira, il y a aussi des oeuvres romantiques chantées avec un vibrato raisonnable (non-bulgare, pour faire court), n'est-ce pas ?


Raisonnable ou pas, le vibrato subsiste ! cool-blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 26 Mai 2010 - 23:35

Elvira a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Pourtant, Elvira, il y a aussi des oeuvres romantiques chantées avec un vibrato raisonnable (non-bulgare, pour faire court), n'est-ce pas ?


Raisonnable ou pas, le vibrato subsiste ! cool-blue
Eh bien pour te faire plaisir, dans quelques jours je chanterai Eri tu sans vibrato. Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 26 Mai 2010 - 23:38

DavidLeMarrec a écrit:
Elvira a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Pourtant, Elvira, il y a aussi des oeuvres romantiques chantées avec un vibrato raisonnable (non-bulgare, pour faire court), n'est-ce pas ?


Raisonnable ou pas, le vibrato subsiste ! cool-blue
Eh bien pour te faire plaisir, dans quelques jours je chanterai Eri tu sans vibrato. Like a Star @ heaven


Oui, mais ce n'est pas du madrigal.

(tu sais que tu es entrain de flooder le temple de la vraie musique céleste, mécréant ?!)


Blague à part, il y a juste encore un petit problème : j'ai encore du mal à bien percevoir les différents styles. Mais bon, avec un peu de volonté et d'amour, je finirais par y arriver. drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 26 Mai 2010 - 23:40

Oui, c'est assez homogène stylistiquement (j'ai l'habitude de rappeler qu'il y a plus de différences d'écriture entre deux opéras de Massenet qu'entre un seria de Haendel et un seria de Rossini), mais avec l'habitude, on voit clairement les strates. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Rameau
Mélomaniaque


Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Dim 30 Mai 2010 - 17:47

DavidLeMarrec a écrit:
j'ai l'habitude de rappeler qu'il y a plus de différences d'écriture entre deux opéras de Massenet qu'entre un seria de Haendel et un seria de Rossini

Ca j'aime bien, quelle formulation remarquable... "J'ai l'habitude de rappeler.."... Rappeler, c'est bien, ça permet de rabaisser le lecteur (comme les gens qui vous conseillent toujours de "relire" Xmfrergpgh dont vous n'avez jamais entendu parler), tout en s'épargnant toute forme d'argumentation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musicasola.blogspot.com/
Soundhacker
Néophyte


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 31/05/2010

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 21 Juil 2010 - 17:02

Bonjour

je cherche ici un peu d'aide pour quelques traductions de madrigaux de Sigismondo d'India... si une bonne ame pouvait m'aider, c'est relativement urgent Sad mille merci

voila les textes :



Piangono al pianger mio (Ottavio Rinuccini)
Piangono al pianger mio le fere, e i sassi
A miei caldi sospir traggon sospiri.
L'aer' d'intorno nubiloso fassi,
Mosso anch' egli à pietà de miei martiri.
Ovunque io volgo, ovunque giro i passi
Par che di me si pianga, e si sospiri;
Par che dica ciascun, mosso al mio duolo,
Che fai tu qui, meschin, doglioso e solo?




Ma che? squallido e oscuro
Ma che? squallido e oscuro anco mi piaci .
Anima bella, se qui intorno gire,
Se odi il mio pianto, a le mie voglie audaci
Perdona il furto e'I temerario ardire;
Da la pallide labbra i freddi baci ,
Che si caldi sperai, vo' pur rapire.
Parte torro di sue ragioni a morta,
Baciando quests labbra esangui e smone.


Dernière édition par Soundhacker le Mer 21 Juil 2010 - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soundhacker
Néophyte


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 31/05/2010

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 21 Juil 2010 - 17:07

Tu parti, ahi lasso ( Giovanni Battista Marino)

Tu parti, ahi lasso, e'l core
e'l core Mi parte il tuo partire.
E fre il dubbio e'l martire
Mentre ch'io tremo e piango
Muto amante rimango
Ma, ma se tremando agghiaccio
Miseramente e taccio
Parla il silenzio e fanno ufficio intanto
Gli occhi di bocca e di parole il pianto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soundhacker
Néophyte


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 31/05/2010

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 21 Juil 2010 - 17:21

J'ai aussi un peu de texte venant de l'opéra de Cavalli "Doriclea" et je suis bloqué dans les trad.... vraiment chaud...

"Recit:
Se ben mail non mi vide Questa cità, pur temo D’Esser riconociata, onde m’involo Alleregie adunanze, e accompagnata De mille gravi, ed agitante cure, Tra solitarii, e taciti soggiorni, Tra remoti silenzii io traggo, io traggo i giorni.

Eurinda, e quale Amorosa follia nel petto alberghi ?
Ti delude un fanciulo, e disporate Sono le tue speranze, in mezzo all’onda.
Arida, sarai sempre e sitibonda.

A che bado ? a que penso ? E la memoria puite Essercitarsi in cose Cosi leggiere, e vane, E abbandonar Tigrane ? Fuggi, moi ben l’Assiro, Ohime, fuggilo dico, Egl’è nostro nemico : Indarno, io grido, Non pon, non pon gl’accenti miei Giunger dove tu sei

Acc :
Deh voi cortesi, voi…. Arrecate, vi prego, al mio consorte, o venti
Queste voci dolenti.

Recit :
A plebe degli Dei, Superbissimi Astrei, Invece di portarle a lui secrete All’ aere le gettate, e disperdete ? Nelle concave rupi Eolo viserri. V’annodin sempre ad’amantini ferri
Acc : Ohimè, Tigrane, ohimè, dell’empio Assiro Prigione io ti rimiro ? Dov’è lo scudo e l’asta, Chi mi da l’armi, olà, Ritorni in libertà Il moi caro Signore, Lascialo traditore !

Recit :
Che vaneggio infelice ? e quai mi detta Funesti auguri il duol ? la speme sia Dell’ egro spirto moi medica pia.

Acc : Ma qual oblio di Lete M’alletta i sensi al sonno, e alla quiete ?
I lumi, urne del pianto, Stanchi di lagrimar l’angoscie mie, Di mille fiori in sen
Lasciano il die…

"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 21 Juil 2010 - 19:16

Salut !

Tu ne serais pas un peu gourmand ? Traduire tout ça, vite et à titre gracieux ?

Je veux bien t'aider, mais on a jusqu'à quand pour te répondre ?

Tu as d'abord, rassure-moi, cherché les auteurs de ces textes et la présence ou non de traductions dans une bibliothèque proche ou sur la Toile ? Smile


Je n'aurai pas le temps de lisser une traduction correcte, ce sera du véritable littéral et mot à mot, mais enfin, je pense que ça suffira, vu la complexité toute relative du sens de ces vers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 21 Juil 2010 - 19:24

Sept minutes pour le premier poème : je suis dans les délais ou je dois être mis à l'amende ?

J'essaie de continuer un peu, que tu aies déjà une base de travail. C'est pour le concert de septembre, je suppose ?

    Piangono al pianger mio (Ottavio Rinuccini) / Elles pleurent à mes pleurs

    Piangono al pianger mio le fere, e i sassi / Les bêtes sauvages pleurent à mes pleurs, et les rochers
    A miei caldi sospir traggon sospiri. / A mes chauds soupirs rendent des soupirs.
    L'aer' d'intorno nubiloso fassi, / L'air alentour devient nuageux,
    Mosso anch' egli à pietà de miei martiri. / Poussé à la pitié lui aussi par mon martyre.
    Ovunque io volgo, ovunque giro i passi / Où que je me tourne, où que je porte mes pas
    Par che di me si pianga, e si sospiri; / Il me semble qu'on pleure sur moi, et qu'on soupire ;
    Par che dica ciascun, mosso al mio duolo, / Il semble que chaque chose dise, touchée par ma peine,
    Che fai tu qui, meschin, doglioso e solo ? / Que fais-tu ici, infortuné, affligé et esseulé ?




Dernière édition par DavidLeMarrec le Mer 21 Juil 2010 - 19:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 21 Juil 2010 - 19:26

Le deuxième poème se trouve ici avec traduction anglaise :
http://tinyurl.com/2vq32lt .

Il est nécessaire que je le traduise aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82441
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   Mer 21 Juil 2010 - 19:34

    Tu parti, ahi lasso ( Giovanni Battista Marino) / Tu pars, hélas

    Tu parti, ahi lasso, e'l core / Tu pars, hélas, et mon coeur
    Mi parte il tuo partire. / Me quitte à ton départ.
    E fre [fra ?] il dubbio e'l martire / Et parmi le doute et le martyre,
    Mentre ch'io tremo e piango / Tant que je frémis et pleure,
    Muto amante rimango / Je demeure aimant et sans voix
    Ma, se tremando agghiaccio / Mais, si je gèle en tremblant
    Miseramente e taccio / Misérablement et me tais,
    Parla il silenzio e fanno ufficio intanto / Le silence parle, et aussi me tiennent lieu
    Gli occhi di bocca e di parole il pianto / De bouche et de paroles mes yeux et mes pleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Madrigal italien (1530 - 1640)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Madrigal italien (1530 - 1640)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Madrigal italien (1530 - 1640)
» Un Italien qui va bien
» Les B.O. du cinéma bis italien
» Histoire de l'opéra italien
» L'Opéra français et italien au XVIIème XVIIIème siècle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: