Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mendelssohn les symphonies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81040
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 15 Mai 2010 - 9:25

Nounou a écrit:
Je fréquente les 3 dernières symphonies depuis assez longtemps pour avoir arrêté mon choix pour l'instant sur ces versions, à mon sens définitives :

- pour la 3ème, de très très très loin, Munch avec Boston, c'est la fougue, la beauté orchestrale, l'impact, l'atmosphère...et Mitropoulos avec Cologne, c'est la folie, le démiurge, la noirceur !
Les Dohnanyi, Abbado, Karajan, Maag, Ashkenazy, Masur, Flor, Chailly and co, que j'apprécie pourtant, peuvent tous aller se rhabiller !!
Münch, je me demande si je n'avais pas essayé et trouvé ça pas mal, mais c'était peut-être plutôt la 4. A écouter en tout cas. Pour Mitropoulos, c'est tellement loin de ce que je cherche comme émotions dans cette musique : déjà le son est très étroit, ce qui me gêne ici, et puis c'est très combattif, c'est affirmatif : dans Mendelssohn, c'est une mélancolie simple, presque joyeuse, des plans clairs mais pas forcément de l'interprétation que j'attends.
C'est pourquoi l'intégrale Sawallisch ou les manières de Dohnányi et Szell m'y plaisent.

Citation :
- Pour l'italienne, c'est vite fait, Cantelli avec le Philharmonia/Toscanini avec la NBC, c'est pareil, ils ont tout compris, ça chante, ça ne traine pas, et quelle narration, et je n'oublie pas Abbado, à Berlin chez Sony.
Ah, c'est peut-être donc Abbado / Berlin qui m'avait plu, ça expliquerait bien des choses dans mon évolution. Smile
Pour Cantelli / Toscanini, j'ai écouté au moins l'un des deux, par bribes, mais c'est vraiment une esthétique (je vois bien où tu te situes) qui ne répond pas à ce que je cherche. Surtout que le legato, particulièrement chez Toscanini, bon... Confused
Autant j'accepte beaucoup de lectures typées ailleurs, autant je me sens tellement proche de Mendelssohn que je n'aime pas avoir quelqu'un qui fasse écran entre lui et moi.

keane a écrit:
néo baroque
N'exagérons rien, je trouve ça dégraissé mais bien gentiment romantique tout de même. Smile


Jorge a écrit:
Dans les orchestres traditionnels, Karajan/Berlin c'est un excellent choix auquel je reviens souvent
C'est très typé, mais effectivement ça tient étonnamment bien la route. Un peu comme les Mahler de Karajan, l'accent est mis sur les cordes, c'est un peu large comme son, mais beaucoup de climat et de présence finalement. La Première est très réussie.

Citation :
Je vais jeter une oreille sur Sawallisch et je précise que j'aime beaucoup Kuijken dans la 1, il tire le meilleur de cette symphonie et de ses thèmes percutants.
Kuijken, je l'ai seulement entendu en concert avec l'ONBA, alors entre un orchestre paresseux et un chef rompu à la direction d'ensemble essentiellement, ça sentait le manque de préparation, pas de grande conception donc.


Dans ce que cite Nounou, on n'a pas beaucoup parlé d'Ashkenazy (c'est engagé, mais ça claque un peu et ce n'est pas très sensible comme interprétation) et de Flor (que je trouve beaucoup trop épais et indolent, vraimentà l'ancienne).

Finalement, en discutant, je m'aperçois que j'en ai écouté beaucoup plus que je ne pensais. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 17 Mai 2010 - 15:19

La 4e par Szell est vraiment très intéressante.
J'ai écouté la remasterisation United Archives des enregistrements Columbia de 1947 (3e et 4e mvts) et de 1951 (1er et 2e mvts). Ce raccord de deux enregistrements a été voulu par Szell lui-même.
La virtuosité de l'orchestre est à couper le souffle (on se rend réellement compte de la différence entre les orchestres européens et américains à cette époque).
Évidemment les attaques sont très franches mais ce n'est pas haché comme on pourrait le craindre. La symphonie est prise plus rapidement que d'habitude (sauf le scherzo) mais le discours reste très cohérent. Impossible de trouver que Mendelssohn soit mou avec ce type d'interprétation.
C'est dans ce qui se fait de mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 28
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 17 Mai 2010 - 16:43

DavidLeMarrec a écrit:

Chez Karajan, l'accent est mis sur les cordes, c'est un peu large comme son, mais beaucoup de climat et de présence finalement. La Première est très réussie.

C'est à cette symphonie que je reviens le plus chez lui. Les autres me plaisent moins.

Citation :

Jorge a écrit:
Je vais jeter une oreille sur Sawallisch et je précise que j'aime beaucoup Kuijken dans la 1, il tire le meilleur de cette symphonie et de ses thèmes percutants.
Kuijken, je l'ai seulement entendu en concert avec l'ONBA, alors entre un orchestre paresseux et un chef rompu à la direction d'ensemble essentiellement, ça sentait le manque de préparation, pas de grande conception donc.

Kuijken, je ne connais qu'en disque (chez CPO). Vraiment percutant et plein de couleurs. Version qui me parait pour le coup, calibrée et préparée


Sinon, dans la 3, je reste inconditionnel de Maag. Il y a du grain, des contrastes. Rien de lisse ou de conventionnel. Indispensable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81040
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 17 Mai 2010 - 20:43

Eh bien je crois que j'ai déniché la quadrature du cercle de la tendresse et de l'énergie. Bernstein / Israël.

Il y a les trois dernières, toutes du même niveau, exactement ce que je cherchais.

Pour la Première, Sawallisch me convient idéalement.

Et la Deuxième, je n'en ai cure.


Me voilà comblé. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
mélomane86
Mélomaniaque


Nombre de messages : 534
Age : 43
Localisation : poitiers
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 17 Mai 2010 - 20:54

je me souviens de peter maag dans la 3ème seulement! bounce
benrstein qui dirige mendelssohn avec l'orchestre d'israel!
tout ça est une affaire juive et c'est pour ça que cela fonctionne si bien peut être?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81040
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 17 Mai 2010 - 21:12

Citation :
benrstein qui dirige mendelssohn avec l'orchestre d'israel!
tout ça est une affaire juive et c'est pour ça que cela fonctionne si bien peut être?
Ce serait si facile... Pourtant, je t'assure que des français qui ont massacré Debussy et des allemands qui ont assassiné Schumann, ça se trouve. hehe

Tout simplement, la hauteur de vue de Bernstein rencontre un orchestre sans doute motivé, mais qui n'a pas la rondeur des plus grands orchestres, ce qui procure au résultat aussi quelque chose de la modestie que je recherchais. Le tout à très haut niveau. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
mélomane86
Mélomaniaque


Nombre de messages : 534
Age : 43
Localisation : poitiers
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 17 Mai 2010 - 21:50

je m'étonne qu'un orchestre comme celui d'Israel ne soit pas d'un meilleur niveau vu le nombre de ressortissants russes qui le composent!
et connaissant le talent inné des musiciens juifs...
c'est sûr, nul besoin d'être originaire du pays du compositeur que l'on joue pour livrer une belle interprétation!
mai les russes dans le répertoire de leur pays sont imbattables même si les occidentaux ont leur mot à dire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7140
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 17 Mai 2010 - 22:38

mélomane86 a écrit:
je me souviens de peter maag dans la 3ème seulement! bounce
benrstein qui dirige mendelssohn avec l'orchestre d'israel!
tout ça est une affaire juive et c'est pour ça que cela fonctionne si bien peut être?
Pour du Mahler ou du Bloch, je dirais pas, mais pour du Mendelssohn, l'explication est inopérante selon moi. La judaïté de Mendelssohn me semble complètement extérieure à sa musique, qui est au contraire très marquée par la culture anglaise et germanique, et sa conversion au protestantisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mélomane86
Mélomaniaque


Nombre de messages : 534
Age : 43
Localisation : poitiers
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 17 Mai 2010 - 22:59

tout à faot mon cher adriatoboy!
je dirai que la musique de mendelssohn est profondément allemande et germanique! en tout cas assez romantique!
moi, j'aime beaucoup!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renard
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 30
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 26/07/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 31 Juil 2010 - 2:52

Tus a écrit:
Ah bon, pourtant Masur c'est bien lourd et opaque, pourtant. Laughing

Je connais surtout la n°2 par Masur, avec son final magnifique, hasard de la musique en ligne, et j'avoue avoir un peu de mal à comprendre l'adjectif "lourd". Est-ce parce que ça sonne un peu germanique, avec un drôle de mélange de lyrisme et de force ? En même temps pour de la musique allemande, c'est un peu l'attendu... Pour ma part je ne ressens nullement la nécessité d'une infidélité, elle me convient très bien cette version. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Utnapištim
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3330
Age : 53
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 31 Juil 2010 - 15:43

Renard a écrit:
Tus a écrit:
Ah bon, pourtant Masur c'est bien lourd et opaque, pourtant. Laughing

Je connais surtout la n°2 par Masur, avec son final magnifique, hasard de la musique en ligne, et j'avoue avoir un peu de mal à comprendre l'adjectif "lourd". Est-ce parce que ça sonne un peu germanique, avec un drôle de mélange de lyrisme et de force ? En même temps pour de la musique allemande, c'est un peu l'attendu... Pour ma part je ne ressens nullement la nécessité d'une infidélité, elle me convient très bien cette version. Mr. Green

+1

au fait Masur I ou Masur II ?

Cette symphonie est peut-être inégale, mais je l'écoute toujours avec plaisir. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renard
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 30
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 26/07/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 31 Juil 2010 - 19:25

Si je ne me plante pas c'est la version de 1988, donc ça doit être Masur II.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 30
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 17 Aoû 2010 - 9:28

J'ai l'intégrale brilliant avec Sawallisch dans les grandes symphonies et ça me plait.
Ce chef sait ce que la musique allemande veut dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1243
Age : 44
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 17 Aoû 2010 - 11:00

ojoj a écrit:
J'ai l'intégrale brilliant avec Sawallisch dans les grandes symphonies et ça me plait.
Ce chef sait ce que la musique allemande veut dire.

Ah oui, j'avais entendu l' "Ecossaise" à la radio et j'avais apprécié les couleurs sombres de l'orchestre dans cette oeuvre.
J'ai le coffret Abbado, qui me plaît beaucoup, mais je pense que j'aurais peut être du acheter le coffret Sawallisch chez Brilliant, il y a une profondeur chez Sawallisch, que je ne retrouve pas chez Abbado, qui est peut être d'ailleurs plus objectif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 30
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 17 Aoû 2010 - 11:04

J'ai aussi Abbado à la maison et il est vrai que Sawallisch me convainc plus que son collègue italien.
J'aimerais me mettre à Karajan, mais pas de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Utnapištim
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3330
Age : 53
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 17 Aoû 2010 - 21:40

ojoj a écrit:
J'ai aussi Abbado à la maison et il est vrai que Sawallisch me convainc plus que son collègue italien.
J'aimerais me mettre à Karajan, mais pas de suite.

Karajan, je trouve ça beaucoup moins convainquant : trop lourd, et c'est moins profond !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 638
Age : 30
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 17 Aoû 2010 - 21:41

Utnapishtim a écrit:
ojoj a écrit:
J'ai aussi Abbado à la maison et il est vrai que Sawallisch me convainc plus que son collègue italien.
J'aimerais me mettre à Karajan, mais pas de suite.

Karajan, je trouve ça beaucoup moins convainquant : trop lourd, et c'est moins profond !
Rien que ça, celà me donne envie de me la procurer Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1319
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Dim 22 Aoû 2010 - 7:44

Guigui a écrit:
Dohnanyi Vienne chez Decca : très fruité j'adore ! Very Happy

Exact cette version à ma préférence (avec Karajan) la cerise sur le gâteau le WPO
La version Abbado ne m'a pas convaincu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81040
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Dim 22 Aoû 2010 - 9:30

Utnapishtim a écrit:
ojoj a écrit:
J'ai aussi Abbado à la maison et il est vrai que Sawallisch me convainc plus que son collègue italien.
J'aimerais me mettre à Karajan, mais pas de suite.

Karajan, je trouve ça beaucoup moins convainquant : trop lourd, et c'est moins profond !
Pourtant, pourtant... la Première n'a pas été souvent aussi bien réussie. Après, c'est un gros trait, mais remarquable quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Walther
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 174
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 15 Fév 2011 - 13:17

Utnapishtim a écrit:
Renard a écrit:
Tus a écrit:
Ah bon, pourtant Masur c'est bien lourd et opaque, pourtant. Laughing

Je connais surtout la n°2 par Masur, avec son final magnifique, hasard de la musique en ligne, et j'avoue avoir un peu de mal à comprendre l'adjectif "lourd". Est-ce parce que ça sonne un peu germanique, avec un drôle de mélange de lyrisme et de force ? En même temps pour de la musique allemande, c'est un peu l'attendu... Pour ma part je ne ressens nullement la nécessité d'une infidélité, elle me convient très bien cette version. Mr. Green

+1

au fait Masur I ou Masur II ?

Cette symphonie est peut-être inégale, mais je l'écoute toujours avec plaisir. Very Happy

Ce qui m'interpelle, dans les différentes interprétations de la 2e, ce sont les grandes différences de minutages : autour d'une heure pour pas mal de chefs (Masur, Spering), 69 minutes pour Karajan... 76 (!) pour Abbado (la seule interprétation que j'aie eu du mal à écouter jusqu'au bout, tellement je l'ai trouvée assommante... alors que j'aime son interprétation des autres symphonies de son intégrale).
Est-ce que quelqu'un a une explication : différences de tempo ou coupures dans la partition ?

C'est une symphonie qui ne brille sans doute pas par sa diversité dans l'inspiration (le thème de "Alles, was Odem hat..." qui ressort à tout bout de champ), mais que je trouve d'une chaleur communicative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo B
Mélomane averti


Nombre de messages : 446
Age : 33
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 18 Fév 2011 - 11:51

Je ne sais plus qui joue quoi, mais la marge est tout simplement la Sinfonia du début, la cantate Lobgesang proprement dite constituant les n°2 à 10. Soit on joue 2 à 10 soit on joue 1 à 10.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walther
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 174
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Jeu 17 Mar 2011 - 12:57

DavidLeMarrec a écrit:
Eh bien je crois que j'ai déniché la quadrature du cercle de la tendresse et de l'énergie. Bernstein / Israël.

Il y a les trois dernières, toutes du même niveau, exactement ce que je cherchais.

Me voilà comblé. Very Happy

En effet, voilà une interprétation à la fois profonde et rafraichissante !

Dans l'Ecossaise, la tempête à la fin du 1er mouvement en est vraiment une, et sent enfin les embruns ! Cette oeuvre m'a longtemps dérangé à cause de ses redondances : l'impression (personnelle) que les deux derniers mouvements en particulier tournent un peu en rond, avec les mêmes thèmes rabachés plusieurs fois de suite sans être modifiés, mais Bernstein a su unifier la symphonie.
Dans l'Italienne, en plus d'une interprétation lyrique et brillante, il trouve de beaux phrasés, avec de beaux détails d'instrumentation dans le premier mouvement qui ressortent mieux que chez d'autres.

A la première écoute, j'ai trouvé cette interprétation un peu sophistiquée mais en réalité c'est sans doute parce qu'elle est plus creusée que la moyenne !
L'autre jour, j'ai comparé avec la version DG d'Abbado : Bernstein me donne l'impression de faire découvrir les deux pays en dehors des sentiers battus, alors qu'Abbado c'est la ballade pépère en car climatisé sur les grandes routes touristiques !

Est-ce que la Réformation de Bernstein à Israël aurait été éditée séparément quelque part (car le coffret Schubert-Schumann-Mendelssohn ne me tente pas trop) ? Dans cette symphonie par contre j'aime bien Abbado.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walther
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 174
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Jeu 17 Mar 2011 - 13:03

mélomane86 a écrit:
benrstein qui dirige mendelssohn avec l'orchestre d'israel!
tout ça est une affaire juive et c'est pour ça que cela fonctionne si bien peut être?

Dans les symphonies, je ne trouve pas que la judaïté de Mendelssohn ressorte beaucoup...
Je la sens dans le premier thème du concerto pour violon, une pièce comme Sur les ailes du chant (y compris dans le titre : similitude avec le choeur Va pensiero sull ali dorate de Nabucco) mais à part ça... Je dirais qu'il a plutôt bien intégré la religion luthérienne !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc.d
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1204
Age : 61
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2007

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 18 Mar 2011 - 11:34

Qu'est ce que la judalité de Mendelshonn ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walther
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 174
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 18 Mar 2011 - 12:48

C'est le fait qu'il était juif et l'idée (pas très concluante dans son cas) que sa musique ait pu être influencée par des airs juifs.

Autant certains airs rappellent sans ambiguïté le folklore juif chez Mahler : le solo de clarinette dans le 3e mouvement de Titan (la mélodie et l'instrument lui-même), le scherzo de la 2e symphonie (et lied du Knaben Wunderhorn) "St Antoine de Padoue prêchant aux Poissons" (avec, une fois de plus, une clarinette !), le 3e des Kindertotenlieder "Wenn dein Mütterlein", autant chez Mendelssohn...

Peut-être que s'il avait vécu plus longtemps, il aurait effectué un "retour aux sources" dans son inspiration comme l'ont fait Schoenberg et Klemperer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 874
Age : 49
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 18 Mar 2011 - 13:08

Walther a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Eh bien je crois que j'ai déniché la quadrature du cercle de la tendresse et de l'énergie. Bernstein / Israël.

Il y a les trois dernières, toutes du même niveau, exactement ce que je cherchais.

Me voilà comblé. Very Happy

En effet, voilà une interprétation à la fois profonde et rafraichissante !


Ah oui alors ! Very Happy Je suis allé écouter sur musicme suite à vos posts, quelle découverte ! C'est coloré, contrasté, à la fois profond et vivant en effet.

D'abord cette mise en valeur des bois (quelle introduction du 1er mouvement !) dans toutes les doublures cordes/bois qui rendent justice aux couleurs de l'orchestration de Mendelssohn. Je dois dire que j'ai toujours aimé cet orchestre, du moins dans ses enregistrements de cette époque.
Ensuite des tempi assez lents dans les parties calmes mais qui ne génèrent pas l'ennui au contraire : ça donne à cette musique cette grandeur que je lui ai toujours trouvée et qu'on n'entend pas toujours. Et dès qu'il s'agit d'animer le tempo ça avance ! Le 2nd mouvement est virevoltant et la fin du 1er mouvement je suis de ton avis Walther.
En fait je n'avais pas de version de référence pour cette oeuvre qui est une de mes symphonies romantiques préférées. Je crois bien que je l'ai trouvée. Cool

Walther a écrit:

Est-ce que la Réformation de Bernstein à Israël aurait été éditée séparément quelque part (car le coffret Schubert-Schumann-Mendelssohn ne me tente pas trop) ? Dans cette symphonie par contre j'aime bien Abbado.

Tu as bien raison pour le coffret, parce que les Schumann de Bernstein avec Vienne, c'est poussif. Alors que ses enregistrements de Schumann chez CBS avec New-York sont géniaux !
Pour La Réformation au détail je ne l'ai pas trouvée, mais j'ai peut-être mal cherché. Tu as essayé Gardiner là-dedans ? C'est sur instruments modernes avec Vienne, et c'est assez galvanisant. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
marc.d
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1204
Age : 61
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2007

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 18 Mar 2011 - 13:28

[quote="Walther"]C'est le fait qu'il était juif et l'idée (pas très concluante dans son cas) que sa musique ait pu être influencée par des airs juifs.

Je reste très sceptique car pour moi la volonté d'intrégration à la culture allemende me parait très forte et sa musique religieuse par exemple est plus proche de Bach et du protestantisme que la musique"juive".

D'autre part on n'évoque jamais assez le côté européen de cette musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nounou
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 03/03/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 22 Mar 2011 - 14:10

[quote="Walther"]
DavidLeMarrec a écrit:
Eh bien je crois que j'ai déniché la quadrature du cercle de la tendresse et de l'énergie. Bernstein / Israël.

Il y a les trois dernières, toutes du même niveau, exactement ce que je cherchais.

Me voilà comblé. Very Happy

En effet, voilà une interprétation à la fois profonde et rafraichissante !

Dans l'Ecossaise, la tempête à la fin du 1er mouvement en est vraiment une, et sent enfin les embruns ! quote]


C'est marrant je n'ai pas du tout le même souvenir...Faut que je réecoute ce disque qui m'avait semblé hyper maniéré.
J'ai Munch et Mitropoulos en tête pour l'ecossaise, c'est dire si la tempête en est vraiment une !

Je réecoute ce soir mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4031
Age : 22
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 25 Juil 2011 - 20:25

Je suis en train d`ecouter Abbado/LSO pour les symphonies 4 et 5...
Comment dire ? I don't want that I don't want that I don't want that
Sincerement, je m`attendais a mieux. L`orchestre est precis, les contours bien polis et soignes, mais il leur manque ce grain de folie - ca manque cruellement d`energie et de contrastes. J`ai aussi la version Karajan, qui est bien plus belle (et d`ailleurs ca m`etonne, allez savoir pourquoi... scratch ).

_________________
Si Titus Andronicus avait compté six actes, Shakespeare s'en serait pris aux spectateurs des premiers rangs du parterre et les aurait fait périr dans d'atroces souffrances.
(Jan Kott, Shakespeare, notre contemporain)

La vérité est si vraie, la force si forte, la finesse si fine, la profondeur si profonde et la philosophie si universelle dans ce texte qu'il vaut bien la peine d'y passer un instant.
(Un journaliste américain, 1894)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Utnapištim
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3330
Age : 53
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 26 Juil 2011 - 16:24

Horatio a écrit:
Je suis en train d`ecouter Abbado/LSO pour les symphonies 4 et 5...
Comment dire ? I don't want that I don't want that I don't want that
Sincerement, je m`attendais a mieux. L`orchestre est precis, les contours bien polis et soignes, mais il leur manque ce grain de folie - ca manque cruellement d`energie et de contrastes. J`ai aussi la version Karajan, qui est bien plus belle (et d`ailleurs ca m`etonne, allez savoir pourquoi... scratch ).

Dans mon souvenir, la 5e par Abbado, c'était plutôt chouette, pour la 4e sans plus. Karajan dans Mendelssohn par contre, non merci.

Pour la 4e j'ai une version de Cantelli que j'aime beaucoup, pour la 3e je suis fidèle à Mitropoulos & Maag ; un disque que j'aime bien est celui de Leppard avec l'ECO dans les 4e et 5e, assez rafraichissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81040
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 26 Juil 2011 - 16:29

Utnapishtim a écrit:
Karajan dans Mendelssohn par contre, non merci.
Tu as tort, son intégrale, dans le genre qui est le sien (le même que pour Beethoven / Bruckner / Tchaïkovsky, dans les intégrales des années 70), fonctionne très bien. Ca ne sonne pas très mendelssohnien dans le sens où c'est un peu ample pour du premier romantisme, mais je suis toujours étonné que ça fonctionne aussi bien.
Au total, ça fait partie des meilleures versions de mon point de vue, surtout si on cherche une intégrale (domaine étrangement peu abouti, à part avec Dohnányi).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Utnapištim
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3330
Age : 53
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 26 Juil 2011 - 16:42

DavidLeMarrec a écrit:
Utnapishtim a écrit:
Karajan dans Mendelssohn par contre, non merci.
Tu as tort, son intégrale, dans le genre qui est le sien (le même que pour Beethoven / Bruckner / Tchaïkovsky, dans les intégrales des années 70), fonctionne très bien. Ca ne sonne pas très mendelssohnien dans le sens où c'est un peu ample pour du premier romantisme, mais je suis toujours étonné que ça fonctionne aussi bien.
Au total, ça fait partie des meilleures versions de mon point de vue, surtout si on cherche une intégrale (domaine étrangement peu abouti, à part avec Dohnányi).

Ben c'est ça le problème ! Karajan de cette période, à part Brahms, ça ne passe pas.
Il est vrai également que des intégrales complètement abouties, ça n'existe pas, même von Dohnányi ...
D'ailleurs je trouve que c'est valable pour toutes les oeuvres de Mendelssohn, on a peu d'interprétations complètement satisfaisantes, à part pour le concerto pour violon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81040
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 26 Juil 2011 - 16:49

Utnapishtim a écrit:
Ben c'est ça le problème ! Karajan de cette période, à part Brahms, ça ne passe pas.
Oui, c'est un genre - que je devrais détester en principe, mais comme ça assez limpide en dépit de l'épaisseur, et surtout toujours superbement tendu et tenu... je rends les armes. Very Happy

Citation :
Il est vrai également que des intégrales complètement abouties, ça n'existe pas, même von Dohnányi ...
Là, franchement, von Doh dans ses Mendelssohn, j'embrasse la terre que foulent ses pieds. Ca touche à l'idéal que j'attends dans cette musique que je tiens pourtant en très haute estime. Smile

Citation :
D'ailleurs je trouve que c'est valable pour toutes les oeuvres de Mendelssohn, on a peu d'interprétations complètement satisfaisantes
N'exagérons rien, on croule sous les versions fabuleuses des quatuors (et même en incluant les intégrales : j'ai arrêté de compter !). Ceux avec pianos sont peu enregistrés mais très bien servis également, pareil pour la littérature avec violoncelle. Côté orchestral, les Symphonies pour cordes ne sont pas énormément jouées, mais il y a quelques versions très valables, et de toute façon les oeuvres restent ce qu'elles sont.
On se noie aussi sous les excellents concertos pour piano...

Ce ne sont pas forcément les versions qu'on trouve chez les disquaires, mais si on fouille un tout petit peu, on trouve amplement de quoi se combler. Ce serait bien malheureux, avec tout ce qu'on enregistre Mendelssohn, tout de même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4031
Age : 22
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 26 Juil 2011 - 23:19

DavidLeMarrec a écrit:
Utnapishtim a écrit:
Karajan dans Mendelssohn par contre, non merci.
Tu as tort, son intégrale, dans le genre qui est le sien (le même que pour Beethoven / Bruckner / Tchaïkovsky, dans les intégrales des années 70), fonctionne très bien. Ca ne sonne pas très mendelssohnien dans le sens où c'est un peu ample pour du premier romantisme, mais je suis toujours étonné que ça fonctionne aussi bien.
Au total, ça fait partie des meilleures versions de mon point de vue, surtout si on cherche une intégrale (domaine étrangement peu abouti, à part avec Dohnányi).

Tout a fait d`accord. Karajan reste sur sa ligne "beau son ample", mais ca passe curieusement bien avec Mendelssohn - et comme tu le dit tres clairement, c`est surtout la vision orchestrale qui donne son prix a cette integrale (il n`y a qu`a comparer le finale de la 4e entre Abbado et Karajan, il n`y a pas photo : le premier nous sort l`exercice orchestrale, le second une veritable saltarelle bondissante et contrastee). Karajan a toujours quelque chose a dire ici, et ne sombre jamais dans de la pure rhetorique.

_________________
Si Titus Andronicus avait compté six actes, Shakespeare s'en serait pris aux spectateurs des premiers rangs du parterre et les aurait fait périr dans d'atroces souffrances.
(Jan Kott, Shakespeare, notre contemporain)

La vérité est si vraie, la force si forte, la finesse si fine, la profondeur si profonde et la philosophie si universelle dans ce texte qu'il vaut bien la peine d'y passer un instant.
(Un journaliste américain, 1894)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Jeu 8 Sep 2011 - 17:13



Symphonie n°3 : Berliner Philharmoniker / Dimitri Mitropoulos / Salzbourg 21/08/60
Symphonie n°5 : WDR Sinfonieorchester Köln / Dimitri Mitropoulos / Cologne 19/07/57

Vision très atypique des symphonies de Mendelssohn, ici tout est noir, très noir même. C'est parfois furieusement énergique, mais les déplorations sont nombreuses, l'introduction de l'Ecossaise est très sombre (je ne me souviens pas de l'avoir entendu aussi sombre) et même dans la Reformation il toujours assez peu d'exaltation, c'est plutôt de la rage que l'on entend ici. Le contrepoint en est d'autant plus puissant par contre.


Sinon je crois que j'aime de plus en plus les n°3, n°4 & n°5 par Munch, l'orchestre est énorme mais ses lectures droites et énergiques évitent tout sentimentalisme à la noix, chose qui nuit énormément à l'image qui est souvent donnée de la musique de Mendelssohn. Et c'est beaucoup plus joyeux que chez Mitropoulos, c'est même totalement enivrant.
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22823
Age : 25
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 20:41

J'ai l'intégrale d'Abbado avec le London Symphony Orchestra. Je n'ai écouté pour le moment que la 3e symphonie c'est-à-dire "Ecossaise". J'ai trouvé la direction sans grand relief, assez plate même si c'est une version agréable à écouter néanmoins et que j'ai beaucoup apprécié l'oeuvre que je découvrais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 21:00

Si ça te dit de passer à quelque-chose de plus enthousiasmant, j'avais mis les 3, 4 & 5 par Munch sur Musique Ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4031
Age : 22
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 21:44

aurele a écrit:
J'ai l'intégrale d'Abbado avec le London Symphony Orchestra. Je n'ai écouté pour le moment que la 3e symphonie c'est-à-dire "Ecossaise". J'ai trouvé la direction sans grand relief, assez plate même si c'est une version agréable à écouter néanmoins et que j'ai beaucoup apprécié l'oeuvre que je découvrais.

Oui, Abbado c'est presque survolé - à force d'alléger et de clarifier Mendelssohn, on fausse complètement ces symphonies. Essaye Karajan, Munch ou Dohnanyi, c'est autre chose Smile .

_________________
Si Titus Andronicus avait compté six actes, Shakespeare s'en serait pris aux spectateurs des premiers rangs du parterre et les aurait fait périr dans d'atroces souffrances.
(Jan Kott, Shakespeare, notre contemporain)

La vérité est si vraie, la force si forte, la finesse si fine, la profondeur si profonde et la philosophie si universelle dans ce texte qu'il vaut bien la peine d'y passer un instant.
(Un journaliste américain, 1894)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 21:49

D'accord pour Munch et Dohnanyi, par contre pour le triplé de tête je mettrais plutôt Bernstein I. Certes il n'y a que les 3, 4 & 5 comme pour Munch, mais je crois que l'on peut se satisfaire de Dohnanyi pour la première.
Revenir en haut Aller en bas
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4031
Age : 22
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 21:57

alexandre. a écrit:
D'accord pour Munch et Dohnanyi, par contre pour le triplé de tête je mettrais plutôt Bernstein I. Certes il n'y a que les 3, 4 & 5 comme pour Munch, mais je crois que l'on peut se satisfaire de Dohnanyi pour la première.

Karajan c'est spécial, ça ne plaira pas à tout le monde Mr. Green . Personnellement j'aime beaucoup, dans une optique plus "romantique" et moins fleurie de Mendelssohn ; j'attends de trouver une alternative à Abbado dans un style plus classique (Dohnanyi peut-être ?).
Bernstein, j'y pensais justement en écrivant mon message : tu parles de gravures à NY ? En tout cas ça m'intéresse Smile - les gravures avec le philharmonique d'Israël sont-elles aussi réussies ?

_________________
Si Titus Andronicus avait compté six actes, Shakespeare s'en serait pris aux spectateurs des premiers rangs du parterre et les aurait fait périr dans d'atroces souffrances.
(Jan Kott, Shakespeare, notre contemporain)

La vérité est si vraie, la force si forte, la finesse si fine, la profondeur si profonde et la philosophie si universelle dans ce texte qu'il vaut bien la peine d'y passer un instant.
(Un journaliste américain, 1894)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 22:11

Dohnanyi est la seule intégrale qui me plaise vraiment, comme d'habitude avec lui les textures sont très aérées et il y a beaucoup d'élégance. Ce n'est pas froid pour autant, et il n'y a pas le côté neutre d'Abbado. D'ailleurs pour Abbado il existe une version antérieure avec le LSO pour les 3 & 5, je ne sais pas si c'est mieux.

Bernstein NY j'adore, c'est typiquement le genre d’œuvre qui correspond à Bernstein, il garde une certaine fraîcheur et ne tombe pas dans la mièvrerie. C'est relativement proche de Munch, très physique.

J'avais mis la 4ème sur Musique Ouverte.

Je ne connais pas Bernstein Israel.
Revenir en haut Aller en bas
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4031
Age : 22
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 22:16

Citation :
J'avais mis la 4ème sur Musique Ouverte.

J'irais écouter ça un de ces jours Smile et j'en profiterai pour écouter cette Walstein de Grinberg !

_________________
Si Titus Andronicus avait compté six actes, Shakespeare s'en serait pris aux spectateurs des premiers rangs du parterre et les aurait fait périr dans d'atroces souffrances.
(Jan Kott, Shakespeare, notre contemporain)

La vérité est si vraie, la force si forte, la finesse si fine, la profondeur si profonde et la philosophie si universelle dans ce texte qu'il vaut bien la peine d'y passer un instant.
(Un journaliste américain, 1894)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81040
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 22:39

alexandre. a écrit:
Dohnanyi est la seule intégrale qui me plaise vraiment,
C'est vrai que la discographie est étonnamment assez insatisfaisante de ce côté - alors que ces symphonies ne sont pas particulièrement difficiles à réussir, et que la discographie regorge de très belles choses en symphonies séparées...

Mais je suis tout à fait d'accord, von Doh est vraiment enthousiasmant de bout en bout, un des disques où il montre le mieux ses qualités de coloriste, et sans les mollesses qu'on peut trouver dans ses Schumann par exemple.

Les autres bonnes intégrales que j'ai rencontrées sont Karajan (qui fait du Karajan, mais ça marche, à défaut de ressemble tout à fait à du Mendelssohn) et Sawallisch (tout n'est pas parfait, surtout l'orchestre un peu opaque, mais ça avance bien) ; je suis sûr que chez les chefs moins prestigieux enregistrés par de petits labels, on doit trouver quantité de choses très convaincantes. Impressionnant le nombre de symphonies de Brahms de premier intérêt qu'on découvre au détour de labels peu diffusés, alors pourquoi pas Mendelssohn, qui n'est pas plus difficile.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 22:52

DavidLeMarrec a écrit:
Mais je suis tout à fait d'accord, von Doh est vraiment enthousiasmant de bout en bout, un des disques où il montre le mieux ses qualités de coloriste, et sans les mollesses qu'on peut trouver dans ses Schumann par exemple.
D'ailleurs c'est bizarre, Dohnanyi est typiquement normalement le genre de chef qui peut m'ennuyer, c'est du studio très propre si on veut. Mais je reviens très souvent à ses Mendelssohn et ses Brahms, l'énergie se communique de façon très souterraine avec lui, il n'y a pas le gros son de Munch ou Bernstein, il y a très rarement de fièvre. Et pourtant la tension est importante, son travail d'allègement des masses orchestrales n'est jamais vain et il ne donne jamais l'impression de pédaler dans le vide (joliment mais dans le vide) comme Abbado parfois.

Et Sawallisch évidemment, qui a commis peu de choses inutiles (alors que sa discographie est massive).
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81040
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 25 Jan 2012 - 23:13

alexandre. a écrit:
D'ailleurs c'est bizarre, Dohnanyi est typiquement normalement le genre de chef qui peut m'ennuyer, c'est du studio très propre si on veut. Mais je reviens très souvent à ses Mendelssohn et ses Brahms, l'énergie se communique de façon très souterraine avec lui, il n'y a pas le gros son de Munch ou Bernstein, il y a très rarement de fièvre. Et pourtant la tension est importante, son travail d'allègement des masses orchestrales n'est jamais vain et il ne donne jamais l'impression de pédaler dans le vide (joliment mais dans le vide) comme Abbado parfois.
Pour Dohnányi, ça dépend vraiment. Il peut être très habité, très coloré, parfois presque tranchant (surtout ces dernières années)... et aussi parfaitement décoratif, presque indolent.

Je n'ai jamais réussi à trouver la clef pour choisir ses témoignages : ce n'est ni le studio (Mendelssohn magnifiques, Schumann mous), ni l'époque de sa carrière (son Elektra parisienne était assez péremptoire, alors que son Héroïque récente est vraiment "ronde"), ni l'orcheste (la différence de chaleur du Philharmonia dans Strauss et dans Beethoven...), ni le style (Arabella dense de bout en bout et Rosenkavalier joliment hédoniste).

Comme il est très grands dans ses bonnes soirées, j'essaie souvent quand je passe à proximité de ses témoignages...


Citation :
Et Sawallisch évidemment, qui a commis peu de choses inutiles (alors que sa discographie est massive).
... et son répertoire très fréquenté. Mais effectivement, à quelques exceptions près où semble démuni et vide, on peut le fréquenter avec la certitude de lier la rigueur à la tension (ce qui est rarement le cas à ce point), et pas dénué de poésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Nounou
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 03/03/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 31 Jan 2012 - 11:20

alexandre. a écrit:
Dohnanyi est la seule intégrale qui me plaise vraiment, comme d'habitude avec lui les textures sont très aérées et il y a beaucoup d'élégance. Ce n'est pas froid pour autant, et il n'y a pas le côté neutre d'Abbado. D'ailleurs pour Abbado il existe une version antérieure avec le LSO pour les 3 & 5, je ne sais pas si c'est mieux.

Bernstein NY j'adore, c'est typiquement le genre d’œuvre qui correspond à Bernstein, il garde une certaine fraîcheur et ne tombe pas dans la mièvrerie. C'est relativement proche de Munch, très physique.

J'avais mis la 4ème sur Musique Ouverte.

Je ne connais pas Bernstein Israel.

C'est vrai que Dohnanyi est bon dans ces symphonies.
Je lui préfère néanmoins les premiers Abbado à Londres chez Decca (3&4), et surtout surtout Mitropoulos, Munch et Bernstein. La FIEVRE !! Après avoir écouté ces 3 là, difficile ensuite de revenir à l'ami Dohnanyi malgré toutes ses qualités.
Toscanini et Cantelli dans la 4ème sont également passionnants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4031
Age : 22
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 31 Jan 2012 - 17:34



Celles-ci Smile ?
J'aime beaucoup la 3e pour sa précision et sa fraîcheur. Par contre, la 4e I don't want that ...

_________________
Si Titus Andronicus avait compté six actes, Shakespeare s'en serait pris aux spectateurs des premiers rangs du parterre et les aurait fait périr dans d'atroces souffrances.
(Jan Kott, Shakespeare, notre contemporain)

La vérité est si vraie, la force si forte, la finesse si fine, la profondeur si profonde et la philosophie si universelle dans ce texte qu'il vaut bien la peine d'y passer un instant.
(Un journaliste américain, 1894)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1257
Age : 52
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 31 Jan 2012 - 20:06

Pour ma part, j'opte pour l'intégrale Dohnányi ... Mais pour les deux premières symphonies, je lui préfère Masur dans sa seconde intégrale avec le Gewandhaus. Une première très légère et dynamique et une très belle Lobgesang, ... très idiomatique Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 31 Jan 2012 - 23:16

Tu parles de celle chez RCA Classics ?

(si oui : mains Very Happy - "idiomatique", dans quel sens ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1257
Age : 52
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 1 Fév 2012 - 3:04

jerome a écrit:
Tu parles de celle chez RCA Classics ?

(si oui : mains Very Happy - "idiomatique", dans quel sens ?)

Je parlais de sa deuxième intégrale chez Teldec. Je n'ai jamais écouté la première et je ne peux pas dire si elle est meilleure ou moins bonne Confused . Mais dans les deux premières symphonies, je trouve remarquables les versions issues de cette seconde intégrale...

Alors... pourquoi idiomatique? La Lobgesang fut composée pour le 400ème anniversaire de l'invention de l'imprimerie. La Bible étant le premier ouvrage imprimé par Gutenberg, cette symphonie prend les allures d'une célébration liturgique luthérienne sur des textes bibliques. Et je trouve que Masur et son orchestre de Leipzig rendent à merveille l'esprit luthérien de cette musique, esprit que je ne retrouve par exemple pas du tout dans la version Dohnányi. Certaines parties rappellent le choral luthérien et l'hommage à Bach n'est pas loin. Il ne faut pas oublier que cette symphonie fut créée par Mendelssohn à Saint-Thomas de Leipzig avec l'orchestre du Gewandhaus (tout un symbole!). Cet orchestre a pour ainsi dire cette musique dans le sang... et je trouve que ça se sent Very Happy .

Certains disent que la première intégrale Masur chez RCA est encore meilleure. C'est ce que tu sembles dire Very Happy , mais malheureusement je ne l'ai pas encore entendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mendelssohn les symphonies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mendelssohn les symphonies
» Coffret Symphonies chez Brilliant
» La Symphonie n° 3 ( Mendelssohn )
» La Symphonie n° 4 ( Mendelssohn )
» Les 5° et 7° symphonies de Beethoven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: