Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mendelssohn les symphonies

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1004
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 3 Jan 2018 - 8:01

DavidLeMarrec a écrit:
Ah oui, c'est tentant, ça Steinberg, toujours une bonne adresse !
Ça ne manque pas trop d'élégance néanmoins ?
NON. C'est viril mais élégant, au même titre qu'un Szell peut l'être par exemple. Steinberg est souvent comparé à des chefs comme Reiner ou Szell, arrivé comme eux aux Etats-Unis dans le sillage de Toscanini. On a souvent dit de lui qu'il était "inscrit dans une veine objective, mais avec du coeur".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 3 Jan 2018 - 16:05

Alors, j'ai écouté ça.

J'ai effectivement adoré le premier mouvement : il saisit quelque chose qui manque à tous les autres, ça file droit avec beaucoup d'élan, on a bien la tempête, malgré le motif folklorique !

Sur les autres mouvements, je suis plus réservé :
♦ ça manque de contraste, tout est rapide, mais les sections rapides pas plus que dans les autres versions, donc on perd un peu l'effet de la marche qui survient dans le III ou de la danse finale du IV ;
♦ il me manque aussi un peu de poésie dans le II ou dans le début III, quelque chose d'une brume un peu mélancolique qui est tout à fait absente ici.

Par ailleurs, je n'aime pas trop la prise réverbérée un peu lointaine, qui ne masque pas pour autant la verdeur des timbres, pas très agréables.

Mais c'est assurément différent et très convaincant, à ces petites réserves près ; ce n'est pas ma référence, mais j'ai beaucoup aimé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1004
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 5 Jan 2018 - 9:21

DavidLeMarrec a écrit:
Alors, j'ai écouté ça.
Par ailleurs, je n'aime pas trop la prise réverbérée un peu lointaine, qui ne masque pas pour autant la verdeur des timbres, pas très agréables.
Mais c'est assurément différent et très convaincant, à ces petites réserves près ; ce n'est pas ma référence, mais j'ai beaucoup aimé !
Prise de son typique de cette salle très problématique, en effet, très large -bien qu'il s'agisse d'un enregistrement mono-, assez peu profonde et un peu pincée dans le haut-médium, d'où la verdeur relative des timbres. Il faut se souvenir que Steinberg partait de très loin en reprenant l'orchestre de Pittsburgh après Reiner, qui avait licencié près de 90% des musiciens de l'orchestre durant son mandat...
Mais une mobilité et une vie réjouissantes malgré tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 5 Jan 2018 - 9:57

Complètement, complètement !

Mais c'est vrai que ça sonne étrangement lointain, réverbéré et étroit à la fois, pas exactement le bon cocktail. C'est donc la salle de Pittsburgh qui est en cause ? Je ne l'entends pas dans tous leurs enregistrements, ils en ont changé ? Ou ils enregistrent ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1004
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 5 Jan 2018 - 11:43

DavidLeMarrec a écrit:
C'est donc la salle de Pittsburgh qui est en cause ?  Je ne l'entends pas dans tous leurs enregistrements, ils en ont changé ?  Ou ils enregistrent ailleurs ?

La grande majorité des enregistrements de Steinberg avec "son" orchestre de Pittsburgh se déroulaient à la Syria Mosque, une très grande salle de près de 4 000 places, dont l'estrade pour l'orchestre était remarquablement large, mais peu profonde. Il se dit que les musiciens, du fait de cette très large scène, ne s'entendaient pas tous réciproquement. Malgré cette grande capacité, c'est la salle qui connaissait le plus fort taux de remplissage, aux Etats-Unis, sous le mandat de Steinberg : ses musiciens et le public local le vénéraient.
A la destruction du bâtiment, l'orchestre a emménagé dans Heintz Hall -1971-, où il réside encore actuellement. Avant cette date, tous les enregistrements Capitol/Columbia de Steinberg sont en effet relativement typés d'un point de vue sonore, même si les plus récents sont meilleurs que cette 3ème de Mendelssohn. Pour en savoir un peu plus, tu sais où chercher ! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 5 Jan 2018 - 11:58

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 17619
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 18 Avr 2018 - 14:46

Benedictus a écrit:

Symphonie n°3 en la mineur, op. 56 «Écossaise»
Pablo Heras-Casado / Freiburger Barockorchester
Murcie, III.2015
Harmonia Mundi


Ce disque donne à entendre quelque chose de proprement inouï. Avec un vrai ensemble baroque, Heras-Casado réinvente tout: les équilibres sonores, les timbres, les textures, la pulsation les phrasés... Paradoxalement, Mendelssohn paraît ainsi plus ample et plus tendu: on croit entendre ici comme un très grand maître de l'Empfindsamkeit ou du Sturm und Drang, et non un romantique aimable un rien corseté par l'esthétique classique.

J'ai parlé de phrasés et de pulsation: ce qui est en effet frappant c'est la façon dont se déploient des phrasés souples et élégants sur une pulsation ferme et nerveuse. La clarté du spectre sonore obtenu, en particulier aux cordes, fait ressortir la richesse d'une écriture polyphonique subtile. Et par surcroît, la sonorité du Freiburger Barockorchester n'a jamais paru si belle, ni sous von der Goltz / Müllejans, ni sous Jacobs: les bois et les timbales, en particulier, ont des couleurs, une profondeur à se mettre à genoux.

C'est un peu le contraire de Gardiner à Vienne (que j'aime beaucoup, au demeurant) où le renouvellement venait de la sécheresse du trait, de l'acidité des timbres et d'une battue métronomique - sans pour autant remettre en question l'économie globale des interprétations traditionnelles. Là, l'espèce de changement de paradigme, de radicalité du discours se double d'un hédonisme sonore infiniment séduisant.

J'ai écouté ce disque il y a quelques jours et je souscris à 100% à ce que tu dis. Inouï, c'est vraiment le mot. Tout ici est d'une fraîcheur, d'une richesse, d'un coloris, d'une splendeur de timbres (le scherzo de l'écossaise colors ), bref d'une qualité interprétative proprement sidérante.
Un disque complétement dingue. Laughing

P.S. : le disque qui apparie la 5ème et le concerto pour violon (+ les Hébrides) est également excellent (notamment pour les interprétations magnifiques des Hébrides de la 5ème), mais un petit ton en-dessous de ces miraculeuses 3ème et 4ème. J'attends son futur enregistrement d'Elias avec impatience. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5730
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Dim 6 Mai 2018 - 23:55


Symphonies nº3 en la mineur, op. 56 «Écossaise» et nº4 en la majeur, op. 90 «Italienne»
Yannick Nézet-Séguin / Chamber Orchestra of Europe
En public, Paris, II.2016
DG


Pas encore écouté le reste de l’intégrale, mais c’est vraiment très, très bien: impeccablement mis en place et détaillé, avec un spectre aéré mais qui ne sonne jamais malingre, des phrasés très soignés et des échelles de dynamiques au cordeau, beaucoup d’élan et de rebond... Dans son optique, c’est assez parfait et pourra même être exaltant pour beaucoup.

Si je n’ai pas adhéré avec autant d’enthousiasme, c’est d’abord parce que cette version Nézet-Séguin vient après Heras-Casado et le Freiburger Barockorchester (que j’avais adoré, cf. supra) qui, sur instruments anciens, inventait réellement de nouveaux équilibres, faisait entendre des timbres et des textures inédits; et là, ce n’est pas le cas: on entend une version chambriste particulièrement réussie, qui allège la pâte orchestrale mais sans remettre fondamentalement en question les équilibres traditionnels - et ce d’autant plus que le COE a toujours ses textures un peu lisses, ses timbres peu typés.

Par ailleurs, et c’est toujours un peu le cas avec Nézet-Séguin,  le soin extrême apporté à la réalisation se double d’une lecture expressivement assez aimable - on est vraiment dans l’image traditionnelle de Mendelssohn, un romantisme tempéré de classicisme, plus que dans l’héritage du Sturm und Drang que magnifiait Heras-Casado - et on est tout aussi loin du Mendelssohn incroyablement tendu et véhément, quoique hors-style, que proposaient Bernstein / Israel (DG) ou Mitropoulos / Berlin - WDR (Andromeda.)

Par ailleurs, cet enregistrement, réalisé en public à la Philharmonie, est, jusqu’à présent, celui qui m’a paru le plus fidèle à l’acoustique de la salle - jusque dans ses défauts, à savoir, en l’occurrence, un léger excès de réverbération qui accentue justement le côté un peu rond de la sonorité du COE.  Mais enfin, j’avais failli prendre des places à l’époque - et je suis bien persuadé à l’écoute de ces captations que j’y aurais pris un grand plaisir. (Et je vais d’ailleurs écouter le reste du cycle sans avoir à me forcer...)

Au total donc, d’excellentes interprétations, idéales pour qui voudrait un Mendelssohn svelte, aéré et plein d’allant, mais risquent de ne pas adhérer à la radicalité des lectures d’Heras-Casado - et dans cette perspective-là, on pourrait même probablement voir dans cette intégrale quelque chose comme une «référence moderne.»


Dernière édition par Benedictus le Lun 7 Mai 2018 - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 7 Mai 2018 - 0:20

Benedictus a écrit:
et ce d’autant plus que le COE a toujours ses textures un peu lisses, ses timbres peu typés.

Je ne trouve pas : ça claque toujours bien, et les solistes sont vraiment marquants. C'est surtout la comparaison avec l'orchestre baroque de Fribourg qui fait paraître ça blanchâtre. Smile


Citation :
on est vraiment dans l’image traditionnelle de Mendelssohn, un romantisme tempéré de classicisme, plus que dans l’héritage du Sturm und Drang que magnifiait Heras-Casado

C'est vrai que c'est une lecture cursive et lumineuse, mais elle tombe assez sous le sens, non ?

Par ailleurs, le Sturm und Drang, à l'époque où Mendelssohn écrit ces symphonies, a cinquante ans tout de même… Et ce qu'on appelle le Sturm und Drang, en musique, ne correspond pas réellement aux œuvres les plus préromantiques de Haydn, par exemple (goût pour le mineur, oui, mais encore dans une forme et une expression résolument classiques). Je ne suis pas persuadé qu'il faille aller chercher de ce côté-là, il y a des sources romantiques bien plus proches qui peuvent justifier ce Mendelssohn plus tempêtueux.


Citation :
Au total donc, d’excellentes interprétations, idéales pour qui voudrait un Mendelssohn svelte, aéré et plein d’allant, mais risquent de ne pas adhérer à la radicalité des lectures d’Heras-Casado - et dans cette perspective-là, on pourrait même probablement voir dans cette intégrale quelque chose comme une «référence moderne.»

D'autant que la discographie ne déborde pas non plus de références très acérées : Weller, Ashkenazy, Litton ou DeVriend, c'est très bien, mais c'est très romantique-fondu. Outre Dohnányi-Vienne qui est pour moi l'idéal équilibre entre incisivité, couleurs et poésie, il y a eu Poppen-Saarbrücken, qui cingle vraiment bien ces pages. Mais c'est à peu près tout (car Manze-Hanovre est un peu tranquille…), donc cette intégrale est très bienvenue en effet.

À mon avis, tu devrais davantage apprécier la vivacité de Poppen, plus anguleuse que celle, fluide et lumineuse, de Nézet-Séguin. Mais effectivement, c'était un très beau moment en salle, assez parfait, tu t'en serais sans doute fort bien contenté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5730
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 7 Mai 2018 - 0:56

DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
et ce d’autant plus que le COE a toujours ses textures un peu lisses, ses timbres peu typés.
Je ne trouve pas : ça claque toujours bien, et les solistes sont vraiment marquants. C'est surtout la comparaison avec l'orchestre baroque de Fribourg qui fait paraître ça blanchâtre. Smile
Ça joue sans doute en effet beaucoup (et puis je n'ai pas dit «blanchâtre», non plus...)

DavidLeMarrec a écrit:
C'est vrai que c'est une lecture cursive et lumineuse, mais elle tombe assez sous le sens, non ?
Oui, oui, nous sommes bien d'accord. Mes réserves, encore une fois, tiennent plus à mes attentes qu'à la pertinence ou à la qualité de ce que propose Nézet-Séguin.

DavidLeMarrec a écrit:
Je ne suis pas persuadé qu'il faille aller chercher de ce côté-là, il y a des sources romantiques bien plus proches qui peuvent justifier ce Mendelssohn plus tempêtueux.
Oui, oui, là aussi (je parlais d'ailleurs d'héritage du Sturm und Drang - et plus pour pointer la sonorité très typée «XVIIIᵉ» de Fribourg.) Sinon, tu veux dire Weber + Beethoven?

DavidLeMarrec a écrit:
D'autant que la discographie ne déborde pas non plus de références très acérées : Weller, Ashkenazy, Litton ou DeVriend, c'est très bien, mais c'est très romantique-fondu. Outre Dohnányi-Vienne qui est pour moi l'idéal équilibre entre incisivité, couleurs et poésie, il y a eu Poppen-Saarbrücken, qui cingle vraiment bien ces pages. Mais c'est à peu près tout (car Manze-Hanovre est un peu tranquille…), donc cette intégrale est très bienvenue en effet.
Ah oui, Dohnányi / Vienne, c'est ce à quoi je reviens toujours pour un Mendelssohn sur grand orchestre romantique. (Au fait, Masur / Leipzig, ça donne quoi?)

DavidLeMarrec a écrit:
À mon avis, tu devrais davantage apprécier la vivacité de Poppen, plus anguleuse que celle, fluide et lumineuse, de Nézet-Séguin. Mais effectivement, c'était un très beau moment en salle, assez parfait, tu t'en serais sans doute fort bien contenté.
C'est en effet très hautement probable (pour les deux affirmations.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1004
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 7 Mai 2018 - 6:56

Personnellement, j'ai trouvé mon intégrale de chevet !
Mendelssohn. Symphonies:
 
Le coffret comprend les 5 symphonies et les 12 symphonies pour cordes. Je suis surpris qu'il n'ait jamais été évoqué, me semble-t-il, dans ce fil : c'est intense, puissant et lumineux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupoil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 219
Age : 37
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 7 Mai 2018 - 8:02

J'avais écouté Nézet-Séguin quand je me suis refait une intégrale des symphonies il y a quelques mois, et j'ai trouvé ça excellent aussi (j'ai beaucoup aimé les timbales). Après je n'ai pas de point de comparaison, et en particulier je n'ai pas écouté Heras-Casado, mais je soupçonne que je risquerais de faire partie de ceux qui "n'adhéreraient pas à sa radicalité", comme dit Benedictus Laughing .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/ En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 7 Mai 2018 - 17:22

@ Diablotin
Je n'avais pas vu que ça existait. Shocked Je veux ça !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 7 Mai 2018 - 20:06

Diablotin a écrit:
Personnellement, j'ai trouvé mon intégrale de chevet !
Mendelssohn. Symphonies:
 
Le coffret comprend les 5 symphonies et les 12 symphonies pour cordes. Je suis surpris qu'il n'ait jamais été évoqué, me semble-t-il, dans ce fil : c'est intense, puissant et lumineux.

Je suis le conseil de notre petit diable et viens d’appuyer sur le bouton fatal (vous savez le truc orange)
Après ce sera Casado
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 17619
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Lun 7 Mai 2018 - 22:43

Roupoil a écrit:
J'avais écouté Nézet-Séguin quand je me suis refait une intégrale des symphonies il y a quelques mois, et j'ai trouvé ça excellent aussi (j'ai beaucoup aimé les timbales). Après je n'ai pas de point de comparaison, et en particulier je n'ai pas écouté Heras-Casado, mais je soupçonne que je risquerais de faire partie de ceux qui "n'adhéreraient pas à sa radicalité", comme dit Benedictus Laughing .

Heras-Casado, au-delà de la question de la radicalité interprétative, est avant tout d'une somptuosité sonore à se pâmer. Tu es prévenu. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mar 8 Mai 2018 - 14:15

J'écoute donc Fey, en commençant par la Troisième.

En réalité, ça me paraît plus radical qu'Heras-Casado !  Les timbres n'ont pas du tout la même chaleur évidemment, mais en matière de textures, on entend tout, les attaques sont folles… c'est un peu dans la veine des Mozart d'Harnoncourt avec le Concentus dont nous devisions récemment : on entend tout, ça court, ça claque !

Cela peut incommoder, parce qu'il met en valeur des strates différentes au fil des itérations thématiques (pourquoi mettre ce contrechant d'altos au premier plan à la fin du I, ces accents de cuivres dans le II, alors qu'à chaque fois ils sont de toute évidence écrits comme des effets de variation, de remplissage, d'enrichissement, et pas des parties thématiques ?).
Moi j'aime beaucoup, mais il y en a que ça agacera.

En fin de compte, un Mendelssohn pas du tout gracieux, très sauvage, c'est vraiment étonnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 774
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 9 Mai 2018 - 16:17

DavidLeMarrec a écrit:
J'écoute donc Fey, en commençant par la Troisième.

En fin de compte, un Mendelssohn pas du tout gracieux, très sauvage, c'est vraiment étonnant.

Du Mitropoulos ?

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 979
Age : 50
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 9 Mai 2018 - 22:16

À la lecture de cette discussion, j'ai écouté la 3ème par Thomas Fey et je rejoins tout à fait le propos de David. Passée la question des instruments utilisés c'est en fait plus radical qu'Heras-Casado. Mais ça ne m'a pas déplu car le parti-pris de la vivacité et de la nervosité n'empêche pas par moments une certaine poésie, même si on aimerait un petit plus de relâchement sur le 2è thème de l'allegro du 1er mouvement.
Le phrasé des cordes dans le mouvement lent surprend à la première écoute avec toutes ces respirations, mais partition en main on constate que tout cela a du sens et que l'on a des habitudes de tout legato.

Ce qui me gêne en fait ici c'est comme le dit David le fait de souligner certaines lignes dans l'harmonie sans que cela ne soit justifié. Autant j'adore quand une interprétation me fait entendre un contrechant trop souvent masqué, autant ici sur des notes de cor répétées je ne vois pas trop l'intérêt. Les cuivres ne sont d'ailleurs pas très agréables ici.

Cette version aura eu aussi pour moi l'intérêt de réécouter Heras-Casado et de m'en faire une tout autre opinion après une première écoute il y a quelques mois où les timbres m'avaient rebuté. Et c'est vrai que c'est excellent musicalement. C'est tellement parfait et ce chef démontre au fil de ses enregistrements une telle intelligence, un tel goût (sans parler de la variété incroyable de son répertoire qui force le respect), que je me suis quand même dit pendant le 1er mouvement "que n'a-t-il enregistré cela sur instruments modernes comme il l'a fait pour la Lobgesang". Mais j'avoue que je me suis surpris à oublier cette histoire de timbres dans les 2è et 4è mouvements où cela fonctionne très bien.

Compte-tenu de mes attentes (relecture sur instruments modernes pour résumer) et du fait que j'ai aimé son cycle Schumann, j'attendais beaucoup de Nezet-Seguin à sa sortie. Ça reste une grosse déception. Travail de timbres et de couleurs soigné comme toujours chez lui, mais une interprétation que je trouve très artificielle (cette mode de gonfler les phrasés...), par moments maniérée et souvent ennuyeuse (avec des tempi parfois éloignés des indications).
Pour finir j'aimerais bien entendre Popen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 9 Mai 2018 - 22:42

Ah, les cuivres de Heidelberg, je les trouve au contraire très beaux : ce n'est pas une affaire de valeur, mais vraiment de style, avec cette acidité incisive typique des orchestres nordiques (en particulier norvégiens ou ouest-suédois), bien qu'il n'y ait pas géographiquement grand lien ; évidemment, si on aime les cuivres ronds / brillants / transparents, ça ne donne pas satisfaction.

[Nézet]
Iskender a écrit:
Travail de timbres et de couleurs soigné comme toujours chez lui, mais une interprétation que je trouve très artificielle (cette mode de gonfler les phrasés...)

Que veux-tu dire par là ?

Sinon, de mon côté, je me suis fait la remarque inverse pour Heras-Casado : j'ai trouvé sa Deuxième agréable mais moins typée, plus habituelle.

J'en profite pour glisser l'info qui va désespérer Benedictus : Harmonia Mundi n'a pas prévu de publier d'Elias par Heras-Casado et le baroque de Fribourg. Confused (il existe néanmoins des bandes des concerts, si nécessaire…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 9 Mai 2018 - 22:48

En revanche, la Deuxième par Fey, une œuvre que je trouve d'ordinaire assez pompeuse et figée, je l'ai adorée ! Autant les versions plus récentes (Litton, Nézet, Heras) la faisaient passer sans douleur, autant ici, j'ai été transporté, l'impression, avec ces tempi très vifs, d'entendre se révéler les logiques de phrasés, les récurrences de motifs, avec une partie chantée beaucoup plus proche de ses grands Psaumes et oratorios…

La Quatrième m'a paru moins marquante, moins neuve, et son écriture déjà vive m'y fait très bien supporter les lectures plus traditionnelles (Dohnányi-Vienne et Tennstedt-Berlin sont mes chouchoutes, pas exactement du révolutionnaire baroqueux), il n'y a rien à dynamiser (contrairement à la Deuxième). Ça ressemble un peu plus aux lectures assez sèches de Norrington et Weil, avec leurs orchestres d'époque (mais en beaucoup plus inspiré, il y a quand même une urgence et un panache permanents, ça reste une très grande version.
Quelle perte qu'il ait dû laisser la direction (et son orchestre).

Les symphonies pour cordes aussi sont telles que j'ai toujours voulu les entendre ; je n'étais pas complètement persuadé de la valeur de toutes et dans toutes les mouvements (découvertes dans la nébuleuse intégrale Naxos), même avec le Concerto Köln. Là encore, le tempo et l'ardeur des attaques rend tout cela tellement évident : c'est de la très grande musique et j'étais passé à côté.

Merci Diablotin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5730
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 9 Mai 2018 - 23:09

DavidLeMarrec a écrit:
J'en profite pour glisser l'info qui va désespérer Benedictus : Harmonia Mundi n'a pas prévu de publier d'Elias par Heras-Casado et le baroque de Fribourg. Confused  (il existe néanmoins des bandes des concerts, si nécessaire…)
Evil or Very Mad  Ben tiens, il faut dire que ces audacieux pionniers ont tellement de répertoires inédits à défricher par ailleurs, hein: la Messe en si par Christie, le deuxième Winterreise de Padmore, le deuxième disque de Préludes de Rachmaninov par Lugansky...
(Quant aux fans de Goerne, ils pourront toujours se consoler avec ses cantates pour basse de Bach et un nouveau volume Schubert avec Eschenbach.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 9 Mai 2018 - 23:35

hehe

Padmore, il n'a pas fait ça il y a tout juste dix ans ? C'est avec quel pianiste cette fois ? Son cycle avec Lewis était très bien, la voix n'a pas évolué à ce point de tout de même…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5730
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 9 Mai 2018 - 23:46

Si. Maintenant, c'est avec Bezuidenhout. Harmonia Mundi se devait bien d'avoir sa version sur pianoforte, 38 ans après Dähler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mer 9 Mai 2018 - 23:49

En revanche, les versions d'opéras de LULLY, 30 ans après Atys et Armide, on les a un peu perdues en route. Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 17619
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Jeu 10 Mai 2018 - 0:00

DavidLeMarrec a écrit:


J'en profite pour glisser l'info qui va désespérer Benedictus : Harmonia Mundi n'a pas prévu de publier d'Elias par Heras-Casado et le baroque de Fribourg. Confused  (il existe néanmoins des bandes des concerts, si nécessaire…)

J'espérais tellement... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Jeu 10 Mai 2018 - 12:49

J'étais persuadé que ce serait le cas, mais j'ai eu l'info de première main à l'intérieur de la maison.

Peut-être chez un autre label, éventuellement, ça je ne peux pas dire…

--

Sinon, petit bilan alors que je termine cette intégrale Fey / Heidelberg.

Très radical et original, donc, les cordes mordent extraordinairement, tout le temps, les cuivres claquent avec acidité (les bois un peu moins mis en valeur), c'est toujours rapide, fougueux, sans limite quasiment (j'aurais bien aimé voir ce que ça produit dans Schumann !).

Ça a ses qualités : la Deuxième exceptionnelle, la Troisième dans une veine combattive totalement irrésistible. J'ai moins été convaincu par la Quatrième (l'œuvre est déjà vive et aérée même en interprétation tradi ; les moments méditatifs sont très rapides, et le final m'évoque plus la danse que la chasse folle) et la Cinquième (très pressée, très peu méditative), même si le final explose avec des angles très violents.
En fin de compte, dans ce genre, j'ai probablement davantage aimé, en moyenne, Heras-Casado (qui, lui, met vraiment les bois en valeur), moins radical dans la conception, mais qui respecte davantage les contrastes et atmosphères prévus.

Les Symphonies pour cordes, oui, clairement, ça les hausse toutes, avec une tendresse particulière pour les 6 et 11. Premier choix, même si, écoutées à la suite, le corpus paraît un peu homogène.

Vraiment à découvrir, ça décoiffe sévère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Adalbéron
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 230
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Jeu 10 Mai 2018 - 12:58

Benedictus a écrit:
Si. Maintenant, c'est avec Bezuidenhout. Harmonia Mundi se devait bien d'avoir sa version sur pianoforte, 38 ans après Dähler.

Il y a déjà une version Werner Güra/Christoph Berner, chez Harmonia Mundi... Et c'est récent. Mais c'est sur un pianoforte Rönisch de 1872 tutut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 774
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Jeu 10 Mai 2018 - 16:09

DavidLeMarrec a écrit:


Sinon, petit bilan alors que je termine cette intégrale Fey / Heidelberg.

Très radical et original, donc, les cordes mordent extraordinairement, tout le temps, les cuivres claquent avec acidité (les bois un peu moins mis en valeur), c'est toujours rapide, fougueux, sans limite quasiment (j'aurais bien aimé voir ce que ça produit dans Schumann !).e.

Si j'ai bien lu quelques sites commerciaux, une "intégrale" de la musique orchestrale de Schumann, en six volumes, par les mêmes interprètes est disponible à l'achat.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 774
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Jeu 10 Mai 2018 - 16:12

Diablotin a écrit:
Personnellement, j'ai trouvé mon intégrale de chevet !
Mendelssohn. Symphonies:
 
Le coffret comprend les 5 symphonies et les 12 symphonies pour cordes. Je suis surpris qu'il n'ait jamais été évoqué, me semble-t-il, dans ce fil : c'est intense, puissant et lumineux.

Vu que chacune des symphonies "orchestrales", les numéros 1 à 5, est couplée avec un certains nombres de symphonies "à cordes".
Y a-t-il une logique quelconque dans ces couplages ?

fomalhaut


Dernière édition par fomalhaut le Ven 11 Mai 2018 - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1004
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 6:12

A priori, non.
CD1. I + 8
CD2. 7 et 12 + IV
CD3. 1, 2, 3, 4 et 9
CD4. V + 5, 6 et 10
CD5. III + 11
CD6. II
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 774
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 10:14

A titre de curiosité, j'attire l'attention de tous sur l'enregistrement des symphonies écossaise et italienne, réalisé sous la direction du hauboiste (ou ex-hauboiste ?) Heinz Holliger :

https://www.amazon.fr/Mendelssohn-Symphonies-No-Scottish-Italian/dp/B005DZIN2O/ref=sr_1_1?s=music&ie=UTF8&qid=1526025885&sr=1-1&keywords=Holliger+mendelssohn

En effet, Holliger interprète la version révisée (1834) de la symphonie italienne.

De plus, l'ensemble est très bien interprété, à mon sens.


fomalhaut


PS. Pour info, Holliger semble avoir troqué le hautbois pour la baguette :

Debussy
(https://www.amazon.fr/Debussy-orchestrales-Altmann-Gauthier-Debussy/dp/B00IE9CIZY/ref=sr_1_6?s=music&ie=UTF8&qid=1526026282&sr=1-6&keywords=holliger+debussy)

Koechlin
(https://www.amazon.fr/Oeuvres-orchestrales-Charles-Koechlin/dp/B07574QX4Y/ref=sr_1_1?s=music&ie=UTF8&qid=1526026626&sr=1-1&keywords=holliger+koechlin)

Koechlin, il fallait le faire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 15:26

Bonjour

En attendant de recevoir l'intégrale Fey / Heidelberg dont David nous donne l'écume aux lèvres et pour me faire patienté j'ai acheter les CD Heros-Casado
1 / Concerto violon - Hébrides - Symphonie 5 : dès la première écoute, c'est comme une claque dans la tronche ( j'en suis à la 3ème écoute) - çà décoiffe grave mais dans le bon sens du terme - une lisibilité instrumentales époustouflante - on entend absolument tout mais en gardant le caractère propres des oeuvres - le chef sert la partition et n'est pas un iconoclaste qui chamboulle tout juste pour être " tendance " ( je déteste ce terme).
Vraiment extraordinaire comme version ( Ouverture et Symphonie). Pour le concerto ( écouté qu'une fois et pas de claque cette fois-ci - çà repose) même remarque niveau orchestre - admirable , en ce qui concerne la violoniste Faut, je suis un peu plus réservé - le violon est évidemment beau mais manque un peu de corps je trouve. Faut que je réécoute cela plusieurs fois
2 / Symphonies 3 + 4 - pas encore écouté mais n'ayant lu que des éloges sur le site et vu l'expérience du CD précédent - çà promet un moment extraordinaire
3 / Symphonie 2 - pas encore en mains - ici l'orchestre traditionnel de la radio bavaroise (que j'adore) remplace le FBO - donc surprise

Merci à vous tous pour ces découvertes coups de coeur

Comme on ne se refait pas j'ai commandé quelques CD supplémentaires de ce chef, à savoir :
1 / Schubert : Symphonies 3 et 4 avec le FBO
2 / Schumann : Concerto piano avec Melnikov et le FBO
3 / Schumann : Concerto cello avec Queyras et le FBO
4 / Schumann : Concerto violon avec Faut et le FBO

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 15:35

Je ne trouve pas trace d'intégrale Schumann de Fey.

Diablotin a écrit:
A priori, non.
CD1. I + 8
CD2. 7 et 12 + IV
CD3. 1, 2, 3, 4 et 9
CD4. V + 5, 6 et 10
CD5. III + 11
CD6. II

La logique est de mélanger symphonies de jeunesse et de maturité, pour conserver des symphonies pour cordes « fortes » ou plus célèbres, comme les 9 et 11, sur des disques séparés. Mais pas de logique perceptible dans la conception, hors le confort d'écoute (tonalités peut-être ?).


LeKap a écrit:
çà décoiffe grave mais dans le bon sens du terme - une lisibilité instrumentales époustouflante - on entend absolument tout mais en gardant le caractère propres des oeuvres - le chef sert la partition et n'est pas un iconoclaste qui chamboulle tout juste pour être " tendance " ( je déteste ce terme).
Voilà, exactement. C'est très neuf, mais pas d'effets de manche (pour Fey, même s'il va à mon sens au but, il y a des effets qui peuvent paraître plus gratuits).

Citation :
2 / Symphonies 3 + 4 - pas encore écouté mais n'ayant lu que des éloges sur le site et vu l'expérience du CD précédent - çà promet un moment extraordinaire
Oui, c'est plus accompli et plus original encore que la 5.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 15:48

DavidLeMarrec a écrit:
Je ne trouve pas trace d'intégrale Schumann de Fey.

David, je voulais parler de l'intégrale Mendelssohn de Fey - les HS à la fin de mon post en sont la cause

Diablotin a écrit:
A priori, non.
CD1. I + 8
CD2. 7 et 12 + IV
CD3. 1, 2, 3, 4 et 9
CD4. V + 5, 6 et 10
CD5. III + 11
CD6. II

La logique est de mélanger symphonies de jeunesse et de maturité, pour conserver des symphonies pour cordes « fortes » ou plus célèbres, comme les 9 et 11, sur des disques séparés. Mais pas de logique perceptible dans la conception, hors le confort d'écoute (tonalités peut-être ?).


LeKap a écrit:
çà décoiffe grave mais dans le bon sens du terme - une lisibilité instrumentales époustouflante - on entend absolument tout mais en gardant le caractère propres des oeuvres - le chef sert la partition et n'est pas un iconoclaste qui chamboulle tout juste pour être " tendance " ( je déteste ce terme).
Voilà, exactement. C'est très neuf, mais pas d'effets de manche (pour Fey, même s'il va à mon sens au but, il y a des effets qui peuvent paraître plus gratuits).

En tous les cas, tu as l'air d'apprécier vachement cette gratuité donc je ne fais pas de souci

Citation :
2 / Symphonies 3 + 4 - pas encore écouté mais n'ayant lu que des éloges sur le site et vu l'expérience du CD précédent - çà promet un moment extraordinaire
Oui, c'est plus accompli et plus original encore que la 5.

Ben çà promet - ce n'est plus l'écume mais la rage aux lèvres que j'écouterai ce CD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 15:55

C'est-à-dire que les choix de Fey, comme on le disait plus haut, peuvent paraître arbitraires çà et là (pourquoi ce bout de ligne de cuivres, pourquoi ce contrechant mineur d'alto ?), mais globalement, pas de chichis, tout file très droit, très vite, avec rage et enthousiasme… pas du tout une version précieuse.

(C'est d'ailleurs un chef dont la gestique est remarquablement économe en concert, encore plus qu'Heras-Casado qui est déjà un modèle de sobriété.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 16:02

DavidLeMarrec a écrit:
C'est-à-dire que les choix de Fey, comme on le disait plus haut, peuvent paraître arbitraires çà et là (pourquoi ce bout de ligne de cuivres, pourquoi ce contrechant mineur d'alto ?), mais globalement, pas de chichis, tout file très droit, très vite, avec rage et enthousiasme… pas du tout une version précieuse.

(C'est d'ailleurs un chef dont la gestique est remarquablement économe en concert, encore plus qu'Heras-Casado qui est déjà un modèle de sobriété.)

David - là tu rentres dans des détails - moi pas comprendre m'sieur
Contrechant mineur d'alto késako ?
Pour rappel, je n'y connais absolument rien en musique - c'est frustrant par moment mais voilà c'est ainsi - je me contente d'écouter au mieux avec les moyens du bord
Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81761
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 16:06

Tu es sur ce forum depuis 8 ans: tu n'y connais donc pas rien en musique!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 16:12

LeKap a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
C'est-à-dire que les choix de Fey, comme on le disait plus haut, peuvent paraître arbitraires çà et là (pourquoi ce bout de ligne de cuivres, pourquoi ce contrechant mineur d'alto ?), mais globalement, pas de chichis, tout file très droit, très vite, avec rage et enthousiasme… pas du tout une version précieuse.

(C'est d'ailleurs un chef dont la gestique est remarquablement économe en concert, encore plus qu'Heras-Casado qui est déjà un modèle de sobriété.)

David - là tu rentres dans des détails - moi pas comprendre m'sieur
Contrechant mineur d'alto  késako ?
Pour rappel, je n'y connais absolument rien en musique - c'est frustrant par moment mais voilà c'est ainsi - je me contente d'écouter au mieux avec les moyens du bord
Very Happy


Ce sera limpide quand tu l'écouteras : dans le premier mouvement de l'Écossaise, lors de la reprise du thème principal, Mendelssohn ajoute des choses, et notamment une mélodie secondaire aux altos, sous le thème principal de danse des Highlands. Cette mélodie secondaire (un contrechant, parce que c'est une mélodie qui vient en complément de la mélodie principale), pas très frappante, Fey la met très en valeur, comme si c'était un vrai thème.

Ça te frappera forcément quand tu l'écouteras : ce n'est pas la même mélodie qui prime que dans toutes les autres versions de la Troisième de Mendelssohn. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 16:13

Xavier a écrit:
Tu es sur ce forum depuis 8 ans: tu n'y connais donc pas rien en musique!

Bonjour Xavier

Je voulais dire que je ne suis pas musicien, je ne sais pas lire une partition ou jouer d'un instrument, donc quand vous partez dans vos trips techniques c'est du mandarin pour moi
Mais oui, j'ai 50 ans d'écoute sérieuse derrière mois ( commencé vers 10 ans)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 16:15

DavidLeMarrec a écrit:
LeKap a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
C'est-à-dire que les choix de Fey, comme on le disait plus haut, peuvent paraître arbitraires çà et là (pourquoi ce bout de ligne de cuivres, pourquoi ce contrechant mineur d'alto ?), mais globalement, pas de chichis, tout file très droit, très vite, avec rage et enthousiasme… pas du tout une version précieuse.

(C'est d'ailleurs un chef dont la gestique est remarquablement économe en concert, encore plus qu'Heras-Casado qui est déjà un modèle de sobriété.)

David - là tu rentres dans des détails - moi pas comprendre m'sieur
Contrechant mineur d'alto  késako ?
Pour rappel, je n'y connais absolument rien en musique - c'est frustrant par moment mais voilà c'est ainsi - je me contente d'écouter au mieux avec les moyens du bord
Very Happy


Ce sera limpide quand tu l'écouteras : dans le premier mouvement de l'Écossaise, lors de la reprise du thème principal, Mendelssohn ajoute des choses, et notamment une mélodie secondaire aux altos, sous le thème principal de danse des Highlands. Cette mélodie secondaire (un contrechant, parce que c'est une mélodie qui vient en complément de la mélodie principale), pas très frappante, Fey la met très en valeur, comme si c'était un vrai thème.

Ça te frappera forcément quand tu l'écouteras : ce n'est pas la même mélodie qui prime que dans toutes les autres versions de la Troisième de Mendelssohn. Smile

Là je te comprends mieux - d'ailleurs je vais de ce pas l'écouter
On en reparle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 774
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Ven 11 Mai 2018 - 17:49

DavidLeMarrec a écrit:
Je ne trouve pas trace d'intégrale Schumann de Fey.

Tu as tout à fait raison, je me suis "pris les pieds dans le tapis" ! Il s'agit d'enregistrements de Pablo Heras Casado et non pas de Thomas Fey.
Excuse-moi.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 12 Mai 2018 - 13:22

[HS Schumann Heras-Casado]

Donc juste les trois disques de concertos, c'est cela ?

J'ai écouté seulement celui pour piano avec Melnikov, assez proche du Concerto pour violon de Mendelssohn : c'est très bien, mais on n'y entend pas du tout le même renouvellement des couleurs et des grains que dans l'intégrale symphonique Mendelssohn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 12 Mai 2018 - 13:50

DavidLeMarrec a écrit:
[HS Schumann Heras-Casado]

Donc juste les trois disques de concertos, c'est cela ?

J'ai écouté seulement celui pour piano avec Melnikov, assez proche du Concerto pour violon de Mendelssohn : c'est très bien, mais on n'y entend pas du tout le même renouvellement des couleurs et des grains que dans l'intégrale symphonique Mendelssohn.

Oui David les 3 CD (1 concerto par CD + trio)
Croisons les doigts
Pour en revenir à nos moutons, j’ai écouté attentivement le 1er mouvement de l’écossaise et j’avoue ne pas déceler ce contrechant à l’alto ( il y a bien un truc du genre vers les 11’30 mais pas sûr)
Avant l’exercice,j’avais écouté le même morceau par Abbado et par Harnoncourt, histoire d’avoir le mouvement dans l’oreille - je vais persévérer
Tu as eu cette révélation partition en mains ?
Pour le concerto pour violon (Mendelssohn) avec Faust - je maintiens, orchestralement c’est sublime mais le violon est riquiqui, aucun vibrato ça manque de chaire
C’est pas mon violon, je trouve qu’il faut du vibrato avec cet instrument - pas des tonnes comme certains mais un minimum - ca donne du relief et de la vie
Dans le cas contraire on tombe dans quelque chose de décharné, sans corps juste le squelette d’une ligne mélodique
Aussi merveilleuse soit-elle ça ne suffit pas
C’est mon humble avis
A+

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 12 Mai 2018 - 14:45

LeKap a écrit:
j’avoue ne pas déceler ce contrechant à l’alto ( il y a bien un truc du genre vers les 11’30 mais pas sûr)

Ce doit être ça ; c'est à la reprise du thème principal (récapitulation), tout simplement.

Mais là tu écoutes Heras-Casado, non ? C'est chez Fey qui ça saute aux oreilles.

Citation :
Tu as eu cette révélation partition en mains ?

Non, non, pas du tout ; ça s'entend immédiatement : le thème disparaît et s'y substitue un motif d'accompagnement. Tu peux le percevoir chez tous les autres si tu y prêtes à attention, mais Fey inverse la place de la mélodie et de l'accompagnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 12 Mai 2018 - 14:52

DavidLeMarrec a écrit:
LeKap a écrit:
j’avoue ne pas déceler ce contrechant à l’alto ( il y a bien un truc du genre vers les 11’30 mais pas sûr)

Ce doit être ça ; c'est à la reprise du thème principal (récapitulation), tout simplement.

Mais là tu écoutes Heras-Casado, non ?  C'est chez Fey qui ça saute aux oreilles.

Oui c'est Heras-Casado; j'attends encore le coffret Fey et m'en rendrais mieux compte à ce moment

Citation :
Tu as eu cette révélation partition en mains ?

Non, non, pas du tout ; ça s'entend immédiatement : le thème disparaît et s'y substitue un motif d'accompagnement. Tu peux le percevoir chez tous les autres si tu y prêtes à attention, mais Fey inverse la place de la mélodie et de l'accompagnement.

Faut quand même un sérieux entrainement et une paire de pavillons haut de gamme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4423
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 12 Mai 2018 - 15:04

J'ai un enregistrement de la Quatrième et la Cinquième par la Philharmonie de Berlin avec Lorin Maazel (DG, 1961).
Je vais les écouter.

cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 12 Mai 2018 - 15:12

DavidLeMarrec a écrit:
LeKap a écrit:
j’avoue ne pas déceler ce contrechant à l’alto ( il y a bien un truc du genre vers les 11’30 mais pas sûr)

Ce doit être ça ; c'est à la reprise du thème principal (récapitulation), tout simplement.

Mais là tu écoutes Heras-Casado, non ?  C'est chez Fey qui ça saute aux oreilles.

Citation :
Tu as eu cette révélation partition en mains ?

Non, non, pas du tout ; ça s'entend immédiatement : le thème disparaît et s'y substitue un motif d'accompagnement. Tu peux le percevoir chez tous les autres si tu y prêtes à attention, mais Fey inverse la place de la mélodie et de l'accompagnement.


Oui c'est Heras-Casado; j'attends encore le coffret Fey et m'en rendrais mieux compte à ce moment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 12 Mai 2018 - 15:13

Ravélavélo a écrit:
J'ai un enregistrement de la Quatrième et la Cinquième par la Philharmonie de Berlin avec Lorin Maazel (DG, 1961).
Je vais les écouter.

cat

Ce sont déjà d'anciens enregistrements mais qui ont très une très bonne réputation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4423
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 12 Mai 2018 - 15:25

LeKap a écrit:
Ravélavélo a écrit:
J'ai un enregistrement de la Quatrième et la Cinquième par la Philharmonie de Berlin avec Lorin Maazel (DG, 1961).
Je vais les écouter.

cat

Ce sont déjà d'anciens enregistrements mais qui ont très une très bonne réputation

Merci pour ta précision, Smile
ça me donne un préjugé favorable tout de suite au départ, s'il y a des passages particuliers à retenir dans ces deux oeuvres, merci encore de les mentionner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Sam 12 Mai 2018 - 15:35

Ravélavélo a écrit:
LeKap a écrit:
Ravélavélo a écrit:
J'ai un enregistrement de la Quatrième et la Cinquième par la Philharmonie de Berlin avec Lorin Maazel (DG, 1961).
Je vais les écouter.

cat

Ce sont déjà d'anciens enregistrements mais qui ont très une très bonne réputation

Merci pour ta précision, Smile
ça me donne un préjugé favorable tout de suite au départ, s'il y a des passages particuliers à retenir dans ces deux oeuvres, merci encore de les mentionner.

Je n'ai jamais écouté, mais j'ai lu que la réputation était méritée - à toi de nous en dire plus après audition
On n'en parle sur le forum , soit à Mendelssohn >> Symphonie soit à Maazel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mendelssohn les symphonies
Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mendelssohn les symphonies
» Coffret Symphonies chez Brilliant
» La Symphonie n° 3 ( Mendelssohn )
» La Symphonie n° 4 ( Mendelssohn )
» Les 5° et 7° symphonies de Beethoven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: