Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Edward Elgar (1857-1934)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 31 Mai 2008 - 15:45

Jaky a écrit:
Spiritus a écrit:
l'oeuvre est en quatre mouvements, Allegro-Scherzo-Adagio-Allegro, et dure exactement 55 minutes;
Tiens chez moi elle dure 56 mn, j'en ai de plus! hehe

calimero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 5 Juin 2008 - 14:52

J'ai donc écouté le concerto pour violon en si mineur op. 61 interprété par Solti et Chung déjà évoqué dans ces pages par Sud et Spiritus. Nos impressions sont assez convergentes : trop long, sensation de dilution voire parfois de bavardage inutile, violon qui manque un peu de mordant et de poids face à l'orchestre et qui ne s'impose pas vraiment dans la durée... Je préfère moi aussi les concertos plus ramassés où l'instrument-roi est vraiment au coeur du spectacle et où la longueur ne le transforme pas en symphonie concertante. Ce qui est le cas ici. J'ai cependant écouté ce concerto plusieurs fois, d'abord d'un seul trait, à deux reprises, puis des mouvements séparément. Hier soir l'andante, aujourd'hui le troisième mouvement. Je dois dire que j'apprécie cette oeuvre de plus en plus à chaque écoute, à mesure qu'elle m'est familière et que j'avance en terrain connu, passé l'ennui mortel de la première écoute, et ce même si je ne trouve toujours rien de sensationnel ou de particulièrement inoubliable à la partie de violon soliste. J'aime beaucoup le mouvement lent central qui est mon préféré, je ne lui trouve aucune longueur. J'ai lu sur le net qu'Elgar avait confié que c'était dans cette oeuvre qu'il avait mis le plus de lui. L'ensemble de l'oeuvre baigne dans un climat romantique à la fois nostalgique et optimiste, mais le tout est extrêmement mesuré : il n'y a ici rien d'exacerbé, de déchirant ou de particulièrement dramatique. Tout ça me donne envie de découvrir plus largement ce compositeur dont le langage est immédiatement accessible et lyrique, mais j'ai un peu peur de me retrouver face à des oeuvres un peu trop tièdes et guindées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 5 Juin 2008 - 18:40

Ne crains rien, ce concerto est l'oeuvre la plus tiède d'Elgar, tout le reste est beaucoup plus soutenu. Aucune virtuosité en effet, mais un lyrisme que j'apprécie maintenant pour de vrai, en particulier dans ma version Menuhin/Elgar, plus tendue que Solti/Chung. Beaucoup d'intimisme, de l'émotion, des portamenti: une vraie soupe, qui, passées les premières bouchées, finit par devenir vraiment bouleversante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 14 Juin 2008 - 10:51

J'ai réécouté the Dream of Gerontius ce matin, tout frais sorti de mon lit, et je dois réviser un peu mon impression de l'époque. C'est quand même très beau, ce truc-là, lyrique et émouvant, avec le mélodisme elgarien habituel et ce sens de l'orchestration intelligente et émouvante (il n'y a que moi que ça touche, d'accord). Je persiste à penser qu'il y a des longueurs, particulièrement dans les récitatifs, mais dès que les choeurs interviennent, c'est vraiment touchant - le début de la deuxième partie, ou le finale sont des moments élégiaques d'intensité quand même assez forte... D'accord, sur l'heure et demie de ce gros oratorio, il y a un bon tiers qui est de trop, mais ce n'est pas assez pour condamner l'ensemble. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 27 Juin 2008 - 17:21

Je remonte ce fil, encore une fois hehe pour dire que je viens de finir l'ouverture de l'oratorio the Apostles, et c'est remarquable, très émouvant, j'en suis encore tout retourné I love you . Le thème est un transfuge du début de la 1ère symphonie, et sur des textures soyeuses et bouleversantes aux cordes viennent se greffer les choeurs. Magnifique. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 27 Juin 2008 - 18:20

Dans ma liste des oeuvres à écouter la symphonie n°3 pseudo elgarienne. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 27 Juin 2008 - 19:55

Elle n'est pas si pseudo que ça, méfie-toi hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 27 Juin 2008 - 20:01

Spiritus a écrit:
Elle n'est pas si pseudo que ça, méfie-toi hehe

Justement, je me méfie. Des bouts rajoutés par un autre compositeur, j'avoue être à chaque fois dubitative, car à chaque fois déçue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 27 Juin 2008 - 20:02

Pour le finale tu le seras peut-être. Mais ce qu'il y a avant... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 27 Juin 2008 - 20:03

Spiritus a écrit:
Pour le finale tu le seras peut-être. Mais ce qu'il y a avant... I love you

J'espère bien ! C'est pour ça que je l'ai acheté quand même ! hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 2 Juil 2008 - 15:45

Tournée Elgar (en déchiffrage) chez moi hier, en l'honneur de qui vous devinez...


Pomp & Circumstance March 1
La réduction pour piano donne une vision bien plus précise du travail harmonique assez intéressant de la partie vive, noyée dans les bavures de cuivres, habituellement. Elle permet aussi, accessoirement, de jouer avec une sobriété plus classique le thème dégoulinant central, ce qui confère une grâce inaccoutumée à cette pièce habituellement plus efficace qu'élégante.


Enigma Variations
(Thème et variation Nimrod.) Sur l'insistance de Spiritus, j'ai donc tenté par un autre biais, la réduction piano du compositeur lui-même. Décidément rien d'original, une harmonie sage mais pour un résultat sans relief particulièrement séducteur. Quitte à faire de l'easy listening, Stenhammar et Hamerik ont du charme et de la personnalité...
Je n'y vois qu'un enchaînement d'accords parfaits joués avec force flonflons de cordes, une séduction facile pas très réussie. Je suis sans doute injuste, mais je ne parviens pas à percevoir voir l'intérêt ou l'émotion qui feraient l'intérêt de la pièce.


Une voix dans le désert Op.77
Oeuvre assez peu fêtée, et pourtant extrêmement saisissante. Sur un poème d'Emile Cammaerts, un récitant décrit, d'une façon mi-rêveuse mi-prosaïque, les lieux de vie vidés par la guerre le long de l'Yser. Il est interrompu par le chant envoûtant d'une femme qui s'échappe d'une maison en ruines, et qui appelle l'espoir du retour à la vie. Le récitant reprend la parole en ressassant ses descriptions initiales, et tout s'éteint.

Elgar a écrit la pièce en 1915, en utilisant directement le texte français. Si la partie chantée est d'une naïveté charmante, véritablement la lumière qui éclaire soudain un moment désolé d'un espoir chaleureux, le dépouillement de la partie mélodrame ne souffre quant à lui d'aucune pauvreté. Tout est parfaitement équilibré ici : l'expansion de la partie centrale, les discrètes recherches (modérées) du mélodrame qui l'encadre. Et ce contraste merveilleux entre parole et chant.

Ni musique extraordinaire, ni texte particulièrement adroit, mais une alliance candide qui produit indubitablement son effet.

Très troublant à interpréter soi-même, surtout pour le passage entre mécanisme parlé et chanté, et pour un texte de ce type (la parole d'un soldat-narrateur un peu perdu et un chant de soprane).

Au disque, il en existe une version dirigée par Douglas Bostock et l'Orchestre Symphonique de Munich (Mette Christina Østergaard, Peter Hall), malheureusement dans sa version anglaise (le poème français est nettement versifié, nous n'avons pas vérifié sur notre partition ce qu'il en était pour l'adaptation).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80881
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 2 Juil 2008 - 17:06

DavidLeMarrec a écrit:

Enigma Variations
(Thème et variation Nimrod.) Sur l'insistance de Spiritus, j'ai donc tenté par un autre biais, la réduction piano du compositeur lui-même. Décidément rien d'original, une harmonie sage mais pour un résultat sans relief particulièrement séducteur. Quitte à faire de l'easy listening, Stenhammar et Hamerik ont du charme et de la personnalité...
Je n'y vois qu'un enchaînement d'accords parfaits joués avec force flonflons de cordes, une séduction facile pas très réussie. Je suis sans doute injuste, mais je ne parviens pas à percevoir voir l'intérêt ou l'émotion qui feraient l'intérêt de la pièce.

Tu n'as pas dû regarder l'épisode du Grand Frère en entier; là ça prenait toute sa dimension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 2 Juil 2008 - 17:07

Xavier a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:

Enigma Variations
(Thème et variation Nimrod.) Sur l'insistance de Spiritus, j'ai donc tenté par un autre biais, la réduction piano du compositeur lui-même. Décidément rien d'original, une harmonie sage mais pour un résultat sans relief particulièrement séducteur. Quitte à faire de l'easy listening, Stenhammar et Hamerik ont du charme et de la personnalité...
Je n'y vois qu'un enchaînement d'accords parfaits joués avec force flonflons de cordes, une séduction facile pas très réussie. Je suis sans doute injuste, mais je ne parviens pas à percevoir voir l'intérêt ou l'émotion qui feraient l'intérêt de la pièce.

Tu n'as pas dû regarder l'épisode du Grand Frère en entier; là ça prenait toute sa dimension.
Laughing

Tu le pire de nous tous. rabbit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 2 Juil 2008 - 17:35

Vous ne voulez pas être méchants avec Stanford, plutôt? pig
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanlea
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5373
Age : 59
Localisation : Fly me to the moon
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 2 Juil 2008 - 17:40

Spiritus a écrit:
Vous ne voulez pas être méchants avec Stanford, plutôt? pig


Vous l'avez demandé, stanlea l'a fait :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanlea
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5373
Age : 59
Localisation : Fly me to the moon
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 2 Juil 2008 - 17:41

DavidLeMarrec a écrit:
Je n'y vois qu'un enchaînement d'accords parfaits


affraid affraid

Glass est la réincarnation d'Elgar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 3 Juil 2008 - 1:06

Spiritus a écrit:
Vous ne voulez pas être méchants avec Stanford, plutôt? pig
Mais j'ai dit beaucoup de bien de deux pièces sur trois. scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 3 Juil 2008 - 9:00

Mais tu as démoli les Enigma. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 3 Juil 2008 - 11:22

Spiritus a écrit:
Mais tu as démoli les Enigma. hehe
En effet. Mais je pensais te faire plaisir en vantant Une voix dans le désert, qui est vraiment une oeuvre troublante et séduisante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 3 Juil 2008 - 11:57

Ma foi, je ne la connais pas. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 3 Juil 2008 - 12:30

Spiritus a écrit:
Ma foi, je ne la connais pas. Laughing
Si tu écoutais autre chose que des machins lourdauds et mal fagotés, tout juste bons à être réduits en cinq minute pour les concerts de Rieu... tu aurais peut-être mis la main sur ce bijou. dwarf

(Oui, c'est ma description de Nimrod. fleurs )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 22 Aoû 2008 - 15:40

Le sujet Elgar était au milieu de la quatrième page des sujets, et j'étais le dernier à y avoir répondu (!!).

Conformément au voeu fait à Spiritus il y a longtemps, je me remets au Starlight Express, que j'avais trouvé agréable mais sans relief excessif.

Je suis vraiment frappé par le début qui cite éhontément le ballet d'Aida (jusque dans l'orchestration). Et de fait, c'est comparable à du Verdi : sans subtilité, tout réside dans l'efficacité.

Je préfère Verdi sans hésiter à ces tartines de sirop, mais pour de la musique de scène ou de film, c'est très beau quand même.

En m'efforçant d'y trouver de l'intérêt, j'y suis sensible sans trop me forcer.

Childreeeeeeeeeeeeeen, open your aaaaaaaaaaaarms - to meeeeeeeeeeeeeee !


Malheureusement, dans ma version de concert, les récitants font des résumés, et leurs phrasés sont assez banals. Ca gâche beaucoup du plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 22 Aoû 2008 - 16:04

La seule idée musicale (du moins pour les trente premières minutes) est quand même éhontément recopiée du ballet d'Aida (qui n'est pas du meilleur Verdi, mais qui est ici très bien exploitée).

J'en reviens assez à ma première impression : agréable, mais anecdotique. Beaucoup de cordes et de choses un peu fades vu la durée. Une suite de dix minutes serait très chouette, plutôt que la presqu'heure.

Mais comme je l'avais dit, j'aime bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 22 Aoû 2008 - 18:17

Je suis très sensible à cette pièce candide et très gentille, effectivement. En ce sens je trouve le dernier mouvement assez fantastique - un peu le Jardin féérique de Ravel, en moins raffiné, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 23 Aoû 2008 - 8:32

Je suis tombé par hasard sur la sonate pour violon et piano op.81 par Vengerov. Je la trouve moins convaincante que le merveilleux quatuor ou que le quintette pour piano; c'est en fait souvent plus insipide, il y a moins de saveur et moins d'impact mélodique (même si on ne peut douter dans la sincérité de l'inspiration d'Elgar). Le ton, assez sombre dans l'ensemble, comme dans le quatuor, est parfois réellement émouvant, mais par épisodes, la conception d'ensemble m'apparaît moins solide que dans une oeuvre comme le quintette. C'est très joli en tous cas, y a pas de doute, mais pas de sensations fortes non plus à l'horizon - à réserver aux fervents. Je note quand même quelques harmonies impressionnistes amusantes disséminées dans le flot mélodique généreux de l'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 23 Aoû 2008 - 10:37

Ca me rassure que toi aussi tu trouves ça joliment anecdotique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7217
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 15 Aoû 2009 - 16:45



La très-grande majorité de mes CDs classiques ayant été transférés à Lyon, quand je reviens au domicile parental je dois faire avec ce que j'ai laissé. J'ai donc exhumé le Falstaff d'Elgar (English Northern Philharmonia, dir. Lloyd-Jones, 1996, Naxos). Je peux apprécier certaines œuvres de ce compositeur, mais je n'avais plus tenté d'écouter cette suite symphonique depuis je ne sais combien d'années (une huitaine au bas mots). Au cas où j'aurais eu un doute, maintenant je suis fixé.

I don't want that
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 27 Aoû 2009 - 9:54

ben oui, c'est un tantinet décevant et ennuyeux, malgré une bonne dose d'humeur. Un Till anglais raté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Elgar - suite   Jeu 3 Déc 2009 - 12:28

"Oui, les Enigma sont un chef d'oeuvre, et pour moi Nimrod c'est l'adagio de Barber en 1000 fois mieux."

Je poursuis ma découverte d'Elgar, j'ai été un peu déçu par les Variations Enigma, sans doute parce que l'on m'avait présenté comme le chef d'œuvre d'Elgar. En fait, la pièce part un peu dans tous les sens quand même, y a un manque de structure évident. Bien sûr, il y a de très belles variations (Nimrod, bien sûr, que je préfère entre les mains de Barenboïm, qui lui donne une belle solennelité, en choisissant un tempo très lent, et qui sied assez bien à la musique d'Elgar - ou à l'image qu'on en a, et celle dédiée à Nevinson), mais ça reste un peu inégal.
Je crois que le succès populaire des VE est peut-être aussi dû à la brièveté de toutes ces variations, moins d'une minute parfois. C'est quand même moins difficile que de se taper une symphonie ou le concerto pour violon d'Edward, où l'on peut se perdre assez facilement. Du coup, on a pas le temps de s'ennuyer ou d'attendre le mouvement suivant.

Cockaigne m'a plu, par son énergie, et par "sa bonne humeur communicative", comme disait quelqu'un du forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Elgar - Concerto piano   Lun 21 Déc 2009 - 1:42

Quelqu'un a-t-il un sur le concerto pour piano d'Elgar ? Je crois qu'il n'y a qu'un mouvement, un adagio ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1603
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 23 Déc 2009 - 10:37

Gramophone avait fait un article dessus lors de la sortie au disque d'une version reconstituée de l'œuvre, effectivement inachevée. De toute façon, ce n'était pas son instrument favori, il préférait le violon (et le vélo !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Elgar - Concerto pour piano   Mer 23 Déc 2009 - 12:15

Et les chiens aussi... mais peut-être suis-je maintenant hors sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Elgar   Jeu 31 Déc 2009 - 15:17

Merci à tous pour vos contributions, souvent passionnantes.
Effectivement, on peut dire d'Elgar qu'il était un grand mélodiste sans être un maître de la forme, d'où le fait qu'il ait souvent écrit des pièces de musique légère, Mina, Salut d'amour, Chanson du matin/de nuit.
Cela s'explique-t-il à votre avis par le fait qu'Elgar n'a pas étudié l'art de composer dans les académies et qu'il a été avant tout un autodidacte ?

Je vais me pencher sur la musique de chambre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1603
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 2 Jan 2010 - 9:04

Pour les pièces légères, cela correspond aussi à une demande du public, à une époque où la pratique musicale de salon est très répandue dans presque toutes les classes sociales anglaises.
C'est un goût bourgeois pour des pièces aimables, aussi, car jouer la Hammerklavier dans une soirée n'est pas forcément bon pour l'ambiance...

A mon avis, il maitrise la forme et l'harmonie aussi bien que s'il était passé par une académie. Son expérience non-scholastique est surtout sensible dans son art plutôt original de l'orchestration et de la couleur, en particulier dans l'écriture chorale.
C'est pourquoi je te conseille, si tu ne les connais pas encore, les oratorios (Dream of Gerontius, Apôtres) et grandes pièces chorales (King Olaf, pièces a capella). Les Sea pictures, aussi, un petit cycle de mélodies, sont une petite merveille de couleurs marines...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Elgar - sonate   Lun 4 Jan 2010 - 23:31

Je viens d'écouter la sonate pour violon et piano d'Elgar. Toujours ce lyrisme fiévreux dont tout le monde parle, comme un intervenant sur ce site, mais cela ne doit pas constituer pour autant une oeuvre inoubliable.

Un premier mouvement avec une entrée en matière redoutable d'énergie, le violon laissant éclater sa colère (mais ce thème sera repris plusieurs fois sur un mode apaisé, délaissant les accords impétueux...), un second motif chantant comme on les aime avant un passage en arpèges qui ont toujours un certain charme, par leur dimension hypnotisante.

Un second mouvement un peu étonnant, décousu, je ne sais ce qu'en penseront les puristes et les obsédés de la forme, avec une partie centrale, une mélodie ample et qui s'élève, presque indépendante du reste, un dialogue un peu heurté entre violon et piano.

Troisième mouvement, des choses variées, Elgar s'est amusé avec le tempo et le rythme, et un retour avant la coda du thème central de la romance.


C'est moi ou Elgar est un autorecycleur ?
Voilou, bon donnez-moi votre avis, si vous avez le temps, je suis avide de connaissances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1603
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 7 Jan 2010 - 7:21

Citation :
C'est moi ou Elgar est un autorecycleur ?
Voilou, bon donnez-moi votre avis, si vous avez le temps, je suis avide de connaissances.

Non, non, il réutilise souvent les mêmes thèmes (voire les mêmes techniques de développement). Le cas le plus flagrant est la cantate The Music Makers, où l'on voit passer, entre autres, Nimrod !

C'est une œuvre sympathique, d'ailleurs, inspirée de la Rhapsodie pour alto de Brahms.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Elgar - musique de chambre   Jeu 7 Jan 2010 - 11:12

Merci, je viens de commander le quatuor (qui date de la même époque) et qu'on ne trouve pas sur le Net.

Je vais consacrer une heure à cette écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: A Tus   Sam 6 Fév 2010 - 19:27

"Ayant réécouté la symphonie n°2 ce matin, je me dois de faire quelques corrections sur mon post précédent. J'étais complètement passé à côté, il s'agit en fait de l'une des plus belles oeuvres d'Elgar."

Ce lien pourra peut-être intéresser. Je n'irai sans doute pas aussi loin que Lawrence d'Arabie, mais cette symphonie est très belle.


http://icbirmingham.icnetwork.co.uk/0100news/post/content_objectid=13958701_method=full_siteid=50002_headline=-Why-TE-Lawrence-was-in-tune-with-Elgar-name_page.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Elgar - Quatuor à cordes en mi mineur   Ven 12 Fév 2010 - 1:05

Bon alors, j'y vais de mon petit commentaire sur le quatuor de sir Edward.
Autant être franc, j'ai pas été emballé par ce morceau, la sonate m'avait plu sans plus, alors ce second opus ne figurera pas dans ma compilation personnelle...
Une oeuvre assez sombre (mais chez Elgar toute cette période qui suit la guerre découvre le pathétisme, la déploration) et bien nerveuse et en fait plus que cela, agressive, un peu querelleuse, surtout dans le troisième mouvement.

Ce qui m'a poussé à l'écouter : un commentaire lu dans un dictionnaire de musique, selon lequel ce troisième mouvement est un cousin éloigné de Pomp and Circumstance, mais en plus intellectuel. Ah ! Mais quelle belle accroche ! Oui mais voilà, certes il y a cet esprit batailleur, avec les graves du violoncelles qui nous sort ses tripes, mais l'inspiration n'est pas vraiment au rendez-vous.
Le premier mouvement : un premier thème saccadé un peu pénible, un second plus coulant, plus chaud, mais tout cela n'est pas bouleversant.
Le second : Tus vous l'avait bien vendu, il y a un thème chantant ou fredonnant, léger mais empreint de mélancolie (comme toujours chez Elgar), repris un peu sur tous les modes dans ce mouvement, avec fierté ou en susurrant. C'est la meilleure partie de ce quatuor, jouée pour les funérailles de sa femme en 1920.

Fermez le ban.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Quintette en la mineur pour piano et cordes   Dim 21 Fév 2010 - 1:31

Bon, j'en finis avec la musique de chambre d'Edward Elgar, et avec le meilleur : le Quintette en la mineur pour piano et cordes. Une oeuvre d'une grande cohérence avec notamment ce petit thème tout en chromatisme qui s'invite dans les premier et dernier mouvements, lesquels sont comme deux cousins avec leur passages dansants. Comme pour le quatuor, c'est le mouvement central qui est l'écrin de cette oeuvre, un adagio profond mélancolique, grave par moments avec la partition d'alto, notamment.

De toute la musique de chambre d'Elgar, c'est l'opus le plus ambitieux et le plus réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Dim 21 Fév 2010 - 8:59

Rodolphe a écrit:
Bon, j'en finis avec la musique de chambre d'Edward Elgar, et avec le meilleur : le Quintette en la mineur pour piano et cordes. [...]
De toute la musique de chambre d'Elgar, c'est l'opus le plus ambitieux et le plus réussi.

Oui, j'aime aussi. Je trouve que d'une manière générale, les quintettes avec piano inspirent les compositeurs. Petite exception récente qui confirme la règle : le quintette opus 1 d'Alexis de Castillon dont le premier enregistrement vient de sortir me paraît assez médiocre (une seule écoute, peut-être faut-il y revenir ?).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Réponse   Dim 21 Fév 2010 - 14:31

En fait je ne saurais dire, car je ne crois pas avoir jamais écouté de quintette pour piano et cordes avant celui d'Elgar. Mais j'ai tendance à préférer les oeuvres de musique de chambre où aux cordes se mêlent d'autres familles d'instruments, comme la flûte (je pense au quatuor K 285 de Mozart) ou la clarinette, ce qui apporte évidemment une plus grande richesse sonore. Mais bon on dit aussi que la quatuor à cordes est le genre noble de la musique de chambre...
Castillon, je ne connais pas non plus, mais son concerto pour piano est paraît-il magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 30
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Dim 21 Fév 2010 - 14:47

♫ a écrit:
Oui, j'aime aussi. Je trouve que d'une manière générale, les quintettes avec piano inspirent les compositeurs. Petite exception récente qui confirme la règle : le quintette opus 1 d'Alexis de Castillon dont le premier enregistrement vient de sortir me paraît assez médiocre (une seule écoute, peut-être faut-il y revenir ?).

Oui, le quintette de Elgar est vraiment très mignon. Le mouvement lent est gentillet comme tout. Typiquement le genre de chose qu'on écoute une fois, qu'on aime et qu'on laisse de côté longtemps.


Alexis de Castillon, c'est assez décousue de ce que j'en connais. Sur ce quintette op1, on peut lire dans le journal de Saint-Marceaux : "Je fais deux quintettes, l'un de Franck, l'autre de Castillon. Deux oeuvres géniales et passionnantes. Ces heures-là me consolent de tout."

Tu devrais réessayer. Mr. Green (je vais essayer aussi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Dim 21 Fév 2010 - 16:02

Rodolphe a écrit:

Castillon, je ne connais pas non plus, mais son concerto pour piano est paraît-il magnifique.

Oui. Et son quatuor à cordes op.7 très valable aussi.

Ophanin a écrit:

Oui, le quintette de Elgar est vraiment très mignon. Le mouvement lent est gentillet comme tout. Typiquement le genre de chose qu'on écoute une fois, qu'on aime et qu'on laisse de côté longtemps.
Il y a du vrai là-dedans !

Ophanin a écrit:

Alexis de Castillon, c'est assez décousue de ce que j'en connais. Sur ce quintette op1, on peut lire dans le journal de Saint-Marceaux : "Je fais deux quintettes, l'un de Franck, l'autre de Castillon. Deux oeuvres géniales et passionnantes. Ces heures-là me consolent de tout."
Tu devrais réessayer. Mr. Green (je vais essayer aussi)

Je le réécoute précisément. Ça passe mieux que la première fois. Mais de là à le comparer à ce sommet qu'est le quintette de Franck, je suis quand même surpris. Merci pour la citation en tout cas. Tu me donnes envie de lire ce journal de Saint-Marceaux que je ne connais pas.
http://www.amazon.fr/Journal-1894-1927-Marguerite-Saint-Marceaux/dp/2213625239
http://cyberquebec.ca/_layout/?uri=http://cyberquebec.ca/herodote4/index.html/personnalites/stmarceaux.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Elgar   Dim 21 Fév 2010 - 17:14

Oui, le quintette de Elgar est vraiment très mignon. Le mouvement lent est gentillet comme tout. Typiquement le genre de chose qu'on écoute une fois, qu'on aime et qu'on laisse de côté longtemps.


Oui, c'est vrai j'ai pris du plaisir à écouter cette oeuvre, à la découvrir, mais je ne crois que je me replongerai dedans avant longtemps, et c'est pareil avec toute la musique de chambre d'Elgar. Les nobilmente et les majestoso du compositeur ne trouvent tout leur sens qu'avec l'orchestre, ses batteries de cordes, ses cuivres et ses cymbales !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1603
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Dim 16 Mai 2010 - 21:16

The Crown of India : vraiment une bizarrerie ! C'est un masque écrit peu après la cérémonie de fondation de New Delhi par George V, en 1911. Représentées par des actrices, Calcutta et Delhi se disputent le titre de capitale des Indes et appellent comme témoins des empereurs moghols, d'autres villes, la Compagnie des Indes, Saint-Georges...Tout finit par un God save the Emperor, évidemment.
Musicalement, c'est assez mince, essentiellement des marches accompagnant l'entrée de chaque figure allégorique, mais ce mélange d'Elgar et de Ketelbey a du charme, malgré la prétention du texte, et le tout est vraiment une curiosité ultime dans le style kitsch-colonial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Ce que dont vous parlez, Bertram...   Lun 17 Mai 2010 - 0:05

... me fait remarquer que qui est étonnant chez Elgar, c'est cette obsession de la marche. Sans évoquer Pomp and Circumstance, ce genre est partout chez lui, dans ses symphonies, ses oeuvres orchestrales (Cockaigne) dans sa musique de salon (Chanson de nuit), etc. Mais Crown of India, effectivement, cela n'est pas bien intéressant... La solennel, le grandiose et le "un peu lourd" y doivent beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Concerto pour violoncelle - Elgar   Ven 15 Oct 2010 - 2:14

Je viens de réécouter le Concerto pour violoncelle d'Elgar, que je placerais en second dans mon podium elgarien, juste derrière la Symphonie n°2.

J'avais négligé le troisième mouvement, un bel adagio, d'une beauté exquise, pleine d'une mélancolie apaisée (sans pour autant exclure, au milieu de la partition des rechutes, qui rappellent le premier mouvement dans ses accents désespérés). C'est d'un lyrisme vraiment émouvant. Après les sanglots de la première partie, on va vers l'acceptation, la musique fait son deuil.
Le quatrième mouvement est le plus libre, le plus original de tous. Il reprend la virtuosité du second et l'inspiration lyrique des deux autres. Totalement exubérant, c'est le plus long de tous, et il sonne un peu espagnol à mes oreilles (est-ce moi qui délire ?).
En tout cas, une bel opus de la période postromantique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1448
Age : 31
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Dim 7 Nov 2010 - 20:08

J'ai entendu la 2ème symphonie en concert... Ce pudding straussien passe difficilement en un bloc pour moi... (J'ai vraiment eu du mal entre toutes ces nuances qui vont du forte au fortissimo Laughing ) ... Il faudra que je ré-écoute ça au disque... (J'ai quand même relevé de très beaux passages, mais ca semble un peu trop "riche" orchestralement pour moi...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelléas
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1875
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Dim 7 Nov 2010 - 20:18

Je ne retiens pas grand chose des compositions d'Elgar sauf peut-être les "Sea Pictures" et les "Variations Enigma"... A part ça on est bien souvent dans la pompe et l'ennui! Wink

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Edward Elgar (1857-1934)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Edward Elgar (1857-1934)
» Edward Elgar (1857-1934)
» Alfred Bruneau (1857 - 1934)
» Neil's Bentley 1934
» La symphonie n° 1 ( Elgar )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: