Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Edward Elgar (1857-1934)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 27 Fév 2008 - 16:58

Oui, les Enigma sont un chef d'oeuvre, et pour moi Nimrod c'est l'adagio de Barber en 1000 fois mieux. Content que tu aimes. J'ai écouté une fois In the south, bonne impression, mais j'attends de réécouter pour en écrire le commentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 27 Fév 2008 - 17:11

Eragny a écrit:

Le problème avec Elgar c'est que c'est jamais désagréable. Ca se laisse écouter, c'est pas désagréable... mais c'est tout...

tutut

Ecoute la symphonie no.1 Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 71
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 27 Fév 2008 - 17:44

Il me semblait pourtant déjà avoir parlé d'Elgar sur ce forum.

Il fait partie des "grands" anglais des 19/20ème, avec Delius, VW et Holst.

Ses premières oeuvrettes "de salon", pour piano ou violon et piano sont souvent encore jouées en "bis" dans les récitals : citons le Salut d'Amour, la Capricieuse, Carissima, Rosemary, Sévillane, Mot d'Amour et Bizarrerie...

Je pense également que les Enigma sont probablement son chef d'oeuvre orchestral, ce qui ne veut pas dire qu'il faut négliger ses deux (ou trois) symphonies ni ses Ouvertures, ni les cinq Pump und circumstances qui indisposent Xavier Wink

J'ai découvert assez récemment quelques grandes oeuvres chorales : Coronation Ode (qui comporte le Trio de la 1ère Pomp und circumstances en version chantée), King Olaf, The Black Knight, et l' oratorio The dream of Gerontius. Ce dernier, qui dure environ 90 minutes, m'a néanmoins paru trop long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9406
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 27 Fév 2008 - 22:25

Je le redit : il faut connaître ses dernières œuvres de chambre, il n'y a pas que l'orchestre! M… alors!
Oups Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 28 Fév 2008 - 9:02

J'ai vu chez EMI un coffret 30 CD consacré uniquement à Elgar.

Quelqu'un connaît ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanlea
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5373
Age : 59
Localisation : Fly me to the moon
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 29 Fév 2008 - 20:01

Je suis en train d'écouter Sea Pictures et The music makers, j'aime beaucoup.

Philarmonique de Londres + choeurs, Bryden Thomson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 1 Mar 2008 - 0:05

Spiritus a écrit:
J'ai vu chez EMI un coffret 30 CD consacré uniquement à Elgar.

Quelqu'un connaît ?

Non, mais tu peux en connaître le contenu exact et en lire une critique ici : http://www.resmusica.com/aff_articles.php3?num_art=4455
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 8 Mar 2008 - 10:39

Ecouté In the South hier soir. C'est une (très relative) déception : non que je n'ai pas aimé, mais par rapport à la critique plutôt favorable que Xavier en avait fait, je n'ai pas trouvé ça extraordinaire. Ou plutôt, je pense que ça l'est, mais je n'ai pas réussi à rentrer dans l'oeuvre : c'est assez beau (bien que la thématique soit un tantinet confuse, comme dans la symphonie n°1), bien orchestré (surtout avec Solti, de beaux moments de débauche Very Happy), entraînant mais je n'ai pas accroché. Cela dit, ça mérite réécoute, parce qu'il y a quand même certains passages qui m'ont beaucoup plu et que dans l'ensemble, mon sentiment est plus de l'incompréhension, donc de la curiosité, que de la déception (contrairement à ce que j'écrivais juste au dessus - en fait, je m'attendais à aimer tout de suite, c'est frustrant).

A suivre. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 8 Mar 2008 - 13:24

pour moi Cockaigne passe mieux, c'est plus détendu et amusant je trouve
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 10 Mar 2008 - 15:24

J'ai écouté deux fois ce week-end le Concerto pour violon de mon cher Elgar. Deux fois, parce que la première écoute ne s'était pas révélée très concluante.

C'est une oeuvre longue, très longue (50 minutes, le finale en dure 19), et je serais même tenté de dire trop longue. On y retrouve le lyrisme habituel d'Elgar, tout en dignité, en réserve et en élégance, mais néanmoins très intériorisé ; l'écriture est assez classique, sans fioritures, avec un emploi du violon assez convaincant. L'ensemble respire une certaine simplicité, une "authenticité" (se méfier de ce mot !) que j'aime assez. Mais voilà : c'est très bavard. A la première écoute, je me suis royalement ennuyé pendant le premier mouvement, et carrément endormi les 10 premières minutes du finale. Pas que ce soit mauvais, moche ou vraiment chiant, juste que c'est long, et que le lyrisme ne soutient pas les innombrables et assez incohérents qu'Elgar inflige au matériau thématique. Il n'y a que le deuxième mouvement qui m'ait séduit tout de suite : d'une beauté insigne, d'une poésie magnifique, c'est du Elgar comme je l'aime, sincère et touchant.

La deuxième écoute à froid, juste au réveil, m'a permis de mieux apprécier les mouvements extrêmes : en dépit de leur longueur qui demeure à mon avis excessive, ils contiennent en effet vraiment de beaux passages, des choses émouvantes que j'avais ratées à la première écoute (il faut dire que je n'étais pas en forme). Je pense que c'est une oeuvre que j'aimerai de mieux en mieux à chaque écoute. Reste qu'Elgar aurait dû suivre Sibelius plutôt que Mahler sur le plan de la longueur. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9352
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 10 Mar 2008 - 15:31

Spiritus a écrit:
une "authenticité" (se méfier de ce mot !)
Seulement quand il est employé par des baroqueux !

Citation :
Mais voilà : c'est très bavard. A la première écoute, je me suis royalement ennuyé pendant le premier mouvement, et carrément endormi les 10 premières minutes du finale. Pas que ce soit mauvais, moche ou vraiment chiant, juste que c'est long
J'ai un enregistrement de ce concerto, je ne m'y suis jamais lancé justement parce que la durée me décourage. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 10 Mar 2008 - 15:31

J'ai aussi écouté, fatigué et un peu las, donc pas neutre, la symphonie n°2. Impression plutôt positive, mais mitigée, avec réserves - réécoute nécessaire, donc. Elle contient de nombreux épisodes et de nombreuses caractéristiques qui rappellent la n°1, notamment le premier mouvement, notamment le traitement des cuivres plutôt musclé. Mais beaucoup de longueurs aussi. Enfin, je les ai perçues, mais c'est ma faute, je n'étais pas dispos.

Le premier mouvement a été mon préféré : déjà, parce que c'était le premier, donc l'attention était encore là (un demi-sommeil m'a fait décrocher après), ensuite, parce que le ton noble que choisit Elgar me parle immédiatement. C'est vraiment anglais : Elgar nous emmène en promenade dans les rues de Londres, sur un rythme plutôt dynamique, mais tout en demi-teintes, en réserve, pas bruyant ni ennuyeux. C'est beau, intéressant et j'aime beaucoup ce genre de choses.

J'ai été dérouté par le Larghetto, qui commençait comme tous les mouvements lents d'Elgar (donc bien), puis s'est teinté d'épisodes plus dramatiques qui m'ont surpris... et il n'en a pas fallu plus pour me larguer, et me faire tomber dans un demi-sommeil (encore une fois Evil or Very Mad ) vers le milieu du mouvement. Cependant, je n'ai pas vraiment dormi, et j'ai repris le fil à la fin. Superbe coda, en fait, tout en nuances, magnifique. Mouvement à écouter, je l'ai zappé.

Le troisième commence dans l'acidité et une certaine ironie, puis des épisodes apaisés, presque pastoraux, prennent le relais dans un cadre souriant et agréable. C'est bien orchestré et on ne s'ennuie plus. Dans le finale, impérieux sur un rythme de marche, mais avec des moments plus lyriques et méditatifs, quelques longueurs pointent mais ça vaut le coup, d'autant que la coda est sublime, douce et lumineuse, l'une des plus belles d'Elgar.

Donc dans l'ensemble, une oeuvre agréable que mon manque de sommeil ne m'a pas permis d'apprécier comme je le devais... A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 10 Mar 2008 - 15:32

Zoilreb a écrit:
Spiritus a écrit:
une "authenticité" (se méfier de ce mot !)
Seulement quand il est employé par des baroqueux !

C'est très naturellement ce que je voulais dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 10 Mar 2008 - 15:35

Bravo Spiritus pour tous ce travail de description d'oeuvres pas trop courues ! thumleft

C'est super pour ceux qui veulent avoir des pistes de découverte ou un guide d'écoute. Very Happy

En plus, c'est tout à fait limpide, donc vraiment utile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 10 Mar 2008 - 15:39

Tu es trop gentil. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 10 Mar 2008 - 15:45

Spiritus a écrit:
Tu es trop gentil. Very Happy
Je conserve précieusement cette citation pour ma prochaine offensive sauvage. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 11 Mar 2008 - 16:15

Méfie-toi quand même. Very Happy

Quelqu'un a t-il entendu Barbirolli dans Elgar ? Il y a un coffret EMI jaunâtre pas cher. Jaky ? Sud ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 11 Mar 2008 - 16:44

Ayant réécouté la symphonie n°2 ce matin, je me dois de faire quelques corrections sur mon post précédent. J'étais complètement passé à côté, il s'agit en fait de l'une des plus belles oeuvres d'Elgar Exclamation

Le premier mouvement est certes noble et fier comme je l'avais dit, mais sa dimension mélancolique m'avait échappé. Promenade à Londres certes, mais sur le mode mineur. Le finale est par contre assuré et triomphal, sans aucune longueur en fait, très enthousiasmant (j'étais vraiment très endormi ce jour-là). Mais la plus grande révélation est le deuxième mouvement, qui est admirable, l'un des plus émouvants et beaux du compositeur ! Plus que de dramatisme, il est plein de majesté et de noblesse, très aristocratique et très séduisant. La coda se couvre de gloire, tout en nuances, en clair-obscur.

Comme quoi les bonnes surprises arrivent toujours ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 11 Mar 2008 - 16:58

il y a un embryon de troisième encore...
et puis surtout The dream of Gerontius
et qu'en est-il de la fantaisie et variations pour cordes? et des petites oeuvres détachées populaires au temps du 78t comme Salut d'amour?
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9406
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 11 Mar 2008 - 22:41

Spiritus a écrit:
Méfie-toi quand même. Very Happy

Quelqu'un a t-il entendu Barbirolli dans Elgar ? Il y a un coffret EMI jaunâtre pas cher. Jaky ? Sud ?
Il est très bien, sauf que je ne raffole pas de Dame Baker dans les "Sea pictures". Mais il y a le concerto pour violoncelle par Jacqueline Dupré. Pour la deuxième symphonie je reste fidèle à Thomson, ne serait-ce que pour la coda du premier mouvement : la montée des violons! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mah70
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 59
Age : 47
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/01/2008

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 12 Mar 2008 - 13:22

Spiritus a écrit:
Ayant réécouté la symphonie n°2 ce matin, je me dois de faire quelques corrections sur mon post précédent. J'étais complètement passé à côté, il s'agit en fait de l'une des plus belles oeuvres d'Elgar Exclamation

Bonjour.

Je me disais aussi... Bien belle chose, en effet, que cette 2e, et je te conseille Barbirolli avec l'orchestre Hallé dans le coffret jaunâtre que tu as remarqué. C'est très différent de Solti (par lequel moi aussi j'ai découvert l'œuvre), moins tranchant, moins nerveux, et Hallé est beaucoup moins soyeux que l'orchestre de Solti. Mais il y a une chaleur et une tendresse qui procure d'autres sensations. Pour moi, les deux optiques se valent et se complètent.
Il faut dire aussi que je suis fan de Barbirolli, donc mon avis, qui n'est déjà pas au naturel d'une objectivité forcenée, sombre cette fois dans le subjectivisme le plus sauvage. Razz

Le coffret est très intéressant. Pour ma part, j'adôôôôôôre les Ses Pictures par dame Janet et sir John, et le concerto pour violoncelle m'avait paru splendide. Mais il manque l'enregistrement de Gerontius, très renommé, dirigé avec fougue, pour une œuvre qui en vaut la peine. Cela dit, j'ai un petit souci pour Gerontius: je parle plutôt bien Anglais et je comprends le texte, que je trouve nul à ch**r.

Amitiés,
mah70
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 13 Mar 2008 - 14:18

Merci de ces conseils. Wink

Pas encore écouté Gerontius ; par contre, je dois dire un mot de Falstaff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 13 Mar 2008 - 14:51

Un petit mot donc, court car la sonnerie va bientôt me happer dans une salle de géographie, mais je vais tâcher de me dépecher.

Je n'ai pas aimé Falstaff. J'aurais du, pourtant : c'est assez court, solennel et richement orchestré, avec des cuivres énergiques et des percussions généreuses. Mais voilà : je suis complètement passé à travers. Rien n'a retenu mon attention (pourtant, je ne dormais pas) : ça rentre par une oreille, ça ressort par l'autre. Je suis pourtant prêt à toute la complaisance possible et imaginable avec Elgar, mais là, c'est complètement creux, sans attrait. Il n'y a que le troisième mouvement qui m'ait moins ennuyé que les autres. Déception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 19 Mar 2008 - 17:42

Désolé d'en reparler encore, mais les Elgar par Elgar chez Naxos, ça vaut quoi ? Je n'ai pas pu écouter le site de Jaky, pas de HP... Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 22 Mar 2008 - 9:58

J'ai eu beaucoup de bonnes surprises cette semaine, mais sûrement pas de la mesure de celles que j'ai éprouvées hier en écoutant deux oeuvres d'Elgar desquelles je n'attendais pas grand chose.

Dream Children est une oeuve orchestrale très courte, qui dure 8 minutes, visiblement sans prétentions programmatiques ni existentielles. On est dans un langage très proche des variations Enigma, notamment dans l'usage qui est fait des bois, et les mélodies simples et émouvantes. C'est bien des rêves innocents, sereins et apaisés, qui sont décrits avec beaucoup de poésie et de candeur. Très beau.

Mais le meilleur est venu incontestablement avec ce chef d'oeuvre qu'est The Stairlight Express, oeuvre pour orchestre et deux voix solistes, qui est en fait une suite de chansons enfantines pleines de naturel et de simplicité, et qui m'ont mis dans une bonne humeur assez forte. On se croirait dans le monde de Disney ; et d'ailleurs, ça ressemble assez au genre de trucs que chantent les gentils personnages de ces dessins animés lorsqu'ils sont tous seuls et pensent que personne ne les entend. Laughing J'aime beaucoup : parce qu'en plus, au delà de la merveilleuse innoncence, il y a dans ces chants un travail d'écriture très fort, avec des efforts d'orchestration conséquents, et une poésie qui dépasse les textes enfantins pour émouvoir de manière plus profonde. Vraiment, vaiment une grande réussite: j'ai aimé pas mal d'Elgar, mais qui m'a ému à ce point, non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 26 Mar 2008 - 17:52

Découvert la suite de jeunesse d'Elgar The Wand of Youth. Ecrite pour orchestre seule, dans un style de langage fluide, léger, sans prétentions, qui rappelle parfois Mozart et souvent Schumann, c'est une oeuvre agréable, avec quelques longueurs (c'est fort écoutable quand même) mais une fraîcheur d'inspiration remarquable. Le mélodisme habile et sincère d'Elgar se fait déjà entendre ici, c'est un peu l'univers des Enigma en avance. Beaucoup trouveront que ça n'a pas d'intérêt, mais moi j'aime bien, justement parce que cette débonnaire simplicité apporte un vent de fraîcheur que les boursouflures que je fréquente habituellement (je ne parle pas de mon amoureuse hehe ) me font parfois rechercher. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 26 Mar 2008 - 17:56

Et puis j'ai fini mon coffret avec The Dream of Gerontius. Autant le dire tout de suite, j'ai été un peu déçu, pas autant parce que c'est mauvais (c'est loin d'être le cas), mais parce que sud m'annonçait l'une des meilleures oeuvres d'Elgar, et je ne peux me résoudre à me ranger de son avis. C'est pas mal, en effet, plein de ferveur et assez bien écrit, mais cet oratorio chargé d'une heure et demie m'a le plus souvent ennuyé, en particulier dans les passages vocaux, où Elgar ne m'a pas semblé renouveler (ou plutôt, anticiper) le petit miracle qu'est The Stairlight Express. Ici, c'est très convenu, le ton est conventionnel, on devine ce qui va suivre et comment, bref, ça n'avive pas vraiment l'intérêt, même si certains morceaux sont quand même sacrément émouvants, surtout les derniers de l'oratorio. Je ne peux pas dire que ça ne m'a pas plu (comme c'était le cas avec Falstaff que j'ai trouvé vraiment creux), juste qu'Elgar est allé beaucoup plus loin dans l'émotion, la confidence et la maîtrise d'un langage à la fois digne et plein de lyrisme. De fait, peut-être aussi que le sujet très sérieux et très religieux quand même me convient moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82362
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 26 Mar 2008 - 18:01

Tiens, c'est étonnant, parce que pour moi, Gerontius, comme the Kingdom, représente vraiment le meilleur Elgar - celui qui hérite une certaine grâce (religieuse ?) de Mendelssohn.

Alors que l'Express m'a déçu, j'attendais plus d'une musique de scène d'Elgar sans doute...

Parcours opposés. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 26 Mar 2008 - 18:01

Comme d'habitude. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 26 Mar 2008 - 18:02

Bilan : Elgar en sixième place de ma liste de compositeurs. Very Happy

Et ce n'est pas fini, je vais acheter le coffret Barbirolli, ce n'est pas cher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80881
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mer 26 Mar 2008 - 23:18

Moins cher que les 16 euros de Szymanowski/Rattle? Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 27 Mar 2008 - 10:36

Oui. Embarassed

Mais je l'ai mis sur ma liste. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 29 Mar 2008 - 10:41

J'ai commencé mon coffret Barbirolli avec la Pomp and Circumstance n°1. C'est une belle version, plus spontanée que Solti, moins grand spectacle, un peu moins cocardière aussi. Les timbres du Philharmonia sont moins beaux que ceux de Chicago, l'ensemble fait grande improvisation très sincère et vécue.

Quant à la symphonie n°1, elle est interprétée avec profondeur et, visiblement, beaucoup d'émotion. Les tempi y sont souvent plus lents que chez Solti, surtout dans le premier mouvement (quatre minutes de plus), mais jamais ça ne s'enlise ni ne s'alourdit. Au contraire, une grande ferveur lyrique, des élans sincères (Barbirolli est finalement, de ce côté-là, proche de Bruno Walter) se dégagent ici, c'est émouvant ; Barbirolli n'hésite pas à souligner, mais sans maniérisme, restant toujours très proche de la musique, et fluide dans sa direction (l'adagio). Mon seul léger reproche est le tempo un peu retenu du finale, qui lui confère une gravité à mon avis moins séduisante que le déluge soltien. D'ailleurs, on pourrait dire que là où Solti privilégie l'énergie de cette oeuvre, Barbirolli est plus posé, plus intérieur. Pour moi les deux interprétations se tiennent. Le Philharmonia en pleine époque Klemperer est ici plus brouillon qu'avec le chef allemand, et ça ne m'étonne pas de Sir John qui n'était pas un technicien des plus minutieux ; mais ça tient la route et le climat de spontanéité naturelle qui en ressort ne me fait rien regretter. Du grand Elgar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papageno
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2164
Age : 30
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 29 Mar 2008 - 20:38

dans Fantasia 2000 , il y a une version pour choeur de Pomp and C.
existe t-il d'autres enregistrements ? d'ou vient cette version ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 31 Mar 2008 - 12:43

Aucune idée Wolfy. Tu as des drôles d'idées. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 31 Mar 2008 - 12:48

Sinon, j'ai continué mon approche du coffret Barbirolli. Les Enigma Variations sont émouvantes, avec un orchestre pas parfaitement au point (le Philharmonia pourtant), une prise de son qui, cette fois, m'a semblé manquer un peu de corps (les percussions), et pourtant une grande ferveur dans l'interprétation qui fait tout le charme de cette version. Il n'empêche que certains morceaux sont un peu mous du genou, en particulier le finale. D'autres sont par contre pleinement réussis, y compris le grand Nimrod. Pas mal du tout, mais je préfère Solti.

La symphonie n°2 est par contre un vrai choc ! La puissance péremptoire de Barbirolli en fait une interprétation de grande valeur. Je ne dis pas que Solti, plein d'énergie, était mauvais, ça reste très bon et il faudra que je le réécoute pour comparer, maintenant que j'ai mieux compris l'oeuvre. Mais Barbirolli, c'est une autre dimension : une force prenante, et en même temps plein de sensibilité. Le premier mouvement prend un tempo très lent (19'30'', quatre minutes de plus que Solti), il est d'une "classe" jouissive. Ca m'a mis de bonne humeur pour toute la matinée ! Very Happy Le second est cette fois plus rapide que Solti, mais aussi plus animé, plus direct, avec des accents à la fois nostalgiques et majestueux. Et les deux derniers sont très exaltants, en particulier les passages "militaires" du finale, qui respirent ici une assurance optimiste. Une très, très bonne version !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 1 Avr 2008 - 13:41

Le concerto pour violoncelle avec Jacqueline du Pré est une version exceptionnelle : d'un bout à l'autre, follement tendue, éléctrique, passionnée. Du Pré joue avec ses tripes et la performance est ardente, pleine de feu. Et Barbirolli se fait accompagnateur idéal, plein de sa poésie et de sa ferveur coutumières. Génial ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Jeu 3 Avr 2008 - 10:42

Découvert l'ouverture Froissart avec Barbirolli. Pièce admirable, Cockhaigne en mieux, avec des tours très "Angleterre chevaleresque", une bonne humeur ineffable, et toujours cette classe elgarienne incomparable, faite de réserve, de majesté et de beaucoup de sincérité. C'est beau et accessible, et Barbirolli envoie le tout avec une humanité très louable. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Ven 4 Avr 2008 - 12:56

Par contre (je parle tout seul Laughing ), je n'arrive pas à apprécier Falstaff... Excellente direction de Barbi, mais l'oeuvre est creuse Confused . C'est morne, sans couleurs, pas original, ça coule dans les oreilles sans y rester une seule seconde...

[Et là, normalement, David arrive et me dit que c'est sa pièce préférée.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Sam 5 Avr 2008 - 13:23

Xavier a écrit:


Introduction et Allegro pour cordes: autant j'aime bien l'Introduction, autant après c'est pompeux (sans oublier la bonne fugue lourdingue) et sans objet pour moi.
Pas désagréable pour autant mais bon...

Pompeux oui, comme toujours, mais émouvant, le thème est vraiment beau. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 14 Avr 2008 - 0:52

Quelqu'un a t-il entendu parler de la symphonie n°3 inachevée et reconstituée par Anthony Payne ?

Moi ça me tente bien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9406
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 14 Avr 2008 - 1:04

Spiritus a écrit:
Quelqu'un a t-il entendu parler de la symphonie n°3 inachevée et reconstituée par Anthony Payne ?

Moi ça me tente bien.


Je n'en ai pas entendu parlé, je l'ai entendu tout simplement par A. Davis hehe
Quand on aime Elgar on est forcément déçu passé le premier mouvement (thèmes somptueux), le dernier mouvement est un patchwork décevant.
Ceci dit, le livret est très complet pour connaître l'élaboration et le travail de Payne sur la version de cette symphonie.
D'ailleurs pourquoi demander, quand on aime Elgar on ne peux s'empêcher d'y jeter une oreille, et tu va le faire, non? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 14 Avr 2008 - 1:05

Oh, juste pour avoir des avis Laughing

Mais effectivement je vais le faire. Basketball

(Tu penseras, à l'occasion, à animer mon fil discographique. fleurs )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9406
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Lun 14 Avr 2008 - 22:01

J'ai réécouté presque intégralement cette troisième cette nuit (il était tard) et je peux bien le dire le premier mouvement est vraiment superbe, il commence par un thème fier et vindicatif qu'on oublie pas facilement et débouche sur un autre thèmes tendre et rêveur (une évocation de sa tendre épouse disparue?), je crois que Payne est peu intervenu sur ce mouvement, mais certainement dans sa coda largement inspiré du même mouvement de la deuxième (Elgar aurait trouvé autre chose, non?). Cette première partie est pleinement convaincante, ce qui n'est pas le cas du scherzo répétitif qui suit. Si mes souvenirs sont bons (le livret de Colin mathieuw est excellent) plus on avance dans la symphonie moins il reste de matériel laissé par Elgar notamment pour le final qui excepté quelques mesures est entièrement de la main de Payne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 22 Avr 2008 - 12:00

Jaky, en musique de chambre tu me conseilles quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 22 Avr 2008 - 13:04

Wouf! je ne connais rien de la musique de chambre d'Elgar, ou alors j'ai oublié?
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9406
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 22 Avr 2008 - 22:12

Spiritus a écrit:
Jaky, en musique de chambre tu me conseilles quoi ?
Je ne connais que les derniers opus de la fin de sa vie : trois chefs d'œuvres, la sonate pour violon et piano, le quintette et le quatuor.

Et Vengerov pour la sonate.
Ici la musique se fait souvent nostalgique (un peu comme le dernier Brahms, mais sans rapport musical bien-sûr) ,sans pompiérisme et surtout sans chantilly. Ce sont un peu les adieux d'Elgar… Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 22 Avr 2008 - 22:18

Tu as quoi comme disque ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9406
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 22 Avr 2008 - 22:24

Spiritus a écrit:
Tu as quoi comme disque ?
Ben celui que j'ai ci-dessus, le Naxos!
Pour la sonate avec Vengerov, elle est sur mon disque pour l'instant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   Mar 22 Avr 2008 - 22:25

ah pardon, je n'avais pas vu, la pochette ne s'affichait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Edward Elgar (1857-1934)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Edward Elgar (1857-1934)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Edward Elgar (1857-1934)
» Edward Elgar (1857-1934)
» Alfred Bruneau (1857 - 1934)
» Neil's Bentley 1934
» La symphonie n° 1 ( Elgar )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: