Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chopin- La vie, L'Oeuvre.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 10:55

Citation :
Percy Bysshe a écrit:
Citation :
Seule celle de Liszt (la plus belle sonate tous compositeurs confondus, pour moi) fait exception à cette "règle". D'ailleurs, les alternances y sont peut-être moins prononcées, ceci explicant cela.

En même temps, c'est le plus grand chef d'oeuvre de toute l'histoire de la musique! Very Happy

Laughing Qu'en pense David ? siffle

David ne peut pas comprendre. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 10:58

DavidLeMarrec a écrit:
Christophe a écrit:
Tout à fait exact. Une homogénéité.
Pourtant, les nocturnes sont tous très contrastés, avec à chaque fois une partie centrale différente et souvent agitée.

Peut-être plus un intimiste et un goût de la cantilène ? C'est vrai que ça tricote et rompt moins ostensiblement.

Ah bon? Surprised Exclamation
De toute manière, en quatre minutes de nocturne, tu n'as pas forcément le temps de passer du coq à l'âne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 11:34

Percy Bysshe a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Christophe a écrit:
Tout à fait exact. Une homogénéité.
Pourtant, les nocturnes sont tous très contrastés, avec à chaque fois une partie centrale différente et souvent agitée.

Peut-être plus un intimiste et un goût de la cantilène ? C'est vrai que ça tricote et rompt moins ostensiblement.

Ah bon? Surprised Exclamation
De toute manière, en quatre minutes de nocturne, tu n'as pas forcément le temps de passer du coq à l'âne...
Ben oui : Op.9 n°1, avec la partie en octaves qui culmine avec des gammes exaltées, Op.9 n°3, gros passage agitato central, Op.15 n°1 idem, Op.15 n°2 avec son doppio movimento central. Dans l'opus 31 n°1, le contraste se trouve au coeur même du thème. Même si le ton est plus homogène, on trouve aussi ce changement d'allure et d'aspect dans l'opus 32 n°2. L'opus 37 (1 et 2) est plutôt calme dans ses parties centrales (encore que, le 1...), mais ménage une vraie rupture de ton centrale. Et que dire de l'opus 48 n°1, totalement dingue dans tout son milieu ! Laughing

On pourrait poursuivre, mais ça en fait déjà pas mal, d'ailleurs la forme du nocturne, dès Field, est souvent AA' ou ABA, même si le contraste y est évidemment très minime à l'origine...


Dernière édition par DavidLeMarrec le Dim 3 Oct 2010 - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 11:38

DavidLeMarrec a écrit:
Christophe a écrit:
Tout à fait exact. Une homogénéité.
Pourtant, les nocturnes sont tous très contrastés, avec à chaque fois une partie centrale différente et souvent agitée.

Peut-être plus un intimiste et un goût de la cantilène ? C'est vrai que ça tricote et rompt moins ostensiblement.
Tu reconnaitras tout de même que le contraste est moins prononcé que dans une sonate ou une symphonie, non ?

Sinon, intimiste, oui ! Cantilène (après avoir cherché la définition Embarassed Mr. Green ), c'est moins évident.


DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
Percy Bysshe a écrit:
En même temps, c'est le plus grand chef d'oeuvre de toute l'histoire de la musique! Very Happy
Laughing Qu'en pense David ? siffle
J'aime énormément Andromaque de Grétry moi aussi.
pété de rire pété de rire pété de rire

Percy Bysshe a écrit:
Citation :
Percy Bysshe a écrit:
Citation :
Seule celle de Liszt (la plus belle sonate tous compositeurs confondus, pour moi) fait exception à cette "règle". D'ailleurs, les alternances y sont peut-être moins prononcées, ceci explicant cela.

En même temps, c'est le plus grand chef d'oeuvre de toute l'histoire de la musique! Very Happy

Laughing Qu'en pense David ? siffle

David ne peut pas comprendre. Neutral
pété de rire pété de rire pété de rire aussi. Vous êtes en pleine forme, les 2 !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 11:42

Oups, David a répondu sur les contrastes pendant que j'écrivais mon message.

Sa réponse reflète d'ailleurs typiquement le genre d'analyse que je suis incapable de faire et qui me manque parfois. Quant à la mémoire des n° d'opus !!! Shocked . Respect ! Je sais quels sont les Nocturnes que je préfère ... je n'en ai jamais retenu leur n° d'opus ! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 11:43

Christophe a écrit:
Tu reconnaitras tout de même que le contraste est moins prononcé que dans une sonate ou une symphonie, non ?
Que dans une symphonie de Chopin, peut-être, mais que dans ses Sonates, non, je ne trouve pas. Franchement, l'opus 9 n°3, l'opus 15 n°1 ou l'opus 48 n°1, tu trouves ça pas contrasté ? C'est d'une violence inouïe, même Beethoven osait pas ces trucs-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 11:45

DavidLeMarrec a écrit:
Christophe a écrit:
Tu reconnaitras tout de même que le contraste est moins prononcé que dans une sonate ou une symphonie, non ?
Que dans une symphonie de Chopin, peut-être, mais que dans ses Sonates, non, je ne trouve pas. Franchement, l'opus 9 n°3, l'opus 15 n°1 ou l'opus 48 n°1, tu trouves ça pas contrasté ? C'est d'une violence inouïe, même Beethoven osait pas ces trucs-là.

Tu vas m'obliger à sortir mon disque pour aller écouter ces opus ! (voir mon message précédent !!!) hehe

Mais pour l'heure, il fait trop beau ... je vais jardiner Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 11:46

Christophe a écrit:
Sa réponse reflète d'ailleurs typiquement le genre d'analyse que je suis incapable de faire et qui me manque parfois.
Franchement, réécoute, tu verras, ça change de tempo et de volume sonore, ça s'entend sans aucune espèce de compétence technique. Smile

Citation :
Quant à la mémoire des n° d'opus !!! Shocked . Respect ! Je sais quels sont les Nocturnes que je préfère ... je n'en ai jamais retenu leur n° d'opus ! Embarassed
Alors là, je te décomplexe tout de suite, j'ai toujours eu beaucoup de mal avec les numéros d'opus des nocturnes de Chopin, sans réelle logique dans leurs groupements, mais comme il y en a de jeunesse qu'on peut inclure ou pas dans le décompte, je suis patiemment allé chercher la liste. Laughing

Si on prend la numérotation traditionnelle (le n°1 étant le premier de l'opus 9), je parlais particulièrement des nocturnes 3,4 et 13.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 11:56

J'écouterai ces opus, promis ... mais plus tard (ce soir ?).

Là, tout de suite, je vais vous faire faux bond Wink

A plus coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 11:58

coucou Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 12:02

DavidLeMarrec a écrit:
Percy Bysshe a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Christophe a écrit:
Tout à fait exact. Une homogénéité.
Pourtant, les nocturnes sont tous très contrastés, avec à chaque fois une partie centrale différente et souvent agitée.

Peut-être plus un intimiste et un goût de la cantilène ? C'est vrai que ça tricote et rompt moins ostensiblement.

Ah bon? Surprised Exclamation
De toute manière, en quatre minutes de nocturne, tu n'as pas forcément le temps de passer du coq à l'âne...
Ben oui : Op.9 n°1, avec la partie en octaves qui culmine avec des gammes exaltées, Op.9 n°3, gros passage agitato central, Op.15 n°1 idem, Op.15 n°2 avec son doppio movimento central. Dans l'opus 31 n°1, le contraste se trouve au coeur même du thème. Même si le ton est plus homogène, on trouve aussi ce changement d'allure et d'aspect dans l'opus 32 n°2. L'opus 37 (1 et 2) est plutôt calme dans ses parties centrales (encore que, le 1...), mais ménage une vraie rupture de ton centrale. Et que dire de l'opus 48 n°1, totalement dingue dans tout son milieu ! Laughing

On pourrait poursuivre, mais ça en fait déjà pas mal, d'ailleurs la forme du nocturne, dès Field, est souvent AA' ou ABA, même si le contraste y est évidemment très minime à l'origine...

C'est surtout le "tous" que je pointais. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 12:10

Tous, pas 100% (ré bémol, opus posthume en ut mineur...), mais quand même la majorité, et fortement en plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 3 Oct 2010 - 12:11

Bon, je réécouterai. C'est un corpus que je fréquente autant que les mazurkas. Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 10 Oct 2010 - 8:57

Oups, désolé David, je n'ai toujours pas réécouté les Nocturnes que tu as mentionnés. Mes journées n'ont que 24 heures, je ne sais pas ce qu'il en est des votres !!! hehe

Par contre, je voudrais réparer un oubli. J'ai parlé plusieurs fois de ce disque :




Et je me rends compte que je n'en ai rien dit.

Alors, c'est très simple, ce disque est indispensable à tout amateur de Chopin. C'est une véritable "innovation", originalité en cette année de bicentenaire, qui change un peu des coffrets, rééditions et autres effets de marketing mercantile.

Aucun dépaysement dans la musique, on y entend bien du Chopin, c'est pourquoi ça plaira aux chopinistes, mais en même temps, il y a un modernisme nouveau et très réussi, une virtuosité appropriée.

Bon, il y a bien peut-être certaines inégalités dans les oeuvres, à mon goût, mais ça reste une grande réussite.

Certains compositeurs m'étaient déjà connus (Balakirev, Napravnik, Busoni, Godowsky, sans parler évidemment de Grieg, Tchaïkovski ou Villa-lobos), d'autres sont des découvertes : Bendel, Mompou, Godard, Leschetizky.

Malheureusement, pour la plupart, après recherches, leurs oeuvres pianistiques ne sont pas très fournies (je parle de piano seul). Je pense par exemple à Balakirev, qui "ouvre" ce disque de façon magistrale et pour qui je n'ai trouvé que peu de choses. Vos connaissances vont m'être utiles, messieurs dames.

Ma note : I love you I love you I love you

Merci d'avance,
Christophe Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 10 Oct 2010 - 9:08

Christophe a écrit:
Certains compositeurs m'étaient déjà connus (Balakirev, Napravnik, Busoni, Godowsky, sans parler évidemment de Grieg, Tchaïkovski ou Villa-lobos), d'autres sont des découvertes : Bendel, Mompou, Godard, Leschetizky.

Malheureusement, pour la plupart, après recherches, leurs oeuvres pianistiques ne sont pas très fournies (je parle de piano seul). Je pense par exemple à Balakirev, qui "ouvre" ce disque de façon magistrale et pour qui je n'ai trouvé que peu de choses. Vos connaissances vont m'être utiles, messieurs dames.

Pour Balakirev, tu dois absolument écouter Islamey, une oeuvre pour piano superbe, avec notamment une partie centrale absolument magistral. Very Happy
Sinon, pour les autres: Busoni a beaucoup écrit pour piano, et des choses très intéressantes: les Elégies devraient beaucoup te plaire. La Sonatine No.2 est un chef d'oeuvre, mais c'est assez hard.
Godowsky a réécrit toutes les études de Chopin, Berezovsky en a sorti un disque couplé avec des études de Chopin. Ce n'est pas renversant, et je ne connais que cela de lui.
Mompou a pas mal écrit pour piano, et ça devrait te plaire. Je crois qu'il a lui même enregistré ses oeuvres d'ailleurs.
Enfin, Grieg et Tchaïko, j'imagine que tu connais déjà bien. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 10 Oct 2010 - 9:10

Christophe a écrit:

Malheureusement, pour la plupart, après recherches, leurs oeuvres pianistiques ne sont pas très fournies (je parle de piano seul). Je pense par exemple à Balakirev, qui "ouvre" ce disque de façon magistrale et pour qui je n'ai trouvé que peu de choses.

Le cheval de bataille des concertistes, c'est Islamey.
Mais il y a une petite production pianistique fort plaisante.
http://imslp.org/wiki/Category:Balakirev,_Mily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 10 Oct 2010 - 9:12

Percy Bysshe a écrit:

Mompou a pas mal écrit pour piano, et ça devrait te plaire. Je crois qu'il a lui même enregistré ses oeuvres d'ailleurs.
Mompou, c'est magnifique, tendre, modeste, profond. Xavier en a parlé je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 10 Oct 2010 - 12:26

Merci à vous 2,

Islamey est évidemment dans mon panier. Si vous avez une version particulière à privilégier Idea Mais Balakirev m'a vraiment beaucoup plu, et je ne possède que ses concertos. Je vais vraiment me pencher sur ce compositeur.

Godowsky, j'ai effectivement le disque de Berezovsky avec les Etudes comparées. Très impressionnant de virtuosité Shocked

Busoni, j'ai 2 ou 3 bricoles (Chaconne, Fantaisies, concertos), mais ni les Elégies, ni sa sonatine.

Mompou, je découvre avec ce disque. A creuser.

Bref, encore de bien belles oeuvres à venir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 10 Oct 2010 - 12:53

Christophe a écrit:
Islamey est évidemment dans mon panier. Si vous avez une version particulière à privilégier Idea Mais Balakirev m'a vraiment beaucoup plu, et je ne possède que ses concertos. Je vais vraiment me pencher sur ce compositeur.

Je tourne avec la version El Bacha, et elle me convient parfaitement (beau couplage avec La 2ème sonate de Scriabine, des Etudes-tableaux de Rachmaninov et les 3 Petroushka transcrits par Stravinsky).

Citation :
Busoni, j'ai 2 ou 3 bricoles (Chaconne, Fantaisies, concertos), mais ni les Elégies, ni sa sonatine.

Le concerto pour piano de Busoni est vraiment formidable, bien qu'assez monumental!
Les élégies sont très lisztiennes. Et les thèmes sont très beaux (Turandots Frauengemach, élegie No.4: jettes-y une oreille: /watch?v=u0MrPktj_d4&translated=1 Wink )

La Chaconne est une transcription de Bach de la 2ème partita pour violon solo de Bach: j'aime beaucoup personnellement, même si je préfère encore la transcription de Brahms, qui est pour la main gauche, et qui est encore plus méditative par son épurement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pianoguy
Mélomane averti


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: re   Mar 26 Oct 2010 - 12:11

hello

qui peut me dire le nom de ce morceau ?

http://www.megaupload.com/?d=0PSIF6E5

merci d' avance

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohirei
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 395
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Mar 26 Oct 2010 - 12:49

Valse en si mineur, Op.69 No.2 Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pianoguy
Mélomane averti


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: re   Mar 26 Oct 2010 - 14:26

merci 1000 fois Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Mer 27 Oct 2010 - 18:37

Bonjour,

Est ce que quelqu'un connait ce coffret :

The Art of the Nocturne in the Nineteenth Century

Il m'intéresse surtout pour le CD n° 4 (les Nocturnes autres que ceux de Chopin et Field). Ces Nocturnes méritent-ils le détour ? Quid de Bart van Oort ? Je n'en ai pas entendu que du bien.

Y a-t-il d'autres alternatives pour accéder à des Nocturnes moins connus que ceux de Chopin, Field, Fauré, ... ?


Merci de vos réponses,
Christophe coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Mer 27 Oct 2010 - 19:52

Je ne connais pas leurs nocturnes, mais j'ai quelques a priori sur les compositeurs en question, brièvement:
Pleyel et Kalkbrenner: Dans les canons du piano romantique, mais sans génie
Clara Schumann: Très intéressant
Alkan: Pas bouleversant, mais souvent intéressant, pas lisse
Glinka: Russe qui n'a de russe que le nom... ça devrait être propre

Je ne sais pas s'il y a d'autres compilations de nocturnes, comme cela, par contre, et je ne connais pas le pianiste...
Tu nous diras quand tu auras écouté, si tu peux. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ino
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1268
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/10/2010

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Lun 1 Nov 2010 - 20:07

Chopin, larmoyant? Chopin, comparé presque quantitativement à Liszt?
Chopin qui n'est pas allé jusqu'au sommet de son art à cause de sa mort prématurée???

Chopin est au piano ce que Bellini (que Chopin admirait énormément, je ne vous apprends rien) est au lyrique : le génie d'inventer des mélodies presque nues et presque parfaites, toujours foudroyantes. Les si mi ré# mi fa, les do ré fa# la sol fa#, ce ne sont en rien des thèmes larmoyants, ils ne le sont que si mal interprétés.

Chopin a, certes, moins exploré certaines pistes qui ont mené à la musique moderne et contemporaine. Mais il a atteint des sommets inégalés dans son art.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Lun 1 Nov 2010 - 20:30

On voit effectivement que tu n'as pas cinquante ans. Smile

Pour Chopin, il a quand même d'autres qualités de Bellini, à commencer que par harmoniquement, il est quand même le compositeur le plus novateur de son époque, et de très loin. Après, oui, il y a des parentés dans le lyrisme, mais bien qu'aimant passionnément Bellini, Chopin est d'une importance sans commune mesure dans l'histoire de la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Lun 1 Nov 2010 - 20:34

DavidLeMarrec a écrit:
On voit effectivement que tu n'as pas cinquante ans. Smile

Pour Chopin, il a quand même d'autres qualités de Bellini, à commencer que par harmoniquement, il est quand même le compositeur le plus novateur de son époque, et de très loin. Après, oui, il y a des parentés dans le lyrisme, mais bien qu'aimant passionnément Bellini, Chopin est d'une importance sans commune mesure dans l'histoire de la musique.

Ca dépend quelle période, parce qu'il ne l'est pas durant toute sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Lun 1 Nov 2010 - 21:29

Percy Bysshe a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
On voit effectivement que tu n'as pas cinquante ans. Smile

Pour Chopin, il a quand même d'autres qualités de Bellini, à commencer que par harmoniquement, il est quand même le compositeur le plus novateur de son époque, et de très loin. Après, oui, il y a des parentés dans le lyrisme, mais bien qu'aimant passionnément Bellini, Chopin est d'une importance sans commune mesure dans l'histoire de la musique.

Ca dépend quelle période, parce qu'il ne l'est pas durant toute sa vie...
Pas la polonaise BI1, oui. hehe

Sinon, dans les années 1830 et 1840, personne ne lui arrive au petit orteil. Vers la fin de sa vie, Schumann, Berlioz et Liszt se réveillent un peu, mais ils ne le rattrapent que vers la fin de la décennie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82587
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Lun 1 Nov 2010 - 21:32

Les audaces harmoniques de la Fantastique, c'est 1830 quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Lun 1 Nov 2010 - 21:45

Xavier a écrit:
Les audaces harmoniques de la Fantastique, c'est 1830 quand même.
Ouais, c'est vrai que Berlioz s'améliore pas spécialement avec l'âge mais qu'il sème une poignée de chefs-d'oeuvre au milieu d'un flot d'oeuvres parfaitement insipides, sans considération de progrès personnel. Bien vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
KID A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 2912
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Lun 1 Nov 2010 - 21:58

Xavier a écrit:
Les audaces harmoniques de la Fantastique, c'est 1830 quand même.

A chaque écoute, j'ai toujours cette année en tête. Presque à m'en donner le vertige (bon, j'exagère, mais tout de même, je pense aux derniers Beethoven et Schubert peu avant...) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pianoguy
Mélomane averti


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: re   Sam 6 Nov 2010 - 19:47

bjr

encore un extrait si ça ne vous dérange pas
qui peut me dire de quel morceau il s'agit ?

http://www.megaupload.com/?d=LZHVOMNP

merci d'avance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Jeu 25 Nov 2010 - 21:21

A propos des quatre Ballades, j'ai assisté il y a quelques semaines à une conférence de Bertrand Ott qui avait pour sujet l'aspect narratif de ces quatre Ballades. Je suis arrivé extrêmement sceptique et reparti convaincu.
Chopin a avoué à Schumann avoir écrit une de ces Ballades sur un poème de Mickiewicz (je ne sais plus laquelle). Les recherches ont montré que chacune des Ballades de Chopin a un socle narratif commun avec des Ballades du poète polonais dont Chopin s'est inspiré, et qu'il exprime le déroulement de l'action avec les moyens expressifs de la musique - ce qui en fait toute la force.

Si ça vous intéresse pour une ou deux ballades en particulier, je peux vous faire un petit résumé. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Biron
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12331
Age : 26
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Jeu 25 Nov 2010 - 21:26

1 et 4 Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Jeu 25 Nov 2010 - 21:46

Bon alors la 1, en résumant: ambiance médiévale: un religieux chrétien se lamente sur le malheur des guerres de religion contre les Maures (en Espagne): l'introduction (Largo) est un récitatif de ce barde médiéval, qui commence ensuite son chant (Moderato), accompagné par un luthiste (avec cette fameuse ritournelle répétée en note tenue qui exprime la vibration des cordes).
L'agitation qui vient (a Tempo puis Agitato) exprime la folie furieuse de la guerre, avec ces appels de cors dans le grave, etc...
Ensuite, il y a un Maure qui vient annoncer dans un chant de joie que la guerre est finie, que les Maures abandonnent. Dans le texte, il prend dans les bras les plus hauts dignitaires de l'armée qui étaient ses ennemis, pour chanter la nouvelle paix (Meno mosso). Tout le monde est content, sauf le barde et son luthiste qui reprenne leur chant triste, ayant comme une funeste intuition (a Tempo)
Finalement, le Maure rassure tout le monde de plus belle, son chant de paix reprend, fortissimo. Tout le monde s'embrasse, c'est carrément la fiesta (Più animato et un peu plus loin...). Retour des thèmes...
Le barde, lui, ne dégrise toujours pas. (Meno mosso) Et là, le Maure, dans le crescendo qui suit, avoue l'horreur: il a la peste, et n'est venu que pour la refiler à tout le monde! C'est la débandade, tout le monde est horrifié! (Presto con fuoco) Les traits virtuoses, à la fin, symbolisent la fuite de tous les dignitaires et de tous les chefs militaires, mais on n'échappe pas à la mort (accords funèbres, dans le grave). Le Maure meurt dans un dernier éclat de rire victorieux et horrible, avec les octaves en mouvement contraire (Poco rit.).

Voilà, tout ces éléments se trouve dans une ballade de Mickiewicz, et c'est ce que Chopin a mis (remarquablement) en musique.

La 4 plus tard. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oleo
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Ven 26 Nov 2010 - 0:52

Percy Bysshe a écrit:
Bon alors la 1, en résumant: ambiance médiévale: un religieux chrétien se lamente sur le malheur des guerres de religion contre les Maures (en Espagne): l'introduction (Largo) est un récitatif de ce barde médiéval, qui commence ensuite son chant (Moderato), accompagné par un luthiste (avec cette fameuse ritournelle répétée en note tenue qui exprime la vibration des cordes).
L'agitation qui vient (a Tempo puis Agitato) exprime la folie furieuse de la guerre, avec ces appels de cors dans le grave, etc...
Ensuite, il y a un Maure qui vient annoncer dans un chant de joie que la guerre est finie, que les Maures abandonnent. Dans le texte, il prend dans les bras les plus hauts dignitaires de l'armée qui étaient ses ennemis, pour chanter la nouvelle paix (Meno mosso). Tout le monde est content, sauf le barde et son luthiste qui reprenne leur chant triste, ayant comme une funeste intuition (a Tempo)
Finalement, le Maure rassure tout le monde de plus belle, son chant de paix reprend, fortissimo. Tout le monde s'embrasse, c'est carrément la fiesta (Più animato et un peu plus loin...). Retour des thèmes...
Le barde, lui, ne dégrise toujours pas. (Meno mosso) Et là, le Maure, dans le crescendo qui suit, avoue l'horreur: il a la peste, et n'est venu que pour la refiler à tout le monde! C'est la débandade, tout le monde est horrifié! (Presto con fuoco) Les traits virtuoses, à la fin, symbolisent la fuite de tous les dignitaires et de tous les chefs militaires, mais on n'échappe pas à la mort (accords funèbres, dans le grave). Le Maure meurt dans un dernier éclat de rire victorieux et horrible, avec les octaves en mouvement contraire (Poco rit.).

Voilà, tout ces éléments se trouve dans une ballade de Mickiewicz, et c'est ce que Chopin a mis (remarquablement) en musique.

La 4 plus tard. Wink
Wow ! Un grand merci pour ce point de vue très enrichissant sur cette ballade, j'aurai désormais ces éléments en tête pour en jouer les différentes parties. ça ne va malheureusement pas m'aider pour mieux maîtriser techniquement cette satanée 6/7ème minute , mais voilà un nouvel éclairage très intéressant.

C'est marrant, les 2 accords funèbres dans le grave dont tu parles, (en sol mineur après les deux montées con fuoco), je les ressentais plus comme l'expression d'un soulagement, d'une plénitude extrême après la tempête des 2 montées, et là tu me dis que ça représente la mort. Peut-être que c'est alors, dans une lecture spirituello-religieuse, l'apaisement, la sérénité enfin trouvée dans la mort ? Confused mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphire
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1082
Localisation : Comté de Provence
Date d'inscription : 17/11/2010

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Ven 26 Nov 2010 - 8:56

Bravo, très beau Percy, je vais écouter ce soir la version Samson François en pensant à tout cela.
Ce n'est pas du piano, c'est un opéra...
Daniel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Ven 26 Nov 2010 - 9:44

Merci à vous deux. Wink

oleo a écrit:
C'est marrant, les 2 accords funèbres dans le grave dont tu parles, (en sol mineur après les deux montées con fuoco), je les ressentais plus comme l'expression d'un soulagement, d'une plénitude extrême après la tempête des 2 montées, et là tu me dis que ça représente la mort. Peut-être que c'est alors, dans une lecture spirituello-religieuse, l'apaisement, la sérénité enfin trouvée dans la mort ? Confused mains

Ou plutôt l'impassibilité et l'inéluctabilité de la mort après de vains débattements désespérés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Biron
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12331
Age : 26
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Ven 26 Nov 2010 - 14:04

Si je m'attendais à ça Very Happy
Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Ven 26 Nov 2010 - 16:07

La 4ème Ballade, elle, se base sur une légende nordique (toujours narrée dans une Ballade de Mickiewicz). Un Roi envoie ses trois fils aux quatre trois coins du monde en leur demandant de ramener des richesses à son royaume - il donne à chacun de ses fils des objectifs respectifs. La Ballade commence alors que le Roi attend le retour de ses fils.
Après une superbe introduction (Andante con moto) qui nous place dans un contexte légendaire (quelle est sublime, cette introduction!), le thème de l'attente du Roi apparaît (a Tempo). Ce thème est superbement expressif, avec la première cellule mélodique qui se répète une deuxième, et qui exprime parfaitement l'irrésolution, le caractère infini de cette attente, et le ressassement de l'impatience. Je ne sais pas combien de fois ce thème est exposé dans la Ballade, mais en tout cas Chopin a sortis les grands moyens expressifs! Il y a un crescendo qui exprime l'accumulation de la tension, avec un point culminant, le thème est réexposé, encore et encore; puis la tension diminue (Rit.), et l'on arrive au thème de l'espoir (a Tempo - dolce), qui exprime toutes les attentes du Roi, et la perspective de la jouissance des biens que lui rapporteront ses fils.
Après ça, Chopin réexpose l'introduction, nous ramène au point de départ: rappelant l'inertie totale: il ne s'est rien passé, et le Roi en est toujours au même point de son attente.
Le thème de l'attente apparaît alors en contrepoint (a Tempo), qui exprime superbement la fatigue que cette attente entraîne.
Ce même thème va être transformé, avec un différent accompagnement (avec un accompagnement qui varie: plus mouvementé pour exprimer le changement des saisons, et toujours la même immuable impatience qui traverse le temps). On a un point culminant, des mouvements de gammes vertigineuses et résolues qui nous ramènent au thème de l'espoir (in Tempo) qui va être énoncé de manière beaucoup plus chaleureuse, c'est une véritable explosion!
Le Roi alors, n'en peut plus de cette attente, et s'étant révélé à lui-même l'entièreté de ses espérances, il n'en veut plus attendre la réalisation: un crescendo nous mène à l'explosion d'une rage violente (arpèges façon Op.25 No.12 puis accords Stretto).
Alors, enfin, le Roi croit apercevoir à l'horizon ses fils qui arrivent (accords pp), et Chopin exprime ici toute la lueur d'espoir qui jaillit et qui doute à la fois, comme une illumination divine.
Oui, ses fils sont bien de retour, mais ils ne ramènent rien du tout à leur père: ils sont allés par le monde y faire éducation sentimentale. La fin exprime la réaction du père, son désarroi furieux, le grincement de ses dents et son débattement désespéré.

Fin du chef d'oeuvre. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pianoguy
Mélomane averti


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: re   Dim 5 Déc 2010 - 15:41

la numérotation des opus et nocturnes ? est ce une logique chronologique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Dim 5 Déc 2010 - 15:47

L'opus est l'ordre de publication. Pour la chronologie, il existe les index Brown ou Chominski.

Mais de l'opus 9 à l'opus 62, c'est chronologique. L'opus 72 (posthume) date du début des années 30, et les oeuvres sans opus sont plus anciennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
pianoguy
Mélomane averti


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: re   Dim 5 Déc 2010 - 15:51

merci de l'info !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Sam 18 Déc 2010 - 15:11

-


Dernière édition par Barbuz le Ven 7 Oct 2011 - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zéphire
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1082
Localisation : Comté de Provence
Date d'inscription : 17/11/2010

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Sam 18 Déc 2010 - 16:54

Bonsoir, j'ai la biographie de Bourniquel, dans la collection solfège, qui me convient parfaitement. Elle est bien illustrée, il y a un beau passage sur Nohant (la maison de George Sand) mais je ne connais pas la seconde.

Daniel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Sam 18 Déc 2010 - 16:57

-


Dernière édition par Barbuz le Ven 7 Oct 2011 - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Sam 18 Déc 2010 - 17:06

Evite Duault, il y a des imprécisions dans ses ouvrages (parfois grossières).

Dans le genre très court, simple, bien écrit, il y a Boucourechliev qui m'avait enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
KID A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 2912
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Lun 3 Jan 2011 - 0:05

Alors que je cherchais des informations sur Carl Filtsch, un enfant prodige, mort à 15 ans et qui a étudié auprès de Chopin, je suis tombé sur un site mettant à disposition un enregistrement sur Finale d'un Konzertstück récemment découvert, composé par le jeune garçon à 14 ans: http://www.freewebs.com/fjgajewski/

Certes, c'est inécoutable sur la durée, mais il est drôle de constater à quel point tout est décalqué sur le premier mouvement du concerto en mi du maître. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scherzando
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 3
Age : 60
Date d'inscription : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Sam 9 Avr 2011 - 14:28

Pousskine a écrit:
Mais en fait justement, Chopin est un compositeur beaucoup plus pudique qu'on ne le croit. La force de ces oeuvres résident dans le fait qu'elles peuvent être interprétés dans toutes les palettes émotionnelles et expressives jusqu'a l'exaspérence en passant par la pudeur la plus extrême, et ceci dans la même oeuvre. Chopin est flexible. En fait Chopin est un rubato à lui tout seul.


Je partage tout à fait votre avis. Chopin est un musicien extrêmement pudique, et c'et précisément cette pudeur qui donne à sa musique une autre dimension...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scherzando
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 3
Age : 60
Date d'inscription : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   Sam 9 Avr 2011 - 14:32

Barbuz a écrit:
Je suis à la recherche d'une biographie sur Chopin, relativement courte, facile d'accès et pas trop technique.
J'hésite entre deux biographies :
- Celle de Duault ;
- Celle de Bourniquel.

Certains d'entre vous en ont-ils lu une des deux, ou les deux ?
D'autres recommandations, peut-être ?

Bourniquel sans l'ombre d'une hésitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chopin- La vie, L'Oeuvre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chopin- La vie, L'Oeuvre.
Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chopin- La vie, L'Oeuvre.
» CHOPIN : les Ballades (l'oeuvre et l'inteprétation)
» Chopin - Nocturnes, polonaises, préludes, etc...
» Coffrets Brilliant 40 CDs - Chefs-d'oeuvre de ...
» Conseils pour jouer Chopin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: