Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Kaija Saariaho (1952)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 4:52

Une des figures en vogue de la musique contemporaine européenne, Kaija Saariaho est une compositrice finlandaise qui vit à Paris.
Sa musique est défendue par les plus grands interprètes actuels (notamment finlandais) comme Esa-Pekka Salonen, Jukka-Pekka Saraste, Anssi Karttunen, le Kronos Quartet, Gidon Kremer, Dawn Upshaw...

Kaija Saariaho (1952) Saaria02

Kaija Saariaho (1952) Kaija-saariaho

Elle a comme on dit "fait ses classes" à l'Ircam et est plus ou moins issue de l'école spectrale.

Ses oeuvres des années 70-80 sont tout à fait dans la mouvance spectrale et même si on y reconnaît son style de maturité, ce sont des oeuvres moins accessibles, plus dissonantes, plus discontinues.
La bande magnétique, l'électronique, y sont abondamment utilisés.
Il s'agit notamment d'Io, Lichtbogen, Verblendungen, Nymphea...
Des oeuvres néanmoins très intéressantes à écouter pour comprendre son cheminement. On peut de toute façon y prendre un certain goût, c'est mon cas dans une certaine mesure.
Nymphea pour quatuor à cordes et électronique est notamment une oeuvre très originale, où le son des instruments à cordes est souvent transformé par l'électronique. On a toutes sortes de modes de jeu, grincements... Ca donne une ambiance spéciale!

Puis on observe une certaine "tonalisation" de sa musique à partir de la fin des années 80.
Ce sont les oeuvres les plus connues comme Du cristal ... à la fumée, le cycle de mélodies Château de l'âme, le concerto pour violon Graal Théâtre, les opéras l'Amour de loin et Adriana Mater, Oltra Mar...

Le style de cette musique: une grande science de l'orchestration (une orchestration souvent scintillante et colorée), un goût pour la séduction instrumentale, la virtuosité également, une recherche harmonique indéniable et très personnelle au travers d'un langage qu'on pourra qualifier d'atonal mais dans un cadre plutôt tonal. (musique relativement continue, pulsation souvent diluée mais présente, recherche de pôles...)
Ce qu'on pourra lui reprocher: un certain statisme, une certaine complaisance dans un type d'atmosphère un peu stéréotypé, d'où en découle parfois une certaine monotonie et une difficulté à trouver du renouvellement et du contraste.
Personnellement cette musique à tendance à me fasciner et à m'hypnotiser dans ses meilleures oeuvres. colors
Le manque de dramatisme et de contrastes m'a paru vraiment gênant dans son dernier opéra, Adriana Mater, au contraire cela me semblait plus adéquat dans l'onirisme de l'Amour de loin.

Les oeuvres que je recommande pour une première approche: Oltra mar, Du cristal, ... à la fumée, Château de l'âme, Graal Théâtre...

Kaija Saariaho (1952) B00005NNNX.01._SCLZZZZZZZ_

Kaija Saariaho (1952) B00064X3O0.01._SCLZZZZZZZ_V46780655_

Kaija Saariaho (1952) B00000377R.01._SCLZZZZZZZ_V45365179_

Kaija Saariaho (1952) Ks04
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9091
Date d'inscription : 21/01/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 8:37

Merci Xavier pour la présentation de cette compositrice que j'ai découverte hier.
A la première écoute, je dois dire que sa musique ne m'a pas touché.
Mais je vais m'y remettre, on verra bien Wink
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 8:42

Rubato a écrit:

A la première écoute, je dois dire que sa musique ne m'a pas touché.
Mais je vais m'y remettre, on verra bien Wink

C'est un univers particulier et assez fermé sur lui-même. Soit on y entre, soit on reste à l'extérieur...
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9091
Date d'inscription : 21/01/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 9:01

Xavier a écrit:


C'est un univers particulier et assez fermé sur lui-même. Soit on y entre, soit on reste à l'extérieur...

Aïe aïe..c'est mal parti alors...Mais tant que la porte est entrouverte... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Sauron le Dispensateur
Etre malfaisant
Sauron le Dispensateur

Nombre de messages : 7003
Age : 36
Date d'inscription : 01/11/2006

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 9:14

Perso je connais que ces deux opéras... Et franchement je trouve sa musique remarquable... C'est très lyrique au fond... assez puissant mais pas agressif... Il y a aussi une continuité du discours qui est assez stupéfiante... Toutefois je suis resté un peu sceptique les deux fois sur les livrets d'Amin Maalouf... En outre il faut noter que le DVD de l'Amour de loin est défendu par deux artistes remarquables: Upshaw et Finlay... C'est rare des opéras contemporains bien défendus... Je crois aussi que Mattila a créer des cycles de mélodies au Châtelet...
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 9:19

Sauron le Dispensateur a écrit:
Je crois aussi que Mattila a créer des cycles de mélodies au Châtelet...

Je vois ça: http://www.forumopera.com/concerts/mattila_recital_0403.htm

Ce sont des pièces que je ne connais pas.
Par ailleurs il y aura un concert intégralement dédié à ses oeuvres la saison prochaine à Pleyel avec notamment une création et justement Mattila.

Sinon j'ai oublié de citer une oeuvre que j'aime beaucoup, Lonh, pour soprano et dispositif électro-acoustique, créé et enregistré par Dawn Upshaw.
Musique étrange, onirique, délicieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Sauron le Dispensateur
Etre malfaisant
Sauron le Dispensateur

Nombre de messages : 7003
Age : 36
Date d'inscription : 01/11/2006

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 9:23

Citation :
Par ailleurs il y aura un concert intégralement dédié à ses oeuvres la saison prochaine à Pleyel avec notamment une création et justement Mattila.
Je l'ai pris dans mon abonnement Wink Mais comme musique contemporaine je trouve ça franchement très abordable... Enfin je veux dire que c'est un langage très direct... Au niveau de l'écriture vocale je pense que c'est un plaisir de chanter ça... J'ai le sentiment que c'est bien écrit pour la voix...
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 9:31

Sauron le Dispensateur a écrit:
Mais comme musique contemporaine je trouve ça franchement très abordable... Enfin je veux dire que c'est un langage très direct... Au niveau de l'écriture vocale je pense que c'est un plaisir de chanter ça... J'ai le sentiment que c'est bien écrit pour la voix...

Oui c'est une musique abordable parce qu'elle apporte immédiatement une atmosphère reconnaissable.

Mon frère qui ne connaît presque rien au classique n'aime que 2-3 choses comme Pärt, Bryars, et Saariaho... Je l'avais emmené à un concert dans une église où étaient données des oeuvres de musique de chambre de Saariaho (avec électronique le plus souvent) et ça lui avait fait un certain effet, malgré un langage relativement ardu, en fait c'est accessible. (pour la petite anecdote Henri Dutilleux était présent à ce concert relativement confidentiel; il est sorti à l'entracte, je voulais allé lui parler mais n'ai pas osé, il m'a tenu la porte et c'est tout. Laughing )

Oui c'est bien écrit pour la voix malgré des intervalles souvent difficiles, c'est très chantable si tu compares à d'autres trucs contemporains uniquement faits pour se détruire les cordes vocales!
Revenir en haut Aller en bas
Sauron le Dispensateur
Etre malfaisant
Sauron le Dispensateur

Nombre de messages : 7003
Age : 36
Date d'inscription : 01/11/2006

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 9:40

Tu sais si elle a écrit pour le piano?
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 9:44

Sauron le Dispensateur a écrit:
Tu sais si elle a écrit pour le piano?

Voir son catalogue ici: http://mac-texier.ircam.fr/textes/c00000085/

Ca me confirme que non.
En revanche j'avais entendu une pièce pour clavecin et électronique, sans doute Jardin secret II, mais ça ne m'a pas laissé un souvenir impérissable.
Revenir en haut Aller en bas
Swarm
Mélomaniaque
Swarm

Nombre de messages : 1289
Date d'inscription : 03/04/2006

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 13:10

Xavier a écrit:
Henri Dutilleux (...) m'a tenu la porte et c'est tout.

Ahah excellent.

Genre: J'ai croisé Leonard Bernstein une fois, j'ai pas osé lui parlé, il a ciré mes chaussures et c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
brasilia
Mélomane du dimanche
brasilia

Nombre de messages : 80
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 24/11/2006

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 13:15

Je n'arrive pas à comprendre la notoriété de cette compositrice. J'ai toujours trouvé sa musique soporifique et ennuyeuse. Pas évident de renouveler le langage musical. Mais, dans le genre réchauffé, on a quand-même fait mieux
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9091
Date d'inscription : 21/01/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 14:00

J’ai repris mon écoute du CD de Kaija Saariaho, où je l’avais laissée hier, dubitatif !

J’avais écouté les 2 œuvres : Du cristal et …à la fumée que l’on peut considérer comme étant une oeuvre unique, une sorte de diptyque. Et je ne peux pas dire que j'avais apprécié. Confused

J’ai donc continué avec Sept papillons, et là : le déclic.
J’ai tout de suite été attiré par l’oeuvre.

Sept papillons ; pour violoncelle solo
Ce sont 7 pièces, très courtes, qui « parlent » de l’éphémère et de la fragilité : le papillon.
Pièces courtes, mais très intenses, avec les superbes sonorités du violoncelle (un instrument que j’aime particulièrement).
Le violoncelliste Anssi Karttunen en dit ceci : "Chaque mouvement de l’oeuvre est comme une étude des différentes dimensions de la fragilité et de la fugacité, ils n’ont ni début ni fin."
Oeuvre que depuis j’ai réécoutée plusieurs fois et qui me captive de plus en plus.

Puis j’ai écouté Nymphéa.
Nymphéa (Jardin secret III) : pour quatuor à cordes et électronique.
Un quatuor à cordes, mais comme je n’en avais jamais entendu (Je suis très amateur de quatuors).
Il faut dire que l’aspect sonore de l’oeuvre, a été élargi par des moyens de transformation électronique. Et le résultat est assez étonnant puisque j’ai eu du mal à différencier les quatre instruments qui semblent se fondre en un seul.
D’ailleurs voici ce qui en est dit dans le livret :
"Le monde harmonique des compositions se base sur la sonorité du violoncelle au spectre riche, que le compositeur a analysée à l’aide de l’ordinateur ; les structures révélées par cette analyse ont ensuite été utilisées pour composer le monde harmonique de l’oeuvre. C’est de là que découle également le sous-titre « Jardin secret III », lequel fait allusion au réseau d’ordinateur qui relie le quatuor aux deux autres partitions de la série du même nom." Shocked

A la fin de l'oeuvre, on entend les musiciens murmurer quelques vers du poète Arseniy Tarkovski, (traités numériquement):
Summer is gone / And might have never been.
In the sunshine it's warm / But there has to be more.

Etonnant non?

Quoiqu’il en soit, cette oeuvre m’a plu avec là aussi un plus à chaque nouvelle écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 16:14

Ce qui est étonnant, c'est que tu ne sois pas rentré dans sa musique orchestrale, qui est ce par quoi elle est célèbre, et que tu aies plutôt aimé les oeuvres de musique de chambre qui sont moins accessibles à mon avis.

En tout cas tu as réussi à pénétrer dans ce nouvel univers. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9091
Date d'inscription : 21/01/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 16:25

Xavier a écrit:
Ce qui est étonnant, c'est que tu ne sois pas rentré dans sa musique orchestrale.

Oui c'est bizarre et je n'ai pas vraiment d'explication, mais je n'ai pas dit mon dernier mot.
En tout cas ça me donne envie de découvrir d'autres oeuvres d'elle. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 16:31

Etant donné ce que tu as aimé d'elle, voilà mon conseil:

Kaija Saariaho (1952) B00000379L.01._SCLZZZZZZZ_SS500_

Ce disque comporte l'oeuvre dont je parlais tout à l'heure, Lonh, pour soprano et électronique, qui pourrait peut-être te plaire, ainsi que Près pour violoncelle et électronique, NoaNoa pour flûte et électronique, et les 6 jardins japonais pour flûte et électronique.

Tu peux écouter des extraits sur Amazon: http://www.amazon.fr/Kaija-Saariaho-Private-Anssi-Karttunen/dp/B00000379L/ref=sr_1_1/171-5792400-0329868?ie=UTF8&s=music&qid=1176474522&sr=1-1
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9091
Date d'inscription : 21/01/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 17:05

Merci Xavier pour ton conseil.
J'ai écouté les extraits et à priori ces oeuvres ne devraient pas me poser de problème. Par contre il y a 6 pièces pour percussion et électronique (pas d'écoute) et là je serais peut-être un peu plus méfiant.
J'en ai profité pour faire d'autres écoutes dont l'oeuvre pour violoncelle, où l'on retrouve 7 papillons et aussi le CD que tu as présenté: Graal théatre / Château de l'âme / Amers et le peu que j'ai pu écouter m'a vraiment plu. Affaire à suivre Wink

Dans ses oeuvres j'ai toujours l'impression de trouver "sa signature".
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 17:09

Rubato a écrit:

Dans ses oeuvres j'ai toujours l'impression de trouver "sa signature".

Oui c'est certain, elle est facilement et immédiatement reconnaissable.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 13 Avr 2007 - 18:55

Je viens de découvrir une nouvelle oeuvre, Orion (présente sur un disque comprenant également des oeuvres de Corigliano et Zhou Long non dénuées d'intérêt, cette oeuvre sera d'ailleurs jouée à Pleyel la saison prochaine), une oeuvre pour grand orchestre qui date de 2002.

Pas grand chose de nouveau du point de vue du langage, c'est du pur Saariaho, mais c'est une très belle oeuvre, peut-être une de mes préférées.
Les textures sont belles et variées, la construction en 3 mouvements fonctionne très bien. Je recommande. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Luc Brewaeys
Mélomane averti
Luc Brewaeys

Nombre de messages : 166
Age : 60
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 17/02/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptySam 14 Avr 2007 - 16:12

brasilia a écrit:
Je n'arrive pas à comprendre la notoriété de cette compositrice. J'ai toujours trouvé sa musique soporifique et ennuyeuse. Pas évident de renouveler le langage musical. Mais, dans le genre réchauffé, on a quand-même fait mieux
Tout à fait d'accord. En plus, mais je sais que c'est sans importance, la dame en question est insupportable et prétentieuse...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lucbrewaeys.com
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptySam 14 Avr 2007 - 16:13

Luc Brewaeys a écrit:
En plus, mais je sais que c'est sans importance, la dame en question est insupportable et prétentieuse...

Ca ne serait pas la seule chez nos compositeurs contemporains...
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9091
Date d'inscription : 21/01/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptySam 14 Avr 2007 - 17:01

Luc Brewaeys a écrit:
brasilia a écrit:
Je n'arrive pas à comprendre la notoriété de cette compositrice. J'ai toujours trouvé sa musique soporifique et ennuyeuse. Pas évident de renouveler le langage musical. Mais, dans le genre réchauffé, on a quand-même fait mieux
Tout à fait d'accord. En plus, mais je sais que c'est sans importance, la dame en question est insupportable et prétentieuse...

Franchement, moi je m'en fiche de sa notoriété; J'ai découvert sa musique il y a peu et ça m'a intéressé. Point.
Et qu'elle soit "insupportable et prétentieuse" c'est le dernier de mes soucis.
S'il fallait prendre en considération ce genre de choses, on n'écouterait plus beaucoup de musique Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptySam 14 Avr 2007 - 17:02

Rubato a écrit:

S'il fallait prendre en considération ce genre de choses, on n'écouterait plus beaucoup de musique Exclamation

Oui, on en a souvent parlé, déjà exit Wagner! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
brasilia
Mélomane du dimanche
brasilia

Nombre de messages : 80
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 24/11/2006

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMar 24 Avr 2007 - 16:52

Cit. Luc Brewayes:

"En plus, mais je sais que c'est sans importance, la dame en question est insupportable et prétentieuse..."

Ah bon? en plus!! Boulet
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
Jaky

Nombre de messages : 9422
Age : 59
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 1:53

J'ai découvert "Orion" de Saariaho ce week-end, le début est très beau, envoûtant à souhait, très facile d'écoute. Puis au bout d'un moment on se dit que le temps se fait long, où cela mène t'il… Saariahoo tire de magnifiques couleurs de l'orchestre mais Orion fait partie de ces œuvres séduisantes et qui ne reste pas en mémoires une fois l'écoute terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 2:09

Je trouve au contraire que c'est une oeuvre qui marque, grâce à ses contrastes et à la dynamique de son 3è mouvement.
Sauron et Morloch ont été du même avis je crois. (en tout cas à chaud)

(dommage de ne pas avoir mis ça dans le topic Saariaho Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
Jaky

Nombre de messages : 9422
Age : 59
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 2:16

Xavier a écrit:

(dommage de ne pas avoir mis ça dans le topic Saariaho Laughing )

carton rouge

Ah! Il y avait un troisième mouvement? J'ai perçu cela comme un flux continu! Ce doit être cela qui me gêne, je trouve la musique très belle mais je trouve rien pour me raccrocher, me repérer.
Il faudra que j'essaye de nouveau… Je n'étais peut-être pas bien disposé au moment de l'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 2:19

Jaky a écrit:
Xavier a écrit:

(dommage de ne pas avoir mis ça dans le topic Saariaho Laughing )

carton rouge

Oui j'ai dit de mettre dans le sujet adéquat parce qu'il y aurait surement des réactions vu que l'oeuvre a été jouée à Pleyel, je n'ai pas dit qu'il fallait mettre ce commentaire dans le sujet Pleyel.
T'as rien compris. drink

Citation :
Ah! Il y avait un troisième mouvement? J'ai perçu cela comme un flux continu! Ce doit être cela qui me gêne, je trouve la musique très belle mais je trouve rien pour me raccrocher, me repérer.

Oui le 3è mouvement c'est The Hunter si je me souviens bien.
Tu as bien dû entendre des différences de caractère et de tempo, non?
(as-tu lu les impressions des uns et des autres dans les pages précédentes?)
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
Jaky

Nombre de messages : 9422
Age : 59
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 2:38

Xavier a écrit:

Oui le 3è mouvement c'est The Hunter si je me souviens bien.
Tu as bien dû entendre des différences de caractère et de tempo, non?
(as-tu lu les impressions des uns et des autres dans les pages précédentes?)
Pas vraiment, j'ai trouvé le tout assez répétitif. J'ai relu les avis des autres : c'est ça de la musique spectrale? hehe C'était la première fois que j'en écoutais! Shocked Je vais réessayer le week-end prochaine, ce n'est pas de la musique de spectre qui va me résister… compress
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 2:42

Jaky a écrit:
J'ai relu les avis des autres : c'est ça de la musique spectrale? hehe C'était la première fois que j'en écoutais! Shocked

T'as pas dû finir de lire, j'ai bien précisé que ça n'en était pas du tout...
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
Jaky

Nombre de messages : 9422
Age : 59
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 2:50

Xavier a écrit:
T'as pas dû finir de lire, j'ai bien précisé que ça n'en était pas du tout...
En effet, j'ai sauté une ligne, je suis déçu… A quel courant on peut rattacher l'œuvre alors?
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 2:55

Je dirais que c'est mi-tonal mi-atonal, avec une touche d'impressionnisme et une touche de spectral.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 2:58

Je réécoute en ce moment, c'est absolument magnifique... Tellement poétique.
Il y a là une capacité à créer des atmosphères qui échappe complètement à la majeure partie des compositeurs contemporains.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMer 26 Mar 2008 - 3:06

Jaky a écrit:
Xavier a écrit:

Oui le 3è mouvement c'est The Hunter si je me souviens bien.
Tu as bien dû entendre des différences de caractère et de tempo, non?
(as-tu lu les impressions des uns et des autres dans les pages précédentes?)
Pas vraiment, j'ai trouvé le tout assez répétitif.

T'as vraiment pas été très attentif...
Le 2è mouvement est complètement statique, avec un superbe solo de violon, puis solo de hautbois... Rien à voir avec le 1er mouvement.
Et le début du 3è mouvement, très dynamique, est tout aussi immanquable.
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
Jaky

Nombre de messages : 9422
Age : 59
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 30 Mar 2008 - 0:18

J'ai écouté une deuxième fois, je ne déteste pas, l'orchestre est magnifique mais comme disais (sauf erreur de ma part) David au sujet des œuvres pour orchestre de Koechlin : je vois pas où cela va. J'ai vraiment l'impression d'entendre une musique qui se complaît dans ses sonorités.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 30 Mar 2008 - 0:58

Je trouve que ça va beaucoup plus loin que ça, surtout dans cette oeuvre, vraiment saisissante au concert.
Revenir en haut Aller en bas
Stanlea
Mélomane chevronné
Stanlea

Nombre de messages : 5374
Age : 61
Localisation : Fly me to the moon
Date d'inscription : 22/02/2008

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 30 Mar 2008 - 23:30

J'écoute en ce moment Private Gardens, que je trouve très accessible. Le mélange instruments traditionnels/électronique est sacrément bien monté, que ce soit au niveau des timbres, des dynamiques, des tons. Et cette "absence" de rythme ça repose.

(notez les guillemets, hein...)
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
Jaky

Nombre de messages : 9422
Age : 59
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyLun 31 Mar 2008 - 0:46

Stanlea a écrit:
J'écoute en ce moment Private Gardens, que je trouve très accessible. Le mélange instruments traditionnels/électronique est sacrément bien monté, que ce soit au niveau des timbres, des dynamiques, des tons. Et cette "absence" de rythme ça repose.

(notez les guillemets, hein...)
Moi j'ai pas entendu les guillemets! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Cello
Chtchello
Cello

Nombre de messages : 5726
Date d'inscription : 03/01/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyMar 1 Avr 2008 - 9:07

Bon ben, ajoutez-moi à la liste des amateurs d'Orion! ! ! ! Une très belle oeuvre qui m'a captivé dès le tout début.

Ce qui m'a marqué, c'est que Saariaho y marie avec succès des qualités qui semblent à priori contradictoires:

C'est léger, aérien, presque en apesanteur parfois ET fermement ancré, pulsé.
Le language est délicat, subtil, fragile à l'occasion mais on sent une grande force intérieure.
Il y a un caractère organique, plastique, flexible au point de vue du rhytme ET un aspect minéral, cristallin dans les sonorités.
Au début, on dirait que l'oeuvre a commencé depuis dèjà longtemps, qu'on la prend en marche pour ainsi dire mais en même temps, on s'y glisse sans heurt.
Le final est à la fois frénétique, agité ET calme: une montée de plus en plus rapide des cordes dans l'aigu, 3-4 petits coups de célesta (ou de cloches? Je n'ai pas bien entendu) et puis le silence...

Superbe.

Décidément, mars 2008 aura été le mois des découvertes-coups de coeur: Dusapin, Webern et maintenant Saariaho...
Revenir en haut Aller en bas
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 22 Mar 2009 - 13:39

Tiens, la discussion sur l'opéra contemporain m'a rappelé que j'avais regardé le début de l'Amour de loin...

Bon, autant dire tout de suite que si je ne suis pas allé jusqu'au bout c'est que je n'ai pas franchement accroché. Le livret m'a paru moyennement intéressant et la poésie qui se veut mystérieuse finalement assez plate.
La musique y colle pas mal, c'est vrai que c'est très accessible, mais en deux actes on a déjà le temps de se lasser de cette atmosphère éthérée un peu monochrome. Et puis je ne sais pas si Saariaho comprend un traitre mot de ce qu'elle met en musique ou si la prosodie est volontairement biscornue mais ça devient presque pénible à la longue...
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 22 Mar 2009 - 14:20

Wolferl a écrit:
Et puis je ne sais pas si Saariaho comprend un traitre mot de ce qu'elle met en musique

A ton avis?
Elle vit à Paris depuis 30 ans je crois...
Revenir en haut Aller en bas
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 22 Mar 2009 - 14:29

C'est ce que j'avais cru comprendre, mais ça ne change rien au fait que je trouve sa prosodie fatiguante. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Glocktahr
Mélomane chevronné
Glocktahr

Nombre de messages : 4707
Date d'inscription : 22/03/2009

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 22 Mar 2009 - 14:56

Xavier a écrit:
les opéras l'Amour de loin et Adriana Mater, Oltra Mar...

]

Oltra mar c'est un opéra? Une cantate?
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84075
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 22 Mar 2009 - 15:02

Oui j'ai mis une virgule, ça n'est pas un opéra, c'est une oeuvre pour choeur et orchestre. (cantate je ne crois pas)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88081
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 22 Mar 2009 - 15:07

Wolferl a écrit:
Tiens, la discussion sur l'opéra contemporain m'a rappelé que j'avais regardé le début de l'Amour de loin...

Bon, autant dire tout de suite que si je ne suis pas allé jusqu'au bout c'est que je n'ai pas franchement accroché. Le livret m'a paru moyennement intéressant et la poésie qui se veut mystérieuse finalement assez plate.
La musique y colle pas mal, c'est vrai que c'est très accessible, mais en deux actes on a déjà le temps de se lasser de cette atmosphère éthérée un peu monochrome. Et puis je ne sais pas si Saariaho comprend un traitre mot de ce qu'elle met en musique ou si la prosodie est volontairement biscornue mais ça devient presque pénible à la longue...
Je partage très largement ce que tu dis :
- c'est très bien écrit musicalement ;
- il ne se passe rien, et le poème lui-même traîne en longueur ;
- tout finit par être très uniforme, aussi bien la prosodie que la musique.

Alors c'est un joli objet décoratif, mais une demi-heure de contemplation sur un poème bref m'aurait suffi.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
melusina
Mélomane averti


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 29/01/2009

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 22 Mar 2009 - 15:12

Pas plus tard que hier, je me demandais quels trésors pouvaient cacher Dame Saariaho, parfaite inconnue à mes oreilles. Lire ce sujet tombe donc à pic. Et ton enthousiasme, Xavier, aiguise donc plus ma curiosité.
Deezer ne me propose que l'Oeuvre pour Violoncelle par Descharmes, dont les Papillons. Donc, j'écoute, je découvre et ... je me régale.
Revenir en haut Aller en bas
Rafsan
Mélomaniaque
Rafsan

Nombre de messages : 1524
Age : 55
Localisation : Brabant wallon
Date d'inscription : 22/01/2008

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyDim 22 Mar 2009 - 15:29

DavidLeMarrec a écrit:
Wolferl a écrit:
Tiens, la discussion sur l'opéra contemporain m'a rappelé que j'avais regardé le début de l'Amour de loin...

Bon, autant dire tout de suite que si je ne suis pas allé jusqu'au bout c'est que je n'ai pas franchement accroché. Le livret m'a paru moyennement intéressant et la poésie qui se veut mystérieuse finalement assez plate.
La musique y colle pas mal, c'est vrai que c'est très accessible, mais en deux actes on a déjà le temps de se lasser de cette atmosphère éthérée un peu monochrome. Et puis je ne sais pas si Saariaho comprend un traitre mot de ce qu'elle met en musique ou si la prosodie est volontairement biscornue mais ça devient presque pénible à la longue...
Je partage très largement ce que tu dis :
- c'est très bien écrit musicalement ;
- il ne se passe rien, et le poème lui-même traîne en longueur ;
- tout finit par être très uniforme, aussi bien la prosodie que la musique.

Alors c'est un joli objet décoratif, mais une demi-heure de contemplation sur un poème bref m'aurait suffi.

Je ne connais pas vraimment les opéras de Saariaho, dont je n'ai jamais entendu que des extraits. J'apprécie généralement sa musique instrumentale. Quant à Amin Maalouf, il faut bien reconnaître, par contre, que ce n'est pas un écrivain extraordinaire, si l'on en juge par ses romans. (Alors, ses livrets d'opéras…) Encore une réputation usurpée…
Revenir en haut Aller en bas
Cello
Chtchello
Cello

Nombre de messages : 5726
Date d'inscription : 03/01/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyLun 23 Mar 2009 - 10:01

dj drabmol a écrit:
Pas plus tard que hier, je me demandais quels trésors pouvaient cacher Dame Saariaho, parfaite inconnue à mes oreilles. Lire ce sujet tombe donc à pic. Et ton enthousiasme, Xavier, aiguise donc plus ma curiosité.
Deezer ne me propose que l'Oeuvre pour Violoncelle par Descharmes, dont les Papillons. Donc, j'écoute, je découvre et ... je me régale.

Petals pour violoncelle et dispositif électronique m'a beaucoup moins emballé. C'est assez aride et l'apport des effets ne m'a pas semblé d'un grand intérêt.

Je vais plutôt retourner à ses oeuvres orchestrales. Peut-être Du Cristal... à la Fumée.
Revenir en haut Aller en bas
Cello
Chtchello
Cello

Nombre de messages : 5726
Date d'inscription : 03/01/2007

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyVen 12 Juin 2009 - 9:41

Du Cristal... à la Fumée

Il s'agit de deux pièces qui forment une continuité mais peuvent aussi être jouées séparément. L'idée de base est, comme le suggère le titre, l'opposition entre un premier volet statique et un deuxième volubile.

Du Cristal... commence par une répétition dramatique d'accords un peu dissonnants suivie de silence. De celui-ci émerge progressivement un tissage de voix souterraines dont certaines montent en puissance avant de retomber dans le "fond". Les percussions se font peu à peu plus insistantes jusqu'à atteindre un bref épisode très pulsé. Point de vue sonorités, j'y ai retrouvé les fulgurances de scintillements cristallins qui m'avaient marqué dans certaines oeuvres de Murail. Ce n'est pas très étonnant vu que Saariaho vient du spectralisme. Cette partie est donc marquée par la masse, le statisme, la progression lente .

... à la Fumée commence par le son grave esseulé, sur lequel se refermait le volet précédent. L'orchestre arrive soudainement en procurant un sentiment d'ouverture. A partir de ce moment, deux voix se dégagent de la masse: la flûte alto et le violoncelle qui jouent le rôle de solistes. J'ai eu ici un sentiment assez net de libération. Les deux instruments entament un dialogue torturé, rempli d'effets (souffle, harmoniques, sonorités râpeuses ou brouillées, modulations électroniques). L'orchestre revient mais les deux solistes parviennent à conserver leur individualité jusqu'à la fin. On a donc ici un volet caractérisé par la mobilité, l'émancipation et le dialogue.

On ici une pièce qui a une direction claire, ce qui n'est pas toujours évident dans le contemporain. De ce point de vue, c'est une réussite mais ma préférence va toujours à Orion.


Dernière édition par Cello le Jeu 2 Juil 2009 - 10:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kia
vomi
Kia

Nombre de messages : 6939
Age : 33
Date d'inscription : 21/10/2006

Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) EmptyJeu 2 Juil 2009 - 1:47

L'Amour de Loin va sortir pour la première fois au cd en septembre...

http://www.amazon.fr/dp/B002AHJTDK
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Kaija Saariaho (1952) Empty
MessageSujet: Re: Kaija Saariaho (1952)   Kaija Saariaho (1952) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Kaija Saariaho (1952)
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: