Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Robert Schumann: symphonies

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87412
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyMer 9 Mar 2016 - 16:43

Pourtant, c'est une intégrale très particulière, dans son genre direct et viril, qui évacue les tentations vaporeuses favorisées par le caractère mélancoique et l'orchestration. Elle a une couleur assez unique et j'y reviens très souvent (peut-être même plus que Sawallisch, qui est pourtant la perfection même). Les 2 et 3 sont en particulier explosives !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
ojoj
Mélomaniaque
ojoj

Nombre de messages : 653
Age : 33
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyVen 18 Mar 2016 - 8:43

Il faudra que je revienne vers cette intégrale dans un moment alors , peut être que je changerais d'avis Wink

En tout cas cette semaine je viens de faite l'acquisition d'une nouvelle intégrale plutot "classique" coté interprétation:

Orchestre de la Suisse Romande / Armin Jordan

Une intégrale bien menée, sans prétention, qui ne révolutionne rien à mon gout.
Certes donc pas indispensable, mais pas désagréable loin de là Smile

Puis vu le prix j'ai foncé Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jbpfrance
Mélomane du dimanche
jbpfrance

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 09/05/2010

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyVen 1 Avr 2016 - 23:47

Je suis tombé sur la réédition 2015 de SAWALLISCH (septembre 1972 à l'église St Lucas de Dresde).

Mais comment faisaient-ils pour enregistrer une qualité pareille ?
Le souffle !
Tout est dans ce "léger souffle" analogique: si par malheur, on l'enlevait par je ne sais quel Dolby, on perdrait alors cette respiration et cette impression de vie !

La qualité des cuivres et des cordes, dans un local à la réverbération évidente mais non diffuse, avec une dynamique assez haute, et des micros très bien placés, nous donne l'impression d'y être, 43 ans après !

Diapason n'avait pas été si enthousiaste à sa sortie. Seul un Choc de la Musique l'avait remarqué (cf. Biojout)

Je n'ai pas entendu beaucoup de versions, mais celle-ci me comble amplement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
ojoj

Nombre de messages : 653
Age : 33
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyMer 11 Mai 2016 - 11:10

Reçu en cadeau une nouvelle intégrale

Orchestre Philarmonique de Berlin/James Levine

Je n'ai pas été déçu par ce que j'avais entendu sur MusicMe.
C'est du Levine dans le pur style de ce qu'il a enregistré chez DG dans les années 70/80. Autant dire que cela ne va pas bousculer la discographie

Cet enregistrement sent fort encore la présence du grand Herbie ( décédé depuis un an au moment de l'enregistrement) , gros son, masse de cordes imposantes, cuivres hurlants.... on entend aussi cela dans la 9e de Beethoven par Giulini ( Berlin et DG aussi).

Quelle nervosité dans la 4e!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
ojoj

Nombre de messages : 653
Age : 33
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyMar 12 Juil 2016 - 23:35

Existe-t-il d'autres versions que celle de Gardiner pour la version originale de la 4é symphonie? Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87412
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyMer 13 Juil 2016 - 14:43

ojoj a écrit:
Existe-t-il d'autres versions que celle de Gardiner pour la version originale de la 4é symphonie? Question

Oui, assez nombreuses il me semble (contrairement à la Cinquième de Mendelssohn). Harnoncourt je crois bien, peut-être Dausgaard… En revanche pas sûr que ça existe par des chefs d'esthétique ample et traditionnelle chez qui tu as davantage tes habitudes. Robert Schumann: symphonies - Page 9 2661413304
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Stolzing
Mélomaniaque
Stolzing

Nombre de messages : 727
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyMer 13 Juil 2016 - 17:31

Masur a enregistré la version de 1841 avec le LPO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27179
Date d'inscription : 21/09/2012

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyMer 13 Juil 2016 - 22:57

ojoj a écrit:

Existe-t-il d'autres versions que celle de Gardiner pour la version originale de la 4é symphonie?


Smile Outre Gardiner (Orchestre révolutionnaire et romantique), Masur (London PO) et Harnoncourt (Orchestre de Chambre d'Europe), déjà cités, il y a par exemple :

Roy Goodman & Hanover Band (RCA 1994)
Simon Rattle et le Berliner Philharmoniker (chez le label maison) : Amazon B00L4P4OGG
Thomas Zeheitmair et le Northern Sinfonia (chez Avie) : B000OCZ7YI
Derek Solomons et le Authentic Orchestra (chez Collins) : B01A9L6L66

Roger Norrington (et ses Classical Players en 1989, chez Emi) n'avait pas enregistré cette version originale. Mais le chef anglais l'a adoptée en 2004 pour son enregistrement chez Hänssler avec l'orchestre de la SWR.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
ojoj

Nombre de messages : 653
Age : 33
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyJeu 14 Juil 2016 - 17:46

Merci à tous pour les renseignements! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyJeu 14 Juil 2016 - 21:51

Entendue hier à la radio: la deuxième avec l'Orchestre de chambre d'Europe sous Yannick Néze-Séguin, enregistrée à Paris il y a peu.

]https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/71oG-46azyL._SX522_.jpg[/img]

Une vision 'médiane' entre la traditionnelle et celle de chambre (avec 1/2 moins de cordes et très peu de vibrato). La prise de son est excellente, ce qui, je crois, est indispensable dans cette musique. J'ai ce coffret, il faudrait que je réécoute et compare. Mais perso, la seule symphonie de Schumann que j'aime assez pour en faire une écoute comparée est la quatrième.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
Diablotin

Nombre de messages : 1042
Age : 52
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyVen 15 Juil 2016 - 10:00

André a écrit:
Entendue hier à la radio: la deuxième avec l'Orchestre de chambre d'Europe sous Yannick Néze-Séguin, enregistrée à Paris il y a peu.
]https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/71oG-46azyL._SX522_.jpg
Une vision 'médiane' entre la traditionnelle et celle de chambre (avec 1/2 moins de cordes et très peu de vibrato). La prise de son est excellente, ce qui, je crois, est indispensable dans cette musique. J'ai ce coffret, il faudrait que je réécoute et compare. Mais perso, la seule symphonie de Schumann que j'aime assez pour en faire une écoute comparée est la quatrième.
J'avais acheté ce coffret sur la foi des excellentes critiques reçues un peu partout, mais je n'ai jamais totalement accroché... Même si cela reste agréable à écouter -et l'enregistrement live est excellent, c'est un peu de "l'eau tiède" comparé à Gardiner, ou même à Harnoncourt. Le texte de présentation du livret est cependant intéressant !
PS. je me suis permis de corriger ton lien dans la reprise de ton message : il faut supprimer la balise [/img] en fin de lien, sinon, ça ne fonctionne pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87412
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyVen 15 Juil 2016 - 12:05

Diablotin a écrit:
J'avais acheté ce coffret sur la foi des excellentes critiques reçues un peu partout, mais je n'ai jamais totalement accroché... Même si cela reste agréable à écouter -et l'enregistrement live est excellent, c'est un peu de "l'eau tiède" comparé à Gardiner, ou même à Harnoncourt. Le texte de présentation du livret est cependant intéressant !

Je ressens la même chose : j'ai adoré leurs Da Ponte, j'ai adoré leurs Mendelssohn en salle, mais je trouve cette intégrale Schumann un peu sèche, allégée sans vraiment en profiter pour un surcroît de couleurs ou de tension. Un peu comme l'intégrale Sibelius du même orchestre avec Berglund (mais le résultat y était plus logique, vu le répertoire et le chef).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
georges2
Mélomane averti


Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 17/07/2016

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyDim 24 Juil 2016 - 10:25

Pour les integrales: Inbal New Philarmonia est d'une extrême lisibilité, Sawallich reste une référence mais le son a vieilli. En versions séparées, Sinopoli dans la 2 (l'adagio!) et Haitink/Karajan dans la rhénane.
Pour la 4,Wand est un must.
Cordialement Georges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyDim 24 Juil 2016 - 10:32

georges2 a écrit:
Pour les integrales: Inbal New Philarmonia est d'une extrême lisibilité, Sawallich reste une référence mais le son a vieilli. En versions séparées, Sinopoli dans la 2 (l'adagio!) et Haitink/Karajan dans la rhénane.
Pour la 4,Wand est un must.

Sinopoli existe en intégrale avec cette énergie et cette manière de "poser" le sujet/objet musical pour l'observer et le donner/redonner ; Klemperer est a à la fois l'orchestre, la vision et la prise de son qui lui permette une mise en oeuvre pas marmoréenne comme on pourrait le craindre, Wit/Naxos est aussi très bon. Et puis Karajan (intégrale DGG ou 4e chez Warner) drunken .
En version séparée, Fischer-Dieskau est résolument à connaître dans la Rhénane ; et je pense qu'on ne peut pas faire sans Furtwängler dans la 4e, ni sans Celibidache/Warner dans les 2 à 4 (et au moins dans les 3e & 4e), dans une optique à la fois motorique (la prodigieuse force d'inertie de "l'objet" orchestre, en soi) ronde, flattée, flatteuse mais extrêmement colorée, si ce n'est coloriste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav–phaël
Mélomane chevronné
Rav–phaël

Nombre de messages : 6516
Age : 25
Localisation : Nice/Paris
Date d'inscription : 17/07/2011

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptySam 6 Aoû 2016 - 20:26

bAlexb a écrit:

Rav-phaël a écrit:

Robert Schumann

Symphonie 4

Paavo Järvi : Deutsche Kammerphilharmonie Bremen

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Titelive_0888430585423_D_0888430585423?hei=450&wid=450


J'ai réécouté récemment Karajan (Philharmonia & Berlin), Fürtwängler, Celibidache, Wit, Wand, Harnoncourt aussi ; c'est une symphonie que j'apprécie particulièrement et cette version, telle que je l'ai "lue" (seulement Embarassed ), dans la presse, m'intrigue assez. Ton avis, peut-être :


Difficile pour moi de te répondre, mais c'est très gentil de me le demander  kiss  ; pour deux raisons :
— Je suis un très mauvais juge–auditeur. J'écoute, c'est tout ! Après, je sais ce qui me plaît et ce qui ne me plaît pas, mais difficile de te dire pourquoi, avec de beaux arguments et tout et tout. J'aime Paavo Järvi, et ça me suffi  Wink  , et je dirais certainement beaucoup de bêtises si je devais argumenter. Je ne sais pas argumenter.
— Je n'aime pas assez cette oeuvre pour savoir porter un jugement sur ses interprètes. Pourtant j'adore Schumann !, mais je ne raffole pas de ces Symphonies qui m'ennuient un brin et ne me raconte rien ..

Bref ^^ mon avis est que c'est une très excellente version !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27179
Date d'inscription : 21/09/2012

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyMer 7 Fév 2018 - 21:24

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Robert Schumann (1810-1856) :

Symphonie n°3 en mi bémol majeur, Op. 97

= Bernard Haitink, Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam

(Philips, novembre 1981)

compress Avec une telle enseigne, on pourrait s'attendre à une interprétation -seulement- luxueuse et confortable, garantie sans trouble.
Or, par une agogique très mouvante et nerveuse, Haitink tire des prodiges de virtuosité de son fabuleux orchestre,
qui signe une interprétation incroyablement ductile, vibrionnante (même si l'assise reste bien sûr royale), et d'une sonorité finement veinée.


Robert Schumann: symphonies - Page 9 Schuma17
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges2
Mélomane averti


Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 17/07/2016

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyMar 13 Fév 2018 - 8:51

Cette version fait en effet partie du haut du panier dans un panel de grandes références.
Il y un dosage subtil et discret des timbres rendant l'approche du chef indémodable.
L'édition que vous avez choisie de montrer est bien portée sur CD, contrairement à celles qui ont suivi.

Georges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
LeKap

Nombre de messages : 1438
Age : 62
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyDim 20 Mai 2018 - 19:00

Ecouté hier soir , l'intégrale des symphonies par Harnoncourt avec le ECO ou le COE - David me corrigera
Je suis mauvais juge car j'adore ce chef généralement
Très belle intégrale ( en live) avec un orchestre dans ses beaux jours - merveilleuses couleurs orchestrales - punch
Un Schumann comme j'aime avec peut-être (même plus que probablement) des partis pris d'Harnoncourt mais c'est le propre d'une interprétation il me semble.

Pour ceux qui ne connaissent et qui veulent un Schumann dans lequel on ne s'endort pas allez y franchement
Pour ceux qui n'aiment pas , dommage

Je la mets sur mon étagère à côté de Barenboim/SB ( admirable également)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87412
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyLun 21 Mai 2018 - 1:05

Oh oui, je n'aime pas Barenboim (hors ses Wagner et Strauss du début des années 90), mais ça, c'est épatant, cette dernière intégrale, pas du tout massive ni uniforme comme à l'habitude.

Harnoncourt dans Schumann, il faut aimer les phrasés brefs (ça l'est un peu trop pour moi, mais ça reste une très belle intégrale), un peu dans le genre de leurs Beethoven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
LeKap
Mélomaniaque
LeKap

Nombre de messages : 1438
Age : 62
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyLun 21 Mai 2018 - 1:11

Bonjour David
Oui moi aussi j’ai un peu de mal avec Barenboim en général mais ses enregistrements avec la SB sont excellents ( voir également ses Beethoven)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27179
Date d'inscription : 21/09/2012

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyDim 7 Juil 2019 - 2:37

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Mzolom10
Catégorie orchestrale -rang 211°/250



Robert Schumann: symphonies - Page 9 Bernst13
Leonard Bernstein (1918-1990)


Robert Schumann (1810-1856) :

Symphonie n°2 en ut majeur, Op. 61

= Leonard Bernstein, New York Stadium Concerts Symphony Orchestra

(Decca, juin 1953)

Smile Ce premier Mélomaniac d'or schumannien se consacre à la symphonie que j'aime le moins des quatre, enfin rien de péjoratif, c'est juste qu'on retrouvera
la Rhénane et la Quatrième très haut dans le classement.
Je découvris la Deuxième bien après la Frühlingssinfonie, lorsque étudiant je m'étais procuré l'intégrale dresdoise de Sawallisch (Emi), puis quelques autres :
Szell à Cleveland (Epic), Konwitschny à Leipzig (Eterna), Barenboim à Chicago (DG), Muti à Vienne (Philips)...
C'est néanmoins ce disque du jeune Bernstein qui m'y intéressa vraiment. Alors à l'orée de sa carrière, diplômé de Harvard et du Curtis Institute, adoubé par
des parrains de renom : Fritz Reiner, Serge Koussevitzky, Artur Rodzinski !
Il avait dirigé le prestigieux New York Philharmonic dès 1943, quand dix ans plus tard la filiale américaine de Decca lui proposa une série de disques avec cette phalange,
labellisée sous un pseudonyme de « Stadium Orchestra ». Les musiciens jouaient au Lewisohn Stadium (dans le cadre des concerts estivaux institués par
la riche Minnie Guggenheimer en 1918) à 20h30 puis se rendaient au Carnegie Hall pour y enregistrer en pleine nuit ! La fatigue se ressent à certains endroits,
mais compensée par une spontanéité où les pupitres se jettent corps-et-âme.
Les microsillons ne rencontrèrent pas le succès escompté, et les droits furent cédés au Book-of-the-month-Club qui commanda à Bernstein une analyse des œuvres,
qu'il confia au micro en mars 1957, préfigurant le rôle de pédagogue télévisuel qu'il allait bientôt jouer pour le grand public américain.
Sous guise de plaidoyer, cette conférence d'une quarantaine de minutes combat maints préjugés grevant les symphonies de Schumann, notamment leur académisme
pompeux et surtout leur orchestration prétendument maladroite.
Bernstein resitue plutôt les principes de ce langage sous la même obédience que celui de Beethoven : l'orchestre considéré comme medium de l'idée musicale,
non comme une fin en soi. Une fallacieuse tradition interprétative s'est ingéniée à réviser l'instrumentation originale (par exemple en doublant les effectifs de vents prévus
par la partition), alors que le maestro doit plutôt veiller à la balance dynamique. Bernstein proclame qu'il a respecté la nomenclature, sans besoin d'accroître traitreusement
les effets : « the conductor's duty is to balance his orchestra in such a way that everything is heard in proportion, rather than to rewrite the score ».

En 1960, à l'occasion d'un texte rédigé pour célébrer le cent-cinquantième anniversaire de la naissance du compositeur, il était encore nécessaire que George Szell fasse
l'apologie de cette évidence : les quatre opus schumanniens sont réellement pensés pour l'orchestre, et ne sauraient s'épanouir qu'au travers des timbres et capacités
sonores originellement conçus, moyennant quelques judicieux équilibrages du chef, interventionnistes mais sans trahir les intentions.

Après cette pétition, l'analyse passe en revue certaines singularités ou innovations.
Ainsi dans le choral introductif, les cuivres sont utilisés à dessein mélodique, dans un registre pianissimo, émanant du moelleux tapis des cordes.
La réapparition du choral dans le développement s'avère certes logique dans une forme-sonate, mais elle endosse ici un rôle structurel de signification que
Bernstein considère comme un procédé cyclique typiquement romantique, annonçant la Symphonie de César Franck.
Autre marqueur de modernité : Bernstein évoque le jeu en trémolo exigé des cordes dans la section Allegro, sans indulgence pour les archets. Là encore,
l'acte compositionnel malmène les convenances, l'expressivité prime sur les contingences.
Idem pour le Scherzo qui soumet les archets à rude épreuve, à tel point qu'on a pu lui reprocher d'être contre-nature pour les cordes, mais Bernstein montre que
cette parure ne sied pas mieux au piano (l'instrument de prédilection du compositeur) : elle a été façonnée comme texture sui generis.
Notre speaker tient le dolent Adagio pour un des plus beaux de l'époque, et montre combien judicieux de le confier au plein effectif des cordes pour intensifier
le cantabile. On y trouve aussi des passages lyriques dignes d'un quatuor de chanteurs d'opéra, puis un bouleversant climax qui escalade vers l'aigu, se parsème de trilles,
toutefois obtenu par des recettes aussi efficaces que simples.
Pour l'exubérant Finale, Bernstein continue de désarmer la critique et assène : « difficulty of execution is no criterion for musical judgement ». Une écriture par bloc
de chœurs qui individualise les familles instrumentales, mais aussi des intuitions délicatement chambristes : que de sensibilité, souligne-t-il, quand un alto solo obombre
la reprise d'une phrase de hautbois (cinquième mesure, page 114 de la partition Peters).
Ultime audace dans la coda : le martèlement de timbales !

Aussi convaincant et juste soit l'avocat Lenny, formidable passeur et vulgarisateur, je ne vous aurais pas recommandé cette interprétation sur la seule foi de cet
argumentaire ex cathedra qui accompagne l'enregistrement musical.
L'explication ne vaudrait rien sans sa concrétisation : au-delà du mémoire en défense ou d'une application dogmatique, Bernstein et ses troupes s'engagent ici dans une
magnifique illustration de l'œuvre, servie dans toute sa force et son âpreté, ne sacrifiant rien du pouvoir d'émotion mais prônant des aspérités, une désinhibition salutaires.
L'impact physique de l'orchestre new-yorkais, sa puissance de charpente, ça cogne et ça frappe, -autre vecteur essentiel de la névrotique cénesthésie schumanienne,
comme le rappelait Roland Barthes dans Rasch : « il ne s'agit pas de taper des poings contre la porte, à la façon supposée du destin. Ce qu'il faut, c'est que ça batte
à l'intérieur du corps, contre la tempe, dans le sexe, dans le ventre, contre la peau intérieure, à même tout cet émotif sensuel que l'on appelle, à la fois par métonymie
et par antiphrase, le cœur ».
Mon intégrale préférée reste celle que Bernstein réalisa pour CBS quelques années plus tard avec le New York Philharmonic, dans une éblouissante stéréophonie.
Toutefois pour la symphonie n°2, la verve, la palette fuligineuse, les coups de rein de cette mouture survoltée et contondante de 1953 relèvent d'un charisme irrésistible.


Robert Schumann: symphonies - Page 9 Schuma17
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87412
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyDim 7 Juil 2019 - 8:57

Je découvre l'existence de cet enregistrement. Merci pour tous ces riches détails sur son origine.

Citation :
que de sensibilité, souligne-t-il, quand un alto solo obombre la reprise d'une phrase de hautbois

Tu dois être fier de toi ! hehe

--

Je vais bien sûr essayer.

Préjugé : ce doit être très stimulant, mais possible manque de couleurs (souvent le point faible des captations avec le NYP, si ardentes et remarquablement phrasées, mais la captation d'époque, ou l'identité de l'orchestre, limitent les colorations par rapport à ce qu'on fait aujourd'hui).

Après écoute du premier mouvement : Mauvais préjugé. Les bois sont très verts, mais aussi très colorés, et chaque recoin de cordes est phrasé, lecture très originale est vraiment maîtrisée, avec son ardeur habituelle. Vraiment formidable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
david83
Néophyte


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 25/06/2017

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyLun 22 Juil 2019 - 10:27

J'écoute en ce moment Tilson Thomas dans son intégrale avec San Francisco.

C'est subtile et nuancée comme interprétation et l'image sonore est aérée mais ça manque de vivacité. C'est trop mou.

Quid de Thielemann dans sa nouvelle intégrale avec Dresde chez Sony.

L'orchestre me tente (on a Sawallisch me direz-vous).

J'ai écouté dernièrement Ticciati avec l'orchestre de chambre écossais et j'ai fort apprécié.Vif et pas massif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87412
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyLun 22 Juil 2019 - 11:05

david83 a écrit:
C'est subtile et nuancée comme interprétation et l'image sonore est aérée mais ça manque de vivacité. C'est trop mou.

Oui, c'est souvent le cas, notamment à cause des captations très peu contrastées et un peu lointaines.


Citation :
Quid de Thielemann dans sa nouvelle intégrale avec Dresde chez Sony.

C'est assez massif. Pas très passionnant. Effectivement, quitte à entendre Dresde, il y a Sawallisch qui réussit tout, l'ombre et la lumière, l'ampleur et la précision, l'éclat et la demi-teinte…

Si on veut du large, Barenboim avec la Sk Berlin est (étonnamment – je n'aime aucun enregistrement symphonique de Barenboim…) remarquablement réussi, éloquent et pas trop épais.

Qui claque, il y a Zinman (mon intégrale chouchoute), et Solti (une version très virile, comme ses Brahms).

Pour la transparence, il y a Rattle… Et puis Vonk, Luisi, Wit, Beermann sont très aboutis également.

Ticciati est en effet très très bien, quoique à mon sens moins singulier ou exaltant que ceux-là. (Ça ne m'avait pas semblé si nerveux à moi, en tout cas pas du tout au point de Dausgaard ou même de Zinman.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
david83
Néophyte


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 25/06/2017

Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 EmptyMar 23 Juil 2019 - 19:35

David Le Marrec a écrit:
Si on veut du large, Barenboim avec la Sk Berlin est (étonnamment – je n'aime aucun enregistrement symphonique de Barenboim…)

Même son intégrale Beethoven chez Teldec. D'accord c'est très tradi et quelque peu massif mais je la trouve assez habitée et même assez engagée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Robert Schumann: symphonies   Robert Schumann: symphonies - Page 9 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Schumann: symphonies
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» Coffret Symphonies chez Brilliant
» [CD] Robert Randolph - We walk this raod
» Rachmaninov : les symphonies
» Schumann - quintette avec piano op44
» PEDALE robert KEELEY!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: