Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Stanislas Lefort
Baroqueux fou
avatar

Nombre de messages : 2477
Localisation : Aux trousses du fantôme de l'Opéra !
Date d'inscription : 11/06/2005

MessageSujet: De Lalande : Les folies de Cardenio   Sam 11 Juin 2005 - 14:13

L'ensemble baroque de Limoges nous propose, pour fêter ses 20 ans, un joli disque : Les folies de Cardenio, de Michel Richard de Lalande (1720).

Il s'agit essentiellement de ballets et d'un petit nombre d'airs chantés (en tout, 41 morceaux très bien interprétés).

Pour acquérir cet enregistrement, il faut en faire la demande à l'EBL, Souscription CD / La Borie / 87 110 SOLIGNAC, en joignant un chèque de 26,90 euros.

Je précise qu'on ne trouve pas le disque en grande surface.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ahbon.free.fr/Ars_Musica.html
christia
Invité



MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Lun 13 Juin 2005 - 16:05

quand je vous dis qu'il faut venir à Limoges... (enfin... pas trop nombreux quand même hein ?) ;-)
Revenir en haut Aller en bas
encolpio
La vie en noir et blanc
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 44
Localisation : Palermo
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Lun 13 Juin 2005 - 16:09

christian a écrit:
quand je vous dis qu'il faut venir à Limoges... (enfin... pas trop nombreux quand même hein ?) ;-)
Es tu Limougeaud?
Je devrais passé dans le limousin trés bientôt... (une partie de ma famille y est)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
christia
Invité



MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Lun 13 Juin 2005 - 16:24

encolpio a écrit:
christian a écrit:
quand je vous dis qu'il faut venir à Limoges... (enfin... pas trop nombreux quand même hein ?) ;-)
Es tu Limougeaud?
pas moi mais ma femme, oui ;-) (moi, je suis né en Vienne - pas trop loin donc...)

encolpio a écrit:
Je devrais passé dans le limousin trés bientôt... (une partie de ma famille y est)
n'hésite pas à me prévenir si tu passes à Limoges ;-)

PS : ma femme est harpiste classique...
Revenir en haut Aller en bas
encolpio
La vie en noir et blanc
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 44
Localisation : Palermo
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Lun 13 Juin 2005 - 16:29

christian a écrit:
encolpio a écrit:
christian a écrit:
quand je vous dis qu'il faut venir à Limoges... (enfin... pas trop nombreux quand même hein ?) ;-)
Es tu Limougeaud?
pas moi mais ma femme, oui ;-) (moi, je suis né en Vienne - pas trop loin donc...)

encolpio a écrit:
Je devrais passé dans le limousin trés bientôt... (une partie de ma famille y est)
n'hésite pas à me prévenir si tu passes à Limoges ;-)

PS : ma femme est harpiste classique...
Je suis plus souvt dans le sud du limousin (sud de Brive) et du côté de Gueret, mais avec grand plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanislas Lefort
Baroqueux fou
avatar

Nombre de messages : 2477
Localisation : Aux trousses du fantôme de l'Opéra !
Date d'inscription : 11/06/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Lun 13 Juin 2005 - 17:24

C'est fini de me pourrir mes beaux topics bande de wagnériens ! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ahbon.free.fr/Ars_Musica.html
encolpio
La vie en noir et blanc
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 44
Localisation : Palermo
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Mar 14 Juin 2005 - 15:33

J'ai pris des places pour le concert Telemann/ ens baroque de Limoges du 27 juillet en l'abbatiale de Beaulieu (sublime église du 12e...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AlexRow
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 442
Localisation : La Manche (de guitare)
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Mar 14 Juin 2005 - 15:59

encolpio a écrit:
J'ai pris des places pour le concert Telemann/ ens baroque de Limoges du 27 juillet en l'abbatiale de Beaulieu (sublime église du 12e...)

Beau concert en perspective 😉
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 22 Avr 2007 - 13:49

Pourrait-on avoir une opinion sur Delalande? a-t-il écrit pour le théâtre?
(je pourrais chercher par moi-même mais je suis un peu plus à l'est ces temps-ci)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 22 Avr 2007 - 15:44

Jorge a écrit:
Franchement Charpentier (à part son Médée et quelques oeuvres religieuses ici ou là) je le trouve d'une platitude sans émotion...
Je laisse Vartan d'infliger quelques corrections leçons de Ténèbres.


Citation :
Je lui prefere largement Henry Desmarest: les motets enregistrés par Christie sont superbes et j'ai entendu des extraits de sa "Didon" par Niquet et c'était plus que beau!
Didon est une chef-d'oeuvre. Elle a déjà été exécutée par Rousset (avec Brigitte Balleys et Jérôme Corréas !), ça a été enregistré en vidéo... mais ça ne sera jamais publié (de source sûre...).

Très beaux divertissements de Desmarest aussi (par Reyne).


Citation :
A mon goût, un autre sens du drame que Charpentier, trop pastoral...
Toi, tu n'as pas écouté Vénus & Adonis. Laughing


@ Sud : De Delalande, ce sont les grands motets qu'il faut entendre, particulièrement Jubilate Deo omnis Terra. Il existe une très belle version par Paul Colleaux, la Grande Ecurie, van der Sluis, Brunner, Honeyman, Deletré... C'était chez Erato, donc plus distribué...
Du côté du théâtre, il n'a pas écrit de tragédies lyriques, seulement des divertissements et pastorales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 22 Avr 2007 - 15:48

J'ai une passion coupable pour ce disque qui m'enchante et illumine mes journées un peu grises. C'est du tout bon... après il y a sans doute mieux.



Le Te Deum et de beaux motets: Super flumina Babilonis et Confitebor tibi Domine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 22 Avr 2007 - 15:59

Le Te Deum est un peu sonore, tout de même, même si la musique est belle. Comparable, pour le ton, à celui de Lully.

Confitebor tibi est également dans le disque que je recommandais :

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 22 Avr 2007 - 16:07

Ah très intéressant, je ne le connaissais que comme écrivain de fanfares, et j'ai tout de même un excellent souvenir des symphonies pour les soupers du Roy, une chose qui a résisté dans ma jeunesse avec le te Deum de Charpentier à mon dégoût de la musique d'avant JC... euh d'avant 1756
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 22 Avr 2007 - 16:11

Oui, c'est sympa, mais ça n'est pas non plus renversant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 29
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 22 Avr 2007 - 16:20

vartan a écrit:
J'ai une passion coupable pour ce disque qui m'enchante et illumine mes journées un peu grises. C'est du tout bon... après il y a sans doute mieux.



Le Te Deum et de beaux motets: Super flumina Babilonis et Confitebor tibi Domine.

Tiens je l'ai, écouté plusieurs fois mais jamais emballé. Je vais me le repasser on ne sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 22 Avr 2007 - 16:24

Une des rares musiques sacrées que je chante tout seul en voiture ! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 29
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 22 Avr 2007 - 16:31

vartan a écrit:
Une des rares musiques sacrées que je chante tout seul en voiture ! Embarassed

A ce propos, il y a un truc que je languis de faire depuis bien longtemps... Quand j'aurai une voiture et que je me retrouverai à un feu rouge à côté d'une voiture de jeunes hurlante de techno, je mettrai, moi, le concerto n°1 pour piano de Brahms ou la 5ème de Beethoven à fond les ballons... Histoire de rire un peu... :face:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1684
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Mar 24 Avr 2007 - 15:02

DavidLeMarrec a écrit:
Le Te Deum est un peu sonore, tout de même, même si la musique est belle. Comparable, pour le ton, à celui de Lully.

Confitebor tibi est également dans le disque que je recommandais :

.

Beau disque en effet Very Happy On retrouve le Confitebor sur ce disque, les choeurs un peu plus aléatoires je pense



Le disque de Schneebeli n'est pas mal non plus thumleft

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboc.forumactif.org/forum.htm
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Michel-Richard Delalande (1657-1726)   Ven 21 Mar 2008 - 3:53

J'ai écouté aujourd'hui, entre autres choses amusantes (Lutoslawki, Penderecki), ce petit bijou baroque datant de 1720 :



On notera que le coffret anniversaire "200 ans de musique à Versailles" contient un disque qui en propose de larges extraits puisque 24 pistes, et non des moindres, sur les 41 de l'enregistrement complet figurent au programme du CD n°14. Je ne m'en étais même pas aperçu et il a fallu que ce soit cet éternel ronchon de Stanislas qui me mette la puce à l'oreille dans le fil consacré aux "sorties profanes" hehe

A part un disque de petits motets par Christie et quelques "simphonies pour les soupers du roi" enregistrées par J-F Paillard je ne connaissais rien de Delalande. Il semblerait d'ailleurs que ce compositeur, essentiellement de musique religieuse mais pas seulement, soit quelque peu délaissé par les défricheurs du répertoire baroque : les enregistrements ne courent pas les rues et c'est vraiment regrettable Sad

Cet enregistrement de l'Ensemble Baroque de Limoges a donc été à la fois une découverte et une heureuse surprise. Très dansant (un peu normal pour un ballet me direz-vous Laughing ) avec une très grande variété de couleurs et de nombreux éléments exotiques qui font qu'on ne s'ennuie pas un seul instant à l'écoute de la succession de ces très courts épisodes qui mettent en scène des Maures, des Chinois, des Bergers, des Indiens, des Matelots, des Espagnols... etc. Les gongs, musettes, castagnettes, tambours, triangles et autres tambourins sont ainsi de sortie Very Happy

La musique a été retrouvée en état de partition réduite et les parties de haute-contre et de taille de violon ont été reconstituées par les soins de Gérard Geay et du Centre de Musique Baroque de Versailles. Malheureusement toute la musique vocale a été perdue, à l'exception de trois airs, pas franchement inoubliables. La pièce de théâtre de Coypel qui prend pour héros un des personnages du Don Quichotte de Cervantès est quant à elle particulièrement tirée par les cheveux... Le texte est disponible ici : http://www.ebl-laborie.com/pages/label/CD_folies/cardenio_coypel.rtf

Au niveau du style Delalande est ici complètement "XVIIIème siècle", beaucoup plus proche de Boismortier et de Rameau que de Lully dont il fut à la fois le contemporain et le successeur immédiat, et dont on le sent ici complètement émancipé. J'ai particulièrement apprécié l'ouverture et si je ne devais retenir qu'un air ce serait "l'Air pour les Indiens" qui s'ouvre et se ferme sur des percussions "exotiques" sur lesquelles se greffent très rapidement un air on ne peut plus "versaillais" (et en prime on a même droit au cri des indiens ! Very Happy ) Seul petit bémol : l'interprétation de la tempête de Rebel qui intègre cette 5ème partie est un peu faiblarde... On aurait pu s'attendre à quelque chose de plus spectaculaire.

En bref, un excellent moment passé à l'écoute de ce disque qui ravira tous les amateurs de formes courtes : de 0'22 sec à 3'46 min pour le plus long morceau (l'ouverture !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 10:01

Très beau disque WoO , oui ce ballet est très dansant, très gaie mais je ne retrouve cette touche sonore si caractéristique de Rameau, que dans les morceaux 34, 35 et 36.
Pour le reste je trouve qu'on est complètement contemporain à lully ( sans vouloir te couper l'herbe sous le pied ) et ça n'a musicalement rien à envier à ce dernier, si ce n'est évidement le manque de profondeur dans les rares morceaux chantés comme tu le soulignes parfaitement.


Il nous faudrait l'avis de jorges ou DLM pour trancher Wink


On le trouve a 8 euros sur Ebay, un vendeur fiable que je connais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 11:23

Merci pour cet avis Atom ! Very Happy

On ne retrouve quand même pas la même raideur que chez Lully ? scratch

Enfin je ne sais pas, il nous faudrait l'avis éclairé de DLM, de Vartan ou de Jorge (et il faudrait aussi que j'aille réviser mon Lully study ). C'est peut-être le caractère très exotique et l'atmosphère de turqueries et de chinoiseries typiquement 18ème siècle qui altère mon jugement. Il faut dire aussi qu'au moment où Delalande a composé ces Folies Lully est quand même mort depuis 33 ans et que le compositeur, professeur de Destouches, est en contact étroit avec Jean-Ferry Rebel dont il a épousé la fille. Mais au fond peu importe cette question de style, on dira que Delalande a le sien propre alors que je craignais au début de rencontrer juste un épigone de Lully. Ce n'est pas pour rien qu'il lui a succédé et c'est d'autant plus dommage que peu de disques lui soient consacrés.

Parmi ses 75 grands motets on doit pouvoir trouver bien des merveilles ! geek

Une page intéressante consacrée à Delalande : http://www.baroque-versailles.com/biographies/delalande.html

bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 11:37

WoO a écrit:
Merci pour cet avis Atom ! Very Happy

On ne retrouve quand même pas la même raideur que chez Lully ? scratch

Non, c'est vrai , mais il me semble pas avoir dit que c'était la même musique, simplement que ça s'en approchait plus que de celle de rameau. En tout cas ici. Tu est peut être influencé par d'autres oeuvres de lui . Et je peux me planter complètement. Ca serait pas la première fois hehe
Repasse toi une suite de rameau Wink


Dernière édition par atomlegend le Ven 21 Mar 2008 - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 11:41

Message bien reçu Mr. Green

(allons réviser Rameau par la même occasion study )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 12:18

WoO a écrit:


Une page intéressante consacrée à Delalande : http://www.baroque-versailles.com/biographies/delalande.html

bounce

Ou je peux lire :
Il n'écrit pas de Tragédie Lyrique : il ne veut certainement pas être en concurrence avec Lully

Peut être une simple supposition, ou alors il ne veut pas ( ou /et ) ne peut pas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 12:35

Il me semble que du vivant de Lully il ne pouvait tout simplement pas (au risque de se voir intenter un procès) et qu'après la mort de ce dernier il n'ait pas voulu s'y coller. Peut-être parce qu'il accordait une plus grande importance à ses compositions religieuses qu'à ses divertissements profanes qui ont été de ce fait moins bien conservés.


Dernière édition par WoO le Ven 21 Mar 2008 - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 12:36

On pourrait peut-être créer un topic Delalande... bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 29
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 13:59

Delalande me parait moins caricatural que Lully, qui a tendance à tirer toujours sur les mêmes recettes.

Ceci étant, Delalande, parfois moins fastueux, me semble finalement moins novateur et moins enthousiasmant. Je préfere les motets de Lully à ceux de ce cher Delalande et ses symphonies pour le souper du roy n'ont jamais gagné mon adhésion.

Mais, je ne connais pas ce disque. Et Vartan aime beaucoup le disque "Te Deum" de Christie chez HM, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 14:12

Jorge a écrit:
Delalande me parait moins caricatural que Lully, qui a tendance à tirer toujours sur les mêmes recettes.
.

Oui, et d'ailleurs n'est ce pas la raison pour laquelle la musique de lully se différencie tant de celles de ses contemporains. On peut dire que sa note et unique et toujours identique. Motets, ballet operas , danses.
Mettez moi n'importe quels morceaux de lully dans un bt je le reconnaîtrai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 16:41

Poursuivons notre découverte de Delalande.

Après les Folies de Cardenio emprunté à la médiathèque voici ce disque que j'ai acheté il y a déjà un petit moment. Mr. Green



J'étais jeune et innocent, je ne connaissais pas encore la réputation qui colle à la peau de ce pauvre Jean-François Paillard dans le milieu baroque. Ces "Simphonies pour les soupers du Roy" sont donc jouées sur instruments modernes (gloups !). C'est un peu lent, mais ça ne se traîne pas abominablement comme dans le Te Deum de Lully interprétée par la même équipe, les violons sonnent différemment et il s'agit bien sûr de trompettes modernes (là je ne vois pas la différence cool-blue ). Mais ça reste relativement agréable (pour moi). Pour une version sur instruments d'époque il faut se tourner vers l'intégrale de 4 ou 5 CD enregistrée par Hugo Reyne pour Harmonia Mundi si mon souvenir est bon. Elle est épuisée mais doit pouvoir se trouver en médiathèque, il faudra que je cherche à l'occasion. Un disque d'extraits est encore disponible dans la collection Musique d'Abord.

Delalande a été assez prolifique : les Simphonies se composent en effet de quelques 303 pièces groupées en 18 suites orchestrales. Ce disque de Paillard en comporte 4 : le Concert de Trompettes pour les Festes sur le canal de Versailles, le Premier Caprice ou Caprice de Villers-Cotterets, le Caprice que le Roy demandoit souvent et le Troisième Caprice.

Le Concert de Trompettes qui pétarade à tout va est un peu fatiguant à la longue. Il préfigure bien les Water Music de Haendel, l'ampleur en moins et la brièveté en plus. Ca n'est pas plus mal ! Very Happy

Pour ma part je suis surtout séduit par le "caprice que le roy demandoit souvent" : on comprend pourquoi en l'écoutant. En sol mineur, il s'ouvre par une chaconne sur une basse obstinée que je trouve assez émouvante : un ilôt de sensibilité égaré au sein d'une tumultueuse fanfare. Un brin archaique aussi, ce qui n'est pas sans rajouter à son charme.

Le Troisième Caprice comporte aussi des passages intéressants : 2ème et 3ème air notamment. Le Premier est clairement le plus solennel de ces trois morceaux de circonstances et peut-être celui qui me plaît le moins : peut-être qu'il passerait mieux sur instruments d'époque Question

Je vois un peu ces "simphonies" comme une musique extérieure et d'extérieur, composée pour certaines circonstances précises, une musique utilitaire, un peu comme la musique de chasse, qui accompagne le roi et la cour dans leurs différentes activités officielles : solennité et pompe avant tout (mais l'interprétation "moderne" accentue peut-être ces traits), ça ne me parait pas chercher à parler au coeur et à l'esprit. Mais le Deuxième caprice, différent dans sa tonalité est plus sensible, et vaut vraiment l'écoute ainsi que le 2ème et 3ème air du Troisième Caprice. Pour l'aspect solennel je ne trouve pas ça plus pompeux que Handel par exemple.


Dernière édition par WoO le Sam 22 Mar 2008 - 22:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 17:07

Un fil consistant, je vais réviser peut-être mon jugement sur Delalande dont l'étagère de ma bibliothèque ne soutient que deux enregistrements: des petits motets et un Te deum. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Ven 21 Mar 2008 - 19:26

En ce qui concerne les "Simphonies pour les soupers du Roy" dont j'ai un enregistrement de radio baroque je les trouve sans âme mais ces extraits n'en devaient pas avoir la vocation.
Le pire c'est l'interprétation miéleuse qui m'indispose le plus. Un espèce de semblant d'élégance qui n'arrive pas à séduire.

Je préfère de loin les folies de Cardenio ou encore son Tedeum par christie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Sam 22 Mar 2008 - 17:43

Alors, puisqu'on m'appelle.. Laughing

Les Folies de Cardenio sont intéressantes (il s'agit de l'épisode de la Sierra Morena du Quichotte, le début d'une suite de rencontres qui occupe une bonne moitié de la première partie du Quichotte), mais j'aimerais les entendre par un autre que Coin (c'est bien, mais pas exaltant non plus).

Il existe de multiples orthographes pour Delalande. Celle qu'il écrivait lui-même semble être 'de Lalande' (plutôt que 'de la Lande' ou 'Delalande'). 'Delalande', présent sur plusieurs disques, a l'avantage de ne pas présenter les difficultés attachées aux emplois des noms à particule.
J'ai toujours écrit 'Delalande', mais depuis que je sais que 'de Lalande' est un peu plus recommandé, je fais des efforts.

Pour ma part, c'est le disque de Paul Colleaux avec la Grande Ecurie & la Chambre du Roy que je recommande, pour Jubilate Deo omnis terra, un grand motet plein de tendresse et de hauteur.

Il figure dans ma liste des sept merveilles de la musique religieuse baroque française.

Je suis moins enthousiaste sur les Soupers, moi aussi, et je ne recommande pas vraiment les petits motets par Herreweghe (Miserere et Dies Irae), agréables mais un peu gris, au moins interprétés ainsi.


Pour répondre à votre interrogation, on se trouve ici dans la transition avec la deuxième école, déjà annoncée par la manière plus polyphonique de Charpentier. Mais globalement, oui, le schéma est très lullyste, avec un certain hiératisme. On entend des modulations présentes dans les duos de Phaëton ("Que mon sort serait doux") dans le Jubilate Deo.

Beaucoup plus français de ton que Lully, sans le mélodisme des petits motets (dont il partage le charme). On lorgne déjà vers l'homophonie façon Campra, ces masses un peu sévères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Sam 22 Mar 2008 - 18:51

Merci pour tes lumières. Par contre ton cd est introuvable scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Sam 22 Mar 2008 - 22:19

Merci David pour ces précisions. J'ai déjà vu ce disque de Colleaux dans les bacs d'une médiathèque mais j'avais fait la fine bouche ce jour là, ce nom ne m'évoquant rien et la pochette me faisant penser aux disques Erato de J-F Paillard. Je regrette aujourd'hui d'avoir été méfiant. Ce compositeur parvenu aux plus hautes fonctions à lacour de Louis XIV m'attire en grande partie par le peu qu'on connait de lui : il est très peu présent au disque. Campra ou Clérambault m'intéressent tous deux pour les mêmes raisons. J'ouvrirai bien des topics pour ces derniers mais je vais d'abord creuser le cas Delalande.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Dim 23 Mar 2008 - 0:16

WoO a écrit:
Merci David pour ces précisions. J'ai déjà vu ce disque de Colleaux dans les bacs d'une médiathèque mais j'avais fait la fine bouche ce jour là, ce nom ne m'évoquant rien et la pochette me faisant penser aux disques Erato de J-F Paillard. Je regrette aujourd'hui d'avoir été méfiant. Ce compositeur parvenu aux plus hautes fonctions à lacour de Louis XIV m'attire en grande partie par le peu qu'on connait de lui : il est très peu présent au disque. Campra ou Clérambault m'intéressent tous deux pour les mêmes raisons. J'ouvrirai bien des topics pour ces derniers mais je vais d'abord creuser le cas Delalande.

A suivre...
Campra est moins intéressant, amha. Tancrède est stimulant, mais pas très bien servi par Malgoire (ça deviendra inécoutable, même, dès qu'une autre version aura paru). Idoménée, bien sûr, le modèle de Mozart, comporte de superbes pages.
Mais il y a toujours chez Campra un "plafonnement" bizarre de l'écriture vocale, quelque chose d'applati dans les lignes (c'est très sensible dans le Requiem).

Pour Clérambault, en attendant de l'opéra (ça existe...), je peux toujours te recommander les cantates si tu ne connais pas. Par Christie / Rime / Fouchécourt / Rivenq, c'est suprême. Il y a aussi le disque de Mellon avec son ensemble Barcarolle chez Alpha, excellent. Sinon, Lesne en a enregistré aussi, c'est pas mal du tout mais un peu moins élégant et urgent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Mer 26 Mar 2008 - 1:21

Je replonge également dans Delalande, il faut suivre les modes du forum. Rolling Eyes

Il gagne quelques points dans mon top 100.

Les Folies de Cardenio dont je ne comprends pas vraiment l'argument, mais comme c'est un ballet on s'en contrefiche. Mr. Green
Pas d'une originalité flamboyante, de la pompe majestueuse comme chez Lully mais sans l'italianité, un orchestre plus fourni qui évoque Rameau mais sans ses couleurs et l'inventivité mélodique. Ces pièces conservent malgré tout une légèreté et un ton que Coin pourrait mieux servir, mais ne boudons pas notre plaisir, c'est très réjouissant.




Il y a aussi les petits motets par Christie qui sont des pièces plus austères de ton, moins italiennes que celles de Charpentier, ils évoquent même sans indication de date les dernières années du règne, la tristesse, le dépouillement, une certaine austérité d'un abord peu facile qui m'avait tenu éloigné de ces pièces. Je les redécouvre après quelques années de repos et suis bien plus séduit. Aucun souci de séduction facile ni dans le dolorisme excessif ni dans la virtuosité. Bon, pas à recommander quand même pour entrer dans cet univers.

Pour rebondir sur les horreurs de JF Paillard et bien j'irais dire que c'est un disque très intéressant et pas si moche que ça. Oui c'est un peu lourdingue à la Haendel, certes une sorte de Water Music pour des fêtes, mais ça dépote grave. Restent les caprices qui sont de tendres méditations encadrées de sonneries de fières trompettes qui m'évoquent ici Avison. Léger et sans grande nécessité, de la belle musique de divertissement plus classique que baroque.
Une pièce qui m'a beaucoup touché et me touche encore, les "Caprices que le Roi demandoit souvent". De la grâce mais aussi d'une grande tristesse, là encore les dernières années du règne ? Pathétique mais sans larmes, les violons de la chambre du Roi et les bois de l'Ecurie visent au coeur et soudain se lancent dans des strette dansantes qui masquent, sans vraiment y parvenir, la mélancolie.




Et je termine par le meilleur, le Te Deum. Sans doute le plus brillant qui soit, triomphant, se grisant de ses arabesques, on est en 1684, Louis XIV arrive à Versailles, la cour le fête comme les artistes qui le servent, le climat est viril et italien, la gaité déborde de ce motet qui devient un véritable ballet. Interprété par Christie avec deux autres superbes motets (Super flumina Babilonis et Confitebor tibi Domine) qui empruntent au style italien voire aux madrigalismes, on est à la fête comme dirait Atom. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80899
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Mer 26 Mar 2008 - 3:10

Dites donc les enfants, y avait déjà un sujet Delalande, répertorié par Morloch qui plus est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Jeu 27 Mar 2008 - 0:01



Passant près de la médiathèque des Halles cet après-midi je n'ai pas pu m'empêcher d'y faire une halte et d'en ressortir avec quelques trésors Mr. Green

Je partage l'enthousiasme de Vartan même si je n'ai pas trouvé ces pièces particulièrement austères. Pas de séduction facile ici, il est vrai.

Le Miserere à voix seule et choeur est splendide avec une Sandrine Piau et une Véronique Gens en très grande forme. Le motet Vanum est vobis ante lucem contient également de très beaux passages mais j'ai peut-être préféré le petit motet de six minutes Miserator et misericors fort bien chanté par Noémie Rime. Le Cantique Quatrième, chanté non plus en latin mais en français moderne, m'a fait penser à nos chères Ursulines de la Nouvelle-Orléans, mais il ne m'a pas plus enthousiasmé que ça, mon attention s'étant certainement un peu relachée après l'écoute des quatre motets précédents. J'ai trouvé la pièce de Louis Lemaire d'un intérêt tout à fait secondaire (elle ne dure d'ailleurs que 3 minutes) et celle de Jean-Baptiste Morin, fatigue aidant, m'a carrément tapée sur le système (ces Alleluia joyeux à n'en plus finir...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Lun 31 Mar 2008 - 13:00



De Profundis par Paillard / Corboz (version remaniée de 1720) : tempi ultra-lents, atmosphère pesante, contrastes inexistants, instruments modernes, vibrato appuyé : tous les ingrédients nécessaires à la réussite d'un bon disque de musique baroque sont ici réunis - et pourtant Dieu sait que je suis tolérant d'habitude ! - J'ignorais que de Lalande était l'auteur de la 4ème messe de Bruckner, maintenant je suis fixé.

Le disque contient également les motets Regina Coeli et Sacris Solemnis. Regina Coeli correspond à la premièe manière de Lalande, c'est un motet construit sur le modèle Du Mont / Lully où les différents mouvements sont enchaînés et non pas nettement séparés les uns des autres. Le compositeur a remanié certaines partitions pour les faire correspondre à ce second schéma et a été particulièrement attentif aux nouvelles possibilités offertes par l'acoustique de la nouvelle Chapelle royale du Château de Versailles. Sacris Solemnis a l'air très intéressant aussi mais il faut prier pour qu'il soit réenregistré ainsi que les précédents par un autre ensemble.

Un disque à éviter comme la peste.



Au sein d'une discographie pas très fournie et parfois mal servie comme on vient de le voir émergent néanmoins quelques bijoux qui permettent de bien prendre la mesure de ce compositeur injustement mal connu. Ce disque en est un. Au programme figurent le Miserere à voix seule S. 87 , déjà enregistré par Christie dans son disque des Petits Motets ; ainsi que les Trois Leçons de Ténèbres qui ne comportent que la troisième leçon de chacun des jours saints.

Ces deux oeuvres ont fait l'objet d'une édition posthume imprimée en 1730 par les soins de la veuve et seconde épouse du compositeur. Anne Rebel en effet décède en 1722 et le compositeur se remarie à la fin de cette même année avec Marie-Louise de Cury dont il aura une fille, Marie-Michelle. Ecrites pour voix de dessus et basse continue, dans chaque leçon une alternance entre airs et récitatif ménage des moments d'attente dramatique. Le compositeur recourt à des figuralismes et mêle savamment dépouillement contemplatif et virtuosité. Apparemment ces Leçons de Tenèbres auraient été brillamment chantées par Anne Rebel et ses deux filles : Jeanne et Marie-Anne, décédées en 1711. Le Miserere à voix seule S. 87 diffère très légèrement de celui de Christie. Le Poème Harmonique utilise ici la version remaniée par Sébastien de Brossard qui a transformé les versets en plain-chant pour choeur de femmes en un choeur à trois voix en faux bourdon.

Le disque entier est transfiguré par le Poème Harmonique et la prestation de Claire Lefilliâtre dont la voix possède le tranchant et la clarté d'un vitrail. Cette version se hisse donc au même niveau que Gens / Christie tout en possédant ses qualités propres : une interprétation beaucoup plus à vif avec ce timbre si particulier et les ornements tout à fait singuliers de cette chanteuse. La prise de son est nettement supérieure. Les premières mesures du verset "Asperges me hyssopo" ressemblent à s'y méprendre au fameux Magnificat H. 73 de Charpentier ! Ce verset est d'ailleurs un des plus beaux pour moi et on ne peut qu'être scotché par la virtuosité de Lefilliâtre et la beauté de son ornementation. Un très beau disque où on prend vraiment la mesure du génie de Lalande quand il est servi par des artistes d'exception.

Le CD 2 contient non pas d'autres oeuvres de Lalande comme on peut le déplorer mais Le Sermon sur la Mort de Bossuet récité dans son intégralité par Eugène Green. Uniquement à réserver aux amateurs de type de cabotinage.


Dernière édition par WoO le Lun 31 Mar 2008 - 13:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82383
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Lun 31 Mar 2008 - 13:04

Le problème de ce sermon, c'est que même du point de vue de l'authenticité, c'est pour le moins discutable, les choix de Green sont très archaïsants. Sinon, ça permet tout de même de se faire une idée de l'esprit de l'éloquence d'alors.

Je préfère ses contes de Perrault, il a un véritable talent de ce côté-là.

Etrange couplage, cela dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Mar 1 Avr 2008 - 12:11

WoO a écrit:




Le disque entier est transfiguré par le Poème Harmonique et la prestation de Claire Lefilliâtre dont la voix possède le tranchant et la clarté d'un vitrail. Cette version se hisse donc au même niveau que Gens / Christie tout en possédant ses qualités propres : une interprétation beaucoup plus à vif avec ce timbre si particulier et les ornements tout à fait singuliers de cette chanteuse. La prise de son est nettement supérieure. Les premières mesures du verset "Asperges me hyssopo" ressemblent à s'y méprendre au fameux Magnificat H. 73 de Charpentier ! Ce verset est d'ailleurs un des plus beaux pour moi et on ne peut qu'être scotché par la virtuosité de Lefilliâtre et la beauté de son ornementation. Un très beau disque où on prend vraiment la mesure du génie de Lalande quand il est servi par des artistes d'exception.
.

+1 . Oui Claire Lefilliatre est superbe. J'aime beaucoup son timbre et ce disque . Un tout petit bémol ceci dit.
C'est peut être justement son timbre si cristallin qui rend ces ténèbres peut être pas assez profondes. Et peut être aurait -il fallu les nommer autrement ainsi interprétées. Leçons cristallines par exemple hehe

Juste pour faire une toute petite comparaison si on peut la faire ici.
Les leçons des ténèbres de couperin par deller et todd me plonge bien plus dans un espèce de songe nostalgique bien plus profond et ça n'est pas le cas ici et même si c'est très beau. Ma préférence va à la troisième leçon du jeudi.
A posséder dans tous les cas .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Mar 1 Avr 2008 - 12:34

On va écouter ça rapidement alors. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Mar 1 Avr 2008 - 12:39

vartan a écrit:
On va écouter ça rapidement alors. Smile

Pas assez glacé pour toi . Vieille machine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Mer 2 Avr 2008 - 0:37

atomlegend a écrit:
Les leçons des ténèbres de couperin par deller et todd me plonge bien plus dans un espèce de songe nostalgique bien plus profond et ça n'est pas le cas ici et même si c'est très beau. Ma préférence va à la troisième leçon du jeudi.
A posséder dans tous les cas .

J'ai déjà eu l'occasion de dire chez David que je préférais Jacobs à Deller là dedans... Embarassed
Mais je préfère peut-être ces Leçons de Delalande à celles de Couperin.
Et pour ce disque ma préférence va au Miserere à voix seule.
Sinon je me range à ta conclusion : à posséder absolument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Jeu 3 Avr 2008 - 1:55

C'est très beau ces pièces pour des offices sombres et dépouillés. Le Miserere est une alternative au Christie. Si on apprécie le timbre un peu sec et le vibrato serré de Lefilliâtre (ce qui est mon cas) on sera conquis par le dramatisme assez extraverti qu'elle y met, cette tonalité latine, presque espagnole. Reste un tempo qui me semble trop rapide, presque dansant.

Je trouve que ce disque vaut beaucoup plus pour les Leçons l'interprétation est déchirante et ces oeuvres remplissent leur contrat introspectif et méditatif. On se sent plus près de Couperin que de Charpentier. Dépouillé et assez raide, sans les torses baroques de Marc-Antoine. La Leçon du Jeudi est étonnante, mortifère, impressionnante.
Mais comme Atom, je suis moins séduit que par Charpentier dans ce registre. L'interprétation de Dumestre est comme souvent très poétique, continuo resserré mais choix des timbres élaboré avec un goût remarquable. Superbe disque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Jeu 3 Avr 2008 - 2:07

Quelle description technique !!!!!!!!!!
Tu m'apprendras ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Jeu 3 Avr 2008 - 2:09

Euh, non, c'est pas très technique là. Mr. Green
C'est plutôt intuitif et descriptif-subjectif !

Mais on devrait faire un sujet lexique, de termes qui permettrait parfois de trouver le mot qui correspond bien à ce que l'on cherche à dire ou afin d'éviter certains contre-sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
avatar

Nombre de messages : 9156
Age : 50
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Jeu 3 Avr 2008 - 2:14

Oui fais, moi je suis pas capable hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Jeu 3 Avr 2008 - 2:16

Plus tard. siffle

Mais ça serait une bonne idée je pense avec une classement alphabétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   Jeu 3 Avr 2008 - 2:17

Il n'y a que moi qui préfère le Miserere si je comprends bien Sad

Avez-vous fait attention au "Asperges me hyssopo" (vers la 7ème minute) : les premières mesures sont totalement identiques au Magnificat H. 73 de Charpentier non ?
L'aspect dansant ne m'a pas dérangé, tout hypnotisé que j'étais par les acrobaties vocales et rythmiques de Lefilliâtre, d'autant plus que le choeur en faux-bourdon qui scande ce Miserere calme toujours le jeu et réinstalle opportunément une atmosphère recueillie entre chaque verset du psaume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Delalande, Michel-Richard (1657 - 1726)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» De Lalande : Les folies de Cardenio
» Domenico Zipoli (1688-1726)
» Les Arts Florissants - Christie
» Oude Kerke, Amsterdam [Vater - Müller 1726]
» Philipp Heinrich Erlebach (1657-1714)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: