Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Orff: Carmina Burana

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Adalbéron
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 192
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   Lun 4 Sep 2017 - 21:52

On ne devrait pas pouvoir se lasser de ce qui est dit là-dedans : « Faites-moi rire ou pleurer ; peignez-moi l’amour, la haine, le fanatisme, le crime ; charmez-moi, éblouissez-moi, transportez-moi, et je ne vous ferai certes pas la sotte injuste de vous classer, de vous étiqueter comme des coléoptères !... Soyons donc naïfs, vrais ; ne demandons pas à un grand artiste les qualités qui lui manquent, et sachons profiter de celles qu’il possède. Quand un tempérament passionné, violent, brutal même ; quand un Verdi dote l’art d’une œuvre vivante et forte, pétrie d’or, de boue, de fiel et de sang, n’allons pas lui dire froidement : « Mais, cher monsieur, cela manque de goût, cela n’est pas distingué. » Distingué !... Est-ce que Michel-Ange, Homère, Dante, Shakespeare, Beethoven, Cervantès et Rabelais sont distingués ?... nous faut-il donc du génie accommodé à la poudre de riz et à la pâte d’amandes douces ?... Demandons plutôt à nos zouaves de monter à l’assaut en cravates blanches et en culotte de soie !... (Bizet, « Causerie musicale », Revue nationale est étrangère, 3 août 1867)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AlexCorzoma
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 241
Localisation : France
Date d'inscription : 18/08/2017

MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   Lun 4 Sep 2017 - 21:59

Adalbéron a écrit:
On ne devrait pas pouvoir se lasser de ce qui est dit là-dedans : « Faites-moi rire ou pleurer ; peignez-moi l’amour, la haine, le fanatisme, le crime ; charmez-moi, éblouissez-moi, transportez-moi, et je ne vous ferai certes pas la sotte injuste de vous classer, de vous étiqueter comme des coléoptères !... Soyons donc naïfs, vrais ; ne demandons pas à un grand artiste les qualités qui lui manquent, et sachons profiter de celles qu’il possède. Quand un tempérament passionné, violent, brutal même ; quand un Verdi dote l’art d’une œuvre vivante et forte, pétrie d’or, de boue, de fiel et de sang, n’allons pas lui dire froidement : « Mais, cher monsieur, cela manque de goût, cela n’est pas distingué. » Distingué !... Est-ce que Michel-Ange, Homère, Dante, Shakespeare, Beethoven, Cervantès et Rabelais sont distingués ?... nous faut-il donc du génie accommodé à la poudre de riz et à la pâte d’amandes douces ?... Demandons plutôt à nos zouaves de monter à l’assaut en cravates blanches et en culotte de soie !... (Bizet, « Causerie musicale », Revue nationale est étrangère, 3 août 1867)

Cette citation est parfaite ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   Lun 12 Fév 2018 - 15:07

Mélo, toi qui connais bien mes goûts et possèdes une impressionnante maîtrise de la discographie de ces Carmina burana: en dehors de celle qui font partie de cycles complets des Trionfi (Jochum, Kegel, Welser-Möst), quelles sont les interprétations qui selon toi, entreraient dans l'une des catégories suivantes:
- versions qui pourraient le mieux convenir à mes goûts et, peut-être, me faire apprécier cette œuvre;
- versions pas forcément «pour moi» mais qu'il faudrait connaître, qui apportent quelque chose de singulier ou qui sont particulièrement abouties dans leur réalisation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   Mer 14 Fév 2018 - 22:24

Dans l'attente d'une réponse de Mélo:

Aujourd'hui, en Playlist, Benedictus a écrit:

Orff: Carmina burana
Maria Venuti (soprano), Ulf Kenklies (ténor), Peter Binder (baryton), Günter Wand / NDR Sinfonieorchester, Hamburger Knabenchor St. Nikolai, Mitglieder des Opernchors der Niedersächsischen Staatstheaters Hannover, NDR Chor
En public, Hambourg, 1984
Hänssler «Profil»


Une lecture à contre-courant, qui tourne le dos au grand spectacle: jouant sur des gradations de dynamiques assez fines mais sur des tempi contrastés et des phrasés fouillés, et, surtout, faisant ressortir de façon vraiment très inaccoutumée la diversité des textures de l’orchestre (presque des strates.) Dommage que la captation rende les voix des solistes lointaines et étouffées et opacifie un peu l’image des chœur dans les dynamiques très élevées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24435
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   Jeu 15 Fév 2018 - 23:45

Benedictus a écrit:

Mélo, toi qui possèdes une impressionnante maîtrise de la discographie de ces Carmina burana


...et Anaxagore qui vante mes appétences vaughan williamsiennes, et Bertram mon apostolat elgarien...
Le genre de compliments qui torpillent ma réputation de mélomane raffiné  Mr.Red

Enfin avouons, déjà tout petit je connaissais par coeur les textes buranesques surtout les grivois
 hehe


Benedictus a écrit:

- versions pas forcément «pour moi» mais qu'il faudrait connaître, qui apportent quelque chose de singulier
ou qui sont particulièrement abouties dans leur réalisation.



J'avais commenté la plupart du fonds discographique sur un site marchand, souvent avec analyse détaillée partition à l'appui,
tu pourras aller y voir.
Smile Pour les versions marquantes, commençons par les classiques.
¶ impossible d'ignorer la seconde version de Jochum (DG), rien que pour DFD dans le Estuans interius.
Longtemps cité comme une référence pour sa droiture-qui-gomme-les-vulgarités, mais que l'on a quand même le droit de trouver hiératique et réfrigérant.
L'austère summum du teutonisme à la schlague.
¶ bien davantage de souplesse chez Previn (Emi), avec un choeur ample mais peuplé de mille détails.
Version panoramique (tout autant que la spacieuse prise de son), décrispée et spirituelle.
Son remake viennois chez DG, fin et discipliné, ne retrouve pas cette verve de la mouture londonienne.
¶ à peu près les mêmes ingrédients chez Frühbeck de Burgos (Emi), mais davantage de poigne et une jactance plus sauvage.
¶ Le chef qui s'est montré le plus sensible, c'est Kegel à Leipzig en sa deuxième mouture (1974), qui baigne dans le merveilleux.
Paru à l'Est chez Eterna et à l'Ouest chez Philips.
Ma toute première version, achetée en vinyle, à laquelle je reviens souvent pour y goûter ces “images magiques” que concevait le compositeur  I love you

Moins convaincant :
Ormandy (CBS) figure aussi parmi les versions glorieuses, mais inoffensif, candide et poli.
Tilson Thomas (CBS) et Ozawa (RCA) proposent du brio et des atours musclés mais caricaturaux,
et à mon sens desservis par des sonorités outrancières et déséquilibrées.
Le remake berlinois du chef nippon (chez Philips) fut salué par la critique pour sa force et sa méticulosité,
avec un détachement émotionnel qui transcende les saynètes. Si tu aimes les approches "stratifiées", mais on peut estimer ça massif et impassible.
Le fougeux Dorati (Decca) propose une affiche a priori séduisante, toutefois ses tempi hypercontrastés,
ses coups d'éclat peuvent paraître impressionnants mais histroniques.



Smile Parmi les enregistrements plus récents, j'ai été séduit par
Levine DG), qui dispose des troupes chorales de Chicago (moelleuses et virtuoses en diable) dont les performances valurent un Grammy Award à leur leader Margaret Hillis.
Ma première version en CD, écoutée des dizaines de fois. Inaltérable, idéal pour un premier contact.
Blomstedt à San Francisco (Decca), subtil et intelligent mais à condition de pousser un peu le volume.
Harding (DG) qui suggère une écoute sensuelle, ludique voire récréative.
Slatkin (RCA) très attentif à la partoche et qui malgré un certain manque de charisme révèle maints détails. Voir : https://www.amazon.fr/dp/B000003FH3

Rien de décevant chez Muti (Emi), fier, percutant et galbé, mais rien de bien neuf.
Encore moins d'originalité chez Chailly (Decca), juste probe mais raide et guère investi.
Davantage de saveur et d'amplitude avec Dutoit chez le même label.
Le jeune Welser-Möst (Emi) avait frappé fort avec ses Catulli chauffés à blanc, d'une ardeur déjantée, mais ses Burana quoique frais ne retrouvent cependant pas la même grivoiserie.
Immerseel (Zig Zag) a osé une aventure genre HIP-philologique remarquée par la presse, mais à mon sens un pétard mouillé.
Quelques intéressants arômes instrumentaux mais dommage que l'interprétation ne se démarque guère par ses options somme toute bien conventionnelles, et pâtisse d'une captation malingre.
Thielemann (DG), briguant l'auréole de Jochum avec la même enseigne bavaroise, pour un résultat propre mais sans génie.
Bien d'autres larrons au catalogue (Rattle, Mehta, Mata, Plasson, Shaw...) mais rien qui défraie la chronique ou adopte un point de vue distinctif.
Plutôt déçu par Hickox (IMP 1987 -je n'ai pas entendu son remake chez Chandos mais il n'a pas grande réputation) et surtout Delogu, fade.
Citons enfin Penderecki (sic) chez le label Arts, imaginatif, impliqué voire fervent,
mais cette prestation publique (1989) manque d'aguerrissement et subit une captation terne.



Benedictus a écrit:

- versions qui pourraient le mieux convenir à mes goûts et, peut-être, me faire apprécier cette œuvre


Smile Si tu n'as pas trouvé ton bonheur parmi les descriptions ci-dessus, et à supposer que tu cherches des versions brutes-brutales-mal rasées
(voilà l'idée que l'on se fait de tes goûts faute que tu n'aies précisé ta quête -voilà où mène l'excès de confiance Mr.Red ) :
¶ la première version Jochum (DG mono), à peu près similaire à son célèbre remake mais d'un matériau plus primitif.
¶ la première version Kegel (Eterna), qui désinhibe les archaïsmes germaniques. Formidable zèle du choeur, surtout les messieurs.
¶ tu n'as pas cité Smetacek (Supraphon) parmi les rares chefs ayant gravé la trilogie.
Tu devrais t'y pencher : au rayon sec et décanté, les timbres et voix tchèques apportent une verdeur qui convient bien au propos si on veut éviter la pompe.
¶ une qui devrait te plaire à coup sûr : Sawallisch (Electrola), sévère et abrasif mais palpitant, d'un étonnant impact dramatique qui confine parfois à la tragédie.
¶ moins certain que ça te parle, mais à tenter : Stokowski (Capitol) invente un théâtre de fabliau, en bure et galoche, technicolorisé.
Artificiel mais scénarisé comme un spectacle sur tréteaux. Et une truculence folle, irrévérencieuse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   Ven 16 Fév 2018 - 0:34

Grand merci!

Il y en a là-dedans que je connais déjà en fait: Jochum I et II et Levine, en fait - ce que tu en dis correspond d'ailleurs au souvenir (très vague) que je garde des deux derniers: le cabotinage de DFD dans Jochum II, les chœurs splendides de Levine.

Comme de juste, les deux seules versions que je ne peux pas me procurer ici sont celles que tu me recommandes le plus (Kegel I et Sawallisch.) Mad

Je vais donc aller prioritairement vers Kegel II et Smetacek, réécouter Jochum I et II, et tenter peut-être quelques-unes de tes autres propositions (Blomstedt me tente assez.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24435
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   Ven 16 Fév 2018 - 0:54

Smile Blomstedt tu vas peut-être trouver ça trop austère. On retrouve les mêmes ingrédients avec Harding, plus souriant et fleuri, pétillant de malice.
Enfin non, c'est vrai que tu es dans ta période haire et discpline hehe

Tente quand même Immerseel, le matériau allégé, les textures grattées à l'os te plairont sans doute.

Aussi Welser-Möst, péremptoire et nerveux voire cravaché, te correspond assez, c'est juvénile et vibrant.

En tout cas oui, les deux Kegel (chacun dans leur genre), Smetacek, c'est fait pour toi.

Et essaie de dégoter Sawallisch, c'est vraiment hors-norme, un diamant noir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   Ven 16 Fév 2018 - 2:17

Mélomaniac a écrit:
Smile Blomstedt tu vas peut-être trouver ça trop austère. [...]
Enfin non, c'est vrai que tu es dans ta période haire et discpline hehe
Ben, même en temps ordinaire (pour le coup...)
Dois-je rappeler que d'aucuns avaient même paru stupéfaits que certaines de mes réponses au questionnaire alla Proust © à ma réputation d'austérité... Faudrait savoir.

Mélomaniac a écrit:
Aussi Welser-Möst, péremptoire et nerveux voire cravaché, te correspond assez, c'est juvénile et vibrant.
Que je puisse passer pour «péremptoire et nerveux», j'arrive assez facilement à le concevoir; «juvénile et vibrant», c'est gentil, mais je crains d'avoir malheureusement passé l'âge...Quant à «cravaché», non: il y a déjà bien longtemps que j'ai renoncé aux pratiques qui laissent des marques.
Plus sérieusement: je comptais surtout écouter Welser-Möst dans les deux autres volets des Trionfi.

Mélomaniac a écrit:
Tente quand même Immerseel, le matériau allégé, les textures grattées à l'os te plairont sans doute.
J'y pensais, mais je me demandais si, allégé pour allégé, je n'allais pas plutôt tenter la versions pour 2 pianos et percussions de Pöntinen / Derwinger (avec Peter Mattei!)

Kegel et Smetacek, je tâcherai de les écouter d'ici Pâques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84074
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   Ven 16 Fév 2018 - 13:30

Mélomaniac a écrit:


Bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo vernal gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna résipiscence bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna bla bla bli bla bla blo gna gna gni gna gna gna.


Voilà qui est complet !  Merci pour le tour d'horizon, je ne suis plus vraiment sûr de ce que j'ai écouté, mais malgré des tentatives vers des versions qui auraient dû me séduire, je reste toujours assez vite lassé hors de quelques numéros sympathiques (Ecce gratum…).

Il y a aussi une Rattle récente, non, plus transparente ?

Je suis tenté par Smetáček bien sûr, et Sawallisch, si c'est dans la veine de ses Elias. Après, je crois que le substance même de l'œuvre m'incite à la modération…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Orff: Carmina Burana   

Revenir en haut Aller en bas
 
Orff: Carmina Burana
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: