Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 William WALTON (1902-1983)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7155
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 8 Oct 2009 - 23:37

sud273 a écrit:
Karajan et la 1ère symphonie
[...]
Le 15 janvier 1951, à Kings Hall, dans de superbes conditions sonores, Karajan enregistra une version de la 1ère symphonie de Walton, composée en 1935. Seuls Legge et le compositeurs purent assister à la session. Walton sortit dès la fin du premier mouvement, furieux de découvrir l’addition de parties supplémentaires de bois et de cuivres, et comble d’horreur l’adjonction de 4 tubas-Wagner. La séance se poursuivit néanmoins, et malgré la réécriture, Walton loua la vigueur avec laquelle Karajan avait mis en relief les dissonnances et la sauvagerie du premier mouvement, et finit par déclarer « c’est la meilleure version de ma symphonie que j’ai entendue ». C’est ce qu’il disait à chaque fois qu’un chef jouait cette œuvre, Sargent, Boult, Prévin y eurent droit aussi. Néanmoins, Walton n’autorisa pas la commercialisation du disque et réalisa avec le même orchestre sa propre version dix mois après pour EMI. Karajan qui n’avait pas été payé pour son travail réclama les bandes, qu’il offrit à Deutsche Grammophon lorsqu’il signa avec cette maison un contrat à vie : elles dormirent jusqu’en 2006, date à laquelle sortit l’enregistrement. On y entend de beaux contrastes mais c’est un Walton tiré vers Bruckner et le premier Sibélius, qui gagne en violence et en volume ce qu’il perd en transparence. C’est particulièrement ennuyeux puisque parmi toutes les partitions importantes des années 30 de Walton, la symphonie est la seule que l’auteur n’ait pas soumis à une révision.



Je ne sais pas si Sud est un farceur ou s'il ne s'est jamais rendu compte qu'il s'était fait mystifié, mais ceux qui chercheraient comme moi à se procurer cet enregistrement (que Sud évoque encore à plusieurs reprises dans ce topic, de façon tout à fait sérieuse semble-t-il) peuvent toujours courir: ce disque n'a jamais existé: c'était un poisson d'avril du site MusicWeb !
http://www.musicweb-international.com/classrev/2006/Apr06/Walton1_4574332.htm

Dommage, on y croyait et ça faisait envie. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5492
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 26 Mai 2011 - 15:29

Tus a écrit:
Hop, j'entre dans le monde de Walton avec le concerto pour violoncelle. Il y a de quoi être séduit: c'est là une oeuvre magnifique. Elle dure 28 minutes, pas une de trop à mon sens, et se développe dans un langage moderne mais pas bruyant, très réussi, proche de l'écriture mystérieuse de Vaughan Williams, mais en moins post-romantique. Walton trouble sans déprimer, et plaît à l'oreille de par la beauté épurée de ce qu'il écrit. Le premeir mouvement est court et très interrogatif, presque toujours doux (l'oeuvre contient fort peu de ff). Le violoncelle y joue un rôle constant, toujours intéressant, avec des phrases méditatives, rythmiquement élaborées, donnant l'impression d'un climat indéfinissable, plein d'énigmes et de non-dits. Le second est plus abrupt au niveau du rythme (j'ai essayé de les analyser, la vache) mais pas du tout bruyant : c'est très motorique et assez excitant, sans toutefois atteindre une profondeur elgarienne (dans son propre concerto). Quelque part, je retrouve un peu ici la dimension ludique propre à Hindemith, plus que l'héritage romantique et passionné de l'école anglaise que j'ai jusque là fréquentée. J'aime bien. Le finale commence dans une lenteur magnifique, puis s'entrecoupent des épisodes mystérieux (un peu à la façon de Neptune de Holst) et d'autres plus agressifs, un peu "barbares", mais pas plus qu'il ne faut. Belle entrée !

Je rejoins en gros ce que tu en dis. C'est le premier mouvement qui me plaît le plus, et d'assez loin, pour les même raison que toi mais le deuxième a quelque chose de vraiment entraînant aussi. Le troisième est moins marquant. Bref, c'est pas mal du tout mais dans le genre concerto pour violoncelle anglo-saxon, je préfère nettement Barber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 6 Nov 2012 - 13:43

Armand a écrit:
WoO a écrit:
Walton : Concerto pour violon (Menuhin/Walton)

As-tu aussi écouté la version d'Heifetz ?

Non je ne connais pas cette version. C'est ma première écoute : ce concerto est totalement enthousiasmant, lyrique, à la fois romantique et moderne (on ne peut pas imaginer une seconde qu'il n'ait pas été écrit au XXème siècle). La virtuosité du soliste est vraiment mise à rude épreuve.
J'essayerai de trouver Heifetz.

En attendant je me suis commandé ça :



1. Symphony no 1 in B flat minor (Bernard Haitink/Philharmonia Orchestra)
2. Symphony no 2 (André Prévin/LSO)
3. Concerto for Violin in B minor (Ida Haendel/Paavo Berglund/Bournemouth Symphony Orchestra)
4. Concerto for Viola (Nigel Kennedy/André Prévin/RPO)
5. Improvisations on an Impromptu of Benjamin Britten (André Prévin/LSO)
6. Portsmouth Point (André Previn/LSO)
7. Comedy Overture "Scapino" (André Previn/LSO)
8. Siesta (Richard Hickox/Northern Sinfonia)
9. Sonata for String Orchestra (Richard Hickox/City of London Sinfonia)
10. Concerto for Cello (Lynn Harrell/Simon Rattle/City of Birmingham Symphony Orchestra)
11. Coronation March "Crown Imperial" (David Bell/Adrian Boult/LPO)
12. Coronation March "Orb and Sceptre" (David Bell/Adrian Boult/LPO)
13. Johannesburg Festival Overture (Sir Charles Groves/Royal Liverpool Philharmonic Orchestra)
14. Capriccio burlesco (Sir Charles Groves/Royal Liverpool Philharmonic Orchestra)
15. Prelude and Fugue "Spitfire" (Sir Charles Groves/Royal Liverpool Philharmonic Orchestra)
16. Battle of Britain: Suite (Carl Davis/LPO)
17. Variations on a Theme by Hindemith (Vernon Handley/Bournemouth Symphony Orchestra)
18. Henry V: Orchestral Suite (Carl Davis/LPO)
19. Troilus and Cressida: Act 2 - Interlude (Carl Davis/LPO)
20. As you like it: Suite (Carl Davis/LPO)
21. A History of English Speaking Peoples: March (Carl Davis/LPO, London Philharmonic Choir)
22. Hamlet: Funeral March (Sir Charles Groves/Royal Liverpool Philharmonic Orchestra)
23. Richard III: Prelude (Sir Charles Groves/Royal Liverpool Philharmonic Orchestra)
24. Richard III: Suite (Sir Charles Groves/Royal Liverpool Philharmonic Orchestra)
25. Façade (Sir Neville Marriner/Academy of St. Martin in the Fields members)
26. Façade Suite (Louis Frémaux/City of Birmingham Symphony Orchestra)
27. Wise Virgins: Suite (Louis Frémaux/City of Birmingham Symphony Orchestra)
28. Henry V: Orchestral Suite (Sir William Walton/Philharmonia Orchestra)
29. Partita for Orchestra (Sir William Walton/Philharmonia Orchestra)
30. Sinfonia Concertante (Sir William Walton/City of Birmingham Symphony Orchestra)
31. Quartet for Strings no 2 in A minor (Hollywood String Quartet)
32. Quartet for Piano and Strings (London Symphony Orchestra members)
33. Sonata for Violin and Piano (Janice Graham / John Alley)
34. Bagatelles (5) for Guitar (Tom Kerstens)
35. Belshazzar's Feast (Thomas Hampson/Simon Rattle/City of Birmingham Symphony Orchestra)
36. In Honour of the City of London (Richard Hickox/LSO, London Symphony Chorus)
37. Coronation Te Deum (Louis Frémaux/Worcester Cathedral Choir, City of Birmingham Symphony Orchestra)
38. Gloria (Louis Frémaux/City of Birmingham Symphony Orchestra)
39. Troilus and Cressida (Lawrence Foster/Royal Opera House Covent Garden Orchestra & Chorus)
40. The Bear (James Lockhart/English Chamber Orchestra)
41. Set me as a seal upon thine heart (Stephen Cleobury/Cambridge King's College Choir)
42. What cheer (Russell Burgess/Wandsworth School Choir)
43. Where does the uttered music go? (Leslie Woodgate/BBC Chorus)
44. A Queen's Fanfare (Martin Neary/Bournemouth Sinfonietta)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 6 Nov 2012 - 15:02

Heifetz est le commanditaire: il a enregistré la première version et la version révisée; ce n'est pas le meilleur interprète à mon avis. Il y a pas mal de version intéressantes, dont une version récente de Ehnes couplée avec Barber et Korngold (autre commande d'Heifetz, mais là il n'y a que deux mouvements supportables, et encore...)
Je recommande la version de Prévin avec Kyung-Wha-Chung (normalement couplée comme au vinyl avec la seule version compréhensible de l'aride concerto de Stravinsky).
Et oui, le concerto pour violon est un chef d'oeuvre, le thème initial est inoubliable.

Je me souviens d'un soir, au fin fond de la campagne anglaise, dans la chambre d'apparat de ce qui n'était qu'une grosse ferme, je devais avoir 14 ans, où j'ai entendu sur mon petit poste de radio Sanyo pour la première fois successivement le concerto de Walton et celui de Barber en essayant de déchiffrer les désannonces du commentateur de la BBC... illumination. Il s'est passé plusieurs années avant que des imports apparaissent à la RNAC. En revanche, au Marks et Spencer du coin (à Leicester?) il y a avait en collec économique la première de Walton par Handley (toujours ma version préférée avec Brabbyns) dans un label nommé Enigma Records, avec le schooner dans la tempête de Turner en guise d'illustration dans une étrange texture de carton-relief à quadrillage. J'ai ramené les disques des concertos d'un autre voyage à Londres avec ma mère -je devais avoir seize ans, cette fois-là et j'avais découvert le gros magasin HMV. Dans un petit magasin spécialisé de BO à Soho, j'avais payé beaucoup plus cher la BO d'A star is born version Judy Garland à l'époque introuvable...

je radote, je sais...
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 6 Nov 2012 - 20:44

Oui je me rappelle de ce message, il me semble que tu y parlais aussi de concombres poilus comme des (maçons ?) portugais, ça m'avait marqué hehe

Dans les écoutes du jour : Symphonie n°1 dirigée par Mackerras

Enorme la fin du 1er mouvement, on a l'impression de se trouver sur le passage d'un cyclone.
L'Andante m'évoque une ville vidée de ses habitants. C'est calme et mystérieux (ces arabesques aux bois) mais une tension est toujours présente.
Le dernier mouvement par contre, je trouve que ça se répète beaucoup, et que ça traîne un peu en longueur...

Le concerto joué par Heifetz est disponible sur ce double disque :



Disponible en neuf pour 3,60 € Shocked sur Amazon, je viens de le commander.

Apparemment il n'y a que des grosses pointures (Piatigorsky est aussi le créateur du concerto pour violoncelle). Le concerto de Heifetz est en MONO, j'espère qu'on y perd pas trop parce qu'il se passe beaucoup, beaucoup de choses à l'orchestre. Il n'est pas là pour faire joli derrière le soliste même si celui-ci étincelle pendant toute la durée de l'oeuvre.
En plus la symphonie n°1 est interprétée par André Prévin. Very Happy
Je ne sais pas si Bernard Haitink (cf. coffret EMI) est très bon là-dedans, mais je me méfie un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
néthou
JazzAuNeth
avatar

Nombre de messages : 1517
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 6 Nov 2012 - 21:35

Tiens, on parle de Walton: je viens justement de découvrir sa symphonie n°1 et Belshazzar's Feast (le disque de Rattle dont Sud parle en 1ère page.
C'est très bien, mais un rien pompeux par moments. Pour reprendre l'idée de "prégnance mélodique" de Zeno, ça manque un peu de variété orchestrale et d'idées, par moments; c'est en tous cas l'impression que me laisse une toute première écoute (qu'il faudra donc renouveler).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 8 Nov 2012 - 12:47

WoO a écrit:
Oui je me rappelle de ce message, il me semble que tu y parlais aussi de concombres poilus comme des (maçons ?) portugais, ça m'avait marqué hehe
ah oui tiens, j'avais oublié, ça c'était les "runner beans" des sortes de haricots verts d'un mètre de long (voire plus) effectivement couverts de poils. Je ne me souviens plus non plus si vous aviez eu droits aux deux chiots verts de la dalmatienne et aux canards avec leur coupe en brosse?
Comment ça je suis HS?

Citation :

Je ne sais pas si Bernard Haitink (cf. coffret EMI) est très bon là-dedans, mais je me méfie un peu...
pas déshonorant mais pas top non plus. Radotage: Handley, Brabbyns et Henry Wood, renversant malgré le son de 1936.
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 16 Nov 2012 - 18:50

J'ai écouté le concerto pour violon joué par Heifetz et dirigé par le compositeur. Mouais, bof... L'enregistrement date de 1950 et ça s'entend, les finesses de l'orchestre passent à la trappe. Dommage, je trouve la partie orchestrale aussi intéressante que la partie soliste, donc pour moi ça ne le fait pas. Je préfère de très loin l'enregistrement stéréo de Menuhin, toujours avec Walton à la baguette. Il dirige d'ailleurs très bien ses oeuvres, pas comme Arnold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mer 21 Nov 2012 - 21:40

Sud, de quelle version de la 1ère avec Handley parles-tu ? Celle avec le RLPO ou celle avec Bournemouth ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mer 21 Nov 2012 - 21:42

RLPO, je ne crois pas connaître l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 22 Nov 2012 - 1:37

J'ai écouté cette version ainsi que Haitink (premier mouvement réussi, mouvement lent un peu raté, mais dans l'ensemble une interprétation tout à fait honorable, plutôt une agréable surprise), Prévin I (un peu déçu, j'avais lu partout que c'était LA référence, j'en attendais peut-être trop...) et celle de Mackerras. Handley est très bien mais la version Mackerras me séduit plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 22 Nov 2012 - 10:42

Brabbyns maintenant alors...
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Sam 15 Juin 2013 - 0:24

Je poursuis l'exploration du coffret Walton paru chez EMI qui ne contient décidément que des perles. 
- Disque 6 : Façade, version intégrale avec récitants et les deux suites pour orchestre, suite du ballet des Vierges sages (orchestration de Bach par Walton) 

Premier contact avec Façade. C'est très déroutant et amusant à la fois. On pense à de la musique de cabaret, à Weill, cette oeuvre est un brin DADA, c'est assez foutraque, les vers d'Edith Sitwell (non fournis dont le livret et que je n'ai pas encore recherchés) sont scandés à toute allure par les récitants, belle musicalité de l'ensemble et trésors d'inventivité dans l'utilisation d'un effectif de chambre (8 musiciens seulement). L'enregistrement date de 1971, Marriner dirige. Vraiment excellent.
Les suites pour orchestres sont plus sages en comparaison et possèdent un côté "carnavalesque" ou exotique plus prononcé, j'ai plus pensé à Milhaud par moments Shocked (Carnaval d'Aix ou Boeuf sur le toit ? Faudrait réécouter, j'affabule peut-être...). Musique endiablée quoi qu'il en soit.
Le ballet The Wise Virgins date de 1940, les mouvements ont été sélectionnés par Constant Lambert dans différentes cantates de Bach. Très belle orchestration et interprétation magnifique de Louis Frémaux. Je me suis passé en boucle le 4ème numéro, un "Ah ! How Ephemeral" vraiment jouissif. Le ballet intégral fait à peine 10 min. de plus, dommage de toujours enregistrer la suite de 6 numéros (je n'ai pas acheté le disque ASV qui semble être le seul à présenter les 9 numéros).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Dim 5 Jan 2014 - 17:10

sud273 a écrit:
Brabbins maintenant alors...

Je viens d'écouter Brabbins (Symphonie No. 1) : le 1 et le 3 m'ont un peu déçu (l'andante surtout), par contre le scherzo est ébouriffant de virtuosité, la mise en place est parfaite. Et pour la première fois j'ai vraiment pris mon pied avec le mouvement final qui est rendu avec toute la démesure qu'il réclame, on se demande comment le chef va pouvoir toujours tirer plus de son de son orchestre... et il y parvient !!!!  thumleft 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22620
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Dim 31 Mai 2015 - 21:35

adriaticoboy a écrit:

sud273 a écrit:

Spoiler:
 

Je ne sais pas si Sud est un farceur ou s'il ne s'est jamais rendu compte qu'il s'était fait mystifié, mais ceux qui chercheraient comme moi à se procurer cet enregistrement (que Sud évoque encore à plusieurs reprises dans ce topic, de façon tout à fait sérieuse semble-t-il) peuvent toujours courir: ce disque n'a jamais existé: c'était un poisson d'avril du site MusicWeb !
http://www.musicweb-international.com/classrev/2006/Apr06/Walton1_4574332.htm

Dommage, on y croyait et ça faisait envie.  Neutral


Smile Effectivement c'est un canular.
En revanche, Karajan a bel et bien enregistré l'oeuvre le 5 décembre 1953, avec l'Orchestre de la RAI -une interprétation sulfureuse et décapante.



DavidLeMarrec, in playlist, a écrit:

Benedictus a écrit:

DavidLeMarrec a écrit:

=> Walton, Symphonies 1 et 2 (Mackerras). Remarquable.


Ah ouais? Jamais écouté. Combien de tartelettes?


3,5 T. Découverte pour moi aussi. Meilleur que le reste de sa production (plus romantique avec des accès filmiques). Là, le contenu est sombre et riche, comme les symphonies les plus vindicatives de RVW. L'atmosphère de la Deuxième m'a à plusieurs reprises évoqué la Quatrième de Schmidt, pour situer. Discours ferme, atmosphères mouvantes, sens du climat, j'aime beaucoup, j'y reviendrai avec beaucoup de plaisir.


DavidLeMarrec a écrit:

Benedictus a écrit:

Je n'aurais jamais imaginé ça; en fait, sans trop savoir pourquoi, je me représentais ça comme du néoclassique épais. Mais c'est noté.


C'est effectivement le genre de réputation qui le précède… Elle est injuste en général, mais particulièrement hors de propos pour les symphonies.


Surprised Etonnant que depuis 2007 où tu interviens sur ce topic, tu n'aies pas eu l'occasion de te pencher sur les deux symphonies.

Rappelons que Szell avait enregistré la n°2, toujours une des meilleures adresses.
La n°1 est bien mieux servie par la discographie, depuis les propres témoignages de Walton himself.
Dans les versions plus récentes chez Emi, je trouve Handley un peu trop mou, -Rattle s'en tire mieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3746
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Dim 31 Mai 2015 - 22:00

Pour ma part, j'hésitais entre Mackerras et Brabbin pour une intégrale des deux symphonies: laquelle me recommanderais-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81927
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Dim 31 Mai 2015 - 23:36

Mélomaniac a écrit:
Surprised Etonnant que depuis 2007 où tu interviens sur ce topic, tu n'aies pas eu l'occasion de te pencher sur les deux symphonies.

Pourquoi, tu trouves que je n'écoute pas assez de musique ? Mr. Green

Je n'avais pas lieu de me précipiter dessus dans la mesure où je n'admirais pas particulièrement ce que j'avais entendu – d'ailleurs je ne suis pas persuadé que j'aurais autant aimé si je l'avais découvert avant Schmidt et Ralphie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9401
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 1 Juin 2015 - 3:50

DavidLeMarrec a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Surprised Etonnant que depuis 2007 où tu interviens sur ce topic, tu n'aies pas eu l'occasion de te pencher sur les deux symphonies.

Pourquoi, tu trouves que je n'écoute pas assez de musique ? Mr. Green

Je n'avais pas lieu de me précipiter dessus dans la mesure où je n'admirais pas particulièrement ce que j'avais entendu – d'ailleurs je ne suis pas persuadé que j'aurais autant aimé si je l'avais découvert avant Schmidt et Ralphie.

Le Times à signalé que RVW s'est retourné dans sa tombe dans la nuit de dimanche à lundi, Scotland Yard enquête…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3746
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 1 Juin 2015 - 21:29



Symphonies nº1 et nº 2
Martyn Brabbins / BBC Scottish Symphony Orchestra
Hyperion, 2010

cheers  En effet, c’est remarquable.

Je ne sais pas pourquoi, je m’étais imaginé un genre de néoclassicisme épaissi (un genre de Martinů ou de Prokofiev british, en somme). En fait, non, c’est dense, tendu, avec le genre de couleurs un peu sombres que j’aime bien, et très personnel.

En revanche, je ne vois pas trop le rapport avec Schmidt (mais bon, c’était pour la bonne cause: David sait bien que pour me donner envie d’écouter une symphonie, il suffit de me dire que ça ressemble à du Franz Schmidt); avec les symphonies les plus vindicatives de Vaughan Williams (4-6-8, mes préférées), oui. Mais bizarrement (ou pas), ce à quoi ça me ferait le plus penser, au niveau du langage, ce serait Bernard Herrmann - mais un Bernard Herrmann qui aurait eu, en plus, un sens supérieur de la grande forme (de ce point de vue, la Passacaille finale est époustouflante).

J’imagine qu’on doit pouvoir trouver des versions plus opulentes, mais je ne suis pas sûr que j’aimerai forcément davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22620
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 1 Juin 2015 - 22:58

Smile Ah tiens, je ne connaissais pas cette version, qui couple les deux symphonies.

Intéressant, je vais la mettre dans le panier surtout qu'y a une très belle pochette.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3746
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 1 Juin 2015 - 23:10

Mélomaniac a écrit:
surtout qu'y a une très belle pochette.
C'est un portrait de Walton (on s'en serait douté) de 1948 par Michael Ayrton, qui se trouve à la National Portrait Gallery.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81927
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 1 Juin 2015 - 23:28

Benedictus a écrit:
En revanche, je ne vois pas trop le rapport avec Schmidt (mais bon, c’était pour la bonne cause: David sait bien que pour me donner envie d’écouter une symphonie, il suffit de me dire que ça ressemble à du Franz Schmidt);

Il y a un peu de ça. Mr. Green

Non, ça ne ressemble pas à du Schmidt, dans la forme ou le langage, mais dans la Deuxième, j'ai trouvé beaucoup de couleurs en commun avec la Quatrième…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
athos
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 222
Age : 54
Localisation : lyon
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Dim 7 Aoû 2016 - 22:13

Hier sur France musique, en voiture.

Il m'arrive d'entendre quelque chose d'inconnu qui me plait, et d'attendre la fin pour savoir ce que c'est.
Ou d'entendre un truc que je n'apprécie guère et d'attendre aussi la fin pour savoir ce dont il s'agit.

Donc, hier je me suis retrouvé dans le deuxième cas.
Musique genre musique de film, je verrais bien ça pour une série B d'anticipation des années 70.
Musique inspirée 19eme, ça n'en finit pas, je trouve ça pompeux, à la limite du grotesque quand ça daigne se terminer.

Bref, l'animatrice annonce : William Walton 1ère symphonie, ...c'est pas mon truc. Laughing

L'émission s'appelle "objectif sieste", j'ai même pas dormi.
Heureusement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: William WALTON (1902-1983) Concerto pour violon   Mar 21 Fév 2017 - 0:34

Message de Tus.
J'ai donc écouté trois oeuvres de Walton ce week-end : le concerto pour violon, la symphonie n°2 et Belshazzar's Feast.

Je commence par le concerto pour violon. Je dois dire que je me sens face à lui un peu dérouté : c'est une oeuvre complexe, plus complexe encore que la symphonie n°1, et je n'ai pas tout compris. Mais comme l'a dit sud, et je peux, même après une écoute partielle et insatisfaisante, que l'approuver. Difficile à jauger, l'univers de Walton dans cette oeuvre, tout comme le caractère qu'il veut lui donner : c'est dramatique, quelque part, mais aussi étrange, rêveur, et en même temps fort pragmatique. Cette difficulté à faire sens avec la musique me rappelle mes expériences hindemithiennes, et d'ailleurs, les langages de Walton et d'Hindemith ne sont pas totalement étrangers l'un à l'autre, même si celui de Walton est plus compliqué, moins immédiatement lisible.]


Je viens aussi de découvrir le concerto pour violon de Walton. C'est une oeuvre qui m'a de tout de suite séduit, notamment le thème initial, plaintif, et comme Tus, on peut aussi se sentir un peu dérouté. Il y a dans le premier mouvement des passages d'une grande âpreté. Etrange, rêveur ? Je ne sais pas : il y a un ton plutôt interrogateur, perplexe.

Le deuxième mouvement comprend une tarentelle et un aussi un motif qu'on dirait venir tout droit de la musique populaire.

Le thème initial revient dans le troisième mouvement : j'ai l'impression qu'on a affaire à une sorte de leitmotif, un peu comme pour le concerto d'Elgar.

Je suis étonné que ce concerto soit si peu connu outre-Manche. Cela doit s'expliquer par le préjugé tenace contre le compositeur britannique (cela dit, on a vraiment l'impression qu'avec Elgar, VW, Bax, Walton... la musique post-romantique a poursuivi en Angleterre gentiment son bonhomme de chemin, ignorant dans un "splendide isolement" la révolution schönbergienne).

Pour continuer avec Walton, que me conseilleriez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marchoukrev
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 384
Age : 21
Localisation : Entre Paris et les Hauts-de-France
Date d'inscription : 14/08/2013

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 21 Fév 2017 - 19:21

Si tu ne connais pas, il y a la Symphonie N°1 et le Concerto pour violoncelle et orchestre (bien plus célèbre que celui pour violon).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphe
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 21 Fév 2017 - 20:08

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81927
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 21 Fév 2017 - 23:49

La Première Symphonie, j'abonde : forme cyclique sur un thème principal, toujours de la danse, très bien écrit pour l'orchestre (pas tant de partitions de cette époque avec les contrebasses divisées, et ça fonctionne remarquablement), très entraînant, beaucoup de climats et d'exaltation… une des œuvres les plus jubilatoires du répertoire, à mon sens.

La Deuxième a des parentés, mais pas du tout le même effet.

Et d'une manière générale, le reste du catalogue de Walton me paraît plus banalement postromantique, quoique de bonne facture. Mais cette Première, oui, fonce. Et si tu as aimé le concerto pour violon, effectivement ceux pour alto et violoncelle devraient très bien convenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   

Revenir en haut Aller en bas
 
William WALTON (1902-1983)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» William WALTON (1902-1983)
» William Walton
» William Alwyn (1905-1985)
» William Russo
» William Christie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: