Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 William WALTON (1902-1983)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9400
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Sam 18 Aoû 2007 - 0:05

Hi hi! Moi j'aime bien ce cd, excepté le Gershwin… bedo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6511
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 7 Jan 2008 - 13:20

Pas un mot sur "Troilus and Cressida", ou c'est moi qui ai mal lu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 11:31

Est ce quelqu'un voit une objection à ce que je m'offre ceci ? :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stadler
Clarinomaniaque
avatar

Nombre de messages : 8501
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 11:42

Spiritus a écrit:
Est ce quelqu'un voit une objection à ce que je m'offre ceci ? :


Un fameux programme...

Les variations sur un thème de Hindemith sont sur quel thème ? (Si tu sais)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 11:50

Aucune idée non ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 41
Age : 54
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 15:33

Le thème est extrait de 36 MESURES DU 2EME MOUVEMENT DU CONCERTO Nº2 POUR VIOLONCELLE DE HINDEMITH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stadler
Clarinomaniaque
avatar

Nombre de messages : 8501
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 15:47

Anne a écrit:
Le thème est extrait de 36 MESURES DU 2EME MOUVEMENT DU CONCERTO Nº2 POUR VIOLONCELLE DE HINDEMITH
Cela, c'est ce qui s'appelle être précis thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 15:52

Belle entrée en matière, Anne ! Very Happy

Un avis sur ce coffret ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 41
Age : 54
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 16:12

Spiritus a écrit:
Belle entrée en matière, Anne ! Very Happy
Un avis sur ce coffret ? Smile

merci beaucoup Embarassed Embarassed

pour l'avis, il faudrait m'en dire plus sur ce coffret , je ne vois pas quelles oeuvres sont enregistrées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 16:16

Je copie ce que dit Amazon.fr :

Cello Concerto
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
avec Robert Cohen
Dirigé par Andrew Litton


Symphony No. 1 in B flat minor
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Scapino, comedy overture for orchestra
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Violin Concerto
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
avec Tasmin Little
Dirigé par Andrew Litton


Symphony No. 2
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Façade, Suite No. 2, for orchestra
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Façade, Suite No. 1, for orchestra
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Façade, Suite No. 2, for orchestra Country Dance (No. 3)
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Façade, Suite No. 1, for orchestra Polka (No. 1)
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Façade, Suite No. 2, for orchestra Noche española (No. 4)
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Façade, Suite No. 2, for orchestra Popular Song (No. 5)
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Façade, Suite No. 2, for orchestra Old Sir Faulk (No. 6)
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Façade, Suite No. 1, for orchestra Tarantella, Sevillana (I, No. 5)
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Viola Concerto
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
avec Paul Neubauer
Dirigé par Andrew Litton


Variations on A Theme by Hindemith, for orchestra
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Crown Imperial, coronation march for orchestra
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par Andrew Litton


Belshazzar's Feast, for baritone, double chorus & orchestra
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
avec Bryn Terfel
Dirigé par Andrew Litton


Coronation Te Deum, for soloists, chorus, organ & orchestra
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
avec Timothy Byram-Wigfield
Dirigé par David Hill


Henry V, choral suite (arr. by M.Sargent) and orchestral suite (arr. by C.Matthieson) I. Overture - The Globe Playhouse
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par David Hill


Henry V, choral suite (arr. by M.Sargent) and orchestral suite (arr. by C.Matthieson) II. Passacaglia - The Death of Falstaff
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par David Hill


Henry V, choral suite (arr. by M.Sargent) and orchestral suite (arr. by C.Matthieson) III. Charge and Battle
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par David Hill


Henry V, choral suite (arr. by M.Sargent) and orchestral suite (arr. by C.Matthieson) IV. Touch her soft lips and part
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par David Hill


Henry V, choral suite (arr. by M.Sargent) and orchestral suite (arr. by C.Matthieson) V. Agincourt Song
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par David Hill


Orb and Scepter, coronation march for orchestra
Composé par William Walton
Joué par Bournemouth Sinfonietta
Dirigé par David Hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 41
Age : 54
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 16:20

Orchestre et chef un peu "légers" - on me demande mon avis ... Very Happy Very Happy -
mais pourquoi pas ...
En tout cas, la compilation de toutes ces oeuvres en fait un coffret tout à fait intéressant pour une approche de Walton, bien que je ne trouve pas que ce soit les meilleures.
Mais Bryn Terfel en prime !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 1 Fév 2008 - 16:23

Je prends alors Wink

A 12 euros sur Amazon.fr, c'est intéressant en plus thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 50
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: william walton   Ven 1 Fév 2008 - 18:03

Spiritus a écrit:
Je prends alors Wink

en effet pas cher du tout Je connais mal Walton, les symphonies seraient remarquables
Je m empresse de le commander

merci pour l info

Herve
A 12 euros sur Amazon.fr, c'est intéressant en plus thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 31 Mar 2008 - 13:41

Hop, j'entre dans le monde de Walton avec le concerto pour violoncelle. Il y a de quoi être séduit: c'est là une oeuvre magnifique. Elle dure 28 minutes, pas une de trop à mon sens, et se développe dans un langage moderne mais pas bruyant, très réussi, proche de l'écriture mystérieuse de Vaughan Williams, mais en moins post-romantique. Walton trouble sans déprimer, et plaît à l'oreille de par la beauté épurée de ce qu'il écrit. Le premeir mouvement est court et très interrogatif, presque toujours doux (l'oeuvre contient fort peu de ff). Le violoncelle y joue un rôle constant, toujours intéressant, avec des phrases méditatives, rythmiquement élaborées, donnant l'impression d'un climat indéfinissable, plein d'énigmes et de non-dits. Le second est plus abrupt au niveau du rythme (j'ai essayé de les analyser, la vache) mais pas du tout bruyant : c'est très motorique et assez excitant, sans toutefois atteindre une profondeur elgarienne (dans son propre concerto). Quelque part, je retrouve un peu ici la dimension ludique propre à Hindemith, plus que l'héritage romantique et passionné de l'école anglaise que j'ai jusque là fréquentée. J'aime bien. Le finale commence dans une lenteur magnifique, puis s'entrecoupent des épisodes mystérieux (un peu à la façon de Neptune de Holst) et d'autres plus agressifs, un peu "barbares", mais pas plus qu'il ne faut. Belle entrée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 31 Mar 2008 - 13:47

Aussi écouté trois pièces plus courtes, qui ne durent chacune pas plus de dix minutes. Coronation Te Deum, Crown March et Orb and Sceptre sont toutes des oeuvres d'apparat destinées à de réelles cérémonies politiques, qui ont été commandées par la Reine dans les années 1950. Elles sont à la fois exaltantes, à la fois des Pomp and Circumstance (donc il n'y a que moi pour aimer des trucs pareils), et en même temps d'une subtilité, d'une inventivité d'écriture toute autre que dans les sympathiques marches d'Elgar. Walton écrit avec des rythmes élaborés (ça me semble être un trait de sa personnalité), pour une orchestration chargée, mais utilisée efficacement, et ses mélodies ne sont pas simplistes (de fait, elles ne sont pas simples non plus, ce qui donne à ses oeuvres une relative complexité par rapport à ce qu'on pourrait attendre du genre). Moi j'aime bien, c'est agréable au premier degré et intéressant au second.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 31 Mar 2008 - 13:55

J'attendais beaucoup de la symphonie n°1. Je dois dire que ça ne m'a pas totalement convaincu ; pas que ça ne m'est plu, mais disons que ça me motive pour une réécoute. Une force presque sauvage semble se dégager de cette oeuvre écrite entre 1932 et 1935, qu'il est difficile pour moi de rapprocher d'une autre pièce. L'analogie avec la 4e de RVW est tentant, mais le caractère de ces deux oeuvres me paraît différent : alors que la violence de RVW prend un tour nihilste, chez Walton, la véhémence est au contraire traversée d'un élan vital fortifiant. L'orchestration de Walton est en tous cas aussi chargée, surtout du côté des cuivres, et utilise abondamment les timbales (mais fort peu les autres percussions, excepté les cymbales dans le finale). Cependant, avec des passages apocalyptiques très saisissants alternent des sections qui témoignent d'un romantisme douloureux, à la façon de Chostakovitch, voire vagument d'Elgar (dans le troisième mouvement surtout). Difficile à savoir à quel niveau d'expressivité veut se situer Walton. Il me semble clair que l'oeuvre n'est pas dans une veine moderniste anti-programmatique et "neutre", sans connotations sous-jacentes, à la façon d'Hindemith ; le rapprochement est plutôt à faire avec le Sacre, où la même "barbarie" s'exprime, ou, plus curieusement mais plus spontanément pour moi, avec la Première de Rachmaninov, aussi sauvage, passionnée, cuivrée et ardente que cette oeuvre difficile à appréhender mais qui m'est déjà sympathique. La Première de Walton apparaît complexe, mais assez accessible, même si tant de violence et d'écrasants coups de tonnerre peuvent paraître rebutants, et finissent effectivement par le devenir à la fin du finale. Mais je réécouterai, j'aime déjà, sans comprendre ni apprécier totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 31 Mar 2008 - 14:35

peut-être devrais-tu tenter de te procurer une des versions de Karajan (dans l'officielle avec le Philarmonia, les cuivres sont encore plus présents car Karajan en a rajouté).
Plus j'écoute cette symphonie, plus je pense que c'est une des symphonies majeures du 20ème, malgré la rupture stylistique et les difficultés d'écriture du finale.
Qui dirige la version que tu as écouté? si jamais c'est Rattle essaye quand même autre chose (ma préférée est je crois Vernon Handley ou le pirate de Karajan avec la Rai, à condition de supporter le son lointain et les bois approximatifs)
Pour la deuxième, la version Prévin est irremplaçable, mais on est là 40 ans plus tard et la musique n'a plus rien à voir avec le gigantisme post-wagnérien de la 1ère.
Tant que tu es dans Walton, je te conseille "Spitfire, prélude et fugue" (si possible une version pour orchestre d'harmonie).
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 31 Mar 2008 - 14:39

C'est Andrew Litton. Beau son, beaux cuivres, captage un peu distant et global, ça me semble très honnête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 31 Mar 2008 - 14:40

je connais uniquement sa version de la deuxième: honnête oui, un petit manque de feu peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 31 Mar 2008 - 14:42

Ca n'a pas l'air facile à diriger, comme musique.

Que penses-tu du concerto pour violoncelle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 31 Mar 2008 - 14:49

il faut juste s'habituer à la rhétorique particulière de Walton, l'intégration de certaines ruptures rythmiques et de syncopes de jazz.
J'aime beaucoup le concerto pour violoncelle, digne pendant de celui pour violon qui est peut-être l'oeuvre de Walton que je préfère. Je suis moins conquis par le concerto pour alto. Dans ces concertos je trouve que Walton est assez proche de ce que font ses contemporains russes et particulièrement Prokofiev.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 1 Avr 2008 - 13:50

Je passe rapidement sur Scapino, A Comedy Overture, que je n'ai pas aimé. Dans le genre, je préfère Till l'Espiègle : au moins, c'est réellement souriant, alors que cette pièce de Walton n'a pas grand intérêt et son comique tourne à vide. Ca dure 8 minutes, ça se laisse gentiment écouter, mais c'est ennuyeux : Walton recycle, apparemment sans trop d'inspiration, des recettes inusables (les hautbois sautillants, les rythmes piqués, les cuivres qui grinçent, les percussions cocasses), et le résultat n'a pas vraiment de quoi convaincre. Au niveau de l'orchestration, il faut quand même signaler un vrai travail, que les carences de la veine mélodique ne sauraient mettre dignement en valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 1 Avr 2008 - 14:16

je ne suis pas du tout d'accord, c'est juste que tu as écouté sans doute une mauvaise version: Scapino est la plus brillante des ouvertures de Walton, et correspond à un stéréotype anglais, Bax, Benjamin, et bien d'autres se sont illustré dans le genre de l'ouverture de comédie.
Essaye la version Prévin.
Oui, il y a des traces de Richard Strauss dans l'orchestre mais c'est infiniment plus alerte et l'humour n'est pas lourd et téléphoné comme dans Till où j'ai toujours eu l'impression que Strauss se forçait.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 1 Avr 2008 - 17:16

Je suis peut-être aussi passé à côté. Je n'ai vraiment pas vu le charme de la pièce : c'est bien écrit, je ne dis pas, mais j'ai trouvé ça un peu creux.

Promis, je réessaie. (Je dois aussi retenter Falstaff pig )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 4 Avr 2008 - 12:57

sud273 a écrit:
(...) digne pendant de celui pour violon qui est peut-être l'oeuvre de Walton que je préfère.

Je pars en cours de litté et après, j'en dirai un mot. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Sam 5 Avr 2008 - 13:18

Donc, le concerto pour violon Rolling Eyes concerto pour alto. Oeuvre remarquable, à l'exemple du concerto pour violoncelle, vraiment très belle. C'est parfois atonal, mais pas aride, très accessible au contraire, avec une alternance subtile et originale de passages doux et mystérieux et d'autres plutôt cuivrés, pleins de gaieté communicative ; l'écriture pour le violon n'a rien de très moderniste, mais rien d'archaïque non plus, le tout fait un peu "propre" mais pas ennuyeux. Ca se rapproche un peu du concerto de Sibelius, en plus audacieux quand même. Que dire d'autre ? Le premier mouvement m'a semblé être le meilleur, avec ces harmonies interrogatives, cette modernité acceuillante, et les autres ne déméritent aucunement. Une belle réussite, mais je suis un peu trop las de rédiger pour en dire plus aujourd'hui. Vous me pardonnerez Wink


Dernière édition par Spiritus le Lun 7 Avr 2008 - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Sam 5 Avr 2008 - 13:20

Sinon j'avais réécouté en semaine la symphonie n°1 et je la comprends un peu mieux. Certains passages sont carrément joussifs, à l'exemple du Sacre, mais en moins malsain. Je persiste et signe dans ma comparaison avec la 1ere de Rachmaninov. Et c'est toujours fichtrement intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81605
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Sam 5 Avr 2008 - 18:17

Spiritus a écrit:
Donc, le concerto pour violon. Oeuvre remarquable, à l'exemple du concerto pour violoncelle, vraiment très belle. C'est parfois atonal, mais pas aride, très accessible au contraire, avec une alternance subtile et originale de passages doux et mystérieux et d'autres plutôt cuivrés, pleins de gaieté communicative ; l'écriture pour le violon n'a rien de très moderniste, mais rien d'archaïque non plus, le tout fait un peu "propre" mais pas ennuyeux. Ca se rapproche un peu du concerto de Sibelius, en plus audacieux quand même. Que dire d'autre ? Le premier mouvement m'a semblé être le meilleur, avec ces harmonies interrogatives, cette modernité acceuillante, et les autres ne déméritent aucunement. Une belle réussite, mais je suis un peu trop las de rédiger pour en dire plus aujourd'hui. Vous me pardonnerez Wink
Ma foi, pour un taupin, tu trouves quand même le temps de nous dire de belles choses. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 7 Avr 2008 - 12:43

Et de belles bourdes aussi, parce qu'en fait, c'est le concerto pour alto que j'avais écouté. Rolling Eyes

Je corrige et je vous écris bientôt mon commentaire du vrai concerto pour violon. Laughing

Merci David sinon Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 7 Avr 2008 - 12:52

j'étais un peu surpris par le commentaire, mais considérant qu'il s'applique au concerto pour alto, je suis parfaitement d'accord: je trouve que c'est le plus faible des trois.
Le thème d'ouverture du concerto pour violon, le subtil balancement de cordes qui l'accompagne, sont absolument inoubliables.
Ce concerto est très lié dans mon souvenir à celui de Barber, puisque je les ai entendus le même soir sur la BBC il y a exactement trente ans, et qu'ils figurent toujours en tête de mes concertos pour violon préférés.
A noter qu'il existe un CD Heifetz groupant la première version et sa révision par le même violoniste. Ma version préférée reste celle de Kyung-Wha-Chung, sous la baguette de Prévin.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 7 Avr 2008 - 15:54

J'ai donc écouté trois oeuvres de Walton ce week-end : le concerto pour violon, la symphonie n°2 et Belshazzar's Feast.

Je commence par le concerto pour violon. Je dois dire que je me sens face à lui un peu dérouté : c'est une oeuvre complexe, plus complexe encore que la symphonie n°1, et je n'ai pas tout compris. Mais comme l'a dit sud, et je peux, même après une écoute partielle et insatisfaisante, que l'approuver. Difficile à jauger, l'univers de Walton dans cette oeuvre, tout comme le caractère qu'il veut lui donner : c'est dramatique, quelque part, mais aussi étrange, rêveur, et en même temps fort pragmatique. Cette difficulté à faire sens avec la musique me rappelle mes expériences hindemithiennes, et d'ailleurs, les langages de Walton et d'Hindemith ne sont pas totalement étrangers l'un à l'autre, même si celui de Walton est plus compliqué, moins immédiatement lisible. Contrairement au concerto pour alto, qui n'avait rien d'extrêmement virtuose, celui pour violon exploite de façon exigeante l'instrument, dans une écriture dense, subtile et délicate. L'oeuvre, par rapport aux symphonies, me semble finalement contenir assez peu de violence, d'agressivité pure, et se déployer dans un esprit plus sobre, sans trop de tapage. Cela dit, le langage ne m'apparaît pas ici extrêmement chargé harmoniquement, pas trop moderniste, sans être directement romantique. Bref, vous l'aurez compris, j'ai eu des difficultés à y retrouver mes petits et une réécoute s'impose ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 7 Avr 2008 - 16:01

La symphonie n°2 est aussi une oeuvre difficile. Mais c'est du grand travail : 28 minutes de pure folie. Reste que c'est quand même, franchement, pas simple à aborder : la véhémence, l'acharnement sans concessions de Walton a de quoi dérouter l'oreille, en tous cas la mienne, qui, pourtant, est plutôt accoutumée aux déferlements orchestraux. Mais là, j'avoue que c'est un peu chargé pour moi. Finalement, on n'est pas loin de l'univers dramatique, chaotique et violent de la Première symphonie, même si les moyens mis en oeuvre ici sont plus modiques. Le climat de la Deuxième est en tous cas très noir, désespéré même, et elle n'a pas le caractère violemment jouissif de la n°1 : le ton est clairement négatif ici. Mais je n'ai pas détesté. Certes, je trouve que les passages doux et mystérieux que j'ai pris coutume d'affectionner dans les oeuvres modernes sont bien courts, et la charge orchestrale bien lourde ; mais ce n'est non seulement pas désagréable, mais en plus très intéressant. Walton semble explorer des sphères inconnues d'utilisation du matériau orchestral, notamment des cuivres et des percussions plutôt "exotiques", avec entre autres l'emploi généreux et pas idiot du tout du xylophone. Sinon, c'est la Passaglia, le troisième mouvement, que j'ai le plus aimé, par son atmosphère étrange, fascinante, pas trop bruyante, assez cauchemardesque. Mais l'ensemble, sans m'avoir totalement convaincu, me plaît. A explorer, comme le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 7 Avr 2008 - 16:08

Enfin, ce matin, j'ai attaqué la journée avec Belshazzar's Feast. Là, c'est une très bonne surprise : j'ai aimé tout de suite. J'ai même carrément adoré : c'est très fendard, cette oeuvre, plein de bonne humeur et de gaieté très communicative. Walton n'hésite pas à utiliser les choeurs à plein, et exploite un orchestre très cuivré et percussif avec une verve inusable. Je n'ai pas regardé les textes, mais pour ce que j'ai compris (je ne m'habitue pas à l'anglais chanté qui roule les r!), ça parle de Babylone - je ne pense pas que l'intérêt de l'oeuvre soit dans son sujet - et Walton utilise ce thème de façon très inspirée. J'ai bien fait d'écouter ça au réveil (ou presque) : ça vous colle une pêche d'enfer ! Certes, on pourra penser que du côté des effets, il n'y va pas de main morte, et que cette débauche de thèmes, de cuivres et de choeurs mixtes en ff relève du plus pur mauvais goût ; mais après tout, c'est d'un enthousiasme vraiment communicatif, alors je ne vois pas pourquoi on s'en priverait, mes amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 7 Avr 2008 - 17:37

très intéressant, Spiritus: bon, ça tourne un peu au dialogue à deux personnage à force, mais comme Walton est un de mes compositeurs préférés, je suis ravi de découvrir des impressions de première écoute qui me paraissent souvent surprenantes.

Alors sur Belshazzar's Feast: l'épisode concerné est tiré de la Bible, le texte étant à peine modifié. Ceux qui sont familiers des années 70 y reconnaîtront le texte du tube de Boney M "By the rivers of Babylon, were we sat down, yes we were, when we remember Babylon..." Il y a dans le récit un côté veau d'or, refus des richesses matérielles. Dans la musique je retrouve étonnamment des similitudes avec Ariane et Barbe-bleue de Dukas, l'air des pierres précieuses.
Karajan considérait que c'était la meilleure oeuvre chorale depuis 1850, il a songé à l'enregistrer plusieurs fois, mais ça ne correspondait pas à son statut de star de défendre une oeuvre à l'époque marginale de musique anglaise: en effet il n'a jamais officiellement enregistré, deux fois, que les planètes et les variations sur Tallis de Vaughan-Williams (bien qu'il existe deux pirates de la 1ère de Walton).
Très cuivré, oui, c'est certain, Walton a répondu à la suggestion de Boult je crois, création pour un festival qui faisait intervenir des Brass-band, donc il a adjoint des cuivres supplémentaires à la partition. Pourtant tout cela sonne clair et d'une certaine façon dépouillé.
En fait c'est très entraînant, très réjouissant (les louanges de la fin n'ont d'égales que les Praises of God des Hermit songs de Barber), et très agréable à chanter.

A propos de la 2ème symphonie:
Là je suis très surpris, pour moi cette musique est plutôt à la frontière de la musique légère. On est dans les années 60, Walton n'est plus du tout à la mode, et l'oeuvre sombre dans un complet anonymat.
En revanche, je suis pleinement de ton avis en ce qui concerne l'orchestration, d'une modernité ravélienne, d'une pertinence et d'une transparence que nombre de contemporains feraient bien d'étudier. Et pourtant je trouve la version Litton très lourde et lente, pas des plus inspirée. Ma découverte de cette oeuvre remonte au disque de Prévin (avec Portsmouth Point, Scapino et The Rio Grande de Constant Lambert, que je considère comme un chef d'oeuvre, mais tout le monde trouve ça nul et sans intérêt. Si ce disque existe encore, il faut absolument se le procurer, c'est une merveille!)

Enfin le concerto pour violon ne me semble pas si difficile à appréhender, mais ta première réaction me conforte dans l'idée que Walton a su apporter au classique des moyens d'expression nouveaux, parfois inspirés du jazz, mais pas seulement. Je crois que les différences principales entre les deux versions concernent surtout une révision complète de l'orchestration, visant à clarifier le propos. Je suis heureux de constater que de plus en plus de violonistes l'inscrivent à leur répertoire. Comme la sonate pour violon de Walton, c'est une pièce vraiment essentielle de sa production.


Dernière édition par sud273 le Lun 7 Avr 2008 - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 7 Avr 2008 - 17:42

Ca tourne au dialogue, mais après tout, tant pis pour eux s'ils ne veulent pas participer ! hehe

Tout à fait d'accord, ça doit être très agréable à chanter. Je n'avais pas vu l'analogie avec Boney mais maintenant que tu me le dis thumleft

Dommage pour Karajan, avec son style à lui il aurait pu faire des merveilles là-dedans. Je l'imagine bien dans Vaughan Williams aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Lun 7 Avr 2008 - 17:52

maintenant que tu es familiarisé avec les grandes oeuvres de Walton, il reste quelques autres choses passionnantes, mais qui relèvent plutôt du domaine vocal. Il y a bien sûr Façade, un véritable OVNI, l'entrée en musique d'un génie qui n'avait jamais pris un seul cours de composition ou d'orchestration. Je me souviens de Glenn Gould en "parlant" des extraits (car Façade c'est du Rap des années 20).
Il y a aussi une des comédies les plus réussies "The Bear" d'après Tchekov, qui n'est pas sans rappeler l'Heure Espagnole, et enfin Troïlus and Cressida, peut-être pas totalement abouti, mais pour moi très au-dessus de tous les opéras de Britten (mon avis uniquement, très partial sans doute).
Tu avais raison de soupçonner quelques rapports avec Hindemith (que j'aime beaucoup, mais que je trouve plus austère et moins accessible, avec, au cours du temps un petit défaut de "brillant") il existe des variations Hindemith de Walton.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 8 Avr 2008 - 13:15

Oui, mon coffret contient les Variations Hindemith et Façade, pas le reste malheureusement (ça devra attendre un peu).

Là j'étais dans Wagner, désolé, mais dès que j'en ai fini de Beckmesser et compagnie, je m'y relance ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 10 Avr 2008 - 11:02

Façade suscite un certain nombre d'interrogations préalable à tout commentaire. Sud me parlait d'une oeuvre chorale, or j'ai là une version exclusivement instrumentale ; par ailleurs, le titre complet que le disque me donne est Façade Suites Nos 1 et 2, et chacun des 11 morceaux, tous très courts, porte un numéro... qui, curieusement, ne suivent aucun ordre. Je me demande si on n'est pas là devant une forme de musique aléatoire, où l'ordre des morceaux est au loisir de l'interprète.

Quelqu'un m'éclaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 10 Avr 2008 - 11:16

Quoi qu'il en soit, ces deux suites instrumentales rassemblées et concassées sous le titre de Façade sont un vrai chef d'oeuvre, superbement orchestré, très plaisant: une sorte de délicieuse compilation de danses et de chansons populaires dans un style clairement très détendu, et vraiment accessible, qui ne cache pas un vrai effort de Walton sur le langage. Ca aussi, ça met de bonne humeur, et ça contraste vraiment avec le style violent et acerbe (mais tout aussi passionnant) qui domine les symphonies. La légèreté réussit à Walton et c'est très convaincant. thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 10 Avr 2008 - 13:15

Façade dans sa version d'origine requiert 2 solistes, pas des chanteurs, mais des "parleurs". Dans la version la plus célèbre, c'est Edith Sitwell (auteur des textes) qui les dit, en rythme. En fait ça se rapproche du Sprechgesang du Pïerrot lunaire, sauf qu'il y a encore moins de ligne mélodique.
Pour l'ordre exact, il faut que je cherche. L'orchestration originale est faite pour petit ensemble: je ne connais pas les suites d'orchestres qui en ont été tirées. Il me semble aussi que certains extraits ont été recyclés en mélodies, chant et piano (j'ai ainsi un récital d'Aix où Old sir Folk est véritablement chanté)
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 10 Avr 2008 - 15:41

OK merci, en tous cas c'est de la très bonne musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 10 Avr 2008 - 15:57

Excellente aussi, la courte suite from Henry V. En fait, il s'agit d'un arrangement réalisé par un certain Matherson, de la musique que Walton avait écrit pour le film Henry V en 1943. C'est remarquable : ça fait très musique de film en vérité, avec beaucoup d'effets, mais pas de vulgarité et un langage plutôt subtil. L'ouverture est jouissive, exaltante, un peu comme les morceaux rapides de Façade ; puis se succèdent quatre courts tableaux tous réussis : le deuxième mouvement est superlatif, d'un lyrisme recueilli et intense, le troisième, le plus long et le plus étendu, décrit une bataille dans une écriture plutôt tapageuse, mais pas exempte d'intelligence ; le quatrième volet évoque l'univers courtois de la cour britannique, et le cinquième la bataille d'Azincourt, avec une violence convaincante et emportée. Le langage se tourne clairement vers l'écriture modale, un peu comme dans Vaughan Williams, et la musique se meut dans des sphères suggestives et inspirées. Du beau boulot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Jeu 10 Avr 2008 - 18:00

tiens, c'est curieux, le disque que j'ai ne mentionne pas d'arrangeur (Walton film music dirigé by himself), la suite comporte en effet 5 numéros, je ne me souviens pas assez bien de l'ensemble pour commenter, je sais juste d'après le topo de la pochette qu'il y a une volonté de pastiche et que le final est une variation sur un air populaire anonyme (traditionnel).
Le disque en question comportait aussi la marche funèbre d'Hamlet et la suite de Richard III (j'avais trouvé les films de Lawrence Olivier très mauvais à l'époque). En fait j'ai usé ce disque à force d'en écouter la première plage, Spitfire, prélude et fugue adapté de la musique de The first of the few: j'ai depuis dégotté un arrangement pour orchestre d'harmonie que je préfère encore à la version grand orchestre: le thème de la fugue est absolument génial, de la même eau que celui de la fugue de la sonate de Barber.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Sam 12 Avr 2008 - 9:10

Je ne dirai pour l'instant pas grand chose de ma dernière découverte de Walton, les Variations sur un thème de Hindemith : en effet, je n'y ai pas compris grand chose. Non que cette oeuvre de 25 minutes soit particulièrement ésotérique, mais j'ai du mal à me concentrer et disons que l'intérêt de la musique ne m'a pas sauté aux yeux. C'est dommage, car l'oeuvre est très intéressante, je le sens bien, délicatement composée, avec une orchestration fraîche et intelligente (Walton, me semble t-il, n'était pas un manchot en la matière) et des variations qui ne versent jamais dans le soporifique. Le thème choisi, à n'en point douter, est bien de Hindemith : on y retrouve toute la patte du compositeur ; et la suite le développe avec imagination, mais dans une ambiance sérieuse et un peu austère, qui ne m'a pas permis de me concentrer pleinement. A réécouter, c'est sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Sam 12 Avr 2008 - 9:13

Bilan : j'aime ce compositeur que je n'ai pas encore tout à fait apprivoisé, de sorte que j'ai pris pour les vacances le coffret dans ma valise et que je compte bien approfondir mon approche de Walton. Mais à première vue, c'est déjà très plaisant, oscillant entre deux pôles : un univers ludique, coloré et léger d'une part, des climats menaçants et orageux (notamment dans les symphonies) d'autre part. Le premier pôle est plus accessible que le second, l'écriture, généralement lisible, prend parfois des tournures nettement plus complexes. A explorer, de fait - mais il se pourrait bien que William prenne place dans mon top 15 d'ici quelques jours/semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 15 Avr 2008 - 23:42

J'étais un peu passé à côté la première fois, mais une deuxième écoute des Variations Hindemith m'a cette fois convaincue : il s'agit de l'une des meilleures oeuvres de Walton ! Les variations sont originales, variées, harmoniquement plutôt osées (plus qu'ailleurs chez Walton en tous cas), avec cette orchestration efficace et travaillée. A aucun moment il n'y a pas de vrai faiblesse dans le cycle, en fait ; il faut dire que ça n'est jamais trop long, Walton ne bavarde pas et c'est heureux. L'ambiance n'est pas rigolote, je le confirme par rapport à ma première écoute, mais c'est mystérieux et plaisant, un peu le genre de trucs qu'on pourrait, si ce n'était pas une messe, entendre à la messe, ou plutôt seul dans une église froide et déserte. Passionnant en tous cas. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Mar 13 Mai 2008 - 15:57

Refait une petite virée chez Walton aussi, avec le concerto pour violon et la 2è symphonie.
Pour le concerto, pas grand chose à ajouter si ce n'est que j'aime de mieux en mieux, le premier mouvement en particulier qui est bouleversant: je pense que je tiens là mon concerto pour violon préféré, avec celui de Beethoven qui est quand même pas mal et celui de Barber dont je garde un émouvant - et inaccessible - souvenir.
C'est surtout de la 2è symphonie que je voudrais parler, voilà de la musique géniale aussi, beaucoup moins bruyante et agressive que je ne l'avais perçu, à la réflexion, pleine de lyrisme et de méditation en fait. Les passages "bruyants" n'ont pas l'importance ni la sauvagerie que mon souvenir leur conférait, et il y a quand même une grande part d'introspection là dedans. Bouleversant aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 27 Juin 2008 - 11:14

J'ai écouté la symphonie n°1 de Walton dans cette version, avec Previn:



Le caractère composite du style de Walton ne facilite pas son approche, on y trouve de tout, de la musique espagnole au style Broadway, en passant par Sibelius, Debussy, Tchaïkovsky... Ce n'est pas un genre fait pour les puristes de toute évidence, c'est plein d'impuretés... Ce n'est pas très commode à analyser, et il serait difficile de convaincre quelqu'un qui n'aimerait pas et trouverait assez facilement des arguments. Le sublime arrive par bouffées: une grande variété d'affects (y compris les moins convenus) appuyée sur une sensibilité exceptionnelle, qui se cache sous des apothéoses, du sentimental, de l'éloquent. Walton n'a pas peur des mouches et mange à tous les rateliers. Une sorte de Popov britannique.
Bref, il m'a fallu de la patience mais avec le temps, on se surprend à adorer cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81605
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 27 Juin 2008 - 11:35

Ce qu'il y a de bien, avec vous, c'est que lorsque vous sortez des sentiers battus, vous allez vers des seconds couteaux, vous ne risquez pas ébranler vos certitudes.

Ceci était un brûlot de bienvenue. Content de vous relire, sale bête !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   Ven 27 Juin 2008 - 11:46

Walton un second couteau? et la 1ère symphonie en plus!
Oeuvre indispensable de la 1ère moitié du 20ème, une des rares symphonies occidentales à pouvoir soutenir la comparaison avec Sibelius, Nielsen et Chostakovich. Et ce plus encore dans la version Prévin qui a une affinité particulière avec cette musique (mais la version Handley ou la première version karajan avec la RAI ferait l'affaire aussi, ne pas se fier à Haitink... Rattle est supportable).
L'abondante discographie montre d'ailleurs que cette oeuvre trouve une place de plus en plus affirmée au répertoire: à terme on la jouera sans doute plus que les symphonies de Brahms.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: William WALTON (1902-1983)   

Revenir en haut Aller en bas
 
William WALTON (1902-1983)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» William WALTON (1902-1983)
» William Walton
» William Alwyn (1905-1985)
» William Russo
» William Christie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: