Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Donizetti-Lucia di Lammermoor

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
AuteurMessage
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19308
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 20:46

Cololi a écrit:
Beh justement Lucia n'a pas besoin de ça ... ni Norma d'ailleurs.

C'était une petite blagounette! Mr.Red

Et plus sérieusement oui bien sûr. Après, il faut avouer que quand c'est bien fait et pas gratuit, ça fait aussi un sacré effet...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84766
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 20:54

Je ne dis rien parce que j'ai l'impression de parler par la bouche de Benedictus. Je voudrais trouver un petit angle pour dire un peu autre chose, mais non, pareil (et en effet, avec les allègements de Mackerras, ça se digère bien mieux).

Mais pour moi, outre que j'ai bien sûr un faible pour la VF de Pidò (le livret est meilleur aussi), j'ai un petit tropisme glotto qui me fait adorer, plus encore que Mackerras, Prêtre (Moffo-Bergonzi-Sereni dans une prise de son dingue), López-Cobos (Damrau-Calleja-Tézier-Testé) ou Schippers (Sills-Bergonzi). C'est une faiblesse de la chair, je l'admets.

Pour les œuvres, exactement pareil, en particulier sur l'écart entre les deux compositeurs, Donizetti tellement carré, parfaitement prévisible, pas un enchaînement ne sort de la logique harmonique la plus sommaire, alors que Bellini fait tout de même non pas des écarts, mais des efforts pour ne pas être uniquement dans des schémas fermés (le début des Puritains, pas exemple).

Et la veine mélodique, de même : Donizetti écrit des gammes là où Bellini mélodise bien plus ses cantilènes, ses agilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3413
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 20:57

Polyeucte a écrit:
Cololi a écrit:
L'ambiance générale qui s'en dégage, les qualités mélodiques ... tout simplement. Une musique bien adaptée à un drame efficace.
Norma ... a ses ploum ploum et ses facilités aussi.

Et puis bon... avoue que dans Lucia, il y a plus moyen de faire des sur-aigus et tout plein de vocalises... ton côté glotte doit bien être assouvi des fois!! Mr.Red

Rappelons au passage que la coda accompagnée au glass-armonica ou à la flûte ainsi que les sur-aigus qui parsèment la partition sont des ajouts tolérés par Donizetti pour que la créatrice du rôle puisse faire valoir sa voix; la tradition les a maintenus mais ILS N'ONT PAS été écrits par Donizetti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5954
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 21:08

DavidLeMarrec a écrit:
la VF de Pidò (le livret est meilleur aussi)
Ça, j'essaierais bien, du coup. Ça devrait me plaire, non?

DavidLeMarrec a écrit:
Prêtre (Moffo-Bergonzi-Sereni dans une prise de son dingue), López-Cobos (Damrau-Calleja-Tézier-Testé) ou Schippers (Sills-Bergonzi)
Ça, en revanche, je devrais facilement pouvoir m'en passer, j'imagine?

DavidLeMarrec a écrit:
Pour les œuvres, exactement pareil, en particulier sur l'écart entre les deux compositeurs [...]
Et quand je les avais découverts, cet écart était le fossé séparant pour moi le tolérable de l'insupportable. (Maintenant, comme on le voit, ça va mieux. C'est Luisa qui va être contente.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19308
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 21:12

luisa miller a écrit:
Rappelons au passage que la coda accompagnée au glass-armonica ou à la flûte ainsi que les sur-aigus qui parsèment la partition sont des ajouts tolérés par Donizetti pour que la créatrice du rôle puisse faire valoir sa voix; la tradition les a maintenus mais ILS N'ONT PAS été écrits par Donizetti

Bien sûr! Mais on peut très bien écouter des versions très ornées... et qui sont impressionnantes de justesse.
Après, moi j'attends la version où TOUS les chanteurs pourront varier...

Un petit Spyres en Edgardo par exemple ça serait génial (les deux extraits qu'il a enregistré - air final et duo avec Lucia - sont assez bluffant de style...), Palazzi en Raimondo, Shagimuratova en Lucia... et il me manque juste un baryton... Mais le tout sur instrument d'époque par un chef vif... ça pourrait être super chouette! Very Happy

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29959
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 21:15

Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
la VF de Pidò (le livret est meilleur aussi)
Ça, j'essaierais bien, du coup. Ça devrait me plaire, non?

C'est aussi ma version préférée.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84766
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 22:00

Benedictus a écrit:
Ça, j'essaierais bien, du coup. Ça devrait me plaire, non?

Oui, sans doute davantage. Et puis l'orchestre claque, les chanteurs ont un très beau français (sauf Dessay bien sûr) : Alagna, Tézier, Cavallier ! Par ailleurs Normanno devient Gilbert et une cheville ouvrière du drame un peu plus personnelle.


Citation :
DavidLeMarrec a écrit:
Prêtre (Moffo-Bergonzi-Sereni dans une prise de son dingue), López-Cobos (Damrau-Calleja-Tézier-Testé) ou Schippers (Sills-Bergonzi)
Ça, en revanche, je devrais facilement pouvoir m'en passer, j'imagine?

Les deux dernières probablement, mais la première, j'y trouve le même plaisir qu'à écouter le Trouvère ! Le duo de défi du Wolf's Crag (le meilleur moment de l'œuvre avec l'air final…), c'est vraiment du Verdi, et par Bergonzi-Sereni-Prêtre !


Cololi a écrit:
Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
la VF de Pidò (le livret est meilleur aussi)
Ça, j'essaierais bien, du coup. Ça devrait me plaire, non?

C'est aussi ma version préférée.

Mais, quitte à mettre snobisme sur snobisme (mais avec toi, ça fera ton sur ton Basketball ), j'ai un faible pour la version donnée à Paris quelques semaines après et radiodiffuée, avec Álvarez (plus délicat qu'Alagna) et Ciofi (moins métallique que Dessay).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29959
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 22:06

DavidLeMarrec a écrit:
Mais, quitte à mettre snobisme sur snobisme (mais avec toi, ça fera ton sur ton Basketball ), j'ai un faible pour la version donnée à Paris quelques semaines après et radiodiffuée, avec Álvarez (plus délicat qu'Alagna) et Ciofi (moins métallique que Dessay).

Je ne parle ni de l'une ni de l'autre ... mais la version vidéo ... avec Alagna et Ciofi hehe (et Tézier, Cavalier, Laho, Salens ...)

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84766
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 22:11

Elle est nettement mieux que le CD, oui (déjà, ce n'est pas en tranches fait à partir de représentations dont certaines étaient Alagna-Ciofi, d'autres Alagna-Dessay…), aussi bien que la bande dont je parle (c'est juste une affaire de goût sur le ténor plus souple ou plus héroïque).

En tout cas, ça décoiffe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3413
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 20 Fév 2018 - 22:25

Cololi a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Mais, quitte à mettre snobisme sur snobisme (mais avec toi, ça fera ton sur ton Basketball ), j'ai un faible pour la version donnée à Paris quelques semaines après et radiodiffuée, avec Álvarez (plus délicat qu'Alagna) et Ciofi (moins métallique que Dessay).

Je ne parle ni de l'une ni de l'autre ... mais la version vidéo ... avec Alagna et Ciofi  hehe  (et Tézier, Cavalier, Laho, Salens ...)

Il manque un L au premier et un E au second Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Adalbéron
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 315
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mer 21 Fév 2018 - 14:31

Polyeucte a écrit:

Un petit Spyres en Edgardo par exemple ça serait génial (les deux extraits qu'il a enregistré - air final et duo avec Lucia - sont assez bluffant de style...), Palazzi en Raimondo, Shagimuratova en Lucia... et il me manque juste un baryton... Mais le tout sur instrument d'époque par un chef vif... ça pourrait être super chouette! Very Happy

Le rêve...  Very Happy

Tout à fait en phase avec Benedictus. À la première écoute, j'avais vraiment l'impression d'avoir face à moi un désert musical : ni inspiration, ni élan, c'était absolument, désésperément plat et insipide. J'ai essayé plusieurs versions (Bonynge, la version Scotto jeune, en sautant des plages, je l'avoue, pour ne pas m'énerver), rien n'y faisait. Et puis à force, en fait, on s'habitue. Maintenant j'arrive à trouver intéressantes les interventions d'Edgardo, pleines de feu, proches du Verdi de jeunesse, mais en moins exaltant tout de même (j'adore Millnes là-dedans), les introductions orchestrales lorsqu'entre en scène Lucia (il y a de belles couleurs), la cabalette du premier air de Lucia (avec ses descentes dans les graves assez jouissives, mais cela reste certes peu substanciel) et enfin, surtout, la scène finale, l'aria d'Edgardo étant, je crois, ce qui m'a toujours charmé malgré tout le reste et j'y prends de plus en plus de goût (et Spyres là-dedans : MIAM !). Étrangement, je n'ai jamais essayé Pido, mais c'est pour bientôt. J'ai toujours l'impression de passer à côté de quelque chose, en fait, c'est frustrant. Mais parfois j'entre dans des périodes de grand doute : "Y a-t-il vraiment quelque chose ?".
Francesco, ailleurs, m'avait conseillé de me plonger dans la littérature de l'époque, ce que je n'ai fait qu'à moitié pour l'instant, mais c'était comme ça surtout que j'avais saisi ce qui faisait que Verdi était un compositeur génial et unique. Je n'arrive pas à trouver un charme à cette musique, comme j'ai finalement réussi à en à Bellini quand j'ai découvert Norma, et même si les introductions des airs lents sont éternellement identiques... Cependant, j'adore L'Elixir et dans une moindre mesure Roberto Devereux, qui avance bien (et la scène finale est formidable !) ; rien n'est jamais perdu... Cette version Mackerras aurait même tendance à beaucoup me tenter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84766
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mer 21 Fév 2018 - 15:40

Polyeucte a écrit:
et il me manque juste un baryton...

Luca, tu ne l'aimes donc plus ? Tu ne l'aiiiiimes donc pluuuuus ?


Citation :
Mais le tout sur instrument d'époque par un chef vif... ça pourrait être super chouette! Very Happy

Vu en vrai par Opera Fuoco sur instruments anciens et de jeunes chanteurs ; c'était épatant, oui !


Adalbéron a écrit:
Cependant, j'adore L'Elixir et dans une moindre mesure Roberto Devereux

Oh, Devereux, j'avais vraiment trouvé qu'on était, jusque dans la fameuse scène finale, tout à fait dans la caricature des (longs) airs écrits comme des exercices d'échauffement. Il y a vraiment des trucs importants que j'ai ratés ? Certes, il y a la grande scène de ménage avec la mezzo véner, mais musicalement, ça m'avait paru très en deçà, là aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19308
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mer 21 Fév 2018 - 16:35

DavidLeMarrec a écrit:
Luca, tu ne l'aimes donc plus ?  Tu ne l'aiiiiimes donc pluuuuus ?
Ben si, mais bon il a un peu quitté ce répertoire pour aller plus vers le vérisme et du Verdi un peu tardif... donc Enrico maintenant dans une option très bel-cantiste, pas sûr que ça le fasse!


Citation :
Vu en vrai par Opera Fuoco sur instruments anciens et de jeunes chanteurs ; c'était épatant, oui !
Ah je suis jaloux!!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84766
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mer 21 Fév 2018 - 16:46

C'était à Saint-Quentin-en-Yvelines sur deux soirs en semaine ; j'ai dû l'annoncer dans le calendrier du mois sur CSS, mais ce devait être trop périlleux pour toi. Tu ne l'avais pas vu passer du tout ?

Ça aurait mérité une tournée en tout cas, les chanteurs étaient remarquables, la mise en scène très sympathique, et l'orchestre très stimulant.

Il y avait Santoni et Ratianarinaivo (tout jeune !) que tu connais bien, mais aussi Oded Reich, sacrée découverte (un baryton israélien que je n'ai pas revu depuis).

http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2015%2F01%2F18%2F2610-l-elisir-d-amore-sur-instruments-d-epoque-donizetti-par-opera-fuoco
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Adalbéron
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 315
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Jeu 22 Fév 2018 - 23:10

DavidLeMarrec a écrit:

Oh, Devereux, j'avais vraiment trouvé qu'on était, jusque dans la fameuse scène finale, tout à fait dans la caricature des (longs) airs écrits comme des exercices d'échauffement. Il y a vraiment des trucs importants que j'ai ratés ?  Certes, il y a la grande scène de ménage avec la mezzo véner, mais musicalement, ça m'avait paru très en deçà, là aussi.

Je ne sais pas s'il y a des trucs que tu aurais ratés.
J'y ai peut-être été un peu fort, parce que je ne prends vraiment pas autant de plaisir à écouter Roberto Devereux que L'Elisir, vraiment pas. Mais ça n'a jamais été désagréable.
Pour ma part, je trouve la fameuse scène finale tout à fait intéressante (son côté hoquetant, vindicatif désespérément), surtout quand elle est chantée par Zampieri et Gruberova (ou Gencer et Radvanovsky), elle est très efficace je trouve, même si ça n'est pas d'une invention ou d'une richesse musicale remarquable. En fait, je ne saurais même pas dire pourquoi ça ne m'a pas autant déplu que d'autres oeuvres de Donizetti que j'ai écoutées ; déjà, ça ne m'a pas donné mal à la tête (parce que Lucia, je l'ai découvert sur scène, et je suis sorti avec une migraine... haha), je l'ai écouté d'une traite la première fois, peut-être parce que c'était porté par des chanteurs que j'aime beaucoup (Gencer surtout, puis Radvanovsky, et dans une moindre mesure Cappuccilli, puis Garanca), et puis j'ai trouvé que tout coulait bien, le livret était bien fait et la musique avançait. J'étais peut-être les deux fois dans de bonnes dispositions, et dans de plus mauvaises pour d'autres oeuvres de Donizetti. Je n'ai rien d'autres à répondre que ces considérations strictement subjectives...  Confused
Je précise tout de même qu'il y a encore beaucoup, beaucoup beaucoup d'opéras de Donizetti que je ne connais pas encore Laughing (j'ai très envie de découvrir Poliuto/Les Martyrs et puis Don Pasquale, en espérant que ce soit un similElisir)

Les versions dont j'aurais rêvées pour Lucia :
- Scotto/Vickers/DFK/Muti
- Zampieri/Fisichella/Zancarano/Sinopoli
- Gruberova (celle des années 2000-2005)/Osborn/???/Currentzis (sur instruments anciens)
ou encore - Bartoli/Florez/???/Rousset (sur instruments anciens aussi), soyons fous ! pété de rire


Dernière édition par Adalbéron le Jeu 22 Fév 2018 - 23:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19308
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Jeu 22 Fév 2018 - 23:20

Adalbéron a écrit:

Les versions dont j'aurais rêvées pour Lucia :

- Gruberova (celle des années 2000-2005)/Osborn/Currentzis (sur instruments anciens)
ou encore - Bartoli/Florez/Rousset (sur instruments anciens aussi), soyons fous ! pété de rire

Je signe où pour la souscription?????? Mr. Green Mr. Green Mr. Green

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Adalbéron
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 315
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Jeu 22 Fév 2018 - 23:39

Polyeucte a écrit:
Adalbéron a écrit:

Les versions dont j'aurais rêvées pour Lucia :

- Gruberova (celle des années 2000-2005)/Osborn/Currentzis (sur instruments anciens)
ou encore - Bartoli/Florez/Rousset (sur instruments anciens aussi), soyons fous ! pété de rire

Je signe où pour la souscription?????? Mr. Green Mr. Green Mr. Green

Au bas de ce parchemin ! Twisted Evil

D'ailleurs, on aurait pu demander à Spyres de faire partie du projet plutôt qu'Osborn (comme tu le proposais plus haut), ça ne me dérangerait pas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84766
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Ven 23 Fév 2018 - 15:20

Adalbéron a écrit:
Pour ma part, je trouve la fameuse scène finale tout à fait intéressante (son côté hoquetant, vindicatif désespérément),

Pourquoi pas. Moi j'y entends trop, malgré la cabalette lente étonnante, la forme corsetée, l'harmonie conventionnelle (ou plus exactement indigente) à laquelle je ne vais pas attention dans les bons opéras belcantistes. Je suis à la rigueur plus intéressé par les disputes des époux, mais ce n'est pas non plus très palpitant musicalement.

J'ai bien sûr écouté les reines Tudor dans des versions un peu stimulantes. Pour Devereux, je crois que c'était Antonacci-Ganassi, puis Gencer. Gruberová est parfaite pour mettre un peu d'animation dans Donizetti en effet.

Lucia, si tu retires le rôle-titre, c'est honnêtement assez palpitant. Il faut au minimum couper ses deux airs, voire le premier duo, et on tient un très bel opéra, très vivant et d'une belle veine mélodique (harmonique, c'est autre chose Mr. Green , même si c'est plutôt dans la fourchette haute du genre).


Citation :
(j'ai très envie de découvrir Poliuto/Les Martyrs et puis Don Pasquale, en espérant que ce soit un similElisir)

Les Martyrs, superbe (dans le genre opéra français, comme La Favorite : ce n'est pas du belcanto, et c'est sans doute pourquoi Donizetti, qui n'était pas un tocard, en tire des choses beaucoup plus intéressantes).

En revanche Don Pasquale, non, rien à voir avec l'Elisir : beaucoup moins de thèmes marquantes, et pas du tout les petites finesses d'orchestration, les petites couleurs harmoniques qui surprennent légèrement. Intrigue beaucoup moins passionnante aussi. Il y a pire, mais ce n'est pas bien passionnant à mon sens (Cololi te dira tout le contraire).


Citation :
Les versions dont j'aurais rêvées pour Lucia :
- Scotto/Vickers/DFK/Muti
- Zampieri/Fisichella/Zancarano/Sinopoli
- Gruberova (celle des années 2000-2005)/Osborn/???/Currentzis (sur instruments anciens)
ou encore - Bartoli/Florez/???/Rousset (sur instruments anciens aussi), soyons fous ! pété de rire

Il manque la meilleure : Delunsch / Piolino / Mauillon / Courjal / Cohën-Akenine, en VF. Avec Kaufmann en Gilbert, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5954
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Ven 23 Fév 2018 - 16:22

En train d'écouter Lucie de Lammermoor, et en effet on gagne beaucoup à cette version française!  Very Happy

(Sans compter que le titre en français fait une contrepèterie complexe mais chouette.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5954
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Sam 24 Fév 2018 - 1:29

Donc aujourd’hui (enfin, hier vendredi, en fait):


Lucie de Lammermoor
Natalie Dessay (Lucie), Roberto Alagna (Edgard), Ludovic Tézier (Henry Ashton), Marc Laho (Arthur Bucklaw), Nicolas Cavallier (Raymond), Yves Saelens (Gilbert), Evelino Pidò / Chœur et Orchestre de l’Opéra National de Lyon
Lyon, I.2002
Warner


Mon impression s’est donc vue confirmée: c’est tout à fait épatant! C’est même probablement la première fois que je peux vraiment dire avoir aimé une œuvre de Donizetti.

L’adaptation française apporte indéniablement quelque chose à l’œuvre. D’abord du point de vue dramatique: l’idée de supprimer la confidente est excellente (ça renforce considérablement l’impression d’enfermement de l’héroïne dans une société masculine), et celle de la remplacer par Gilbert géniale (ça permet de bien mieux développer la figure du traître, ce qui est toujours intéressant.) Par ailleurs, le simple changement de langue est en lui-même un atout: alors que la régularité d’accentuation et la moindre variété en sonorités vocaliques de l’italien accentuait encore le caractère sommaire et formel de l’écriture de Donizetti, le français viendrait plutôt le contrebalancer - a fortiori lorsqu’il est déclamé comme ici. Tout cela m’a paru particulièrement patent dans la scène avec chœur du I: alors que j’avais trouvé l’autre jour qu’elle faisait vraiment «concours de glotte» dans la version italienne, là, avec Tézier et Saelens, ça prend un tout autre relief dramatique!

Par ailleurs, comme vous me l’aviez tous dit, la distrubtion masculine est formidable: les voix plastronnent avec vaillance, la déclamation est aussi précise qu’expressive et tous jouent leur rôle avec un engagement total. C’est épatant d’un bout à l’autre, et dans le III, entre le duo de l’affrontement Ashton / Edgar, la scène avec chœur de Raymond et l’air final de Roberto, Alagna, Tézier et Cavallier sont tout bonnement électrisants! Par ailleurs, la direction de Pidò fait claquer l’orchestre et avancer sans temps mort - même si j’ai mieux aimé les couleurs et les allègements des baroqueux de Mackerras. (En revanche, mais c’est peut-être à cause d’une captation globalement un peu nébuleuse, les chœurs auraient pu être un peu plus nets m’a-t-il semblé.)

Après, en effet, Natalie Dessay est nettement plus étrangère à mes attentes: j’aime bien le timbre, c’est engagé et tendu, mais la diction est vraiment trop brouillée, surtout face à un tel plateau. (À rebours de ce que je disais tout à l’heure, je crois que ce que j’ai entendu de plus à mon goût dans le rôle, c’est la scène de la folie par... Mady Mesplé en italien.) Mais sur scène, Natalie Dessay devait être assez saisissante de présence et même d’adéquation physique au rôle.

Mais au total, c’est tout de même la première fois que j’écoute un opéra de Donizetti d’un bout à l’autre non seulement sans décrocher, mais avec un vrai plaisir. Je vais du coup continuer mercredi prochain avec un autre opéra français de Donizetti - Martyrs ou Favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84766
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Sam 24 Fév 2018 - 12:00

Je proteste, Gilbert n'est pas un traître ! N'est-ce pas tout le contraire, compromis malgré lui par fidélité à son maître ? Ou alors c'est juste que je suis gaga d'Yves Saelens. I love you

En tout cas, bravo pour ton courage et ton accomplissement (Un diplôme de glottophilie continente vous sera remis à la fin du Carême, si vous poursuivez ainsi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5954
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Ven 30 Mar 2018 - 21:43


Anna Moffo (Lucia), Carlo Bergonzi (Edgardo), Mario Sereni (Enrico), Ezio Flagello (Raimondo), Pierre Duval (Arturo), Corinna Vozza (Alisa), Vittorio Pandano (Normanno), Georges Prêtre / RCA Italiana Opera Orchestra & Chorus
Rome, VII-VIII.1965
RCA


Pas trouvé le temps d’écouter Les Martyrs livret en main cette semaine, je me suis donc rabattu sur cette version de Lucia vantée par David. Je confirme que c’est une excellente version tradi, qui tire le meilleur de l’œuvre: la direction de Prêtre est vivante et efficace, avec des couleurs chaleureuses (sinon très subtiles), Bergonzi comme toujours magnifique vocalement, et dans un de ses bons jours en termes d’engagement, Sereni et Flagello excellents (un chant plus tourné vers une théâtralité pré-verdienne que vers le concours de glotte); du coup, en effet, les grands moments (tout l’affrontement Edgardo / Enrico au début du second acte de la seconde partie, l’air final d’Edgardo) sont vraiment exaltés au niveau d’un Verdi.

Cela dit, l’œuvre dans sa version italienne reste ce qu’elle est, c’est-à-dire très inégale, en particulier au niveau du rôle-titre. Au demeurant, Anna Moffo est vraiment très, très bien: outre la qualité de son timbre (que j’ai toujours beaucoup aimé), elle donne ici du rôle, avec une voix et un style très «tradi» (on est loin des allègements et des nuances d’Andrea Rost) une interprétation très intense mais très articulée et sans excès d’hystérie.

Pour les meilleures pages, peut-être ma version préférée, finalement - cela dit, pour une écoute en continu, j’ai peut-être davantage aimé Mackerras, moins superlatif dans le détail mais qui atténue peut-être mieux les faiblesses de l’œuvre (qui, cela dit, reste encore dans les plus intéressantes de ce répertoire.)

D’ailleurs, si la critique spécialisée mettait davantage en avant cette version Prêtre, tout à fait glotto-tradi-compatible, au lieu des horreurs versions Callas et Sutherland, Donizetti gagnerait sans doute quelques admirateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84766
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Sam 31 Mar 2018 - 16:12

Benedictus a écrit:
Pour les meilleures pages, peut-être ma version préférée, finalement - cela dit, pour une écoute en continu, j’ai peut-être davantage aimé Mackerras, moins superlatif dans le détail mais qui atténue peut-être mieux les faiblesses de l’œuvre

C'est assez bien résumé, oui. Mais comme je n'écoute jamais l'œuvre en entier (ou plus exactement, j'écoute tout sauf les interventions de Lucia), sauf en français où ça peut passer un peu plus facilement, la version Prêtre me comble tout à fait.


Citation :
D’ailleurs, si la critique spécialisée mettait davantage en avant cette version Prêtre, tout à fait glotto-tradi-compatible, au lieu des horreurs versions Callas et Sutherland, Donizetti gagnerait sans doute quelques admirateurs.

C'est quand même l'une des versions très souvent citées en référence… l'obstacle a surtout été que RCA a un des périodes d'éclipse assez longues dans ses rééditions et sa distribution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19308
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Ven 1 Juin 2018 - 15:17

Selon JPC, devrait sortir fin juin une Lucia avev Gruberova :



25 mars 1978 à Vienne...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Pagliaccio
Néophyte


Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 18/06/2016

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Dim 17 Juin 2018 - 22:14

J’aime Lucia di Lammermoor d’abord parce que j’aime la poésie de Cammarano : des images qui plongent dans la brume ou dans la nuit ; sonorités, jeu des rimes : Cammarano ne recule pas devant une certaine brutalité dans le choix des mots, non plus que dans l’ordre des mots, qui se prête à être bousculé (Donizetti, mais aussi Verdi ne s’en sont pas privés)

Et j’aime Lucia parce que Donizetti met parfaitement en valeur cette poésie.

Puisqu’on nous encourage à lire le texte français de Royer et Vaëz, et à écouter cette version en parallèle à la version originale, je m’y suis mis avec curiosité, pour l’instant le début du premier acte. Je ne veux pas aborder la construction dramatique (le personnage de Gilbert en substitut de Normanno et d’Alisa, par exemple).

1) la scène des chasseurs : Normanno et ses compagnons plongent tout de suite dans l’in quiétude d’une chasse à l’homme, et évoquent clairement le drame. Gilbert et ses chasseurs rentrent de la chasse, style gravure de genre 19e siècle. Avantage Cammarano.
2) La scène Normanno/Enrico/Raimondo vs Gilbert/Henri : je préfère là encore Cammarano, plus concentré et agité que les Français – mais bon : c’est subjectif.
3) L’air d’Enrico/Henri : le texte de Cammarano est plus simple et plus violent que la version française : les librettistes français s’obligent à un jeu de rimes excessif et un peu chichiteux, au risque de faire des vers de mirliton. Du coup la version italienne est bien plus directe, au risque d’être brutale si le baryton la prend de manière vériste. Mais je reconnais que la version française est intéressante : plus distancée (le texte est plus abstrait), mais bien chanté elle est justement plus fine, mettant en valeur la langue française qui s’y prête fort bien. J’ajoute : comparant Tézier dans les deux langues il me paraît plus exceptionnel en français. Rivenq aussi met en valeur cette page.

4) pour ne pas m’étendre : pour moi l’air « Regnava nel silencio » est du meilleur Cammarano, vraie poésie crépusculaire, à laquelle Donizetti s’accorde parfaitement. L’air correspondant en français « Que n’avons-nous des ailes » me laisse de marbre, texte et musique.
La cabalette « Quando rapita in estasi » m’enchante autant que l’air italien. Mais là surprise : le parallèle français « Toi par qui mon cœur rayonne », aussi différent que possible, me séduit tout à fait : la Lucie française est très différente de Lucia bien plus tourmentée – si j’ose dire : Lucie classique face à Lucia romantique. (Ciofi me convainc tout à fait.)

Pour l’instant je ne suis pas allé plus loin, mais je suis curieux d’approfondir cette écoute comparée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalbéron
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 315
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 7 Aoû 2018 - 0:46

Quelqu'un sait-il où je pourrais trouver la version Pidò en français avec Ciofi et non avec Dessay (celle qui est publiée chez Erato) ? C'est la même production il me semble, mais Ciofi et Dessay alternait et France Musique a enregistré une soirée avec Ciofi (on en entend un extrait très appétissant dans le « Une heure une voix » de Jérémie Rousseau sur Ludovic Tézier).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rinaldo
Néophyte


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 10/08/2011

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 7 Aoû 2018 - 1:44

Ayant un gros faible pour cette version, j'ai fait l'acquisition du DVD captant l'une des représentations données à Lyon. Ciofi, magnifique, y chante avec Alagna et Tézier ; la qualité du DVD est excellente. Si tu souhaites faire l'acquisition de cette version, il te faudra toutefois faire preuve de patience : le DVD n'est plus édité. Pour ma part, j'ai dû attendre un an pour qu'il apparaisse enfin sur le site de la FNAC à un prix raisonnable... Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84766
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   Mar 7 Aoû 2018 - 10:59

France Mu avait diffusé la version Ciofi-Alagna (sans montage, donc, puisque je crois que pour le CD on a fait beaucoup de collages), et un peu plus tard une version Ciofi-Álvarez donnée à Paris, encore meilleure à mon gré. Je les avais et ne les ai plus (impermanence numérique des années 2000 Mr. Green )

J'aurais envie de te conseiller d'aller voir sur « la plus grande salle de concert du monde ouverte » par France Mu, puisqu'ils ont paraît-il tout publié, mais je sais que c'est mal de se moquer de ses camarades dans le besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Donizetti-Lucia di Lammermoor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Donizetti-Lucia di Lammermoor
Revenir en haut 
Page 14 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
 Sujets similaires
-
» Donizetti-Lucia di Lammermoor
» Metropolitan Opera-Lucia di Lammermoor
» Lucia di Lammermoor, Opéra Bastille (09-10/2013)
» Met saison 2010-2011
» Alfredo Kraus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: