Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 I Puritani (Bellini, 1835)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 19:31

I puritani est un mélodrame en 3 actes de Vincenzo Bellini sur un livret de Carlo Pepoli, basé sur un drame historique de Jacques-François Ancelot et Joseph Xavier Boniface (Saintine), Têtes rondes et Cavaliers.

Les personnages
Arturo (ténor)
Elvira (soprano - mezzo-soprano dans la version napolitaine)
Riccardo (baryton - ténor dans la version napolitaine)
Giorgio (basse)
Enrichetta (mezzo-soprano)
Gualtiero Valton (basse)
Bruno (ténor)

Bellini composa son dernier opéra en neuf mois, d'avril 1834 à janvier 1835 : une gestation extraordinairement longue pour l'époque. Durant cette période, la dramaturgie subit des transformations radicales, et le compositeur guida pas à pas le travail de l'inexpérimenté librettiste. Initialement structuré en deux actes, l'opéra fut subdivisé en trois actes peu avant la première représentation. À cette occasion, sur les conseils de Rossini, Bellini ajouta un duo entre Giorgio et Riccardo, comme final du nouveau second acte en remplacement d'un court récitatif. À la veille de la première représentation, la longueur excessive du spectacle imposa la coupure de 3 grands airs, aujourd'hui souvent repris à l'occasion d'une nouvelle mise en scène : Le trio entre Arturo, Riccardo et Enrichetta (acte I) Se il destino a te m'invola, Le duo entre Arturo et Elvira (acte III) Da quel dì ch'io ti mirai, L'air final (acte III) Ah! sento o mio bell'angelo
La première représentation eut lieu au Théâtre-Italien de Paris le 25 janvier 1835, où il reçut un accueil tromphal. La distribution est prodigieuse : Giulia Grisi dans le rôle d'Elvira; Giovan Battista Rubini dans celui de d'Arturo; Antonio Tamburini dans celui de Riccardo; Luigi Lablache dans celui de Giorgio. L'opéra sera repris chaque saison à Paris et à Londres, toujours avec la même distribution, devenant le légendaire quatuor des Puritains.
Il existe une version alternative, composée pour Maria Malibran et destinée au Teatro San Carlo de Naples, dans lequel, outre l'absence du duo entre Giorgio et Riccardo, présente plusieurs différences mineures, particulièrement dans la tonalité et dans les lignes mélodiques, dues à la différence de la distribution des rôles avec Elvira mezzo-soprano et Riccardo ténor. Cette version ne fut jamais montée au cours du XIXe siècle, mais ne fut représentée que le 2 avril 1986, au Teatro Petruzzelli de Bari.

Argument

L'action se déroule près de Plymouth, en Angleterre au cours du XVIIe siècle, à l'époque d'Oliver Cromwell. L'histoire d'amour se noue lors d'une rencontre entre ennemis politiques, un partisan des Puritains et celui des Stuart, après la décapitation du roi Charles Ier.

Acte I
La forteresse de Plymouth : la nouvelle que Elvira Valton va épouser Arturo Talbot attriste sir Riccardo Forth, à qui Gualtiero Valton avait un temps promis la main de sa fille. Alors que tout est prêt pour la cérémonie, Arturo, partisan des Stuart, reconnaît dans une mystérieuse prisonnière la reine déchue, Henriette de France (Marie Henriette de Bourbon), qu'il doit accompagner au tribunal. n la faisant passer pour son épouse grâce à un voile qu'Elvira, par jeu, lui a posé sur la tête, Arturo réussit à sauter le mur avec la prisonnière. Avant de s'enfuir, le couple tombe sur Riccardo, qui les laisse partir, bien heureux de se libérer de son rival. À la nouvelle que son promis s'est enfui avec une dame, Elvira devient folle.

Acte II
Dans une salle du château, le bon oncle Giorgio raconte avec douleur à l'assistance la folie d'Elvira. Peu après la jeune fille paraît, délirante et réclamant son aimé, Arturo. Giorgio tente de convaincre Riccardo de ne pas traduire le rival devant le tribunal, puisqu'il n'est pas le seul responsable de la fuite de Enrichetta. L'occasion de la capitulation des contes sera plutôt la bataille imminente entre Puritain et Stuarts.

Acte III
La scène se déroule dans un jardin empli de bosquets, proche de la maison d'Elvira. Sous un ouragan épouvantable, le fugitif Arturo, traqué par les soldats puritains, tente de rejoindre la maison de son aimée, de laquelle il entend la voix lointaine entoner leur chant d'amour. Arturo lui répond avec la même mélodie, et finalement Elvira le reconnaît et le rejoint. L'émotion est telle qu'elle fait vaciller la raison. Mais la paix est de courte durée : l'armée fait irruption, interrompt et encercle les deux amoureux. Pour Arturo, la condamnation à mort a déjà été prononcée, quand une sonnerie de trompettes annonce la défaite définitive des Stuart. Pour célébrer la victoire, Cromwell prononce une amnistie : les tribulations d'Arturo et d'Elvira sont enfin terminées.

source : wikipédia


Dernière édition par le Lun 28 Mai 2007 - 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 19:33

I Pruritani (Bellini, 1835)

Ca c'est un sujet qui va nous chatouiller un moment ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 19:37

Discographie











Dernière édition par le Lun 28 Mai 2007 - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 19:38

C'est peut-être une impression un peu rapide, mais j'ai l'impression qu'on retrouve souvent cette idée que l'intensité émotionnelle des sentiments rend fous. Les protagonistes sont toujours à deux doigts de sombrer dans la folie quand ils sont trompés ou qu'ils retrouvent l'être aimé... Comme si l'histoire (et la musique ?) était trop lourde pour leur personne.


Dernière édition par le Lun 28 Mai 2007 - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 19:40

Tu as un avis particulier sur chacun de ces enregistrements ?

PS: Sais-tu enlever le cadre blanc autour des pochettes ? Sinon m'autorises-tu à les enlever ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 19:40

Il existe un seul DVD à ce jour, à moins que d'autres membres n'en connaissent d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Kia
vomi
avatar

Nombre de messages : 6939
Age : 32
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 19:58

calbo a écrit:
Il existe un seul DVD à ce jour, à moins que d'autres membres n'en connaissent d'autres.



http://www.vaimusic.com/VIDEO/DVD_HCD4018_IPuritani.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 19:59

vartan a écrit:


PS: Sais-tu enlever le cadre blanc autour des pochettes ? Sinon m'autorises-tu à les enlever ?

Comme je sais pas faire, tu peux y aller. J'ai un peu peur de faire des bétises. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 20:08

vartan a écrit:
Tu as un avis particulier sur chacun de ces enregistrements ?


Concernant les CDs, la référence c'est la version Bonynge avec le quatuor Sutherland/Pavarotti/Cappucilli/Ghiaurov. Je ne connais pas la première version avec Chernov et Pertusi. Quand à la seconde version avec Pertusi ce sont des extraits mis bout à bout. Je n'en connais que l'aria "cinta di rose" et le duo "Il rival salvar tu puoi...Suoni la tromba intrépida", et je peux te dire que le duo C.Alvarez/Pertusi marche très fort. Je ne connais pas non plus la version avec Callas, mais je suis presque certaines qu'il y a des coupures importantes. Quand au DVD, je ne le connais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 21:00

c'est pas pour être rabat-joie mais si on éditait le titre (un r en trop) pour faciliter les recherches...
Revenir en haut Aller en bas
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 21:50

L'envie ne vous démange pas de corriger le titre du sujet ? siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 21:57

sofro a écrit:
L'envie ne vous démange pas de corriger le titre du sujet ? siffle

Il est drôle. Mr. Green

J'attendais que Calbo fasse un geste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 28 Mai 2007 - 21:59

vartan a écrit:
sofro a écrit:
L'envie ne vous démange pas de corriger le titre du sujet ? siffle

Il est drôle. Mr. Green

J'attendais que Calbo fasse un geste.

Calbo a mal dormi et elle est épuisée par son voyage. Vous n'êtes pas très sympas les mecs. Shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Marga
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 0:43

Merci beaucoup Calbo, mais aussi ...

- Sills, Gedda (Rudel)
- Caballé, Kraus (Muti)
- Zeani, Filippeschi (Molinari Pradelli)
- Gencer, Raimondi (Quadri)
- Sills, Pavarotti (Guadagno)
- Sutherland, Gedda (Bonynge)
- Sutherland, Blake (Bonynge)
- D'Angelo, Kraus (Wolf-Ferrari)
- Devia, Matheuzzi (Bonynge)
- Devia, Blake (Campanella)
- Devia, Kunde (Queler)
- Devia, Bertolo (Zedda)
- Mosuc, Flórez (Chaslin)
- Cantarero, Flórez (Frizza)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 9:18

dans la liste présentée je crois que je prendrais le deuxième où il y a à la fois des chanteurs et un chef d'orchestre (hormis les trois premiers je ne vois guère de chef dans les autres)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 9:35

Oui, mais bon... Sutherland ( Rolling Eyes ) ou Caballé ( Rolling Eyes ), c'est l'assurance d'avoir de l'hyperlegato sans une goutte de texte.

Quitte à étonner tout le monde (mais c'est le but du jeu, non ?), j'en reste pour le disque à la version Serafin/Callas/Di Stefano. Les deux voix graves sont un peu pénibles, surtout le palot Rossi-Lemeni, mais cette poésie initiale des cors, ce quatuor initiale... tout a beaucoup de présence.

Sinon, la version que j'écoute le plus régulièrement (et même quasiment la seule aujourd'hui) est une captation radio du Met : Bonynge 1991, appelé à la rescousse au pied levé. Avec Gruberová, que je préfère dans Donizetti (son côté surinvesti et ses interprétations cyclothymiques font de l'animation quand c'est long !), mais qui est ici plutôt sobre, avec tout de même quelques suraigus un demi-ton trop haut, pour le folklore. Et Chris Merritt en état de délabrement correct. Paolo Galvanelli, avec son vibratello (et pas toujours juste) et Paul Plishka, dans un bon jour.
Outre que Bonynge traite cette musique avec beaucoup de classe, quel ravissement d'entendre un plateau homogène tendu vers un même but, avec une véritable poussée dramatique et un bel esprit d'ensemble.
Ce n'est pas publié, et on retrouve pour partie ces qualités dans le disque Serafin.


Et si je puis me permettre un conseil : si vous suivez le livret ou la partition en même temps que vous écoutez l'oeuvre, n'achetez pas une version avec de grandes chanteuses très vocales... c'est le plus sûr moyen d'abîmer l'oeuvre. Même des chanteurs un peu juste, ce n'est pas grave, mais qu'il y ait de l'investissement.
Encore une fois, on a les deux chez Serafin : format et investissement adéquats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 9:44

Merci Marga. Dis moi la version Dévia/Kunde date de quelle année au juste? Parce que quand j'ai vu ce grand monsieur l'an dernier dans Sémiramide, il était carrément fantomatique.

Citation :
j'en reste pour le disque à la version Serafin/Callas/Di Stefano

David, et les coupures? C'est comme dans les autres enregistrements de la Callas ou c'est moins pire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 9:57

Excellente question... cette version a longtemps été ma seule, et j'ai remis les Puritains sur le métier plus récemment, aussi j'ai du mal à faire la comparaison autre que globalement, sur l'effet du disque.

Je ne vois pas trop où on pourrait couper, tout au plus un bout trop complexe comme dans son Bal Masqué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Marga
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 10:46

calbo a écrit:
Merci Marga. Dis moi la version Dévia/Kunde date de quelle année au juste? Parce que quand j'ai vu ce grand monsieur l'an dernier dans Sémiramide, il était carrément fantomatique.
Bellini - I Puritani
Eve Queler, cond.
New York, 1995
Mariella Devia, Gregory Kunde, Eric Owens, Dean Peterson, Carlo Guelfi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 10:55

J'ai entendu Kunde dans l'oeuvre dans une représentation radiodiffusée avec Gruberova, Frontali et Viotti. La voix a un timbre un peu doux, très peu métallique pour ce type de répertoire, et ce qui est gracieux dans le répertoire français peut paraître un peu pâle dans ce répertoire plus vocal.

Néanmoins, un contre-fa déconcertant de facilité (à tel point que je préfère le panache désespéré de Groves...) et surtout une finesse du personnage, comme d'habitude.

C"était deux ans après ce disque (1997).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pan
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3440
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 11:09

Justement, dans quelles versions peut-on entendre le contre-fa d'Arturo ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 11:45

Après vérification, Calbo, il y a bel et bien des coupures dans cette version de 1953, apparemment significatives puisque signalées dans certaines notices. (je n'ai pas réécouté)


Concernant ta question, Pan, il ne doivent pas être extrêmement nombreux, mais à part Serafin, je n'ai guère écouté de CDs commercialisés (beaucoup de belcantistes terrifiants dans les parages...). Di Stefano le faisait sur le vif.

Néanmoins, Gedda et Matteuzzi le font. Du moins pour les enregistrements Bonynge 63, Rudel 73 (et sans doute Muti 70) pour le premier et Bonynge 89 pour le second. Ces deux-là sont paraît-il très impressionnants.
Pavarotti le ferait aussi dans le studio de 73.

Il semblerait que Kraus, Blake, Sempere n'aient jamais exécuté le contre-fa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 72
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 12:46

David et Calbo, j'ai l'enregistrement Naxos avec Callas, Di Stefano dirigé par Serafin, daté de 1953. C'est le même que chez EMI ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 12:47

joachim a écrit:
David et Calbo, j'ai l'enregistrement Naxos avec Callas, Di Stefano dirigé par Serafin, daté de 1953. C'est le même que chez EMI ?
Si c'est un studio, oui. Mais le contraire m'étonnerait, c'est normal, ils reprennent en restaurant (admirablement) le domaine public.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 22:11

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, mais bon... Sutherland ( Rolling Eyes ) ou Caballé ( Rolling Eyes ), c'est l'assurance d'avoir de l'hyperlegato sans une goutte de texte.

Et si je puis me permettre un conseil : si vous suivez le livret ou la partition en même temps que vous écoutez l'oeuvre, n'achetez pas une version avec de grandes chanteuses très vocales... c'est le plus sûr moyen d'abîmer l'oeuvre. Même des chanteurs un peu juste, ce n'est pas grave, mais qu'il y ait de l'investissement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 22:12

Mais encore?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 29 Mai 2007 - 23:50

sofro a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Oui, mais bon... Sutherland ( Rolling Eyes ) ou Caballé ( Rolling Eyes ), c'est l'assurance d'avoir de l'hyperlegato sans une goutte de texte.

Et si je puis me permettre un conseil : si vous suivez le livret ou la partition en même temps que vous écoutez l'oeuvre, n'achetez pas une version avec de grandes chanteuses très vocales... c'est le plus sûr moyen d'abîmer l'oeuvre. Même des chanteurs un peu juste, ce n'est pas grave, mais qu'il y ait de l'investissement.


Laughing Laughing Laughing Laughing
Laughing alien alien Laughing
Laughing alien alien Laughing
Laughing Laughing Laughing Laughing

Non, non, je vous assure, il y avait aussi un peu de boulet de catégorie 3 dedans, la musique est plus fluide comme ça.

Eh, pour une fois que je recommande Callas et Gruberova, vous n'allez pas tout me saper ! tutut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 1 Juin 2007 - 12:37

Marga a écrit:
calbo a écrit:
Merci Marga. Dis moi la version Dévia/Kunde date de quelle année au juste? Parce que quand j'ai vu ce grand monsieur l'an dernier dans Sémiramide, il était carrément fantomatique.
Bellini - I Puritani
Eve Queler, cond.
New York, 1995
Mariella Devia, Gregory Kunde, Eric Owens, Dean Peterson, Carlo Guelfi


Merci Marga. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Dim 16 Sep 2007 - 14:15

Hier j'ai reçu cette version de I Puritani



Je l'ai écouté ce matin. L'enregistrement réunit une très belle distribution pour ces Puritains.
Je ne connaissais pas du tout Stéfano Secco, que j'avais découvert dans la mise en scène horrifique de Simon Boccanégra à l'Opéra de Paris, dans Bellini et c'est une révélation : son Arturo est remarquble sur toute la tessiture du rôle et l'investissement scénique est total (eh oui même au CD on peut deviner cela). Je découvre Stéfania Bonfadelli et je suis séduite par son Elvira tant sur le plan vocal qu'au niveau scénique. Vocalement c'est très beau et les aigus sont bien la dans tout leur éclat; quel agrèable changement par rapport à l'Elvira de Sumi Jo à Bruxelles en Mai dernier. La scène de la folie est de toute beauté, et l'on perçoit bien la détresse de la pauvre Elvira qui se croit abandonnée. Vladimir Chernov que j'avais découvert lors d'une rediffusion d'Eugène Onéguine est certes un beau Riccardo mais malheureusement il chute gravement sur le duo avec Giorgio ou la voix est trop claire, forçée et les aigus tendus et sans éclat; c'est d'autant plus dommage que le reste est fort joli. Monsieur Pertusi : c'est sans aucun doute LE Giorgio de sa génération, je le retrouve tel que je l'avais vu à Bruxelles c'est à dire impeccable dans tous les domaines. Des quatre grands rôle de l'opéra c'est lui qui a le plus de charisme. Pour les rôle secondaires à présent; Mario Bolognesi est un beau Bruno doté d'une fort belle voix de ténor, le baryton Angélo Nardinocchi est un Gualtiero Valton tout à fait honorable qu l'on écouterait volontiers plus longtemps. Annamaria Popescu est une Enrichetta honnête mais je lui préfère quand même Gabriella Colecchia entendue à Bruxelles. La direction de Gustav Kuhn est correcte mais par trop inégale surtout à l'éxécution de la très courte sinfonia d'ouverture
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 17 Sep 2007 - 10:34

calbo a écrit:
et l'investissement scénique est total (eh oui même au CD on peut deviner cela).
Tu fais comment ? Engagement dramatique bien sûr, mais scénique ? En tout cas, me concernant, je découvre à chaque fois que je vois...


Citation :
Je découvre Stéfania Bonfadelli et je suis séduite par son Elvira tant sur le plan vocal qu'au niveau scénique.
Vocalement, oui, la rondeur du registre aigu est exceptionnelle, mais la diction est vraiment relâchée. Petites consonnes, voyelles uniformisées. En revanche, il y a un investissement émotif réel.
Ca reste très largement mieux qu'un bon standard, et puis elle fait des diminutions, c'est chouette. Et surtout, je suis impressionné par la façon dont elle parvient par la vocalisation à faire monter la tension, je n'avais jamais entendu ça.

Sur le plan scénique, je ne l'ai vue que dans une mise en scène extrêmement banale, difficile d'en juger. Elle jouait avec conviction, mais sans magnétisme non plus, visiblement pas du tout dirigée. Ce peut être intéressant, donc, bien dirigée.


Citation :
Vladimir Chernov que j'avais découvert lors d'une rediffusion d'Eugène Onéguine est certes un beau Riccardo mais malheureusement il chute gravement sur le duo avec Giorgio ou la voix est trop claire, forçée et les aigus tendus et sans éclat; c'est d'autant plus dommage que le reste est fort joli.
Joli, tu m'étonnes. Wink Ce type est une sacrée bête. J'aime beaucoup son véritable investissement - et sa grande solidité. Au début des années quatre-vingt dix, c'était vraiment d'une rondeur hallucinante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Dim 7 Oct 2007 - 20:47

DavidLeMarrec a écrit:


Joli, tu m'étonnes. Wink Ce type est une sacrée bête. J'aime beaucoup son véritable investissement - et sa grande solidité. Au début des années quatre-vingt dix, c'était vraiment d'une rondeur hallucinante.

Réponse un peu tardive, désolée David. Mais j'attendais ce duo avec une certaine impatience surtout après le concert bruxellois. J'ai été quelque peu déçue car j'avais beaucoup aimé Chernov dans Onéguine et je l'avais trouvé génial. J'ai eu l'impression qu'il avait perdu sa voix. J'aurais peut-être du dire qu'il était remarquable avant et après ce duo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 8 Oct 2007 - 2:36

Il a énormément chanté sur toutes les scènes des rôles exigeants, la voix est un peu plus sèche, moins ronde qu'autrefois. Mais ça reste impressionnant pour moi.

Son Onéguine, c'était un genre, un peu vieux beau péremptoire, mais la douceur du son, une clarté, un charme indéniables...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 8 Oct 2007 - 10:11

Il est vrai que Chernov est un excellent chanteur quoi que je n'ai pas ressenti la "sécheresse" dont tu parles, peut-être parce que je ne l'ai écouté que deux fois. Ceci dit ce duo auquel je suis tant attachée est quand même décevant mais bon, le reste de sa prestation reste remarquable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 8 Oct 2007 - 12:17

calbo a écrit:
Il est vrai que Chernov est un excellent chanteur quoi que je n'ai pas ressenti la "sécheresse"
Je voulais dire que la voix était moins ronde ces dernières années que dans ses Verdi du début des années 90 comme Stiffelio ou Boccanegra. Son Stankar est vocalement invraisemblable de générosité, et un caractère altier impressionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 26 Fév 2008 - 16:47

Il éxiste aussi un DVD du met avec Netrebko qui reprend une représentation de Janvier 2007.
Comme d'habitude les décors et les costumes sont magnifiques mais la mise en scène me gêne un peu dans la mesure ou les choeurs ressmblent plus à un ensemble de statues qu'à autre chose. Vocalement de très belles choses de la part du trio masculin qui rassemble 3 jeunes gens très prometteurs. Quant à Netrebko, si la voix correspond à la tessiture du rôle terrible d'Elvira, la technique laisse encore à désirer car l'on sent une certaine gêne dans les aigus et notament quand il s'agit de les tenir un minimum à la fin de ses arie. C'est dommage car à côté de cela c'est une très bonne comédienne.


Dernière édition par calbo le Mar 23 Fév 2010 - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 26 Fév 2008 - 17:07

calbo a écrit:
Il éxiste aussi un DVD du met avec Netrebko qui reprend une représentation de Janvier 2007.
Comme d'habitude les décors et les costumes sont magnifiques mais la mise en scène me gêne un peu dans la mesure ou les choeurs ressmblent plus à un esemble de statues qu'à autre chose. Vocalement de très belles choses de la part du trio masculin qui rassemble 3 jeunes gens très prometteurs. Quant à Netrebko, si la voix correspond à la tessiture du rôle terrible d'Elvira, la technique laisse encore à désirer car l'on sent une certaine gêne dans les aigus et notament quand il s'agit de les tenir un minimum à la fin de ses arie. C'est dommage car à côté de cela c'est une très bonne comédienne.
Tiens, j'avais l'impression tout inverse, en fait : technique très sûre, mais minimum syndical côté imagination. Tu piques ma curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 26 Fév 2008 - 17:11

Perso je la trouve incertaine la technique. Par contre je l'ai trouvé plutôt bien côté comédie, mais c'est purement personnel. C'est surtout du côté des hommes que j'ai eu les plus belles surprises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9891
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 12:47

Bon, bon, bien, bien. Hem.

Confused

En avant pour un petit moment de cruelle solitude.

Dans le cadre de l'opération "Bellini de quoi retourne-t'il ?", j'ai testé pour vous ceci :




Alors euuuuuuuuh, comment dire, par quoi commencer...

L'opéra lui-même a un certain charme, la musique n'est pas le sommet de la sophistication du côté de l'orchestre, mais je trouve qu'au delà des ploum ploum et des plim plim dzing boum (V - I), se dégage une étrange mélancolie, un peu évanescente. Sans qu'il y ait jamais une grande tension, il y a du relief, c'est subtilement varié . Le chef, Patrick Summers, donne un sentiment de sécurité dans cett musique, mais peut-être qu'il y aurait moyen de fouiller tout cela un peu plus. C'est un peu routinier. Je me demande ce qu'un Riccardo Muti pourrait faire de cette partition.

Le chœur est omniprésent dans cette musique, mais la plupart du temps en arrière plan, comme intégré à l'orchestre. Cela donne une très belle couleur à certains passages.

Ce sont les voix qui mènent cette musique, un bel canto sans aucune interruption, des beaux airs. I Puritani n'est pas semble t'il l'opéra de Bellini qui renferme le plus de tubes, mais il y a des moments de magie vocale qui m'ont fasciné.

Dans cette version, il faut tout de même le reconnaître, la distribution est moyenne dans l'ensemble. Le ténor Eric Cutler dans le rôle d'Arturo essaie d'y croire, mais il ne semble pas vraiment à l'aise dans le rôle : alors que sa voix est très belle dans le medium du rôle, quand ça commence à monter, la voix chevrote pas mal ou alors il braille, c'est désagréable et nasillard.
Le baryton Franco Vassallo dans le rôle de Riccardo est meilleur; enfin c'est l'impression que j'ai eu. Mais il ne semble pas non plus en mesure de se lâcher techniquement et est assez scolaire.
Anna Netrebko a une voix magnifique dans le rôle d'Elvira, et c'est elle qui pallie le mieux l'absence totale de direction d'acteurs. Mais si j'ai eu un sentiment de potentiel immense pour le rôle, ça reste appliqué et ne décolle jamais vraiment. Son Elvira un peu glandue gentille, elle fait de la peine, la pauvre fille, mais on n'y peut rien si elle est pas super super fut-fut. Cela dit la beauté de la voix est telle que ça fonctionne, elle sait rester sobre sans maniérisme tout en nuançant et elle tente de temps à autre un numéro d'héroïne romantique. Elle est visiblement ravie de chanter ça. C'est un peu crème chantilly comme jeu de scène, c'est une Elvira perdue jamais tragique mais ça fait un peu vivre la mise en scène.

De ce côté là, je dois avouer que c'est assez génial : c'est du Met dans toute sa splendeur. Les costumes sont assez beaux ou très beaux (la robe d'Elvira) les décors sont euuuuh... enfin euuuuuh... je cherche le terme exact. Disons de dominante marron. Ou beige. Ou kaki. Enfin couleur Met. La direction d'acteur est ce que j'ai vu de plus statique depuis euh... depuis... hem, je cherche... euh... bref... Donc je disais la direction d'acteurs est la plus statique que j'aie jamais vu. Il ne se passe strictement rien a un point que c'en est impressionnant. C'est signé Sandro Sequi et Sharon Thomas, je ne connaissais pas, mais c'est du lourd, du très très lourd.

Les choristes ont des chapeaux marrants. Je pense que les costumiers ont cherché et rassemblé tous les chapeaux noirs dans les réserves et les ont mis sur scène en dépit des protestations vigoureuses des mites brusquement interrompues en pleine orgie. Ces chapeaux permettent une infinie variété de solutions pour les chanteurs masculins (hop je chante avec le chapeau dans la main droite, et maintenant je change, je chante avec le chapeau dans la main gauche, et maintenant, transformation ! je chante avec le chapeau sur la tête etc... etc...)

Ca a comme conséquence qu'il faut rester très concentré. Le livret est écrit de telle façon que les informations importantes pour l'action sont disséminées au détour de petites phrases, après des dizaines de minutes de passages relativement répétitifs : " Oh Arturoooooo Artuuuuurooooo je t'aiiiiiiiimeeeeee Arturooooooo Artuuuurooooo... où es tuuuuu... où es tuuuu Artuuuuroooo Artuuuroooo ? ... ". Et là, paf ! le piège ! Il se dit un truc. Comme ça. Sec. Sans prévenir. Et pas question de le répéter. Mais comme le cerveau est anesthésié à ce moment là, le pauvre auditeur, un sourire béat sur le visage, peut juste s'apercevoir qu'il s'est dit une chose essentielle pour l'intrigue qui lui a échappé, juste quand il pensait à ce qu'il allait manger le soir et à ce coup de téléphone important qu'il faudrait passer le lendemain. Donc obligation de revenir en arrière, ça rallonge un peu l'opéra au bout d'une dizaine de fois. Une mise en scène un peu mobile aurait peut-être atténué ce souci en aidant à la compréhension.

En conclusion, un bel opéra dans une version de routine, c'est visible et écoutable. Pour revenir à cet opéra, il faudra que j'écoute une meilleure production, sans doute en CD car il semble que ce DVD soit un des seuls et peut-être même le meilleur disponible.


Dernière édition par Morloch le Mer 28 Mai 2008 - 13:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 12:49

C'est une épreuve, Morloch. Merci pour ton courage. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 13:12

Oui, Puritani est un chef-d'oeuvre, et qui s'accommode bien du statisme et de la littéralité, mais Netrebko et américains de routine + le Met, c'était demander un peu beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9891
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 13:20

J'essaierais bien le version avec Carlos Alvarez et Michele Pertusi que calbo a mentionnée, j'aimerais bien une belle Norma aussi, mais en DVD la discographie est famélique (Gruberova des années 2000 Confused ?) obligé de se replier sur le CD et de s'exploser les yeux sur le petit livret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 13:24

Morloch a écrit:
J'essaierais bien le version avec Carlos Alvarez et Michele Pertusi que calbo a mentionnée, j'aimerais bien une belle Norma aussi, mais en DVD la discographie est famélique (Gruberova des années 2000 Confused ?) obligé de se replier sur le CD et de s'exploser les yeux sur le petit livret.
Personnellement, la version Serafin / Callas me comble tout à fait.

Sinon, j'avais une version Bonynge / Gruberová sans égale, mais elle est actuellement immobilisée. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 13:25

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, Puritani est un chef-d'oeuvre, et qui s'accommode bien du statisme et de la littéralité, mais Netrebko et américains de routine + le Met, c'était demander un peu beaucoup.

Bah, il semblerait que dans les Capulets, c'est pas mal du tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 13:27

Elvira a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Oui, Puritani est un chef-d'oeuvre, et qui s'accommode bien du statisme et de la littéralité, mais Netrebko et américains de routine + le Met, c'était demander un peu beaucoup.

Bah, il semblerait que dans les Capulets, c'est pas mal du tout...
Ah, mais c'est toujours très bien... mais assez lisse, donc pour quelqu'un qui n'a pas forcément d'affection démesurée pour la voix pure et qui a besoin d'un peu de musique et de théâtre... pas un premier choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 13:28

Ah oui, c'est vrai que Netrebko, c'est pour les puristes de la voix. Je ne l'ai entendu que dans la Traviata, c'est franchement pas mal. Je crève d'envie d'aller voir ce Bellini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9891
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 13:29

Oui, plaisanterie mise à part, Anna Netrebko c'est très bien. Dans ce DVD Met j'ai même eu l'impression que confrontée à des partenaires masculins plus à l'aise, ça pourrait carrément déménager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 14:07

Dans Traviata, on est d'accord, Elvira, c'est parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 14:18

DavidLeMarrec a écrit:
Dans Traviata, on est d'accord, Elvira, c'est parfait.

Tiens, ça change de l'habitude. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 14:27

Oui, forcément, lorsque j'ai mauvais goût, on se rejoint. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 28 Mai 2008 - 14:28

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, forcément, lorsque j'ai mauvais goût, on se rejoint. hehe


C'est vil et bas, mais je saurai rester digne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I Puritani (Bellini, 1835)
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» I Puritani (Bellini, 1835)
» La somnanbule de Bellini
» Bellini-Il Pirata
» Bellini-autres opéras
» Prendi l'anel ti dono (Bellini/ La sonnambula )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: