Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 I Puritani (Bellini, 1835)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 0:53

L'enregistrement Rudel ne propose pas l'intégrale de la partition à ma connaissance. Tubeuf parle de "naufrage" à propos de Gedda dans cette version de studio avec Sills. Ce qui lui fait défaut, c'est la "messa di voce fondamentale qui chez les ténors de Bellini est la première matière de la ligne, c'est-à-dire de la tenue, de l'expression, du chic.". En revanche, Gedda a des "aigus impressionnants". C'est l'alourdissement du timbre et la ligne vocale qui posent problème si j'en crois Tubeuf. Pour Sills, faut-il privilégier de live de Philadelphie de 1972 dirigé par Guadagno avec Pavarotti, Quilico et Plishka? On retrouve le baryton et la basse dans la version de studio de Rudel. J'ai entendu des extraits de ce live sur le site de Sills et j'en ai parlé dans ce topic il me semble dans les premières pages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 0:54

Otello a écrit:
ben je suis d'accord dans l'ensemble avec Cabourg.
Pour l'appellation neobelcanto, l'explication est simple: dans l'histoire de la musique et du chant, le belcanto c'est la période baroque et pas le 19ème siècle. Mais comme le Primo Ottocento s'appuie sur des principes vocaux semblables en termes d'ornementation, on a appelé ça pour faire simple: belcanto romantique ou neobelcanto.

Cela vaut le coup de l'acheter ou tu me conseilles plutôt une autre version avec Sutherland? Après, c'est pas une version très chère non plus, en tout cas dans son report chez Myto. Merci pour tes réponses encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliste du bédat
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Age : 60
Localisation : Argeles - Gazost (hautes Pyrenees)
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 0:58

Otello a écrit:
aurele a écrit:
Tu as entendu le live de Gui donc si je comprends bien. Tu en penses quoi en dehors des coupures et de la direction du chef? Voici pour ta réponse à ma question : kiss
ben je suis d'accord dans l'ensemble avec Cabourg.
Pour l'appellation neobelcanto, l'explication est simple: dans l'histoire de la musique et du chant, le belcanto c'est la période baroque et pas le 19ème siècle. Mais comme le Primo Ottocento s'appuie sur des principes vocaux semblables en termes d'ornementation, on a appelé ça pour faire simple: belcanto romantique ou neobelcanto.
BRAVO , Othello.Enfin quelqu'un qui comprends . Pour TOUT comprendre sur le bel cant,Lire le livre de Rodolfo CELLETTI ,Histoire du bel canto , traduit par Helene Pasquier,editions Fayard 1987 Avec une preface du seul français qui dans ce domaine sait de quoi il parle :Roland Mancini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliste du bédat
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Age : 60
Localisation : Argeles - Gazost (hautes Pyrenees)
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:01

Otello a écrit:
soliste du bédat a écrit:
J'avais cette version en cassette et je me l'a suis regravée en cd il y a peu. Gedda est hallucinant de facilité. Dans le disque de studio avec Sills , il est mou, poussif. seul avantage de la version studio il fait le contre fa en voix mixte. sauf erreur de ma part ( car j'ai prete mes cd a un ami) il manque la fin de l'acte apres " vieni al tempio". est ce sur mes cassettes ou quelqu'un peut il me confirmer ???? Merci.
moi je l'ai achetée en CD et il y a tout!

MERCI! moi j'avais acheté l'enregistrements sur cassette , chez un marchand americains qui avait plus de 50000 enregistrements , en 1980/81....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:03

soliste du bédat, pourrais tu faire un panorama des versions que tu connais à l'occasion en mettant quelques commentaires à chaque fois? Merci d'avance. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliste du bédat
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Age : 60
Localisation : Argeles - Gazost (hautes Pyrenees)
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:05

aurele a écrit:
L'enregistrement Rudel ne propose pas l'intégrale de la partition à ma connaissance. Tubeuf parle de "naufrage" à propos de Gedda dans cette version de studio avec Sills. Ce qui lui fait défaut, c'est la "messa di voce fondamentale qui chez les ténors de Bellini est la première matière de la ligne, c'est-à-dire de la tenue, de l'expression, du chic.". En revanche, Gedda a des "aigus impressionnants". C'est l'alourdissement du timbre et la ligne vocale qui posent problème si j'en crois Tubeuf. Pour Sills, faut-il privilégier de live de Philadelphie de 1972 dirigé par Guadagno avec Pavarotti, Quilico et Plishka? On retrouve le baryton et la basse dans la version de studio de Rudel. J'ai entendu des extraits de ce live sur le site de Sills et j'en ai parlé dans ce topic il me semble dans les premières pages.
Perso, je ne suis pas (et n'ai jamais ete un dingue de Sillsdans ce repertoire, puisque, comme Caballé (mais pour des raisons differentes) elle fait un retour à l'avant Callas . Celà dit , ces Puritani de studio sont peut etre (sans doute ??) ce qu'elle a laissée de mieux (vocalement parlant).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:11

aurele a écrit:
Cela vaut le coup de l'acheter ou tu me conseilles plutôt une autre version avec Sutherland? Après, c'est pas une version très chère non plus, en tout cas dans son report chez Myto. Merci pour tes réponses encore une fois.
en studio je te conseille:



en live:

soit le live avec Gedda soit le live de 1975 avec Pavarotti au MET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:14

Otello a écrit:
en studio je te conseille:



en live:

soit le live avec Gedda soit le live de 1975 avec Pavarotti au MET

Merci pour tes conseils. Je pensais que tu m'aurais conseillé la 2e version de studio avec un cast plus luxueux sur le papier. Le live de 1976 et non 1975 est avec Milnes qui n'a pas eu les honneurs du studio en Riccardo et James Morris en Giorgio. Milnes me paraît plus belcantiste que Cappuccilli de prime abord qui a enregistré le rôle dans la version de studio Bonynge II.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:21

soliste du bédat a écrit:
Otello a écrit:
aurele a écrit:
Tu as entendu le live de Gui donc si je comprends bien. Tu en penses quoi en dehors des coupures et de la direction du chef? Voici pour ta réponse à ma question : kiss
ben je suis d'accord dans l'ensemble avec Cabourg.
Pour l'appellation neobelcanto, l'explication est simple: dans l'histoire de la musique et du chant, le belcanto c'est la période baroque et pas le 19ème siècle. Mais comme le Primo Ottocento s'appuie sur des principes vocaux semblables en termes d'ornementation, on a appelé ça pour faire simple: belcanto romantique ou neobelcanto.
BRAVO , Othello.Enfin quelqu'un qui comprends . Pour TOUT comprendre sur le bel cant,Lire le livre de Rodolfo CELLETTI ,Histoire du bel canto , traduit par Helene Pasquier,editions Fayard 1987 Avec une preface du seul français qui dans ce domaine sait de quoi il parle :Roland Mancini.
merci Wink
De toute façon les livres de Celletti c'est LA bible du chant! J'ai réussi à acheter il y a peu un livre énorme qu'il avait consacré à tous les enregistrements d'opéras jusqu'en 1996. Et c'est passionnant de voir comme il y décortique chaque version avec une compétence extraordinaire et la plupart du temps je me suis retrouvé dans ce qu'il a écrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:22

Otello a écrit:
De toute façon les livres de Celletti c'est LA bible du chant! J'ai réussi à acheter il y a peu un livre énorme qu'il avait consacré à tous les enregistrements d'opéras jusqu'en 1996. Et c'est passionnant de voir comme il y décortique chaque version avec une compétence extraordinaire et la plupart du temps je me suis retrouvé dans ce qu'il a écrit.

Pourrait-on avoir plus d'infos? Un titre par exemple. Il y a en tout cas un topic si cela t'intéresse dans la rubrique "divers" en lien avec la musique pour parler des livres et ouvrages qui traitent de musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:23

aurele a écrit:
Milnes me paraît plus belcantiste que Cappuccilli de prime abord qui a enregistré le rôle dans la version de studio Bonynge II.
c'est pour ça que je t'ai conseillé ce live là plutôt que le 2ème studio (tout de même excellent)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliste du bédat
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Age : 60
Localisation : Argeles - Gazost (hautes Pyrenees)
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:23

j'avoue que je me contente de peu :
1)Callas /Mexico / qui n'apporte pas grand chose par rapport à la version studio de 53. Di stefano, toujours toutes voiles dehors et transposant. et Callas impressionnante par le volume vocal , les couleurs et le style.
2 ) Sills/Gedda : Gedda pas interressant du tout Sills pour moi son meilleur enregistrement dans CE repertoire Quilico: Chanteur a voix mais pas de style (alors qu'il etait un superbe verdien) Plishka honnete Dans mes souvenirs , partition intégrale dans l'edition microsillon. a ete editée en 2 cd par les Editions Atlas en 1990 avec de nombreuses coupures par rapport aux bandes d'origines.
3 ) Caballé/Kraus/Muti. ENFIN un orchestre et un chef , meme si Muti n'est pas vraiement un chef "belcantiste" Caballé pas si mal dans un role non chanté sur scene, et enregistre tardivement, (sauf erreur juste apres avoir enregistre Cavalleria).Les vocalises ne sont pas les plus belles( mais ça n'a jamais ete le fort de Caballe). Kraus sans doute un peu tard par rapport a ce qu'oil faisait sur scène (il ne les chantait plus sur scene à l'epoque, et n'a accepté qu'apres avoir ete sur que Muti( champion du "que la partition mais toute la partition) lui autorisait de ne pas faire le contre fa. Manuguerra correct pour une voix de cette taille, lui quia l'époque avait aussi abordé un repertoire plus lourd . ferrin , ordinaire.
4 ) la version Ricciarelli/Merritt, aucun n'a la voix du role, mais la comparaison des differences voulues par Bellini est interressante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:28

Merci pour la réponse soliste du bédat. Muti est célèbre pour son côté très scrupuleux, ce qui lui a donné du fil à retordre avec certains artistes. Il y a une anecdote très connue sur un Rigoletto viennois avec Gruberova et Bonisolli que tu connais certainement. J'espère ne pas me tromper. Tu ne connais aucune version avec Sutherland?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:29

Otello a écrit:
c'est pour ça que je t'ai conseillé ce live là plutôt que le 2ème studio (tout de même excellent)

Ce live est disponible sur Metplayer mais il faut payer quelques dollars et les conditions d'écoute ne sont pas très pratiques. Je pense pouvoir me le procurer autrement. Comparaison Ghiaurov/Morris, cela donne quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:35

aurele a écrit:
Otello a écrit:
De toute façon les livres de Celletti c'est LA bible du chant! J'ai réussi à acheter il y a peu un livre énorme qu'il avait consacré à tous les enregistrements d'opéras jusqu'en 1996. Et c'est passionnant de voir comme il y décortique chaque version avec une compétence extraordinaire et la plupart du temps je me suis retrouvé dans ce qu'il a écrit.
Pourrait-on avoir plus d'infos? Un titre par exemple. Il y a en tout cas un topic si cela t'intéresse dans la rubrique "divers" en lien avec la musique pour parler des livres et ouvrages qui traitent de musique.
Il Teatro d'Opera in disco
Il en a publié une 1ère édition en 1976, une 2ème en 1987 et une 3ème en 1997.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliste du bédat
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Age : 60
Localisation : Argeles - Gazost (hautes Pyrenees)
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:38

j'en connais beaucoup d'autres avec Sutherland ou autres (Freni, Gordoni,...)mais je n'ai fait mention que de celles que j'ai acheté.Les autres j'ai entendu en radio, mediatheques, ou chez des amis. mais , perso, ça me suffit, puritani n'etant pas mon opera prefere, en comparaison, j'ai 7 juive, 8 herodiade , 10 huguenots, 17 guillaume tell ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:39

Tu comprends l'italien donc. Penses tu que ce soit à ma portée? Je précise que j'ai fait en terminale 3 ans d'italien, le niveau est ce qu'il est. Il faudrait que je me remette à la grammaire italienne mais l'écoute d'opéra entretien ma relative maîtrise de cette langue dans laquelle je cartonnais. Je suppose que c'est pas donné au niveau du prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliste du bédat
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Age : 60
Localisation : Argeles - Gazost (hautes Pyrenees)
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:40

Otello a écrit:
aurele a écrit:
Otello a écrit:
De toute façon les livres de Celletti c'est LA bible du chant! J'ai réussi à acheter il y a peu un livre énorme qu'il avait consacré à tous les enregistrements d'opéras jusqu'en 1996. Et c'est passionnant de voir comme il y décortique chaque version avec une compétence extraordinaire et la plupart du temps je me suis retrouvé dans ce qu'il a écrit.
Pourrait-on avoir plus d'infos? Un titre par exemple. Il y a en tout cas un topic si cela t'intéresse dans la rubrique "divers" en lien avec la musique pour parler des livres et ouvrages qui traitent de musique.
Il Teatro d'Opera in disco
Il en a publié une 1ère édition en 1976, une 2ème en 1987 et une 3ème en 1997.
Cher Othello, Comment peut on se le procurer? internet?? Bongiovani?? a quel prix?? MERCI.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:49

soliste du bédat a écrit:
Cher Othello, Comment peut on se le procurer? internet?? Bongiovani?? a quel prix?? MERCI.
c'est mon ancien prof de chant qui est allé avec son épouse passer quelques jours en Italie à Ferrara qui l'a trouvé dans une librairie et qui me l'a acheté (62 euros)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:52

Merci pour la réponse. Cela doit être trouvable par internet mais ce n'est pas donné. Tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:54

aurele a écrit:
Merci pour la réponse. Cela doit être trouvable par internet mais ce n'est pas donné. Tant pis.
Ben non justement il est apparemment épuisé!
pas donné ? attends il y a quand même 2500 pages!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliste du bédat
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Age : 60
Localisation : Argeles - Gazost (hautes Pyrenees)
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 1:57

Merci pour la reponse. Je viens de regarder sur ebay. on trouve son histoire du bel canto ...Mais dans la traduction allemande !!!!! Bonne nuit à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Ven 18 Mar 2011 - 2:00

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliste du bédat
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Age : 60
Localisation : Argeles - Gazost (hautes Pyrenees)
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 22 Mar 2011 - 22:44

aurele a écrit:
http://www.prestoclassical.co.uk/r/Glyndebourne/GFOCD00960

Il s'agit d'un live de 1960 du Festival de Glyndebourne sous la direction de Vittorio Gui. Cela n'a jamais été édité il me semble en intégralité. Voici la distribution :
Elvira : Joan Sutherland
Arturo Talbot : Nicola Filacuridi
Sir Riccardo Forth : Ernest Blanc
Sir Giorgio : Giuseppe Modesti
Enrichetta di Francia : Monica Sinclair
Sir Bruno Robertson : John Kentish
Lord Gualtiero Valton : David Ward

Cela correspond aux débuts de Sutherland dans ce rôle qu'elle aura marqué et enregistré deux fois en studio sous la direction de son époux. Elle le chantait encore dans les années 1980. Il existe un live de 1985 de l'Opéra de Sydney qui n'a jamais été édité officiellement, évidemment sous la direction de son mari.
On connaît plus Ernest Blanc dans le répertoire français mais il faut savoir qu'il a chanté le rôle de Riccardo également en 1963 à Philadelphie lors d'une version de concert avec Sutherland en Elvira, Gedda en Arturo et Diaz en Giorgio et Bonynge à la direction. Cet autre live n'a jamais été édité officiellement non plus.
Le ténor m'est totalement inconnu même de nom. Je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas.
Otello, en tant que fan de Sutherland, je suppose que tu connais beaucoup d'enregistrements de son Elvira et probablement celui-ci qui va être édité. Comment est ce live? Merci d'avance pour ta réponse.
Nicolas Filacuridi a eu l'immense honneur d'etre dans ce qui reste sans doute le seul echec majeur de Gabriel 57Dussurget , a Aix : les representations de Carmen en juillet 57. la distribution etait la suivante :
Carmen : Jean Madeira ( l'Erda du Rheingold de Solti/Decca)
Micaela : Janette Vivalda ( la Mireille d'Aix 54 / Cluytens)
Escamillo : Michel Roux
Frasquitta : Vivette Barthelemy( quyi a ecrit un superbe livre "la voix liberée)
Mercedes : Irene Sicot
L'enregistrement intégral de cette Carmen avait ete diffusé en 1961. devant le " bide" complet , on n'a plus trouvé par la suite que des extraits. J'oubliais : le chef etait Pierre Dervaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soliste du bédat
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Age : 60
Localisation : Argeles - Gazost (hautes Pyrenees)
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mar 22 Mar 2011 - 22:48

DavidLeMarrec a écrit:
Après vérification, Calbo, il y a bel et bien des coupures dans cette version de 1953, apparemment significatives puisque signalées dans certaines notices. (je n'ai pas réécouté)


Concernant ta question, Pan, il ne doivent pas être extrêmement nombreux, mais à part Serafin, je n'ai guère écouté de CDs commercialisés (beaucoup de belcantistes terrifiants dans les parages...). Di Stefano le faisait sur le vif.

Néanmoins, Gedda et Matteuzzi le font. Du moins pour les enregistrements Bonynge 63, Rudel 73 (et sans doute Muti 70) pour le premier et Bonynge 89 pour le second. Ces deux-là sont paraît-il très impressionnants.
Pavarotti le ferait aussi dans le studio de 73.

Il semblerait que Kraus, Blake, Sempere n'aient jamais exécuté le contre-fa.
Cher ami, perso je ne connais qu'une version sur le vif avec Di Stefano, c'est celle de Mexico/Callas /52. En coinnait tu une autre??Et , sans etre indiscret, d'ou sors tu le " Di Stefano le faisait sur le vif"????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 23 Mar 2011 - 2:51

soliste du bédat a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Après vérification, Calbo, il y a bel et bien des coupures dans cette version de 1953, apparemment significatives puisque signalées dans certaines notices. (je n'ai pas réécouté)
Concernant ta question, Pan, il ne doivent pas être extrêmement nombreux, mais à part Serafin, je n'ai guère écouté de CDs commercialisés (beaucoup de belcantistes terrifiants dans les parages...). Di Stefano le faisait sur le vif.
Néanmoins, Gedda et Matteuzzi le font. Du moins pour les enregistrements Bonynge 63, Rudel 73 (et sans doute Muti 70) pour le premier et Bonynge 89 pour le second. Ces deux-là sont paraît-il très impressionnants.
Pavarotti le ferait aussi dans le studio de 73.
Il semblerait que Kraus, Blake, Sempere n'aient jamais exécuté le contre-fa.
Cher ami, perso je ne connais qu'une version sur le vif avec Di Stefano, c'est celle de Mexico/Callas /52. En connais tu une autre??Et , sans etre indiscret, d'ou sors tu le " Di Stefano le faisait sur le vif"????
pété de rire mais Di Stefano, que ce soit sur le vif ou en studio, n'a jamais fait le contre-fa pour la simple raison qu'il n'avait pas le contre-ré dans la gorge. Tout est transposé avec lui.
Ce contre-fa est assuré en studio uniquement par Gedda et Pavarotti et en live par Di Giuseppe, Terranova, Matteuzzi, Kunde, Groves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 856
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 23 Mar 2011 - 8:32

Otello a écrit:
Ce contre-fa est assuré en studio uniquement par Gedda et Pavarotti et en live par Di Giuseppe, Terranova, Matteuzzi, Kunde, Groves.
Est-ce que tu sais si Merritt le faisait ???
Par contre pour ce qui est du contre fa de Pavarrotti : pété de rire pété de rire pété de rire il aurait mieux fait de s'abstenir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 23 Mar 2011 - 8:45

Figaro a écrit:
Otello a écrit:
Ce contre-fa est assuré en studio uniquement par Gedda et Pavarotti et en live par Di Giuseppe, Terranova, Matteuzzi, Kunde, Groves.
Est-ce que tu sais si Merritt le faisait ???
Par contre pour ce qui est du contre fa de Pavarrotti : pété de rire pété de rire pété de rire il aurait mieux fait de s'abstenir
Merritt pouvait le faire et de façon percutante et l'a parfois donné en concert mais jamais dans le cadre d'une représentation scénique des Puritani (et il le disait franchement d'ailleurs: après presque 2h30 de représentation vocalement fatiguante, il craignait de le planter ce contre-fa)
Et il l'aurait certainement fait en studio avec Gruberova si l'intégrale prévue avait finalement vu le jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 18 Avr 2011 - 14:06

http://www.resmusica.com/article_9268_cd_opera_glyndebourne_on_ne_chante_plus_comme_ca_.html

Il s'agit d'une critique du live de Glyndebourne avec la Stupenda et Ernest Blanc dont j'ai déjà parlé dans ce topic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 12 Sep 2011 - 2:27

live Met 15 mars 1976 :

Ce live dirigé par Bonynge mériterait une édition par Myto ou un autre label.
On retrouve un cast différent en partie de la version de studio de la même époque que je n'ai pas écouté en entier.
Je connaissais déjà le chef dans cette oeuvre dans un live de Catania de 1989, seule autre version entendue intégralement jusqu'à présent. Je n'ai rien à redire. Bonynge comme toujours propose une direction remarquable dans ce répertoire, vivante, d'une musicalité irréprochable. Il tire ce qu'il peut de l'orchestre du Met. Le son est plutôt bon mais les détails doivent être mieux percetibles en studio dans les deux versions qu'il a enregistré avec sa muse.

En parlant d'elle justement, je la préfère à Devia tant pour la beauté du timbre que pour la technique superlative bien que Devia soit une excellente belcantiste. Elle traduit merveilleusement tous les affects du personnage. Ce qui l'aide, c'est le fait qu'Elvira soit un peu un double de Lucia, son grand rôle. Dès le duetto avec Giorgio au I, elle prête des accents que je trouve vraiment très touchants à Elvira. L'aigu conclusif est extraordinaire comme tous ceux de la partition mais cela ne surprend guère. Dans "Son vergin vezzosa", elle fait valoir toutes ses qualités de technicienne avec des trilles parfaits, des notes piquées remarquables, une vocalisation idéale avec cette légèreté malgré une voix de drammatique colorature et idéale pour servir ce répertoire encore une fois. Que ce soit les élans amoureux du personnage ou le désespoir, la folie, elle sait bien rendre ces différentes situations et sentiments que traverse le personnage. Elle se laisse juste porter par la musique. C'est un rôle auquel il est très simple de donner vie sur le plan dramatique. Je ne dis pas que c'est un rôle facile à chanter par contre, loin de là. La scène de la folie en terme de variations, de technique, d'émotion est parfaite. La fragilité du personnage ressort parfaitement mais elle donne un grand élan à "Vien diletto" par exemple. Je pense qu'il est difficile de rêver mieux qu'elle dans ce rôle mais j'écouterai pour Callas avant tout la version Serafin en entier, très coupée et avec un cast très moyen autour me semble-t-il d'après ce que j'ai lu ici ou là. Bonynge rétablit de la musique inédite et offre une version complète. Il gâte sa femme en lui donnant des choses à chanter en plus qui sont coupées traditionnellement au III. Je n'ai pas le temps de regarder mon ASO. Je redonnerai l'info si cela peut intéresser ou Otello se fera un plaisir sans doute de la donner.

Pavarotti offre une ligne de chant magnifique tout au long de l'opéra, un phrasé superbe. Il était au sommet de ses moyens, la voix est superbe, nonobstant quelques aigus bizarres pris en voix de fausset mais le terme n'est sans doute pas exacte. Le personnage est assez fade dramatiquement mais il s'implique suffisamment, fait preuve d'une belle intensité et énergie pour qu'on y croit. Evidemment sa voix se marie à merveille à celle de la Stupenda.

Milnes est un Riccardo de haute volée. La voix est sublime, le respect stylistique est idéal, il est suprêmement belcantiste. Il fait preuve d'une très belle sensibilité et sait faire de ce personnage quelqu'un de pas totalement cruel et sincère. Les nuances, les accents sont merveilleux.

Morris que je ne connais pas vraiment dans ce répertoire prête à Giorgio de magnifiques accents et un beau timbre ainsi qu'une belle sensibilité. Il est tout à fait respectueux du style. Il a le mordant nécessaire par ailleurs et est très touchant.

Bien que je n'ai pas entendu en entier Muti en studio, Serafin et les deux Bonynge ainsi que la version avec Sills et Gedda, ce live s'impose comme une grande référence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8419
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 12 Sep 2011 - 8:56

aurele a écrit:
live Met 15 mars 1976 :

Ce live dirigé par Bonynge mériterait une édition par Myto ou un autre label.
On retrouve un cast différent en partie de la version de studio de la même époque que je n'ai pas écouté en entier.
Je connaissais déjà le chef dans cette oeuvre dans un live de Catania de 1989, seule autre version entendue intégralement jusqu'à présent. Je n'ai rien à redire. Bonynge comme toujours propose une direction remarquable dans ce répertoire, vivante, d'une musicalité irréprochable. Il tire ce qu'il peut de l'orchestre du Met. Le son est plutôt bon mais les détails doivent être mieux percetibles en studio dans les deux versions qu'il a enregistré avec sa muse.

En parlant d'elle justement, je la préfère à Devia tant pour la beauté du timbre que pour la technique superlative bien que Devia soit une excellente belcantiste. Elle traduit merveilleusement tous les affects du personnage. Ce qui l'aide, c'est le fait qu'Elvira soit un peu un double de Lucia, son grand rôle. Dès le duetto avec Giorgio au I, elle prête des accents que je trouve vraiment très touchants à Elvira. L'aigu conclusif est extraordinaire comme tous ceux de la partition mais cela ne surprend guère. Dans "Son vergin vezzosa", elle fait valoir toutes ses qualités de technicienne avec des trilles parfaits, des notes piquées remarquables, une vocalisation idéale avec cette légèreté malgré une voix de drammatique colorature et idéale pour servir ce répertoire encore une fois. Que ce soit les élans amoureux du personnage ou le désespoir, la folie, elle sait bien rendre ces différentes situations et sentiments que traverse le personnage. Elle se laisse juste porter par la musique. C'est un rôle auquel il est très simple de donner vie sur le plan dramatique. Je ne dis pas que c'est un rôle facile à chanter par contre, loin de là. La scène de la folie en terme de variations, de technique, d'émotion est parfaite. La fragilité du personnage ressort parfaitement mais elle donne un grand élan à "Vien diletto" par exemple. Je pense qu'il est difficile de rêver mieux qu'elle dans ce rôle mais j'écouterai pour Callas avant tout la version Serafin en entier, très coupée et avec un cast très moyen autour me semble-t-il d'après ce que j'ai lu ici ou là. Bonynge rétablit de la musique inédite et offre une version complète. Il gâte sa femme en lui donnant des choses à chanter en plus qui sont coupées traditionnellement au III. Je n'ai pas le temps de regarder mon ASO. Je redonnerai l'info si cela peut intéresser ou Otello se fera un plaisir sans doute de la donner.

Pavarotti offre une ligne de chant magnifique tout au long de l'opéra, un phrasé superbe. Il était au sommet de ses moyens, la voix est superbe, nonobstant quelques aigus bizarres pris en voix de fausset mais le terme n'est sans doute pas exacte. Le personnage est assez fade dramatiquement mais il s'implique suffisamment, fait preuve d'une belle intensité et énergie pour qu'on y croit. Evidemment sa voix se marie à merveille à celle de la Stupenda.

Milnes est un Riccardo de haute volée. La voix est sublime, le respect stylistique est idéal, il est suprêmement belcantiste. Il fait preuve d'une très belle sensibilité et sait faire de ce personnage quelqu'un de pas totalement cruel et sincère. Les nuances, les accents sont merveilleux.

Morris que je ne connais pas vraiment dans ce répertoire prête à Giorgio de magnifiques accents et un beau timbre ainsi qu'une belle sensibilité. Il est tout à fait respectueux du style. Il a le mordant nécessaire par ailleurs et est très touchant.

Bien que je n'ai pas entendu en entier Muti en studio, Serafin et les deux Bonynge ainsi que la version avec Sills et Gedda, ce live s'impose comme une grande référence.

En 76, je trouvre encore Sutherland un-brin-pas-assez caractérisée dans le rôle ; moins tant dans l'absolu que par rapport à elle-même, d'ailleurs. Et notamment par rapport à sa version de 86, au MET toujours. Sous l'éternelle baguette de Bonynge, elle donne un personnage beaucoup plus accusé dans son beau mûrissement, sans cette grâce aérienne qui lui a souvent servi (à mes yeux) de viatique et qui, plaquée de manière générique sur la plupart de ses incarnations, a eu tendance à en donner des visions musicalo-musiciennes un peu univoques. Là, la technique toujours souveraine confrontée à une petite érosion des moyens (par ailleurs encore d'une belle fermeté) donnent une Elvira beaucoup plus héroïque parce que plus en "danger".

L'entourage est sublime : Blake mâle, Milnes comme elle égal à lui-même (mais en légèrement moins libre, de toute façon plutôt plébéien) et Ramey d'airain, phrasé presque jusqu'à l'écoeurement, d'une présence à couper le souffle. Sans doute, pour moi, l'une des captations les plus essentielles de la Stupenda dans l'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 12 Sep 2011 - 11:15

Cet autre live m'intéresse bien sûr pour Blake, Milnes toujours et Ramey bien évidemment. Je l'écouterai si je mets la main dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8419
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 12 Sep 2011 - 11:22

aurele a écrit:
Je l'écouterai si je mets la main dessus.

Il faut ; tu n'as pas d'échappatoire Smile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22985
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Lun 16 Juil 2012 - 11:17

Live du DNO filmé en octobre 2009 à paraître chez Opus Arte dans une mise en scène de Francisco Negrin, sous la baguette de Giuliano Carella, avec John Osborn (cela peut attirer Guillaume), Mariola Cantarero, Scott Hendricks et Riccardo Zanellato notamment.
http://www.opusarte.com/en/bellini-i-puritani-dno.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3285
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 5 Déc 2018 - 14:51

Très impressionné par la version Muti qui a été republiée dans de bonnes conditions cette année par une firme spécialisée. Lui manie un gigantesque et permanent crescendo-decrescendo avec un art des "fondus" qui le fait passer du martial à l'élégiaque, du romantisme amoureux à la déploration, d'un seul souffle. Au lieu de ressembler à une succession de vignettes, chaque acte est porté par une architecture très saillante et conduit à son aboutissement avec un enthousiasme communicatif. Une version très Walter Scott en somme et c'est un compliment.
Deutekom est extraordinaire, sans doute le rôle où elle m'a le plus impressionné et dans un registre où je ne l'attendais pas (ses airs d'Elvira en studio ne sont pas ce qu'elle a laissé de mieux AMHA). Malgré l'âpreté du timbre et du vibrato (ses premières notes, en coulisse, n'augurent rien de bon), elle parvient à être à la fois immense et immaculée, vivante et vive, mais aussi fantomatique. Et tout son chant est construit sur une maîtrise de la dynamique qui laisse rêveur : du pianissimo sur le souffle, impalpable mais solide, jusqu'à une domination complète des ensembles sans jamais hésiter, se durcir, crier ou pousser. Des notes, des mots, de la musique. Pas une convulsion, pas une accent trop marqué. Sa vélocité ne semble rien avoir de mécanique ici (pas ou peu de vocalises BA BO BU) et si la cabalette, enflammée, se conclut sur un suraigu glorieux, instrumental et interminable, la voix semble le plus souvent s'échapper sur les pointes, comme une ballerine. Une Elvira qui m'a vraiment donné l'impression d'être un double de Giselle.
Gedda est magnifique, également (et la voix se marie très bien avec celle de sa partenaire - leur III est anthologique), très incarné et chaleureux, un véritable jeune premier, avec une gestion des registres impressionnante : tout a l'air organisé, homogène et bien situé, avec une couleur dominante, comme si c'était une partition facile à chanter. Le soutien lui permet un legato très pur, poétiquement animé par les accents. L'aigu est évidemment impressionnant (ce qui est indispensable pour un tel rôle), assez clair mais pourtant rattaché au reste, ouvert mais pas trompettant, tenu mais sans une faute de goût. L'italien est un peu plat (par rapport à Pavarotti, Raimondi etc.), mais très net et assez coloré. Je ne l'ai pas entendu dans la version studio avec Sills, mais je le soupçonne d'être meilleur ici (d'après ce que lis même dans ce fil).
Bruscantini m'a un peu déçu au début de sa cantilène : la voix n'est pas très aimable, mais quelque chose dans la ligne, la ductilité, la longueur des aigus, dit vraiment que l'on est face à un véritable baryton belcantiste et on rend les armes.
Le public est emballé tout le long, on le comprend (le plus impressionnant est l'ovation au milieu du final du I, tant Muti et Deutekom emportent la partie et ce alors que ça n'est pas le moment le plus impressionnant de la partition).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 849
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   Mer 5 Déc 2018 - 18:07

Il y existe (ou il a existé), à ma connaissance, trois versions de ces fameux Puritani dirigés par Riccardo Muti, disponibles sur CD.

L'enregistrement officiel londonien EMI/Warner (Caballe/Kaus/Manuguerra/Ferrin) datant de juin-juillet 1979.

Un "Live" de la RAI Rome, daté du 7 octobre 1969 (j'ignore s'il s'agit de la date de l'enregistrement ou celle de la radiodiffusion). Les solistes étaient Mirella Freni, Luciano Pavarotti, Sesto Bruscantini et Bonaldo Giaotti.
Pour la petite histoire, cet enregistrement a été diffusé fin 1970 ou début 1971 par Jacques Bourgeois sur France Musique...
Il a été publié sur CD par Frequenz (# 1989), Palladio (# 1995), Melodram (# 2007) et surement par d'autres...

Un "Live" de Florence de décembre 1970 dont il a été question (Deutekom, Gedda, Bruscantini, Ferrin). Un enregistrement daté du 20 décembre 1970, me semble-t-il, a été publié par Great Opera Performances (1993). Un enregistrement daté du 1 décembre 1970 a été publié cette année par Maggio Live (Je présume que c'est à cette récente publication que fait référence Francesco).
https://www.amazon.fr/Puritani-registrazione-Maggio-Mus-Firenze/dp/B078YRPH67

Pour ma part, j'ai toujours beaucoup aimé ces deux "Live" avec une préférence pour celui de la RAI Rome.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I Puritani (Bellini, 1835)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I Puritani (Bellini, 1835)
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» I Puritani (Bellini, 1835)
» La somnanbule de Bellini
» Bellini-Il Pirata
» Bellini-autres opéras
» Prendi l'anel ti dono (Bellini/ La sonnambula )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: