Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Méthodes de reconstruction de la musique (très) ancienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5500
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Méthodes de reconstruction de la musique (très) ancienne   Ven 8 Juin 2007 - 14:30

Il y a un peu moins d'un an, en farfouillant sur Amazon, je suis tombé sur plusieurs CDs de musique de l'antiquité grecque. Ma première réaction a été "Il me faut ce truc!". Et puis, j'ai un peu réfléchi.

Du propre aveu des musiciens qui jouent ce genre de musique, il semble que les connaissances que nous avons sur la technique, les instruments et les notations de l'époque sont fort lacunaires et sujettes à de fort houleux débats. Quand je vois les opinions particulièrement contrastées et les échanges parfois à la limite de l'insulte que provoque l'interprétation de musiques pas si anciennes que ça (fin 19ème déjà, ne parlons même pas du Baroque...), je me demande quelle validité peut avoir la recréation d'oeuvres aussi éloignées de nous dans le temps.

Alors, comment s'y prennent-ils? Pour ce qui est des instruments, je peux encore me l'imaginer. Avec des représentations (vases, mosaïques, papyrus...etc) on doit pouvoir construire des copies plus ou moins proches de l'original. Mais pour la musique elle-même? Le concept de musique écrite est quand même fort récent, non? Et si des systèmes de transcriptions datant de l'époque ont été trouvés avec quel degré de certitude sont-ils compris aujourd'hui? En clair, ces disques représentent-ils une interprétation solidement appuyée par des données fiables point de vue rythme, mélodie... etc. ou s'agit-il de travaux de pure spéculation?

J'aimerais limiter ce sujet aux musiques très anciennes, disons Antiquité et éventuellement Moyen-Age. A partir de la Renaissance, il me semble que les problèmes sont de nature différente. Mais bon, peut-être que quelqu'un de plus calé dans le domaine me contredira car je dois bien avouer que je n'y connais... euh quasiment rien en fait!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méthodes de reconstruction de la musique (très) ancienne   Ven 8 Juin 2007 - 14:42

je n'y connais rien non plus: je me souviens des tentatives des années 70 pour "chanter" l'ancien testament à partir de notations hébraïques constituant un cryptage de la musique censée accompagner le texte:
l'important n'est-il pas surtout que ce soit joli? Il ne nous reste rien de la peinture grecque antique, si ces reconstitutions "fabriquent" de jolies pièces, pourquoi pas qu'importe qu'elle soient alors jouées sous un kiosque par une fanfare municipale ou par un orchestre symphonique devant un public cravaté? On a bien tenté aussi je crois de chanter les hymnes d'Aton par "transcription" des notations hiéroglyphiques...
Le problème c'est que l'image qu'on se fait d'une musique dont on sait peu de choses est étroitement liée aux modes du temps dans lequel nous vivons. Les clichés de l'interprétation baroque sont tout aussi fallacieux.
Imaginait-on pas il y a une trentaine d'années que la place de la musique de Lully à Versailles était comparable à celle qu'occupait le jazz de l'après-guerre dans les caves de Saint-Germain?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Méthodes de reconstruction de la musique (très) ancienne   Ven 8 Juin 2007 - 17:08

Cello a écrit:
Il y a un peu moins d'un an, en farfouillant sur Amazon, je suis tombé sur plusieurs CDs de musique de l'antiquité grecque. Ma première réaction a été "Il me faut ce truc!". Et puis, j'ai un peu réfléchi.
Oui, attention, tous ne sont pas pleinement satisfaisants !

Citation :
Alors, comment s'y prennent-ils? Pour ce qui est des instruments, je peux encore me l'imaginer. Avec des représentations (vases, mosaïques, papyrus...etc) on doit pouvoir construire des copies plus ou moins proches de l'original.
D'autant plus facile que bien de ces instruments ont survécu sous des formes assez légèrement modifiées.


Citation :
Mais pour la musique elle-même? Le concept de musique écrite est quand même fort récent, non? Et si des systèmes de transcriptions datant de l'époque ont été trouvés avec quel degré de certitude sont-ils compris aujourd'hui? En clair, ces disques représentent-ils une interprétation solidement appuyée par des données fiables point de vue rythme, mélodie... etc. ou s'agit-il de travaux de pure spéculation?
Il existait des méthodes de notation, tout à fait - le Moyen-Age n'a fait que réemployer la notation de Pythagore, au passage. Le problème est en effet que les traités qui nous restent sont très philosophiques et ne permettent pas du tout de reconstituer avec certitude les emplois de ces notations.
Surtout, les partitions sont extrêmement rares. Mais, chose bouleversante, il nous reste des fragments de musiques écrites par Sophocle et Euripide !

Ce que nous savons de façon certaine est la structure et l'instrumentarium. Aulos (sorte de double-hautbois, sans doute plutôt proche du duduk), quelques percussions. De la lyre pour les genres poétiques.

Mais :

Citation :
Du propre aveu des musiciens qui jouent ce genre de musique, il semble que les connaissances que nous avons sur la technique, les instruments et les notations de l'époque sont fort lacunaires et sujettes à de fort houleux débats. Quand je vois les opinions particulièrement contrastées et les échanges parfois à la limite de l'insulte que provoque l'interprétation de musiques pas si anciennes que ça (fin 19ème déjà, ne parlons même pas du Baroque...), je me demande quelle validité peut avoir la recréation d'oeuvres aussi éloignées de nous dans le temps.
En effet, le problème est que, contrairement aux textes littéraires (par le pont des scholastiques, puis des classiques, et enfin des travaux de l'école Vernant), nous ne disposons pas des moyens culturels pour comprendre cette musique. La gamme pentatonique nous paraît sans tension, une sorte de musique sous-arabisante. Elle nous paraît bien étrangère, il faudrait, autant que possible, l'apprivoiser à nouveau.
Mais comment faire, sans déjà disposer de certitudes sur son aspect ?


Mais voici une partition d'Euripide transcrite sous forme actuelle :

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Méthodes de reconstruction de la musique (très) ancienne   Ven 8 Juin 2007 - 19:49

DavidLeMarrec a écrit:


Mais voici une partition d'Euripide transcrite sous forme actuelle :

.

Bizarrement, ça me rappelle quelque chose ... study

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82078
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Méthodes de reconstruction de la musique (très) ancienne   Ven 8 Juin 2007 - 19:58

Ah bon ? siffle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Méthodes de reconstruction de la musique (très) ancienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Méthodes de reconstruction de la musique (très) ancienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mus(e)iques
» Comparatif des méthodes d'apprentissage par pays
» La musique classique la plus rapide
» La musique au 19 ème siècle
» Musique Piraten in batavia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique (Divers)-
Sauter vers: