Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Vincent d'Indy (1851-1931)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Mer 17 Déc 2014 - 16:17

Polyeucte a écrit:
C'est assez désagréable à l'écoute je trouve... j'ai presque l'impression que c'est faux par moments (l'impression hein! Vu la qualité de mon oreille je serais bien en peine de confirmer!).

Un peu métallique-débraillé (et peut-être un peu haut par moment, j'avoue ne pas être très sensible à ça), mais quand même, pour une première exécution d'un rôle si difficile, respect.

Ensuite, tu m'aurais choisi Beuron à la place, je n'aurais pas refusé, bien sûr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19957
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Mer 17 Déc 2014 - 16:24

DavidLeMarrec a écrit:
Un peu métallique-débraillé (et peut-être un peu haut par moment, j'avoue ne pas être très sensible à ça), mais quand même, pour une première exécution d'un rôle si difficile, respect.
Voilà... métallique-débraillé...
Après bien sûr respect... pour avoir fait l'effort d'apprendre un tel rôle pour si peu de représentations entre autre, et dans une langue étrangère en plus!

Citation :
Ensuite, tu m'aurais choisi Beuron à la place, je n'aurais pas refusé, bien sûr.
Mais même sans aller jusque là... un peu plus de tenue dans le chant on va dire...


Mais en tout cas bien sûr que cette captation est grandiose!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Mer 31 Déc 2014 - 15:06

Belle (et honnête !) recension d'un bel (et honnête !) enregistrement ; à propos de Fervaal, ici : http://www.forumopera.com/cd/fervaal-pourquoi-chercher-midi-a-quatorze-heures tongue .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
franchom

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Jeu 7 Mai 2015 - 17:52

Dans ce lien il semble que ce soit Malibran qui publie le Fervaal
mais en cherchant je trouve celà
même version sans doute mais chez un autre éditeur ??

http://www.da-music.de/Klassik/CHOEUR-ET-ORCHESTRE-RADIO-LYRI-FERVAAL-ARTNR-501902.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19957
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Jeu 7 Mai 2015 - 18:53

Oui... et dans les deux cas des éditeurs dont la qualité de rendu est assez moyenne pour être gentil Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 8 Mai 2015 - 8:24

Ça permet de conserver le moins cher, alors !
(Encore que, pour ce dernier éditeur, qui est aussi "spécialisé" dans les enregistrements de radio allemands ou les rééditions de vieilles cires, j'ai de très bonnes choses, cf. Boris par Jochum, Macbeth par Keilberth, Rosenkavalier par Heger, les Troyens de Scherchen et de Kubelik, etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19957
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 8 Mai 2015 - 10:10

bAlexb a écrit:
Ça permet de conserver le moins cher, alors !
(Encore que, pour ce dernier éditeur, qui est aussi "spécialisé" dans les enregistrements de radio allemands ou les rééditions de vieilles cires, j'ai de très bonnes choses, cf. Boris par Jochum, Macbeth par Keilberth, Rosenkavalier par Heger, les Troyens de Scherchen et de Kubelik, etc.).

Oui, mais par exemple j'ai une Pucelle d'Orléans dans cette édition, et pour le faire tenir sur deux CD, ils ont coupé dans l'enregistrement (le ballet entre autre!) par rapport à une autre édition... Confused
Donc depuis, j'évite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
franchom
Mélomane averti
franchom

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 8 Mai 2015 - 10:55

Et moi un David de Milhaud quasi inaudible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 8 Mai 2015 - 10:55

Oui, Cantus Classics fait un travail formidable d'exhumation de raretés de premier intérêt (plein d'opéras traduits, ou des choses introuvables par ailleurs comme la Tour de Feu de Lazzari), mais dans des conditions éditoriales hallucinantes : aucune notice bien sûr, le son est en général épouvantable (ils dégradent les bandes sans même les filtrer, comment est-ce possible ?) et effectivement il arrive très souvent qu'il manque des portions (dans certains volumes, il peut manquer le dernier acte, par exemple !).

Vraiment à prendre comme des témoignages bruts quand on ne peut pas les avoir autrement, mais à éviter absolument lorsqu'on a le choix, malgré les prix très attractifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
franchom
Mélomane averti
franchom

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 8 Mai 2015 - 15:54

Sais tu David pourquoi la publication ne parait pas chez Malibran
?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 8 Mai 2015 - 16:04

Je ne peux pas dire, je n'ai pas mes entrées là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 8 Mai 2015 - 16:19

DavidLeMarrec a écrit:
je n'ai pas mes entrées là-bas.

Nous annoncer ça comme ça ; comme si c'était normal Evil or Very Mad !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
franchom

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Dim 17 Mai 2015 - 17:17

Le volume 6 de l' oeuvre orchestrale de d Indy est paru récemment    chez Chandos
une très belle interprération        Le lied pour violoncelle et orchestre est très émouvant .


" />
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Dim 17 Mai 2015 - 17:26

J'ai écouté ça il y a quelques jours (pas Wallenstein, qui m'ennuie vraiment, mais le reste) : les Chants & Danses en version orchestre, c'est quand même un peu du gâchis, on perd beaucoup du charme semi-archaïsant étrange de la version originale. On voit bien l'intérêt de l'arranger pour une formation régulière, mais après écoute, j'en resterai, surtout que le disque permet de choisir, à la version de chambre. Pour ceux qui ne l'ont pas encore découverte, jetez-vous sur le disque Timpani avec les solistes du Philharmonique de Luxembourg ! cheers

(Et puis l'interprétation de Gamba est un rien molle – dommage, j'aime beaucoup le Symphonique d'Islande d'ordinaire, mais il est vrai que sa nervosité n'a jamais été proverbiale.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
franchom
Mélomane averti
franchom

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Dim 17 Mai 2015 - 17:34

Je suis entièrement d' accord avec toi sur le chef Wallenstein m' ennuie aussi j avais les 5 premiers volumes j' ai craqué pour le 6é
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupoil
Mélomane averti
Roupoil

Nombre de messages : 428
Age : 37
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 13 Juil 2018 - 17:25

Continuant mes explorations de raretés françaises au tournant du siècle, j'ai "écouté" aujourd'hui Fervaal de Vincent d'Indy. Malheureusement, ce que je me suis mis dans les oreilles est la version RTF de 62 publiée chez Malibran, et disons pour être gentil qu'on perd beaucoup de musique par rapport à la partition (que j'avais sous les yeux pour suivre), autant horizontalement que verticalement.

Horizontalement, car c'est effectivement énormément coupé (ça a déjà été évoqué dans les pages précédentes de ce fil) : pas de prologue, des introductions orchestrales au mieux coupées de moitié, un tiers des scènes sautées purement et simplement dans les actes restants (notons en passant que les actes sont mal renseignés sur Deezer où j'ai écouté l'oeuvre puisque la scène 3 de l'acte II est décrite comme acte III, et l'acte III comme acte IV alors que l'opéra n'en comporte que trois...), et même dans les scènes qui restent, il y a souvent des coupures. La continuité dramatique en prend un coup mais bon, l'intérêt du livret étant ce qu'il est, on survit (cf plus bas).

Verticalement, c'est la précarité sonore qui pose problème, dès qu'il y a plus de deux lignes à la fois c'est de la bouillie. C'est particulièrement pénible dans une oeuvre où les choeurs sont souvent découpés, et l'orchestre assez fourni. Là, l'orchestre, ben on en entend pas grand chose, faut être honnête.

Tout cela est évidemment fort dommage, car l'oeuvre a l'air de ne pas être inintéressante, même si elle mérite clairement sa réputation de quasi-copie wagnérienne : le livret "celtique" fait très très fort penser à certaines oeuvres du grand Richard (entre autres, la déesse a pompé son petit discours du deuxième acte sur Erda, je crois bien), et musicalement, l'inspiration est encore plus flagrante, avec tout de même une maitrise de l'équilibre parfois un peu précaire. Le côté "empilons trois strates de choeur subtilement décalées avec un accompagnement orchestral plus un petit coup de fanfare par-ci, et par-dessus le tout la ligne vocale relativement aléatoire d'un des protagonistes principaux", c'est pas très fin, et avec un son aussi pourri, ça ne pardonne vraiment pas. Mais pour qui aime Wagner, c'est une copie sympathque, avec des moments assez inspirés (même quand c'est un peu le bordel d'ailleurs, la scène finale de l'acte II est sympa). Bref, à découvrir, mais si possible dans une autre version...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19957
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 13 Juil 2018 - 21:06

Il n'y a malheureusement pas d'autres versions disponibles...
SI tu trouves, il y a la version avec Philippe Rouillon (bande radio) qui ouvre vraiment des portes sur la partition!
Et si tu ne trouves pas... Wink

Mais pour moi, c'est bien sûr inspiré de Wagner, mais il y a des couleurs spéciales, des originalités... la scène finale par exemple est totalement géniale!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 13 Juil 2018 - 22:20

En effet, c'est un massacre, il manque le Prologue (le plus beau, je trouve), des bouts de tout partout, et on n'entend à peu près rien des couleurs d'orchestre. Et même vocalement, hors Grancher, ce n'est pas totalement adéquat.

Ça ne suffit même pas à regretter ce qui manque, tellement c'est loin de ressembler à l'œuvre. La seule chose qui existe de valable est la bande de Berne mentionnée par Polyeucte, avec Sophie Fournier et Philippe Rouillon, là l'orchestre est splendide, et ça prend tout son sens (plein de resucées de Walküre et Tristan, en effet). bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19957
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 13 Juil 2018 - 23:39

SInon, pour d'Indy, tu as aussi ses symphonies qui sont vraiment intéressantes... pleines de couleurs et de variété... et puis le concert pour piano, flûte, violoncelle et cordes... et bien sûr l'Etranger! Très différent de Fervaal!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Roupoil
Mélomane averti
Roupoil

Nombre de messages : 428
Age : 37
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Sam 14 Juil 2018 - 9:17

Merci pour ces conseils, en symphonique j'ai écouté la célèbre Cévenole avec piano, et diverses oeuvres plus ou moins illustratives (Poème des rivages, Dyptique méditerrannéen), qui ne m'ont pas fait un effet extraordinaire (surtout la Cévenole où j'avoue m'ennuyer pas mal, le reste est beau mais pas non plus transcendant à mon goût) et un peu de musique de chambre (qui ne m'a pas transporté non plus). D'ici quelques jours je me replongerai dans Fervaal dans une version beaucoup plus décente, et je vais donc ajouter L'Etranger au programme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7558
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Sam 14 Juil 2018 - 11:16

Roupoil a écrit:
et un peu de musique de chambre (qui ne m'a pas transporté non plus)
affraid Il y a pourtant dans son catalogue quelques-unes des plus grosses tueries de la musique de chambre française.
Tu as essayé le Sextuor à cordes, le Quintette avec piano, et puis ces bijoux archaïsants: le Trio en forme de Suite, la Suite dans le style ancien, la Suite en parties...?

Côté symphonique, c'est certes un peu en-deçà, mais les œuvres du disque de Bringuier chez Timpani  (Symphonie italienne, Concert pour piano, flûte violoncelle et cordes) sont quand même chouettes.

(Et L'Étranger aussi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupoil
Mélomane averti
Roupoil

Nombre de messages : 428
Age : 37
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Sam 14 Juil 2018 - 14:39

Benedictus a écrit:

Tu as essayé le Sextuor à cordes, le Quintette avec piano, et puis ces bijoux archaïsants: le Trio en forme de Suite, la Suite dans le style ancien, la Suite en parties...?

Eh bien non rien de tout ça, je n'ai testé que le trio op.29 (avec clarinette), très sympathique mais pas non plus inoubliable, et la sonate pour violon et piano qui pour le coup ne m'a vraiment pas intéressé... En fait j'attendais tes recommandations pour pour pouvoir m'enthousiasmer Mr. Green .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Sam 14 Juil 2018 - 15:38

Roupoil a écrit:
Merci pour ces conseils, en symphonique j'ai écouté la célèbre Cévenole avec piano, et diverses oeuvres plus ou moins illustratives (Poème des rivages, Dyptique méditerrannéen), qui ne m'ont pas fait un effet extraordinaire (surtout la Cévenole où j'avoue m'ennuyer pas mal, le reste est beau mais pas non plus transcendant à mon goût) et un peu de musique de chambre (qui ne m'a pas transporté non plus). D'ici quelques jours je me replongerai dans Fervaal dans une version beaucoup plus décente, et je vais donc ajouter L'Etranger au programme.

Oui, ses poèmes symphoniques ne sont pas franchement des chefs-d'œuvre (encore qu'en salle et bien joué, j'avais été très étonné par Istar), la Cévenole est même franchement un alignement de platitudes pénibles.

En revanche, la Symphonie Italienne (si tu aimes les symphonies de Bizet, c'est le même genre), la musique de chambre en effet (Suite dans le style ancien, Chansons & Danses, Quintette ; mais moi j'aime beaucoup la Sonate pour violon et le Trio avec clarinette, quels mouvements lents !). Et bien sûr L'Étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Roupoil
Mélomane averti
Roupoil

Nombre de messages : 428
Age : 37
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Dim 15 Juil 2018 - 12:04

J'ai écouté quelques oeuvres supplémentaires en musique de chambre, j'avoue que le Trio en forme de Suite ça n'est pas trop mon truc (le côté archaïsant ne me convainc pas), par contre le Sextuor est vraiment bien, avec un dernier mouvement superbe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19957
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 5 Oct 2018 - 11:15

D'après une interview (passionnante!) de Michael Spyres, il doit chanter le rôle titre de Fervaal à Montpellier en 2019!!!!! bounce bounce bounce bounce
Espérons que le reste de la distribution sera aussi luxueux! Very Happy Very Happy

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 5 Oct 2018 - 17:25

Quoi ????? Shocked bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19957
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 5 Oct 2018 - 17:35

DavidLeMarrec a écrit:
Quoi ?????  Shocked bounce
https://musique.blogs.la-croix.com/entretien-avec-michael-spyres/2018/10/04/

Je vais peut-être aller faire un tour à Montpellier l'année prochaine moi! Mr.Red
(on peut espérer au moins une retransmission radio presque toujours pour le Festival Radio-France!... et pourquoi pas un disque! bedo )

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Sam 6 Oct 2018 - 16:25

Suivant la date, je pourrais vraiment me laisser tenter. Surprised

Quel entretien incroyable ! Un chanteur (ténor de surcroît hehe ) qui choisit ses rôles non pas selon sa voix, mais selon l'opportunité de programmer l'ouvrage !

Et considérant qu'on ne pourrait pas remonter certains titres sans lui (va trouver un ténor pour la Nonne sanglante ou la Postillon, avec un bon français, l'héroïsme / l'agilité, et doté d'un minimum de notoriété !). Quel homme. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19957
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Sam 6 Oct 2018 - 16:52

Oui, je le trouve vraiment passionnant dans sa démarche... même si le principe du : "je peux tout chanter" me fait un peu peur pour la durée, mais force est de constater que pour l'instant, c'est toujours aussi génial!!!!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Sam 6 Oct 2018 - 17:57

S'il chante dans sa voix, il peut effectivement à peu près chanter n'importe quoi (la seule limite sera la puissance derrière un orchestre s'il veut faire du Richard Strauss, mais d'autres l'on déjà fait en mode-muet, demande à Wottrich ou R.D. Smith hehe ), et pour l'instant, il y parvient très bien.

Après, la théorie que ce soit bon pour la santé, je n'en suis pas trop persuadé, mais on sait bien que dans cette carrière, c'est autant la gestion du stress et de l'agenda, ajoutée à sa santé, qui fait que les carrières durent ou non, indépendamment de la qualité de la technique. Il y en a qui ont beuglé toute leur vie avec succès (Tomlinson !) et d'autres qui, malgré une hygiène de vie impeccable et une technique très sûre, ont décliné à cause de problèmes de santé. C'est ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 818
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Mer 26 Déc 2018 - 14:44

bonjour à tous, j'ai très rarement écouté la musique de ce compositeur, mais dites donc c'est pas mal, j'écoute en ce moment Souvenirs un poème symphonique, Poeme for Orchestra, op 62/ watch?v=9P95bhg-DR4 par le Monte Carlo Philharmonic Orchestra.
il y a du post romantisme du koechlin là dedans...etc enfin je pense....ce compositeur grimpe dans mon estime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86791
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Mer 26 Déc 2018 - 16:02

Il est meilleur à l'opéra (Fervaal, L'Étranger) et dans la musique de chambre, où se trouvent de véritables pépites (Sonate violon-piano, Trio avec clarinette, Chansons et danses, Suite dans le goût ancien, Quintette piano-cordes…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 26321
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Ven 11 Jan 2019 - 0:41

Mélomaniac, in playlist, a écrit:


Catégorie orchestrale -rang 242°/250





Ernest Bour (1913-2001)


Vincent d'Indy (1851-1931) :

Jour d'été à la montagne, Op. 61

= Ernest Bour, Orchestre symphonique de la Radio

(Ducretet-Thomson, septembre 1954)

Smile A compter du milieu du XIX° siècle, le thème de la montagne attira divers compositeurs.
On pense bien sûr au Liszt pastelliste des Années de pèlerinage, mais aussi de la Bergsinfonie (premier de ses treize Tondichtungen) d'après Victor Hugo,
et prétexte à une allégorie mystique entre la terre et le céleste.
Cher au romantisme, le personnage de Manfred trouva un accomplissement dans une symphonie de Tchaikovsky, où l'on trouve les errances du héros,
l'apparition de fées dans les irisations d'un torrent, la vie des bergers.
Déjà Berlioz s'était inspiré d'un autre jeune dépressif dans son Harold en Italie, dans le décor « des poétiques souvenirs que m'avaient laissés mes pérégrinations dans les Abruzzes ».
Outre les processions pieuses, les sérénades énamourées, et la gouaille des pifferi, les collines semblent un écrin pour accueillir la mélancolie.
Comme si loin des villes, la vastitude, l'altitude offraient un havre et un miroir au « mal du siècle ».
Chez Mahler : excursions champêtres, cloches de vache, visions d'estives, grottes d'anachorètes, là encore propices à la retraite contemplative, au dénivelé de la cyclothymie.
En 1875, la Symphonie n°7 de Joachim Raff se consacrait entièrement aux Alpes, et alterne paysage et activités humaines : tantôt scène de promenade,
où le randonneur peut se réchauffer dans une mystérieuse auberge, admirer un lac, puis s'émoustiller de festivités pugilistiques locales.
Plus typiquement illustratif, Dans les Tatras (1902) de Vítězslav Novák pose l'essentielle question de l'évocation naturaliste :
que dire de la montagne quand elle n'est plus décor mais sujet de l'œuvre ?
Le compositeur tchèque répond par une efficace polarisation jour/nuit, calme/orage, quand la turbulence du ciel vient menacer la quiétude des socles de granit.
On retrouve un inventaire de tous ces topiques et procédés dans le célèbre prototype straussien de la Alpensinfonie (1915), peinture imitative (parfois trop prosaïque),
oppositions de sens, et en toile de fond une réflexion philosophique qui dans la structure de l'œuvre interroge peut-être une métaphore de la vie, tirée du néant et qui y retourne.

.
Dix ans auparavant, Vincent d'Indy concevait sa contribution au thème.
Né à Paris mais de noblesse ardéchoise, il passa les étés d'enfance dans la demeure familiale de Chabret : « c'est là que se sont développés mes premiers sentiments ;
c'est là, dans nos chères montagnes, que j'ai pour la première fois senti le beau et entrevu l'idéal » écrira-t-il de ce Vivarais qui lui inspira sa célèbre Symphonie cévenole avec piano
(dans la mesure où elle s'apparente au genre concertant, je n'en parlerai pas dans ces Mélomaniac d'or voués à l'orchestre) et ce Jour d'été op. 61.
Le programme en fut explicité par le compositeur :
« Trois impressions de ma montagne, une journée d'été en trois instants.
Aurore (un lever de soleil sans nuages).
Jour (rêverie dans un bois de pins, avec des chants en bas, sur la route).
Soir (retour au gîte avec dernières éclaircies sur la cime des pins), puis... la nuit. »
La notion d'impression importe dans la mesure où le ressenti y domine nettement la dimension descriptive et factuelle.
Coulé dans un tempo lent, le flux s'active rarement, même pour les passages anthropomorphes qui ne sont d'ailleurs pas les plus réussis, là où on s'attendrait
à la candeur d'un pittoresque régionaliste. La rêverie semble avoir accaparé l'auteur, et aussi un langage d'une grande sophistication qui trahit peut-être le sujet :
« Il existe une disproportion entre la simplicité des lieux et des circonstances que D'Indy entend évoquer, et l'hypertrophie himalayesque
des moyens sonores et harmoniques » (Michel Chion in Le Poème symphonique chez Fayard).
En tout cas ce triptyque d'une demi-heure a le don de m'absorber par ses univers en trompe-l'œil, son onirisme vaporeux,
où la symétrie de la forme cyclique dissimule mal un constant piège pour les songes.
Une expérience qui revêt une signification bien plus puissante que le contexte, à la fois nocive et douce, intoxicante.
Je m'y plonge et y navigue en rond, souvent écouté en boucle tout une soirée quand je veux me détendre.
A la fois une vertu et un danger : sous des airs doucereux cet inexorable vortex peut vampiriser l'énergie vitale, comme la fée d'Edgar Poe qui
à chaque tour de l'île partagée entre lumière et ténèbres, s'affaisse progressivement avant de disparaître engloutie par le fleuve d'ébène.
Le tableau introductif, reconduit à la fin dans un schéma circulaire, contient en effet des fantasmagories parmi les plus inquiétantes de toute la musique de l'époque.
Pour ces quelques minutes-là, et même si le reste ne tutoie pas les mêmes qualités d'inspiration, D'Indy a produit un chef-d'œuvre.

.
Bien moins souvent enregistré que sa Symphonie cévenole.
La discographie inclut Rumon Gamba chez Chandos, Marek Janowski chez Erato, Pierre Stoll chez Cybelia, Pierre Dervaux chez Emi.
Et la version que j'ai choisie : celle d'Ernest Bour qui, sans masquer les faiblesses de la partition, intensifie toute l'étrangeté des épisodes nocturnes et les intègre
à un parcours initiatique aux confins de soi. Malgré l'affable pochette bigarrée, cette interprétation s'avère aussi capiteuse que sombre voire pessimiste.
Inflexible lueur dans les cordes aiguës, instabilité tonale ut mineur / si majeur qui ajoute à la confusion des sens dans ces horizons entre chiens et loups,
percés par l'ululement d'un volucre nyctalope (appels appel basson-clarinette à 1'22, 1'34).
Un terrifiant statisme qui vous étreint pour mieux vous ensevelir dans le froid ubac du versant. Une pompe à vide qui vous aspire dans le paysage.
Une sorte d'admiration panthéiste telle que l'écrivait Poe au début de son Histoire extraordinaire :
« j'aime à contempler les sombres vallées, et les roches grisâtres, et les eaux qui sourient silencieusement, et les forêts qui soupirent dans des sommeils anxieux,
et les orgueilleuses et vigilantes montagnes qui regardent tout d'en haut.
— J'aime à contempler ces choses pour ce qu'elles sont : les membres gigantesques d'un vaste tout, animé et sensitif. »
Ce massif nous abandonne à notre isolement, dans un cosmos qui nous renvoie à l'éternité, au silence de l'âme éperdue par ces infinis qui l'effraient.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19957
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   Hier à 11:54

Le programme de Montpellier est sorti et Fervaal est bien là avec une distribution de feu!!
https://lefestival.eu/montpellier/le-corum/opera-lyrique/v-dindy-fervaal

Par contre, pas d'information de coproduction Bru-Zane par exemple Sad Sad Donc pas sûr qu'il y ait un enregistrement CD. J'espère au moins une diffusion radio!!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vincent d'Indy (1851-1931)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vincent d'Indy (1851-1931)
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Triolian 1931
» All of me Jazz 1931
» Martin OM-28, 1931 Vintage sur Ebay US
» Skip James : The Complete 1931 Recordings (2004)
» Carl August Nielsen (1865-1931)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: