Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Joseph Haydn-Symphonies

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
draffin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 867
Age : 34
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mar 19 Mai 2015 - 15:31

DavidLeMarrec a écrit:
draffin a écrit:
La surprise, c'est ce Thomas Fey, avec l'orchestre Heildelberger Sinfoniker. Ça n'est pourtant pas vraiment récent (le volume contenant la symphonie nº82 date de 2001), mais je découvre totalement. C'est quand même un peu déstabilisant à la première écoute : il change régulièrement de tempo, varie l'articulation, joue avec les dynamiques, etc. Mais comme il y a une bonne dose d'humour, ça marche très très bien ! Comment ça se fait que ce chef et cet ensemble soient si peu connus ???

Il n'y a pas de la place pour la notoriété pour tous les orchestres germaniques de premier plan (dont certains bien meilleurs que Heidelberg : Würzburg, Frankfurt (Oder)…) ; néanmoins Fey a enregistré pas mal de choses pour Hänssler en général – souvent de bonnes versions, assez dynamiques (sans avoir du tout remarqué l'hystérie que vous décrivez – j'y entendais un chef traditionnel qui prenait compte du travail des spécialistes, plutôt un Mackerras qu'un Fasolis). Mais je n'ai pas essayé ce disque.

Je suis en train d'écouter d'autres extraits de l'intégrale Haydn de Fey. J'ai l'impression de redécouvrir cette musique ! C'est lumineux, contrasté, kitch, coloré. Bon, j'admets, c'est très surjoué et on a un peu l'impression que toutes les symphonies devraient s'appeler «la surprise»... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auberbabel.org
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 17072
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mar 19 Mai 2015 - 16:51

Stolzing a écrit:
J'ai écouté une partie de cette tribune. Usuellement, Fey m'horripile, je trouve ça à la fois chichiteux et brutal, du sous-Harnoncourt. Dans cette 82e, c'était moins atroce que d'habitude, il faut bien le dire et même assez bon. De là à me faire abandonner Bernstein...

Je partage ton ressenti.
L'élimination de Bernstein au premier tour m'a vraiment choqué. silent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
draffin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 867
Age : 34
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mar 19 Mai 2015 - 17:09

arnaud bellemontagne a écrit:
Stolzing a écrit:
J'ai écouté une partie de cette tribune. Usuellement, Fey m'horripile, je trouve ça à la fois chichiteux et brutal, du sous-Harnoncourt. Dans cette 82e, c'était moins atroce que d'habitude, il faut bien le dire et même assez bon. De là à me faire abandonner Bernstein...

Je partage ton ressenti.
L'élimination de Bernstein au premier tour m'a vraiment choqué. silent
Faut pas être choqué : cette tribune, c'est toujours un peu n'importe quoi ! Ils écoutent des extraits de 2-3 minutes une seule fois et ensuite, ils s'écoutent parler. Sur notre forum, tout n'est pas toujours parfait (ceux qui organisent des écoutes comparées savent que j'aime critiquer la méthodologie choisie Twisted Evil ) mais c'est toujours 100 fois meilleur à ce qu'ils font dans cette tribune.
Personnellement, je l'écoute en podcast. Ça arrive souvent que je fasse «avance rapide» au moment où les critiques donnent leur avis, tellement ils m'énervent. S'ils voulaient faire détester la musique classique, ils ne s'y prendraient pas mieux !

Pour revenir à Fey, je ne comprends pas ce que signifie «sous-Harnoncourt» (qui est un chef que je n'ai jamais aimé, dans aucun répertoire, mais dont je respecte le travail). Fey, dans cette intégrale, m'intéresse parce qu'il a une approche ludique et décomplexée de cette musique. J'ai déjà pas mal d'enregistrements des symphonies de Haydn dans ma discothèque (Dorati, Hogwood et Bernstein (NYPO et WPO)) mais aucun ne m'avait grisé à ce point. C'est très subjectif mais c'est ainsi. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auberbabel.org
Stolzing
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 694
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mar 19 Mai 2015 - 19:29

L'alternance de chichis et de brutalités caractérise pour moi Harnoncourt quand il est mauvais (ses Mozart avec Amsterdam - entendus il y a bien longtemps, je dois dire - ou avec le Concentus Musicus - dans des concerts récents à Vienne, ceux-là). Mais il n'est pas systématiquement comme ça, j'aime bien ses Haydn et ses Bruckner, par exemple. De Fey, je ne connais que les symphonies de Haydn, parfois entendues en aveugle à la radio, et elles me font à chaque fois le même effet répulsif. Ayant le même défaut qu'Harnoncourt, mais de façon systématique, et ayant en outre étudié avec lui, je le qualifie de sous-Harnoncourt.

Je crois que nous sommes d'accord sur Fey sur un point, c'est surjoué - nous en tirons juste des conclusions opposées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mar 19 Mai 2015 - 21:50

Mais pourquoi écouter la Tribune, dans ce cas ? Il y suffisamment de choses légales en ligne pour faire ses propres écoutes, si l'on ne veut pas entendre les commentaires (effectivement régulièrement affligeants, et ça me peine de le dire, ce n'est vraiment pas pour hisser mon statut de mélomane sur le dos des spécialistes invités). Et ça permet de faire les choses proprement, en écoutant une œuvre entière après l'autre, et pas des débuts de mouvements intercalés.
(Par ailleurs, je ne suis pas certain du tout que l'écoute à l'aveugle soit plus honnête, en fait : avoir du contexte aide aussi à mieux entendre. Cela dit, vu les habitudes des commentateurs de France Mu, je crois que c'est plus prudent.)


Stolzing a écrit:
L'alternance de chichis et de brutalités caractérise pour moi Harnoncourt quand il est mauvais (ses Mozart avec Amsterdam - entendus il y a bien longtemps, je dois dire - ou avec le Concentus Musicus - dans des concerts récents à Vienne, ceux-là).

C'est étonnant, ce que tu dis, ses Mozart avec le Concertgebouworkest sont au contraire acérés mais sans excès de contraste, très bien conduits sur toute la durée, comme toutes ses collaborations avec cet orchestre. Au demeurant, je n'entends jamais de chichis chez Harnoncourt ; des excès accentuels, oui, mais j'aurais plutôt parlé de ses Beethoven et Schubert, où la ligne est sans cesse cassée, et les sforzandi tellement exagérés qu'il font perdre de vue tout le reste. Et je ne les trouve pas mauvais pour autant (il y a beaucoup mieux dans le même genre, mais ça se laisse quand même très bien écouter).


Intrigué par ce que vous disiez de Fey, j'ai un peu travaillé : je l'avais entendu pour ma part dans les Symphonies pour cordes de Mendelssohn (très convaincant dans les mouvements vifs, mais les mouvements lents étaient un peu secs et droits, plutôt rapides, manquant un brin d'atmosphère), où je l'avais beaucoup aimé… mais ce n'était pas spectaculairement différent du reste.

J'ai mis le nez dans ses Haydn (59,73,94, des symphonies où les points de comparaison abondent)… et je m'explique très bien l'ébahissement de Draffin ! En l'occurrence, c'est plutôt Harnoncourt (ses symphonies avec le Concentus Musicus étaient ma référence, avec Bernstein et Hogwood, rien de très original) qui fait du sous-Fey : l'orchestre d'Harnoncourt est plus coloré, mais les éclats des vents occultent le spectre des cordes, et surtout le détail mélodique est très fortement en deçà de l'effet motorique.

Je ne vois absolument rien de surjoué chez Fey : il prend ça très vite, mais l'assume complètement (ça reste phrasé de bout en bout). Niveau agogique, tout est extrêmement carré, très peu de variation de tempo, sauf lorsque la partition réclame explicitement un point d'orgue (ou lorsqu'on a un changement de carrure, par exemple), et pourtant, ça vit extraordinairement. Les vents ne font pas que colorer comme dans les versions traditionnelles, ils se partagent vraiment le discours de façon équilibré avec les cordes, et plus fort que tout, les reprises sont systématiquement faites, mais variées (gain en intensité en général, accentuation des effets déjà écrits).
Je suis complètement épaté, ça change du Haydn qui ronronne gentiment.

Je ne vois aucun excès là-dedans, il ne fait que mettre en valeur ce qui est déjà écrit… c'est comme les Berlioz de Markevitch : il met en évidence pour la première fois ce qui était déjà sous notre nez depuis des années. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mer 30 Sep 2015 - 23:59

André, in playlist, a écrit:

Mélomaniac a écrit:

Joseph Haydn (1732-1809) :

Symphonie n°102 en si bémol majeur

= Thomas Beecham, Royal Philharmonic Orchestra


(HMV, mai-décembre 1958)

Neutral Je n'ai jamais adoré la série de londoniennes qu'enregistra sur le tard le Baronet : timbres éventés par une prise de son trop distante et translucide, interprétation lourde, pas très bien cousue et assez pauvre d'esprit...
Le nectar de Beecham dans Haydn avec le même orchestre, ça reste ses précédents enregistrements de 1950-51 pour Columbia.




Flûte! Et c'est maintenant que tu le dis ?? J'ai commandé hier cette intégrale des Londoniennes couplée avec Les Saisons (que j'ai beaucoup aimées). Je sais à quoi m'attendre question son (et tu décris très bien le caractère éventé des timbres dans cette prise de son légèrement délavée qui caractérise les enregistrements londoniens de cette étiquette).


Smile Si tu as acheté le coffret ci-dessous, je présume qu'il reprend la série de Londoniennes tardivement gravées pour HMV, guère palpitante hélas.
Emi aurait pu inclure les précédents enregistrements Columbia, bien plus émoustillants.
En revanche, pour Mozart, ce boîtier propose des pépites : les 29°, 31° et 34° avec le LPO (1937-40) et les 35-41° avec le RPO (1950-55 pour Philips-Columbia).



Dernière édition par Mélomaniac le Ven 2 Oct 2015 - 0:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Jeu 1 Oct 2015 - 1:14

Pas de Mozart ici:   http://www.amazon.ca/Haydn-Symphonies-Royal-Philharmonic-Orchestra/dp/B00D56AD9O/ref=sr_1_2?s=music&ie=UTF8&qid=1443654627&sr=1-2&keywords=beecham+haydn . 

Mais comme c'était "pas cher pantoute mon homme", j'ai appuyé sur le bouton rouge. dwarf

(pantoute = pas du tout, aucunement etc); mon homme = mec, chum, copain, etc. J'adore lâcher un québécisme ici et là Very Happy  )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Ven 2 Oct 2015 - 0:45

geek Donc, ton petit coffret Haydn n'inclut que la partie la moins intéressante du gros coffret dont je parlais ci-dessus...

Ceci dit, cette intégrale des Londoniennes conserve la faveur de certains milieux spécialisés, et reste d'une certaine manière une référence d'un grand chef haydnien sur le déclin.

A l'occasion, essaie d'entendre aussi les enregistrements 1950-51, réédités par Sony (ça se trouve pas cher en seconde main) :

http://www.amazon.fr/Symphonies-93-94-103-Beecham/dp/B000068VE5

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 21:00

DavidLeMarrec, in playlist, a écrit:

Mélomaniac a écrit:

Joseph Haydn (1732-1809) :

Symphonie n°100 en sol majeur « militaire »

= Karl Ristenpart, Orchestre de chambre de la Sarre

(Club français du disque, septembre 1966)

Le type d'interprétation affable, ample, grasse et ventripotente que David doit détester.

Ce n'est pas forcément ce que je préfère mais j'assume
 bedo


Rien que le nom de l'orchestre et du label m'ont fait frémir… Mais je n'ai pas essayé (après tout, j'adore LULLY par Rosenthal, alors…)


Surprised Quelle prévention nourrirais-tu contre ce genre de labels populaires qui à cette époque mettait la musique classique à la portée du plus grand nombre ?
Les Mozart et Haydn de Wand/Gürzenich sortaient aussi sous cette étiquette.
A mon avis, cette façon de battre les menuets, tu devrais adorer... Mr. Green
Sinon, honnêtement, on observe une souplesse, une clarté d'articulation très honorables pour de tels effectifs (pas vraiment chambristes d'ailleurs).
Les tempi ne sont pas délirants, mais y a de l'élan. On regrette juste une certaine opacité-compacité des plans (ainsi que des basses hydropiques !), même si la prise de son s'avère extraordinairement nette et transparente.
Si tu t'intéresses à Ristenpart (qui oeuvrait dans le même sens que Karl Münchinger à Stuttgart), il a aussi enregistré Haydn dès le début des années 1950, pour Les Discophiles Français.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 21:10

Mélomaniac a écrit:
Surprised Quelle prévention nourrirais-tu contre ce genre de labels populaires qui à cette époque mettait la musique classique à la portée du plus grand nombre ?

Ce n'est pas la question… L'Orchestre de Chambre de la Sarre publié par un Club Français, ça évoque un peu une période (déjà révolue à l'époque de la parution du disque…) que les moins de Mélo ne peuvent pas connaître…


Citation :
Les Mozart et Haydn de Wand/Gürzenich sortaient aussi sous cette étiquette.

Pas vraiment ma came non plus, même si je leur rends la justice qu'ils méritent. (pas trop vilain pour l'époque)


Citation :
Si tu t'intéresses à Ristenpart

Non, justement. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 21:21

C'est sûr qu'une telle affiche fleure un peu son terroir.

Comme tu dis, pour l'époque, les Wand de Cologne atteignent une légèreté et une transparence (voire une objectivité) qui se libéraient de la pratique dominante.
Il me semble aussi que tu devais tester ses Beethoven, suite à mon incitation qui date déjà de bien des mois.

Je n'insisterai pas trop pour Ristenpart : outre l'enrichissement salutaire de ta culture discographique, je doute que tu succomberais à son style.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 21:30

Mélomaniac a écrit:
Il me semble aussi que tu devais tester ses Beethoven, suite à mon incitation qui date déjà de bien des mois.

C'est fait ! J'aime bien, mais vraiment moins que ceux tardifs avec la NDR et le DSOB : ce n'est pas très coloré, et dans le genre sec, je trouve plus de satisfaction avec la netteté des baroqueux qu'avec ce type de son rêche. Néanmoins, c'est très personnel et assez impressionnant, je suis bien d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 22:00

D'ailleurs, puisqu'on parle de la 22, j'ai toujours eu beaucoup de peine à trouver des versions sympas…  Et je m'accommoderais très bien ici de quelque chose d'un peu large, pourvu qu'il y ait l'alacrité et l'articulation nécessaires. Or même Haenchen et son ensemble spécialiste ne m'emportent pas (sans parler de toutes les horreurs flasques du genre Orpheus, Pitamić, Schwarz ou gourdes comme Bour… Boni et Scholz étant vraiment un moindre mal).

C'est encore Antonini que j'aime le mieux, mais c'est une version vraiment extrême dans le sens de l'ascétisme et de l'articulation. En moderne, il n'y a guère que Rattle-Birmingham (très informé) qui me contente. Ward n'est pas mal, en tout cas ça suffit, même si cette symphonie mériterait mieux. Sinon j'aime bien Hogwood quand même, sans être bouleversé (cordes vraiment en retrait).

Suggestions de versions bien articulées, quelle que soit l'esthétique ?


Dernière édition par DavidLeMarrec le Lun 5 Oct 2015 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 22:10

DavidLeMarrec a écrit:
Suggestions de versions bien articulées, quelle que soit l'esthétique ?  

Mon côté "ethnologue" : Haas en 51 avec le London baroque ensemble, /watch?v=SItD_HDrtmk ; sinon, Minkowski, à l'autre bout du spectre : /watch?v=nDv57nrArg4 .
(EDIT : Menuhin l'a faite, à ta connaissance ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 22:18

bAlexb a écrit:
Mon côté "ethnologue" : Haas en 51 avec le London baroque ensemble, /watch?v=SItD_HDrtmk ; sinon, Minkowski, à l'autre bout du spectre : /watch?v=nDv57nrArg4 .

Oh, merci, je vais essayer ça ! cheers


Citation :
(EDIT : Menuhin l'a faite, à ta connaissance ?)

Pas vu passer, j'aurais adoré (ma référence quasiment ultime pour les dernières de Mozart…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 22:26

DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
(EDIT : Menuhin l'a faite, à ta connaissance ?)

Pas vu passer, j'aurais adoré (ma référence quasiment ultime pour les dernières de Mozart…)  

Je pensais à ses Schubert ; même à ses Beethoven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 22:28

Ses Schubert sont très bien, mais j'aime plus mordant dans ces œuvres déjà plaisantes par nature (donc plutôt Goodman, ou Blomstedt si on veut du tradi).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Lun 5 Oct 2015 - 22:55

DavidLeMarrec a écrit:

D'ailleurs, puisqu'on parle de la 22, j'ai toujours eu beaucoup de peine à trouver des versions sympas…
Et je m'accommoderais très bien ici de quelque chose d'un peu large, pourvu qu'il y ait l'alacrité et l'articulation nécessaires.


 

Surprised Ton filtre reste assez large, d'ailleurs selon tes critères j'oserais même te conseiller Ansermet que je viens de réécouter, sans grand espoir que ça te plaira Mr.Red car c'est un peu épais quoique plastiquement superbe.

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Joseph Haydn (1732-1809) :

Symphonie n°22 en mi bémol « Le philosophe »

= Ernest Ansermet, Orchestre de la Suisse romande

(Decca, octobre 1965)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mar 6 Oct 2015 - 8:46

Ça a été réédité ? En tout cas pas récemment manifestement, ça ne se trouve pas sur les sites de flux (et avant d'investir dans de l'Ansermet, hein). Sur le principe, j'ai peur d'avoir les articulation gourdes + l'orchestre grêle, mais si c'est l'inverse, l'épaisseur ne me dérangera pas du tout. Je suis capable d'écouter un orchestre de chambre russe dans le répertoire classique, si les angles sont bien respectés.

Rattle-Birmingham (et même Boni ou Scholz) fait infiniment mieux les appoggiatures et les syncopes que Haenchen ou Hogwood qui sont pourtant des versions « musicologiques ». C'est davantage sur ce rebond que mon attention se porte que sur la texture de l'orchestre, où je peux aussi bien apprécier la finesse du trait que la volupté des masses. Mais il faut que ce soit nerveux et tendu. Doráti, pour moi, c'est déjà trop installé, malgré les attaques râpeuses.

Sinon, j'ai écouté les conseils de bAlexb : Haas est vraiment intéressant, mais plus pour la curiosité (on a le dégraissage, mais pas vraiment les articulations). Mnkowski est une très belle réussite, effectivement – mais qui pouvait en douter, en entendant ses dernières symphonies, effectivement une référence pour moi ?

En réécoutant Marco Boni (Orchestre de Chambre du Concertgebouw), que je n'avais pas aimé à cause de la prise de son (PentaTone, on a l'impression de n'entendre que des médiums…), ça se tient pas mal quand même, mais je ne vois pas l'intérêt de tout prendre aussi vite.


Ce qui me fait donc : Antonini pour les boyaux (et Minkowski en bande non commerciale, donc), Rattle pour le moderne. Pourquoi pas Ward et Hogwood pour changer, sans atteindre la même satisfaction. Même si j'aime bien Boni et Scholz quand même, ça reste du tout petit comité. Étrange, parce que c'est un couplage facile à placer, un titre vendeur, et une œuvre (sans mouvement lent, ça facilite les choses) qui ferait un tabac à tout coup en concert, même mal jouée d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mar 6 Oct 2015 - 20:30

DavidLeMarrec, toujours au sujet de la 22°, a écrit:

Ça a été réédité ?  En tout cas pas récemment manifestement, ça ne se trouve pas sur les sites de flux (et avant d'investir dans de l'Ansermet, hein). Sur le principe, j'ai peur d'avoir les articulation gourdes + l'orchestre grêle, mais si c'est l'inverse, l'épaisseur ne me dérangera pas du tout. Je suis capable d'écouter un orchestre de chambre russe dans le répertoire classique, si les angles sont bien respectés.


Surprised On voit que tu n'y connais goutte en gestion de patrimoine, -les placements helvètes sont des valeurs sûres à cette époque d'avant la levée du secret bancaire

L'articulation est majestueuse (même dans le Presto, brillamment impulsé mais pas précipité). Et l'orchestre sonne plantureux.

Ca se trouve chez toutes les bonnes crèmeries, par exemple ce téléchargement : https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Ddigital-music&field-keywords=haydn+ansermet+philosopher&rh=n%3A77196031%2Ck%3Ahaydn+ansermet+philosopher&ajr=0

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mer 7 Oct 2015 - 19:36


santa Pour les oreilles qui veulent tester ces merveilles, voilà un fichier à télécharger : https://yadi.sk/d/08-W2HDOjakVw

Le son n'est pas très propre au début de la 94°, mais ça s'améliore ensuite.
N'hésitez pas à dire ce que vous pensez de ces interprétations primesautières et affriolantes.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Joseph Haydn (1732-1809) :

Symphonie n°96, en ré majeur « le miracle »

= Eduard van Beinum, Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam

(Decca, décembre 1952)

Smile On voit un lustre sur la pochette car selon la légende (inauthentique), un lustre s'était décroché pendant un concert où on jouait cette oeuvre, mais sans faire aucune victime dans le public.
Interprétation affolante : le hautbois et la trompette dans le Menuet, le Finale explosif !
bounce



Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Joseph Haydn (1732-1809) :

Symphonie n°94, en sol majeur « la surprise »

= Eduard van Beinum, Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam

(Decca, septembre 1951)

Very Happy Ah mais quel caractère, voilà un Haydn tout en saveur et en alacrité. Superbe, grisant !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anaëlle
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1507
Age : 16
Localisation : Paris
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mer 7 Oct 2015 - 20:56

anaëlle a écrit:
Haydn :
Symphonie No. 94  H 1/94, "Surprise" - New York Philharmonic Orchestra, dir. Bernstein
Tempi plus large, le tout sonne très rond et très homogène, mais sans tomber dans une lecture archi romantique, grâce à une belle vivacité et une grande finesse tout du long. Un Menuet peut être un peu lourd, mais un Final passionant .

Symphonie No. 94  H 1/94, "Surprise" - Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, dir. Eduard van Beinum
Version légère et sautillante, avec un orchestre plus allégé que celui de  Bernstein. Le tout marche mieux dans les mouvements rapides, mais je trouve ça un peu pâle dans les mouvements lents.

Deux versions qui se complètent bien ! Very Happy

Merci Mélo kiss


Dernière édition par anaëlle le Mer 4 Mai 2016 - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter16g
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2015

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mer 7 Oct 2015 - 22:07

J'ai découvert très récemment les symphonies de Haydn grâce à ces deux CDs :


Nos. 1, 39 et 49



Nos. 22, 46 et 47

J'ai parcouru rapidement le fil, personne semble n'en avoir parlé. Certains d'entre vous ont-ils écouté ?
Pour ma part je n'ai pas d'autres versions de comparaisons, mais j'ai adoré. Je trouve ça extrêmement vivant, j'aime bien le timbre de l'orchestre.

Qu'est-ce que vous me conseilleriez pour continuer ma découverte d'Haydn ? Et dans quelles versions ?

Je vais finir par adorer la période classique moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mer 7 Oct 2015 - 22:22

anaëlle a écrit:

Symphonie No. 94  H 1/94, "Surprise" - Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, dir. Eduard van Beinum
Version légère et sautillante, avec un orchestre orchestre plus allégé que celui de  Bernstein. Le tout marche mieux dans les mouvements rapides, mais je trouve ça un peu pâle dans les mouvements lents.



Smile Oui, Beinum était réputé pour alléger la trame, aiguiser le trait, presser l'allure et clarifier l'expression, que ce soit dans Bruckner ou dans ces Haydn.
Ceci dit, ça m'étonne que tu trouves ça pâle dans les mouvements lents, -le Concertgebouw reste ici assez incarné, et surtout délicieusement savoureux. Les solos de bois dans la 94° et la 96° sont un vrai délice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anaëlle
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1507
Age : 16
Localisation : Paris
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mer 7 Oct 2015 - 23:07

Mélomaniac a écrit:
anaëlle a écrit:

Symphonie No. 94  H 1/94, "Surprise" - Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, dir. Eduard van Beinum
Version légère et sautillante, avec un orchestre plus allégé que celui de Bernstein. Le tout marche mieux dans les mouvements rapides, mais je trouve ça un peu pâle dans les mouvements lents.



Smile Oui, Beinum était réputé pour alléger la trame, aiguiser le trait, presser l'allure et clarifier l'expression, que ce soit dans Bruckner ou dans ces Haydn.
Ceci dit, ça m'étonne que tu trouves ça pâle dans les mouvements lents, -le Concertgebouw reste ici assez incarné, et surtout délicieusement savoureux. Les solos de bois dans la 94° et la 96° sont un vrai délice.

J'avoue que dans les mouvements lents, je préfère l'onctueux de Bernstein à la légèreté de Beinum, qui manque un peu de basses je trouve (mais effectivement les bois sont délicieux ) ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Mer 7 Oct 2015 - 23:16


santa A déguster ici : https://yadi.sk/d/q85x4rjTjazi4

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Joseph Haydn (1732-1809) :

Symphonie n°99 en mi bémol majeur

= Joseph Krips, Orchestre philharmonique de Vienne


(Decca, septembre 1957)

drunken  Toute la science classique de Krips, expert du moindre rouage de ces mécanismes d'horlogerie, rayonnant d'humanité et d'humour.
Ecoutez l'entrain du premier Vivace (à 3'11, succulent...), le rebond marqué sans peser du Menuet, d'une incroyable motricité et souplesse...
Un trésor de la discographie haydnienne, et la plus enjôleuse version qu'on puisse rêver
 cheers

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Sam 10 Oct 2015 - 0:45

santa Une version à découvrir ici : https://yadi.sk/d/Ruk-QpkNjdsmh


Mélomaniac a écrit:

Joseph Haydn (1732-1809) :

Symphonie n°92 en sol majeur

= Nicolai Malko, Orchestre royal de Copenhague


(RCA, avril 1953)

Smile Orchestre en effectif raisonné, très agile et allégé, diction acérée dans les allegros, bois incisifs, plénitude dans l'Adagio. Et un Finale bride abattue !
Une interprétation sensible et croustillante, indémodée, et même assez en phase avec les critères actuels d'après les canons baroquisants.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3896
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Sam 10 Oct 2015 - 0:52

Mélomaniac a écrit:

santa A déguster ici : https://yadi.sk/d/q85x4rjTjazi4

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Joseph Haydn (1732-1809) :

Symphonie n°99 en mi bémol majeur

= Joseph Krips, Orchestre philharmonique de Vienne


(Decca, septembre 1957)

drunken  Toute la science classique de Krips, expert du moindre rouage de ces mécanismes d'horlogerie, rayonnant d'humanité et d'humour.
Ecoutez l'entrain du premier Vivace (à 3'11, succulent...), le rebond marqué sans peser du Menuet, d'une incroyable motricité et souplesse...
Un trésor de la discographie haydnienne, et la plus enjôleuse version qu'on puisse rêver
 cheers


merci pour le lien,
je vais l'écouter avec plaisir.
Votre commentaire s'applique également pour les Symphonies de Mozart sous la baguette de Krips.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Sam 10 Oct 2015 - 2:43

Hunter16g a écrit:
J'ai découvert très récemment les symphonies de Haydn grâce à ces deux CDs :


Nos. 1, 39 et 49



Nos. 22, 46 et 47

J'ai parcouru rapidement le fil, personne semble n'en avoir parlé. Certains d'entre vous ont-ils écouté ?
Pour ma part je n'ai pas d'autres versions de comparaisons, mais j'ai adoré. Je trouve ça extrêmement vivant, j'aime bien le timbre de l'orchestre.

Qu'est-ce que vous me conseilleriez pour continuer ma découverte d'Haydn ? Et dans quelles versions ?

Je vais finir par adorer la période classique moi


À part la no 1, voilà 5 superbes symphonies. Il Giardino Armonico est un ensemble renommé, qui a donné plusieurs disques encensés par la critique. Perso, si je vois à bon prix, j'écoute si je peux ( Mr. Green ) et j'achète. Merci pour le tuyau ! mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Dim 11 Oct 2015 - 16:43

Bien, j'ai fait mes devoirs.


Ristenpart

Mélomaniac a écrit:
DavidLeMarrec, in playlist, a écrit:

Mélomaniac a écrit:


Symphonie n°100 en sol majeur « militaire »

= Karl Ristenpart, Orchestre de chambre de la Sarre

(Club français du disque, septembre 1966)

Le type d'interprétation affable, ample, grasse et ventripotente que David doit détester.

Ce n'est pas forcément ce que je préfère mais j'assume

Rien que le nom de l'orchestre et du label m'ont fait frémir… Mais je n'ai pas essayé (après tout, j'adore LULLY par Rosenthal, alors…)


A mon avis, cette façon de battre les menuets, tu devrais adorer... Mr. Green
Sinon, honnêtement, on observe une souplesse, une clarté d'articulation très honorables pour de tels effectifs (pas vraiment chambristes d'ailleurs).
Les tempi ne sont pas délirants, mais y a de l'élan. On regrette juste une certaine opacité-compacité des plans (ainsi que des basses hydropiques !), même si la prise de son s'avère extraordinairement nette et transparente.
Si tu t'intéresses à Ristenpart (qui oeuvrait dans le même sens que Karl Münchinger à Stuttgart), il a aussi enregistré Haydn dès le début des années 1950, pour Les Discophiles Français.

Après écoute, je n'ai pas détesté du tout. Bien sûr, ce n'est pas mon Haydn (qui va plutôt se loger chez Fey, Norrington, voire Harnoncourt-CMW), mais c'est assez irréprochable : certes les angles sont un peu rond et larges, mais tout est exécuté avec un véritable soin de phrasé. Ça fait sens, ça respecte la musique bien plus que la plupart de ses contemporains, j'ai aimé.


Ansermet

Mélomaniac a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:

D'ailleurs, puisqu'on parle de la 22, j'ai toujours eu beaucoup de peine à trouver des versions sympas…
Et je m'accommoderais très bien ici de quelque chose d'un peu large, pourvu qu'il y ait l'alacrité et l'articulation nécessaires.



Surprised Ton filtre reste assez large, d'ailleurs selon tes critères j'oserais même te conseiller Ansermet que je viens de réécouter, sans grand espoir que ça te plaira Mr.Red car c'est un peu épais quoique plastiquement superbe.

DavidLeMarrec a écrit:
Ça a été réédité ? En tout cas pas récemment manifestement, ça ne se trouve pas sur les sites de flux (et avant d'investir dans de l'Ansermet, hein). Sur le principe, j'ai peur d'avoir les articulation gourdes + l'orchestre grêle, mais si c'est l'inverse, l'épaisseur ne me dérangera pas du tout. Je suis capable d'écouter un orchestre de chambre russe dans le répertoire classique, si les angles sont bien respectés.

Mélo a écrit:
L'articulation est majestueuse (même dans le Presto, brillamment impulsé mais pas précipité). Et l'orchestre sonne plantureux.

En effet, le premier mouvement est somptueux : généreux mais net, vraiment parfait. Le menuet, à défaut d'être correctement articulé comme une danse (mais qui le faisait, dans ces années ?), bénéficie d'allègements qui permettent de faire sonner l'ensemble valablement ; de même pour le final, un peu mesuré, mais convaincant. En revanche, le presto du II est impossiblement mou pour moi – dommage, c'est un peu la raison pour laquelle on écoute cette symphonie, les deux prestos.

Mais ça ne ressemble pas du tout à ce que j'aurais pu craindre d'Ansermet d'après ses Debussy-Ravel-Stravinski.


Merci beaucoup pour le Beinum, je ne l'avais pas (et j'adore tout ce qu'il a légué, jusqu'à présent). Ses Schubert me donnent très envie de tenter ses Haydn.


Antonini

Hunter16g a écrit:
J'ai découvert très récemment les symphonies de Haydn grâce à ces deux CDs :


Nos. 1, 39 et 49



Nos. 22, 46 et 47

J'ai parcouru rapidement le fil, personne semble n'en avoir parlé.

J'en ai parlé juste au-dessus à propos de la 22, en disant que c'était ma version de référence : « C'est encore Antonini que j'aime le mieux, mais c'est une version vraiment extrême dans le sens de l'ascétisme et de l'articulation. »


Citation :
Qu'est-ce que vous me conseilleriez pour continuer ma découverte d'Haydn ? Et dans quelles versions ?

Si tu aimes particulièrement ce genre-là, alors précipite-toi sur Harnoncourt avec le Concentus Musicus Wien, vraiment le même genre (en plus charnu) : discontinu, claquant, très vif et coloré. Et puis tu pourras infléchir vers quelque chose de légèrement plus large, qui met mieux en valeur le discours (Fey, Norrington, Minkowski).

Il te faudra aussi essayer les versions plus larges pour voir ce qui existe… Là, suis plutôt les conseils de Mélo, ce n'est pas vraiment mon univers. (mais il y a au moins les Bernstein qui sont formidables)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
draffin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 867
Age : 34
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Dim 11 Oct 2015 - 16:48

Hunter16g a écrit:
J'ai découvert très récemment les symphonies de Haydn grâce à ces deux CDs :


Nos. 1, 39 et 49



Nos. 22, 46 et 47

J'ai parcouru rapidement le fil, personne semble n'en avoir parlé. Certains d'entre vous ont-ils écouté ?
Pour ma part je n'ai pas d'autres versions de comparaisons, mais j'ai adoré. Je trouve ça extrêmement vivant, j'aime bien le timbre de l'orchestre.

Qu'est-ce que vous me conseilleriez pour continuer ma découverte d'Haydn ? Et dans quelles versions ?

Je viens d'y jeter une oreille. C'est très très bon, en effet. Vivant, varié, poétique, malin. J'aime bien le traitement un peu féroce des allegros des symphonies Sturm und Drang. Par contre, je trouve l'orchestre un peu «vert» et la prise de son manque un peu d'assise dans le grave.

Si tu veux poursuivre avec un Haydn un peu dans le même genre, tu peux taper dans les Minkowski ou dans les Thomas Fey (ma préférence allant plutôt vers le deuxième). Et pour varier les plaisirs, tu peux aller jeter une oreille sur les symphonies londoniennes (les 12 dernières). Sans oublier d'aller visiter l'ours (nº82) et la poule (nº83) Very Happy

Hunter16g a écrit:
Je vais finir par adorer la période classique moi

Pas de honte à ça ! Plus le temps passe et plus je passe de temps à redécouvrir cette période !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auberbabel.org
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Dim 11 Oct 2015 - 17:02

Et Mélo n'a pas dit comment il avait trouvé Guy van Waas avec Les Agrémens ! Ça ne va pas chercher très loin côté interprétation, mais l'équilibre orchestral est assez idéal… rafraîchissant quand on ne cherche pas trop de profondeur là-dedans, je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Dim 11 Oct 2015 - 17:11

Very Happy Cher David, je me réjouis que tu commences à trouver de vrais et sains repères dans l'interprétation du classicisme.
Rien que pour ça, ça m'incite à continuer de partager d'éminents témoignages du passé  kiss
Et n'oublie pas d'écouter Malko et nous dire ce que tu en penses, je crois que ça va te plaire.


DavidLeMarrec a écrit:

Et Mélo n'a pas dit comment il avait trouvé Guy van Waas avec Les Agrémens !  Ça ne va pas chercher très loin côté interprétation, mais l'équilibre orchestral est assez idéal… rafraîchissant quand on ne cherche pas trop de profondeur là-dedans, je trouve.


Mr.Red Beh justement, c'est une lecture d'agrément...
Même si l'écoute devait se limiter au bonheur des timbres et à la souplesse de la respiration, c'est déjà très plaisant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Dim 11 Oct 2015 - 17:12

Mélomaniac a écrit:
Very Happy Cher David, je me réjouis que tu commences à trouver de vrais et sains repères dans l'interprétation du classicisme.
Rien que pour ça, ça m'incite à continuer de partager d'éminents témoignages du passé  kiss
Et n'oublie pas d'écouter Malko et nous dire ce que tu en penses, je crois que ça va te plaire.

C'est quand même rigolo que tu fasses la promotion de l'Orchestre Royal de Copenhague après avoir tant médit des orchestres tchèques de premier plan comme étant d'aimables ramassis d'amateurs. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23836
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Dim 11 Oct 2015 - 17:20


king Oui mais c'est un orchestre royal cool-blue

Ca croustille de partout  drunken

Je rappelle le lien vers cette Oxford (n°92) dirigée par Nicolai Malko : https://yadi.sk/d/Ruk-QpkNjdsmh


Par ailleurs, au sujet de la n°22, ton panorama discographique de mardi dernier n'a pas parlé de la version de Salonen à Stockholm.

Jamais entendu, quelqu'un connaît ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Jeu 18 Fév 2016 - 14:39

Attrapé du côté de la Playlist :

arnaud bellemontagne a écrit:
Anaxagore a écrit:


Haydn: Symphonies n° 61, 62 et 63 (Austro-Hungarian Haydn Orchestra, Adam Fischer) compress .

Hogwood ; Hogwood, absolument incontournable.
(Dans l'intégrale Fischer, qui est par ailleurs excellente, j'ai toujours eu un peu de mal avec l'acoustique, un peu trop "profonde"/réverbérée à mon goût qui épaissit un peu l'orchestre, lui donne poil trop d'inertie il me semble, alors qu'il a des timbres somptueux à disposition, cf. la symphonie concertante).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1751
Age : 53
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Jeu 18 Fév 2016 - 14:52

bAlexb a écrit:
Attrapé du côté de la Playlist :

arnaud bellemontagne a écrit:
Anaxagore a écrit:


Haydn: Symphonies n° 61, 62 et 63 (Austro-Hungarian Haydn Orchestra, Adam Fischer) compress .

Hogwood ; Hogwood, absolument incontournable.
(Dans l'intégrale Fischer, qui est par ailleurs excellente, j'ai toujours eu un peu de mal avec l'acoustique, un peu trop "profonde"/réverbérée à mon goût qui épaissit un peu l'orchestre, lui donne poil trop d'inertie il me semble, alors qu'il a des timbres somptueux à disposition, cf. la symphonie concertante).

Oui, Fischer est assurément inégal ... Et comment ne pas l'être sur plus de dix années avec un corpus aussi abondant ? Ce qui m'intéressait ici, c'était précisément l'intégrale. Et pour l'acoustique, je suis globalement assez d'accord, même si les prises de son sont bien meilleures à la fin de l'entreprise qu'au début. Certains enregistrements de la fin des années 80 sont tout bonnement calamiteux. Mais donc, comme toi, je regrette souvent le côté un peu « épais » de l'orchestre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Jeu 18 Fév 2016 - 15:12

Anaxagore a écrit:
comme toi, je regrette souvent le côté un peu « épais » de l'orchestre.

Qui ne l'est pas, pourtant ; et c'est pourquoi j'enrage (quand on voit le naturel, l'évidence tranquille de la pulsation grave pourtant "démultipliée" des Berliner Philharmoniker avec Karajan dans L'Ours ou plus encore dans la Militaire, par exemple, je me demande où a réellement pêché la captation Fischer : lieu, matériel, personne ?).


Dernière édition par bAlexb le Ven 19 Fév 2016 - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1751
Age : 53
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Jeu 18 Fév 2016 - 18:17

bAlexb a écrit:
Anaxagore a écrit:
comme toi, je regrette souvent le côté un peu « épais » de l'orchestre.

Qui ne l'est pas, pourtant ; et c'est pourquoi j'enrage (quand on voit le naturel, l'évidence tranquille de la pulsation grave pourtant "démultipliée" des Berliner Philharmoniker avec Karajan dans L'Ours, par exemple, je me demande où a réellement pêché la captation Fischer : lieu, matériel, personne ?).

J'avoue ne pas être compétent en matière de prise de son pour répondre, mais le fait est là Confused  ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
draffin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 867
Age : 34
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Ven 19 Fév 2016 - 9:49

Anaxagore a écrit:
bAlexb a écrit:
Anaxagore a écrit:
comme toi, je regrette souvent le côté un peu « épais » de l'orchestre.

Qui ne l'est pas, pourtant ; et c'est pourquoi j'enrage (quand on voit le naturel, l'évidence tranquille de la pulsation grave pourtant "démultipliée" des Berliner Philharmoniker avec Karajan dans L'Ours, par exemple, je me demande où a réellement pêché la captation Fischer : lieu, matériel, personne ?).

J'avoue ne pas être compétent en matière de prise de son pour répondre, mais le fait est là Confused  ...

Je jetterai plus tard une oreille sur cette intégrale mais, puisqu'on aborde la question de la prise de son, il faut quand même dire que le chef a une grande responsabilité dans l’esthétique générale du rendu sonore. Par exemple, Karajan passait énormément de temps derrière la console à peaufiner ses équilibres (inter-pupitres et spectrale) et à faire sonner son orchestre comme il l'aimait (gras et homogène, généralement). Il y a d'autres chefs qui sont aussi connus pour leur exigence vis-à-vis de la prise de son, dont Böhm et Wand. Il y a un regain d'intérêt de nos jours pour des prises de son qui «signent» un orchestre. Par exemple, les prises de son du Gewandhaus de Leipzig avec Chailly sonnent de façon très particulières et rompent avec la neutralité ambiante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auberbabel.org
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Ven 19 Fév 2016 - 10:07

draffin a écrit:
Anaxagore a écrit:
bAlexb a écrit:
Anaxagore a écrit:
comme toi, je regrette souvent le côté un peu « épais » de l'orchestre.

Qui ne l'est pas, pourtant ; et c'est pourquoi j'enrage (quand on voit le naturel, l'évidence tranquille de la pulsation grave pourtant "démultipliée" des Berliner Philharmoniker avec Karajan dans L'Ours, par exemple, je me demande où a réellement pêché la captation Fischer : lieu, matériel, personne ?).

J'avoue ne pas être compétent en matière de prise de son pour répondre, mais le fait est là Confused  ...

Je jetterai plus tard une oreille sur cette intégrale mais, puisqu'on aborde la question de la prise de son, il faut quand même dire que le chef a une grande responsabilité dans l’esthétique générale du rendu sonore. Par exemple, Karajan passait énormément de temps derrière la console à peaufiner ses équilibres (inter-pupitres et spectrale) et à faire sonner son orchestre comme il l'aimait (gras et homogène, généralement). Il y a d'autres chefs qui sont aussi connus pour leur exigence vis-à-vis de la prise de son, dont Böhm et Wand. Il y a un regain d'intérêt de nos jours pour des prises de son qui «signent» un orchestre. Par exemple, les prises de son du Gewandhaus de Leipzig avec Chailly sonnent de façon très particulières et rompent avec la neutralité ambiante.

C'est plus ou moins vrai selon les époques ; ça peut êtrele cas de la décennie 70 mais je trouve, au contraire, la décennie 60 globalement plus "agressive" (sauf oeuvres "polyphoniques"/chorales), alors que l'air circule remarquablement dans les enregistrements des années 80 (la Militaire de Haydn, avec son espace sonore "content" et coloré). On a la "chance" (pour moi, en tout cas, je considère que c'en est une) de disposer de plusieurs gravures d'une même oeuvre (les cycles Beethoven & Brahms, à raison d'un par décennie, sont assez emblématiques de ce point de vue) pour se former une idée assez précise sur la question.
(EDIT : et encore, à l'intérieur d'une même décennie, je crois qu'on peut distinguer les enregistrements DGG de ceux pour EMI, effectivement plus "roboratifs" avec, par ailleurs, des opéras extrêmement maniéristes du côté de la console avec, chez EMI, des captations d'une amplitude dynamique qui peuvent effectivement déranger l'écoute... et les voisins, quand il s'agit de passer du ppp au fff).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
draffin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 867
Age : 34
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Ven 19 Fév 2016 - 10:19

bAlexb a écrit:
draffin a écrit:
Anaxagore a écrit:
bAlexb a écrit:
Anaxagore a écrit:
comme toi, je regrette souvent le côté un peu « épais » de l'orchestre.

Qui ne l'est pas, pourtant ; et c'est pourquoi j'enrage (quand on voit le naturel, l'évidence tranquille de la pulsation grave pourtant "démultipliée" des Berliner Philharmoniker avec Karajan dans L'Ours, par exemple, je me demande où a réellement pêché la captation Fischer : lieu, matériel, personne ?).

J'avoue ne pas être compétent en matière de prise de son pour répondre, mais le fait est là Confused  ...

Je jetterai plus tard une oreille sur cette intégrale mais, puisqu'on aborde la question de la prise de son, il faut quand même dire que le chef a une grande responsabilité dans l’esthétique générale du rendu sonore. Par exemple, Karajan passait énormément de temps derrière la console à peaufiner ses équilibres (inter-pupitres et spectrale) et à faire sonner son orchestre comme il l'aimait (gras et homogène, généralement). Il y a d'autres chefs qui sont aussi connus pour leur exigence vis-à-vis de la prise de son, dont Böhm et Wand. Il y a un regain d'intérêt de nos jours pour des prises de son qui «signent» un orchestre. Par exemple, les prises de son du Gewandhaus de Leipzig avec Chailly sonnent de façon très particulières et rompent avec la neutralité ambiante.

C'est plus ou moins vrai selon les époques ; ça peut êtrele cas de la décennie 70 mais je trouve, au contraire, la décennie 60 globalement plus "agressive" (sauf oeuvres "polyphoniques"/chorales), alors que l'air circule remarquablement dans les enregistrements des années 80. On a la "chance" (pour moi, en tout cas, je considère que c'en est une) de disposer de plusieurs gravures d'une même oeuvre (les cycles Beethoven & Brahms, à raison d'un par décennie, sont assez emblématiques de ce point de vue) pour se former une idée assez précise sur la question.
(EDIT : et encore, à l'intérieur d'une même décennie, je crois qu'on peut distinguer les enregistrements DGG de ceux pour EMI, effectivement plus "roboratifs" avec, par ailleurs, des opéras extrêmement maniéristes du côté de la console avec, chez EMI, des captations d'une amplitude dynamique qui peuvent effectivement déranger l'écoute... et les voisins, quand il s'agit de passer du ppp au fff).

Disons, pour schématiser, que de 60 à 70, on teste à tout va : enregistrements multi-pistes (permettant des appoints), image stéréophonique balbutiante (les enregistrements Bernstein/Sony sont difficiles à apprécier au casque par exemple), éloignement général variable (je pense notamment à ces enregistrements Haitink/Concertgebouw où on entend plus la salle que l'orchestre...). Avec les années 80 et l'arrivée du numérique, on a l'apparition de prises de son plus radiographiques, plus «propres», plus «naturelles», moins typées. Tendance qui va se généraliser dans les années 90 et dont on sort à peine aujourd'hui. Tout ça est très schématique et on trouvera de nombreuses exceptions, hein !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auberbabel.org
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Ven 19 Fév 2016 - 10:39

draffin a écrit:
Disons, pour schématiser, que de 60 à 70, on teste à tout va : enregistrements multi-pistes (permettant des appoints), image stéréophonique balbutiante (les enregistrements Bernstein/Sony sont difficiles à apprécier au casque par exemple), éloignement général variable (je pense notamment à ces enregistrements Haitink/Concertgebouw où on entend plus la salle que l'orchestre...). Avec les années 80 et l'arrivée du numérique, on a l'apparition de prises de son plus radiographiques, plus «propres», plus «naturelles», moins typées. Tendance qui va se généraliser dans les années 90 et dont on sort à peine aujourd'hui. Tout ça est très schématique et on trouvera de nombreuses exceptions, hein !

Ça nous éloigne beaucoup de Haydn (et d'autant plus que je ne suis absolument pas fan de ceux de Bernstein), mais pour ce dernier, je me souviens au contraire du choc éprouvé lorsque j'écoutais au casque le début du IV de la 5e de Beethoven avec son incroyable batterie de contrebasses hurlantes (sul ponticello ?) ; expérience proprement physique pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Ven 4 Mar 2016 - 11:15

C'est vrai qu'on parle régulièrement (et à juste titre) de l'intégrale Fischer captée à Esterhaza ; dans une esthétique assez comparable (un orchestre dégraissé et des options interprétatives disons : informées), les volumes séparés enregistrés par Nicholas Ward avec le Northern Chamber Orchestra pour Naxos m'ont toujours beaucoup intéressé. C'est sensé (c'est à dire qu'il y a un sens de A vers B dans l'interprétation), ça n'est ni encombré, ni superficiel ou survolé ; le coloris d'ensemble est équilibré, ni trop dense, ni asséché (autant de qualités qu'on retrouve chez les mêmes, dans Mozart). Pas une révolution copernicienne mais des disques de qualité, dans de beaux dégradés de pastel ou de "3 crayons" un peu griffus, adaptés pour ces symphonies (ils ne dépassent pas les années Sturm und Drang et réussissent, par exemple, très bien la trilogie "Matin", "Midi" & "Soir").
A retrouver au sein d'une intégrale regroupant plusieurs chefs/ensembles :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Ven 4 Mar 2016 - 15:39

« Informé » est un bien grand mot… Á. Fischer et Ward sont plutôt des héritiers des tradis, à mon avis ; pas des tradis brucknérisants, bien sûr, mais l'influence des HIP reste bien marginale avec ses flux de cordes vibrées et ces articulations un peu sénatoriales.

C'est de l'effectif réduit façon Saint-Martin-in-the-Fields plutôt que du baroqueux…

Au demeurant, autant Fischer (que j'aime beaucoup beaucoup d'ordinaire) paraît bien fruste avec son orchestre de cacheton, autant Ward a, effectivement, un certain charme avec son côté sans façon, certes tradi, mais avec légèreté et pertinence. Ce n'est pas particulièrement fin, mais c'est au moins élégant.

Côté intégrale, pour moi, il n'y a guère que Hogwood qui donne (et de quelle façon !) satisfaction. Je veux dire par là qui rende compte des spécificités de Haydn par rapport à d'autres symphonistes classiques.

Et cela indépendamment de mes goûts en effet plutôt extrêmes concernant Haydn (Fey, Norrington, Minkowski, Harnoncourt et puis c'est à peu près tout, même si, moi, j'aime Bernstein !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Sam 5 Mar 2016 - 1:13

Je crois qu'il importe de cultiver plusieurs styles d'interprétation et d'exécution dans les symphonies de Haydn. Elles couvrent plusieurs décennies et sont à cheval sur plusieurs styles et esthétiques. Il y a donc plusieurs Haydn, selon les  périodes envisagées.

J'excluerais la plupart des interprétations à grand déploiement ou avec orchestre réduit jouant avec beaucoup de vibrato (exeunt Karajan, Jochum, Beecham, Menuhin, Davis, Sanderling, et même Harnoncourt à Amsterdam, Böhm WP). Dans ce style j'aime bien Solti avec le London Philharmonic. Il conserve une acerbité et un dynamisme que j'apprécie. De même, Dorati dans plusieurs symphonies pré-londoniennes fait preuve d'allant et de piquant. À noter : le Philharmonia Hungarica de Dorati est un orchestre d'exilés hongrois de taille moyenne (40-60 musiciens.

Dans les autres styles d'interprétation j'aime celles qui font flèche de tout bois, qui jouent avec tension et brio (ce qu'on appelle en anglais 'vibrancy', qui n'a rien à voir avec le terme vibrato): notamment Fey et Harnoncourt (dans les Parisiennes, avec le Concentus Musicus), Leslie Jones, Neville Marriner (dans les 'Sturm und Drang et les Parisiennes), Max Goberman, Roy Goodman, Adam Fischer (sauf pour les Londoniennes, trop lourdes à mon goût), Marc Minkowski, Bruno Weil, Szell à Cleveland, Bernstein avec le NYPO (Parisiennes et Londoniennes). Chacune de ces combinaisons de chef et orchestre a quelque chose de très positif à apporter.

Malgré certains mérites, les gravures de Walter, Toscanini, Furtwängler sont déclassées. On ne joue plus Haydn - et on ne souhaite pas l'entendre - comme Beethoven au grand orchestre.

Je ne connais pas les formations enregistrées par Naxos et regroupées dans leur intégrale.


Dernière édition par André le Sam 5 Mar 2016 - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Sam 5 Mar 2016 - 10:50

DavidLeMarrec a écrit:
C'est de l'effectif réduit façon Saint-Martin-in-the-Fields plutôt que du baroqueux…

C'est plus ou moins ce que j'entendais par "informé" ; c'était effectivement un peu exagéré (même si l'articulation, la question des équilibre aussi sont un peu moins que "tradi" tout de même, je trouve).

DavidLeMarrec a écrit:
Côté intégrale, pour moi, il n'y a guère que Hogwood qui donne (et de quelle façon !) satisfaction. Je veux dire par là qui rende compte des spécificités de Haydn par rapport à d'autres symphonistes classiques.

Si seulement Hogwood était intégral, justement Sad !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83406
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Sam 5 Mar 2016 - 11:55

bAlexb a écrit:
C'est plus ou moins ce que j'entendais par "informé" ; c'était effectivement un peu exagéré (même si l'articulation, la question des équilibre aussi sont un peu moins que "tradi" tout de même, je trouve).

Pas tradi au sens de réac, assurément : ce sont des interprétations de leur temps, qui ont entendu les baroqueux mais jouent en perpétuant la tradition (prédominance des cordes, fondu, vibrato, articulation plutôt romantique…). Saint-Martin-in-the-Fields était marquant par sa beauté sonore et ses effectifs allégés, choses alors rares, mais ils étaient tout sauf « informés » dans leur exécution stylistique (en témoignent leurs Bach et Haendel, par exemple : il y aurait plus de cordes, ça sonnerait presque comme Böhm-Berlin).


Citation :
Si seulement Hogwood était intégral, justement Sad !

J'ai ça en séparé, il y a beaucoup de volumes, il ne doit pas en manquer tellement… l'Oiseau est mort avant l'achèvement du projet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Sam 5 Mar 2016 - 13:01

DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
Si seulement Hogwood était intégral, justement Sad !

J'ai ça en séparé, il y a beaucoup de volumes, il ne doit pas en manquer tellement… l'Oiseau est mort avant l'achèvement du projet ?  

Et le chef aussi, ce qui clôt le sujet, malheureusement Crying or Very sad !
(Le corpus comprend les symphonies 1-75, 94, 96, 100, 104, 107 & 108 ; un gros trou, quand même, qui inclut les Parisiennes et une partie des Londoniennes.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 722
Age : 73
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   Sam 5 Mar 2016 - 14:00

bAlexb a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
Si seulement Hogwood était intégral, justement Sad !

J'ai ça en séparé, il y a beaucoup de volumes, il ne doit pas en manquer tellement… l'Oiseau est mort avant l'achèvement du projet ?  

Et le chef aussi, ce qui clôt le sujet, malheureusement Crying or Very sad !
(Le corpus comprend les symphonies 1-75, 94, 96, 100, 104, 107 & 108 ; un gros trou, quand même, qui inclut les Parisiennes et une partie des Londoniennes.)

Pour info, les symphonies No 76 et 77 ont été publiées en 2005...par la BBC.
Il s'agit du CD BBCMM253, supplément à une des revue mensuelle "BBC Music" de l'année 2005.
L'enregistrement fut fait au "Walthamstow Assembly Hall", du 5 au 7 mars 1996.


fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Joseph Haydn-Symphonies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Joseph Haydn-Symphonies
Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Joseph Haydn-Symphonies
» Joseph Haydn -Messes et pièces sacrées
» Haydn: symphonies "sturm und drang"
» Joseph HAYDN
» La Fedelta premiata de Joseph Haydn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: