Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Teresa Stich-Randall

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptySam 19 Juin 2010 - 23:59

Wolferl a écrit:
Je viens d'écouter Les Noces par Rosbaud, et j'ai adoré, mais j'ai été un peu surpris par Randall et son absence quasi totale de legato, malgré son timbre magnifique. Il me semble pourtant avoir déjà entendu son Exultate Jubilate mais ne pas avoir remarqué cette petite "manie". Est-ce caractéristique chez elle ou bien est-ce juste pour cet enregistrement un choix d'interprétation "original" de la Contesse ?

Tiens ? Personne ne t'avais répondu à l'époque ? Non c'est caractéristique. Quelque chose dans l'émission l'empêche de lier deux notes entre elles, elle attaque en plein centre à chaque fois. Curieusement ça ne gène pas du tout dans ses adagio (genre le solo du Requiem de Brahms) où on a l'impression d'un lié un peu différent, comme si les notes longues se suivaient majestueusement, mais sans espace ou souffle entre les deux.

Mais ça ne l'a pas empéché de réussir des choses exceptionnelles (ses monologues de Daphnée, les quatre derniers lieder, ses Haendel ... Rodelinda !) et d'être une chanteuse pour laquelle j'ai vraiment beaucoup d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyDim 20 Juin 2010 - 22:17

Dis-donc, ça remonte ! hehe

C'est amusant parce que, juste avant ces Noces, je l'avais écouté en Anna chez Rosbaud et je n'avais pas du tout remarqué ça. Ces disques ne sont pas passés sur ma platine depuis ce temps, mais j'en ai à nouveau envie !
Oui, Stich-Randall j'aime beaucoup aussi, pour le timbre lumineux et le vibrato extrêmement serré. Niveau interprétation, ça m'a rarement époustouflé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyLun 21 Juin 2010 - 11:09

Un peu générique peut-être ? Ca dépend dans quoi (l'Exultate Jubilate que j'adorais quand j'étais jeune c'est vrai que c'est un peu extérieur et qu'elle sacrifie la jubilation de l'esprit à celle du son). Mais très souvent je suis ébloui parce tout ce qu'elle met dans ses récitatifs, par leur intensité et leur anxiété fièvreuse aussi. Mais au delà de l'investissement, qui peut aller jusqu'à l'hystérie, elle est capable de choses tout à fait fascinantes en fait (Rodelinda entre grands gestes nobles et plaintes presque fantomatiques, c'est extraordinaire).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1179
Date d'inscription : 19/04/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyLun 21 Juin 2010 - 11:37

Grégoire de Tours a écrit:
Un peu générique peut-être ? Ca dépend dans quoi (l'Exultate Jubilate que j'adorais quand j'étais jeune c'est vrai que c'est un peu extérieur et qu'elle sacrifie la jubilation de l'esprit à celle du son). Mais très souvent je suis ébloui parce tout ce qu'elle met dans ses récitatifs, par leur intensité et leur anxiété fièvreuse aussi. Mais au delà de l'investissement, qui peut aller jusqu'à l'hystérie, elle est capable de choses tout à fait fascinantes en fait (Rodelinda entre grands gestes nobles et plaintes presque fantomatiques, c'est extraordinaire).

Moi c'était dans la Cantate 51!
Mais pareil quand j'étais jeune, j'étais fasciné par l'intensité des récitatifs, autant que par ce son droit et d'une couleur quasi irréelle.
J'aurais souhaité une discographie officielle avec son Ariadne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyLun 21 Juin 2010 - 11:46

Moi la cantate 51 me fait toujours le même effet (mais je la préfère peut-être par Stader aujourd'hui.) D'ailleurs j'ai découvert les deux (cantate et motet) dans le même compact.

Je n'ai pas écouté la version privée d'Ariadne, je ne sais pas ce que ça vaut en fait (j'ai peut être peur qu'elle soit pas assez charnue pour le grave du rôle).

Quelque chose que je regrette sinon c'est qu'on n'ait pas d'enregistrement de sa Salomé (71, de mémoire). Un moment circulait la scène finale mais je n'ai pas réussi à l'intercepter. Tu vas me dire que c'est paradoxale de craindre Ariadne et d'espérer Salomé, mais pour ce dernier rôle je suis sans doute plus indulgent quelque part. Disons que pour Ariadne la beauté vocale me semble faire partie intégrante de l'esthétisme de l'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 11:23

Otello a écrit:
je suis au regret de devoir dire qu'il n'en reste pas grand chose

Parenthèse, parce que ça mériterait plus de développement de ma part (dont on sait que Stich-Randall compte parmi mes très-aimées) : restent quand même, hormis les iconiques captations aixoises (outre les Da Ponte, j'inclus l'Enlèvement et Idomeneo), la Nanetta de Toscanini et une Fiordiligi officielle pour Philips, pléthores de Donna Anna (avec Gielen, avec Rosentock), une Pamina avec Keilberth, une Liu avec Solti, une Antonia avec Moralt, une Violetta avec Rossi, une Dido aussi, une Glawari de la Veuve joyeuse (avec Siebert) même et de manière absolument pas exhaustive (me revient, par exemple, une Konstanze et une Fiordiligi avec Maag). Ça dessine, déjà, quelques reliefs (dans tous les sens du terme) et estompe d'autant les creux (idem) ; qui plus est si on inclut le répertoire de concert (cantates de Bach, Ode de Haendel, oratorios et messes de Haydn & Bruckner, Requiem de Mozart et celui de Brahms, Lieder et airs d'opéras balayant large, du bel canto à Strauss).


Dernière édition par bAlexb le Mar 5 Fév 2019 - 12:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 12:36

Sans oublier une Sophie dans le Chevalier "de référence" (qu'on aime ou pas, qu'on admette ou pas la notion etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 12:53

Ben, si on n'admet pas la notion, ça dynamite un peu l'importance du truc, non ?

(Sa Sophie est cela dit la seule chose que j'aime dans cet enregistrement, pas sûr d'avoir réussi à le terminer un jour, et pas faute d'avoir souvent essayé…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 13:11

Non, ce que je voulais dire c'est que c'était incontestablement une version "prestigieuse" (pour répondre à Jérôme à propos de l'absence de rayonnement international de Stich)

Sinon, moi je n'aime même pas particulièrement Stich dans cette version que je n'ai pas non plus écoutée jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 13:21

Francesco a écrit:
(pour répondre à Jérôme à propos de l'absence de rayonnement international de Stich)

... qui t'objectera qu'elle n'était là qu'en second choix, pour remplacer Rita Streich Wink ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 756
Date d'inscription : 30/08/2018

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 16:06

J'ai repris un peu par hasard le livre de R. Martet sur les grandes divas du vingtième siècle et je m'aperçois qu'elle n'a pas d'entrée spécifique, je crois bien qu'elle n'est citée qu'une seule fois, dans le chapitre consacré à Berganza. Cela dit, quand j'en parle avec quelques vieux aixois, c'est comme si j'évoquais la Callas... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 07/09/2014

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 17:23

Stefano P a écrit:
Il est vrai que lorsqu'on réentend les retransmissions d'Aix, on est quand même un peu refroidi et ce que dit Colbran sur la fixité de l'émission, la blancheur du timbre, la pauvreté du legato et le côté aléatoire de l'élocution n'est pas faux. Est-ce qu'elle produisait un tout autre effet en live ? Peut-être, parce que j'ai entendu tellement de louanges enamourées de la part de beaucoup de lyricomanes en qui j'ai pleinement confiance pour que cette passion pour Stich-Randall, quand même largement partagée, ne puisse être qu'une vaste et collective illusion auditive...

Illusion collective, non! Après, je pense que les choses qui me déplaisent ne disparaissaient pas miraculeusement sur le vif non plus. L'absence de legato, qu'on soit en salle, ou sur son sofa, on l'entend généralement. Est-ce une limite pour autant? Je laisse cela à l'appréciation de chacun, mais personnellement, et en particulier dans Mozart (je ne mentionne pas les incursions dans Handel, Norma et autres en récital), je trouve cela difficilement écoutable. C'est vraiment difficile à dissocier de son écriture vocale, dans ces moments suspendus, ce lyrisme intime et large à la fois, sans liant, avec ces attaques dures intempestives, je ne peux pas! Et puis, les voix fixes, ou angéliques pour les amateurs, ont toujours eu un public, elles servent un imaginaire auquel je ne suis pas du tout sensible (dans un autre registre, les falsettistes aujourd'hui ou les descendantes de Kirkby), mais je conçois parfaitement qu'on puisse trouver cela désarmant chez Stich-Randall, qui a une vraie singularité, oui.

Francesco a écrit:
Enfin, j'ai connu au moins une forme de conversion à Stich, dans ma longue vie de mélomane. Preuve qu'il y a des l'espoir même pour les infidèles.

Infidèle je resterai. Non, vraiment, c'est une certitude, car il en faut parfois, pour ce qu'elles valent. Ce genre de choses ne me touche pas. C'est un peu comme l'engorgement, à l'autre bout du spectre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMar 5 Fév 2019 - 19:27

Donc tu vois que ça n'est pas "un mystère" cette chanteuse. A mon avis, les raisons qui font que certains l'adorent sont exactement les mêmes pour lesquelles d'autres les ont en horreur (et c'est le cas de beaucoup de chanteurs, je crois, au fond - je suis sûr que ce que je trouve exagéré chez Léontyne Price ou ennuyeux chez Berganza est exactement ce qui exalte leurs amoureux).

Martet, c'est un peu un sur Parouty, donc on ne va pas trop lui en demande non plus. En revanche, quand elle est morte, je me souviens encore de la nécrologie inspirée (à la fois très musicienne et très littéraire) d'Ivan Alexandre pour Diapason (la pauvre Sills le même mois a eu droit à Parouty, précisément). Et des pages un peu trop exaltées de Dupéchez dans son bouquin où un chapitre lui est consacré au même titre que Crespin, Callas et autres célébrités.

Pour la carrière viennoise de Stich', je crois que le simple fait qu'Orfeo lui ait consacré rapidement une compilation dit assez que ça n'était pas un second couteau sur cette scène. Ils n'en ont pas fait autant pour certains grands noms allemands et autrichiens de la même période (Wilma Lipp, tiens, qui est morte il n'y a pas longtemps.) Même Seefried a dû attendre davantage (pour un coffret particulièrement somptueux, il est vrai).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMer 6 Fév 2019 - 15:08

la voix de la Grande Sibylle m'a parlé - avec chiffres à l'appui :

"Donc, sur la carrière viennoise de Stich :



1) Böhm l'a quand même choisie pour son Requiem de 1956 — même si on peut imaginer aisément qu'il aurait préféré Seefried, mais no Philips for Imrgard



2) mais surtout, objectivement, sa carrière au Staatsoper (1952-1972) :

des utilités certes, mais aussi Antonia (21 fois), Fiordiligi (20, donc bien plus qu'une Della Casa qui n'en fit pas plus de 9), Anna (24), Konstanze (14 / Lipp 92), Violetta (33), Pamina (56 quand même !) et la Comtesse 57 fois (64 Della Casa, 20 Schwarzkopf, 24 Jurinac).


3) habituée des Matinées Mozart à Salzbourg, de 1952 à 1960 (quasi tous les ans) avec des airs de concert variés, ça va de "Ah lo previdi" à "Vorrei spiegarvi". Quand on voit le gratin qui s'y produisait, pas mal d'avoir eu le ticket pour une chanteuse de 3e zone. Elle a cependant bénéficié du fait d'être une des rares grandes à chanter une dizaine d'airs de concert.

Ça ne change rien aux idiosyncrasies, mais sa carrière à Vienne n'a rien d'anecdotique.

Comparons à Schwarzkopf à partir de 1950 (dans les années qui précèdent 1950, son grand rôle est Violetta, 22 fois) :

17 Fiordiligi, 29 Elvire, 1 Eva, 20 Comtesse de Mozart, 20 Maréchale, 13 Comtesse de Capriccio.


Votre remarque sur l'album Orfeo est bienvenue. Même s'il ne s'agit pas d'archives du Staatsoper, le seul fait qu'on ait cru bon de l'inclure dans cette collection assez select des "Grands chanteurs du 20e siècle" montre bien que l'importance donnée à Stich-Randall n'est pas un truc franco-français."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 07/09/2014

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMer 6 Fév 2019 - 16:33

Francesco a écrit:
Donc tu vois que ça n'est pas "un mystère" cette chanteuse. 

Ben, un peu quand même. Par exemple, faire l'impasse sur le legato dans son répertoire de prédilection qui réclame, justement, du legato (mais certains diront qu'on s'en fiche sûrement) , et susciter tant d'amour là-dedans, c'est très mystérieux pour moi. Mais enfin ce qui est énigmatique pour mes oreilles est une évidence pour les admirateurs de Stich, qui sont toujours très ardents dans leur défense, j'ai remarqué.  Wink C'est bien d'ailleurs !

Francesco a écrit:
A mon avis, les raisons qui font que certains l'adorent sont exactement les mêmes pour lesquelles d'autres les ont en horreur (et c'est le cas de beaucoup de chanteurs, je crois, au fond - je suis sûr que ce que je trouve exagéré chez Léontyne Price ou ennuyeux chez Berganza est exactement ce qui exalte leurs amoureux).

Oui, vu sous cet angle, je pense que ça fonctionne avec pas mal de chanteurs, effectivement. Après, sans adorer un défaut avancé par un détracteur, on peut simplement y être moins sensible voire indifférent, aussi.

Francesco a écrit:
Votre remarque sur l'album Orfeo est bienvenue.

Tu es sûr? Il faut que je réécoute ça, dans mes souvenirs c'était une Violetta/sirène d'alarme et Casta Di-hi-hi-hi- va che inargen-he-he-he-enti, je taquine, mais j'y referai un tour, pour voir si j'ai raison d'être méchant! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMer 6 Fév 2019 - 16:39

Non, ce que je voulais dire c'était qu'Orfeo n'aurait pas consacré un disque à un troisième couteau, je ne portais pas de jugement sur le disque que je n'ai jamais écouté, d'ailleurs. C'était toujours sur la question de "Stich-Randall, une obsession franco-française".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMer 6 Fév 2019 - 16:46

Cela dit, si, je crois que foncièrement, on est beaucoup à aimer un chanteur pour ses défauts (évidemment, je ne parle pas de quelqu'un comme toi, pour le coup, qui me semble plutôt à la recherche de qualités !). Je me répète, mais c'était le discours de Jean Cabourg à un lecteur mécontent d'une critique sévère pour la Traviata de Studer. Il disait que lui-même entendait des choses comme des horreurs, qui pouvait intrinsèquement plaire au dit lecteur, sans jugement de valeur. Et il confiait aimer "Corelli non pas en dépit mais en raison de ses défauts". Et Jennifer Larmore qui disait que pouvoir plaire (et remporter des concours !) il fallait faire en sorte d'obtenir une espèce de sympathie immédiate des auditeurs qui passe souvent par une reconnaissance de la désorganisation, des exagérations et du reste (et on peut dire qu'elle ne s'en est pas privée !). Par exemple, j'adore le vibrato serré d'une Brouwenstijn, le caquetage de Deutekom, les angles raides de Nilsson ... et l'absence de legato de Stich aussi, sans doute. Je ne crois pas qu'on puisse l'oublier, donc il faut bien l'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colbran
Mélomane averti
Colbran

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 07/09/2014

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMer 6 Fév 2019 - 17:47

Francesco a écrit:
Cela dit, si, je crois que foncièrement, on est beaucoup à aimer un chanteur pour ses défauts (évidemment, je ne parle pas de quelqu'un comme toi, pour le coup, qui me semble plutôt à la recherche de qualités !). Je me répète, mais c'était le discours de Jean Cabourg à un lecteur mécontent d'une critique sévère pour la Traviata de Studer. Il disait que lui-même entendait des choses comme des horreurs, qui pouvait intrinsèquement plaire au dit lecteur, sans jugement de valeur. Et il confiait aimer "Corelli non pas en dépit mais en raison de ses défauts". Et Jennifer Larmore qui disait que pouvoir plaire (et remporter des concours !) il fallait faire en sorte d'obtenir une espèce de sympathie immédiate des auditeurs qui passe souvent par une reconnaissance de la désorganisation, des exagérations et du reste (et on peut dire qu'elle ne s'en est pas privée !). Par exemple, j'adore le vibrato serré d'une Brouwenstijn, le caquetage de Deutekom, les angles raides de Nilsson ... et l'absence de legato de Stich aussi, sans doute. Je ne crois pas qu'on puisse l'oublier, donc il faut bien l'aimer.

Pour ça, je ne sais pas, c'est probable, mais c'est tellement intime tout cela, qu'il serait difficile de vouloir toucher ici à l'universel.
C'est drôle que tu mentionnes Deutekom au passage, car c'est bien l'exemple d'une chanteuse dont certains défauts me déplaisent voire m'irritent , qu'il m'est impossible "d'aimer", que je reconnais comme tels,  mais que je parviens à surmonter (bon, pas dans les choses très fleuries, type Armida) car, au delà, il y a une qualité de l'organisation vocale qui est incontestable (selon mes critères, bien entendu). Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple. Comme quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
Figaro

Nombre de messages : 874
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyMer 6 Fév 2019 - 19:27

Au Met de New-York : 8 Fiordiligi et 15 Donna Anna
Tout de même pas mal Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7029
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 1:41

Colbran a écrit:
Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple.
Ben oui c'est la meilleure Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 10:46

Otello a écrit:
Colbran a écrit:
Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple.
Ben oui c'est la meilleure Very Happy

Dans le registre glaçant, tranchant et fût-il léger (allégé ; mais pas en intentions), il y a Silja à Aix. Avec Janowitz, ce me semble ; mais n'a-t-elle pas croisé, justement, Stich-Randall drunken ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 12:15

Otello a écrit:
Colbran a écrit:
Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple.
Ben oui c'est la meilleure Very Happy

Pas possible, puisque c'est Petibon-Harding.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19995
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 13:14

DavidLeMarrec a écrit:
Otello a écrit:
Colbran a écrit:
Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple.
Ben oui c'est la meilleure Very Happy

Pas possible, puisque c'est Petibon-Harding.

Désirée Rancatore voyons! Rolling Eyes

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4218
Age : 919
Date d'inscription : 27/11/2008

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 13:15

Le hic, c'est que chacun a "sa" reine de la nuit idéale hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19995
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 13:17

luisa miller a écrit:
Le hic, c'est que chacun a "sa" reine de la nuit idéale hehe

NON.
Rancatore est LA reine de la nuit parfaite pour tout le monde.

Point.
La discussion est close et je pense qu'on peut fermer le forum d'ailleurs. spiderman batman

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 756
Date d'inscription : 30/08/2018

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 14:31

DavidLeMarrec a écrit:
Otello a écrit:
Colbran a écrit:
Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple.
Ben oui c'est la meilleure Very Happy

Pas possible, puisque c'est Petibon-Harding.

Petibon est (re)mariée avec Daniel Harding ? Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 15:17

DavidLeMarrec a écrit:
Otello a écrit:
Colbran a écrit:
Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple.
Ben oui c'est la meilleure Very Happy

Pas possible, puisque c'est Petibon-Harding.

Et dire qu'elle aurait dû chanter le rôle à Nice et qu'elle y a été remplacée par Ana Camelia Stefanescu ; une partie toujours chantée trop bas, mon souvenir le plus... gêné à l'opéra, je crois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 756
Date d'inscription : 30/08/2018

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 15:41

Otello a écrit:
Colbran a écrit:
Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple.
Ben oui c'est la meilleure Very Happy

Dans le répertoire italien, la technique yodelisante de Deutekom pour les vocalises me parait toujours plutôt incongrue (je sais, c'est le staccato-legato, mais moi, j'arrive pas à m'y faire, j'ai toujours l'impression de voir brusquement débarquer les Swingle Singers en plein milieu d'Armida...), mais en allemand, ça passe beaucoup mieux (je parle du passage juste après le deuxième Alle Bande der Natur), et puis je reconnais que c'est l'une des rares Reines qui fiche vraiment la trouille... pale


Dernière édition par Stefano P le Jeu 7 Fév 2019 - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 16:06

Stefano P a écrit:
Otello a écrit:
Colbran a écrit:
Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple.
Ben oui c'est la meilleure Very Happy

Dans le répertoire italien, la technique yodelisante de Deutekom pour les vocalises me parait toujours plutôt incongrue (je sais, c'est le staccato-legato, mais moi, j'arrive pas à m'y faire, j'ai toujours l'impression de voir brusquement débarquer les Swingle Singers en plein milieu d'Armida...), mais en allemand, ça passe beaucoup mieux (je parle du passage juste après le deuxième Alle Bande der Natur), et puis je reconnais que c'est l'une des rares Reines qui fichent vraiment la trouille... pale

http://classik.forumactif.com/t7482-cristina-deutekom?highlight=deutekom Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4218
Age : 919
Date d'inscription : 27/11/2008

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 20:28

Polyeucte a écrit:
luisa miller a écrit:
Le hic, c'est que chacun a "sa" reine de la nuit idéale hehe

NON.
Rancatore est LA reine de la nuit parfaite pour tout le monde.

Point.
La discussion est close et je pense qu'on peut fermer le forum d'ailleurs. spiderman batman

pété de rire Merci Poly pour ce pur joyau pété de rire . Tu devrais arrêter de fumer de la moquette, c'est très mauvais pour ta santé Cool Mr.Red Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyVen 8 Fév 2019 - 1:41

[quote="Polyeucte"]
Stefano P a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Otello a écrit:
Colbran a écrit:
Tu vois, c'est ma Reine de la Nuit favorite, par exemple.
Ben oui c'est la meilleure Very Happy

Pas possible, puisque c'est Petibon-Harding.

Petibon est (re)mariée avec Daniel Harding ? Question

Je conçois que ce puisse créer la confusion chez les glottophiles d'obédience people, mais j'ai l'habitude (incongrue, je sais, comme de mentionner les compositeurs lorsqu'on parle d'un ballet hehe ) de préciser le chef lorsque je parle d'opéra. pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptySam 9 Fév 2019 - 3:17

Francesco a écrit:
Et il confiait aimer "Corelli non pas en dépit mais en raison de ses défauts".

Je n'en crois rien.

Pour Corelli spécifiquement : vraiment, il y a des gens qui l'écoutent pour ses zozotements, ses portamenti dégoulinés, son univocité d'expression ? Mais surtout pas pour ses aigus qui claquent et son timbre radieux ? Je n'y crois pas vraiment.

Qu'en plus de les tolérer, on aime jusqu'aux défauts des chanteurs qu'on aime, bien sûr, mais là, c'est pousser un peu loin la formule…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 7825
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptySam 9 Fév 2019 - 3:29

DavidLeMarrec a écrit:
Pour Corelli spécifiquement : vraiment, il y a des gens qui l'écoutent pour ses zozotements
Ben oui, moi...

Cela dit, c'est vrai que dans «aimer Corelli non pas en dépit mais en raison de ses défauts», il y a «aimer Corelli», et que de ce point de vue-là, je ne remplis que très imparfaitement le cahier des charges...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptySam 9 Fév 2019 - 11:02

Je ne vois pas le problème dans le fait d'aimer le zozotement de quelqu'un, cela dit. Bien sûr qu'on peut y trouver une séduction, en voix parlée également d'ailleurs. C'est mon cas d'ailleurs Embarassed

Je pense que Cabourg voulait dire qu'il aimait Corelli effectivement pour ce que la voix a d'excessif, les points d'orgue interminables, le côté dégoulinant que tu soulignes et que, bien entendu (j'insiste), on peut aimer aussi, intrinsèquement. C'est mon avis, d'ailleurs. Mais pour un critique célèbre pour son sérieux et son attachement au grand style vocal, c'est un joli aveux.    

On n'est pas obligé non plus de toujours appréhender la voix comme un phoniatre, en fait, selon les règles établis du bon goût ou de la bonne façon de faire. Comme je disais, j'aimerais sans doute moins Deutekom sans les vocalises peaux-rouges alors que j'éprouve réellement du plaisir à les entendre. Mais je pense qu'on trouve vraiment ici un des fondements de la "glottophilie" en fait. Incompréhensible à ceux qui ne la pratiquent pas Laughing Et je ne dis pas que c'est automatique non plus (la diction bouillie de Sutherland en italien dans les années 70, je m'en passerais bien).

Edit : pour revenir à Stich, les défauts que lui reprochent avec raison ses détracteurs (émission tranchante, absence de legato, timbre blanc, accentuation systématique etc.) sont tellement caractéristiques, se laissent si peu oublier que je ne vois pas comment ne pas les aimer réellement (ce n'est plus une question de tolérance à ce stade, ils sont présents dans la moindre mesure, pour ainsi dire. On aurait pareil avec quelqu'un comme Huguette Tourangeau, d'ailleurs. Ou Nathalie Stuztmann.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptySam 9 Fév 2019 - 13:05

Francesco a écrit:
Je ne vois pas le problème dans le fait d'aimer le zozotement de quelqu'un, cela dit.

Moi non plus ; mais dire que c'est pour ça qu'on écoute Corelli, je n'y crois pas.


Citation :
Je pense que Cabourg voulait dire qu'il aimait Corelli effectivement pour ce que la voix a d'excessif, les points d'orgue interminables, le côté dégoulinant que tu soulignes et que, bien entendu (j'insiste), on peut aimer aussi, intrinsèquement.

Oui, mais là c'est aimer une voix dont ses défauts, pas aimer une voix pour ses défauts. On peut les apprécier aussi, mais à la fin des fins, tous ceux qui aiment Corelli (dont moi d'ailleurs, même s'il m'agace par ailleurs) l'aiment pour ses grands aigus amples qui claquent, il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt.

C'est le paradoxe artificiellement exagéré, voire le brin de coquetterie (j'aime les grosses glottes, mais attention, c'est pour leurs faiblesses – mon œil) qui m'a fait réagir. J'aurais pu y croire pour à peu près n'importe qui, on peut aimer de mauvaises voix cabossées…


Citation :
On n'est pas obligé non plus de toujours appréhender la voix comme un phoniatre, en fait, selon les règles établis du bon goût ou de la bonne façon de faire.

Personne ne fait cela ; je veux dire que ceux qui le font finissent inévitablement par tomber dans leurs propres tropismes subjectifs pas toujours plus recommandables…

En revanche, selon les personnes (ou les répertoires, ou les jours…), on peut être sensible à des voix sainement émises, ou au contraire à toutes les aspérités singulières de voix perfectibles mais d'autant plus touchantes qu'elles sont inégales…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptySam 9 Fév 2019 - 13:23

Je suppose que tout dépend de ce que chacun appelle un défaut. A mon avis, pour Cabourg, les défauts dont il parle ce sont les complaisances les plus glotto et qui ont été régulièrement reprochées par la critique (et que tu résumes en partie). Ce ne sont pas des "faiblesses". En fait, ce que je comprends ... c'est que vous êtes d'accord. Il aime "la grosse glotte" (ça, c'est fin comme du gros sel, j'en ris encore) et justement il l'assume. Si je prends l'exemple des aigus qui claquent, on sent bien que la majorité de la critique est exaspérée par les points d'orgue de Corelli, parfois absoument anti-musicaux, pour les mettre en valeur. C'est un "défaut" stylistique et musical (pas vocal ici, je suppose). Mais Cabourg aime ça. Pas vraiment de la coquetterie, à mon avis, mais je ne fais que gloser sur un vieux courrier et une phrase parmi d'autres. Je ne peux pas parler à sa place.

En revanche, je me rappelle aussi d'une critique d'une version du Retour d'Ulysse avec Von Stade où le journaliste disait qu'il était sous le charme de la "mollesse de la diction" (la formule était "et même la mollesse de la diction", je crois). Ça n'était pas équivoque. Le défaut était bien vu et analysé, mais concourrait au charme de la chanteuse et au portrait de Pénélope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptySam 9 Fév 2019 - 14:12

Francesco a écrit:
Si je prends l'exemple des aigus qui claquent, on sent bien que la majorité de la critique est exaspérée par les points d'orgue de Corelli,

Ah bon ? Moi je n'ai quasiment lu que des éloges sur sa « mâle arrogance parfaitement calibrée pour ce rôle ».

Citation :
parfois absoument anti-musicaux,

Oui, effectivement, c'est ce qui m'irrite chez lui en effet. Le chanteur est incroyable, le musicien et l'esthète fort modestes (ou immodestes, on se comprend).


Citation :
C'est un "défaut" stylistique et musical (pas vocal ici, je suppose). Mais Cabourg aime ça.

Formulé comme cela, c'est différent, oui. On peut aimer des choses qui ne sont pas orthodoxes ni sanctionnées par le bon goût, bien sûr.

Mais aimer Corelli pour ses défauts avant ses aigus, je n'y croyais pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptySam 9 Fév 2019 - 14:34


"Moi je n'ai quasiment lu que des éloges sur sa « mâle arrogance parfaitement calibrée pour ce rôle »." Oui c'est ce qui se lit désormais sur les forums et les espaces internet. Mais Cabourg écrit ça il y a 30 ans, hein ... or la presse papier a été, je crois, beaucoup moins "glotto". Des chanteur et des chanteuses manifestement très aimés puisqu'ils avaient un public (je pense à des gens comme Bonisolli ou Souliotis ou d'ailleurs à Stich-Randall) ont été conspués par la presse papier systématiquement. Je pense que Cabourg parle à un moment où prendre son pied avec des effets purement vocaux n'étaient pas particulièrement bien vus. On était à la recherche du bon goût et de la musicalité, on voulait rendre sa dignité à l'opéra, en faire avant tout un art musical et dramatique, on s’intéresse à la philologie, on se méfie de la vocalise et plus généralement de la démonstration etc. Alors bon, se pâmer en écoutant Corelli faire un contre-ut de dix minutes ... ça avait tout du guilty pleasure. Enfin, c'est la lecture que j'avais faite à l'époque de cette réponse dans le courrier du lecteur. Je ne vais pas non plus en faire un fromage italien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptySam 9 Fév 2019 - 14:47

Francesco a écrit:
or la presse papier a été, je crois, beaucoup moins "glotto".

Je l'ai brièvement lue assidûment (justement dans ma période Verdi), et je crois n'avoir lu que des « serait parfait s'il n'y avait ce petit défaut de prononciation » au milieu des superlatifs les plus généreux. Lue de loin en loin depuis, et je n'ai pas noté que ça ait changé.

Après, effectivement, la presse des années 70-80, comme je n'étais pas né… Mais bon, quand on se replonge dans le naguère, entre les réactions hystériques du public, les souvenirs de vieux mélomanes et les recensions très favorables, je n'ai pas eu l'impression d'un prudent mépris généralisé. Qu'il y ait eu des remarques et des réserves, sans doute, mais comme opinion majoritaire, c'est passé sous mon radar (que je ne prétends pas exhaustif, et surtout pas concernant Corelli).


Citation :
Des chanteur et des chanteuses manifestement très aimés puisqu'ils avaient un public (je pense à des gens comme Bonisolli ou Souliotis ou d'ailleurs à Stich-Randall) ont été conspués par la presse papier systématiquement.

Oui, du moins en France où le panurgisme critique, souvent sans grand fondement d'ailleurs, m'a toujours impressionné… (dès qu'on commence à parler en « références », en « bien / mal » et « licite / illicite » en art, de toute façon, on est mal barré)


Citation :
Cabourg parle à un moment où prendre son pied avec des effets purement vocaux n'étaient pas particulièrement bien vus. On était à la recherche du bon goût et de la musicalité, on voulait rendre sa dignité à l'opéra, en faire avant tout un art musical et dramatique, on s’intéresse à la philologie, on se méfie de la vocalise et plus généralement de la démonstration etc.

Heu, ça, dans Verdi, ça me paraît quand même un phénomène très récent (quasiment aucun Verdi HIP avant les années 2000). Et justement, la recherche musicologique dans le belcanto a conduit à favoriser la propreté de la vocalisation, l'ajout de diminutions…

Se méfier de la démonstration dans Rossini-Donizetti-Verdi-Puccini, je ne vois pas le sens que ce peut avoir…

(Mais oui, avec ton explication, je vois le sens de la remarque – ce n'est tant « d'abord pour ses défauts » que « aussi en aimant ses défauts ».)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 14 Fév 2019 - 19:16

Je reviens au sujet en confiant mon plaisir à (ré)écouter le disque de lieder et de mélodie publié il y a des lustres par l'INA. Le programme bien construit (de plus en plus moderne, de plus en plus flottant, de plus en plus étrange ... jusqu'à l'apostille de "Green" et les deux bis chantants qui sont quasi ironiques) et la précision totale de Stich-Randall (on la sent, par exemple, dans son soin du français, très maniéré, sans naturel, mais utilisé manifestement pour construire la ligne musicale dans les Debussy) sont vraiment fascinants. Un beau disque, où l'amour de la musique est perceptible à un certain "je ne sais quoi". Et c'est Rosbaud au piano.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86954
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyJeu 14 Fév 2019 - 22:24

Ah oui, ces Ariettes oubliées nasillardes et souriantes, peut-être ce qu'elle a fait de plus beau. I love you

Avec les Vier Letzte Lieder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3440
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 EmptyVen 15 Fév 2019 - 11:42

Pas nécessaire de l'écrire en petit ... je pense que le disque Strauss (lieder + Daphné) est effectivement un de ses plus grands disques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Teresa Stich-Randall   Teresa Stich-Randall - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Teresa Stich-Randall
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Teresa Zylis-Gara
» Teresa Berganza
» Teresa Milanollo
» [FanFic en cours] Stich ins Glück...
» vends combo tout lampe randall [vendu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: