Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Max Bruch (1838-1920)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30114
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 19 Juin 2010 - 9:44

Merci de ce compte rendu, ça donne envie Very Happy

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85061
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 19 Juin 2010 - 12:14

Je ne suis pas d'accord avec Percy sur la convention : ça ressemble en fait à du Schubert de maturité, avec des rythmes virvoltants comme le Quartettsatz et des trouvailles harmoniques comme le dernier quatuor. C'est absolument magnifique, et vraiment émouvant pour moi.

Des chefs-d'oeuvre, assurément, et il n'y en a pas tant que cela pour quatuor dans cette période, avec pas mal d'académisme justement.

J'aime bien chez Dynamic la version de l'Academica Quartet, sans folie ni démesure non plus, mais limpide et jouée avec suffisamment de conviction. On pourrait assurément tirer beaucoup plus de ces pages avec un grand quatuor. Alors qu'il y en a qui perdent leur temps à jouer du Schumann par exemple...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Zeno
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4648
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 19 Juin 2010 - 12:52

David, tu es un kropmatou-psirigoublac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 19 Juin 2010 - 13:56

DavidLeMarrec a écrit:
Je ne suis pas d'accord avec Percy sur la convention : ça ressemble en fait à du Schubert de maturité, avec des rythmes virvoltants comme le Quartettsatz et des trouvailles harmoniques comme le dernier quatuor. C'est absolument magnifique, et vraiment émouvant pour moi.

Des chefs-d'oeuvre, assurément, et il n'y en a pas tant que cela pour quatuor dans cette période, avec pas mal d'académisme justement.

J'aime bien chez Dynamic la version de l'Academica Quartet, sans folie ni démesure non plus, mais limpide et jouée avec suffisamment de conviction. On pourrait assurément tirer beaucoup plus de ces pages avec un grand quatuor. Alors qu'il y en a qui perdent leur temps à jouer du Schumann par exemple...

Je n'ai peut-être pas fait très attention à cela. Mais je dois dire que j'étais extrêmement surpris, parce qu'après avoir lu le livret qui parlait d'oeuvres de jeunesse (et dont le premier a été composé pendant la période d'étude), je ne m'attendais pas à grand chose de transcendant, voir à des oeuvres extrêmement légères, et j'ai été véritablement touché malgré cet a priori.
Je vais réécouter donc réécouter en effaçant de mon esprit ce préjugé qui a sûrement nui à ma perception. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85061
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 19 Juin 2010 - 14:25

C'est-à-dire que même lorsqu'on trouve des figures un peu plus banales (notes répétées dans la petite harmonie), ça qse fait toujours avec un vrai soin harmonique et des choses qui se passent dans les dialogues. C'est autre chose que du haydn romantisé, quoi (ou alors, c'est du vrai Haydn romantisé Very Happy ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30114
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Dim 11 Juil 2010 - 9:54

Je viens d'écouter le 1° quatuor : c'est un chef d'oeuvre. Oui ça me fait penser à l'inventivité de Schubert en la matière.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85061
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Dim 11 Juil 2010 - 10:17

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Cololi, nous allons fonder le club des CPO rulerz. king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30114
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Dim 11 Juil 2010 - 10:24

DavidLeMarrec a écrit:
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Cololi, nous allons fonder le club des CPO rulerz. king

Beh ouai ... finalement il y a peu de disques que je n'ai pas aimé chez eux. (Hausegger en fait avec sa Natursymfonie me parle pas, mais le reste oui - enfin faudra que je fasse encore une nouvelle tentative).

M'enfin pour ces quatuors on se demande bien pourquoi ils restent dans les oubliettes

(Au fait j'ai acheté le 1° volume des quatuors de Weingartner, pas encore écouté).

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85061
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Dim 11 Juil 2010 - 10:35

Cololi a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Cololi, nous allons fonder le club des CPO rulerz. king

Beh ouai ... finalement il y a peu de disques que je n'ai pas aimé chez eux. (Hausegger en fait avec sa Natursymfonie me parle pas, mais le reste oui - enfin faudra que je fasse encore une nouvelle tentative).
Pourtant, Hausegger, c'est quand même le compromis idéal entre Mahler et Bruckner. bounce

Citation :
M'enfin pour ces quatuors on se demande bien pourquoi ils restent dans les oubliettes
Parce que Bruch est moins profond par ailleurs, il a une réputation de compositeur-pour-concertos-pour-violon, autrement dit de tâcheron.

Entre les oratorios et les quatuors, tu as frappé directement dans le très-meilleur de sa production. Et c'est grand en effet. Very Happy


Citation :
(Au fait j'ai acheté le 1° volume des quatuors de Weingartner, pas encore écouté).
bounce Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
HOLLIGER
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2374
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Jeu 23 Sep 2010 - 15:29

DavidLeMarrec a écrit:
Je ne suis pas d'accord avec Percy sur la convention : ça ressemble en fait à du Schubert de maturité, avec des rythmes virvoltants comme le Quartettsatz et des trouvailles harmoniques comme le dernier quatuor. C'est absolument magnifique, et vraiment émouvant pour moi.

Des chefs-d'oeuvre, assurément, et il n'y en a pas tant que cela pour quatuor dans cette période, avec pas mal d'académisme justement.

J'aime bien chez Dynamic la version de l'Academica Quartet, sans folie ni démesure non plus, mais limpide et jouée avec suffisamment de conviction. On pourrait assurément tirer beaucoup plus de ces pages avec un grand quatuor. Alors qu'il y en a qui perdent leur temps à jouer du Schumann par exemple...

Et la version mannheimer c'est mieux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Mer 6 Oct 2010 - 22:48

A propos du 1er Concerto pour violon.

C'est un vrai chef d'oeuvre, vraiment, il mérite sa réputation. Le 3ème mouvement, ce thème entêtant, enlevé, cette extériorisation de joie si énergique me transporte littéralement; cette musique descend des nues!
Je suis féru de cette sincérité presque naïve du romantisme allemand dans l'expression de si grandioses idéaux sentimentaux, ça me touche beaucoup.

Il existe une transcription pour piano de ce Concerto? Je suis prêt à m'y coller! bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HOLLIGER
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2374
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Mer 6 Oct 2010 - 22:55

Avez vous parlé de ces petites perles que sont les œuvres avec clarinette et alto ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1514
Age : 32
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Mer 6 Oct 2010 - 23:42

HOLLIGER a écrit:
Avez vous parlé de ces petites perles que sont les œuvres avec clarinette et alto ?



(Très joli disque, mais je n'ai aucun point de comparaison)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HOLLIGER
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2374
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Jeu 7 Oct 2010 - 15:13

Je ne connais pas cette version qui a été encensée. Quoi qu'il en soit, la musique est délicieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6157
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 16:44


Quatuors à cordes nº1 en ut mineur, op. 9 (1858-59)  et nº2 en mi majeur, op. 10 (1860)
Quatuor ISOS: Isabelle van Keulen (violon I), Katharine Gowers (violon II), Vladimir Mendelssohn (alto), Imke Frank (violoncelle)
Wuppertal, I.1997
Koch-Schwann


Surprised Une révélation!

Ces deux magnifiques quatuors sont des œuvres de jeunesse, et antérieures à ceux de Brahms; du coup, alors que je pensais entendre du simili-Brahms, ce qu’on entend surtout là, c’est plutôt du dernier Schubert - le mouvement rythmique, les modulations surprenantes - mais un Schubert à la fois plus dense (l’écriture harmonique est vraiment très riche) et formellement plus charpenté (les développements sont assez amples et le contrepoint très maîtrisés).

Et puis, ce qui est vraiment frappant, c’est la richesse de l’écriture spécifiquement pour quatuor, qui y a une intensité quasi beethovénienne: non seulement on y a une grande poussée d’ensemble mais, d’une part, l’œuvre frappe par la circulation constante des thèmes entre les pupitres et le côté très serré des dialogues entre instruments et, d’autre part l’intensification constante des élément mélodiques, déjà en eux-même assez prégnants, par les variations rythmiques et les gradations de dynamique donne l’impression d’une tension expressive constante des phrasés.

Vraiment des chefs-d’œuvres méconnus du romantisme allemand - qui mériteraient sans exagération de valoir à Bruch une place auprès des plus grands (plutôt que le statut peu reluisant de «grand compositeur de concertos pour violon.»)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30114
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 16:53

On s'est échiné à défendre ces quatuors David et moi-même, mais pour le moment sans succès hehe

Peut-être auras tu plus de succès Mr. Green

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 53
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 16:56

Il faudrait que j'écoute ces quatuors. Ils me convaincraient peut-être davantage que les symphonies que je trouve pour ma part un peu fastidieuses. Il est vrai que je ne les ai entendues que par Masur ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8186
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 17:16

Anaxagore a écrit:
Il faudrait que j'écoute ces quatuors. Ils me convaincraient peut-être davantage que les symphonies que je trouve pour ma part un peu fastidieuses. Il est vrai que je ne les ai entendues que par Masur ...

Même chose pour moi. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6157
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 17:30

Ah, oui, vraiment. Je gardais moi aussi un souvenir plutôt mitigé de ces symphonies, (quant aux concertos pour violon, hum...), j'avais bien aimé ses oratorios, mais ces quatuors, c'est vraiment sans commune mesure avec tout ça: je classerais vraiment ça objectivement parmi les plus grands quatuors du romantisme allemands, et pas seulement parmi «mes quatuors préférés.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85061
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 17:47

Pareil pour moi : écriture symphoniques pas très bien orchestrée, et même pas particulièrement intéressante mélodiquement, les pièces de musique chambre avec alto et clarinette sont très bien, les oratorios vraiment intéressants (et j'aime assez les concertos pour violon, que je n'écoute certes presque jamais parce que ça reste du concerto pour violon…) ; mais ces quatuors sont sensiblement au-dessus, ça ressemble beaucoup à ce que fait le dernier Schubert (la veine mélodique en moins), du moins structurellement et dans l'esprit général. Rien d'aussi immédiat, mais ça y ressemble par bien des aspects.

Dans les grands quatuors méconnus du premier romantisme – enfin, dans le style, puisque dans les dates Bruch est sensiblement décalé –, ça se classe nettement après les Czerny, néanmoins.

C'est Wolfgang / Percy qui avait été le premier à en parler ici. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8186
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 18:05

Une version à privilégier ? bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85061
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 19:05

Rubato a écrit:
Une version à privilégier ? bounce

Il n'y a pas foule au disque.

¶ Quatuor Academica chez Dynamic, pas un super son, ni chez le quatuor, ni chez Dynamic (une de ses fameuses captations-placard sans doute issues de pyjama-parties). Cela dit ça fonctionne bien quand même, c'est la version avec laquelle j'ai débuté et celle que j'ai le plus écouté, elle m'a tout à fait convaincu de l'intérêt de ces pièces.

¶ Quatuor Goldner chez Hyperion. Je n'ai pas écouté, mais je trouve que leur intégrale Beethoven est l'une des moins intéressantes et aussi des moins aguerries techniquement de toute la discographie (à peu près dans le genre des Vermeer, avec un son plus grêle…).

Et deux très recommandables (j'en ai écouté l'une des deux, plus sûr de laquelle !).

¶ Quatuor de Mannheim chez CPO. Un ensemble au répertoire discographique très étendu (Dittersdorf, Raff, Puccini, Ethel Smyth et même une intégrale Molique !).

¶ Quatuor Diogenes (je crois que c'est celle-là que j'ai écoutée), chez Brilliant Classics, qui a l'avantage d'inclure un mouvement isolé. Formation épatante (leurs Schubert de jeunesse sont géniaux), au trait très fin, là aussi un répertoire remarquable : Gernsheim, Humperdinck, Fesca…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8186
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 19:14

DavidLeMarrec a écrit:
Rubato a écrit:
Une version à privilégier ? bounce

Il n'y a pas foule au disque.

¶ Quatuor Diogenes (je crois que c'est celle-là que j'ai écoutée), chez Brilliant Classics, qui a l'avantage d'inclure un mouvement isolé. Formation épatante (leurs Schubert de jeunesse sont géniaux), au trait très fin, là aussi un répertoire remarquable : Gernsheim, Humperdinck, Fesca…

Celle-ci est disponible. Smile

Et il y a le quatuor en Do m de 1852. bounce


Dernière édition par Rubato le Sam 9 Déc 2017 - 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6157
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 19:19

Je n'ai pas de point de comparaison, mais le Quatuor ISOS est tout à fait bien (jamais entendu avant; mais Isabelle van Keulen comme premier violon: ce ne sont sans doute pas des semi-amateurs); la prise de son aussi, assez proche. En revanche, pas sûr que les CD Koch/Schwann soient encore facilement trouvables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8186
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 19:22

Benedictus a écrit:
Je n'ai pas de point de comparaison, mais le Quatuor ISOS est tout à fait bien (jamais entendu avant; mais Isabelle van Keulen comme premier violon: ce ne sont sans doute pas des semi-amateurs); la prise de son aussi, assez proche. En revanche, pas sûr que les CD Koch/Schwann soient encore facilement trouvables.

D'occasion apparemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 688
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Sam 9 Déc 2017 - 21:09

DavidLeMarrec a écrit:

¶ Quatuor Diogenes (je crois que c'est celle-là que j'ai écoutée), chez Brilliant Classics, qui a l'avantage d'inclure un mouvement isolé.

Quel mouvement isolé ? Sur mon CD il y a un quatuor de jeunesse en C mineur que Bruch a écrit à 14 ans pour gagner une bourse, découvert en 2013. D'ailleurs les Diogenes jouent superbe ces partitions.

Il faut écouter la quintette et octet, c'est encore meilleurs que les quatuors, qui sont des partitions de jeunesse et lumineux, qui à mon avis dans la ligné du romantisme de Mendelssohn. Je préfère la mélancolie des dernières partitions de Bruch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
lamy
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   Mer 6 Juin 2018 - 22:45

Bonjour,
Je relance le sujet après avoir entendu une oeuvre concertante de Max Bruch, en l’occurrence l'op. 65: In Memoriam.. C'est un adagio pour violon et orchestre.
Je trouve cette oeuvre très touchante.

Votre avis?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Max Bruch (1838-1920)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Max Bruch (1838-1920)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Max Bruch (1838-1920)
» Max Bruch (1838-1920)
» Eileen Farrell (1920-2002)
» Alexis de CASTILLON (1838-1873)
» Karen Khachaturian (1920-2011)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: