Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Schumann - Oeuvres pour piano

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Forlane
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 10/08/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 11 Aoû 2013 - 9:24

DavidLeMarrec a écrit:
Je n'ai guère entendu de Schumann ratés, et même beaucoup de très grandes réussites.

Personnellement, je dirais peut-être Freire, pour le magnétisme particulier et la délicatesse précise de la lecture.
Pour ma part, j'ai surtout entendu des Schumann trop gros, trop épais, et pas vraiment vécus. Des ratés, sans doute pas. Mais des demi-réussites, oui. Quand les gros orchestres comprendront qu'on ne joue pas Schumann comme on joue Beethoven, Brahms ou Bruckner, on aura avancé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 11 Aoû 2013 - 9:27

Mélomaniac a écrit:
Davidsbündlertänze Op. 6
 
= Olivier Chauzu, piano
 
(Calliope, juillet 2008)
 
Je viens ce soir de lui offrir une nouvelle chance mais je n'aime pas trop cet enregistrement, que les micros diluent dans l'acoustique (La Chaux-de-Fonds) en révélant ce que les phrasés peuvent revêtir de dépenaillé.
Lors de mon écoute, le fil narratif tend à se rompre faute de tension, ou à cause d'intentions alambiquées (mit gutem Humor). On dirait que le pianiste s'écoute jouer, s'emploie à faire miroiter toutes les réfractions de ces cahiers mais s'abandonne ainsi trop souvent au revers exégétique -ou contemplatif, ce qui peut du moins convenir aux instants de rêverie. Pour autant, ce que je perçois comme une excessive velléité échoue à communiquer l'évidence structurelle, tel dans le merveilleux wie aus der Ferne dont l'organisation subit une incertaine nonchalance au lieu d'y fomenter la sublime construction émotionnelle qu'y a instillée Schumann. D'autres moments qui réclament de la hargne, comme le début de Frisch ou de Wild und lustig, m'apparaissent en outre d'une exactitude défaillante, comme si les doigts cherchaient les notes, ou hésitaient à les ganter dans une forme nette. Plutôt déçu, mais je suis sans doute trop sévère envers les interprètes de cette œuvre qui me fascine tant et où je ne connais guère qu'une Catherine Collard pour me combler...
Je crois que tu peux être sévère avec cette version, c'est de loin la moins bonne que je connaisse. Les intentions transparaissent tout le temps, ce qui probablement signe d'une technique mal maîtrisée (quand on connaît les autres enregistrements de Chauzu, ça me paraît assez clair) associée à une sorte de surinterprétation littéraire de la musique de Schumann, un travers de plus en plus courant : c'était patent par exemple dans les notices de François-Sappey des disques de Le Sage, heureusement cela n'avait pas trop déteint sur le pianiste.
De mon côté je reviens toujours à Gieseking et Cortot, puis Pollini. Il y a également un disque de jeunesse de Berezovsky qui est intéressant, en particulier dans le dernier tiers de l’œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Forlane
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 10/08/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 11 Aoû 2013 - 9:48

alexandre. a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Davidsbündlertänze Op. 6
 
= Olivier Chauzu, piano
 
(Calliope, juillet 2008)
 
Je viens ce soir de lui offrir une nouvelle chance mais je n'aime pas trop cet enregistrement, que les micros diluent dans l'acoustique (La Chaux-de-Fonds) en révélant ce que les phrasés peuvent revêtir de dépenaillé.
Lors de mon écoute, le fil narratif tend à se rompre faute de tension, ou à cause d'intentions alambiquées (mit gutem Humor). On dirait que le pianiste s'écoute jouer, s'emploie à faire miroiter toutes les réfractions de ces cahiers mais s'abandonne ainsi trop souvent au revers exégétique -ou contemplatif, ce qui peut du moins convenir aux instants de rêverie. Pour autant, ce que je perçois comme une excessive velléité échoue à communiquer l'évidence structurelle, tel dans le merveilleux wie aus der Ferne dont l'organisation subit une incertaine nonchalance au lieu d'y fomenter la sublime construction émotionnelle qu'y a instillée Schumann. D'autres moments qui réclament de la hargne, comme le début de Frisch ou de Wild und lustig, m'apparaissent en outre d'une exactitude défaillante, comme si les doigts cherchaient les notes, ou hésitaient à les ganter dans une forme nette. Plutôt déçu, mais je suis sans doute trop sévère envers les interprètes de cette œuvre qui me fascine tant et où je ne connais guère qu'une Catherine Collard pour me combler...
Je crois que tu peux être sévère avec cette version, c'est de loin la moins bonne que je connaisse. Les intentions transparaissent tout le temps, ce qui probablement signe d'une technique mal maîtrisée (quand on connaît les autres enregistrements de Chauzu, ça me paraît assez clair) associée à une sorte de surinterprétation littéraire de la musique de Schumann, un travers de plus en plus courant : c'était patent par exemple dans les notices de François-Sappey des disques de Le Sage, heureusement cela n'avait pas trop déteint sur le pianiste.
De mon côté je reviens toujours à Gieseking et Cortot, puis Pollini. Il y a également un disque de jeunesse de Berezovsky qui est intéressant, en particulier dans le dernier tiers de l’œuvre.
Dommage que Nat n'ait pas enregistré les Davidsbündlertänze à ma connaissance. La version Berezovsky est intéressante, il y a comme toujours beaucoup de fantaisie, mais c'est dommage qu'elle soit très peu respectueuse du texte. La version Chauzu et la version Le Sage sont toutes deux d'une grande honnêteté par rapport au texte servies par deux techniques de haut vol et comme je viens de le dire elles se complètent dans leurs incroyables différences. Le Sage dans la limpidité et la simplicité abrupte, Chauzu dans cette obscurité menaçante et cette capacité à faire vivre la complexité de la phrase, qui peut être comprise comme une "surinterprétation", mais qui dans Schumann ne me dérange pas. Je recommanderais celle de Pollini, toujours éblouissant schumannien, malgré des critiques qui l'ont un peu égratigné, jusque dans une sonate opus 11 et une Fantaisie qui malheureusement n'ont pas eu assez de retentissement. Sinon, il y a ce disque de Claire Désert paru chez Mirare qui n'a pas fait beaucoup de bruit et c'est dommage.

http://www.mirare.fr/album/robert-schumann-davidsbundlertanze-opus-6-intermezzi-opus-4


Dernière édition par Forlane le Dim 11 Aoû 2013 - 11:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 11 Aoû 2013 - 10:01

Forlane a écrit:
La version Chauzu et la version Le Sage sont toutes deux d'une grande honnêteté par rapport au texte servies par deux techniques de haut vol et comme je viens de le dire elles se complètent dans leurs incroyables différences.
Si on s'en tient à un respect scrupuleux des signes inscrits sur la partition, oui, ce sont probablement des versions honnêtes. Si considère qu'il faut un piano transcendant pour vraiment respecter les partitions, alors non, ça ne tient plus. Enfin surtout pour Chauzu, la version Le Sage est elle beaucoup plus intéressante. Gieseking ou Cortot font peut-être de légers écarts au texte, mais la réalisation est tellement belle qu'ils me semblent infiniment plus respecter le texte que Chauzu.
Revenir en haut Aller en bas
Forlane
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 10/08/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 11 Aoû 2013 - 10:09

alexandre. a écrit:
Forlane a écrit:
La version Chauzu et la version Le Sage sont toutes deux d'une grande honnêteté par rapport au texte servies par deux techniques de haut vol et comme je viens de le dire elles se complètent dans leurs incroyables différences.
Si on s'en tient à un respect scrupuleux des signes inscrits sur la partition, oui, ce sont probablement des versions honnêtes. Si considère qu'il faut un piano transcendant pour vraiment respecter les partitions, alors non, ça ne tient plus. Enfin surtout pour Chauzu, la version Le Sage est elle beaucoup plus intéressante. Gieseking ou Cortot font peut-être de légers écarts au texte, mais la réalisation est tellement belle qu'ils me semblent infiniment plus respecter le texte que Chauzu.
D'accord avec vous pour Cortot, dont je suis un inconditionnel déclaré. Ce son vivant, cet immense lyrisme, c'est ce qui convient parfaitement à Schumann. Le Sage est presque un peu trop "prosaïque" dans cette version et c'est en ce sens que je penche pour Chauzu, qui tire parti du cheminement de la pensée et de ses méandres comme personne, surtout dans une Humoresque intéressante.

Sinon il y a aussi Adam Laloum, parmi les jeunes. Admirable son, fantaisie innée, maîtrise des plans sonores. Vainqueur du concours Clara Haskil, on a là un artiste avec un grand A.

J'ai comme l'impression que Schumann est à l'honneur parmi les jeunes en France. Ce sujet est inépuisable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlane
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 10/08/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 11 Aoû 2013 - 15:04

Mélomaniac a écrit:
Davidsbündlertänze Op. 6
 
= Olivier Chauzu, piano
 
(Calliope, juillet 2008)
 
Je viens ce soir de lui offrir une nouvelle chance mais je n'aime pas trop cet enregistrement, que les micros diluent dans l'acoustique (La Chaux-de-Fonds) en révélant ce que les phrasés peuvent revêtir de dépenaillé.
Lors de mon écoute, le fil narratif tend à se rompre faute de tension, ou à cause d'intentions alambiquées (mit gutem Humor). On dirait que le pianiste s'écoute jouer, s'emploie à faire miroiter toutes les réfractions de ces cahiers mais s'abandonne ainsi trop souvent au revers exégétique -ou contemplatif, ce qui peut du moins convenir aux instants de rêverie. Pour autant, ce que je perçois comme une excessive velléité échoue à communiquer l'évidence structurelle, tel dans le merveilleux wie aus der Ferne dont l'organisation subit une incertaine nonchalance au lieu d'y fomenter la sublime construction émotionnelle qu'y a instillée Schumann. D'autres moments qui réclament de la hargne, comme le début de Frisch ou de Wild und lustig, m'apparaissent en outre d'une exactitude défaillante, comme si les doigts cherchaient les notes, ou hésitaient à les ganter dans une forme nette. Plutôt déçu, mais je suis sans doute trop sévère envers les interprétes de cette oeuvre qui me fascine tant et où je ne connais guère qu'une Catherine Collard pour me combler...
 
Il n'est guère favorisé par la prise de son, comme lointaine. On dirait que le preneur de son aurait voulu éviter tout excès et c'est un peu dommage car on entend le timbre des fortissimi sans en entendre le volume.

Je me suis fait aujourd'hui une séance Davidsbündlertänze, parmi les disques que je possède, ainsi que d'autres que j'ai écoutés sur le Net.
Les versions à fuir seraient pour moi Weissenberg, fort brut de fonderie, ainsi que Dino Ciani, manquant un peu d'imagination. Berezovsky, ces libertés avec le texte sont très agaçantes. J'ai réécouté Catherine Collard, j'aime toujours ce côté poignant et direct, cette rigueur soumise à un lyrisme inné, même si quelquefois on peut espérer un peu plus de fantaisie. J'ai réécouté Le Sage, dont le son tellement clair et limpide continue à me charmer, il manque toujours cette passion et cette fantaisie que l'on retrouve ailleurs. Chauzu, on a envie de le pousser par moments, néanmoins je continue à aimer cette conduite du discours, cette structure implacable des dynamiques (son "Wie aus der Ferne" est déchirant, grâce à l'étagement des sons allant du pp au ff, soutenu par cet accompagnement inexorable en syncopes); un agogisme peut-être un peu systématique, mais rien n'est gratuit dans sa virtuosité et il nous emmène dans les caprices de la "humor" schumanienne. Claire Désert, quelle artiste! un lyrisme tellement naturel! Et cette lecture si scrupuleuse de la partition, qui est confondante à chaque CD qu'elle sort et à chaque concert qu'elle donne. Mais parmi tous ces schumanniens, c'est Cortot qui continue à être ma référence. Cette sonorité irisée, cette harmonie tellement sentie, cette sincérité, continuent à s'adresser à notre sensibilité de manière tellement directe! Contrairement à certains, il n'appesantit rien, même si aujourd'hui on joue ça différemment et même s'il en met une ou deux à côté. D'emblée, dès la première pièce il force notre écoute en nous imposant sa propre histoire, variée et pleine de chimères. Son "wie aus der Ferne", par le choix d'un tempo allant, a quelque chose d'inexorable, qui nous emmène au cataclysme final.

Je cherche la version Laloum, que je me rappelle être parmi les plus intéressantes. Je n'arrive pas à la retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 11 Aoû 2013 - 17:48

Forlane a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Davidsbündlertänze Op. 6
 
= Olivier Chauzu, piano
 
(Calliope, juillet 2008)
 
Je viens ce soir de lui offrir une nouvelle chance mais je n'aime pas trop cet enregistrement, que les micros diluent dans l'acoustique (La Chaux-de-Fonds) en révélant ce que les phrasés peuvent revêtir de dépenaillé.
Lors de mon écoute, le fil narratif tend à se rompre faute de tension, ou à cause d'intentions alambiquées (mit gutem Humor). On dirait que le pianiste s'écoute jouer, s'emploie à faire miroiter toutes les réfractions de ces cahiers mais s'abandonne ainsi trop souvent au revers exégétique -ou contemplatif, ce qui peut du moins convenir aux instants de rêverie. Pour autant, ce que je perçois comme une excessive velléité échoue à communiquer l'évidence structurelle, tel dans le merveilleux wie aus der Ferne dont l'organisation subit une incertaine nonchalance au lieu d'y fomenter la sublime construction émotionnelle qu'y a instillée Schumann. D'autres moments qui réclament de la hargne, comme le début de Frisch ou de Wild und lustig, m'apparaissent en outre d'une exactitude défaillante, comme si les doigts cherchaient les notes, ou hésitaient à les ganter dans une forme nette. Plutôt déçu, mais je suis sans doute trop sévère envers les interprétes de cette oeuvre qui me fascine tant et où je ne connais guère qu'une Catherine Collard pour me combler...
 
Il n'est guère favorisé par la prise de son, comme lointaine. On dirait que le preneur de son aurait voulu éviter tout excès et c'est un peu dommage car on entend le timbre des fortissimi sans en entendre le volume.
Je ne crois pas qu'il faille incriminer nécessairement le preneur de son.
Le son de Chauzu est petit et mal timbré, même avec la meilleure prise de son il est difficile de le rendre plus large. Par exemple, c'est assez patent dans cet enregistrement du I. du 2ème concerto de Saint-Saëns (dont l'interprétation est de plus horriblement maniérée) : /watch?v=OwpJ8ZV6yKc
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24604
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 12 Aoû 2013 - 2:01

Forlane a écrit:


Je me suis fait aujourd'hui une séance Davidsbündlertänze, parmi les disques que je possède, ainsi que d'autres que j'ai écoutés sur le Net.
[...] J'ai réécouté Catherine Collard, j'aime toujours ce côté poignant et direct, cette rigueur soumise à un lyrisme inné, même si quelquefois on peut espérer un peu plus de fantaisie.
De quelle version parles-tu : celle chez Erato ou celle chez Lyrinx ?

J'ai déjà pu écrire que la version Erato est pour moi un modèle absolu : je l'ai écouté des centaines de fois (si si...) Rien que 5-6 fois encore la semaine dernière (même si je ne fais pas apparaître dans la playlist du Forum ; il y a des addictions inavouables)...
Même observé au microscope, scruté note à note : c'est parfait, tant instrumentalement que stylistiquement. La virtuosité est sidérante, en termes de vélocité, de contrôle dynamique, de galbe des phrases... Et quelle justesse émotionnelle !
En outre, la prise de son est excellente.
Un des sommets de la discographie schumanienne.
J'essaierai d'en livrer un de ces jours un commentaire très détaillé (ça fait partie de ces projets sans cesse reportés...)

La mouture (trop ?) tardive chez Lyrinx reste très bonne, mais comme corsetée, et l'instrument est moins brillant, plus voilé.

Je n'ai jamais eu l'occasion d'entendre Catherine Collard en vrai, mais elle avait la réputation d'un engagement total en concert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24604
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 12 Aoû 2013 - 2:07

alexandre. a écrit:

Je crois que tu peux être sévère avec cette version, c'est de loin la moins bonne que je connaisse. Les intentions transparaissent tout le temps, ce qui probablement signe d'une technique mal maîtrisée (quand on connaît les autres enregistrements de Chauzu, ça me paraît assez clair) associée à une sorte de surinterprétation littéraire de la musique de Schumann, un travers de plus en plus courant
Je n'aime pas être trop sévère envers les interprétations que je n'ai écoutées qu'à quelques reprises, et dont je n'ai peut-être pas sondé toutes les dimensions.

Mais je suis d'accord avec toi quand tu parles de surinterprétation. J'ai plutôt l'impression d'entendre une exégèse qui disserte sur le texte et s'écoute jouer. Je préfère des lectures plus spontanées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlane
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 10/08/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 12 Aoû 2013 - 10:14

alexandre. a écrit:
Forlane a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Davidsbündlertänze Op. 6
 
= Olivier Chauzu, piano
 
(Calliope, juillet 2008)
 
Je viens ce soir de lui offrir une nouvelle chance mais je n'aime pas trop cet enregistrement, que les micros diluent dans l'acoustique (La Chaux-de-Fonds) en révélant ce que les phrasés peuvent revêtir de dépenaillé.
Lors de mon écoute, le fil narratif tend à se rompre faute de tension, ou à cause d'intentions alambiquées (mit gutem Humor). On dirait que le pianiste s'écoute jouer, s'emploie à faire miroiter toutes les réfractions de ces cahiers mais s'abandonne ainsi trop souvent au revers exégétique -ou contemplatif, ce qui peut du moins convenir aux instants de rêverie. Pour autant, ce que je perçois comme une excessive velléité échoue à communiquer l'évidence structurelle, tel dans le merveilleux wie aus der Ferne dont l'organisation subit une incertaine nonchalance au lieu d'y fomenter la sublime construction émotionnelle qu'y a instillée Schumann. D'autres moments qui réclament de la hargne, comme le début de Frisch ou de Wild und lustig, m'apparaissent en outre d'une exactitude défaillante, comme si les doigts cherchaient les notes, ou hésitaient à les ganter dans une forme nette. Plutôt déçu, mais je suis sans doute trop sévère envers les interprétes de cette oeuvre qui me fascine tant et où je ne connais guère qu'une Catherine Collard pour me combler...
 
Il n'est guère favorisé par la prise de son, comme lointaine. On dirait que le preneur de son aurait voulu éviter tout excès et c'est un peu dommage car on entend le timbre des fortissimi sans en entendre le volume.
Je ne crois pas qu'il faille incriminer nécessairement le preneur de son.
Le son de Chauzu est petit et mal timbré, même avec la meilleure prise de son il est difficile de le rendre plus large. Par exemple, c'est assez patent dans cet enregistrement du I. du 2ème concerto de Saint-Saëns (dont l'interprétation est de plus horriblement maniérée) : /watch?v=OwpJ8ZV6yKc
Non, c'est un grand son. Son enregistrement de Dukas est là pour en témoigner. Je crois que vous manquez d'objectivité. Ce qui me gêne, ce sont ces surinterprétations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlane
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 10/08/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 12 Aoû 2013 - 10:41

alexandre. a écrit:
Forlane a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Davidsbündlertänze Op. 6
 
= Olivier Chauzu, piano
 
(Calliope, juillet 2008)
 
Je viens ce soir de lui offrir une nouvelle chance mais je n'aime pas trop cet enregistrement, que les micros diluent dans l'acoustique (La Chaux-de-Fonds) en révélant ce que les phrasés peuvent revêtir de dépenaillé.
Lors de mon écoute, le fil narratif tend à se rompre faute de tension, ou à cause d'intentions alambiquées (mit gutem Humor). On dirait que le pianiste s'écoute jouer, s'emploie à faire miroiter toutes les réfractions de ces cahiers mais s'abandonne ainsi trop souvent au revers exégétique -ou contemplatif, ce qui peut du moins convenir aux instants de rêverie. Pour autant, ce que je perçois comme une excessive velléité échoue à communiquer l'évidence structurelle, tel dans le merveilleux wie aus der Ferne dont l'organisation subit une incertaine nonchalance au lieu d'y fomenter la sublime construction émotionnelle qu'y a instillée Schumann. D'autres moments qui réclament de la hargne, comme le début de Frisch ou de Wild und lustig, m'apparaissent en outre d'une exactitude défaillante, comme si les doigts cherchaient les notes, ou hésitaient à les ganter dans une forme nette. Plutôt déçu, mais je suis sans doute trop sévère envers les interprétes de cette oeuvre qui me fascine tant et où je ne connais guère qu'une Catherine Collard pour me combler...
 
Il n'est guère favorisé par la prise de son, comme lointaine. On dirait que le preneur de son aurait voulu éviter tout excès et c'est un peu dommage car on entend le timbre des fortissimi sans en entendre le volume.
Je ne crois pas qu'il faille incriminer nécessairement le preneur de son.
Le son de Chauzu est petit et mal timbré, même avec la meilleure prise de son il est difficile de le rendre plus large. Par exemple, c'est assez patent dans cet enregistrement du I. du 2ème concerto de Saint-Saëns (dont l'interprétation est de plus horriblement maniérée) : /watch?v=OwpJ8ZV6yKc

Je viens d'écouter sur Youtube ce St Saens. J'ai trouvé intéressant. grande technique et sonorité chantante. L'orchestre est un peu lent à l'allumage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forlane
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 10/08/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 12 Aoû 2013 - 10:43

Mélomaniac a écrit:
Forlane a écrit:


Je me suis fait aujourd'hui une séance Davidsbündlertänze, parmi les disques que je possède, ainsi que d'autres que j'ai écoutés sur le Net.
[...] J'ai réécouté Catherine Collard, j'aime toujours ce côté poignant et direct, cette rigueur soumise à un lyrisme inné, même si quelquefois on peut espérer un peu plus de fantaisie.
De quelle version parles-tu : celle chez Erato ou celle chez Lyrinx ?

J'ai déjà pu écrire que la version Erato est pour moi un modèle absolu : je l'ai écouté des centaines de fois (si si...) Rien que 5-6 fois encore la semaine dernière (même si je ne fais pas apparaître dans la playlist du Forum ; il y a des addictions inavouables)...
Même observé au microscope, scruté note à note : c'est parfait, tant instrumentalement que stylistiquement. La virtuosité est sidérante, en termes de vélocité, de contrôle dynamique, de galbe des phrases... Et quelle justesse émotionnelle !
En outre, la prise de son est excellente.
Un des sommets de la discographie schumanienne.
J'essaierai d'en livrer un de ces jours un commentaire très détaillé (ça fait partie de ces projets sans cesse reportés...)

La mouture (trop ?) tardive chez Lyrinx reste très bonne, mais comme corsetée, et l'instrument est moins brillant, plus voilé.

Je n'ai jamais eu l'occasion d'entendre Catherine Collard en vrai, mais elle avait la réputation d'un engagement total en concert.
Je parle de chez Erato. J'aime un peu moins qu'avant. Peut-être le son de Catherine Collard est-il un peu serré, manquant d'ampleur. Surtout après les versions Désert, Chauzu, Cortot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koechlin
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 24
Age : 22
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/11/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Sam 23 Nov 2013 - 9:40

Forlane a écrit:
alexandre. a écrit:
Forlane a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Davidsbündlertänze Op. 6
 
= Olivier Chauzu, piano
 
(Calliope, juillet 2008)
 
Je viens ce soir de lui offrir une nouvelle chance mais je n'aime pas trop cet enregistrement, que les micros diluent dans l'acoustique (La Chaux-de-Fonds) en révélant ce que les phrasés peuvent revêtir de dépenaillé.
Lors de mon écoute, le fil narratif tend à se rompre faute de tension, ou à cause d'intentions alambiquées (mit gutem Humor). On dirait que le pianiste s'écoute jouer, s'emploie à faire miroiter toutes les réfractions de ces cahiers mais s'abandonne ainsi trop souvent au revers exégétique -ou contemplatif, ce qui peut du moins convenir aux instants de rêverie. Pour autant, ce que je perçois comme une excessive velléité échoue à communiquer l'évidence structurelle, tel dans le merveilleux wie aus der Ferne dont l'organisation subit une incertaine nonchalance au lieu d'y fomenter la sublime construction émotionnelle qu'y a instillée Schumann. D'autres moments qui réclament de la hargne, comme le début de Frisch ou de Wild und lustig, m'apparaissent en outre d'une exactitude défaillante, comme si les doigts cherchaient les notes, ou hésitaient à les ganter dans une forme nette. Plutôt déçu, mais je suis sans doute trop sévère envers les interprétes de cette oeuvre qui me fascine tant et où je ne connais guère qu'une Catherine Collard pour me combler...
 
Il n'est guère favorisé par la prise de son, comme lointaine. On dirait que le preneur de son aurait voulu éviter tout excès et c'est un peu dommage car on entend le timbre des fortissimi sans en entendre le volume.
Je ne crois pas qu'il faille incriminer nécessairement le preneur de son.
Le son de Chauzu est petit et mal timbré, même avec la meilleure prise de son il est difficile de le rendre plus large. Par exemple, c'est assez patent dans cet enregistrement du I. du 2ème concerto de Saint-Saëns (dont l'interprétation est de plus horriblement maniérée) : /watch?v=OwpJ8ZV6yKc
Je viens d'écouter sur Youtube ce St Saens. J'ai trouvé intéressant. grande technique et sonorité chantante. L'orchestre est un peu lent à l'allumage.
Olivier Chauzu est un grand pianiste pour moi. Peu en France peuvent se confronter au disque à la sonate Hammerklavier, à l'intégrale d'Iberia, ou meme jouer les 2 concertos de Liszt en une soirée. Peu de pianistes français peuvent rivaliser avec ça (il surclasse les Tharaud, Strosser, Claire Désert, Denis Pascal, Frank Braley). Muraro peut-être, ou encore Pierre-Laurent Aimard, mais ils dégagent une impression de froideur alors que Chauzu m'est plus sympathique. De plus Olivier Chauzu a recu les plus hautes distinctions dans la presse spécialisée. Il a l'air ridicule quand il joue, mais au disque et à l'écoute c'est très bien quand meme. Pas un nouveau Richter, mais très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koechlin
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 24
Age : 22
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/11/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Sam 23 Nov 2013 - 10:55

Allez mais répondez quoi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1589
Localisation : Pays des ombres mais je connais un passage
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 27 Juil 2014 - 20:20


publié en 2007 déjà par

Morloch a écrit:


Sinon, dans la liste des versions toujours citées de la Fantasie op. 17, vous avez oublié Clara Haskil, et dans les versions vraiment exceptionnelles, vous avez oublié Clifford Curzon, et bien entendu, Sviatoslav Richter.


J'ai réécouté Curzon ce matin (on peut vérifier en Playlist!)
L'air de rien, il finit par nous emmener très loin, on ne sait pas très bien où. L'art de Curzon est très particulier.

Je n'ai pas lu le fil.

Je ne sais donc pas si on y évoque Yves Nat, grand schumannien. Sur un forum d'obédience française, on ne peut décemment pas oublier Yves Nat sur un fil du piano de Schumann! Il a fait les Etudes Symphoniques, la Fantaisie, les Kreisleriana (il y a un fil consacré aux Kreisleriana).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 631
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 27 Juil 2014 - 21:41

O
shushu a écrit:

publié en 2007 déjà par

Morloch a écrit:


Sinon, dans la liste des versions toujours citées de la Fantasie op. 17, vous avez oublié Clara Haskil, et dans les versions vraiment exceptionnelles, vous avez oublié Clifford Curzon, et bien entendu, Sviatoslav Richter.


J'ai réécouté Curzon ce matin (on peut vérifier en Playlist!)
L'air de rien, il finit par nous emmener très loin, on ne sait pas très bien où. L'art de Curzon est très particulier.

Je n'ai pas lu le fil.

Je ne sais donc pas si on y évoque Yves Nat, grand schumannien. Sur un forum d'obédience française, on ne peut décemment pas oublier Yves Nat sur un fil du piano de Schumann! Il a fait les Etudes Symphoniques, la Fantaisie, les Kreisleriana (il y a un fil consacré aux Kreisleriana).




Le Schumann d'Yves Nat qui me plait le plus est Novelletten.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1589
Localisation : Pays des ombres mais je connais un passage
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 28 Juil 2014 - 10:21

Comme par "hasard" (je dirais plutôt "comme par synchronicité"), du Schumann par Nat fait partie du premier lot de liens pour téléchargements de la résurrection de Musique Ouverte, mis sur le site hier même, le même jour que mon message.

http://musicontempo.free.fr/musique-ouverte.html

Nat mériterait un sujet à part entière amha. On a le droit d'être freiné par ses fausses notes (qui sont un peu embêtantes c'est vrai, surtout si on écoute souvent!), mais je crois qu'il était tellement "ailleurs quelque part au royaume de la musique" quand il jouait qu'il ne pouvait pas humainement être aussi à fond sur ses doigts. La quadrature du cercle je pense, je me permets de dire ça quand bien même je ne suis pas instrumentiste ni a fortiori pianiste. Il me semble que j'ai toujours besoin de Nat pour aller me ressourcer, mais il est vrai aussi qu'il est déconseillé de l'écouter trop souvent.....à cause des fausses notes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 28 Juil 2014 - 13:45

Tout à fait d'accord, pour moi l'équilibre entre les pains (pas très fréquents, tout de même) et la densité de la lecture est amplement favorable.

Ce sont plutôt les prises de son, souvent très « antérieures » et dures que je trouve un peu frustrantes. Sans quoi, je crois qu'à peu près tout Nat serait ma première référence. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5730
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 28 Juil 2014 - 15:16

DavidLeMarrec a écrit:
Tout à fait d'accord, pour moi l'équilibre entre les pains (pas très fréquents, tout de même) et la densité de la lecture est amplement favorable.

Ce sont plutôt les prises de son, souvent très « antérieures » et dures que je trouve un peu frustrantes. Sans quoi, je crois qu'à peu près tout Nat serait ma première référence. bounce

cheers 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24604
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Jeu 5 Mar 2015 - 1:42

Je ne peux qu'être d'accord avec celui qui a écrit ça.

Effectivement, pour les Davidsbündlertänze, c'est certainement ma version préférée avec celle de Catherine Collard (Erato), et éventuellement Geza Anda (Columbia).
Pour les Chants de l'aube, je n'ai jamais entendu mieux que Pollini : d'une précision, d'une lucidité qui exacerbent jusqu'au vertige le malaise de ces pages vacillantes.

olivier le normand, in playlist, a écrit:

Schumann- Davidsbündlertänze- Maurizio Pollini, piano- DG, 2000



Y a quelqu'un ici qui a écrit (il se reconnaîtra) que c'était un des plus beaux disques Schumann de ces dernières années! Je ne peux qu'acquiescer!!!!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sergio
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Jeu 5 Mar 2015 - 14:00

En ce qui concerne les récriminations sur le non respect du texte, Il y a deux versions des Davidsbundler (1938 et version révisée de 1850).

Presque tout le monde joue la seconde version mais Andras Schiff et justement je crois bien Berezowski jouent la premiere version.

Parmi les très bonnes versions , il ne faut pas oublier Perahia et Uchida.

Je ne l'ai pas entendu mais on m'a assuré que Thierry de Brunhoff est remarquable dans cette oeuvre. Pour Geza Anda, je ne connais pas de version Columbia ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 27
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 8 Fév 2016 - 18:41

J'écoute souvent la Fantaisie op. 17. Préférence pour trois versions :

_ Benno Moiseiwitsch - 1953
_ Annie Fischer - 1959
_ Claudio Arrau - 1960

J'aime bien aussi Maurizio Pollini (1973), ma première version, même si je trouve son jeu un peu dur. Et puis, ça ne me semble pas sincère. Comme si la passion était feinte. Oui, c'est très subjectif ... hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4423
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Mer 10 Fév 2016 - 12:45

Schumann joué par un gentil géant allemand doté d'une âme sensible et toute délicate, rien de plus beau: Wilhelm Kempff, tu es mon héros.
I love you



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1004
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Mer 10 Fév 2016 - 14:42

Ravelavélo a écrit:
Schumann joué par un gentil géant allemand doté d'une âme sensible et toute délicate, rien de plus beau: Wilhelm Kempff, tu es mon héros.
I love you

Dernièrement, j'ai réécouté les études symphoniques de la même série, et j'ai eu de la peine pour Kempff, qui, audiblement, n'avait plus les doigts, à cette époque, pour aborder cette oeuvre... En revanche, ses Kinderszenen restent très bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4423
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Mer 10 Fév 2016 - 15:10

Diablotin a écrit:

Dernièrement, j'ai réécouté les études symphoniques de la même série, et j'ai eu de la peine pour Kempff, qui, audiblement, n'avait plus les doigts, à cette époque, pour aborder cette oeuvre... En revanche, ses Kinderszenen restent très bien !

C'est possible.
Les Études ne figurent pas sur les deux disques que je mentionne, mais elles seraient de la même époque (1972). Et c'est durant cette même session d'enregistrement que Kempff aurait enregistré son disque consacré à Érik Satie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eusèbe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 827
Age : 41
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Mer 10 Fév 2016 - 23:17

Oriane a écrit:
J'écoute souvent la Fantaisie op. 17. Préférence pour trois versions :

_ Benno Moiseiwitsch - 1953
_ Annie Fischer - 1959
_ Claudio Arrau - 1960

J'aime bien aussi Maurizio Pollini (1973), ma première version, même si je trouve son jeu un peu dur. Et puis, ça ne me semble pas sincère. Comme si la passion était feinte. Oui, c'est très subjectif ... hehe

As-tu écouté Catherine Collard (Erato), un enregistrement couplé avec les Davidsbüdlertänze, célébrées à juste titre par Mélo ? Ca devrait te plaire. J'avais trouvé ce disque en occasion chez Gibert pour une bouchée de pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 27
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Jeu 11 Fév 2016 - 16:21

Merci beaucoup Eusèbe de m'avoir parlé de cet enregistrement! J'apprécie beaucoup les interprétations de Schumann par Catherine Collard, mais je n'avais pas écouté celle de la Fantaisie. Elle est juste et passionnée. La tension ne se relâche pas un seul instant. Je pense que l'enregistrement ne lui rend pas justice pour des raisons techniques, qui rendent le son un peu plus sec qu'il devait l'être en réalité. Mais j'ai beaucoup aimé.


Je signale aussi le très bel enregistrement de Clifford Curzon (1954). C'est simple, consistant, et pourtant très poétique. Même lorsqu'il joue Schumann, Curzon ne nous emporte pas sur les cimes de la passion comme Moiseiwitsch; il introduit la beauté dans le quotidien. C'est ce qui rend ses interprétations si touchantes, si intimes.


Dernière édition par Oriane le Jeu 11 Fév 2016 - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Jeu 11 Fév 2016 - 16:25

Diablotin a écrit:
En revanche, ses Kinderszenen restent très bien !

Flemme d'aller vérifier le générique ; sait-on quelle version a été retenue par Visconti pour les scènes du "Manège" avec Sissi, dans Ludwig ? Un peu comme pour Mort à Venise, j'ai du mal à ne pas superposer, aujourd'hui, le son à cet imaginaire/imagier-ci. A ne pas voir un manège (manège d'enfant ou de cirque, indifféremment) dès que je lance la plage 1 du cd !
(Absolument rien à voir mais, regardant hier soir le Mahler de Ken Russel, j'ai été amusé par la citation de Mort à Venise, 5e symphonie comprise, avec Aschenbach/Tadzio sur le quai de gare, sous les yeux amusés de "Gustel" silent !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4423
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Jeu 11 Fév 2016 - 17:28

Eusèbe a écrit:


As-tu écouté Catherine Collard (Erato), un enregistrement couplé avec les Davidsbüdlertänze, célébrées à juste titre par Mélo ?  


Moi, je l'ai écoutée et oui, ça l'existe en un joli petit coffret, la regrettée Catherine Collard reste une incontournable dans Schumann.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24604
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 19 Sep 2016 - 0:36

Smile Excellente surprise avec ce disque que je découvre.
Pour le difficile opus 14, il y manque un peu de conviction comparé aux anciennes références (Horowitz, El Bacha, Pollini...)
Mais pour l'opus 20, la délicatesse de toucher et l'aménité du propos sont dignes d'éloge.


Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Robert Schumann (1810-1856) :

Sonate n°3 en fa mineur, Op. 14
Romanzen, Op. 28
Humoreske en si bémol majeur, Op. 20

= Vincenzo Maltempo, piano

(Piano Classics, avril 2014)

Smile J'avais beaucoup aimé ses disques Alkan, le jeune Italien est aussi très bon dans Schumann : articulé, très nuancé dans la ponctuation, sensible...
L'insaisissable Humoreske, sa versatilité émotionnelle, est très bien rendue.
Il ne manque qu'un chouïa de personnalité pour se hisser au niveau des plus grands, et peut-être se départir d'un ton trop aimable pour être authentiquement schumannien -il y manque un peu d'ambiguïté et de rage (la vélocité ne fait pas tout).


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
néthou
JazzAuNeth
avatar

Nombre de messages : 1589
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 19 Sep 2016 - 12:28

Tiens Mélo, tu dois savoir ça (quand tu trouveras une minute entre 2 livraisons Amazon...Mr. Green ): on peut avoir une discographie des grandes interprétations des Davidsbündlertänze ?
Je les ai entendues en concert la semaine dernière (également il y quelques années par Jonathan Biss), et j'aimerais bien avoir quelques références mélomaniaquement choisies...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24604
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Lun 19 Sep 2016 - 23:18

néthou a écrit:

on peut avoir une discographie des grandes interprétations des Davidsbündlertänze ?


Embarassed Je n'aurai pas toute la disponibilité d'esprit pour me lancer ce soir dans un exercice d'une telle envergure, mais regarde mon message du 5 mars 2015.
Spontanément, je citerais les trois mêmes versions.
Catherine Collard (attention, chez Erato ! et non chez Lyrinx, enregistrement plus tardif et beaucoup moins transcendant), j'ai bien dû l'écouter deux cents fois (littéralement, c'est un de mes disques de chevet), ses richesses sont inépuisables. Une fougue, un jaillissement, une poésie uniques, et cette vigueur rythmique qui caractérise cette pianiste (il paraît qu'en concert elle y mettait encore plus de flamme, ce qui est difficile à croire tant le brasier resplendit, le clavier s'ébroue). La grande pyrotechnie romantique, et même quand le feu couve l'incendie n'est jamais loin. Il y a quelques années (déjà...), j'avais lancé un topic sur les dix interprétations de piano pour l'île déserte [http://classik.forumactif.com/t6552-piano-vos-dix-interpretations-pour-l-ile-deserte]. Je n'ai pas encore répondu ( Mr.Red ) mais ces Davidsbündlertänze par Collard y figureront assurément (au sein d'une liste où certes il y aura 80% de Schumann  Mr. Green ).

Maurizio Pollini (DG) pour la clarté du texte, la tenue, le scintillement ; plus cérébral et moins exalté que Collard, mais d'une imprenable hauteur de propos.

Géza Anda (DG) pour la personnalisation du ton, l'agogique très inventive voire manipulatrice (malgré son apparente simplicité, la conception est très sophistiquée, moins fluide et libertaire que chez Collard), et une revisitation poétique qui témoigne d'une profonde réflexion personnelle sur la partition -à ce chapitre entendre Cortot aussi, évidemment.

Voilà pour commencer, trois versions bien différentes, suprêmes et complémentaires, qui éclaireront tes premiers pas et (je l'espère) te seront longtemps fidèles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
néthou
JazzAuNeth
avatar

Nombre de messages : 1589
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Mar 20 Sep 2016 - 21:49

Merci Mélo !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1340
Age : 27
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Mer 21 Sep 2016 - 0:41

Merci Mélo pour ces conseils qui profitent à tout le monde !

Citation :
Géza Anda (DG) pour la personnalisation du ton, l'agogique très inventive voire manipulatrice (malgré son apparente simplicité, la conception est très sophistiquée, moins fluide et libertaire que chez Collard), et une revisitation poétique qui témoigne d'une profonde réflexion personnelle sur la partition -à ce chapitre entendre Cortot aussi, évidemment.

Je ne peux qu'être d'accord avec toi ! Superbe interprétation.  cheers

L'interprétation qui m'a fait découvrir l'oeuvre est celle de Peter Frankl. Elle doit être extraite de son intégrale gravée au début des années 70. J'y reviens souvent, ainsi qu'à la version enregistrée par Fabienne Jacquinot en 1956. J'ai d'ailleurs eu la bonne surprise d'apprendre qu'elle avait à nouveau gravé les Davidsbündlertänze en 1988. Il s'agit dans les deux cas de lectures très personnelles. La première version est plus simple, plus directe que le seconde, qui comporte quelques prises de risque. Sinon, j'aime bien l'interprétation de Rudolf Firkušny (1955). La touche ourlée du pianiste tchèque n'est jamais épaisse, et même si les tempi choisis ne me satisfont pas toujours, je trouve que c'est dans l'ensemble une version renversante de poésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 774
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 2 Oct 2016 - 19:09

Lu ce fil avec beaucoup d'intérêt...
Comme beaucoup de discophiles de ma génération, la musique de piano de Schumann, interprétée, ou plutôt révèlée, par Yves Nat fut un choc.

Le fil s'attarde sur les "Davidsbündlertänze, op.6". Si, d'une façon générale, j'aime la musique de piano de Schumann, je suis assez réservé vis à vis de ces Davidsbündlertänze, tout comme je le suis vis à vis des Kreisleriana...Pour moi, Schumann et le piano, ce sont la Fantaisie, les Carnavals, les Scènes de la forêt et les Scènes d'enfant, les Fantasiestücke...Bref, des oeuvres moins alambiquées, dirai-je.

En fait, j'ai beaucoup écouté les Davidsbündlertänze dans diverses interprétations, y compris dans des interprétations de pianistes que je n'appréciais pas particulièrement, pour élucider mes réserves. A l'issue de ce parcours, mes réserves néanmoins demeurent mais, parmi ce que j'ai écouté (et acquis), je retiens les versions suivantes :

1. Cortot. C'est la l'interprétation la plus complète.
2. Catherine Collard. Les deux enregistrements, je suis incapable de hiérarchiser.
3. Geza Anda. L'enregistrement DGG et, plus encore, le Live Aura (Ascona, 16 septembre 1965).
4. Alexis Weissenberg (EMI).

In fine, j'écarte des pianistes que j'aime, Arrau, Backhaus, Kempff, par exemple, mais ils me semblent en deça des précédents dans cette oeuvre.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ronald_Paris
Néophyte


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 12/12/2014

MessageSujet: Un enregistrement propre : Scènes d'enfants - Schumann   Sam 17 Déc 2016 - 18:06

Bonjour à tous,

Je suis à la recherche d'un enregistrement propre des scènes d'enfants. Quand je dis propre, c'est un raccourci pour signifier que je cherche un enregistrement plutôt récent dispo sur une des grandes plateformes de téléchargement sans le souffle d'un vinyle qui aurait été numérisé.

Ca c'est pour la qualité technique, pour la qualité émotionnelle je m'en remets à vous pour trouver une version avec une belle intensité...

Bon week-end à tous.

Ronald
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ronald_Paris
Néophyte


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 12/12/2014

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Jeu 12 Jan 2017 - 23:26

Ca y est, j'ai pris le temps de reprendre le fil de cette discussion (8 pages pété de rire après 23h, ça pique !), c'est long mais du coup je me suis fait mon avis.

Puisqu'apparament il n'y a pas grand chose à redire sur Martha Argerich et que cela reste l'optimum pour limiter les risques, allons-y pour :


Enregistrement de 2010 et tout ça pour 7,00 Euros. Je tente l'aventure. Je vous dirais si la magie Martha Argerich a bien fonctionné comme prévu.

Bonne nuit.

Ronald
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 15 Jan 2017 - 13:03

Je pense que tu ne prends pas de risque avec Argerich en général et dans Schumann en particulier
La pianiste est une spécialiste du compositeur et semble l'affectionner tout particulièrement

Bref jamais déçu par la pianiste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5730
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 15 Jan 2017 - 15:59

LeKap a écrit:
Je pense que tu ne prends pas de risque avec Argerich en général et dans Schumann en particulier
La pianiste est une spécialiste du compositeur et semble l'affectionner tout particulièrement
Bref jamais déçu par la pianiste
Ça, c'est quand même très largement une affaire de goûts et d'attentes personnels. Personnellement, je n'ai jamais accroché à ce que propose Argerich - même si je reconnais volontiers que c'est une très grande pianiste, que la maîtrise technique est remarquable, qu'elle a incontestablement une forte personnalité d'interprète... Disons que, même si je n'y adhère pas, j'admets que son approche du texte dans Schumann peut du moins se justifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84262
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 15 Jan 2017 - 16:26

Disons qu'Argerich a dans Schumann à la fois l'avantage d'être du piano « standard » (pas un toucher trop vertical ou rugueux) et d'être particulièrement travaillée et aboutie. Ce n'est pas forcément mon Schumann, mais il est difficile de ne pas trouver ça très bien pour commencer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1370
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 15 Jan 2017 - 16:58

et même pour terminer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 774
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 15 Jan 2017 - 17:04

LeKap a écrit:
et même pour terminer

Terminer...Vraiment ?

Schumann et sa musique de piano ont été servis par de grands interprètes et, malgré mon admiration pour certains d'entre eux, je ne crois pas qu'un seul assume la totalité de cette musique.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 639
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Dim 10 Déc 2017 - 12:15



Les spécialistes du piano de Schumann pourront-ils donner leurs avis sur l'entreprise de Dana Ciocarlie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1841
Age : 53
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Ven 5 Jan 2018 - 10:16



Une intégrale que j'ai trouvée dans l'ensemble plutôt décevante. Pas tant à cause de Demus lui-même (qui a certes, comme dans toute intégrale, des hauts et des bas, mais qui s'en tire en général honorablement), .... mais plutôt à cause du son.

Certes, pour tous les numéros d'opus célèbres, on trouvera mieux et plus inspiré que Demus, souvent un peu monolithique. Mais on n'achète pas une intégrale pour avoir des versions de référence. Une intégrale vaut en ce qu'elle permet d'écouter des oeuvres moins fréquentées (il y en a beaucoup dans la production pianistique de Schumann) et, sur ce point, celle-ci remplit son office.

Le problème, c'est, comme je l'ai dit, le son. Il y a un problème plutôt subjectif et un autre objectif.

Le problème subjectif d'abord. Le coffret illustré ci-dessus ne comporte aucune notice éditoriale. Impossible donc de connaître les lieux et dates d'enregistrement et l'identité des instruments utilisés. Demus utilise de toute évidence un ou des pianos anciens. En farfouillant à gauche et à droite, j'ai pu déterminer qu'il utilise notamment un Erard de 1842. Si l'intérêt musicologique d'une telle approche n'est pas contestable, j'avoue personnellement avoir du mal avec le son de ces pianos. Il est souvent métallique et l'aigu souvent aigrelet et rachitique. Cela ne favorise vraiment pas mon entrée dans l'univers onirique de Schumann  ...

Il y a un second problème, beaucoup plus objectif : les prises de son. Celles-ci vont de passables (beaucoup trop rarement) à calamiteuses (beaucoup trop souvent). Ces enregistrements sont un véritable festival des atrocités en la matière ... On a droit à tout : le piano enregistré dans une boîte à chaussure, la réverbération excessive, le micro apparemment perdu à l'intérieur du piano, les micros qui grésillent, l'alternance de la mono et de la stéréo dans la durée même d'une pièce (micro défectueux ?) ... Bref, un vrai musée des épouvantes. Plus d'une fois, je croyais entendre un carillon Laughing  ...

Je vais alors voir du côté de l'intégrale d'Eric Le Sage. J'espère que cela sera plus satisfaisant ...


Dernière édition par Anaxagore le Ven 5 Jan 2018 - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 774
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Ven 5 Jan 2018 - 11:59

Je partage entièrement les avis de Anaxagore à propos de l'intégrale Schumann de Jörg Demus.
Ce fut une des plus grandes (sinon la plus grande) déceptions sonores de ma vie de discophile et de fan de la musique de piano de Schumann.

Quant à l'intégrale d'Eric Le Sage, le son tient la route. Par contre, le pianiste manque d'envergure, à mon sens, pour assurer quelques unes des "grandes" pages.

Ces deux intégrales comportent, l'une et l'autre, treize CDs. Toutes les pages les plus célèbres et les plus connues y sont, bien sûr. Cependant Demus et Le Sage donnent l'un et l'autre quelques pièces marginales que l'autre n'a pas enregistrées : Par exemple, Demus propose des Esquisses, op.58 et des Etudes, Op.56 pour piano pédalier que Le Sage n'a pas enregistrées et Le Sage offre des Etudes sur un thème de Beethoven que Demus a ignorées.

D'autre part, Eric Le Sage a enregistré quelques pages de Schumann (Les opus 9, 15 et 20) pour RCA en 1996. Ces enregistrements m'ont toujours semblés plus réussis que ceux de l'intégrale.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1841
Age : 53
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   Ven 5 Jan 2018 - 16:40

fomalhaut a écrit:
Je partage entièrement les avis de Anaxagore à propos de l'intégrale Schumann de Jörg Demus.
Ce fut une des plus grandes (sinon la plus grande) déceptions sonores de ma vie de discophile et de fan de la musique de piano de Schumann.

Quant à l'intégrale d'Eric Le Sage, le son tient la route. Par contre, le pianiste manque d'envergure, à mon sens, pour assurer quelques unes des "grandes" pages.

Ces deux intégrales comportent, l'une et l'autre, treize CDs. Toutes les pages les plus célèbres et les plus connues y sont, bien sûr. Cependant Demus et Le Sage donnent l'un et l'autre quelques pièces marginales que l'autre n'a pas enregistrées : Par exemple, Demus propose des Esquisses, op.58 et des Etudes, Op.56 pour piano pédalier que Le Sage n'a pas enregistrées et Le Sage offre des Etudes sur un thème de Beethoven que Demus a ignorées.

D'autre part, Eric Le Sage a enregistré quelques pages de Schumann (Les opus 9, 15 et 20) pour RCA en 1996. Ces enregistrements m'ont toujours semblés plus réussis que ceux de l'intégrale.

fomalhaut

Merci pour cet écho Smile . Si Le Sage n'a pas tout à fait l'envergure nécessaire, au moins le son sera-t-il sans doute plus correct ... Et j'aurai les quelques pages non enregistrées par Demus. Pour les « grandes » pages, ma discothèque est bien fournie par ailleurs Smile .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Schumann - Oeuvres pour piano   

Revenir en haut Aller en bas
 
Schumann - Oeuvres pour piano
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Schumann - Oeuvres pour piano
» Field - Nocturnes (et autres oeuvres pour piano seul)
» Debussy - Oeuvres pour piano
» Rachmaninov - Oeuvres pour piano
» György Ligeti - Oeuvres pour piano

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: