Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Hector Berlioz: mélodies, cycles.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Wolferl
Lapinophobe
Wolferl

Nombre de messages : 13311
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Ven 4 Fév 2011 - 21:01

Ce que tu dis de la version Smith/Mackerras donne envie ! Very Happy En plus elle est très rarement citée... ça se trouve difficilement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3415
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Ven 4 Fév 2011 - 21:28

Non je ne connais ni Lucia, ni même ses Nuits mais je suis preneur.

En fait aujourd'hui j'écoute surtout la version Hickox. Baker n'a plus l'espèce d'érotisme mélancolique si prenant de la version Barbirolli, la rondeur et la chair qu'elle y mettait, la voix s'est un peu distendue, mais il y a des chuchotements, des hésitations, des grâces, et des éclats de timbre merveilleusement évocateurs. Et c'est dirigé avec une franchise très prenante. Un beau disque de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23160
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Sam 5 Fév 2011 - 17:37

Van Dam m'a semblé en meilleur forme dans l'enregistrement pour version avec piano, il m'a encore plus touché. La diction est comme toujours irréprochable et l'interprète est sensible. Pourriez vous me donner les infos si vous les avez sur la date des deux enregistrements de Van Dam? L'accompagnement avec piano rend la chose encore plus belle et touchante. C'est une considération plus générale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
Bertram

Nombre de messages : 1720
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Sam 5 Fév 2011 - 17:52

C'est 87 ou 88 pour la version avec Collard, 96 pour la version de la Radio suisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23160
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Sam 5 Fév 2011 - 17:53

Bertram a écrit:
C'est 87 ou 88 pour la version avec Collard, 96 pour la version de la Radio suisse.

Ceci explique donc ma perception de plus grande aisance pour la version Collard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
Bertram

Nombre de messages : 1720
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Sam 5 Fév 2011 - 17:55

oui oui, ça correspond à mon souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Lun 30 Jan 2012 - 22:11

Je me suis amusé à faire une écoute comparée de "Sur les lagunes" (Les Nuits d'été). Voici ce que j'ai entendu.

Les deux plus bouleversantes :
Von Otter / Levine : orchestre magnifique, prise de son qui place le chant au coeur de l'orchestre et non devant, un sens du drame, un raffinement incroyable, chaque inflexion de la mélodie est audible, couleurs, phrasé, sens de la ligne dramatique, tout y est. Ce sont aussi, m'a-t-il semblé, les tempos les plus vifs.

L. Price / Reiner : c'est hors style et on s'en fiche, Price chante ça comme un air d'opéra, avec des notes tenues au-delà du raisonnable, et c'est sublime, irrésistible de beauté et de tension dramatique. A pleurer.

Les très belles :
Gens / Langrée : grand raffinement, très français, diction magnifique, pureté du chant, superbes couleurs, c'est moins bouleversant, moins sombre aussi que les deux précédentes, mais la ligne est d'une pureté sans égale. Et l'accompagnement est du même acabit.

Graham / Nelson : très belle voix, très beaux phrasés, bonne diction. J'ai été très agréablement surpris en réécoutant cette version, je pensais que ce serait plus plat, or c'est raffiné, il y a du drame, des couleurs. Très belle surprise.

Fink / Nagano : c'est parfait, belle voix, diction sans faille (trop ?), j'avais adoré cette version à sa sortie, mais peut-être ceci est-il un chouïa trop appliqué, trop contrôlé, comme l'accompagnement un peu sec de Nagano.

Norman / C. Davis : très belle voix bien sûr, large avec de très beaux allègements, plus opératique que les autres, plus monochrome, diction souvent floue, il y a moins de tension dramatique, mais la voix compense cela par sa propre puissance dramatique, un souffle assez incroyable. Ce n'est pas très idiomatique (plus que Price quand même) mais c'est très beau.

Les déceptions :
Crespin / Ansermet : la version tant adulée est ici très décevante : Crespin semble susurrer le texte, la diction est molle, comme si elle n'osait pas ; du coup il ne se passe rien ; on est loin de la grande Crespin, et la voix montre des acidités que l'absence d'expression laisse à découvert.

Te Kanawa / Barenboim : c'est très loin d'être aussi horrible qu'on ne l'a dit, je ne sais pourquoi cette version a une réputation aussi exécrable, comme si elle était indigne... ce que j'ai moi-même dit ici même Smile. C'est assez fondé pour l'accompagnement plat et terne de l'Orchestre de Paris, mais pour Te Kanawa, ce n'est pas mauvais du tout, c'est même très honnête pour la diction et la voix est très belle, mais elle est aussi assez monochrome et dénervée, il est vrai qu'il ne se passe pas grand-chose, elle passe à côté.

Baker / Barbirolli : la voix n'est pas la plus belle qui soit, mais l'expression est toujours à fleur de peau avec cette chanteuse, c'est le cas ici mais la diction est tellement gênante, la prononciation de certaines syllabes est tellement laide, presque vulgaire, ça gâche tout, je trouve ça insupportable.

Los Angeles / Monteux : il ne se passe rien, c'est plat, exsangue, on dort dès la deuxième mesure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23160
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Sam 4 Aoû 2012 - 12:10

Danco dans "Les Nuits d'été" est touchante, sa voix convient bien au 6 mélodies que composent le cycle malgré un grave peu dense. Sa simplicité, sincérité, la qualité de sa diction d'époque font que cette version est intéressante. La prise de son n'est pas idéale évidemment et le Cincinnati Symphony Orchestra sous la direction de Thor Johnson n'est pas parfait du tout, c'est même banal. Version à connaître pour Danco, douce, sensible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 5 Déc 2012 - 20:39

Praga a ressorti l'enregistrement légendaire des Nuits d'été par Eleanor Steber et Dmitri Mitropoulos, couplées à la Fantastique de Monteux avec Vienne. C'est une heureuse initiative mais, sans doute parce que le CD était trop plein, il manque la Villanelle. Certes, consolons-nous, cette Villanelle était le point faible de ce concert, mais c'est quand même dommage. Dans les cinq autres mélodies, Steber est sublimissime !
Je n'ai pas encore écouté la Fantastique mais je me doute qu'elle doit valoir le détour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
adriaticoboy

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 5 Déc 2012 - 22:12

Attention, il y a deux versions Steber/Mitropoulos: un live d'avril 1953 au son moyen (Tahra, Urania) et la version studio de janvier 1954 (Columbia/Sony).
J'imagine que Praga a réédité la seconde et je trouve vraiment dommage qu'ils aient zappé Villanelle, puisqu'elle me paraît aussi impeccable que le reste dans cette version studio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 5 Déc 2012 - 22:20

Ils mettent : 1953 Columbia US, ce doit être le studio, le son est très bon.

Bof, non, je me souviens d'une Villanelle moyenne, la voix y était lourde, c'est la seule mélodie où ça accusait son âge et où la voix semblait inappropriée - comme souvent d'ailleurs, c'est la mélodie la plus ratée du cycle, en général, je trouve.

Et la Fantastique tu la connais ? (remarque, il vaudrait mieux en parler dans le fil approprié Wink )


Dernière édition par Hippolyte le Mer 5 Déc 2012 - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 5 Déc 2012 - 22:21

Je ne connais que le live et je n'aime pas du tout la Villanelle, c'est lent et pas très beau à vrai dire. Et effectivement ça sonne daté. Le reste est bien meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
adriaticoboy
Mélomane chevronné
adriaticoboy

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 5 Déc 2012 - 22:47

Oui, que ce soit le live ou le studio, c'est une lecture de Villanelle beaucoup plus lente que la moyenne, et sans doute un peu trop vibrée. Mais je trouve que ça se défend ; en tout cas c'est d'une clarté remarquable, malgré l'accent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19962
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 1 Oct 2014 - 10:18

J'ai découvert la version enregistrée par Isabelle Druet et Johanne Ralambondrainy... Version piano donc...
Et l'optique très sobre et presque même dépouillée fonctionne parfaitement! Très loin des grands épanchements de certaines (épanchements que j'aime beaucoup!), même de la sophistication d'une Gens... Ici c'est comme si Druet parlait au lieu de chanter. Le tempo assez rapide aide bien sûr, mais j'ai été frappé par cette déclamation musicale. Je n'avais jamais entendu une telle approche pour ce cycle! Very Happy

Au passage, l'ensemble du disque est superbe d'ailleurs! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86812
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 1 Oct 2014 - 10:24

Oui, elle chante toujours la mélodie comme ça. C'est surprenant, mais assez convaincant en général. Ce qui rend son programme Dubois-Bonis-Hahn aux Invalides encore plus tentant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19962
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 1 Oct 2014 - 10:33

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, elle chante toujours la mélodie comme ça. C'est surprenant, mais assez convaincant en général. Ce qui rend son programme Dubois-Bonis-Hahn aux Invalides encore plus tentant !

Oui... j'avais vu un récital à l'Opéra-Comique il y a des années... j'en garde un bon souvenir mais ça ne m'avait pas marqué cette façon de faire.
Pour les Invalides, bien sûr que c'est tentant... sauf que c'est pas possible Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86812
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 1 Oct 2014 - 10:35

Pourquoi ? Tu es trop antibonapartiste ? Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19962
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Mer 1 Oct 2014 - 10:40

DavidLeMarrec a écrit:
Pourquoi ?  Tu es trop antibonapartiste ?  Surprised

Non, je vais voir du Rossini lointain et donc je serais pas sur Paris le 14 au soir... Mr.Red
Pourtant, j'aurais beaucoup aimé voir ce récital... dommage Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4161
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Berlioz : Nuits d'été   Mer 19 Déc 2018 - 20:36

C'est dommage de parler de ce si beau cycle de Berlioz dans le fil sur Lemieux. C'est une excellente mezzo, mais Nuits d'été me semble mériter son propre sujet Smile


Belcore a écrit:
Entendue hier soir lors de la retransmission d'un concert à la P. P. de l'Orchestre Métropolitain dirigé par Nézet - Seguin dans les Nuits d'été.

Magnifique, très dramatique, en quelque sorte une conception de l'œuvre à l'opposé de celle de Crespin - que par ailleurs j'adore…

Elle était particulièrement à l'aise avec la tessiture : transposé ?


Belcore

DavidLeMarrec a écrit:
Les Nuits d'été étaient à l'origine écrites pour baryton… Ce sont donc les sopranes qui transposent. Je suppose qu'elle a dû les chanter dans la tonalité originale (la Villanelle est deux tons plus bas que dans celle qu'on entend usuellement).

Stefano P a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Les Nuits d'été étaient à l'origine écrites pour baryton…

J'ai pourtant souvent lu que ce cycle de mélodies avait été écrit pour mezzo ou ténor... Question

DavidLeMarrec a écrit:
Stefano P a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Les Nuits d'été étaient à l'origine écrites pour baryton…

J'ai pourtant souvent lu que ce cycle de mélodies avait été écrit pour mezzo ou ténor... Question

J'ai la partition d'origine sous les yeux : tessitures de baryton (rien au-dessus du fa dièse / sol bémol). Le sexe du chanteur n'est pas spécifié, mais je disais baryton parce que, au XIXe siècle, le cycle avait surtout été chanté par des hommes, me semble-t-il.

Stefano P a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Stefano P a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Les Nuits d'été étaient à l'origine écrites pour baryton…

J'ai pourtant souvent lu que ce cycle de mélodies avait été écrit pour mezzo ou ténor... Question

J'ai la partition d'origine sous les yeux : tessitures de baryton (rien au-dessus du fa dièse / sol bémol). Le sexe du chanteur n'est pas spécifié, mais je disais baryton parce que, au XIXe siècle, le cycle avait surtout été chanté par des hommes, me semble-t-il.

Et pourtant, si j'en crois cette reproduction de l'édition originale pour chant et piano :


DavidLeMarrec a écrit:
Cela, je ne puis dire… Tout ce que je sais, c'est que la version usuellement jouée est beaucoup plus aiguë (Villanelle +2 tons, Absence +1,5, Au cimetière +2, L'Île inconnue +1,5), donc ça n'a pas trop de sens de considérer la version basse comme écrite pour ténor… (d'ailleurs les multiples éditions Costallat des tonalités originales indiquent soit « low voice », soit « medium voice »).

C'est intéressant, cette mention (mezzo, ok, c'est logique), je serais curieux d'en savoir plus (est-ce sur l'autographe, ou un choix de l'éditeur).

Stefano P a écrit:
La mention "mezzo-soprano ou ténor" se trouve bien en tout cas sur chacun des titres du cycle ; par exemple Le spectre de la rose :


DavidLeMarrec a écrit:
Alors là j'ai un problème : c'est la version en ré, soit la version haute. Il faut que j'aille vérifier l'info, alors, des tonalités de l'autographe. (Mon édition « voix moyenne » se targue d'avoir respecté les tonalités d'origine.)

DavidLeMarrec a écrit:
Alors : abaissement des tonalités du Spectre et de Sur les lagunes pour l'orchestration. Sinon les premières tonalités écrites sont (comme le plus souvent) les tonalités hautes. Dans l'édition originale, « Au Cimetière » porte la mention ténor (sans mezzo). J'ai dû faire une confusion avec les Kindertoten et mélanger ça avec la légitimité du ténor sur ce cycle… J'irai vérifier ce que dit mon édition, qui donnait pas mal d'indications sur ces histoires.

Merci d'avoir rectifié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86812
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   Dim 20 Jan 2019 - 14:42

Donc, écouté le récent Les Siècles / Degout. Couleurs extraordinaires, mais toujours le mystère du choix de Degout, très en voix (le timbre a vraiment gagné en velours, sans s'étouffer pour autant), mais tellement homogène… Une seule couleur, une seule émission, tout cela est chanté comme un grand air d'opéra, ne tire pas le plus grand parti du détail de poèmes. (Ça fonctionnait merveilleusement dans le lied-héroïque de la Lyrische Symphonie de Zemlinsky…)

Moi, ça me frustre, mais si on écoute juste la musique, c'est très beau assurément. Et Absence donne un très beau contre-exemple au reste du cycle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hector Berlioz: mélodies, cycles.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hector Berlioz: mélodies, cycles.
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Hector Berlioz: mélodies, cycles.
» Hector Berlioz: les cantates
» Hector Berlioz (1803-1869)
» Hector Berlioz: les opéras
» Hector BERLIOZ - La Damnation de Faust

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: