Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les grands artistes dans la simplicité

Aller en bas 
AuteurMessage
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Les grands artistes dans la simplicité   Mer 24 Oct 2007 - 23:36

J'ai toujours remarqué qu'il n'y avait pas un endroit où la supériorité des grands artistes n'était plus écrasante que dans la simplicité, dans les oeuvres accessibles à tous techniquement. Mettre tant de choses dans si peu de notes, mobiliser les ressources de la magie, de l'ineffable, de l'invisible, mettre en oeuvre mine de rien des ressources techniques considérables et variées... c'est le privilège des grands interprètes (en dehors bien sûr du cas particulier des petites perles nordiques dénichées par David siffle ).
C'est dans les morceaux qui nous mettent à égalité techniquement avec eux que paradoxalement nous sommes les plus distancés, nous autres pauvres amateurs !...

Je vous propose quelques exemples, en général des morceaux d'un lyrisme simple et facile donnant la part belle au chant, pas dans tous les cas qualifiables de chefs d'oeuvres, dans lesquels excellent quelques grands artistes triés en fonction de mes goûts.
Des exemples subjectifs, donc, et en général peu connus (je n'ai pas remis sur le tapis les nocturnes de Chopin par Arrau par exemple !).
Afin de déjouer la mauvaise foi des têtus toujours prêts à écouter d'une façon orientée, tant en ce qui concerne les oeuvres que les interprètes, j'indiquerai plus tard les références.

1. Voilà une main droite qui se détache de façon spectaculaire au dessus de l'accompagnement de la main gauche: sonorité cristalline, d'une franchise, d'une netteté incroyables... un ciselé admirable et de somptueux rubatos... Un rien de froideur et de calcul... mais ce son transperce ! Une diction préparée mais admirable.
[lien supprimé]


2. Climat de douleur et d'abattement dès les premières mesures, crescendo immense conduit de façon spectaculaire sans puissance extrême. Attention: c'est très vieux, ça gratte, et la dynamique est un peu rabotée. Une des références pour l'oeuvre malgré l'âge.
[lien supprimé]


3. Devant ce violon, à part se mettre à genoux... Que faire et dire d'autre ?
[lien supprimé]


4. Un artiste immense au crépuscule de sa vie, qui n'a plus rien à prouver. Un miracle de dépouillement, de détachement, d'humilité, sans aucun effet... (les battements des trilles...), le son est magnifique.
[lien supprimé]


5. Jeu plein de grandeur, de raffinement, de sérénité et de sensibilité également, un superbe legato. De la tenue, grande classe.
[lien supprimé]


6. Comment mettre de l'humour dans une interprétation ? les répétitions de notes irrégulières rythmiquement, d'une lourdeur calculée suggèrent une poule gauche et maladroite. Irrésistible !
[lien supprimé]


7. Ce quatuor est sublime dans cette oeuvre, un des mouvements lents les plus émouvants de la musique de chambre. Sonorités ni très rondes (comme les Berg) ni très neutres, un rien acides et colorées, mais le climat est magique. Les solistes sont exceptionnels.
[lien supprimé]


8. Aucune volupté sonore, peu de pédale, mais le jeu est simplement déchirant dans le mouvement lent de ce chef d'oeuvre de la musique.
[lien supprimé]


9. Tempo lentissime. Les notes s'égrènent lentement au dessus de graves accords, chacune sonnant à sa manière. Fa-bu-leux ! Maintenant mettez-vous au piano et essayez de faire pareil !
[lien supprimé]


10 et 11. Climat de détente exceptionnel, pleinitude absolue, détachement, rubato et phrasés comme personne n'oserait plus en faire aujourd'hui (on parlerait de maniérisme), basses en relief qui s'immiscent dans le discours, articulation et sonorités sans cesse en mouvement...
Deux exemples.
[lien supprimé]
Qualité des basses et du chant :
[lien supprimé]


12. Artiste très peu connu, mais exceptionnel. Au niveau des plus grands: refus de l'effet et humilité totale, simplicité et sensibilité à fleur de peau, clarté de la polyphonie, articulation, naturel, lisibilité du discours... Rarement on voit des interprétations à ce point anti-spectaculaires surtout chez ce compositeur. Si vous voulez vous laver l'oreille des exploits des bêtes à concours internationaux, quelques mesures suffiront pour remettre en place l'idée de ce qu'est vraiment l'émotion musicale.
[lien supprimé]




(Malheureusement, la compression tue la musique, et pour certains extraits, je n'ai pas retrouvé exactement l'émotion transmise par ma chaîne de salon et les disques originaux, d'autant plus que la brieveté des extraits ne donne pas à cette émotion le loisir de s'installer, mais bon... cela peut quand même donner une idée.)


Dernière édition par le Mar 30 Oct 2007 - 22:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85799
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Mer 24 Oct 2007 - 23:59

J'ai commencé à commenter vos bêtises pour ne pas que vous restiez tout seul cette nuit, je reprendrai plus tard.

Car il est tard ; il est près de minuit.


sofro a écrit:
1. Voilà une main droite qui se détache de façon spectaculaire au dessus de l'accompagnement de la main gauche: sonorité cristalline, d'une franchise, d'une netteté incroyables... un ciselé admirable et de somptueux rubatos... Un rien de froideur et de calcul... mais ce son transperce ! Une diction préparée mais admirable.
extrait 1
Ce n'est pas une pièce si facile, elle réclame en tout cas un goût parfait. Je trouve le son aigrelet de l'aigu absolument abominable, sans parler de ce phrasé à la note...


Citation :
2. Climat de douleur et d'abattement dès les premières mesures, crescendo immense conduit de façon spectaculaire sans puissance extrême. Attention: c'est très vieux, ça gratte, et la dynamique est un peu rabotée. Une des références pour l'oeuvre malgré l'âge.
extrait 2
La profondeur étonne en effet, même si le temps nous sépare du style et du son. J'aime beaucoup, particulièrement cette pédale sale, très bien pensée.


Citation :
3. Devant ce violon, à part se mettre à genoux... Que faire et dire d'autre ?
extrait 3
J'ai eu peur, en vous lisant dire du bien d'un violoniste. Mais c'est transcendant en effet. Vous avez cela dit une notion de facilité un peu biaisée...


Citation :
4. Un artiste immense au crépuscule de sa vie, qui n'a plus rien à prouver. Un miracle de dépouillement, de détachement, d'humilité, sans aucun effet... (les battements des trilles...), le son est magnifique.
extrait 4
Très belle sûreté technique, et le poids des notes, oui. Il faudrait voir l'étendue des nuances sur la durée.


Citation :
5. Jeu plein de grandeur, de raffinement, de sérénité et de sensibilité également, un superbe legato. De la tenue, grande classe.
extrait 5
Tout reste dans la même gamme forte, si tout est pareil sur la longueur, ce serait monotone. Mais un magnétisme réel dans la plastique du son, j'en conviens.


Citation :
6. Comment mettre de l'humour dans une interprétation ? les répétitions de notes irrégulières rythmiquement, d'une lourdeur calculée suggèrent une poule gauche et maladroite. Irrésistible !
extrait 6
Oui, elle joue remarquablement, mais il y a tout de même une lourdeur très pianistique que je retrouve moins chez Tharaud (qui a l'élégance ultime, en plus de l'inspiration philologique).


Jusqu'à présent, vous avez plutôt bon goût, ce qui est surprenant chez vous. A moins que l'illusion des extraits ne fasse passer les platitudes dont vous vous nourrissez pour des objets dignes d'intérêt. Qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Kia
vomi
avatar

Nombre de messages : 6939
Age : 32
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 0:14

J'aimerais tellement moi aussi réussir à sortir ces petites piques envers certains membres, bien méchantes et assez enrobé Sad
David, vous donnez des cours particuliers ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 0:26

Tu n'en as pas besoin, crois moi. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Picrotal
Parano lunatique
avatar

Nombre de messages : 12613
Age : 42
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 0:27

C'est la journée du vouvoiement sur ce forum, ou j'ai raté un épisode quelque part... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nevertrust.over-blog.com
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82587
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 0:27

Picrotal a écrit:
C'est la journée du vouvoiement sur ce forum, ou j'ai raté un épisode quelque part... ?

Tu as raté que sofro et David se vouvoient à peu près toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 0:29

Merci pour ces friandises Monsieur Sofro. Very Happy

Beaucoup de mal avec ce répertoire. J'aurais du mal à apprécier ces interprétations à leur juste valeur.

Le 1 ne me parle absolument pas, à croire qu'il s'agit d'une blague de tonton à ses neveux. C'est flou, terne, atone... scratch

Le 2 est magique, une marche hypnotique à travers la boue des steppes. Hallucinant.

Le 3 c'est effectivement d'une classe incroyable. Ca survole tout, impérial. Du bonheur.

Le 4... non, vraiment ce piano est romantique carton rouge

Le 5 est pudique et chaleureux également et tendre aussi, une telle maîtrise et de telles qualités de coeur... thumleft

Le 6, oui elle est effectivement bourrée. Au lait-de-poule sans doute.

Le 10 laisse pantois, des phrases, des soupirs... Quel talent de diseur. C'est presque parlando et dans le creux de l'oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Picrotal
Parano lunatique
avatar

Nombre de messages : 12613
Age : 42
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 0:31

Xavier a écrit:
Picrotal a écrit:
C'est la journée du vouvoiement sur ce forum, ou j'ai raté un épisode quelque part... ?

Tu as raté que sofro et David se vouvoient à peu près toujours.

Ah je n'avais jamais fait attention, en effet...

Pardon pour cette incartade HS, je vous laisse tranquilles ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nevertrust.over-blog.com
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 2:02

Quelques réflexions en l'air:

1- Euh... comment dire... Je l'ai réécouté après tous les autres pour vérifier mon impression... et c'est définitivement l'intrus! Un enregistrement rare de Boulez au piano peut-être!

2- Incomparable, un calme intérieur qui peut déclencher des forces inouies!

3- Dieu joue du violon! Amen!

4- Usage parfait de la pédale, toucher souverain, un texte parfaitement senti, la foi du vieux sage! Magnifique!

5- Aristocratique et sensible, mais presque trop beau pour être honnête!

6- Une liberté d'invention exquise mais des mains solides!

7- Quel chant! Quelles couleurs! Et une sensation d'espace et d'écoute rare!

8- Le pianiste et sa machine ne font plus qu'un, les touches sont brûlantes, sensibles comme des plaies ouvertes! Cordes presque statiques pour vibrations humaines authentiques!

le reste demain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9894
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 2:48

Tiens un genre de blind test avec commentaires lyriques. Pourquoi pas ?

1 - Pires ?

2 - Richter ?

3 - Oistrakh ?

4- Serkin ?

5 - Arrau ?

6 - Meyer ?

7 - Les Italiano ?

8 - encore Serkin ?

9 - toujours Serkin ?

10/11 - Arrau ?

12 - Vasary ?


La seule réserve que j'émettrais sur l'ensemble des extraits : sont-ils vraiment si simples à jouer, même techniquement ? En particulier les dernières sonates de Beethoven, il y a aussi un extrait de l'Hammerklavier sauf erreur? Ou alors simple à jouer à condition d'être arrivé jusqu'à cet endroit.

J'ai lu quelque part une remarque de Gidon Kremer qui dit que c'est rarement les passages les plus virtuoses ou redoutables techniquement qui impressionnent le public.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 21:22

DavidLeMarrec a écrit:
J'ai commencé à commenter vos bêtises pour ne pas que vous restiez tout seul cette nuit, je reprendrai plus tard.

Jusqu'à présent, vous avez plutôt bon goût, ce qui est surprenant chez vous. A moins que l'illusion des extraits ne fasse passer les platitudes dont vous vous nourrissez pour des objets dignes d'intérêt. Qui sait.

Prenez garde ; par ici, par ici. Vous n'avez pas encore écouté les autres extraits ?
Eh bien, voici la musique plate dont je me nourris. Entendez-vous ces objets dignes d'intérêt qui se téléchargent ? Allons jusqu'au bout de ces extraits et écoutez un peu ; ils viendront vous frapper les oreilles. Penchez-vous ; n'ayez pas peur, je vous tiendrai. Donnez-moi non non pas le bras, il ne pourrait pas glisser, la main. Voyez-vous le gouffre, David, David ?
Vous étouffez ici, sortons.
(...)
Ah ! vous respirez enfin ! J'ai cru, un instant, que vous alliez vous trouver mal dans ces énormes chefs d'oeuvre ; vous avez été sur le point de tomber. Il y a là un air humide et lourd comme une rosée de diapasons d'or, et des ténèbres épaisses pour votre culture empoisonnée.

Et maintenant tous les airs de tout Meyerbeer !
siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sauron le Dispensateur
Etre malfaisant
avatar

Nombre de messages : 7003
Age : 35
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 25 Oct 2007 - 22:42

Morloch a écrit:

La seule réserve que j'émettrais sur l'ensemble des extraits : sont-ils vraiment si simples à jouer, même techniquement ? En particulier les dernières sonates de Beethoven, il y a aussi un extrait de l'Hammerklavier sauf erreur? Ou alors simple à jouer à condition d'être arrivé jusqu'à cet endroit.
Tout dépend ce qu'on entend par "technique". Si technique veut dire "jouer vite et fort" les extraits des sonates de Beethoven choisis par Sofro ne sont pas "difficiles".
Si on entend par technique "qualité de son légato pédale etc..." alors oui les extraits choisis ne sont pas évidents.
Autant dire tout de suite que pour moi la "technique" va bien au delà de la capacité à exécuter des doubles à toute vitesse.
Une précision pour l'extrait de l'impromptu opus 51 c'est pas facile du tout -même avec une définition "restreinte" de la technique. Il y a plein de doubles notes tortueuses... un des rares Chopin qui ne tombe pas "sous les doigts".
Bref un petit adagio de Mozart me semble, en fin de compte, bien plus difficile à rendre que nombres d'études de Chopin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Ven 26 Oct 2007 - 19:45

Brave Sofro, altruiste, pédagogue mais snobé par la masse ingrate, à quoi ça sert qu'il se décarcasse? Wink
D'un autre côté, il faut dire que ces superbes extraits appellent peu de commentaires, sinon des banalités!
Bon, pour relancer un peu le fil, je tente les interprètes (grosses bêtises en perspective!):

1- Pollini ?
2- Moiseiwitsch ?
3- Oïstrakh ?
4- Michelangeli ?
5- Del Bacha ?
6- Meyer ?
7- Prazak ?
8- Serkin ?
9-
10 & 11-Arrau ?
12-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Ven 26 Oct 2007 - 22:15

adriaticoboy a écrit:
Brave Sofro, altruiste, pédagogue mais snobé par la masse ingrate, à quoi ça sert qu'il se décarcasse? Wink
Sans compter les goujats... alien


A vrai dire, dans mon esprit, ce n'était pas spécialement un blind test: pour cela il aurait fallu une meilleure définition du son. La compression normalise les sonorités de piano, pour certains extraits le résultat est un peu décevant.
Des choses ont été bien vues: Oistrakh, Serkin dans la Hammerklavier, le Boulez cérébral (bien vu !) du premier extrait, c'est Michelangeli, Marcelle Meyer dans la poule (par ailleurs suggérée implicitement par David, toujours fine mouche du coche), Moiseiwitsch dans les tableaux d'une exposition... Avec les Prazac, c'est pas tombé loin dans les quatuors tchèques: quatuor Kocian.
David a opté à l'aveugle pour son Gilels préféré (op 109 de Beethoven), malheureusement à S - 2, la machine à faire des compliments s'est enrayée, flairant le danger de l'extrait 8 et David terrorisé a quitté définitivement le fil.

Horowitz peut surprendre: dans ses meilleurs (et trop rares) moments, il peut trouver une pleinitude sonore, une sérénité, une respiration et des phrasés amples et profonds qui peuvent le faire passer pour un autre, dénaturation technique de sa sonorité aidant (compression).
Lazar Berman (concert public) toujours grand liztien dans le 5.
Richter dans l'opus 110 est inégalable quand il s'agit d'habiter trois fois rien comme notes...

Dans mon altruisme obstiné, je vous ai concocté cet extrait qui est un passage à connotation pastorale de la sonate n°18 de Beethoven où Richter trouve le moyen de faire quelque chose à tomber à la renverse avec seulement quelques accords qui se courent après :

[lien supprimé]

C'est cela à mon avis la supériorité technique: disposer de moyens qui permettent d'habiter le plus petit nombre possible de notes. Comme il a été dit, c'est beaucoup plus difficile que de faire de l'esbroufe avec une étude de Chopin (et cela demande des qualités beaucoup plus rares).

Le pianiste en 12 est le très très peu commercial Stephan Askenase, un pianiste au niveau des plus grands, dont l'immense pudeur et l'immense discrétion le réservent à une minorité passionnée de musicalité pure.


Dernière édition par le Mar 30 Oct 2007 - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Ven 26 Oct 2007 - 23:51

1- Michelangeli !
Là c'est plus de la froideur ou du calcul, c'est du prosaïsme presque scolaire! On attend au moins d'ABM tellement plus d'élégance! Un mauvais jour sûrement pour lui... ou alors c'est moi qui n'aime plus son jeu...

2- Moiseiwitsch
Légendaire, en effet. Quand je l'entends, je ne peux m'empêcher de penser à ce que Rachmaninoff aurait pu nous laisser dans cette oeuvre!

3- Oïstrakh
Sans commentaire.

4- Guilels!
J'étais à côté de la plaque quant à l'interprète et ça prouve qu'il est grand temps que je me mette sérieusement au Beethoven de Guilels!

5- Berman!
L'écoute en aveugle lui est très bénéfique, le poète est là, incontestablement, même si certains traits rappellent aussi quand même qu'on a affaire à une bête du clavier!

6- Meyer
J'attends avec impatience la sortie de l'intégrale de ses enregistrements chez EMI pour enfin découvrir son Ravel!

7- les Kocian!
J'avais effectivement pensé aussi à eux, même si en fait je ne connais pas encore leur enregistrements.

8- Serkin
Franchement, je crains toujours pour sa santé quand je l'entends comme ça, à la limite de la rupture.

9- Richter!
Forcément! comment n'y ai-je pas pensé! Il n'y a que lui pour suspendre ainsi le temps!

10/11- Horowitz! Shocked
Belle surprise! D'où sort ce moelleux extraordinaire? C'est les derniers enregistrements Columbia des années 80, non ? Avec ce splendide piano Yamaha réglé à merveille ?

12- Ashkenase!
Cela me confirme que c'est assurément un artiste qui mérite de sortir de l'oubli. Le coffret collector édité par DGG est dans ma wishlist depuis trop longtemps...


En tout cas merci Sofro pour se panorama! Quand tu auras le temps, est-ce que tu pourras donner les références exactes, dates et labels ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Sam 27 Oct 2007 - 0:46

adriaticoboy a écrit:
1- Michelangeli !
Là c'est plus de la froideur ou du calcul, c'est du prosaïsme presque scolaire! On attend au moins d'ABM tellement plus d'élégance! Un mauvais jour sûrement pour lui... ou alors c'est moi qui n'aime plus son jeu...

Ca ne m'étonne pas, il est tellement mauvais dans Debussy. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9416
Age : 58
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Sam 27 Oct 2007 - 2:06

vartan a écrit:
adriaticoboy a écrit:
1- Michelangeli !
Là c'est plus de la froideur ou du calcul, c'est du prosaïsme presque scolaire! On attend au moins d'ABM tellement plus d'élégance! Un mauvais jour sûrement pour lui... ou alors c'est moi qui n'aime plus son jeu...

Ca ne m'étonne pas, il est tellement mauvais dans Debussy. Mr. Green
What the fuck ?!?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Sam 27 Oct 2007 - 2:22

Oui, je maintiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Sam 27 Oct 2007 - 2:35

Attention! ce fil va finalement peut-être décoller! Ca manquait juste de sel! hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Sam 27 Oct 2007 - 2:55

Précipité, tuant toute nuance, massacrant toute rêverie...etc ...etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85799
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Sam 27 Oct 2007 - 14:20

Allez, finissons-en avant de lire les commentaires de Sofro. Puisque tout le monde joue, je peux avancer sans trop de risques Oïstrakh pour le 3. Pour les autres, j'ai laissé traîner des allusions qui suffiront, je pense.


sofro a écrit:
7. Ce quatuor est sublime dans cette oeuvre, un des mouvements lents les plus émouvants de la musique de chambre. Sonorités ni très rondes (comme les Berg) ni très neutres, un rien acides et colorées, mais le climat est magique. Les solistes sont exceptionnels.
extrait 7
Ce type de sonorité n'est pas mon genre au disque, très étroite, très soliste. Je trouve l'ensemble un peu mécanique, du moins comme cela, hors contexte, bien que d'une admirable maîtrise technique. Un peu trop maîtrisé, sans doute.
En revanche, admirable lisibilité des plans.

La compression déforme ce genre de timbres, de toute façon.


Citation :
8. Aucune volupté sonore, peu de pédale, mais le jeu est simplement déchirant dans le mouvement lent de ce chef d'oeuvre de la musique.
extrait 8
Grand Dieu que c'est martelé ! On dirait Serkin qui a bu.


Citation :
9. Tempo lentissime. Les notes s'égrènent lentement au dessus de graves accords, chacune sonnant à sa manière. Fa-bu-leux ! Maintenant mettez-vous au piano et essayez de faire pareil !
extrait 9
Les accords sont extraordinaires. La ligne est un peu dure, mais rien que la main gauche bouleverse, avec son rubato insensible, la couleur propre à chaque accord. La mélodie est suspendue, on ne la reconnaît même plus. Magistral.


Citation :
10 et 11. Climat de détente exceptionnel, pleinitude absolue, détachement, rubato et phrasés comme personne n'oserait plus en faire aujourd'hui (on parlerait de maniérisme), basses en relief qui s'immiscent dans le discours, articulation et sonorités sans cesse en mouvement...
Deux exemples.
extrait 10
Qualité des basses et du chant :
extrait 11
Une certaine simplicité dans ce rubato très ample. Usage un peu désordonné de la pédale, doigts gros. Ca me fait penser à Cortot, du moins avant le retour de la mélodie lisztienne...


Citation :
12. Artiste très peu connu, mais exceptionnel. Au niveau des plus grands: refus de l'effet et humilité totale, simplicité et sensibilité à fleur de peau, clarté de la polyphonie, articulation, naturel, lisibilité du discours... Rarement on voit des interprétations à ce point anti-spectaculaires surtout chez ce compositeur. Si vous voulez vous laver l'oreille des exploits des bêtes à concours internationaux, quelques mesures suffiront pour remettre en place l'idée de ce qu'est vraiment l'émotion musicale.
extrait 12
Très étrange en effet : on pousse totalement l'impromptu vers une forme de salon et non de concert. Sans doute une forme d'authenticité. C'est en tout cas atypique, et pas déplaisant du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85799
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Sam 27 Oct 2007 - 14:31

sofro a écrit:
Des choses ont été bien vues: Oistrakh,
C'était immanquable, la plénitude de ce timbre. Evidemment, pour les pianistes, c'est plus difficile.

Citation :
le Boulez cérébral (bien vu !) du premier extrait, c'est Michelangeli,
Poverino ! Ce n'est pas chrétien d'exhumer des choses comme cela.

Citation :
Avec les Prazac, c'est pas tombé loin dans les quatuors tchèques: quatuor Kocian.
Flûte alors ! On sentait bien la veine tchèque, mais le son était plus proche du pincé des Amadeus que de la robustesse des Kocian, qui sonnent rond et charpentés en salle et au disque, d'habitude. Ils font sans doute un travail colossal sur le son, ici. Mais ça correspond au maintien un peu raide que je ressentais.

Citation :
David a opté à l'aveugle pour son Gilels préféré (op 109 de Beethoven), malheureusement à S - 2, la machine à faire des compliments s'est enrayée, flairant le danger de l'extrait 8 et David terrorisé a quitté définitivement le fil.
Ah, donc j'ai parfaitement reconnu ce dont il s'agissait ! Laughing


Citation :
Horowitz peut surprendre: dans ses meilleurs (et trop rares) moments, il peut trouver une pleinitude sonore, une sérénité, une respiration et des phrasés amples et profonds qui peuvent le faire passer pour un autre, dénaturation technique de sa sonorité aidant (compression).
Je n'y étais pas du tout. Comme le jeu paraît gourd, lui qui avait une mélodie si souple au contraire. On le reconnaît mieux lorsqu'arrivent les octaves.


Citation :
Le pianiste en 12 est le très très peu commercial Stephan Askenase, un pianiste au niveau des plus grands, dont l'immense pudeur et l'immense discrétion le réservent à une minorité passionnée de musicalité pure.
Votre parodie est très mauvaise, laissez-moi vous le dire.


Par ailleurs, il serait peut-être plus édifiant pour les foules d'identifier précisément les extraits, y compris les oeuvres, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Dim 28 Oct 2007 - 22:27

1. Chopin, andante spianato et grande polonaise op 22. Arturo Benedetti Michelangeli (concert public)
C'est vrai, le jeu semble un peu figé, un peu mécanique, un peu artificiel. Je pense qu'il y a un effet monotone voulu, une mise en condition pour l'attaque de la grande polonaise qui elle, a vraiment du panache. Il y a quelque chose de désolé, d'hypnotique et de presque morbide dans ce jeu à la plastique superbe. Je crois qu'il vaut mieux l'écouter en totalité dans de bonnes conditions sonores.

2. Moussorgski, tableaux d'une exposition. Moiseiwitsch.

3. Prokoviev. Concerto pour violon n°1. Oistrakh/Kondrachine 1963

4. Beethoven. Sonate pour piano op.109 Emil Gilels DG. Une très grande version, ma préférée pour cette oeuvre.

5. Liszt. Sonnet à Pétrarque n°2 (Années de pélerinage) Lazar Berman 1972 (concert public)
Bravo pour les futés qui ont senti les "canons sous les fleurs".

6. Rameau. La poule. Marcelle Meyer.

7. Dvorak. Quatuor n°12 op.96 "américain". Quatuor Kocian. Denon

8. Beethoven. Sonate pour piano "hammerklavier" n°29 op 106. Serkin CBS. Ca pousse, ça souffle, ça souffre ! (Et David avec)

9. Beethoven. Sonate pour piano n°31 op.110. Richter Prague. 1965

10. Chopin. Polonaise fantaisie 1982. Horowitz RCA
Attention, il existe plusieurs versions de la polonaise fantaisie (même chez RCA)

Voilà le disque en question où figurent de très belles choses, notamment une ballade n°4 absolument magnifique et réussie du début jusqu'à la fin, ce qui n'est pas toujours le cas chez Horowitz. Pour la polonaise fantaisie, j'ai arrêté le magnéto au moment où ça commençait à ne plus être irréprochable ; par la suite Horowitz se laisse emporter par sa nervosité: à réserver uniquement aux inconditionnels. D'accord avec David pour des petites saletés au niveau de la pédale: je l'avais remarqué également. Par contre je trouve le jeu d'une grande délicatesse et d'un détachement admirable: une diction très subtile.

11. Liszt. Consolation n°2. Horowitz 1962 CBS
Un des rares Liszt totalement réussis d'Horowitz.

12. Chopin. Impromptu n°3. Stefan Askenase 1970 DG. Je parlerai de lui dans un autre fil. C'est un pianiste scandaleusement méconnu, indispensable aux amateurs de Chopin au même titre que Perlemuter, S François, Arrau, Rubinstein.
Piano de salon, oui mais alors sans le côté sentimental et bourgeois de ce dernier.


Bref, d'accord en général avec vos commentaires !... même si certains ont triché en attendant la révélation des noms siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85799
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Dim 28 Oct 2007 - 22:38

Triché rien du tout ! Serkin, je le reconnais même muet. A quoi ça sert de faire piano plutôt que du cymbalum lorsqu'on a des maillets au bout des doigts ? (et un centre de perception des nuances atrophié)

Sinon, il y avait quelques truc chouettes, particulièrement Moi, Oi et Rich. Pour le reste, on sait à quoi s'en tenir sur vos goûts. colors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82587
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Lun 29 Oct 2007 - 19:11

sofro a écrit:

8. Beethoven. Sonate pour piano "hammerklavier" n°29 op 106. Serkin CBS. Ca pousse, ça souffle, ça souffre ! (Et David avec)

9. Beethoven. Sonate pour piano n°31 op.110. Richter Prague. 1965

10. Chopin. Polonaise fantaisie 1982. Horowitz RCA

C'est quoi le rapport avec les oeuvres "faciles à jouer" dont il devait être question au départ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9894
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Lun 29 Oct 2007 - 19:16

Ce sont des pièces qui figurent toutes dans les recueils d'études pour pianistes débutants - 1ère année, avec d'autres petites broutilles sympa comme les Années de Pélerinage de Liszt, la réduction pour piano de Petrouchka de Stravinsky, les études de Debussy et la tartine de beurre de Mozart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85799
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Lun 29 Oct 2007 - 19:18

Chut ! Xavier !

On a bien fait semblant nous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Sauron le Dispensateur
Etre malfaisant
avatar

Nombre de messages : 7003
Age : 35
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Lun 29 Oct 2007 - 19:23

Xavier a écrit:
sofro a écrit:

8. Beethoven. Sonate pour piano "hammerklavier" n°29 op 106. Serkin CBS. Ca pousse, ça souffle, ça souffre ! (Et David avec)

9. Beethoven. Sonate pour piano n°31 op.110. Richter Prague. 1965

10. Chopin. Polonaise fantaisie 1982. Horowitz RCA

C'est quoi le rapport avec les oeuvres "faciles à jouer" dont il devait être question au départ?
Les extraits choisis ne sont pas difficiles pour les "doigts"... je ne pense pas que Sofro ait voulu signifier que les oeuvres dans leur globalité étaient "faciles"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85799
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Lun 29 Oct 2007 - 19:39

Sauron le Dispensateur a écrit:
Les extraits choisis ne sont pas difficiles pour les "doigts"... je ne pense pas que Sofro ait voulu signifier que les oeuvres dans leur globalité étaient "faciles"...
Le concerto pour violon de Proko aussi, sans doute ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9894
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Lun 29 Oct 2007 - 19:53

Quoi qu'il en soit, la démonstration de sofro se vérifie pour tous les grands interprêtes

https://www.youtube.com/watch?v=qSVpJKDK5O8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
Sauron le Dispensateur
Etre malfaisant
avatar

Nombre de messages : 7003
Age : 35
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Lun 29 Oct 2007 - 20:02

DavidLeMarrec a écrit:
Sauron le Dispensateur a écrit:
Les extraits choisis ne sont pas difficiles pour les "doigts"... je ne pense pas que Sofro ait voulu signifier que les oeuvres dans leur globalité étaient "faciles"...
Le concerto pour violon de Proko aussi, sans doute ?
En l'occurrence je n'ai aucune compétence pour juger de cela...
Je me suis contenté d'apporter une précision pour les extraits relevés par Xavier... siffle
En dehors de l'extrait du 3ème impromptu de Chopin -je l'ai déjà souligné plus haut- casse gueule à cause des doubles notes les extraits de pièces pour piano choisis ne sont pas difficiles pour les "doigts"... étant entendu -comme je l'ai aussi souligné plus haut- que c'est une façon assez superficielle de considérer la technique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85799
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Lun 29 Oct 2007 - 20:05

On se rejoint sur la superficialité de l'approche de Sofro, mais que veux-tu, il faut qu'il reste grand public - s'il veut passer sur France Musique[s].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Lun 29 Oct 2007 - 21:18

Ah... arrêtez de faire les idiots !

C'est seulement pour dire des bêtises qu'ils s'intéressent au sujet maintenant...

Les extraits choisis sont possibles à mettre en place digitalement pour des novices. Je n'ai jamais dit que la fugue de la sonate "Hammerklavier" était facilement jouable...
Mise en place digitale et c'est tout: une petite partie de la technique qui est l'ensemble des moyens physiques reposant sur une idée esthétique, mis en oeuvre dans une interprétation. J'aurais peut-être dû préciser... (Etre obligé de faire du soutien scolaire maintenant...)


DavidLeMarrec a écrit:
On se rejoint sur la superficialité de l'approche de Sofro, mais que veux-tu, il faut qu'il reste grand public - s'il veut passer sur France Musique[s].
Quel manipulateur... Arrêtez donc de remonter ces bêtas et de pourrir les fils... Sinon on n'a aucune chance de passer à la radio... Vous voyez bien qu'à cause de vous qui excitez tout le monde, moi compris, on n'est pas présentables... On n'est même pas fichus de récupérer la clientèle d'Abeille...


Maintenant je ne réponds plus qu'aux remarques intelligentes et constructives...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 20 Mar 2008 - 23:13

Le genre de chose dont je ne suis pas encore blasé: en repassant les mazurkas de Chopin par Horowitz (véritables sommets d'interprétation et réussites absolues du pianiste) pour sélectionner dans ces merveilles les versions libres de droits, je tombe sur cette opus 63 n°3, techniquement pas difficile, dont la fin (à partir de 1:35, 30 s avant la fin) me laisse baba: une troisième voix apparaît, jouée de façon totalement indépendante, on dirait un deuxième pianiste qui se penche sur le clavier et tapote des notes supplémentaires par jeu, produisant une légère impression de cacophonie. Horowitz est doté d'une technologie "double coeur" qui permet de penser les choses séparément et de les jouer ensemble en leur donnant chacune une autonomie rythmique.
Quelle technique...

Chopin mazurka 63-3 (1949) ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 20 Mar 2008 - 23:23

C'est vraiment étonnant. C'est du Chopin ou du Horowitz ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   Jeu 20 Mar 2008 - 23:32

vartan a écrit:
C'est vraiment étonnant. C'est du Chopin ou du Horowitz ?
Quand Horowitz joue, c'est toujours du Horowitz ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les grands artistes dans la simplicité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les grands artistes dans la simplicité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les grands artistes dans la simplicité
» Fabrication d'un nouveau grand huit complètement dans le noir par Mack-Rides?
» bar restaurant ales cherche artistes!!
» Johnny est le plus grand rocker de tous les temps !
» 19 janvier 2013 - Les grands du rire - Etoiles de légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: