Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rachmaninov : les symphonies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9406
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Jeu 10 Avr 2008 - 23:15

J'ai adoré cette deuxième par Svetlanov mais bizarrement le mouvement lent ne m'a jamais paru gai, mais d'une grande mélancolie… Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Nico
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3589
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Jeu 10 Avr 2008 - 23:56

Ca fait envie votre disque là !
L'île des morts par ce même Svetlanov ça doit pas être mal non plus !
J'ai vu un disque couplé avec la 3ème symphonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Ven 11 Avr 2008 - 18:27

Jaky a écrit:
J'ai adoré cette deuxième par Svetlanov mais bizarrement le mouvement lent ne m'a jamais paru gai, mais d'une grande mélancolie… Shocked

Je ne voulais pas dire gai non plus, mais lumineux, baigné de sérénité et d'émotion. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9406
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Ven 11 Avr 2008 - 23:41

Spiritus a écrit:
Jaky a écrit:
J'ai adoré cette deuxième par Svetlanov mais bizarrement le mouvement lent ne m'a jamais paru gai, mais d'une grande mélancolie… Shocked

Je ne voulais pas dire gai non plus, mais lumineux, baigné de sérénité et d'émotion. Wink
Résignation plutôt que sérénité! bedo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Sam 12 Avr 2008 - 9:13

Après réécoute, je maintiens. Pas déprimant du tout. Mélancolique certes, mais ce n'est pas forcément négatif, et très rêveur, passionné. En tous cas j'ai "dirigé" cette 2e intégralement et ça m'a mis dans un bel état Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc.d
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1204
Age : 62
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2007

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Mar 29 Déc 2009 - 16:22

Je viens d'écouter la 2ème par Dutoit et l'orchestre de Philadelphie : je n'en attendais rien et je ne fus pas déçu . Vive Ormandy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OYO TOHO
Des chiffres et des Lettres
avatar

Nombre de messages : 6940
Localisation : LH
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Sam 19 Nov 2011 - 23:35

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/decapitum
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Dim 20 Nov 2011 - 0:59

Non mais Pletnev chef, en général (c'est à dire toujours), j'évite Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80916
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 21 Nov 2011 - 15:33

Etant donné que son Poème de l'extase est très bon, ses Rachmaninov ne sont peut-être pas mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19007
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 21 Nov 2011 - 15:50

J'avais beaucoup aimé les suites de Rimsky...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
André Pierre
Néophyte


Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 05/11/2011

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Sam 21 Juil 2012 - 11:54

Je suis à ma quatrième ou cinquième écoute de la deuxième symphonie dirigée par Pappano (Santa Cecilia) un disque apparu récemment sur iTunes : magnifique, vraiment. Prise de son parfaite, cohérence du style, lisibilité (même si j'entends certains penser que ce n'est pas un exploit), un "son Rachma" jouissif, que du plaisir. C'est moi ou d'autres aussi attendent, ou entendent presque, à la fin d'une phrase des cordes, l'arrivée d'un piano imaginaire pour moduler à nouveau ? Trop entendu les concertos ! Première plage du disque, le Lac Enchanté, rien que du bien à en dire aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
G. Le Gentil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 264
Age : 25
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 23 Juil 2012 - 10:59

Je ne connais pas cette version, mais celle qui me semble la référence pour la deuxième symphonie reste quand même la version Ashkenazy... Là où dans certains registres il peut paraître trop gentil, je trouve qu'il fait vivre ici chaque émotion. La structure de la partition est telle que les quatre mouvements sont reliés dans un processus continu (1er/3eme et 2eme/4eme) et Ashkenazy fait bien ressortir cette unité à mon goût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 23 Juil 2012 - 11:35

Dans la 2ème symphonie, il y a une très grosse poignée de versions que je mets devant Ashkenazy :
- Tout en haut, Sanderling avec Leningrad, exceptionnel comme tous les Rachmaninov de Sanderling
- Jansons avec Leningrad
- Svetlanov chez Melodiya
- Un peu plus loin, Sanderling avec le Philharmoni, Kondrachine live avec le Concertgebouw et Pletnev.
Revenir en haut Aller en bas
G. Le Gentil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 264
Age : 25
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 23 Juil 2012 - 11:45

Bien que j'adore Svetlanov, je n'aime pas trop sa symphonie 2. Par contre je ne connais pas la version Sanderling qui, il est vrai, comprend très bien la musique de Rachmaninov en général (Notamment le concerto 2 pour piano qu'il est un des seuls à interpréter de la bonne manière, avec Richter).

J'écoute ça dans la journée pour me faire une idée mais je vois que l'enregistrement date de 1956, j'en salive d'avance Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben.
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1863
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/10/2010

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 23 Juil 2012 - 11:51

Oui Sanderling est magistral ici. Après, Ashkenazy reste une valeur très sûre dans cette symphonie, avec une direction peut-être plus consensuelle et moins contrastée.

J'ai découvert la symphonie avec Jansons / Leningrad, c'est une version très romantique, je trouve, qui manque peut-être d'un peu de caractère, paradoxalement. Le rendu sonore reste impressionnant, et comme souvent avec Jansons, c'est d'un goût impeccable et parfaitement mis en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://concert-perpetuel.blogspot.fr/
G. Le Gentil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 264
Age : 25
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 23 Juil 2012 - 13:08

Je viens d'achever la symphonie 2 par Sanderling ! Smile

Les deux premiers mouvements me semblent assez communs, par contre dés le troisième mouvement ça décolle pour atteindre des sommets lors du 4ème mouvement... Merveilleux.

Par contre en allant lire par ci par là, j'ai cru comprendre que l'enregistrement de 1956 a eu lieu dans une église? Peu commun Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 23 Juil 2012 - 13:32

Ça a été enregistré dans la Jesus-Christus Kirche de Dahlem, qui est un des lieux qui a accueilli le plus de sessions d'enregistrement dans les années 1950 et 1960, en particulier un très grand nombre d'enregistrements des Berliner Philharmoniker et du RIAS Symphonie Orchester.
Revenir en haut Aller en bas
G. Le Gentil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 264
Age : 25
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 23 Juil 2012 - 13:33

Merci pour la précision mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Lun 23 Juil 2012 - 20:34

Oui, il faut se souvenir que l'ancienne Philharmonie de Berlin a été détruite en 1944 et que la nouvelle n'a été inaugurée qu'en 1963. Entre temps, les Berliner ont dû trouver des points de chute de substitution. Pour les concerts, ce fut Titania-Palast, un ancienne salle de cinéma. Pour les enregistrements, ce fut donc la désormais légendaire Jesus-Christus-Kirche de Dahlem, où les équipes de DG s'installèrent pendant une vingtaine d'années, captant dans cette acoustique remarquable les témoignages essentiels de Furtwängler, Böhm, Fricsay, Karajan...
Même si ce dernier imposa progressivement à partir du début des années 70 l'usage de la nouvelle Philharmonie pour les enregistrements studio des Berliner (ça allait dans le sens de sa nouvelle esthétique sonore, de plus en plus en plus voluptueuse et grandiose), un chef comme Levine préféra rester fidèle à la Jesus-Christus-Kirche jusqu'à assez récemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igor Wagner
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 19
Date d'inscription : 26/05/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Dim 5 Aoû 2012 - 14:14

Et Maazel dans la 2ème, ça donne quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23148
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Sam 9 Fév 2013 - 23:22

Symphonie n°2 en mi mineur Op. 27

= Paul Kletzki, Orchestre de la Suisse romande

(Decca, 27-29 août 1967)



L'orchestre d'Ansermet est méconnaissable : le chef polonais en tire des accents péremptoires, des couleurs rêches (le Scherzo !) par une direction à la pointe sèche d'une extraordinaire acuité. Fièvre, tension, tempos cursifs, aucune mièvrerie, même dans l'Adagio. La virtuosité des pupitres est bluffante.
Superbe prise de son.
Kletzki enregistra aussi la n°3 l'année suivante, également reparue en CD dans la collection Eloquence, mais sans le couplage originel (Nuit sur le Mont Chauve) qui à ma connaissance attend toujours une réédition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23148
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Mar 7 Mai 2013 - 23:04

Symphonie n°2 en mi mineur Op. 27

= Artur Rodzinski, New York Philharmonic Orchestra

(Columbia, 15 novembre 1945)



Le chef polonais s'y entend comme personne pour torturer l'expression du premier mouvement est en tirer non pas un lancinant pathos pseudo-tchaikovskien mais plutôt un taraudant vague-à-l'âme, en lutte contre l'aphasie, capable d'impressionnantes mobilisations d'énergie. Je n'ai pas vérifié avec la partition mais l'Adagio me semble subir quelques coupures qui en dégauchissent les langueurs, de toute façon expurgées par un tempo sans traînage. Pour l'Allegro molto et le Finale, on admire le brio et la fougue qui rappellent comment Rodzinski savait dompter un orchestre.
Bref une interprétation à la férule, et pourtant le lyrisme, l'esprit de la cantilène ne sont pas sacrifiés, mais épurés. Une version majeure, en tout état de cause.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Don_Angelo
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 29
Date d'inscription : 10/12/2011

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Mer 8 Mai 2013 - 21:57

Sur la 2ème symphonie de Rachmaninov, un enregistrement récent de Petrenko chez EMI m'a été recommandé. Je l'ai acheté mais pas encore eu le temps de l'écouter, c'est prévu pour demain matin.
Je me permets également d'appuyer ceux qui ont été déçus par l'intégrale de Jansons (toujours EMI) avec l'ancien orchestre de Mravinsky. J'ai trouvé que le corpus des symphonies était sans relief, aussi bien dans l'interprétation que dans les timbres. Je suis tombé de haut en espérant retrouver le son de la grande épopée Mravinsky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1326
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Jeu 29 Aoû 2013 - 21:10

Bonsoir

Après avoir écouter les symphonies par Ashkenazy /RCO - bien mais par moment ennuyeux et Maazel/BPO
super - très dynamique - ma version préférée actuellement

Je viens de recevoir

- Ormandy / philadelphia
- Pletnev - Russian National Orchestra

Bon Ormandy pas encore écouté - donc suite à un prochain numéro
En ce qui concerne Pletnev , j'ai commencé cet aprem et çà me plait vachement bien surtout les variations symphoniques les plus belles que je connaisse - le Rocher est très bien réussi également ainsi que l'île de la mort - les symphonies c'est pour ce we.
Mais de manière générale ce coffret Pletnev me plait beaucoup
On verra ce que donnera Ormandy.
Après je réécouterai Ashkenazy (une seconde écoute offre parfois d'agréables surprises)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1326
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Jeu 12 Sep 2013 - 14:09

1er symphonie par Pletnev - magnifique - enregistrement superlatif - interprétation claire et l'orchestre est vraiment très bon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1326
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Jeu 12 Sep 2013 - 15:28

2ème symphonie par Pletnev - je reste sur mes premières impression - c'est vraiment de tout premier ordre - l'orchestre russe est à son affaire dans ce répertoire , beauté des bois et des vents sans cette acidité que l'on trouve ne général dans les orchestres russes - les cordes sont d'une grande beauté et délicatesse

Vraiment un coffret à acheter


Je passe à la 3ème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1326
Age : 60
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Jeu 12 Sep 2013 - 16:59

3ème symphonie par Pletnev - constat reste inchangé

Achetez ce coffret - plaisir garanti

Twisted Evil 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23148
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Mar 31 Déc 2013 - 3:35

ORMANDY ET LA SYMPHONIE N°2

Eugene Ormandy connut personnellement Rachmaninov, dont il dirigea en première audition les Danses symphoniques, le 3 janvier 1941.
Entre 1939-1941, trois de ses concertos furent gravés ensemble pour le label Victor, avec le compositeur au piano.
Au cours de sa longue carrière, le chef hongrois put enregistrer la Symphonie n°2 à quatre reprises : en janvier 1934 à Minneapolis (Victor), puis trois fois à Philadelphie : en février 1951 (Columbia), en avril 1959 (Columbia) puis en décembre 1973 à l'Academy of Music (RCA).

On sait qu'Ormandy, selon une pratique courante à l'époque, avait négocié avec le compositeur de pouvoir pratiquer certaines coupures dans une partition qui peut sembler prolixe. Mais en 1973 elle est jouée dans son intégralité.

Comparé à l'avenante interprétation qu'André Previn venait de graver en janvier à Londres pour Emi, Ormandy impose une humeur plus brute, un ton plus roide, des tempi plus actifs. En chaque cas, les deux hommes disposent de cordes de toute beauté, splendidement captées par les micros.
Dans le premier mouvement, l'un peint une vaste fresque en prenant le temps de contempler son ouvrage, l'autre s'impatiente de nouer un drame, sans la moindre crispation toutefois tant les pupitres pennsylvaniens rivalisent d'aisance et de magnificence. Main de fer et gant de velours donc.
Citons deux exemples : pour le soin du détail, mentionnons la netteté du passage en triolets de croches entre 6'05-6'10. Pour le caractère, cette clarinette à la fois fluide et revêche qu'on entend entre 8'56-9'08 (mesures 221-229) peut résumer l'approche stylistique.

L'Allegro molto permet de démontrer l'exceptionnelle virtuosité de cette phalange. Le trépidant galop anapestique surgit sans bousculade. Le maestro maintient prestement la tension pour le second thème (moderato en ut majeur, 1'16-1'56) puis dans l'étrange section con moto (1'57-2'28) où le cliquetis col legno s'entend très distinctement.
Quoique calé sur la vélocité requise (blanche à 104), Ormandy échauffe le sulfureux Trio central (3'18-5'34), cela dans une ambiance survoltée.
Citons encore les pulpeux pizzicati (6'12, mesure 354) auréolés par le glockenspiel. Aussitôt après, il respecte la nuance pp pour les roulements de caisse claire et frémissements de cymbales, à peine audibles mais conformes aux didascalies. Dans la phrase en ut majeur des violons entre 6'46-7'26, quelques portamentos enhardissent l'expressivité sans s'alanguir.
Bref voilà une exemplaire leçon de discipline collective (en diction comme en dynamique), qui garde la tête froide là où la plupart des chefs se laissent déborder.

Brosser l'Adagio en moins de treize minutes, on pourrait craindre quelque excision, à tort.
Ormandy ne fait que retendre le canevas polyphonique de cette émouvante cantilène, sans trahir sa volupté, mais en pressant l'allure.
Pour le premier thème, il respecte le 50 à la noire (-3'49) et se la permet même à 60 pour le second (3'49-6'20).
Il concentre une extrême intensité du sentiment, sans outrance affective, moyennant toutefois quelques coquetteries (le violon solo qui s'épanche éhontément à 7'05).
Dans cet écrin s'ajuste un orchestre tout bonnement somptueux !

On imaginerait mal exécution plus exaltante du Finale. Quel que soit l'effet demandé, de la plénitude d'un tutti jusqu'à un triolet arraché sforzando, le perfectionnisme des archets subjugue.
L'orchestre américain nous sort le grand jeu et rayonne dans toute sa magnitude.
Quand on connait sa réputation, ce spectacle est moins surprenant que cette tendance d'Ormandy à freiner le second thème en sol dièse mineur (1'10-1'52), plus décortiqué qu'on a l'habitude de l'entendre. Idem pour sa reprise aux cuivres à 10'04 (mesure 387).
Quel panache et quelle classe pour la conclusion ! On reste béat d'admiration.

Pour la droiture de son style, pour son respect du texte intégral, par la renversante prise de son offerte par RCA : le chef hongrois surclasse-t-il son précédent enregistrement stéréo de 1959 ?
Je viens de le réécouter (sans la partition toutefois) : sous les micros de Columbia, on note quelques maniérismes chez les cordes, et un ton globalement plus sentimental. Mais les deux versions sont exceptionnellement virtuoses et séduisantes !

enregistrement du 19 avril 1959

enregistrement du 18-19 décembre 1973
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Mar 31 Déc 2013 - 4:10

Merci pour cette très belle recension, Melo !

La deuxième est, avec celle d'Elgar, une des plus belles symphonies romantiques du début du vingtième. J'ai toujours beaucoup aimé le jeu somptueux du Concertgebouw sous Ashkenazy. Je n'ai pas encore écouté Pletnev ni Sanderling (DGG tous deux) qui traînent dans la pile quelque part. Je sens qu'Ormandy va les y rejoindre bientôt... et que je vais les écouter bien sûr !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Mar 31 Déc 2013 - 9:25

Quelqu'un aurait un avis au sujet des 3 symphonies (couplées à l'Ile des morts, la Vocalise et les Dances symphoniques) enregistrées par Leonard Slatkin à Detroit pour Naxos ?

http://www.naxos.com/catalogue/item.asp?item_code=8.573234
http://www.naxos.com/catalogue/item.asp?item_code=8.572458
http://www.naxos.com/catalogue/item.asp?item_code=8.573051
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12217
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Mar 31 Déc 2013 - 13:49

LeKap a écrit:
Achetez ce coffret - plaisir garanti

Twisted Evil


L'une des pires erreurs de ma vie.  Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Ven 5 Fév 2016 - 11:25

Tus a écrit:
Donc je rechercherais une intégrale des symphonies dans une bonne prise de son si possible. Huss a l'air de conseiller celle de Hughes, toute nouvelle chez BIS ( Arrow http://www.classicstodayfrance.com/review.asp?ReviewNum=2025) mais je me méfie des prix pratiqués par l'éditeur ; d'autre part, j'ai vu Jansons, dont je n'ai pas trouvé de critique, et Ormandy qui avaient l'air intéressants sur Amazon. Quelqu'un connaît ?

Moi j'avais posé la question de Slatkin à Detroit, chez Naxos mais ça n'a apparemment pas soulevé un enthousiasme particulier ; pas de réponse :

bAlexb a écrit:
Quelqu'un aurait un avis au sujet des 3 symphonies (couplées à l'Ile des morts, la Vocalise et les Dances symphoniques) enregistrées par Leonard Slatkin à Detroit pour Naxos ?

http://www.naxos.com/catalogue/item.asp?item_code=8.573234
http://www.naxos.com/catalogue/item.asp?item_code=8.572458
http://www.naxos.com/catalogue/item.asp?item_code=8.573051

Il y a une autre intégrale à Saint-Louis, plus ancienne, sous sa direction, parue chez Vox : http://www.amazon.fr/Rachmaninov-uvres-symphoniques-Leonard-Slatkin/dp/B0028HFD9G/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1454664055&sr=8-2&keywords=slatkin+rachmaninov+vox (et à un prix défiant toute concurrence, soit +/- 1 € le cd port compris, http://www.amazon.fr/Rachmaninov-Symphonies-St-Louis-So/dp/B000024Q0F/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1454664055&sr=8-1&keywords=slatkin+rachmaninov+vox Wink ).

adriaticoboy a écrit:
Même si ce dernier imposa progressivement à partir du début des années 70 l'usage de la nouvelle Philharmonie pour les enregistrements studio des Berliner (ça allait dans le sens de sa nouvelle esthétique sonore, de plus en plus en plus voluptueuse et grandiose), un chef comme Levine préféra rester fidèle à la Jesus-Christus-Kirche jusqu'à assez récemment.

C'est marginal, ça n'a pas nécessairement sa place ici mais la citation vient de fil, alors...
Moi je trouve, au contraire, que beaucoup d'air "circule" toujours entre les pupitres, in situ à la Philharmonie, et que ça ne compte pas pour peu dans le rendu à la fois exceptionnellement fouillé et, en même temps, dans la manière dont ça met en valeur la "linéarité", la continuité sonore des dernières captations de Karajan à Berlin (c'est particulièrement sensible dans ses Sibelius, dans ses Français ou dans la dernière intégrale Beethoven ; spontanément, je pense à l'album qui réunit la 4e & la 7e symphonie).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
G. Le Gentil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 264
Age : 25
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Sam 9 Avr 2016 - 21:28

J'ai écouté la symphonie 3 et l'île des morts, les deux pièces dirigées par Rachmaninov. On sent tout de suite l'affinité qu'il pouvait avoir avec l'orchestre de Philadelphie.
Les tempi sont lents, c'est particulièrement intéressant dans la symphonie mais dans l'île des morts ça prend tout son sens : Rachmaninov construit petit à petit, très lentement, le tableau c'est fascinant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80916
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Sam 9 Avr 2016 - 21:31

Ce qui est dommage ce sont les coupures. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
G. Le Gentil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 264
Age : 25
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Dim 10 Avr 2016 - 12:40

Oui c'est même frustrant.. Par contre la qualité du son (assez médiocre) rajoute de la tension à la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4214
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Sam 7 Oct 2017 - 23:57


Symphonie nº3 en la mineur, op. 44
Vladimir Ashkenazy / Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam
Amsterdam, XI.1980
Decca


Vraiment très, très bof. J’ai été assez surpris par le côté très américain de certains thèmes (et même hollywoodien: par moment, on pense plus à Tiomkin qu’à Tchaïkovsky), et par le ton, globalement pétulant - dont je ne me souvenais pas. Mais je trouve ça quand même très décousu et délayé, pas toujours d’un grand raffinement et bien sirupeux dans le II - sans que ça aie pour autant la prégnance mélodique et les couleurs très russes qu’on peut reconnaître à la 2ᵉ.

Et encore, je pense que la lecture d’Ashkenazy doit être relativement sobre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82422
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Dim 8 Oct 2017 - 2:49

Pétulant ? Pas du tout l'impression que ça m'a laissé, et pourtant j'ai réécouté récemment.

Je les trouve toutes ternes et assez visqueuses, rien de saillant, ni thème, ni structure, ni orchestration, juste épais et indolent.

C'est étrange, parce qu'il a le lyrisme et même la densité nécessaire, en principe… mais non, dans les Symphonies, je n'entends rien de tel. (La 3 est moins pénible que la 2 vraiment vide, je crois).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
georges2
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 17/07/2016

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Dim 8 Oct 2017 - 15:33

Bonjour à tous

En lisant ce sujet, Ashkenazy déçoit pour son lyrisme exagérément expressif.

Dans cette 2eme symphonie, la tension retombe vite après une entrée en matière impressionnante.

Dans une optique plus retenue et intimiste, (adagio) tendez une oreille vers l'orchestre d'Écosse conduit par GIBSON.
Lp de mai 1980.

La 3eme semble avoir mieux réussit à Vladimir.

Couplée lors de sa sortie avec l'ile des morts, la version Maazel /Berlin est peu intéressante.
L'interprétation est froide et décousue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 949
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Jeu 12 Oct 2017 - 15:01

Benedictus a écrit:

Symphonie nº3 en la mineur, op. 44
Vladimir Ashkenazy / Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam
Amsterdam, XI.1980
Decca


Vraiment très, très bof. J’ai été assez surpris par le côté très américain de certains thèmes (et même hollywoodien: par moment, on pense plus à Tiomkin qu’à Tchaïkovsky), et par le ton, globalement pétulant - dont je ne me souvenais pas. Mais je trouve ça quand même très décousu et délayé, pas toujours d’un grand raffinement et bien sirupeux dans le II - sans que ça aie pour autant la prégnance mélodique et les couleurs très russes qu’on peut reconnaître à la 2ᵉ.

Et encore, je pense que la lecture d’Ashkenazy doit être relativement sobre.

Perso, la 3ème est la symphonie de Rachma que je préfère : concision, richesse de l'orchestre, une grande variété dans l'expression des différents épisodes...Très beau tout cela. Même son côté hétérogène mi-russe, mi-américain, me ravit. Il y a, en plus, ce côté "humour" que l'on retrouve dans les dernières oeuvres de Rachma : voir les derniers accords du finale, un véritable "pied-de-nez"!

J'ai bcp apprécié, du temps du vinyl, les version de Kletzki et celle de Maazel. Actuellement, la version qui a ma préférence est celle de Léonard Slatkin et de l'orchestre de St-Louis chez Vox : c'est rigoureux, coloré, sobre, bref, parfait! fleurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4214
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Sam 28 Oct 2017 - 16:28

Benedictus a écrit:
Symphonie nº3 en la mineur, op. 44
[...] surpris par le côté très américain de certains thèmes (et même hollywoodien: par moment, on pense plus à Tiomkin qu’à Tchaïkovsky), et par le ton, globalement pétulant
DavidLeMarrec a écrit:
Pétulant ?  Pas du tout l'impression que ça m'a laissé [..]
starluc a écrit:
son côté hétérogène mi-russe, mi-américain [...] en plus, ce côté "humour" que l'on retrouve dans les dernières oeuvres de Rachma : voir les derniers accords du finale, un véritable "pied-de-nez"!
Ce qui me rassure dans le message de starluc, c'est que, même si nous divergeons quant au jugement que nous portons sur l’œuvre, nous entendons au moins la même chose...


Sinon, comme j’avais été très impressionné par le travail de Pappano dans les concertos pour piano, j’ai essayé ceci:

Symphonie nº2 en mi mineur, op. 27
Antonio Pappano / Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, Roma
En public, Rome, XI & XII.2009
Warner


Là aussi, Pappano tire le maximum que l’on peut tirer de cette symphonie par un travail extrêmement fouillé sur la matière instrumentale: on entend des alliages de timbres, des contrechants, des effets de textures qui rappellent (sans l’égaler, tout de même) l’orchestration de Tchaïkovski - loin de l’opacité et de la grisaille habituelles.

Après, cela ne transforme pas cette symphonie en chef-d’œuvre: cela reste une symphonie qui fonctionne avant tout sur des effets mélodiques qui s’étalent beaucoup - dans le genre cavalcade pompière (le Scherzo) ou lamento dégoulinant (l’Adagio) - sans ces trouvailles harmoniques ou rythmiques qui font tout le prix de celles de Tchaïkovski.

Cela dit, même à ce niveau-là, le travail de Pappano sur les phrasés, les accentuations, la dynamique, reste louable. Il ne cherche certes pas à tirer ça du côté d’une expression méchante (comme j’en garde le souvenir chez Sanderling avec Leningrad - ou comme le fait Kondrachine dans les Danses symphoniques), mais il conserve toujours de l’allant et une certaine tenue.

Et puis, indépendamment de tout cela, le travail de fond qu’il a fallu faire pour rendre l’Académie de Sainte Cécile capable de ces détails et de ces couleurs, cela force le respect.

(Sinon, dans le genre «pas ma came», le Lac enchanté de Liadov, en complément, est très bien aussi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomane averti


Nombre de messages : 422
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   Sam 28 Oct 2017 - 17:51

[quote="Benedictus"]
Benedictus a écrit:
. Il ne cherche certes pas à tirer ça du côté d’une expression méchante (comme j’en garde le souvenir chez Sanderling avec Leningrad - ou comme le fait Kondrachine dans les Danses symphoniques)

Peut-être tu sais déjà mais il y a un enregistrement de Kondrachine avec le Concertgebouw. On trouve dans le coffret de l'orchestre des années 80s. Il a aussi joué à Londres dans le cadre des Proms, et donc une trace de Radio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rachmaninov : les symphonies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rachmaninov : les symphonies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Rachmaninov : les symphonies
» Rachmaninov - Oeuvres orchestrales (sauf symphonies)
» Intégrales Rachmaninov (Brilliant, Decca)
» Les 5° et 7° symphonies de Beethoven
» Joseph Haydn-Symphonies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: