Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Sémiramide (Rossini, 1823)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3701
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Jeu 6 Sep 2018 - 23:18

Mais c'est fait Poly, j'ai déjà vu Palazzi en salle. Pas dans les meilleures conditions pour lui mais je l'ai vu. Il n'a rien d'une basse rossinienne et même si j'écoutais la Sémiramide a venir rien ne me ferait changer d'avis : Ramey puis Pertusi puis a 1000000 d'années lumières Palazzi. Dans un rôle comme Assur Palazzi est trop gentil avec une voix de baryton vraiment trop claire. Comme il dit dans ses commentaires sur d'autres vidéos sa voix est une "vocetta"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19599
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Jeu 6 Sep 2018 - 23:26

luisa miller a écrit:
Mais c'est fait  Poly, j'ai déjà vu Palazzi en salle. Pas dans les meilleures conditions pour lui mais je l'ai vu. Il n'a rien d'une basse rossinienne et même si j'écoutais la Sémiramide a venir rien ne me ferait changer d'avis : Ramey puis Pertusi puis a 1000000 d'années lumières Palazzi. Dans un rôle comme Assur Palazzi est trop gentil avec une voix de baryton vraiment trop claire. Comme il dit dans ses commentaires sur d'autres vidéos sa voix est une "vocetta"

Comme tu le dis, tu l'as entendu alors qu'il était malade.
Tu peux aussi prendre en considération les retours de son Assur à Marseille?
Tous les retours que j'ai lu sont laudatifs et il a eu un véritable triomphe en salle! Je sais que quand tu as une idée en tête... elle n'est pas ailleurs, mais tout de même...

Un exemple de retour : www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-marseille-opera-le-27-octobre-2015-rossini-semiramide-giuliano-carella-direction/

Enfin bref... Vu le répertoire qu'il chante (Lord Sidney magistral, Banco, Enrico VIII, Basilio, Mahometto...) il est tout de même difficile de le croire baryton. Ou alors l'ensemble des décideurs (Pesaro et Wildbad en tête qui sont tout de même les deux centres rossiniens actuellement) ont vraiment des soucis d'oreille.

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6442
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Jeu 6 Sep 2018 - 23:29

Polyeucte a écrit:
Vu le répertoire qu'il chante (Lord Sidney magistral, Banco, Enrico VIII, Basilio, Mahometto...) il est tout de même difficile de le croire baryton.
Oui, un vrai baryton, c'est Domingo, par exemple.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3701
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Jeu 6 Sep 2018 - 23:29

Oui bien sur; moi aussi je les ai vu ces éloges. Cela ne change rien au fait que Palazzi n'a pas le format vocal d'un rôle comme Assur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19599
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Jeu 6 Sep 2018 - 23:33

luisa miller a écrit:
Oui bien sur; moi aussi je les ai vu ces éloges. Cela ne change rien au fait que Palazzi n'a pas le format vocal d'un rôle comme Assur

Amen...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6915
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Ven 7 Sep 2018 - 0:15

Palazzi n'a absolument pas une voix de baryton! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3701
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Ven 7 Sep 2018 - 0:22

Otello a écrit:
Palazzi n'a absolument pas une voix de baryton! Shocked

Et il n'a absolument pas la voix d'un Assur Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Colbran
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/09/2014

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Sam 8 Sep 2018 - 16:26

Disponible sur spotify également. Je vais écouter ça rapidement.

Sur la distribution, d'après mes souvenirs de l'enregistrement des Proms:

Shagimuratova, une Semiramide très incomplète. Bien trop légère (mais ça, on est habitués maintenant), sans grande consistance dans les zones les plus sollicitées du rôle, avec des agilités assez aléatoires qui plus est.  Compte-tenu de ces carences, difficile de dispenser les justes accents dans ce rôle monumental.  Après, ce n'était pas désagréable dans son genre, plutôt correct d'émission, surtout pour notre époque, et je la réécouterai volontiers.

Barcellona: Bon, je crois bien avoir déjà dit ici tout le peu de bien que je pense de cette chanteuse, je ne vais pas me répéter. Je passerai seulement ses airs.

Palazzi: Lui, je l'ai écouté à Marseille. Ce n'est pas un baryton, mais je comprends très bien les réserves de Luisa Miller. Ce n'était pas mauvais, mais fade, léger, sans mordant pour un Assur, avec des défauts notables de placement dans le haut et de soutien dans l'extrême bas de tessiture.  Après, il était très investi, et je me souviens d'une belle caractérisation de sa Grande scène.  Bon, c'est sûr que si tu sors Ramey du chapeau, il n'en reste pas grand chose. Mais, encore une fois, en 2018, ça reste décent. On entend bien pire dans Rossini de nos jours. Quant à Pertusi au TCE il y a quelques années, c'était tout simplement embarassant...

Banks: Mauvais comme un cochon. Voix sans soutien, trémulante et pleine d'air. Engorgée par moment avec ça. Ses fantastiques agilités glottiques m'ont aussi laissé un vif souvenir. Bon, c'était toujours mieux que l'Idreno de Marseille dont je ne me rappelle plus le nom mais qui était assez inédit  hehe !

Benedictus a écrit:
Oui, un vrai baryton, c'est Domingo, par exemple.
pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3701
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Sam 8 Sep 2018 - 16:38

Très franchement dans cette Sémiramide parisienne, il y avait pire que Pertusi, pourtant diminué par un rhume. Pendatchanska grelottante toute la soirée, Kunde fantomatique pour cause de cancer, Di Catsri pas à sa place et un Oroe faux chantant au possible. Bref, j'espère revoir un jour Sémiramide avec un cast au top
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Colbran
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/09/2014

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Sam 8 Sep 2018 - 16:58

Je parlais de la Semiramide avec Mosuc en 2014.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3701
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Sam 8 Sep 2018 - 18:38

Oups, j'avais oublié cette version concert. Et comme les deux étaient au TCE ... Concernant Pertusi, je l'avais vu peu avant à Parme ou il chantait à l'époque La forza del destino. J'avais été assez surprise de le voir s'angoisser pour ce concert alors qu'il maitrisait parfaitement un rôle qu'il baladait depuis des années. Et d'ailleurs jusqu'à l'an dernier (ROH novembre décembre 2017), ou il avait remplacé au pied levé un collègue officiellement "souffrant", il n'avait aucun projet prévu concernant Sémiramide. Et pour autant que je sache, il n'est pas prévu que Pertusi reprenne ce rôle bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6915
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Lun 10 Sep 2018 - 0:26

Je viens d'écouter cette nouvelle intégrale! C'est globalement très bien mais honnêtement ce n'est pas mieux que les versions précédentes! C'est même parfois moins bien à commencer par Barcellona qui conviendrait plutôt pas mal en Arsace si Horne n'était pas passée par là! Or non seulement elle est passée par là mais il se trouve qu'elle est impérialement installée en tête de discographie dans ce rôle à telle enseigne que tous les défauts de Barcellona ressortent de façon assez criante: un timbre pas très enthousiasmant (mais ça c'est pas important), un chant assez générique (ça c'est plus problématique chez Rossini), une technique correcte mais pas transcendante (vocalisation un peu laborieuse!)... Même Larmore est plus électrisante qu'elle! Palazzi pourrait avoir le même genre de problème car l'Assur absolu, nous l'avons déjà avec Ramey qui y est monumental. Eh ben Palazzi, lui, arrive tout de même à faire que son Assur existe en dépit de cette référence incontournable. La voix est belle, assez claire mais mordante avec un beau grave et la technique est irréprochable. A la vérité, certes sans l'égaler, son interprétation est dans la lignée de celle de Ramey. Banks me laisse partagé car le timbre est sans séduction et le chant est un peu trop ouvert ce qui fait que certaines voyelles sur certaines notes sonnent un peu débraillées ... Pour autant, il vocalise bien, il assume crânement l'écriture difficile du rôle d'Idreno ... un chanteur efficace!
Shagimuratova, c'est plutôt bien et même très bien à certains moments mais pour ce qui devait être une interprétation modèle au plus près de ce qu'est le rôle-titre, ça se pose là! Elle vocalise efficacement mais sans la perfection technique d'une Sutherland (dont elle reprend pourtant la plupart des extrapolations dans l'aigu et le suraigu) ni même l'agilité qu'y démontrait une Studer, 2 voix autrement dotées! Elle est évidemment beaucoup plus adéquate qu'une Gruberova...
En fait, c'est Elder qui serait la première justification d'acquisition de cette intégrale qu'il dirige avec beaucoup de relief et de vitalité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3701
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Lun 10 Sep 2018 - 9:21

Merci pour ce premier CR. Tu confirmes ce que je disais de Palazzi voix claire (trop AMHA pour Assur) mais technique parfaite (et ça je l'ai dit dès mon premier post malgré mes grosses réserves)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3238
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Lun 10 Sep 2018 - 10:06

Et est-ce qu'il y a un intérêt éditorial ? Ou bien avait-on déjà des versions complètes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3701
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Lun 10 Sep 2018 - 10:22

Des intégrales? Il en existe pas mal même hehe

https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dclassical&field-keywords=s%C3%A9miramide+rossini&rh=n%3A301174%2Ck%3As%C3%A9miramide+rossini

Les incontournables sont celles avec le duo Sutherland/Horne. J'i la flemme de regarder si la production d'Aix (1980) a été édité en DVD. Si c'est le cas, tu ne trouveras guère mieux en DVD avec Caballé, Horne et Ramey dont l'Assur est insurpassable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19599
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Lun 10 Sep 2018 - 10:30

luisa miller a écrit:
Des intégrales? Il en existe pas mal même hehe

https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dclassical&field-keywords=s%C3%A9miramide+rossini&rh=n%3A301174%2Ck%3As%C3%A9miramide+rossini

Les incontournables sont celles avec le duo Sutherland/Horne. J'i la flemme de regarder si la production d'Aix (1980) a été édité en DVD. Si c'est le cas, tu ne trouveras guère mieux en DVD avec Caballé, Horne et Ramey dont l'Assur est insurpassable

Francesco demande tout simplement si il y a des choses en plus par rapport aux versions traditionnelles... une édition critique, des morceaux optionnels...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Stefano P
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Lun 10 Sep 2018 - 10:54

luisa miller a écrit:
Les incontournables sont celles avec le duo Sutherland/Horne. J'i la flemme de regarder si la production d'Aix (1980) a été édité en DVD. Si c'est le cas, tu ne trouveras guère mieux en DVD avec Caballé, Horne et Ramey dont l'Assur est insurpassable

Je crois bien qu'il n'y a jamais eu de DVD ni même de VHS officiels pour cette production, même s'il arrive que l'on trouve sur le Net des DVD qui doivent être en fait des repiquages de la bande de la retransmission plus ou moins "artisanaux". En revanche, il existe plusieurs éditions CD, celle-ci par exemple :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/ En ligne
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6915
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Mar 11 Sep 2018 - 21:30

Francesco a écrit:
Et est-ce qu'il y a un intérêt éditorial ? Ou bien avait-on déjà des versions complètes ?
La version de Ion Marin avec Studer était déjà complète...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Lun 12 Nov 2018 - 9:44

Je viens de découvrir une intégrale qui AMHA devrait figurer parmi les versions de référence de l'œuvre : la production récente de La Fenice : pas encore au catalogue, mais visible actuellement sur Culturebox - ce serait dommage de ne pas éditer un DVD

C'est manifestement une intégrale, pas loin de 4 heures de musique, et la distribution est au top - visionner ce spectacle m'a amené à revoir mon jugement sur deux chanteuses vues la saison dernière :

Jessica Pratt : j'avais trouvé sa Lucia au TCE scolaire - là elle est simplement formidable, vocalement, elle dompte avec aisance les difficultés de la partition, et aussi dans l'incarnation.

Teresa Iervolino : Angelina plate dans la pénible production signée Galienne de Cenerentola à Garnier ; là elle est une captivante en Arsace : son air d'entrée ferait presqu'oublier Marilyn Horne, et la suite le confirme, notamment dans les magnifiques duos avec Semiramide - en tout cas supérieure à l'autre titulaire habituel du rôle : Barcelona.

Les rôles masculins sont au même niveau, Esposito, sans faire oublier Ramey, est excellent, et surtout Enea Scala fait une démonstration époustouflante de virtuosité dans les deux airs d'Idreno : au niveau d'un Florez ou d'un Camarena : la comparaison avec Rockwell Blake s'impose !

Mise en scène sage : difficile de faire quelque chose d'intéressant sur ce plan, si la musique est enivrante, le livret est très statique.

En conclusion, pour moi ça rejoint la production aixoise, et c'est meilleur que la production du Met - Anderson, Horne Ramey, qui souffrait d'un Idreno banal.


Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3701
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Lun 12 Nov 2018 - 9:50

Une Sémiramide avec Pratt ? Voila qui est terriblement tentant. Je ne l'ai vue qu'en Gilda il y a quelques années ou elle était déjà exceptionnelle.

Espérons en effet que la Fenice sortira un CD ou un DVD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Lun 12 Nov 2018 - 10:11

luisa miller a écrit:
Une Sémiramide avec Pratt ? Voila qui est terriblement tentant. Je ne l'ai vue qu'en Gilda il y a quelques années ou elle était déjà exceptionnelle.

Espérons en effet que la Fenice sortira un CD ou un DVD

C'est visible actuellement sur Culturebox.

Une critique :

http://anaclase.com/chroniques/semiramide-s%C3%A9miramis-3

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colbran
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/09/2014

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Hier à 19:04

Belcore a écrit:
Je viens de découvrir une intégrale qui AMHA devrait figurer parmi les versions de référence de l'œuvre : la production récente de La Fenice : pas encore au catalogue, mais visible actuellement sur Culturebox - ce serait dommage de ne pas éditer un DVD

C'est manifestement une intégrale, pas loin de 4 heures de musique, et la distribution est au top - visionner ce spectacle m'a amené à revoir mon jugement sur deux chanteuses vues la saison dernière :

Jessica Pratt : j'avais trouvé sa Lucia au TCE scolaire - là elle est simplement formidable, vocalement, elle dompte avec aisance les difficultés de la partition, et aussi dans l'incarnation.

Teresa Iervolino : Angelina plate dans la pénible production signée Galienne de Cenerentola à Garnier ; là elle est une captivante en Arsace : son air d'entrée ferait presqu'oublier Marilyn Horne, et la suite le confirme, notamment dans les magnifiques duos avec Semiramide - en tout cas supérieure à l'autre titulaire habituel du rôle : Barcelona.

Les rôles masculins sont au même niveau, Esposito, sans faire oublier Ramey, est excellent, et surtout Enea Scala fait une démonstration époustouflante de virtuosité dans les deux airs d'Idreno : au niveau d'un Florez ou d'un Camarena : la comparaison avec Rockwell Blake s'impose !

Mise en scène sage : difficile de faire quelque chose d'intéressant sur ce plan, si la musique est enivrante, le livret est très statique.

En conclusion, pour moi ça rejoint la production aixoise, et c'est meilleur que la production du Met - Anderson, Horne Ramey, qui souffrait d'un Idreno banal.


Belcore


Shocked Shocked Shocked Shocked

Une version de référence! Rien que ça!

J’ai assisté le mois dernier à une des représentations, et s’il y avait des choses correctes (enfin, juste une en fait), tout le reste était largement insuffisant. Surtout si l’on invoque l’historique de cette œuvre sur les scènes italiennes et mondiales comme tu le fais…

Je passerai rapidement sur la direction, soporifique. Aucune couleur, sans élan dans les moments d'ivresse, dénuée de mystère, d'effroi, de langueur, de grandeur tragique, de majesté... Et dans Semiramide, c'est tout cela qu'on attend (et plus encore), c'est ce qui en fait un opéra si difficile à diriger. Comparé aux récentes performances d’Elder dans l’intégrale Opera Rara et Cardella à Marseille, on est très en dessous.

Rapidement sur la Mise en scène également. C'est sans intérêt, avec les sempiternels mimes à dread locks se contorsionnant et roulant en tous sens (les mêmes dans Medea in Corinto à Martina Franca il y a quelques années) .

Pour la distribution, nous sommes en désaccord quasi complet.

Pratt : Pas de changements majeurs depuis la dernière fois que je l’ai entendue dans le rôle à Marseille et les échos que j’ai eus de Florence. Toujours les mêmes forces : une octave supérieure très solide et pénétrante (dont elle use et abuse), une émission plutôt correcte et un chant bien organisé sur le souffle, de la musicalité, de jolies nuances. Mêmes faiblesses également : médium peu consistant et graves inexistants, agilité propre mais sans mordant, peu électrisante, une grande prudence dans sa Scène et dans le premier acte globalement. Le premier final est toujours aussi timide, il faut dire que ses ressources d’accent sont naturellement limitées dans l’agitato et le genre "magnifique", pour paraphraser Stendhal . Elle est mieux dans le II. Son meilleur moment a été le duo avec Assur, où elle m’a étonné par la variété d’accent (rare comme je disais) et le slancio déployé. Pour le coup, ici, les interpolations et variations s’accordaient bien avec ce sommet dramatique. Aujourd'hui, personne ne fait mieux, c’est vrai. Mais Pratt reste bien trop légère et n'est sûrement pas une référence. Si tu parles du passé, il y a eu évidemment bien mieux (à commencer par sa propre maîtresse de chant dont elle est bien loin) bien qu’aucune des titulaires documentées n’ait été une Semiramide complète à mon sens.

Iervolino : Meilleure que Horne  Rolling Eyes ? Ben voyons ! Elle ne l’approche ni de près ni de loin. C’est un Arsace dans l’air du temps, vite oublié, présentant une organisation vocale très semblable à celle de Barcellona et des autres. Son chant est une somme de sons engorgés, opaques et informes dans le grave et le centre avec des aigus vilains pris fréquemment par dessous. Il y a peu de legato, des staccati de convenance hors-propos qui pollue la ligne ça et là, et du souffle dans les phrases amples. En salle, cela n’avait que peu d'impact, voire pas du tout dans la première octave. C'est tout à fait logique avec ce type d'émission et c'est une limite disqualifiante pour un rôle de musico.  

Esposito : Très inégal. La voix est modeste, manque d’ampleur et de mordant. L’agilité est terne,ou laborieuse par moment. Il a toujours été inapproprié pour le seria. Son premier acte était juste acceptable mais le second l’a beaucoup mis en difficulté.  Son interprétation vocale était complètement à côté de la plaque avec des effets véristes voire méchant d’opérette parfaitement déplacés. Oui, il ne fait sûrement pas oublier Ramey, là on se rejoint, mais même aujourd’hui, un très modeste Palazzi le surpasse, tant techniquement que dans la caractérisation.

Scala : Bon, là je ne sais plus quoi dire quand tu dis que la comparaison avec Blake s’impose, pour moi c’est simplement irrecevable. J’ai mal pour lui quand il commence à vocaliser tant l’on sent la contrainte, et l’émission tendue dans le larynx… Et ne résoudre les sorties vers l’aigu que par des cris ne me rend pas confiant sur la qualité de son émission. Comment peut-on mettre à égal ce chant contraint et peu sain et l’arrogance stupéfiante ( en soutien, slancio, couleurs, virtuosité,  rythme et j'en passe...)  de Blake dans ce rôle (https://www.youtube.com/watch?v=--9BjF_LYfs, quand même !)?  Je me pose vraiment des questions… Mais enfin, de gustibus.  

Cette version ne surpasse pas du tout celle de New York, dont je ne suis pourtant pas un admirateur. Horne est trop âgée et excessivement nasillarde mais toujours très supérieure à  Iervolino. Anderson, que je n'apprécie pas particulièrement, est néanmoins bien plus dotée naturellement et techniquement que Pratt dans la même veine lyrique-colorature. Ramey grandiose. Et pour Olsen, c'est anonyme, prudent et léger mais ça reste au moins gracieux et sainement chanté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefano P
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Hier à 19:29

Colbran a écrit:
Shocked Shocked Shocked Shocked

Une version de référence! Rien que ça!

J’ai assisté le mois dernier à une des représentations, et s’il y avait des choses correctes (enfin, juste une en fait), tout le reste était largement insuffisant. Surtout si l’on invoque l’historique de cette œuvre sur les scènes italiennes et mondiales comme tu le fais…

Oui, je suis bien d'accord ; ce que l'on a entendu à Venise n'est pas sans qualités, mais très loin d'une version de référence ; tout ce que tu dis sur Pratt et Iervolino (le simple fait d'évoquer Horne (et même Barcellona, qui pourtant ne plane pas dans les mêmes hauteurs) à son propos est accablant pour cet Arsace de poche) est parfaitement juste ; je suis moins sévère sur Scala et Esposito, mais bon, on est à des années-lumière de Blake et Ramey (et ce n'est pas qu'une hyperbole). Cela dit, il faut peut-être relativiser les choses : à une époque où on a droit à DiDonato en reine de Babylone et à Fagioli en Arsace, la version (très complète) de la Fenice peut avoir des aspects enthousiasmants...


Dernière édition par Stefano P le Mar 13 Nov 2018 - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/ En ligne
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Hier à 20:46

Bon, évidemment, ici il s'agit de jouer sur les mots : "version de référence".... alors disons plutôt "excellente version"....

La sophistication technique des commentaires ne doit pas prendre le pas sur le ressenti....

Regardez donc cette production, elle mérite d’être découverte.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6915
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Hier à 21:42

Belcore a écrit:
La sophistication technique des commentaires ne doit pas prendre le pas sur le ressenti....
ça je ne suis pas d'accord! Un ressenti si respectable soit-il reste un ressenti! En revanche dans l'absolu, une analyse détaillée a plus de valeur car évidemment elle tend à s'appuyer sur des éléments techniques et stylistiques que l'on peut considérer comme factuels. Ceci dit, on peut être soi-même favorable à ce principe et ne pas être d'accord avec la dite analyse détaillée en lui en opposant potentiellement une autre.
Ce que je ferai plus tard car je ne suis pas d'accord avec pas mal de points de la critique de Colbran car mon cher Belcore, on peut très bien défendre une grande partie de ton ressenti en s'appuyant sur des éléments parfaitement factuels. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85550
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Hier à 22:26

(J'attends patiemment la fin du débat vocal pour poster ma démonstration sur la vacuité musicale de l'œuvre et régler ainsi toute la question.)

albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Stefano P
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Hier à 22:40

DavidLeMarrec a écrit:
(J'attends patiemment la fin du débat vocal pour poster ma démonstration sur la vacuité musicale de l'œuvre et régler ainsi toute la question.)

albino

Et nous, on se consume d'impatience à l'idée de te lire, mais bon, la chasse au cygne de Pesaro est ouverte depuis déjà longtemps et le volatile ne devrait cette fois encore y laisser que peu de plumes... cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/ En ligne
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6915
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 1:11

Stefano P a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
(J'attends patiemment la fin du débat vocal pour poster ma démonstration sur la vacuité musicale de l'œuvre et régler ainsi toute la question.)
albino
Et nous, on se consume d'impatience à l'idée de te lire, mais bon, la chasse au cygne de Pesaro est ouverte depuis déjà longtemps et le volatile ne devrait cette fois encore y laisser que peu de plumes... cat
je dirais même aucune plume puisque le dit travail de "démonstration", par delà le désopilant exercice de style (pour ne pas dire la rigolote curiosité), ne démontrera à la vérité que sa propre vacuité et ne sera donc pas amené à régler une question qui, de toute façon, ne se pose pas dans l'absolu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalbéron
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 557
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 1:14

Faire ça le jour ou le lendemain des 150 ans de sa mort, en plus ! tutut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
Stefano P
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 8:14

Adalbéron a écrit:
Faire ça le jour ou le lendemain des 150 ans de sa mort, en plus ! tutut

Ah oui, la brutalité sur les forums n'a vraiment plus de limite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/ En ligne
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 8:25

Otello a écrit:
Belcore a écrit:
La sophistication technique des commentaires ne doit pas prendre le pas sur le ressenti....
ça je ne suis pas d'accord! Un ressenti si respectable soit-il reste un ressenti! En revanche dans l'absolu, une analyse détaillée a plus de valeur car évidemment elle tend à s'appuyer sur des éléments techniques et stylistiques que l'on peut considérer comme factuels. Ceci dit, on peut être soi-même favorable à ce principe et ne pas être d'accord avec la dite analyse détaillée en lui en opposant potentiellement une autre.
Ce que je ferai plus tard car je ne suis pas d'accord avec pas mal de points de la critique de Colbran car mon cher Belcore, on peut très bien défendre une grande partie de ton ressenti en s'appuyant sur des éléments parfaitement factuels. Wink

Ce point de vue est recevable, mais j'ai tendance à penser dans le cas présent que l'apparente sophistication des arguments techniques camoufle plus prosaïquement un point de vue subjectif...
Sans doute ai - je aussi eu tort de faire des comparaisons "ad artistem" : comparer n'importe quel ténor à Rockwell Blake, qu'évidemment, j'admire beaucoup, entraine forcément des commentaires indignés de certains qui l’idolâtrent ; j'aurais du me borner à écrire qu'il était superbe - idem pour Marilyn Horne et Iervolino...
Incidemment as - tu vu ou visionné ce spectacle  ?

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 12:28

Je joint, pour le plaisir, une critique de la récente Dona del Lago à Marseille.

http://www.concertclassic.com/article/la-donna-del-lago-version-de-concert-lopera-de-marseille-fastes-rossiniens-compte-rendu

Quand on lit ce qui est écrit à propos de Scala…

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefano P
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 13:28

Belcore a écrit:
Je joint, pour le plaisir, une critique de la récente Dona del Lago à Marseille.

http://www.concertclassic.com/article/la-donna-del-lago-version-de-concert-lopera-de-marseille-fastes-rossiniens-compte-rendu

Quand on lit ce qui est écrit à propos de Scala…

Belcore

A la décharge (si je puis dire...) de l'auteur de la critique, je dirais que je me suis trouvé pour Maria Stuarda à Marseille tout près de la scène et je peux témoigner que l'impact physique et vocal de Scala est très impressionnant ; on en prend vraiment plein les yeux et plein les oreilles... Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/ En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85550
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 13:57

Je blaguais, hein… Comme je n'aime pas beaucoup le Rossini serio (j'aime bien la Donna del Lago, surtout Tancredi, pas du tout Elisabetta – qui est réellement pauvre… –, et Semiramide, sans que je le trouve particulièrement mauvais, m'ennuie tout simplement), je trouve amusant de lire ces débats passionnés et définitifs là où pour moi la question ne se pose pas.

C'est vraiment difficile d'être convaincu lorsqu'on trouve qu'une œuvre manque, dès le départ, de contenu.

Mais autant pour Elisabetta ou Armida, je serais tout disposé à démontrer un peu (à supposer qu'essayer de dégoûter les autres ou critiquer un genre musical pour ce qu'il est ait un quelconque sens), mais pour Semiramide, ce n'est même pas cela, juste que l'œuvre m'indiffère. Embarassed

Sinon vous vous doutez bien que je serais venu troller sur les distributions depuis un moment. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19599
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 14:15

Otello a écrit:
Je viens d'écouter cette nouvelle intégrale! C'est globalement très bien mais honnêtement ce n'est pas mieux que les versions précédentes!

Vu que je peine à trouver une version parfaite... quoi que... je reste peut-être sur un version du MET :

29 Décembre 1990

SEMIRAMIDE

Semiramide : Lella Cuberli
Arsace :Marilyn Horne
Assur :Samuel Ramey
Azema :Youngok Shin
Idreno :Chris Merritt
Oroe :John Cheek
Fantôme de Nino : Jeffrey Wells
Mitrane : Michael Forest

Direction : James Conlon

Ramey à son sommet (la voix a gagné en noirceur depuis Aix!), Cuberli que j'adore là-dedans... Horne un peu trop nasale à cette époque je trouve, mais ça reste impressionnant... et puis Merrit glorieux bien sûr!!

Mais bon... la version Opera-Rara est quand même chouette!

Citation :
C'est même parfois moins bien à commencer par Barcellona qui conviendrait plutôt pas mal en Arsace si Horne n'était pas passée par là! Or non seulement elle est passée par là mais il se trouve qu'elle est impérialement installée en tête de discographie dans ce rôle à telle enseigne que tous les défauts de Barcellona ressortent de façon assez criante: un timbre pas très enthousiasmant (mais ça c'est pas important), un chant assez générique (ça c'est plus problématique chez Rossini), une technique correcte mais pas transcendante (vocalisation un peu laborieuse!)... Même Larmore est plus électrisante qu'elle!

Je pense surtout que Barcellona est maintenant moins à l'aise dans ces rôles rossiniens. J'ai un souvenir dingue de son Malcolm à Paris où elle osait toutes les variations les plus folles. Et là je la trouve en fait un peu terne dans ses vocalises comme ses variations... rien de bien impressionnant. La fréquentation de rôles plus lourds qui lui font un peu perdre de sa technique rossinienne... dommage dans ce cas de ne pas avoir proposé à une autre! Varduhi Abrahamyan avait proposé une prestation autrement impressionnante à Marseille il y a 3 ans... et elle semble renouveler sa prestation en Malcolm cette année!!

Citation :
Palazzi pourrait avoir le même genre de problème car l'Assur absolu, nous l'avons déjà avec Ramey qui y est monumental. Eh ben Palazzi, lui, arrive tout de même à faire que son Assur existe en dépit de cette référence incontournable. La voix est belle, assez claire mais mordante avec un beau grave et la technique est irréprochable. A la vérité, certes sans l'égaler, son interprétation est dans la lignée de celle de Ramey.

Je dois avouer... que ça me fait plaisir! Very Happy Parce que je le trouve vraiment parfait dans ce rôle...

Citation :
Banks me laisse partagé car le timbre est sans séduction et le chant est un peu trop ouvert ce qui fait que certaines voyelles sur certaines notes sonnent un peu débraillées ... Pour autant, il vocalise bien, il assume crânement l'écriture difficile du rôle d'Idreno ... un chanteur efficace!

J'avais été vraiment perturbé par sa prestation dans le concert diffusé... et là en effet les défauts sont comme gommés... plus de variations et un timbre moins désagréable. Bon, j'aurais bien aimé entendre Camarena ici (même si peut-être un peu léger!) ou Osborn bien sûr... mais ça reste efficace comme tu le dis!

Citation :
Shagimuratova, c'est plutôt bien et même très bien à certains moments mais pour ce qui devait être une interprétation modèle au plus près de ce qu'est le rôle-titre, ça se pose là! Elle vocalise efficacement mais sans la perfection technique d'une Sutherland (dont elle reprend pourtant la plupart des extrapolations dans l'aigu et le suraigu) ni même l'agilité qu'y démontrait une Studer, 2 voix autrement dotées! Elle est évidemment beaucoup plus adéquate qu'une Gruberova...

Moi ce que j'aime beaucoup dans sa façon de chanter, c'est ce côté "méchant" de la voix, on a une Semiramide vraiment reine noire je trouve... Et elle envoie comme on dit!
Après, franchement, je dois avouer ne pas avoir écouter Sutherland dans ce rôle (le studio me fait peur pour Assur... comme peut-il passer après Ramey!!) et Studer me laisse froid (ici comme ailleurs). Du coup, je ne dirais pas un modèle, mais une interprétation vraiment chouette. Peut-être plus propre que Pendatschenska d'ailleurs mais du coup un peu moins prenante (en même temps, Pendatschenska est dantesque dans ce rôle je trouve! Mr.Red)

Citation :
En fait, c'est Elder qui serait la première justification d'acquisition de cette intégrale qu'il dirige avec beaucoup de relief et de vitalité!

C'est vrai que c'est très bien mené, sans ennui d'un bout à l'autre. Alors que j'ai un souvenir éprouvant de l'oeuvre au TCE avec Pido, Mossuc, Pertusi et Osborn... heureusement que ce dernier nous avait gratifié d'un air flamboyant (un seul... Pido ayant coupé le premier, et il se l'est vu signalé par le public! hehe).

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 16:54

Si on veut pousser un peu plus loin la comparaison on trouve sur Youtube de très nombreuses intégrales de cet opéra.
Je me suis borné à comparer quelques interprétations notables de "Dov'e il cimento" :

Blake -  Pesaro 2002 : souverain
Florez  - Barcelone 2006 ? : prononciation et voix élégante, mais pas d'engagement dramatique
Scala - Fenice 2018 : haut de l'ambitus un peu pincé, coloré, varié, très engagé
Camerena - Met ?? : très beau, engagé.
Brownlee - Kaunas ?? : Beau chant
Kunde - Genève 1998 : Beau chant, la voix manque un peu de couleurs
Pas écouté Chris Merritt

Aucun doute pour moi que Scala, qui je crois le plus jeune de ce panel, mérite dès maintenant de figurer parmi les bons interprètes de ce répertoire.
Petit troll au passage pour David : tu as le droit de trouver cet opéra ennuyeux, mais même si l'écriture rossinienne est plus sommaire, la veine mélodique y est infiniment plus riche que dans ces barbants Huguenots.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8374
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 16:56

Belcore a écrit:
Kunde - Genève 1998 : Beau chant, la voix manque un peu de couleurs

Mais quel impact dans la salle affraid  !
(Vainqueur par KO de Botelho dans les ensembles...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colbran
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/09/2014

MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   Aujourd'hui à 17:54

Belcore a écrit:
Ce point de vue est recevable, mais j'ai tendance à penser dans le cas présent que l'apparente sophistication des arguments techniques camoufle plus prosaïquement un point de vue subjectif...
Sans doute ai - je aussi eu tort de faire des comparaisons "ad artistem" : comparer n'importe quel ténor à Rockwell Blake, qu'évidemment, j'admire beaucoup, entraine forcément des commentaires indignés de certains qui l’idolâtrent ; j'aurais du me borner à écrire qu'il était superbe - idem pour Marilyn Horne et Iervolino...
Incidemment as - tu vu ou visionné ce spectacle  ?

Je ne nie pas du tout la part de subjectivité dans mon propos, j’exprime un désaccord, il y a forcément de la partialité, et c’est tout à fait normal lorsque l'on discute de ce genre de chose…

Quant à l’apparente sophistication de l’argumentaire, il n’y a rien de sophistiqué dans un discours sur la technique d’émission, la gestion des registres, la capacité d’accentuation, etc. C’est même plutôt élémentaire quand on parle de chant me semble-t-il.  Par ailleurs, quand je dis que Pratt est trop légère pour un rôle de cette stature (ce qui ne veut pas dire mauvaise), que Iervolino émet ses sons trop en dedans, ou que Scala est contraint dans la vocalisation avec une tendance au braillement dans l’aigu, c’est ce que j’ai entendu et constaté. Après, il y a toujours un curseur personnel et une forme de partialité de nouveau, mais enfin il y a des choses ici qui me paraissent peu contestables.  Tu peux toujours me rétorquer que Pratt est monumentale dans la première octave, le médium et dans ses accents, que Iervolino a une émission claire et antérieure dans tous les registres, ou que Scala a l’aisance de Blake. Dans ce cas, j’en conclurai que…….nous ne sommes pas d’accord.

Belcore a écrit:
Je joint, pour le plaisir, une critique de la récente Dona del Lago à Marseille.

http://www.concertclassic.com/article/la-donna-del-lago-version-de-concert-lopera-de-marseille-fastes-rossiniens-compte-rendu

Quand on lit ce qui est écrit à propos de Scala…

Et ben voilà, c’est super, tout le monde est beau, tout le monde est content ! Abrahamyan (l’Arsace de Pratt à Marseille d’ailleurs) est un contralto rossinien, Deshayes, la Colbran française, et Scala, « l’Himalaya », rien que ça. Si les autres le pensent, cela doit sûrement être vrai !


Polyeucte a écrit:
Vu que je peine à trouver une version parfaite...

Peut-être parce qu'il n'en existe pas...

Polyeucte a écrit:
Semiramide : Lella Cuberli
Arsace :Marilyn Horne
Assur :Samuel Ramey
Azema :Youngok Shin
Idreno :Chris Merritt
Oroe :John Cheek
Fantôme de Nino : Jeffrey Wells
Mitrane : Michael Forest

Très bon choix tout de même…Malgré la nasalité excessive d’une Horne âgée mais toujours imposante, et Cuberli, qui entrait alors en déclin prématuré. Entendons-nous bien, j’ai vraiment beaucoup d’admiration pour elle. C’est un soprano  très important dans l'histoire moderne du chant rossinien (Pratt ne s’y est pas trompée en allant toquer à sa porte) qui n’avait pourtant rien sur le papier pour l’être, et encore moins dans un rôle Colbran.  Mais voilà, l’art du chant transcende même les moyens les plus ordinaires. En revanche, là, c’est un peu tard, et Cuberli fatiguée, ce n’est pas toujours heureux. Ça reste d'un bon niveau quand même, plus prudent.  Il faut absolument que tu l’écoutes en 81 à Gênes (82 à Trieste, aussi), si ce n’est pas déjà fait. Elle (et Dupuy) se lance avec un style exquis dans des variations inédites à  toutes les reprises, restaure les cadences Marchisio, ornemente aussi bien dans le haut que dans le bas, inverse les lignes dans les duos avec Arsace…Tout cela sous la houlette de Zedda et Celletti en sous-main. Un bonheur! Avec Sutherland dans le live de 71, on tient pour moi les meilleures Semiramide, toutes deux incomplètes certes, mais je ne vois pas mieux dans ce qui existe, en toute subjectivité. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sémiramide (Rossini, 1823)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sémiramide (Rossini, 1823)
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Sémiramide (Rossini, 1823)
» Sémiramide (Rossini) Lyon/TCE Pido
» Sémiramide
» La gazza ladra (Rossini, 1817)
» Maometto II (Rossini 1820)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: