Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Rav-phaël
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6384
Age : 25
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Dim 2 Avr 2017 - 12:21

Absolument pas !
N'étant pas tout à fait au point avec la date, hier matin, je suis tombé dans le panneau avec ton album Timpani ( bien évidement  Mr. Green  ),
J'avais même écrit une réponse, en terminant tout de même par un "mais est–ce un poisson d'avril ?"

Au final je n'ai rien posté mais, comme le dit David, c'était tellement alléchant que ce matin encore il y a une petite part de moi qui persiste à y croire, qui veut que ça soit vrai et qui se chante, toute seule, cette musique merveilleuse !

thumleft

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Dim 2 Avr 2017 - 13:12

Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
J'aurais pu croire tout le reste, mais un décadent qui s'apelle Aloysius, c'était trop cliché pour être honnête.

Très jolie série, encore une fois. kiss
Heureusement que tu as fini par passer: mis à part Lucien, qui a bien sûr éventé l'inexistence de Martin Leberwurst tout en jouant le jeu, mes poissons d'avril sont passés totalement inaperçu. Trop «niche», probablement: l'an prochain, je ferai une Walkyrie par Bartoli et La Scintilla (avec la Sieglinde de Sumi Jo et le Wotan de Pertusi),  ou un vieux live du Barbier de Séville dirigé par Furtwängler avec Kirsten Flagstad et Ferdinand Frantz.

C'est-à-dire qu'en dehors du contemporain (le vraiment en italique y invitait de surcroît), il n'était pas facile de réagir sans éventer le stratagème. J'ai réagi un peu tard pour abonder, alors je salue simplement l'artiste…

Certains étaient quand même subtils : hors les noms, j'ai cru quelques instants au décadent, et j'ai vraiment pris pour argent comptant ton compositeur Louis XIII avant de voir ce que tu avais posté à la même heure… Tout le monde n'a pas forcément remarqué (ni osé).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25864
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Mar 4 Avr 2017 - 0:01

Benedictus a écrit:

Conservatoire de Schweinfurt


carton rouge On y joue de l'art ou du cochon ?

Oh le vilain sous-entendu, m'en va le dire à Wilhelm...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 17036
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Mar 4 Avr 2017 - 10:51

voici un nouvel apperçu de la fréquence à laquelle tu consultes la rubrique générale. cool-blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg skywalker
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 614
Date d'inscription : 06/08/2010

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Sam 8 Juil 2017 - 17:28

Othmar Schoeck ,pour moi , n'est pas vraiment "décadent" , bon peut etre pour Penthesilea . Et il mérite un fil dedié Very Happy
un cd sympa , qui vaut une écoute pour le lied Besuch in Urach


j'entends dans ce lied sa Venus (superbe opera !) ,  Puccini , Strauss (le chevalier à la rose ) , Korngold ( les élans lyrique de Die Todte Stadt ) , Bref j'adore !!!   I love you  I love you  bounce  bounce  zen  zen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6986
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Sam 8 Juil 2017 - 17:48

greg skywalker a écrit:
Othmar Schoeck ,pour moi , n'est pas vraiment "décadent" , bon peut etre pour Penthesilea .
Voilà: pour Penthesilea et quelques cycles de lieder orchestraux (comme Lebendig begraben), si.
Mais il est vrai que, la plupart du temps, il est ou bien en-deça (dans une sorte de beau lyrisme postromantique baigné de nostalgie: le Concerto pour violon, les quatuors, certains lieder) ou bien au-delà (assez ailleurs, en fait - comme une espèce de Webern tonal: d'un lyrisme raréfié, mystérieux et spéculatif - dans les derniers cycles de lieder avec piano).

greg skywalker a écrit:
Et il mérite un fil dedié Very Happy
Embarassed Depuis le temps que je promets de le faire...

greg skywalker a écrit:
un cd sympa , qui vaut une écoute pour le lied Besuch in Urach
j'entends dans ce lied sa Venus (superbe opera !) ,  Puccini , Strauss (le chevalier à la rose ) , Korngold ( les élans lyrique de Die Todte Stadt ) , Bref j'adore !!!   I love you  I love you  bounce  bounce  zen  zen
Sommernacht, quoique mineur, est chouette aussi. Besuch in Urach, je me suis tellement habitué à l'entendre par Mitsuko Shirai et Hartmut Höll en conclusion de Holde Bescheiden (leur gravure chez Claves avec DFD), que j'ai trouvé cette version orchestrale un peu trop onctueuse et extravertie, trop Puccini-Strauss-Korngold justement; mais oui, c'est chouette aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg skywalker
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 614
Date d'inscription : 06/08/2010

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Sam 8 Juil 2017 - 18:24

Benedictus a écrit:

Voilà: pour Penthesilea et quelques cycles de lieder orchestraux (comme Lebendig begraben), si.
Mais il est vrai que, la plupart du temps, il est ou bien en-deça (dans une sorte de beau lyrisme postromantique baigné de nostalgie: le Concerto pour violon, les quatuors, certains lieder) ou bien au-delà (assez ailleurs, en fait - comme une espèce de Webern tonal: d'un lyrisme raréfié, mystérieux et spéculatif - dans les derniers cycles de lieder avec piano).

c'est exactement que je pense mains ( Nachhall frole le silence , le concerto de violon romantique ...)

greg skywalker a écrit:
un cd sympa , qui vaut une écoute pour le lied Besuch in Urach
j'entends dans ce lied sa Venus (superbe opera !) ,  Puccini , Strauss (le chevalier à la rose ) , Korngold ( les élans lyrique de Die Todte Stadt ) , Bref j'adore !!!   I love you  I love you  bounce  bounce  zen  zen
Sommernacht, quoique mineur, est chouette aussi. Besuch in Urach, je me suis tellement habitué à l'entendre par Mitsuko Shirai et Hartmut Höll en conclusion de Holde Bescheiden (leur gravure chez Claves avec DFD), que j'ai trouvé cette version orchestrale un peu trop onctueuse et extravertie, trop Puccini-Strauss-Korngold justement; mais oui, c'est chouette aussi.

J'adore Shirai ! et je connais pas cet cycle de lieder , donc .... je dois écouter cela bientot ! kiss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg skywalker
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 614
Date d'inscription : 06/08/2010

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Sam 8 Juil 2017 - 18:25

Benedictus a écrit:

Voilà: pour Penthesilea et quelques cycles de lieder orchestraux (comme Lebendig begraben), si.
Mais il est vrai que, la plupart du temps, il est ou bien en-deça (dans une sorte de beau lyrisme postromantique baigné de nostalgie: le Concerto pour violon, les quatuors, certains lieder) ou bien au-delà (assez ailleurs, en fait - comme une espèce de Webern tonal: d'un lyrisme raréfié, mystérieux et spéculatif - dans les derniers cycles de lieder avec piano).

c'est exactement que je pense  mains  ( Nachhall frole le silence , le concerto de violon romantique ...)


Benedictus a écrit:

Sommernacht, quoique mineur, est chouette aussi. Besuch in Urach, je me suis tellement habitué à l'entendre par Mitsuko Shirai et Hartmut Höll en conclusion de Holde Bescheiden (leur gravure chez Claves avec DFD), que j'ai trouvé cette version orchestrale un peu trop onctueuse et extravertie, trop Puccini-Strauss-Korngold justement; mais oui, c'est chouette aussi.

J'adore Shirai ! et je connais pas cet cycle  de lieder , donc .... je dois écouter cela bientot ! kiss [/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8346
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Sam 8 Juil 2017 - 19:25

Benedictus a écrit:


greg skywalker a écrit:
Et il mérite un fil dedié Very Happy
Embarassed Depuis le temps que je promets de le faire...

Entièrement d'accord.

Il a un corpus très important de Lieder avec piano / orgue / harpe...je serais assez tenté!  Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6986
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Sam 8 Juil 2017 - 19:43

Bon, bon, je vais tâcher de m'y mettre d'ici lundi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 8346
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Sam 8 Juil 2017 - 20:58

Benedictus a écrit:
Bon, bon, je vais tâcher de m'y mettre d'ici lundi...

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg skywalker
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 614
Date d'inscription : 06/08/2010

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Jeu 28 Sep 2017 - 8:38

J'explore le cd consacrée au lied et la musique de chambre de Rudi Stephan



Coté musique de chambre : c'est assez "expressioniste" , avec un discours fragmenté , des gestes brusques,des silences , quelques passages avec des réelles beautés . C'est aussi rhapsodique , sa musique conte une histoire , comme un poème symphonique.
Musique intéressante mais je ne suis pas complètement conquis ( je préfère la nuit transfigurée de Schoenberg)

Coté lied : quelques lieds sont chouettes avec une musique  baladant entre zemlinsky , Strauss et Schoeck  drunken ( je n'ai pas ce cd , donc pas le livret ....)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 818
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Dim 16 Déc 2018 - 23:57

Heinz Tiessen: Sinfonia n.2 (Stirb und Werde!) op.17 (1912)
watch?v=WaEzyFeT-uU
mamamia c'est divin....bonsoir David
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6986
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Sam 5 Jan 2019 - 1:38


Hermann Wolfgang von WALTERSHAUSEN: Oberst Chabert
Bo Skovhus (Chabert), Raymond Very (Ferraud), Manuela Uhl (Rosine), Simon Pauly (Derville), Stephen Bronck (Godeschal), Paul Kaufmann (Boucard), Jacques Lacombe / Das Orchester der Deutschen Oper Berlin
En public, Berlin, III.2010
CPO


J’ai adoré! (Et un immense merci à David pour la découverte, voir ici.) Un opéra postromantique allemand d’après Balzac, rien que sur le papier, c’est assez calibré pour me plaire. Mais, plus profondément, c’est une œuvre dotée d’une vraie singularité - pas forcément si décadent que ça, d’ailleurs.

Déjà, au niveau du livret, on est assez loin des sujets poisseux à la Schreker-Zemlinsky. En fait, Walthershausen reprend la trame de Balzac, mais aurait plutôt tendance à l’expurger des ses côtés les plus scabreux (sa «veuve» n’est pas une ancienne cocotte assez dénuée de scrupules, et son Chabert n’a pas les tentations sadiques qu’on sent poindre chez Balzac) et substitue au drame social grinçant et cynique des dilemmes moraux plus classiquement tragiques. Assez singulier aussi, cet usage récurrent des longs monologues introspectifs ou narratifs (notamment le récit de la bataille d’Eylau, absolument saisissant - longue déclamation très dense, avec ses échos de Marseillaise et ses rumeurs sombres) et la façon de développer les seconds rôles (Derville et Godeschal, en particulier), ce qui en fait un opéra d’une forme un peu mixte, pas exclusivement théâtrale, se rapprochant davantage d’une certain forme de narration romanesque. Rien que pour ça, c’est une œuvre à laquelle je ne pouvais manquer d’être sensible.

Ces particularités trouvent une traduction musicale très convaincante dans un style vocal essentiellement tourné vers le grand récitatif wagnérien et une forme de conversation en musique assez directe, assez «frontale» même - un style mélodique, chantant même, malgré la complexité harmonique, mais plus soucieux de contenu narratif ou dramatique que d’enjolivement lyrique ou d’intensification expressionniste (on pourrait penser à Strauss, mais un Strauss plus rigoureusement centré sur la déclamation, sans extraversion vocalisante et sans volubilité expansive.) Cette esthétique se retrouve d’ailleurs très efficacement secondée par une écriture orchestrale elle aussi assez singulière: c’est à la fois riche, complexe, profus mais sans les effets de surcharge coloriste, sans les atmosphères luxuriantes d’un Schreker ou d’un Strauss; paradoxe dans le paradoxe, les couleurs instrumentales elles-mêmes sont plutôt sombres mais il se dégage de l’orchestre quelque chose d’assez lumineux (un peu comme dans les symphonies de Schmidt.)

Bref, une œuvre qui, tout en s’inscrivant nettement dans le langage de l’opéra germanique postromantique tardif, possède vraiment une esthétique très personnelle (et qui finalement me touche beaucoup plus que des choses plus «décadentes.»)

L’interprétation est assez idéale - la direction de Lacombe déploie les richesses de la partition avec beaucoup de précision et une sorte fluidité qui ne devait pas forcément aller de soi (dommage que l’orchestre soit capté d’un peu loin; mais d’un autre côté, les voix très en avant gagnent en netteté), la distribution très bien, avec un Bo Skovhus décidément irremplaçable: je ne vois pas qui, dans ce répertoire, pourrait avoir à ce degré ses qualités d’éloquence presque tranchante et d’engagement dramatique total.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   Sam 5 Jan 2019 - 13:52

Merci pour cette belle recension si juste !

Quel équilibre singulier et sophistiqué entre le verbe et la musique, en effet, quelle beauté de langage !
À la fois très accessible et très raffiné. Je suis un peu marri que diverses contraintes m'aient empêché de le voir à Bonn en juillet dernier, j'espère qu'il y aura d'autres reprises – c'est une nouvelle / un court roman assez célèbre de Balzac, ça pourrait être un produit d'appel intéressant (en traduction française, qui m'appelle ? Mr. Green ) dans une maison française.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mouvements décadents début vingtième sans domicile fil
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Contemporains japonais sans domicile fixe
» [Rumeur] Tokio Hotel sur Sans Interdit NRJ en septembre ou octobre ?
» Philippe Manoeuvre sans lunettes !
» Ben Harper sans les innocents criminals!
» La femme sans ombre de Strauss et Hofmannsthal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: