Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Claudio Abbado

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Jeu 23 Jan 2014, 22:56

De lui je retiens surtout d'excellentes Kammermusik de Hindemith.


Dernière édition par WoO le Ven 24 Jan 2014, 00:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Ven 24 Jan 2014, 00:19

En quoi Abbado était-il un "innovateur" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8308
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Ven 24 Jan 2014, 07:49

sud273 a écrit:
tout est question de répertoire et il n'y a pas lieu de faire de hiérarchie. Ou entrons-nous déjà dans la phase de réévaluation du legs d'Abbado? Bad 

J'essaye de remettre mes idées dans l'ordre, alors pardon d'avance.
Moi je me demande si cette réévaluation n'a pas déjà eu lieu, à la lumière de la maladie du chef, notamment ; comme si Abbado était déjà mort, en quelque sorte, et que la substance seule de son art était demeurée depuis le début des années 2000. Comme si la maladie qui avait si lourdement stigmatisé le corps de l'homme l'avait rendu, de facto, intouchable.
Je me souviens, dans mes "jeunes années" (c'est loin !) que le legs d'Abbado, sortie après sortie, n'était pas nécessairement porté aux nues par la presse spécialisée : ses Mahler à Vienne, par exemple, des Beethoven aussi, les remake du Barbiere ou du Viaggio a Reims (pour le premier, au moins, ça me semble très injuste) certains des enregistrements Sony pour lesquels le reproche portait sur "l'excès" de plastique.
Instantanéité de la sortie discographique ("le-nouvel-opus-de") qui a laissé la place à une autre forme d'instantanéité (le chef "survivant" ne peut donner que des prestations marquées par la fugacité, suspendues dans un temps nécessairement friable et qu'il faut retenir de manière urgente) ? Soit : deux forme de "consommation" (et j'ai presque honte d'utiliser ce terme pour une personnalité comme Abbado ; mais j'essaye de comprendre le phénomène) ?
Pour ces premiers exemples, les arguments strictement musicaux primaient ; désormais, il me semble que la dimension a changé. De fait l'homme, au-delà de l'artiste, avait lui aussi changé de dimension. Sans par ailleurs que je sache si ça modifie fondamentalement la lecture (sauf, peut-être a posteriori mais c'est le contraire d'une démarche rationnelle, alors). Et je précise que je n'instruis le procès de personne, et certainement pas celui d'Abbado, même si pour moi le manque n'existe pas/prime moins parce je sais que le legs subsiste. J'ai, en revanche, plus de difficultés avec la "transe nécrologique"  en général qui me paraît être un "vice" contemporain, parfois à la confluence du voyeurisme et de l'événementiel ; une sorte de besoin commémorationnel se nourrissant de lui-même (ou "d'objets" pris comme tels).
Quant au classement forcené (on dirait qu'il faut nécessairement chercher un "mauvais" pour relever le niveau d'un "bon") on sait ce que j'en pense ; c'est un schéma binaire qui m'échappe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Ven 24 Jan 2014, 15:36

WoO a écrit:
De lui je retiens surtout d'excellentes Kammermusik de Hindemith.
en ce qui me concerne, je trouve que ses meilleurs enregistrements sont le 4 symphonies de Brahms, clairement dans la ligne de Sabata.
Revenir en haut Aller en bas
milia
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 44
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Ven 24 Jan 2014, 21:28

WoO a écrit:
En quoi Abbado était-il un "innovateur" ?

Et bien cher WoO, je ne vais pas réécrire sa biographie, mais enfin, ses passages à la tête de la Scala et de l'opéra de Vienne par exemple ont été des moments où Abbado a insufflé un esprit nouveau, élargissant considérablement le répertoire à Milan et, à Milan ou à Vienne, oeuvrant pour la musique contemporaine (avec Wien Modern notamment). On pourrait en dire autant de son action à la tête de la Philharmonie de Berlin, où la musique contemporaine a eu sa place. La refondation de l'orchestre de Lucerne, avec sa composition si particulière, et l'expérience malheureusement interrompue de l'Orchestre Mozart de Bologne, ne me semblent pas le travail d'un adepte de la routine.
Par ailleurs, j'ai beaucoup apprécié votre sélection discographique pour Abbado (Les kammerkonzert d'Hindemith) et pour ma part, je retiens surtout de Bernstein sa version princeps de la 3e symphonie de Roy Harris Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 00:23

Merci pour ses précisions. Je posais la question parce que je ne connais pas très bien son action en tant que chef et j'avais plutôt l'impression d'un répertoire très traditionnel au vu de sa discographie : Beethoven, Mozart, Haydn, Mendelssohn, Mahler, Ravel, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82211
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 00:26

Il a aussi enregistré des pièces de Kurtag, Nono, Ligeti, Stockhausen... mais ça me semble être vraiment quelques exceptions.

Si on en fait un innovateur pour ça, alors il y a beaucoup d'innovateurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 03:07

Otello a écrit:
milia a écrit:
Otello, je ne pense pas effectivement que Barenboïm soit un chef de la trempe d'Abbado. Il a été par contre un fabuleux pianiste et  est tout de même un très bon chef.
fabuleux ??? je suis sincèrement désolé mais honnêtement, non! Barenboim c'est un bon pianiste (mais pas +) et c'est un chef honorable (pas + non plus).
Le niveau d'excellence, de compétence et de talent d'Abbado est à des milliers de lieues au dessus d'un Barenboim.

D'accord. Mais Abbado n'a pratiquement jamais élevé son art au-dessus d'un très haut niveau d'excellence, de compétence et de talent. Audace ? Non. Génie ? Non plus. Innovation ? Absolument pas. Abbado était un grand chef. Mais il ne fut jamais un interprète de génie. Il pouvait même se tromper lourdement en livrant des interprétations excessivement littérales, voire pédantes (Mozart, Beethoven, Schubert). Saluons-le pour quelques remarquables témoignages discographiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milia
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 44
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 07:49

Xavier a écrit:
Il a aussi enregistré des pièces de Kurtag, Nono, Ligeti, Stockhausen... mais ça me semble être vraiment quelques exceptions.

Si on en fait un innovateur pour ça, alors il y a beaucoup d'innovateurs...

Cher Xavier,

Sa discographie parle peut-être moins que sa biographie et son action à la tête des institutions et des orchestres (voir mon post un peu plus haut). Et encore : Abbado a plus enregistré de musique contemporaine que la plupart des chefs.
Je maintiens donc pour ma part le terme d'innovateur, auquel j'accole le qualificatif d'humaniste (comme beaucoup, cela n'a rien d'original) sans craindre de tomber dans...la "transe nécrologique" Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roderick
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3183
Age : 43
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 08:40

Concert d'archives en hommage sur France Musique aujourd'hui :

http://www.francemusique.fr/emission/les-greniers-de-la-memoire/2013-2014/concert-d-archives-hommage-claudio-abbado-01-25-2014-19-09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 69
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 10:05

milia a écrit:
Xavier a écrit:
Il a aussi enregistré des pièces de Kurtag, Nono, Ligeti, Stockhausen... mais ça me semble être vraiment quelques exceptions.

Si on en fait un innovateur pour ça, alors il y a beaucoup d'innovateurs...

Cher Xavier,

Sa discographie parle peut-être moins que sa biographie et son action à la tête des institutions et des orchestres (voir mon post un peu plus haut). Et encore : Abbado a plus enregistré de musique contemporaine que la plupart des chefs.
Je maintiens donc pour ma part le terme d'innovateur, auquel j'accole le qualificatif d'humaniste (comme beaucoup, cela n'a rien d'original) sans craindre de tomber dans...la "transe nécrologique" Mr. Green

C'est quoi cette discussion : on n'est pas un chef majeur si on n'a pas joué régulièrement de la musique contemporaine ??
Abbado a démontré à multiples reprises son excellence dans un répertoire très vaste - à quoi bon alors sodomiser les coléoptères dans des recoins obscurs ???
Il y a d'autres grands chefs qu'on entend avec intérêt dans ce répertoire là.

  Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 10:52

Pas besoin de s'énerver comme ça... En plus ce n'est pas du tout ce que je lis dans les messages que tu cites (on y discute le chef "innovateur" pas s'il est majeur ou non)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 69
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 12:52

WoO a écrit:
Pas besoin de s'énerver comme ça... En plus ce n'est pas du tout ce que je lis dans les messages que tu cites (on y discute le chef "innovateur" pas s'il est majeur ou non)

Non, c'est simplement de l'incompréhension ; et ta réponse ne fait qu'augmenter mon étonnement : c'est quoi un chef "innovateur" ??
Et encore une fois les mérites d'Abbado me semblent déjà tellement immenses que je ne vois pas pourquoi il faudrait inventer des qualités supplémentaires, au demeurant parfaitement improbables - Abbado n'est ni Boulez, ni Rattle - qui lui n'est peut-etre pas un "innovateur" mais un chef qui a exploré d'une manière approfondie le répertoire contemporain.

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82211
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 13:09

On peut aussi ne pas discuter du tout si tu préfères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 69
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 25 Jan 2014, 13:42

Xavier a écrit:
On peut aussi ne pas discuter du tout si tu préfères.

Désolé, je ne comprends pas la finalité de cet échange sur Abbado "chef innovant", ce qui ne veut pas dire grand chose...
Je présume qu'en réalité il s'agit d'évoquer l'éventuelle activité de C. A. dans l'univers de la création contemporaine - je me trompe sans doute, mais j'ai l'impression que cette dimension a été marginale dans sa longue et riche carrière.
Le type de répertoire qu'il a choisi de défendre à la fin de sa vie me semble illustrative de ses priorités artistiques - pour etre encore plus précis,le Festival de  Lucerne, où il aura joué un rôle majeur, laisse une part importante au répertoire contemporain - pour autant ce sont d'autres qu'Abbado qui ont joué ces oeuvres.

  Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
draffin
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 867
Age : 35
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Lun 27 Jan 2014, 09:03

J'ai regardé l'hommage sur Arte hier. Bon, le documentaire ne dit rien d'intéressant comme d'habitude, comme souvent. Par contre, pour le concert, j'ai été très surpris. Il s'agit du Requiem de Mozart, donné à Lucerne.

J'avoue avoir un peu ricané au début de l'Introït : à force de dégraissage et de non-vibrato, tout ça sonne très propre mais très froid. L'entrée de la soprano m'a carrément laissé dubitatif. Je me suis dit que j'allais éteindre tout ça et me mettre une 'ptite' symphonie de Mahler histoire de rester sur une bonne impression du maestro.

Et puis, petit à petit, la mayonnaise prend. D'accord, ça n'est pas une version inoubliable mais on y sent une immense intégrité, un respect de la musique, une modestie touchante. Le Confutatis Maledictis offre des contrastes saisissant ! Abbado offre des pianissimi proches de l’inaudible.

Au final, je suis quand même un peu déçu par la prise de son (trop lointaine, pas assez définie) et par le final, un peu plan-plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auberbabel.org
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Lun 27 Jan 2014, 09:05

Montfort a écrit:
WoO a écrit:
Pas besoin de s'énerver comme ça... En plus ce n'est pas du tout ce que je lis dans les messages que tu cites (on y discute le chef "innovateur" pas s'il est majeur ou non)

Non, c'est simplement de l'incompréhension ; et ta réponse ne fait qu'augmenter mon étonnement : c'est quoi un chef "innovateur" ??

C'est la question que je posais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 69
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Lun 27 Jan 2014, 10:43

draffin a écrit:
J'ai regardé l'hommage sur Arte hier. Bon, le documentaire ne dit rien d'intéressant comme d'habitude, comme souvent. Par contre, pour le concert, j'ai été très surpris. Il s'agit du Requiem de Mozart, donné à Lucerne.

J'avoue avoir un peu ricané au début de l'Introït : à force de dégraissage et de non-vibrato, tout ça sonne très propre mais très froid. L'entrée de la soprano m'a carrément laissé dubitatif. Je me suis dit que j'allais éteindre tout ça et me mettre une 'ptite' symphonie de Mahler histoire de rester sur une bonne impression du maestro.

Et puis, petit à petit, la mayonnaise prend. D'accord, ça n'est pas une version inoubliable mais on y sent une immense intégrité, un respect de la musique, une modestie touchante. Le Confutatis Maledictis offre des contrastes saisissant ! Abbado offre des pianissimi proches de l’inaudible.

Au final, je suis quand même un peu déçu par la prise de son (trop lointaine, pas assez définie) et par le final, un peu plan-plan.

Impression partagée : beau, mais pas très marquant - la II de Mahler, toujours à Lucerne, donnée plus tard sur Mezzo donnait une interprétation d'anthologie.

 Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8308
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Lun 27 Jan 2014, 12:13

Requiem pour Requiem, celui-ci, donné à la mémoire de Karajan (célébrations entourant les 10 ans de son décès) me paraît autrement chargé, autrement personnel, peut-être aussi autrement "décontingenté" (cf. ce que je disais plus haut de la maladie du chef), non : http://www.amazon.com/Mozart-Requiem-Mattila-Mingardo-Schade/dp/B00001X59K ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvain
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 22
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Lun 27 Jan 2014, 19:36

draffin a écrit:
J'ai regardé l'hommage sur Arte hier. Bon, le documentaire ne dit rien d'intéressant comme d'habitude, comme souvent. Par contre, pour le concert, j'ai été très surpris. Il s'agit du Requiem de Mozart, donné à Lucerne.

J'avoue avoir un peu ricané au début de l'Introït : à force de dégraissage et de non-vibrato, tout ça sonne très propre mais très froid. L'entrée de la soprano m'a carrément laissé dubitatif. Je me suis dit que j'allais éteindre tout ça et me mettre une 'ptite' symphonie de Mahler histoire de rester sur une bonne impression du maestro.

Et puis, petit à petit, la mayonnaise prend. D'accord, ça n'est pas une version inoubliable mais on y sent une immense intégrité, un respect de la musique, une modestie touchante. Le Confutatis Maledictis offre des contrastes saisissant ! Abbado offre des pianissimi proches de l’inaudible.

Au final, je suis quand même un peu déçu par la prise de son (trop lointaine, pas assez définie) et par le final, un peu plan-plan.


C'est aussi ce que j'avais ressenti quand je l'avais vu à la TV il y a quelques temps. Beaucoup d'humilité et de sincérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stolzing
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 705
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Lun 27 Jan 2014, 22:30

J'ai finalement beaucoup vu Abbado, 32 fois entre 1988 et son ultime concert parisien en juin dernier. Même s'il ne dirigeait jamais les orchestres français, ce n'était pas un chef rare à Paris, du moins avant sa maladie. Il a dirigé un cycle Beethoven avec les viennois (1988). Il est ensuite venu un an sur deux avec les berlinois entre 1993 et 1999, en général pour une série de concerts (cinq d'un coup en 93, un cycle Brahms). Après un dernier concert avec Berlin en 1999, coupure de dix ans pour moi, avant de le revoir à Berlin, puis d'aller à tous ses concerts parisiens, sauf un, depuis. Je l'ai vu en outre à Vienne, dont deux fois en fosse (Boccanegra et Khovanchtchina), et à Salzbourg.

Sa quasi mort et transfiguration lui a donné une aura qu'il n'avait pas avant, à mon sens. Personne ne contestait que c'était un chef important, mais ça n'allait pas au-delà. Au demeurant, beaucoup de ses enregistrements de sa période berlinoise ont été accueillis tièdement par la critique. Toutes périodes confondues, j'ai plusieurs grands souvenirs avec lui (l'Eroica avec les viennois, la 1ère de Brahms avec Berlin, une 3e de Mahler à la Waldbühne [à Berlin par une belle nuit d'été] avec le GMJO et Jessye Norman à son sommet, Khovanchtchina, le miraculeux concert berlinois de 2009). Cela dit, tout n'était pas, évidemment, parfait et merveilleux, je me souviens d'avoir trouvé bien terne sa direction dans le concerto pour violon de Brahms et d'avoir certes passé de bonnes soirées lors de ses deux derniers concerts parisiens, sans pour autant en être ressorti exalté.

S'il fallait se limiter à son legs d'interprète, on aurait sans doute quelques références, quelques très bons enregistrements, des bons, des moyens et des mauvais, pas de quoi justifier l'hystérie dans l'hommage qu'on a vue ces temps derniers (la palme revenant à Yannick Millon sur Altamusica et le titre tarte de son article : "le dernier monstre sacré". Je suppose qu'on l'avait dit avec Karajan et Bernstein, on a bien dû le dire avec Giulini, et on le redira avec Haitink et Jansons - "le dernier Kapellmeister", après Sawallisch, étant réservé pour Masur, voire Thielemann le jour où, à moins qu'il ne décroche le monstre sacré lui aussi).

Ce qui me semble le plus original est sa volonté permanente de novation. Certes, il a changé le son de Berlin, mais chaque directeur musical laisse son empreinte sur son orchestre. On le lui a d'ailleurs à l'époque beaucoup reproché (je me souviens de mon père, Furtwänglerophile fervent, Karajanophobe furibond et amoureux du son berlinois, fût-ce sous le K d'ailleurs, sortant furieux du premier concert du cycle Brahms de 1993, ne supportant pas l'allègement, pourtant relatif, de la pâte sonore, et faisant cadeau de ses places pour tout le reste du cycle à sa secrétaire...).

Mais restera surtout à son actif la fondation d'un festival de musique contemporaine qui vit encore (Wien Modern) et de trois orchestres différents : GMJO, Lucerne et le récent orchestre Mozart. Ce dernier n'a pas eu le temps de prendre suffisamment d'essor pour survivre à Abbado, j'ai du mal à croire que Lucerne se réunisse à nouveau, mais le GMJO est un complet succès, sans doute appelé à durer. Je ne vois pas qui, de près ou de loin, a fait quelque chose de comparable. Pour rebondir sur un élément de la conversation précédente, c'est en cela, plus que dans ses programmes, qu'Abbado a été un novateur et une personnalité profondément attachante. Il faut tout de même souligner, à propos des programmes, qu'il avait une véritable curiosité et a fait revivre certaines oeuvres oubliées (il viaggio à Reims, Fierrabras), a tenté des concerts thématiques (souvenir un peu imprécis d'un disque autour de Prométhée avec Berlin), a dirigé un peu de contemporain. Il s'est montré actif et éclectique, ce qui est très bien et n'est pas le cas de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30127
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Mar 28 Jan 2014, 09:25

Sur le "chef innovant" :

Dans cet article :
http://www.resmusica.com/2014/01/20/claudio-abbado-1933-2014/

Citation :
(...)En 1968, âgé d’à peine 35 ans, il est nommé directeur musical de la Scala de Milan. Un règne de 18 ans pendant lequel il va considérablement ouvrir le répertoire du théâtre (Œdipus-Rex de Stravinsky, Wozzeck de Berg, Moses und Aron de Schoenberg, etc.), renouer avec la création contemporaine (Al Gran sole sarico d’amore de Luigi Nono en 1975, Samstag aus licht de Stockhausen en 1984 – la dernière création à la Scala était Turandot de Puccini en 1926), inviter de nouveaux metteurs en scène  (Giorgio Strehler, Luca Ronconi, Jean-Pierre Ponnelle, Patrice Chéreau), accentuer la programmation symphonique avec des compositeurs peu joués en Italie comme Bruckner ou Mahler, ressusciter les opéras italiens du XVIIIe et repenser le grand répertoire italien en allant chercher les éditions originales de Rossini, Donizetti ou Verdi. Il lance aussi un projet novateur pour l’époque : des concerts décentralisés, destinés à fidéliser de nouveaux publics. Très critiqué par une partie du public et de la presse,(...)

Donc là on a les éléments pour parler de chef "innovant" il me semble.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25210
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Jeu 20 Mar 2014, 22:22

Smile Parmi les hommages discographiques liés à la disparition du maestro, notons cette série chez DG, dans la collection Galleria.

Voici l'adresse de pages où l'on peut trouver l'ensemble de ces parutions :

page 1

page 2

L'on note des tirés à part issus d'intégrales bien connues (Haydn, Mendelssohn...)

Aussi la réédition de quelques single qui commencaient à disparaître des catalogues (les Concertos pour violon de Prokofiev avec Mintz, la Fantastique à Chicago), d'autres qu'on trouvait encore aisément (le programme Schumann avec Pires au piano).

On aurait ainsi préféré retrouver son Mandarin merveilleux avec le LSO !

Parmi les pépites, un programme Strauss avec l'orchestre londonien : http://www.amazon.fr/Don-Juan-Till-Morte-Trasfigurazione/dp/B00H9TYRW2

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parnasse
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 28/02/2014

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 22 Mar 2014, 13:36

Réécoutés ce matin les ctos violon Tchaikovsky/Mendelssohn avec Milstein/VPO (DG). Quel beau disque. Tendre et lumineux. Et sans baver ni pleurnicher. Tout ce que j'aime chez Abbado. L'accord avec Milstein est parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1261
Age : 45
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Mer 26 Mar 2014, 12:03

Je n'avais pas eu le temps d'intervenir ici depuis la mort de mon chef préféré, et qui m'aura permis d'aborder des pans entiers du répertoire rien que sur son nom....

J'ai toujours été enthousiasmé et convaincu par une qualité qui, sans doute, était celle autant du chef que de l'homme : l'élégance. La qualité des phrasés, une certaine rondeur d'interprétation, et oui, l'élégance.

J'ai découvert il y a peu son enregistrement de Boris fait avec les Berliner et Kotscherga. Incroyable ! Sans doute ma version préférée aujourd'hui sur les quelques unes que je connais. Et Kotscherga, quelle belle surprise !!! J'ai l'impression qu'Abbado a dépoussiéré l'oeuvre en fait.

Elégance, poésie, mais en réecoutant Pelléas et d'autres disques depuis son décès, ce qui m'a également frappé est que cette conception de la musique n'excluait pas une certaines violence, que je ne connais pas dans d'autres enregistrements de Pelléas que le sien (je pense à la conclusion de la scène entre Yniold et Golaud.) par exemple. Ou dans Simon Boccanegra également.

Je ne connaissais pas ses Brahms également, et sa 4eme est totalement convaincante, et je la place dans trio de tête avec Haitink et Kleiber.

Bon, il y aurait beaucoup à dire, et d'autres l'ont dit beaucoup mieux que moi, mais je m'étonne que personne n'ait dit à quel point son approche de Mahler était devenue globalement une référence et qu'il avait quelque peu renouvelé l'interprétation de ces symphonies en trouvant un point d'équilibre parfait à mes yeux entre postromantisme et ouverture vers la 2nde école de Vienne...Tout comme Berstein avait fait beaucoup pour rendre ses lettres de noblesses à Mahler (qui n'était pas un inconnu non plus avant Bernstein bien sûr)...

Je n'aurai donc pas la chance de le réecouter une quatrième fois ce 29 avril prochain, mais sa 9eme de Mahler, sa 5eme de Bruckner et l'Ecossaise de Mendelssohn entendues à Pleyel ces dernières années auront été des concerts inoubliables dont je me souviendrais jusqu'à mes vieux jours je crois.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tomseche89
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 454
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2011

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Dim 06 Avr 2014, 16:13

Très émouvant concert retransmis cet après-midi en direct de Lucerne sur Arte Live Web où l'Orchestre du Festival de Lucerne a rendu hommage à Abbado, avec un programme comprenant des oeuvres qu'Abbado lui-même avait dirigé ces dernières années en Suisse.

Les musiciens ont d'abord joué sans chef le 1er mouvement de l'Inachevée de Schubert (grâce au remarquable premier violon qu'est Sebastien Breuninger).
L'acteur et ami d'Abbado, Bruno Ganz, a ensuite lu un poème d'Hölderlin (qu'il lui a lu juste avant sa mort, paraît-il) avant de laisser à nouveau la place à l'orchestre et à Isabelle Faust dans le Concerto pour violon de Berg, dirigé par Andris Nelsons.
Le magnifique mouvement final de la 3e symphonie de Mahler, toujours dirigé par Nelsons, a clôturé le concert.

Emouvant car à la fin les larmes coulaient sur les joues des musiciens, du konzertmeister aux violons du rang... Le public a applaudi longuement, même après la sortie de l'orchestre. Une page s'est définitivement tourné, l'orchestre va poursuivre ses activités désormais, sous la conduite de Nelsons pour cet été (programmes Brahms et Chopin).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre75013
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 54
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Dim 06 Avr 2014, 16:23

"Parmi les pépites, un programme Strauss avec l'orchestre londonien..."
Un disque que j'écoute depuis sa parution....
Juste sublime ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilke
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 18/07/2011

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Jeu 03 Juil 2014, 17:37

Pierre75013 a écrit:
"Parmi les pépites, un programme Strauss avec l'orchestre londonien..."
Un disque que j'écoute depuis sa parution....
Juste sublime ...

De quel disque s'agit il je ne vois pas du tout....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olivier le normand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 46
Localisation : le petit quevilly, à côté de rouen
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Jeu 03 Juil 2014, 18:12

Rilke a écrit:
Pierre75013 a écrit:
"Parmi les pépites, un programme Strauss avec l'orchestre londonien..."
Un disque que j'écoute depuis sa parution....
Juste sublime ...

De quel disque s'agit il je ne vois pas du tout....

De celui-ci, très probablement, très justement loué par Mélomaniac, et je ne peux que confirmer:

http://www.amazon.fr/dp/B00H9TYRW2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82211
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Mer 06 Aoû 2014, 15:46

Tiré du sujet sur les symphonies de Schumann:


DavidLeMarrec a écrit:

Après, je suis peut-être biaisé : je trouve qu'Abbado, en dehors de son legs Scala et de ses formidables quinze dernières années, est assez ennuyeux.

Genre, son Elektra en DVD, ennuyeuse?
Son Pelléas, ennuyeux?

 scratch 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85096
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Mer 06 Aoû 2014, 15:54

C'est une généralité. Effectivement, dans les œuvres tardives, plus « écrites », il n'y avait pas ce problème de mollesse. Son Boris, ses Pelléas, son Elektra, son Wozzeck sont excellents.
Moins convaincu par ses interprétations des contemporains, en revanche  – un peu confortables.

En revanche, ses Mozart (à part sa Flûte, mais on est dans la dernière période), ses Verdi (à part Boccanegra… et un Ballo scaligère) et ses Wagner ne sont vraiment pas passionnants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
milia
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 44
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Ven 01 Mai 2015, 15:59

Good news Very Happy
une nouvelle version de la 9e de Schubert par le grand Claudio" />
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Ven 01 Mai 2015, 17:32

Oui, j'ai vu qu'il faudrait encore patienter un mois !!

Maintenant, la bonne nouvelle, ce sera (on l'espère !!) après écoute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milia
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 44
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Ven 01 Mai 2015, 17:35

Oui, vrai.
Mais je le sens bien. Cool

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1025
Age : 50
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Sam 02 Mai 2015, 10:14

C'est avec l'orchestra Mozart de Bologne, donc on s'attend a une version dégraissée, ce qui accentue mon attente, et j'espère vivante. Après, les réalisations avec cet orchestre sont très variables...

C'est un des tous derniers enregistrements d'Abbado ou c'était resté dans les cartons depuis plus longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier En ligne
Stolzing
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 705
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Dim 14 Juin 2015, 19:46

La pub fait état d'un enregistrement de septembre 2011 pour cette 9e, on peut donc aussi bien avoir nanar (relatif, évidemment) édité uniquement en raison de mort d'Abbado. Durée totale de presque 63', c'est donc avec toutes les reprises bounce Tentant, tout de même, en espérant que les cordes n'auront pas l'aigreur pénible des enregistrements des symphonies de Mozart...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1261
Age : 45
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Dim 14 Jan 2018, 12:33

Savez vous s'il existe une trace d'un Tristan dirigé par Abbado ?

Je me souviens d'un 2eme acte assez extraordinaire au festival de Lucerne je crois, il y a peut être 15 ans, je ne sais même plus qui chantait (Urmana ? Pape ? ... ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82211
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Dim 14 Jan 2018, 21:53

Oui, il y a une bande très chouette avec Polaski et Heppner, ça date de 1998; je l'ai pas mal écoutée à une époque.

Le détail:

Abbado, Claudio
Polaski, Deborah (Isolde)
Heppner, Ben (Tristan)
Lipovsek, Marjana (Brangäne)
Dohmen, Albert (Kurwenal)
Salminen, Matti (König Marke)
Goldberg, Reiner (Melot)
Trost, Rainer (Hirte)
Trost, Rainer (Seemann)
Örl, Michael (Steuermann)
Herren des Rundfunkchor Berlin & Berliner Philharmonisches Orchester (Philharmonie Berlin)

On a dû en parler dans les premières pages du sujet consacré à Tristan.
(voilà, j'ai retrouvé, il en est question notamment dans les pages 6 à 8 http://classik.forumactif.com/t47p250-wagner-tristan-et-isolde )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1261
Age : 45
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: Claudio Abbado   Lun 15 Jan 2018, 08:58

Super, je vais regarder. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Claudio Abbado   

Revenir en haut Aller en bas
 
Claudio Abbado
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Claudio Abbado
» Claudio Abbado
» Martha Argerich
» Jean-Baptiste Pergolèse (Pergolesi) (1710-1736)
» Mussorgsky

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: