Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Tchaikovsky - Ouvertures

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMer 1 Avr 2009 - 21:52

Il est en mon pouvoir !

Citation :
Sinon j'ai survolé la version Colin Davis, une autre version avec un choeur, exclusivement masculin celui-ci : l'ensemble se traîne et sonne lourdement, le fameux passage avec tambourins vers 8'00 n'est même pas chanté.

Oui, moi non plus je n'ai pas aimé... C'est mou et sans grand intérêt. Le choeur du début est trop martelé...
Par contre, je crois que tu as un peu trop survolé cette version... parce que vers 2'30, le choeur féminin apparaît.
Par contre, l'utilisation de l'orgue n'est pas du meilleur effet et fait plus enliser la musique qu'autre chose...
Entre outre, le rythme n'est pas franchement palpitant...

Alors qu'avec Ashkenazy... c'est festif, pas un temps mort (bon, à part la choucroute final) et la prise de son est superbe !
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88081
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMer 1 Avr 2009 - 21:58

Oui, le charme du sommeil le livre à ton engeance.

Parce qu'il a l'air un peu engourdi des oreilles, le pauvre garçon. tutut
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14118
Date d'inscription : 14/04/2007

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMer 1 Avr 2009 - 21:59

Aprile Fish Millo a écrit:
J'ai une version (russe) où on a la totale : artillerie qui tire à la fin, choeur au début, pendant et à la fin (choeur de saint petersbourg) et l' orchestre de Leningrad, sous la baguette de Ushapovsky Exclamation

Par contre tu es sûre de cette référence ? Ca m'a tout l'air d'être Ashkenazy...
Revenir en haut Aller en bas
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMer 1 Avr 2009 - 22:10

Oui, j'ai du me tromper. Smile
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14118
Date d'inscription : 14/04/2007

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMer 29 Avr 2009 - 22:43

Ouverture 1812 : rapide comparaison Ashkenazy / Järvi

D'une manière générale Järvi donne l'impression de traîner en longueur tout en donnant parfois de brusques coups d'accélérateur, comme s'il se rappelait soudain qu'il faut en mettre plein la vue. Le choeur introductif n'est guère follichon et, suprême déception, nul choeur de femmes n'intervient au moment où résonnent les petits tambourins.

Ashkenazy c'est un bouillonnement d'énergie permanent, qui va crescendo, saisissant l'auditeur et le transportant jusqu'à l'apothéose finale. Je ne connais pas de meilleure version.
Revenir en haut Aller en bas
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMar 10 Nov 2009 - 23:19

Je ne savais pas (jusqu'à ce soir) mais Karajan a dirigé l'ouverture 1812 AVEC les choeurs (nov 1963).

Le début me paraît moins clairement chanté qu'Ashkenazy : les voix d'hommes graves... on les croirait sorties tout droit du 3e type. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMar 10 Nov 2009 - 23:31

Ah non, il y a juste le début. Dommage, la fin est assez géniale chez Karajan (mais un peu particulière tout de même).

Ca mérite quand même l'écoute (c'est sur musicme).

Par contre, le début est confus... vraiment confus...
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14118
Date d'inscription : 14/04/2007

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMer 11 Nov 2009 - 13:23

J'ai écouté ça dans la nuit Smile

Le choeur du début sonne de manière ignoble, à la fois trop malingre et comme pas en place, par contre quand la musique commence ça pète bien, il y a une toutefois une légère baisse de tension avant d'aborder le final, un peu lourd quand même et ruiné par des bruitages ridicules qui font penser à de gros pétards (je ne sais pas ce qui a été utilisé pour faire les canons). Cette version est sans doute plus explosive que Järvi qui n'était pas très impliqué mais ne peut se hisser au niveau d'Ashkenazy. Décidément, cette oeuvre n'est pas si facile que ça à réussir.
Revenir en haut Aller en bas
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMer 11 Nov 2009 - 13:32

WoO a écrit:
J'ai écouté ça dans la nuit Smile

Le choeur du début sonne de manière ignoble, à la fois trop malingre et comme pas en place, par contre quand la musique commence ça pète bien, il y a une toutefois une légère baisse de tension avant d'aborder le final, un peu lourd quand même et ruiné par des bruitages ridicules qui font penser à de gros pétards (je ne sais pas ce qui a été utilisé pour faire les canons). Cette version est sans doute plus explosive que Järvi qui n'était pas très impliqué mais ne peut se hisser au niveau d'Ashkenazy. Décidément, cette oeuvre n'est pas si facile que ça à réussir.

Oui, le bruit des canons est vraiment space... Mais ça rutile bien la plupart du temps. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14118
Date d'inscription : 14/04/2007

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptySam 26 Déc 2009 - 0:02

Une page passionnante : http://www.hymn.ru/god-save-in-tchaikovsky/index-en.html

Ne loupez pas l'Ouverture 1812 "Remix" (boîtes à rythmes + guitares électriques) hehe
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23271
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMar 26 Avr 2011 - 21:55

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Cache_gustavo-dudamel-tchaikovsky-shakespeare_w200

Ce disque est très bien. J'ai découvert les ouvertures "Hamlet", "La Tempête" et "Roméo et Juliette" par cet enregistrement qui m'a permis en même temps d'écouter pour la première fois ce chef dont j'avais évidemment entendu parler. Ce ne sont peut être pas les meilleurs enregistrements et ce n'est pas le répertoire dans lequel je m'y connais le plus mais c'est intéressant. C'est en tout cas dirigé avec vigueur, c'est vivant, dramatique et spectaculaire. Les mouvements lents sont magnifiquement rendus. Il y a des contrastes dans cette direction.
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
Jaky

Nombre de messages : 9422
Age : 59
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMar 26 Avr 2011 - 22:07

J'ai justement écouté (seulement Roméo & Juliette pour le moment) et j'ai trouvé la direction molle, sans tension et sans passion. En même temps je n'ai jamais raffolé des ouvertures de Tchaikovsky (la fin de Roméo atteint tout de même des sommets de vulguarités…).
Revenir en haut Aller en bas
Utnapištim
Mélomane chevronné
Utnapištim

Nombre de messages : 3330
Age : 55
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMer 27 Avr 2011 - 12:32

Jaky a écrit:
J'ai justement écouté (seulement Roméo & Juliette pour le moment) et j'ai trouvé la direction molle, sans tension et sans passion. En même temps je n'ai jamais raffolé des ouvertures de Tchaikovsky (la fin de Roméo atteint tout de même des sommets de vulguarités…).

Jouée par Monteux elle n'est pas du tout vulgaire ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
oleo
Mélomane averti
oleo

Nombre de messages : 287
Date d'inscription : 30/12/2009

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyVen 24 Fév 2012 - 19:43

Papageno a écrit:
vous me conseillez quel chef pour la marche slave, j'ai écouté Gergiev en espérant avoir une bonne version, j'ai été déçu ...
Stokowski avec le LSO !
mon oeuvre feel-good du moment ! bounce

Revenir en haut Aller en bas
Turon
Néophyte
Turon

Nombre de messages : 7
Age : 34
Localisation : St Amand Montrond
Date d'inscription : 02/02/2013

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptySam 9 Fév 2013 - 16:19

WoO a écrit:
Une page passionnante : http://www.hymn.ru/god-save-in-tchaikovsky/index-en.html

Ne loupez pas l'Ouverture 1812 "Remix" (boîtes à rythmes + guitares électriques) hehe

La version des Bond Girls ? je l'ai écoutée, j'avoue que je me suis bien marré, ça fait penser par moments aux très kitsch adaptations de Waldo de los Rios dans les années 70 hehe


Sinon, je retiens l'enregistrement de l'Ouverture par Fritz Reiner avec le Chicago et celui de Vladimir Ashkenazy avec le Philharmonique de St Petersburg qui déménagent bien.
J'ai aussi la version de Claudio Abbado avec Chicago (1984) mais je suis moins convaincu.
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27826
Date d'inscription : 21/09/2012

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptySam 28 Sep 2013 - 14:59

Adrian Boult, London Philharmonic Orchestra
 
(Decca, 11 janvier & 2 avril 1952)
 
Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Tchaik16
 
D'ordinaire, j'aime beaucoup Boult mais là je ne suis pas sûr que l'Ouverture 1812 corresponde vraiment à son style. La clarté élocutoire s'obtient au prix de la lenteur et de regrettables tunnels, trop décortiqués. Le résultat ne manque pas d'ampleur ni de cohérence, mais de fièvre plutôt.
Le Hamlet est bien mieux réussi : les qualités narratives du chef britannique imposent une omniprésente continuité dramatique et s'emportent dans une interprétation fiévreuse et largement épique.
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27826
Date d'inscription : 21/09/2012

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptySam 28 Sep 2013 - 15:45

Kurt Sanderling, Orchestre de la Staatskapelle de Dresde
 
Roméo et Juliette
 
(DG, novembre 1960)
 
Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Borodi10
 
Tension, énergie et célérité : une interprétation drue et pugnace (mais sans violence), où Sanderling resserre et recentre le propos sans concession au pathos. Cela dans une prise de son vaste et transparente, qui assure à cette prestation un éblouissant brio, contrebalancçant le poids de noirceur d'une approche si glabre.
Dans cette entreprise, les timbres mats et nets de l'orchestre saxon vouent le destin des amants de Vérone à une passion inéluctable, qui fonce droit vers son issue fatale.


Dernière édition par Mélomaniac le Sam 28 Sep 2013 - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptySam 28 Sep 2013 - 16:10

La Tempête op.18, Orchestre National de Russie, Mikhaïl Pletnev (DG)

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 51V2t6AGATL
Dans son anthologie Tchaïkovsky pour DG Pletnev manque parfois de feu malgré une réalisation toujours excellente, et surtout très sobre.
L'enregistrement de La Tempête est lui exceptionnel. La prise de son est excellente, avec des basses qui ont un impact important, chose nécessaire dans cette œuvre. Aucun pompiérisme de la part de Pletnev, mais au contraire une noblesse de ton tout à fait en phase avec ce thème shakespearien. L'orchestre est exceptionnel, avec des bois très présent, des cordes superbement fondues et des cuivres disciplinés. La tenue de l'orchestre permet une lisibilité parfaite même dans les moments les plus agités de l’œuvre, et ce sans ralentir les tempi ou bouleverser les équilibres.
Revenir en haut Aller en bas
adriaticoboy
Mélomane chevronné
adriaticoboy

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptySam 28 Sep 2013 - 22:17

Mélomaniac a écrit:
Kurt Sanderling, Orchestre de la Staatskapelle de Dresde
 
Roméo et Juliette
 
(DG, novembre 1960)
 
Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Borodi10
Je n'avais jamais entendu parler de cet enregistrement. J'ai l'impression que DG ne l'a jamais ressorti en CD, c'est dingue ! Surprised

edit: ah, j'ai vérifié, c'était en fait une coproduction DG/Eterna, et c'est finalement Berlin Classics qui l'a réédité en CD, d'où une diffusion moindre que si c'était ressorti chez DG.
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27826
Date d'inscription : 21/09/2012

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptySam 28 Sep 2013 - 22:56

adriaticoboy a écrit:

Je n'avais jamais entendu parler de cet enregistrement. J'ai l'impression que DG ne l'a jamais ressorti en CD, c'est dingue !

edit: ah, j'ai vérifié, c'était en fait une coproduction DG/Eterna, et c'est finalement Berlin Classics qui l'a réédité en CD, d'où une diffusion moindre que si c'était ressorti chez DG.
Smile  Oui oui, on le trouve ici : http://www.amazon.fr/gp/product/B000026O4C
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27826
Date d'inscription : 21/09/2012

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyLun 7 Oct 2013 - 23:04

Roméo et Juliette -Ouverture

= Paul van Kempen, Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam

(Philips, juillet 1951)

Surprised Comme d'habitude, le chef néerlandais étonne par la lucidité de sa conception (qui d'autre que lui éluciderait aussi clairement, staccato, le morne choral introductif de bassons et clarinettes).
il n'hésite pas à ralentir les passages langoureux (de fait, les contrastes de tempi entre sections s'avèrent extrêmes), sans pourtant verser dans la sensiblerie. Il propose une lecture quasiment objective, réifiée, qui n'en brille pas moins par son ardeur dépassionnée. Intense et captivant ! Et volontiers acerbe.
On admirera aussi la discipline foudroyante de l'orchestre d'Amsterdam dans ses grandes années.
Un disque à thésauriser pour ceux qui cherchent une approche glabre et désillusionnée, à l'instar de la Pathétique qu'enregistra Kempen avec la même phalange.


Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Tchaik11
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27826
Date d'inscription : 21/09/2012

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMar 12 Jan 2016 - 22:51

Smile Je me suis penché sur deux enregistrements de Roméo et Juliette (Tchaikovsky) que Markevitch réalisa pour Columbia :

1) Orchestre national de la Radio française (mars 1954)

2) Philharmonia Orchestra (février 1959)

J'ai succombé à la première version : les bois si expressifs au début, les césures dramatiques (rarement entend-on silences si oppressants), la dramatisation du conflit qui oppose les familles rivales, la grandeur tragique de la conclusion...
En sus de ses couleurs typiques, l'orchestre de la Radio a rarement semblé si virtuose que sous cette baguette !

Certains chefs tirent cette oeuvre vers l'univers féérique des ballets, alors qu'ici on reste verrouillé dans un pathos assez froid, sans sirop romantique dans les épisodes lyriques.
J'attire votre attention sur l'exceptionnelle foucade entre 4'50-5'09 (jamais entendu ce passage joué de façon si perturbatrice !), -comme si le sort funeste des amants était déjà scellé sous une irrépressible déréliction. Voilà qui nous rappelle que Markevitch dirigea aussi le répertoire chorégraphique et savait ménager quelques effets de scène où parle le sang slave.
Dans le disque anglais de 1959 se reproduit ce même débordement (4'51-5'14), un peu différemment assumé par l'orchestre londonien dont les textures plus veloutées et chaudes qu'à Paris se soumettent néanmoins à l'approche intransigeante du chef russe.

Voilà le fichier à télécharger pour entendre ces enregistrements : https://yadi.sk/d/K5Na87iemrHKG santa

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Borodi11 Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Tchaik17
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84071
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyMar 12 Jan 2016 - 22:53

Il faut éviter les doublons tout de même. (sinon la même discussion risque de se dérouler dans deux sujets différents)
Revenir en haut Aller en bas
Pohjola
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 25/08/2016

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyJeu 22 Sep 2016 - 10:36

Reçu hier le vinyle de Francesca da Rimini / Romeo et Juliette par Ovchinnikov.... Quel choc!! affraid drunken cheers drunken cheers Il m'a fallu vérifier au moins deux fois les réglages de mon installation... On parle souvent d'orchestres chauffés à blanc, là on est dans le stade d'après: le moment où les musiciens sont en lévitation tels le joggeur qui croit qu'il respire mieux après avoir été en perdition durant un gros effort alors que c'est son dernier moment de répit avant l'effondrement. La version de Stokowski qui était jusque là ma préférée vient d'atterrir dans les bacs des soldeurs: je ne pourrai jamais plus écouter une autre version que celle de ce compositeur-chef russe virtuose et extrêmiste.

En face B, Romeo et juliette se voit également appliquer le même traitement à certains passages, elle va rejoindre le podium de mes meilleures versions en compagnie de Monteux/LSO live mais surtout de Monteux/NDR - à la poésie inégalée.

Pour le capriccio italien et l'ouverture 1812, rien de mieux à mes oreilles que Ancerl, sur un disque avec une superbe ouverture de Russian and Ludmilla et LA version de référence des Steppes de l'Asie Centrale de Borodin (inégalée, ni par Markevitch, ni par Tjeknavorian, mais je m'arrête avant d'être hors sujet Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Turon
Néophyte
Turon

Nombre de messages : 7
Age : 34
Localisation : St Amand Montrond
Date d'inscription : 02/02/2013

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyDim 25 Sep 2016 - 13:12

Pohjola a écrit:
... LA version de référence des Steppes de l'Asie Centrale de Borodin (inégalée, ni par Markevitch, ni par Tjeknavorian, mais je m'arrête avant d'être hors sujet Laughing )
Désolé de prolonger un peu le hors sujet mais, grâce à l'immense grenier qu'est internet, je viens d'écouter cette fameuse version. Effectivement c'est très chouette (je trouvais ma version par l'orchestre de la Suisse Romande et Ansermet très bien mais là, elle est nettement dépassée).
Voilà, je clos le hors sujet Wink
Revenir en haut Aller en bas
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyDim 25 Sep 2016 - 15:29

Ovchinnikov est effectivement extraordinaire dans ces oeuvres (cd Vox). Mail il n'est pas le seul pour Francesca: Charles Munch et le Royal Philharmonic, Markevitch à Berlin et Konstantin Ivanov avec l'orchestre d'état de l'URSS. Ceci dit, Ovchinnikov est effectivement très...spécial.

Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyDim 25 Sep 2016 - 15:50

André a écrit:
]Ovchinnikov est effectivement extraordinaire dans ces oeuvres (cd Vox). Mail il n'est pas le seul pour Francesca: Charles Munch et le Royal Philharmonic, Markevitch à Berlin et Konstantin Ivanov avec l'orchestre d'état de l'URSS. Ceci dit, Ovchinnikov est effectivement très...spécial.


Mes vieilles lunes (c'est à dire mes vieilles cires Mr.Red ) et moi : Albert Coates avec le LSO, /watch?v=ZhbM0xU83Ic (pas tout à fait qu'une curiosité à mes yeux), Mravinski à Leningrad/Saint-Petersbourg, /watch?v=pJQ3nLnO6Tg , Svetlanov avec son orchestre de l'URSS & Golovanov peut-être encore plus que tous les précédents, /watch?v=pee7L0nQkfU . Tout ça malgré des conditions de captation très perfectibles, c'est évident Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 2661413304 .
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27826
Date d'inscription : 21/09/2012

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 EmptyDim 14 Juil 2019 - 19:37

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Mzolom10
Catégorie orchestrale -rang 119°/250



Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Golova10
Nikolaï Golovanov (1891-1953)


Piotr I. Tchaikovsky (1840-1893) :

Ouverture solennelle 1812, Op. 49

= Nikolaï Golovanov, Orchestre symphonique de la Radio de Moscou

(Melodiya, 1948)

Smile A l'occasion du bicentenaire de 1789, l'établissement qui me comptait comme collégien avait favorisé quelques projets pédagogiques commémorant la Révolution française.
Dont une fresque théâtrale qui mobilisa notre réflexion pour la représentation scénique, et en particulier l'illustration musicale.
Parmi les morceaux qu'avaient suggérés les élèves et qui furent retenus, les registres étaient éclectiques, incluant même Aux armes et cætera de Serge Gainsbourg.
Le spectacle s'ouvrait par une grandiloquente fanfare de cors : le frontispice de la Symphonie n°3 de Mahler !
Pour ma part, je venais de découvrir en vinyle une œuvre dont le propos, le style pompier me sembla convenir parfaitement à certains tableaux belliqueux. On y entendait
la Marseillaise. Je la fis écouter au professeur de Lettres qui coordonnait le projet, cette dame ne la connaissait pas et ne comprenait pas le titre, me demandant
quel opéra introduisait cette Ouverture. En tout cas, ma proposition fut aussitôt acceptée et intégrée à la bande-son, -le soir du spectacle je pus l'entendre sur les énormes
enceintes de sonorisation.

Commandé pour les 25 ans de l'accession au trône d'Alexandre II et l'inauguration de la Cathédrale du Christ Sauveur (érigée en souvenir de la guerre contre Napoléon Ier),
cet opus a toujours été regardé avec défiance voire mépris. Tchaikovsky lui-même le tenait en piètre estime et tenta de se désister sous prétexte que « il m'est impossible
d'écrire sans répugnance une musique destinée à glorifier quelque chose qui ne me plaît en rien. Ni dans le jubilé d'une personne de haut rang (qui m'a toujours parue
plutôt antipathique) ni dans cette cathédrale que je n'aime pas non plus. »
« Il n'est rien de plus odieux que de composer pour des festivités » se confia-t-il à sa mécène Nadia von Meck. Ce qui n'empêcha pas Tchaikovsky de se mettre au travail
et d'achever l'orchestration à l'automne 1880. L'assassinat de l'Empereur différa la présentation publique de l'Ouverture 1812, finalement intégrée aux cérémonies
de l'Exposition des Arts et de l'Industrie, en 1882.
Cette Ouverture de circonstance s'imposa cependant à la postérité, comme une des plus populaires de l'auteur de la Pathétique.
L'enregistrement qui m'y initia fut celui de Karajan (DG), excellent, et qui présente la particularité de débuter par une prestation chorale, assurée par les Cosaques du Don.
J'ai pu découvrir maintes alternatives au sein de l'abondante discographie. Et constater que les lectures qui tentent d'ennoblir et assagir les turpitudes (Adrian Boult,
ou même le bouillant Hermann Scherchen) ne sont pas les plus convaincantes. Autant y aller franc du collier, à fond les manettes. A ce jeu, Riccardo Muti à Philadelphie
(Emi, février 1981) se distingue du lot par muscle et tapage. Autre témoignage d'apparat, historique et néanmoins audiophile : Antal Doráti faisait parler la poudre avec
la complicité des ingénieurs de Mercury. Parmi l'attirail, un authentique canon de bronze construit à Douai en 1775, baptisé « Le Constant », prêté par la musée de l'Académie
militaire de West Point. Ainsi que le carillon du beffroi de la Riverside Church : mille quintaux de cloches dont le plus gros bourdon pèse 40926 livres (presque 19 tonnes).

Les Mélomaniac d'Or ont élu un autre enregistrement légendaire, aucunement hifiste, mais aussi bizarre qu'émoustillant.
Nikolaï Golovanov marqua la vie musicale issue de la Révolution bolchévique. Il dirigea le Théâtre Bolchoï, les orchestres radiophonique et philharmonique de Moscou
où il enseigna aussi au Conservatoire. Il déplut au Kremlin, qui en 1952 le démissionna abruptement du Bolchoï, et ne survécut pas à cette cuisante humiliation.
Grand chef de fosse spécialisé dans le répertoire slave, il dirigea aussi Wagner, les symphonies de Scriabine, Rachmaninov, Glazounov, les poèmes de Liszt dont il réalisa
pour le microsillon une intégrale pionnière et sulfureuse, peu avant sa scandaleuse éviction.

Son style de baguette spontané et dramaturgique rappelle son contemporain Willem Mengelberg pour la liberté agogique et le flamboiement, au prix comme lui de surprenantes
licences rythmiques et de réinstrumentation. « Les points d'orgue, les césures, les nuances ou les changements de tempo sont ma propre interprétation. Si vous enlevez
tout cela, mon écriture d'artiste disparaît » proclamait-il.
Le musicologue Rob Cowan avoue que « découvrir une œuvre à travers l'interprétation de Golovanov, c'est en un sens se retrouver directement confronté à l'inspiration
qui lui a donné naissance ».

Plutôt que le vacarme et l'esbroufe, c'est bien cette vocation démiurgique qui fait le prix de cette exécution de l'Ouverture 1812, qui en accuse les procédés séquentiels
et dont les audaces de tempo y ajoutent une dimension métadiégétique. Autrement dit, la science narrative de Golovanov se superpose au canevas de la partition et
la revisite par de savants télescopages. En cet aspect, cette interprétation n'est aucunement la plus fidèle ni même celle qui prédispose à s'initier à l'œuvre,
mais elle l'explore avec un tel charisme qu'on ne peut que succomber à cette relecture.
Autre prévention : on doit savoir que l'orchestre moscovite ne s'avère pas de première virtuosité, mais les impérities crédibilisent la pugnacité d'une partition qui (assumons
le paradoxe) ne gagne pas à être jouée trop proprement. L'exactitude textuelle assainit les passages qui dépeignent plutôt le premier degré des joutes dans le sang et la boue.
Ultime avertissement : prise de son mono d'époque, plusieurs fois rééditée en CD, et qu'on trouvera optimisée dans le report SACD de Praga Digitals qui (malgré la
précarité du support original) restitue ce qu'on peut en tirer de mieux en termes de fluidité et de spatialisation. Étant dit que la captation d'origine ne laisse rien désirer
quant au relief et à la dynamique.

Voilà une visite guidée et minutée de l'œuvre et des idiosyncrasies de cet enregistrement :
Entrée fervente des altos et violoncelles qui psalmodient le Tropaire de la Croix. Le vibrato des archets moscovites lui assure autant de douceur que d'expressivité,
taraudante quand s'instille le dialogue avec les bois aigrelets (mesure 23, 1'48).
Ces soupirs expirent une bouffée (2'21) qui plante le décor de façon plus réaliste, et révèle ici la vastitude de la prise de son.
L'épisode poco strigendo (2'59) resserre la tension, concentre les hostilités. Même si le calage cuivres/cordes se montre hélas imprécis, le maestro atteint déjà une torride
intensité, jusqu'aux accords matraqués fortissimo.
Mesure 72, la transition violoncelles-contrebasses (3'34) nous transporte dans les campements des belligérants. On notera comment Golovanov laisse grogner le basson,
façonnant un matériau à la fois doucereux et abrasif.
Sur de lointains appels de caisse claire, les fanfares de l'Andante (3'54) évoquent les troupes en castramétation. Les cornistes semblent à la peine dans les doubles
et triples croches, mais on saluera les reflets d'acier qui aigrissent ces rumeurs. Les violons s'effacent en decrescendo, insinuant une menace latente.
Le vigoureux Allegro giusto mobilise les soldats (4'55), que Golovanov cambre par une scansion fière et drue, gainant les jarrets, faisant rougeoyer les sabres au clair.
Un étendard trépigne : la Marseillaise retentit orgueilleusement (5'36) pour signifier la victoire napoléonienne à la bataille de la Moskowa. Les fluctuations de tempo,
les tergiversations n'ont d'égale que la terrifiante puissance du tableau d'ensemble. On s'y croirait.

Nous voici maintenant côté russe (6'54). L'istesso tempo (mesure 163) apporte un répit lyrique : les violons épinglés par le triangle chantent la mélodie
que Tchaïkovski avait initialement écrite pour le duo Mariia Vlasevna - Olena à l'Acte II de son opéra Le Voïevode. Par ses modulations d'intensité, de couleur,
de débit (un brin comateux), Golovanov apporte un éclairage cru, froid et presque surnaturel.
Le chef précipite alors (8'49) la plaintive chanson populaire « y bopot, bopot » (incongrument saccadée par cor anglais et flûte), dissipant le parfum slave et dolent
au profit d'un intermède chorégraphique aux vifs effluves, tel une danse de harem.
On quitte ce mi bémol mineur (9'19) par des grondements séditieux qui émanent des profondeurs et envahissent le champ de bataille. Tumulte, déflagrations de grosse caisse,
clash de cymbales. Et même la clameur d'un tam-tam invité pour l'occasion (la partition n'en comporte pas !)
Golovanov maintient son approche ambivalente, alternant la main de fer et le gant de velours : quelle souplesse à la mesure 258 (10'13) quand les violons se réemparent
de l'avantage tactique ! Les vaporisations (10'45) nous élèvent au-dessus du bourbier et réintroduisent la suave mélodie du Voïevode (10'51) puis les roucoulades
du y bopot, bopot (11'50), encore plus contorsionnées voire malmenées qu'auparavant.
Le Allons enfants de la patrie resurgit (mesure 307, 12'04) aux cornistes que Golovanov fait jouer bouchés en sourdine, jusqu'à la péroraison. On attend les fameux
coups de canon littéralement indiqués par la nomenclature, mais ici cette version (curieusement désarmée) s'en dispense !
A l'unisson des cordes en trémolo et des bois, de lacérants arpèges descendants progressivement ralentis (336, 12'46) amènent la glorieuse et assourdissante célébration
tutti fortissimo (13'17) où les cuivres vocifèrent le pieux choral introductif. Les cloches à la volée doivent rappeler la Scène du couronnement de Boris Godounov.
Là cet effet carillonnant est parfaitement réussi, même si les cloches semblent récupérées d'un ferrailleur.
Les bruits de guerre se régénèrent allegro vivace dans une veine exultante et triomphaliste (14'22) censée glorifier l'hymne Dieu sauve le tsar. Mais cette version Golovanov
lui substitue le chœur final de Une vie pour le Tsar de Mikhaïl Glinka (14'32-14'50). Après cette interposition rectifiée (concession politiquement correcte au temps
du soviétisme), la conclusion fait tonitruer tous les pupitres dans un joyeux charivari, justifiant la bruyante réputation de cette Ouverture, et paraphant le génie
sans égal de cette interprétation.


Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Tchaik16
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Ouvertures   Tchaikovsky - Ouvertures - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Tchaikovsky - Ouvertures
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: