Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Arnold Schoenberg (1874-1951)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
AuteurMessage
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 30856
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Schoenberg (1874-1951)   Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 EmptyDim 3 Sep 2017 - 19:22

AlexCorzoma a écrit:
Est-ce que le sérialisme est le résultat de libertés de plus en plus grandes, chez Wagner, Debussy et d'autres ? Non que ces compositeurs aient composé des œuvres sérielles. Mais il ont déjà donné un premier coup de poignard aux vieux principes.

Mais Schoenberg le disait lui-même il me semble. Il voulait établir un système ... sûrement peur du chaos des conséquences qu'il tirait de Wagner : à savoir que selon lui, que le système tonal était épuisé.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
AlexCorzoma
Mélomane averti
AlexCorzoma

Nombre de messages : 241
Localisation : France
Date d'inscription : 18/08/2017

Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Schoenberg (1874-1951)   Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 EmptyDim 3 Sep 2017 - 19:27

Cololi a écrit:
AlexCorzoma a écrit:
Est-ce que le sérialisme est le résultat de libertés de plus en plus grandes, chez Wagner, Debussy et d'autres ? Non que ces compositeurs aient composé des œuvres sérielles. Mais il ont déjà donné un premier coup de poignard aux vieux principes.

Mais Schoenberg le disait lui-même il me semble. Il voulait établir un système ... sûrement peur du chaos des conséquences qu'il tirait de Wagner : à savoir que selon lui, que le système tonal était épuisé.

Mais ce système de séries, est-ce qu'il est par la suite rigoureusement suivi, ou est-ce que Webern, Berg et Schoenberg lui-même vont prendre des libertés avec ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83564
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Schoenberg (1874-1951)   Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 EmptyDim 3 Sep 2017 - 19:42

Ils ont vite pris des libertés, surtout Berg qui en a je crois toujours pris.
Schoenberg est même revenu à la tonalité dans certaines oeuvres. (Symphonie de chambre n°2 par exemple)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17119
Date d'inscription : 25/11/2012

Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Schoenberg (1874-1951)   Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 EmptyDim 3 Sep 2017 - 19:57

sans aucune certitude :
— Schönberg reste assez conforme à la règle, mais la dévie fortement de son esprit, en l’utilisant pour « recréer » si on veut les ressources classiques et romantiques. C’est en fait plutôt les règles (plus ou moins) implicites que la consigne de base qu’il enfreint. Et visiblement ça ne l’embête pas de répéter/alterner des notes ou accords par groupes (avant que la série soit épuisée), alors qu’au départ on ne pouvait qu’en répéter un indéfiniment (vu comme un seul son dont la dynamique est « modulée » par sa répétition).
— Webern, outre quelques rares licences, déborde le système, mais il n’est pas certain qu’il faut le voir comme une prise de liberté avec celui-ci. Disons qu’il en déduit des principes plus généraux qui l’amènent à dépasser la règle schönbergienne.
— Berg va assez loin. Il peut retirer des sons si ça l’arrange, prendre des libertés ponctuelles, etc. Il aime aussi choisir des séries pour leurs connotations tonales (Schönberg le fait aussi vers la fin). Parfois, la série sert bien plus de « réservoir » de thèmes et leitmotive que de série à la Schönberg à proprement parler. De plus, il passe son temps à transformer les séries, ou à en utiliser plusieurs, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AlexCorzoma
Mélomane averti
AlexCorzoma

Nombre de messages : 241
Localisation : France
Date d'inscription : 18/08/2017

Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Schoenberg (1874-1951)   Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 EmptyDim 3 Sep 2017 - 20:05

lucien a écrit:
sans aucune certitude :
— Schönberg reste assez conforme à la règle, mais la dévie fortement de son esprit, en l’utilisant pour « recréer » si on veut les ressources classiques et romantiques. C’est en fait plutôt les règles (plus ou moins) implicites que la consigne de base qu’il enfreint. Et visiblement ça ne l’embête pas de répéter/alterner des notes ou accords par groupes (avant que la série soit épuisée), alors qu’au départ on ne pouvait qu’en répéter un indéfiniment (vu comme un seul son dont la dynamique est « modulée » par sa répétition).
— Webern, outre quelques rares licences, déborde le système, mais il n’est pas certain qu’il faut le voir comme une prise de liberté avec celui-ci. Disons qu’il en déduit des principes plus généraux qui l’amènent à dépasser la règle schönbergienne.
— Berg va assez loin. Il peut retirer des sons si ça l’arrange, prendre des libertés ponctuelles, etc. Il aime aussi choisir des séries pour leurs connotations tonales (Schönberg le fait aussi vers la fin). Parfois, la série sert bien plus de « réservoir » de thèmes et leitmotive que de série à la Schönberg à proprement parler. De plus, il passe son temps à transformer les séries, ou à en utiliser plusieurs, etc.

Donc si je comprends bien, ces règles sont plus une direction à prendre, que des recettes à appliquer à la lettre, chacun s'y confirmant plus ou moins fidèlement. En tout cas, merci pour ces réponses ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17119
Date d'inscription : 25/11/2012

Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Schoenberg (1874-1951)   Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 EmptyDim 3 Sep 2017 - 20:10

Ça dépend. Certains y ont vu des recettes (exclusives ou parmi d’autres), d’autres une discipline (morale dans certains cas), d’autres encore une voie à poursuivre au-delà de l’anecdote de cette règle spécifique et contraignante.
En tout cas, Schönberg, Webern et Berg étaient des compositeurs grands assez pour aller plus loin que la simple consigne dogmatique, chacun à leur manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8162
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Schoenberg (1874-1951)   Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 EmptyLun 7 Jan 2019 - 19:43

En Playlist, Benedictus a écrit:
Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Schoen11
Die Jakobsleiter
Siegmund Nimsgern (Gabriel), Kenneth Bowen (Ein Berufener), Ian Partridge (Ein Aufrührerischer), Paul Hudson (Ein Ringender), John Shirley-Quirk (Der Auserwählte), Anthony Rolfe-Johnson (Der Mönch), Ortrun Wenkel (Der Sterbende), Mady Mesplé (Die Seele), Pierre Boulez / BBC Symphony Orchestra, BBC Singers
Paris, V.1980
Sony


Voilà pour moi une forme d’idéal: un texte fort, à la fois fascinant et irritant, porté par une forme de mysticisme inquiet; une musique-somme extraordinaire à l’écriture complexe, mobile et contrastée, constamment tendue et d’une intensité expressive à couper le souffle; une lecture orchestrale et chorale finement détaillée et d’une rectitude absolues, mais très animée et sachant faire ressortir élans et ruptures; et enfin un plateau éblouissant réunissant la fine fleur des chanteurs-diseurs de l’école anglaise (Patridge, Shirley-Quirk, Rolfe-Johnson!), un des plus beaux contraltos de l’école allemande (Ortrun Wenkel) et tout simplement les deux plus grands chanteurs du monde deux de mes chanteurs les plus absolument préférés: Siegmund Nimsgern et Mady Mesplé (leur dialogue final!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Schoenberg (1874-1951)   Arnold Schoenberg (1874-1951) - Page 19 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Arnold Schoenberg (1874-1951)
Revenir en haut 
Page 19 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
 Sujets similaires
-
» Arnold Schönberg (Schoenberg) (1874-1951)
» Arnold Bax
» Arnold Bax
» Arnold - Escroc
» OM 28 Schoenberg construite par TJ Thompson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: