Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Alemdar Karamanov (1934-2007)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Greg
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 32
Localisation : Annecy
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Jeu 3 Avr 2008 - 14:14

Bonjour à tous,

Je souhaiterai savoir si quelqu'un parmi vous a des informations sur le compositeur Alemdar Karamanov (1934-2007).
Chostakovitch, en a fait une éloge citant : "l'un des compositeurs les plus originaux et les plus uniques de notre temps".
Le style de Karamanov, se rapproche de celui de Scriabine et de son ami, Schnittke.

Vladimir Ashkenazy a enregistré la 22ème et la 23ème symphonie, (Decca) et Fedoseyev, la 20ème et la 23ème également. (Olympia)

Chez Marco-Polo, la 3ème symphonie a été enregistrée ainsi que le concerto pour piano Nr. 3.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toxic
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 821
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Jeu 3 Avr 2008 - 14:42

Citation :
Vladimir Ashkenazy a enregistré la 22ème et la 23ème symphonie

Surprised Ca veut dire qu'il y a au moins 21 autres symphonies à se pastiller. M...! Y'a du boulot!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80498
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Jeu 3 Avr 2008 - 14:51

Bienvenue à toi Greg. Smile

Je n'avais jamais entendu parler de ce compositeur.

Greg a écrit:

Le style de Karamanov, se rapproche de celui de Scriabine

Mais ça risque de m'intéresser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Jeu 3 Avr 2008 - 20:10

je ne connais pas ce compositeur, mais je vois que le disque Marco Polo est toujours référencé sur le site Naxos, et un concerto pour piano portant le sous-titre "Ave Maria" sous le régime soviétique, voilà quelque chose de peu commun.
Nota bene: à propos du nombre de symphonies (et d'Eshpai en particulier) certains musicologues supposent que l'abondance de "symphonies" dans la production soviétique tardive est en partie due au fait que toute symphonie exécutée était subventionnée par l'Etat, au contraire des ballets ou concertos par exemple.

Personnage curieux, originaire de Crimée, élève de Bogatyriov, Kabalevsky et Khrennikov...
à lire la liste de ses oeuvres
http://home.wanadoo.nl/ovar/karamanov.htm
il semble qu'il ait sombré dans un certain mysticisme, à partir de 1965, d'abord avec un cycle de symphonies (11 à 14) d'après les évangiles: il enchaîne ensuite un Stabat Mater, un Requiem, une Messe (inachevée)
en 1976 symphonie 19 "Le sang de l'Agneau"
en 1980 symphonie 22 "Ainsi soit-il"
et 23 "Je suis Jésus"

d'après Amazon, on peut se procurer le Marco Polo, et un CD d'occasion des 22 et 23 (ou version CD-R sans notes), le Requiem a été enregistré (mais indisponible). Un client trouve à sa musique des qualités relevant d'une "douceur mahlérienne"
Revenir en haut Aller en bas
Greg
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 32
Localisation : Annecy
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Jeu 3 Avr 2008 - 20:54

J'ai quelques informations concernant Karamanov :

"En fin de compte, l'art, c'est aussi la vie, la vie spirituelle, et toute vie est pas essence tragique". Ainsi s'exprimait Alemdar Karamanov, dont la propre existence suit un cours parallèle à l'histoire tragique de sa musique.

Schnittke disait de lui que s'était un être execptionnellement doué, qui vivait quelque part à la campagne, pratiquement inconnu [...] Ce n'est pas simplement un homme de talent, mais un génie.

Pour avoir refusé de se conformer aux normes de la culture officielle et s'être obstiné à écrire sur des thèmes interdits, Karamanov se heurta à l'hostilité marquée des autorités soviétiques et à une quasi-interdiction de sa musique.

Karamanov, né en 1934 à Simferopol, en Crimée, d'une mère russe et d'un père turc, qui fut enlevé pas les autorités soviétiques et mourut en exil, commença à composer à l'âge de cinq ans. A neuf, il écrit son premier opéra.
En 1954, il entre au Conservatoire de Moscou et étudie avec Bogatyrev, Natanson, Khrennikov et Kabalevski. A cette époque, il est remarqué par Chostakovitch qu'il considère comme "l'un des compositeurs les plus originaux et les plus personnels de notre temps".

Il composa 24 symphonies, dont 3 cycles symphoniques, 4 ouvertures, 3 oratorios, 3 concertos pour piano, 3 concertos pour violon, une suite symphonique, 2 poèmes symphoniques, 3 ballets, un comcerto pour trompette, des cantates, des suites chorales, des romances, des mélodies, des pièces pour ensemble instrumental, de la musique pour piano et de la musique de film.

Parmi, les cycles de symphonies, l'un s'intitule "Ainsi soit-il", sur des thèmes tirés de L'Apocalypse --> Symphonie Nr. 18 à 23

Karamanov était impatient d'entendre la première de ces symphonies (dite "Sang de l'Agneau") car il avait développé de nouveaux principes en la composant. La partition fait appel à un trés grand orchestre, comportant parfois jusqu'à quarante portées.

Chaque symphonie possède un sous-titre et les autorités soviétiques on fait pression sur le compositeur pour qu'il change ces titres à connotation religieuse : "A Celui qui nous aime", "Bienheureux les morts", "La Grande Cité", "Je suis Jésus".
Le cycle entier s'est rebaptisé : "Poème de Victoire"

Je viens d'acquérir la discographie actuelle de Karamanov, à savoir l'enregistrement Decca, Olympia et Marco-Polo, qui ne sont plus disponibles sur le marché (à ma connaissance) et que j'ai pu avoir d'occasion (malgré un prix élevé). Le disque Marco-Polo est référencé mais indisponible.

J'écoute ces disques et je vous s'informerai prochainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 71
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Ven 4 Avr 2008 - 10:58

Moi qui suis souvent à l'affût de musique russe, j'avoue ne pas connaître Karamanov ! Il faut dire que même le "Baker" (dictionnaire biographique des musiciens) n'en parle pas.
Et si Sud, malgré sa documentation de la musique soviétique ne connaît pas non plus, inutile de se demander à quel point il a été "étouffé" par les autorités soviétiques.
Pourtant, dans la Russie actuelle, il devrait ressusciter, vous ne croyez pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Ven 4 Avr 2008 - 13:36

fort en situation en effet, puisqu'à en croire les informations de Greg, il vient de mourir, et même le web semble ignorer encore la nouvelle de sa disparition. (voilà comment Liana nous manque...)
Revenir en haut Aller en bas
Greg
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 32
Localisation : Annecy
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Ven 4 Avr 2008 - 14:49

Voici la source de l'information concernant son décés :

http://www.day.kiev.ua/181848/

Il y a, également, sur un belle biographie du compositeur (en Anglais !)

A étudier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greg
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 32
Localisation : Annecy
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Ven 11 Avr 2008 - 9:39

Very Happy C'est magique
J'suis fan

Quelle musique !!!
C'est une véritable synthèse de Mahler, Scriabine, Chostakovitch, Schnittke, Szymanowski et bien d'autres, je pense...

Des mélodies aux cordes boulversantes (début de la 20ème), des bois à la Chostakovitch, des cuivres hurlants aux tutti les plus fracasants et des percussions d'une richesse inouï. L'orchestre prend même parfois des couleurs debussystes et ravelienne (saxophone tenor, crotales).

Une musique à découvrir et qui malheureusement a été gachée par les autorités soviétiques. Espérons des réeditions en CD !!! Ce serai une immense perte que de laisser une telle oeuvre aux fond des tiroirs. Les mélodies sont à pleurer, c'est à la fois tragique, magique, mystique...

Si vous trouver des occasions sur Amazon (.fr, .de, .co.uk, .com), n'hésité surtout pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 71
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Sam 19 Avr 2008 - 15:21

Je viens d'écouter sa symphonie n° 23 "je suis Jésus" sur France Vivace (la radio 100% internet). son style est tout à fait particulier. rien à voir avec Chosta, à mon avis. Par moments ultra moderniste (le début par exemple, je me demandais si j'allais continuer l'écoute...), et par moments fort tendre et lyrique. C'est un compositeur inclassable.

Au total, je peux dire que j'ai aimé cette oeuvre, tu as bien fait de parler de ce compositeur trop éclipsé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Sam 19 Avr 2008 - 15:23

arrêtez, je commence à avoir sérieusement faim (malgré les références religieuses de ce compositeur)!
Revenir en haut Aller en bas
Greg
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 32
Localisation : Annecy
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Dim 20 Avr 2008 - 12:33

20ème symphonie de Karamanov sur France Vivace en ce moment même

Vite, vite !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Dim 20 Avr 2008 - 12:37

- lire dans le lecteur : http://musicontempo.free.fr/vivace.m3u (mais ça ne semble pas marcher pour l'instant)

- diffusion sur le site : http://www.radiofrance.fr/francevivace/accueil/

Je suis à l'écoute.

C'est à la fois très sage, assez agréable, et des trouvailles étonnantes, comme cette polytonalité très profusive dans le final interminable.

Vraiment sympa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Stadler
Clarinomaniaque
avatar

Nombre de messages : 8501
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Dim 20 Avr 2008 - 13:15

joachim a écrit:
Je viens d'écouter sa symphonie n° 23 "je suis Jésus" sur France Vivace (la radio 100% internet).

Superbe sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
Liana
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 789
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Dim 20 Avr 2008 - 13:42

J'ai trouvé sur des forums russes quelques informations, il y a aussi pas mal d'enregistrements, mais comme ils ne peuvent être libres de droits ...

Voici un article publié dans 3The Daily Telegraph" en 1995 :

Norman Lebrecht: "UNKNOWN - BUT NOT FOR LONG..."

The foremost living Russian composer is, by common consent, Alfred Schnittke. Ask Schnittke, and he will tell you that the outstanding Russian composer of our day is Alemdar Karamanov. Who's Karamanov? A composer unlisted in reference works, unheard on the radio, unrecorded on disk. He is as near to being a non-person as any musician can possibly be in the Internet era.

Not, however, for much longer. Within the next year, three major labels will record Karamanov syphonies, each believing it has cornered the next Gorecki. Schnittke, in a forthcoming biography, will restate his startling conviction that "Karamanov's gift as a composer is no less significant than of Messiaen or Ligeti." And the music will speak for itself- strong, spiritual, pungently original. The first British performance of any of Karamanov,s orchestral works is being played tomorrow in the off-centre setting of Central Hall, wesminster.

Karamanov, now 61, was silenced in the Soviet Union because he proclaimed the supremacy of God in a voice so compelling that even Politburo members took note. He remains in limbo in Yeltsin's Russia because his message is still unpalatable. "Russia is being commercialised,' he grubbies in a deep, emotonless voice, "and my music does not fit in."

A misfit from boyhood, Karamanov almost starved after his Turkish-born father was purged by Stalin in 1937 as head of the Crimean regional government. Under Germsn occupation, he harrowly escaped being shot for stealing apples. A Wehrmacht officer, billeted in the Karamanov's home, brought him music paper and put him on the radio at seven years old to make his debut as pianist and composer. When the Germans retreated they tried to take the Wunderkind back for a Berlin education, but he mother resisted. When the Red Aemy returned, his father was exiled to Central Asia as Stalin cleansed the Crimea of non-Russians.

The shabby orphan from Simferopol drew sniffs from professors at the Moskow Conservatoire- until he played them Beethoven's Fifth Symphony on the piano without ever having seen a score. The morning after the premiere of Shostacovich's Tenth Symphony, he repeated the work note-perfect from memory. Shostacovich, who attended college concerts of Karamanov's music, described him in a article as " one of the most original and unique composers of our time".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.boursosmile.com
Liana
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 789
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Dim 20 Avr 2008 - 13:43

Karamanov was then writting what he calls "avant-garde music", reflective atonalities influenced by Western trends and anathema to doctrines of socialism realism. He formed a philosophical friendship with Schnittke, who convinced him of his duty to compose.

On January 7, 1965, Karamanov was walking down Gorky Street when he heard a trumpet sound from the top of telegraph building and saw a vision of his Saviour. " It was as if I had returned home," he says. "From that moment, Christianity, my music and myself became one."

He wrote a cycle of four symphonies based on the gosples, and another six with such titles as He Who Loves Us, Let It Be and I am Jesus - provacatively unperformable stuff an atheist state. "I always heard the music in myself," he says. "I didn't squeeze it out from my fingers like accountacy books. I don't play depraved political games, smile at mediocrity, or touch the dirty hands of dirty musical businessmaen."

In the early 1980s, anticipating political changes, his teasher Tikhon Hrennikov got the radio conductor Vladimir Fedoseev to prepare an audition tape of two Karamanov's symphonies for the composer's Union. To the composer,s mortification, the playback was sabotaged by party engineers.

Listening to Fedoseev's semisamizdat tape of Blessed Are the dead, Karamanov's 2, one quickly discerns the reasons for Soviet alarm and Schnittke's praise. Karamanov has a knack of devising sugarsweet Tchaikovsky melodies that decompose seditiously into the chaos of modernity, before finding comforting resolution in a simple, quasi-minimalist affirmation of devout tonality.

Schnittke was hailed as a pioneer when he deconstructed musical sequences in this fashion a decade later in such 1980s scores as Kein Sommernachistraum.Gorecki made his breaktrough with prayerful music of a kind that the unknown Karamanov had apparently been writting for two decades.

A fornight ago, a performance of the 23rd Symphony by Vlsdimir Ashkenazy and the Deutshces Sinfonie was ovated in Berlin and is deing recorded by Decca. Sony have booked Winchester Cathedral next May to capture the 20th Syphony and Stabat Mater, and Naxon are planning to release a recent Moscow performance of the Seventh Symphony. Recognition is beginning to dawn. Asked if he is composing at the moment, Karamanov nods, but adds: "I don't write anything down. I believe I am now composing my greatest works."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.boursosmile.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Dim 20 Avr 2008 - 14:37

merci Liana, très intéressant, on perçoit l'ambiguité de la position tant des occidentaux que des ex-soviétiques vis-à vis de cette musique qui se pose aussi comme une affirmation d'une idéologie bizarre.
Curieux tout de même qu'il ait été aidé par Khrennikov, et preuve aussi que les traces de modernité dans sa musique ne sont peut-être que des traces.
A l'écoute, on constate en effet que le choeur de cette musique tend plutôt vers une imitation de la musique de film hollywoodienne (mâtinée de Mahler et de Korngold). Une fois débarrassée des scories du mysticisme catholique, je pense que Karamanov risque d'avoir une grande réputation en occident. C'est facile, juste ce qu'il faut, imagé, lyrique, il y a d'étranges surprises (la bouffée de musique ethnique à la fin de la 23ème).
Difficile d'émettre un jugement: on se laisse facilement emporter par le flot, mais ça me semble pourtant moins original qu'un Valeri Kikta par exemple.
Pour le journaliste qui a rédigé l'article, je lui suggère d'écouter Tischenko tout de même avant de décider de la stature à accorder à Karamanov.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 71
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 9 Juin 2008 - 20:00

J'ai écouté aujourd'hui sa Symphonie n° 5 dédiée à W.I. Lénine. Elle est composée pour récitant, solistes choeur et orchestre.

Un seul immense mouvement de 73 minutes. C'est en fait une sorte d'oratorio, où le récitant déclame d'un bout à l'autre. Comme je n'ai pas de notice, je ne sais pas au juste de quoi il s'agit, mais je suppose que c'est un résumé de la vie de Lénine, sa carrière politique, son exil et son retour en force. En entend à la fin l'Internationale.

Au total, je mes suis plutôt ennuyé avec ce récitant qui parle sans arrêt, quelquefois sans musique. Bien sûr ce serait certainement plus intéressant si on comprenait le russe.

J'ai écouté également son Stabat Mater et son Requiem, ces oeuvres par contre m'ont subjugué. Beaucoup d'émotion, une musique extraordinaire qui accompagne les solistes et le choeur.

Une découverte intéressante Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
christophe21
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 715
Date d'inscription : 20/05/2008

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 9 Juin 2008 - 20:17

la symphonie n° 23 est passée dernièrement sur France vivace, je l'avais enregistrée par curiosité, mais c'était bien trop contemporain pour moi, donc je n'ai pas conservé l'enregistrement, il y en a eu une autre sur cette radio dans la même semaine je crois. Ces 2 symphonies ne duraient pas très longtemps, entre 20 et 30 minutes je crois. Je n'ai jamais entendu les autres œuvres, elles sont peut-être d'un style différent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 9 Juin 2008 - 21:45

je n'ai rien entendu de "contemporain" (ou si peu, l'intro à la rigueur) dans les dernières symphonies de Karamanov, il faut que je réécoute par ce que justement ce langage post-romantique de cinéma m'a un peu laissé sur ma faim. Je n'avais pas été convaincu non plus par la structure très rhapsodique.
En revanche j'ai écouté son troisième concerto pour piano et c'est une excellente surprise, un langage très scriabinien (celui de la fin pas celui du concerto) des motifs assez extatiques et répétitifs. A première audition, une très belle oeuvre.
Le premier concerto, beaucoup plus court, une douzaine de minutes m'a bien plu aussi, un style plus agressif, un peu dans la ligne du Prokofiev du début.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80498
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Jeu 1 Sep 2011 - 1:14

sud273 a écrit:
En revanche j'ai écouté son troisième concerto pour piano et c'est une excellente surprise, un langage très scriabinien (celui de la fin pas celui du concerto) des motifs assez extatiques et répétitifs. A première audition, une très belle oeuvre.

J'ai bien aimé ce concerto, même si j'ai eu du mal à entendre le Scriabine dont tu parlais...

Mais j'ai trouvé les symphonies n°22 et 23 plus originales, plus inouïes, même s'il y a un côté patchwork un peu déroutant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Ven 24 Oct 2014 - 20:26

Xavier a écrit:
Mais j'ai trouvé les symphonies n°22 et 23 plus originales, plus inouïes, même s'il y a un côté patchwork un peu déroutant.

Un côté patchwork un peu déroutant, tu n'as pas tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 14:20

J'en profite pour écrire quelques lignes sur Karamanov, histoire de réveiller un peu son intérêt sur le forum :

D'origine turque par son père, Karamanov vécut d'abord en Crimée mais au lendemain de la grande guerre patriotique, Staline déporta en Sibérie tous les habitants non autoctones. Alemdar put heureusement s'inscrire quelques années plus tard au Conservatoire de Moscou dans la classe de Semyon Bogatyriov (grand musicologue qui joua un rôle non négligeable dans le monde musical soviétique d'après guerre) pour la compositeur. C'étaient les années noires où il fallait avoir une autorisation spéciale pour consulter une partition de Chostakovitch.

Passé ensuite dans la classe de Dmitri Kabalevski, le jeune musicien n'apprécia guère son enseignement et préféra allez chez Tikhon Khrennikov, un choix qui s'explique sans doute par le fait que Karamanov n'était pas forcément intéressé par les expérimentations avant-gardistes et que la symphonie était la forme qu'il adorait le plus, au point que lorsqu'il en présenta une pour son diplôme final en 1962, elle portait déjà le numéro 9.

Cependant, les années soixante lui font découvrir Nono à l'occasion de ses visites en URSS, ainsi que Xenakis, et durant quelques années, il était totalement fasciné par cette autre musique venue de l'Occident. Un tryptique intitulé Prologue, pensée et épilogue (1962) traduit cet enthousiasme pour les dissonances et l'hyperchromatisme dodécaphonique qu'il trouvait mieux servi par la musique de chambre (Quatuor à cordes No. 3, 1963) et des pièces instrumentales : Musique pour violoncelle (1962), Musique pour piano (1962) et Musique pour violon (1963). Il s'essaya également à la musique vocale avec, en particulier, Le Crime de grenade en hommage à Frederico Garcia Lorca sur des vers d'Antonio Machado y Ruiz.

En se définissant lui-même comme un dodécaphoniste non sérialiste, il se mettait au ban de la vie musicale moscovite officielle et se retrouva très vite sans revenus ni avenir, aussi décida-t-il, en 1965, de quitter Moscou pour rejoindre sa Crimée natale. À cette distance, on respirait différemment, notamment sur le plan religieux, une thématique qui va dominer le travail créateur du compositeur atypique à partir de ce moment-là.

Donner à chaque mouvement d'un cycle de quatre symphonies (Nos. 11 à 14, 1965-1966) intitulé "Tout est consommé" (navré pour la mauvaise traduction littérale) des sous-titres tirés des Evangiles manquait quelque peu de réalisme socialiste, aussi le cycle religieux suivant de six symphonies cette fois-ci (Nos. 18 à 23, 1976-1980) est-il doté d'un double jeu de titres, l'un inspiré de l'Apocalypse mais en vieux slavon, l'autre consacré à la guerre et à la victoire. Grâce à ce déguisement formel, une édition de la dix-neuvième symphonie parut en 1977 et les symphonies Nos. 20 et 23 furent exécutées à Moscou en 1983 sous la direction experte de Vladimir  Fedosseyev (c'est d'ailleurs lui qui a conseillé à Karamanov ce jeu de travestissement dans ses titres, dans l'espoir de diriger sa musique qu'il jugeait élévatrice).

Néanmoins, Alemdar dut encore attendre cinq longues années pour que l'on s'intéresse de nouveau à lui, et même comme compositeur chrétien (!), car la commémoration du millénaire de baptême de Vladimir en 1988 était devenue une manifestation officielle. La chute du mur de Berlin lui permit de sortir de Russie pour la première fois er la Crimée étant devenue une république, on lui demanda d'écrire un hymne national.

En 1995, deux de ses partitions furent données en concert à Londres dans le cadre d'un Festival consacré à Alfred Schnittke parce que celui-ci et le chef d'orchestre qui n'était autre que Mstislav Rostropovitch avaient insisté auprès des organisateurs pour qu'on inclue des oeuvres de ce compositeur totalement inconnu qu'ils tenaient en haute estime. Par la suite, c'était au tour de Vladimir Ashkenazy de porpager sa musique à Berlin et même d'enregistrer un disque monographique pour la firme Decca.

À partir de la onzième symphonie de 1965, Karamanov a pratiqué ce que l'on peut qualifier de dodécaphonisme à la Chostakovitch, avec une forte présence du pouvoir tonal. On y retrouve parfois dans sa musique des citations (principalement du Dvorak, mais aussi Rimsky-Korsakov et Rachmaninov).

Résigné, Alemdar Karamanov s'était tourné vers des activités plus rénumératrice (il ne fut pas le seul) comme écrire une musique pour une série télévisée d'une quinzaine d'épisodes. Il composera également une symphonie de chambre en 1996, espérant que cette forme plus économique, adoptée par Weinberg avant lui à la fin de sa vie, aurait plus de succès (hélas en vain). Avec ce dernier et Alfred Schnittke, il est le dernier grand symphoniste du XXème siècle de l'air post-Chostakovitch, mais il reste presque entièrement à découvrir et l'air numérique ainsi que la dématérialisation n'arrangeront pas les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 15:00

Tiens ? Je ne pensais pas qu'il y avait un fil sur lui. Ça fait longtemps que je n'ai pas écouté. Dans mon souvenir ce n'était pas terrible. J'ai revendu ce disque il a quelque temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 15:32

joachim a écrit:
Je viens d'écouter sa symphonie n° 23 "je suis Jésus" sur France Vivace (la radio 100% internet). son style est tout à fait particulier. rien à voir avec Chosta, à mon avis. Par moments ultra moderniste (le début par exemple, je me demandais si j'allais continuer l'écoute...), et par moments fort tendre et lyrique. C'est un compositeur inclassable.

Au total, je peux dire que j'ai aimé cette oeuvre, tu as bien fait de parler de ce compositeur trop éclipsé.

Je suis en train d'écouter la 23ème sur Youtube. Globalement je suis d'accord avec toi, mais moins généreux dans mes impressions. Cris et borborygmes alternent avec des plages de "mysticisme" étales. Ça n'a aucune forme ni direction, du moins aucune qui me soit apparue.

Ce qui ne veut pas dire que c'est sans mérite. Ça dépend de ce qu'on recherche. Pour l'amateur, je signale qu'il y a plusieurs vidéos youtube, donc on peut se faire une idée assez facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18891
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 15:50

Et euh... il a un frère ou "aucun lien"? Mr.Red

Oui, pardon... je sors...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 19:12

André a écrit:
Tiens ? Je ne pensais pas qu'il y avait un fil sur lui. Ça fait longtemps que je n'ai pas écouté. Dans mon souvenir ce n'était pas terrible. J'ai revendu ce disque il a quelque temps.


Tu l'as revendu ? Sad Où ça ? Où ça ?!? Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 19:35

Bon, peut-être qu'en écoutant ses oeuvres modernistes du début des années 1960, on peut se faire une image diamétralement opposée à celui du compositeur plongé dans une forme de mysticisme caricatural. Je suis en train d'écouter sa Musique pour piano de 1962, ça n'a vraiment rien à voir avec les symphonies de maturité. Certains passages rappellent le pointillisme de la troisième sonate de Tishchenko (pour être franc c'est carrément du Tishchenko du début à la fin). 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 19:40

Polyeucte a écrit:
Et euh... il a un frère ou "aucun lien" ? Mr.Red

Oui, pardon... je sors...

Merci beaucoup pour ta participation ô combien constructive. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 19:52

Oulà, le Prologue, pensée et épilogue pour piano est encore plus radical !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 19:55

Et le Crime de grenade est du pur Denisov, on n'est vraiment pas loin du Soleil des Incas. Une petite pointe d'Arapov (Les Quatre Saisons, 1978) dans la dernière pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 20:23

Un petit portrait pour la route :


Alemdar Karamanov dans les années 1950
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3726
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 20:41

Et le Requiem, il ressemble plutôt à celui de Schnittke (que je n'aime pas trop) ou à celui de Denisov (que j'adore)?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JerMu
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 487
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 21:05

Je réécoute sa Symphonie n° 22. Passionnant !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 16461
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 21:30

Benedictus a écrit:
Et le Requiem, il ressemble plutôt à celui de Schnittke (que je n'aime pas trop) ou à celui de Denisov (que j'adore)?

ni l’un ni l’autre, je dirais.
plutôt Slonimsky, peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 22:09

Totalement différent, mais nettement plus intéressant à mon sens: la musique de Ovchinnikov ou même celle de Boris Parsadanian. Sans parler bien sûr des noms plus connus (Khrennikov, Lyatoshinsky, Popov et autres Shebalin).

Malheureusement, avec les musiques de l'Europe de l'est les affinités peuvent dans certains cas être plus ténues. Question d'oreille et de culture ? Probablement que les auditeurs de ces contrées se demandent ce qu'on peut admirer chez Ropartz, Petrassi, Hadley ou Finzi.

J'ai lu aussi (dans un article sur Karamanov justement), qu'une des raisons qui expliquaient la relative abondance de symphonies dans l'ex URSS serait que l'état subventionnait les symphonies, mais pas les oeuvres pour la scène (ballets et opéras). Je ne fais que rapporter ce que j'ai lu et n'ai aucune idée de la véracité de cette affirmation.

Je ne connais pas Slonimsky. Est-ce que je passe à côté d'un compositeur intéressant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 22:18

Slonimsky est un compositeur à ne pas ignorer en tout cas. Une grande figure de l'Ecole de Leningrad (et de Saint-Pétersbourg). D'ailleurs j'aimerais écrire deux-trois mots sur son oeuvre. Ça viendra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 22:21

Je te prends au mot: j'attendrai ton opus sur le sujet avant d'écumer Amazon Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 16461
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 22:23

bien sûr, ce qui explique aussi l’abondance de symphonies de façade cachant des pièces symphoniques plus libres, des cycles de mélodies, des messes, etc.

je ne connais pas bien Karamanov, mais en effet, il m’a toujours semblé que la musique russe et soviétique en particulier (si on sort des quelques grands noms et des occidentalisants type Tchaikovski) demandait une sorte de réceptivité, demandait, je ne sais pas, de vibrer d’une certaine façon pour entrer en phase avec elle... et je sens bien que beaucoup d’amateurs de musique classique ne ressentent pas cette affinité. personnellement, bien que n’ayant aucune origine slave, je sens un fort tropisme slave, qui dépasse largement le seul domaine de la musique. ce qui me permet par exemple d’apprécier des choses qui sont pourtant fort éloignées de mes intérêts esthétiques (plus modernistes).
cela dit, il ne me semble pas que le Karamanov de la 22e symphonie par exemple soit ce qui appartient le plus intimement à cet univers, au contraire (cette écriture verticale !) ; mais c’est bien possible que ce soit le cas pour d’autres œuvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12167
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 22:37

Edit : Schnittke, Denisov, Slonimsky, Ovchinnikov, Parsadanian, Khrennikov, Lyatoshinsky, Popov, Chébaline... On commence sérieusement à faire un peu de l'ombre sur le sujet Musique Soviétique (1917-1980). Ça ne me dérange pas tant que ça, cela dit je voulais surtout que l'on parle de Karamanov. Mr. Green

Et pour te répondre cher André, c'est tout à fait véridique. Le régime a bien sponsorisé la production symphonique, laissant de côté la musique concertante, de chambre et de la scène, par pur soucis de contrôle et de propagande léninisto-marxiste (j'enlève le stalino, merci Khrouchtchev). Car la symphonie est depuis le romantisme russe (Glinka était déjà de la partie) la forme que l'on considérait comme la plus noble chez les compositeurs. C'était une sorte de culte de l'académisme que vouaient les autorités compétentes pour un genre que des musiciens tels que Tchaïkovski ou Glazounov ont su magnifier à l'extrême jusqu'aux limites du post-romantisme avec Scriabine et Rachmaninov (je préférerais mettre Glière à la place car c'est plus viridique du point de vue de l'histoire tourmentée de l'après Guerre Civile des années 1920).


Dernière édition par ovni231 le Mer 21 Juin 2017 - 16:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   Lun 16 Jan 2017 - 23:05

Lucien, Ovni, merci pour ces fines considérations. Effectivement, il existe des "affinités électives" en musique comme dans tout ce qui relève de la sensibilité personnelle, sociale, culturelle.

Il est vraiment curieux que cela se soit traduit par des effets politico-économiques, comme le fait remarquer Ovni. L'Art devant servir un message social ou politique, ou du moins ne pas le contredire. Quand j'ai lu ça j'étais sceptique. Mais quoi, je crois qu'il y a une logique objective derrière ça.

Pour revenir à Karamanov (je ne dévie plus, c'est promis!), je suggère l'écoute sur youtube: considérant le peu d'oeuvres disponibles sur support commercial, le Tube est notre meilleur allié. Et si on tombe sous le charme, il y aura toujours les disques (en concert, je crois qu'on peut oublier ça Sad ).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alemdar Karamanov (1934-2007)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alemdar Karamanov (1934-2007)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alemdar Karamanov (1934-2007)
» Alemdar Karamanov
» Terenzi Horror Nights 2007
» Opéra de Paris 2007-2008 (programmation...)
» GPN FSCF 2007 à Quédillac...!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: