Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Sibelius - Poèmes symphoniques

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27786
Date d'inscription : 21/09/2012

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 EmptyDim 10 Fév 2019 - 21:19

Pohjola, pour Tapiola, a écrit:

Beecham (Live avec la Radio Finlandaise)


kiss Merci de penser à cet incroyable enregistrement diffusé par Ondine !
Cette version est en présélection pour un Mélomaniac d'Or !





Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 84059
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 EmptyLun 11 Fév 2019 - 0:06

Benedictus a écrit:
Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Sibeli10
En Saga, op. 9
Santtu-Matias Rouvali / Orchestre Symphonique de Gothembourg
Gothembourg, V-VI.2018
Alpha


Grand merci à David d’avoir attiré mon attention sur ce disque!

Shocked Je n’avais jamais entendu En Saga comme ça: chauffé à blanc, à la fois échevelé et d’une tension qui ne relâche jamais, avec une prégnance mélodique et rythmique incroyable, un orchestre qui claque... C’est exaltant de bout en bout et laisse même assez pantelant.

En fait, ça faisait vraiment longtemps que je n'avais pas écouté l'œuvre, mais je l'aime bien (c'est déjà du vrai Sibelius, avec des passages sul ponticello étonnants par exemple un peu avant la moitié) ça me parle davantage que la 1ère symphonie par exemple), et c'est clairement une très belle version, tendue et très vivante. (mais je pourrais pas faire de comparaisons, je n'écoute pas souvent l'œuvre)
Revenir en haut Aller en bas
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 1030
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 EmptyLun 11 Fév 2019 - 9:12

La 7ème et dernière symphonie et Tapiola, l'ultime poème symphonique...
Quand Symphonie et Poème symphonie se rejoignent ?

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 1004
Date d'inscription : 06/08/2010

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 EmptyLun 11 Fév 2019 - 14:51

greg skywalker a écrit:
Jean Sibelius En Saga

vu l'enthousiasme général de la version Santtu-Matias Rouvali , je réecoute quelques versions

en cd :
Mikko Franck / Swedish Radio Symphony Orchestra    (19'46)      6/10
sir Alexander Gibson / Scottish National Orchestra (18'03)      7/10
Esa-Pekka Salonen / Los Angeles phiharmonic       (17'26)       8/10 (j'aime la fin de 12' -> 17'26 , un trop pressé au début )
Tuomas Ollila / Tampere philharmonic Orchestra (ondine : "classic sibelius")   (18'09)       9/10

sur deezer :
Santtu-Matias Rouvali / Gothenburg Symphony Orchestra  (19'00)  9/10
en + :  des vents , superbe !  
j'aimerai réecouter en cd .
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27786
Date d'inscription : 21/09/2012

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 EmptyMer 13 Fév 2019 - 20:42

greg skywalker a écrit:

Jean Sibelius En Saga

vu l'enthousiasme général de la version Santtu-Matias Rouvali , je réecoute quelques versions

en cd :
Mikko Franck / Swedish Radio Symphony Orchestra    (19'46)      6/10
sir Alexander Gibson / Scottish National Orchestra (18'03)      7/10
Esa-Pekka Salonen / Los Angeles phiharmonic       (17'26)       8/10 (j'aime la fin de 12' -> 17'26 , un trop pressé au début )
Tuomas Ollila / Tampere philharmonic Orchestra (ondine : "classic sibelius")   (18'09)       9/10

sur deezer :
Santtu-Matias Rouvali / Gothenburg Symphony Orchestra  (19'00)  9/10



Smile Merci pour ce panorama, avec les minutages.
Pour mémoire, l'interprétation sanguine et cravachée de Horst Stein (Decca) dure à peine 16 minutes !


Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27786
Date d'inscription : 21/09/2012

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 EmptySam 7 Sep 2019 - 0:44

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Mzolom10
Catégorie orchestrale -rang 115°/250



Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Hans_r10
Hans Rosbaud (1895-1962)


Jean Sibelius (1865-1957) :

Suite Karelia, Op. 11

= Hans Rosbaud, Orchestre philharmonique de Berlin

(DG, mars 1957)

Smile Sans revendiquer le statut de chef d'œuvre, cet opus de jeunesse reste assurément un des plus populaires et des plus enregistrés de Sibelius, et j'y succombe volontiers.
La genèse remonte à 1893, sous la forme de pittoresques tableaux à caractère historique empruntés à l'histoire scandinave, dont l'Ouverture et les dix parties duraient environ trois quarts d'heure. Les partitions en furent probablement détruites par le compositeur lui-même avec les ébauches de sa huitième symphonie. Ce qui en survécut fut reconstitué par Kalevi Kuosa en 1965 puis Kalevi Aho et Jouni Kaipainen, et fut enregistré pour la première fois en 1997 par Osmo Vänskä et 1998 par Tuomas Ollila.
En tout cas, l'Ouverture et la Suite en trois parties (que Sibelius avait isolées et dirigées en concert dès 1893) avaient été conservées et furent éditées sous les opus 10 et 11.
J'avais découvert cette œuvre dans l'enregistrement glabre, robuste et scintillant de Hans Rosbaud, que l'on connait surtout dans le répertoire contemporain (même s'il dirigea aussi Haydn, Mozart, Beethoven et les Romantiques) : il avait assuré la création du Marteau sans maître de Pierre Boulez (qui le considérait comme un chef exemplaire) et la première audition allemande de la Turangalîla-Symphonie de Messiaen.
Habitué des aridités sérielles, et des explorations spectrales (son Petrouchka épuré et rayonnant, avec le Concertgebouworkest chez Philips), Rosbaud applique ici ses conceptions à élucider le langage sibélien, restitué en toute transparence. Rarement ces pages ont-elles trouvé semblable cohérence, une telle clarté d'architecture et d'élocution. On le vérifiera aussi dans le Tapiola minutieusement élaboré et stratifié qui accompagnait le vinyle original. Quelques populaires autres pièces (Finlandia, Valse Triste, Festivo...) avaient déjà été captées pour DG en novembre 1954. Durant cette décennie, le chef autrichien grava aussi quelques unes des sept symphonies pour les radios du Südwestfunk, de Munich, ou avec la Tonhalle de Zurich.

L'Intermezzo initial émerge du brouillard de cordes et les appels de cuivres bouchés. Il se mobilise pour illustrer les vigoureuses troupes du Duc de Lituanie, paradant pour collecter l'impôt dans la province du Käkisalmi. Les cors et trompettes du Berliner Philharmoniker tracent cette pompeuse fanfare avec tout le panache requis, et surtout avec une droiture dont le zèle astringent se distingue des flonflons peinturlurés qu'on entend habituellement sous d'autres baguettes.
D'essence lyrique, la Ballade chante une complainte qui se remémore Karl Knutsson (1408-1470, roi de Suède et de Norvège) dans son château de Vyborg.
Un choral de clarinettes est repris par les cordes, dans de subtils tuilages et jeux d'ombrages que les archets berlinois cisèlent avec délicatesse (0'33), sur un tempo suffisamment mobile pour éviter l'alanguissement, propice à l'évocation, mais dont Rosbaud ne brusque pas la force poétique qu'il distille patiemment. Une éloquente césure (3'18) régénère cette anamnèse que conclut le barde par la voix dolente du cor anglais (5'23) et des hautbois.
Le Alla Marcia conclusif défile fièrement et prestement, en l'honneur de Pontus De la Gardie (1530-1585), un mercenaire et bourgeois français originaire de l'Aude, qui fit une brillante et opportuniste carrière militaire, d'abord pour la Couronne du Danemark puis au service de la Suède -pour laquelle il affronta Ivan le Terrible dans la bataille de Narva en 1581.
Une pièce que j'adore : une entêtante rengaine que Sibelius soumet à diverses perspectives, traitement filigrané en canon, s'ébrouant altière et dégingandée sur une trame rythmique à la fois ferme, glissante et propulsive, éclaboussée par éclats de cuivres et clash de cymbales.
A partir d'idées simples, le compositeur nous montre une science de l'instrumentation aussi inventive qu'efficace, et d'un charme fou.
La stimulante lecture de Malcolm Sargent avec le Wiener Philharmoniker (HMV, 1961) harnachait un attelage bariolé mais moins discipliné : à l'instar du trépidant Alexander Gibson (Decca, 1959), on a l'impression d'un traîneau du Père Noël dévalant tout schuss sans toujours maîtriser son parcours.
L'interprétation de Rosbaud n'évite pas une certaine candeur, mais impressionne par sa netteté graphique, notamment les souffleurs (Günter Hermanns, qui assista aux séances et effectua le montage des bandes, se souvient que le maestro insistait pour que les bois se distinguent de la masse). Malgré un tempo détendu, la rythmique corsetée évite la sensation de patinage qu'on ressent dans des lectures trop hâtives et approximatives : Rosbaud garde la tête froide, et construit une structure parfaite, comme si l'on assistait à la cristallisation d'un flocon de neige, qui s'organise dans la pleine intelligence de son expansion. Et ainsi, cette Marche, loin d'une parade triomphaliste, nous promène plutôt dans un paysage méthodiquement engivré, et combien resplendissant sous sa parure de glace.


Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Sibeli23
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88064
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 EmptyLun 9 Sep 2019 - 9:06

C'est éclairant, merci. Je découvre l'existence de cet enregistrement, j'irai écouter.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 1030
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 EmptyLun 9 Sep 2019 - 12:33

Hans Rosbaud a assez souvent dirigé la musique de Sibelius dont il fut un interprète inspiré.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27786
Date d'inscription : 21/09/2012

Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 EmptyVen 15 Nov 2019 - 23:54

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Jean Sibelius (1865-1957) :

Suite Karelia, Op. 11

= Alexander Gibson, Orchestre symphonique de Londres

(Decca, février 1959)

Smile De loin la plus stimulante version que j'en connaisse, avec celle (plus bariolée mais moins disciplinée) de Malcolm Sargent avec le Wiener Philharmoniker (HMV).
Particulièrement inspirée, finement réalisée et spectaculaire quand il faut, avec au besoin un ton rustre qui convient parfaitement à ces tranches de folklore épique
Dans le Alla Marcia conclusif, Gibson attise la trépidante cavalcade avec une exaltante virtuosité.
Superbe prise de son, réalisée au Kingsway Hall par Kenneth Wilkinson.


Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Sibeli19
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Sibelius - Poèmes symphoniques   Sibelius - Poèmes symphoniques - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sibelius - Poèmes symphoniques
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: