Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Granville Bantock (1868-1946)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Granville Bantock (1868-1946)   Ven 25 Avr 2008 - 0:51

Troisième de mes Anglais du début du siècle, Bantock me plaît déjà.
J'ai en effet écouté le Prélude to the Song of the Songs, et c'est sublime. Pas follement original au niveau du langage, clairement romantique avec des échos de Brahms (non, sud, ne frappe pas!), et un orchestre fondé sur l'hégémonie des cordes. Cela dit, le travail porte bien sur tous les pupitres, et il y a là une vraie richesse, une griffe sonore très anglaise, proche d'Elgar, noble et distinguée. Par ailleurs, le registre est clairement lyrique et la musique très émouvant, avec des figures mélodiques très intéressantes et une aisance d'approche indéniable.

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Ven 25 Avr 2008 - 1:04

J'écoute Thalaba, une suite d'une dizaine de courts morceaux pour orchestre. Apparemment, chaque mouvement a un titre qui me fait penser à une suite tirée d'un opéra. Le tout est là aussi très bien ouvragé, avec un orchestre rutilant (les cordes dominent mais quelle construction!), des thèmes bien ficelés. Même s'il n'y a pas de mélodies très marquantes et qu'avec l'harmonie on se situe clairement dans le XIXe siècle, j'aime bien, parce c'est beau, avec de belles explosions bien dramatiques et d'autres sections lyriques et d'un intimisme séduisant.

C'est chouette, tout ça! sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Ven 25 Avr 2008 - 8:47

ça je pensais bien que Bantock allait te séduire. Non rien de follement original, mais une orchestration somptueuse, qui fait souvent penser à Richard Strauss quoi qu'il emploie par moment des moyens très différents.
Le prélude au Cantique des Cantiques est une morceau d'une grande puissance mélodique, c'est vraiment très beau, d'un romantisme peut-être un peu surranné mais vraiment très séduisant.
Malheureusement il n'existe aucune version intégrale de cette oeuvre qui dure plusieurs heures et qui me semble-t-il n'a même pas été créée dans son entier. Diffusée à la radio lors de la céation mais avec de conséquentes coupures de plusieurs vingtaines de minutes en divers endroits. C'est une sorte d'intermédiaire entre l'opéra et l'oratorio scénique. Handley a enregistré des fragments de trois des (je crois) cinq journées (sur un autre disque que celui qui présente l'ouverture!!)
Comme Omar Khayyan (dont on entend que deux courts extraits orchestraux) je crois qu'on va attendre longtemps une version complète.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 71
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Ven 25 Avr 2008 - 9:16

Il est beaucoup moins connu que les Elgar, VW, Delius ou Holst, mais il est vrai que ce compositeur de musique assez descriptive est attachant.

Descriptive du moins du peu que j'ai entendu : le CD Naxos avec la Hebridan Symphony, la Old English suite et les Russian Scenes.

Son catalogue d'oeuvres comporte d'autres titres qui sans doute rentrent dans cette catégorie descriptive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Ven 25 Avr 2008 - 15:02

Très belle découverte: le Saphic Poem pour orchestre. 15 minutes de bonheur : musique agréable, passionnée, extrêmement lyrique et émouvante, qui me semble descendre en droite ligne des romantiques, notamment allemands. Ici l'influence de Vaughan Williams est également décelable dans la modalité et l'écriture pour les cordes. Vraiment magnifique, avec ce passage pour violoncelle solo qui donne des frissons. Le tout respire un apaisement, une souveraine sérénité assez rare, loin du dramatisme de Thalaba ou même de la fièvre du Song of the Songs.

Merci Granville cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Ven 25 Avr 2008 - 23:42

L'une de mes dernières découvertes saintaises avant de retrouver la noire Clermont et ma très morne vie de taupin besogneux: Sappho, une suite de lieder pour soprano et orchestre d'une durée assez étendue, mais vraiment passionnants, de bout en bout. Bantock le romantique a utilisé les poèmes de l'écrivaine grecque éponyme, traduits en anglais, pour créer une oeuvre émouvante, sincère, qui rappelle énormément Elgar et ses Sea Pictures, pleine d'échos étranges, de résonnances attirantes et langoureuses. Plus qu'ailleurs (dans ce que j'ai entendu), le langage de Bantock est abouti et fascinant, l'orchestration lorgne du côté de Debussy, avec cependant un emploi de percussions exotiques anticipateur. Tout ceci reste très classique et à la portée de toute oreille, mais il y a de quoi s'enthousiasmer pour ces poèmes inconnus fascinants, cette luxure étonnante, qui ne franchit jamais les limites de la vulgarité, même si le tout dégouline assez confortablement en certains endroits. Sections rapides et lentes se succèdent sans jamais se ressembler ni ennuyer. A noter que les neuf volets chantés sont précédés d'un prélude orchestral qui résume l'oeuvre, en concentre la thématique et engage déjà à l'écoute attentive.
Remarque, tout cela, les amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6642
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 26 Avr 2008 - 7:56

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeno
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4648
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 26 Avr 2008 - 14:55

J'adhère à tout cela. Bantock est un compositeur tout à fait intéressant et c'est souvent beau et noble.

On aura vraiment tout eu au XX° siècle. Quel empilement de styles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 26 Avr 2008 - 15:00

Pierre_78 a écrit:
On aura vraiment tout eu au XX° siècle. Quel empilement de styles !
Comme chaque siècle à mon avis... le problème sera de savoir ce que l'avenir retiendra du XXème siècle en musique "classique" Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 26 Avr 2008 - 15:04

Il y a tout de même un éclatement des écoles spectaculaire au vingtième siècle. On n'est plus dans la nuance, en ce qui concerne Damase et Boulez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9401
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 26 Avr 2008 - 15:29

Eragny a écrit:
Pierre_78 a écrit:
On aura vraiment tout eu au XX° siècle. Quel empilement de styles !
Comme chaque siècle à mon avis... le problème sera de savoir ce que l'avenir retiendra du XXème siècle en musique "classique" Confused
Mais il n'y a pas d'avenir… pig
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeno
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4648
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 26 Avr 2008 - 18:41

Certes, mais nous avons un passé prometteur.

Je confirme : Damase est légèrement moins sériel que Boulez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 71
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Dim 27 Avr 2008 - 20:49

IL semble que personne n'ait encore écouté sa Hebridean symphony, je vais donc en dire quelques mots (c'est d'ailleurs le seul CD que j'ai du compositeur).

La Symphonie des Hébrides a été composée en 1914/1915 et s'appuie en grande partie sur des airs écossais. Elle est assez grandiose, à renfort de trompettes. Elle commence par une description des brumes écossaises, puis l'intensité augmente progressivement pour aboutir à une tempête, puis la guerre, une inévitable conversation amoureuse, et un chant de victoire. Puis la symphonie se termine comme elle a commencé, dans les brumes.

Cette oeuvre m'a plu dès ma première audition à la radio, c'est pourquoi je me suis ensuite précipité sur le CD (Naxos).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeno
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4648
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 17 Mai 2008 - 0:08

Je me suis replongé dans mon coffret Hyperion consacré à la musique orchestrale de Bantock, dirigé par Handley.
Il y a de très belles choses, mais je connais peu de compositeurs qui soient capables de se couler, en l'espace de quelques minutes, dans la manière de Dvorak, de Richard Strauss, de d'Indy (les franckistes en général), d'Elgar, et même de Varèse et de John Williams.
Chapeau l'artiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 17 Mai 2008 - 15:21

J'ai commandé la Hebridean Symphony sur amazon, je me paierai aussi la Pagan, en plus de ce que j'ai déjà écouté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeno
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4648
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 17 Mai 2008 - 18:52

La Hebridean S me semble moins réussie que la Pagan S. Ca bouge trop sur place, c'est de l'ordre de l'impatience dans les jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 6943
Age : 33
Localisation : Aix / Marseille
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Ven 18 Juil 2008 - 18:50

Je ne suis pas sûr que ce message serve à grand'chose, mais... en passant chez un disquaire cet après-midi, enfin, dans une grande surface culturelle proposant des disques, enfin chez Gibert quoi... j'ai brusquement été saisi par la musique mise en fond sonore. Après renseignements (laborieusement) pris, le disque qui passait était extrait de l'intégrale de la musique orchestrale de Bantock - compositeur dont j'ignorais jusqu'à l'existence - parue en coffret chez Hyperion.

Bon, voilà, je ne peux pas en dire plus, on n'a pas été capable de me dire de quel morceau il s'agissait, le CD n'était pas disponible à la vente (le seul exemplaire du coffret était celui qui était diffusé), et de toute façon vu le prix constaté sur Internet ce n'est pas demain la veille que j'investirai dedans... mais pour les quelques minutes que j'ai pu en entendre, Bantock, c'est bien. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Ven 18 Juil 2008 - 19:00

Ton disquaire est un type bien. cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9401
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Dim 20 Juil 2008 - 2:06

Je viens de découvrir Bantock avec quelques pièces et je dois avouer qu'il ne fera pas parti de mes préférés, la symphonie celtique m'a plût, courte avec de beaux thèmes, rafraîchissante elle ne prends pas la tête! The witch of atlas après le très joli thème de l'introduction reste insipide et la courte pièce qui suit "The Sea Reivers" est vraiment laide. Pendant "the Hebridean Symphony" j'ai l'esprit qui est parti ailleurs, de beaux moments mais avec une orchestration souvent plan-plan elle a du mal à retenir l'attention de façon soutenue, cela s'écoute sans déplaisir cependant.
Un plus donc pour la symphonie celtique. thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Dim 20 Juil 2008 - 12:24

Beaucoup d'émotion ce matin avec les très belles Helena Variations, la plus belle partition que j'ai entendue de Bantock jusqu'à maintenant, très touchante et avec des passages brillants et animés. Superbe de couleurs, d'orchestration et d'inventivité, et ça me bouleverse beaucoup drunken drunken

La Symphonie n°3 "Cyprian goddess" m'a plu également beaucoup, ça dégouline un peu plus avec de nombreux instruments solistes, mais c'est toujours très beau et émouvant, comme toujours avec Granville, qui est très fort. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Sam 3 Mar 2012 - 21:54

je remonte ce sujet sinistré pour crier à quel point ce petit compositeur négligé est un génie de la musique d'orchestre.
Comment peut-on dire que" the sea Reivers" est laid? comme toutes les oeuvres courtes de Bantock c'est une merveille mélodiquement et du point de vue de l'orchestration: un des rares compositeurs du 20ème siècle à posséder une orchestration qui peut rivaliser avec Richard Strauss et Sibélius dont il fut l'un des intimes.
la sorcière de l'Atlas et Thalaba le destructeur sont des merveilles de construction et de précision, même si l'on ne supporte pas la veine 1900 de certaines des grandes oeuvres symphoniques (beaucoup moins surfaites que beaucoup de ses contemporains, qui, allez savoir pourquoi, ont bien meilleure presse, sans doute parce que comme d'habitude on écoute toujours les mêmes choses).
Sans Vernon Handley qui y consacra une partie de ses dernières forces, on n'aurait quasiment rien. Et même avec lui, songer qu'il n'y a même pas de version complète de cet immense chef-d'oeuvre qu'est le Cantique des Cantiques en échange duquel je donnerais volontiers les derniers opéras de Wagner!
Il faudrait revenir en détail sur les quatre symphonies, das leur originalité de conception si l'on avait le temps de s'y pencher, comme sur Erdmann ou Thiessen, mais peu de choses finalement ressortent des tiroirs du temps, et ce qui refait surface (Gurlitt, Goya symphonie par exemple, Fried) n'a qu'une audience réduite, de circonstance. Ce qui fait que finalement ce corpus de Handley est un miracle échappé à l'oubli, auquel on se remportera dans vingt ans encore pour se dire qu'au fond ça vaut bien beaucoup de petits contemporains, tout petits, qui répètent les mêmes choses mélangées à quelques touches "personnelles" sans imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22601
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Mer 6 Fév 2013 - 0:00

Je profite d'une soirée Bantock pour réaffirmer tout le bien qui a déjà été dit précédemment sur cette musique imagée, plaisante, véritable creuset de styles où l'on reconnaît aussi bien du Strauss que du Mendelssohn ou du Grieg.

Les Celtic (cordes + six harpes !) et Hebridean Symphony sonnent très easy listening, calmes peintures d'ambiance, tandis que la Pagan s'avère beaucoup plus animée, en couleurs bariolées, d'une vive prégnance rythmique et mélodique (avec un chavirant climax pour percussions).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinclec
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 628
Age : 35
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Mer 6 Fév 2013 - 0:02

Merci d'exhumer ce compositeur !!! mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Mer 13 Fév 2013 - 11:44

Mélomaniac a écrit:
que la Pagan s'avère beaucoup plus animée, en couleurs bariolées, d'une vive prégnance rythmique et mélodique (avec un chavirant climax pour percussions).
Oui, la Pagan Symphony est très belle.

Dans un registre similaire, il y a Corroboree de John Antill. Il en a déjà été question sur le forum (il y a un peu plus de quatre ans), je ne pourrais plus te dire où...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Biely
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 28/01/2013

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Mer 13 Fév 2013 - 13:12

Que penser de sa musique de chambre ? Quelqu'un s'y est aventuré ? Sonate pour violoncelle, sonate pour violon, sonate pour alto... Piano ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3730
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Dim 25 Juin 2017 - 22:10

Du fil «Playlist»:
Benedictus a écrit:
Pagan Symphony
= Vernon Handley, Orchestre Philharmonique Royal de Stockholm
(Hyperion, août 1992)
Une assez bonne surprise. On est en fait assez loin de ce qu’aurait pu laisser craindre le Puvis de couverture: l’orchestration est très colorée, le langage finalement assez moderne - d’une modernité à la Strauss, c’est-à-dire avec des harmonies assez tendues, mais une forte prégnance mélodique. C’est parfois un peu à la limite du bon goût (avec certains moments qui se complaisent un peu dans le tapageur et le bariolé) mais jamais au-delà (l’orchestration et la structure restent malgré tout maîtrisées - et puis Handley sait très bien éviter ce genre d’écueil). Pas vraiment ma tasse de thé, mais réussi. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   Dim 25 Juin 2017 - 22:45

Oui, sans être tout à fait aussi radical que son titre, il y a des alliages instrumentaux étonnants et des choses assez personnelles là-dedans, je trouve ça vraiment bon, même si j'y reviens beaucoup moins qu'à ma trinité des autres grands B. postromantiques britanniques : Bliss-Bax-Bridge. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Granville Bantock (1868-1946)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Granville Bantock (1868-1946)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Granville Bantock (1868-1946)
» Granville Bantock
» Gioacchino Rossini (1792-1868)
» Peteris Vasks (1946)
» Gibson LG 2 de 1946

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: