Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Arthur Bliss (1891-1975)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 20 Mai 2008 - 14:20


Je découvre ce compositeur avec la sympathique Colour Symphony. Oeuvre attachante, d'une durée de 32 minutes, écrite en 1922 sur la proposition... d'Elgar en personne, et qui prend pour thème quatre couleurs (violet pour I, rouge pour II, bleu pour III, vert pour IV) qui inspirent librement le compositeur.
Niveau langage, c'est relativement proche d'Elgar, justement, notamment au niveau de l'utilisation des bois et de l'hégémonie des cordes. Cela dit, c'est nettement plus aventureux qu'Elgar, plus moderne, peut-être à cause d'une certaine influence jazzy (II et III) et de l'utilisation des chromatismes (dans IV). Mais ça reste assez proche d'une esthétique XIXè siècle, pas agressif du tout. Reste que c'est très bien écrit, ...coloré, c'est bien le mot, original et très plaisant. Le premier mouvement est le plus elgarien, c'est un Andante Maestoso bien construit, solidement charpenté sur des thèmes aux cordes confortables: j'aime beaucoup. Le second est plus festif que violent, le rouge est apparemment perçu par Bliss comme une couleur ludique et joyeuse plus que sanguinaire. Le troisième est le meilleur: noté Gently flowing, il est doux et apaisé, rêveur, pas lent mais assez sautillant, très chouette, avec de jolis soli de bois. IV est le passage le plus moderne, avec des climats plus cuivrés, moins chaleureux, un peu moins convaincants à mon goût aussi. Le climax, qui superpose tous les sujets à la fois, est quand même une belle prouesse, et la coda qui n'introduit pas de résolution harmonique, plutôt intéressante.
Dans l'ensemble, voilà une oeuvre sûrement pas renversante, mais très honorable et qu'il me plaira de diriger. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9400
Age : 56
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 20 Mai 2008 - 15:21

J'attend le cd avec impatience, j'aurai droit à une dédicace? tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mer 21 Mai 2008 - 15:29

Peut-être bien!

Adam Zero: nous avons là un ballet de la grande époque, assez long (17 scènes, 42 minutes) mais magnifique: ce qu'il y a de génial ici, c'est la grande diversité de climats, tous rendus avec une inspiration mélodique intarissable et une subtilité étonnante. Walton et ses Façades Suites ne sont pas loin, Stravinsky non plus par moments... Superbe. Shocked
Le thème choisi est en fait, à travers les péripéties d'Adam (naissance, amour, printemps, automne, scène au night club Mr.Red , mort), une allégorie de la vie humaine. Je ne détaille pas trop, sachez que c'est génial de bout en bout, avec à peine de petites longueurs, et un art chorégraphique admirable: la scène du night club est délirante, on n'imagine pas un Lord anglais moustachu écrire de telles grivoiseries! L'orchestre est large et généreux, pas trop cuivré (un peu quand même), et il utilise le glockenspiel de façon violente et percussive comme Wagner dans l'Or du Rhin pour décrire le Nibelung. Les thèmes sont d'ailleurs également cycliques, mais variés, le tout explore les différentes facettes de la vie avec beaucoup d'inventivité. A noter que la fin est assez sombre.
Une belle découverte!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80024
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mer 21 Mai 2008 - 22:27

Spiritus a écrit:
L'orchestre est large et généreux, pas trop cuivré (un peu quand même), et il utilise le glockenspiel de façon violente et percussive comme Wagner dans l'Or du Rhin pour décrire le Nibelung.

Il n'y a pas de glockenspiel à ce moment-là, tu parles des enclumes plutôt?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mer 21 Mai 2008 - 23:57

Mais non Xavier, c'est dans la version sur instruments baroques. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Jeu 22 Mai 2008 - 12:33

Merde oui, lapsus, les enclumes. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Jeu 22 Mai 2008 - 12:44


Je m'en excuse, je vais devoir être bref sur ces trois oeuvres. Confused

Dans cette musique pour piano, Bliss est plus moderne que dans la symphonie et le ballet, il utilise parfois le piano à la façon de Prokofiev, mais son ascendance la plus marquée est incontestablement Rachamninov, auquel il emprunte une écriture dense, une certaine forme d'orchestration et un caractère agité pour le concerto pour piano. Cela dit, au risque de passer pour hérétique j'avoueras que je préfère nettement Bliss à Rachma ici. 39 minutes pour cette oeuvre en trois mouvements qui épouse le modèle classique vif-lent-vif, et beaucoup de matériau qui se divisent en trois thématiques: un lyrisme mélancolique, une véhémence agitée et une influence jazzy. Ces deux derniers éléments dominent le premier mouvement, riche et jamais ennuyeux, et plus encore le finale, assez joyeux, festif, chargé mais équilibré et bien écrit. Le piano occupe de la place, mais moins que chez Rachma, il ménage des moments de calme et de méditation où l'orchestre, plus ou moins dégoulinant, reprend le dessus. Et l'intensité culmine dans le très beau mouvement lent, qui commence par une mélodie simple et ravissante, et introduit une dimension mélancolique très inspirée. Dans l'ensemble, malgré le dramatisme et la densité du langage, on a le sentiment d'une oeuvre sincère et humaine, qui dégage de l'émotion. Très chouette.

La sonate pour piano est un peu dans le même genre, mais en un peu moins bien. L'influence du jazz est carrément écrasante dans le premier mouvement, qui se déploie sur un rythme de marche intéressant mais un peu redondant. Pas génial mais pas désagréable non plus. Le deuxième est là aussi le plus réussi, il est harmoniquement beaucoup plus élaboré, presque debussyste par moments. Le troisième se rapproche de l'ambiance délirante du Night Club d'Adam Zero; cependant, la densité de l'écriture, sa violence deviennent à la fin un peu creuses et assez saoulantes, ça cogne beaucoup pour pas grand chose. Mais comme c'est court (21 minutes au total), on ne regrette rien.

Quant au concerto pour deux pianos, il est très condensé (12 minutes) et se divise en trois mouvements où le jazz joue encore une fois un rôle prépondérant. Très cuivrée, la première section rappelle le piano percussif de Prokofiev; curieusement, la partie centrale est très différente: douce et mystérieuse, elle comporte des harmonies orientalisantes incongrues mais très chouettes. La fin revient à l'agitation chérographique du début, qui convient très bien à la photo du disque.

Très intéressant ce compositeur!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 24 Juin 2008 - 21:57

dès la première écoute, ce concerto pour piano me plait beaucoup: une oeuvre d'importance, plus que la symphonie concertante de Walton qui demeure une oeuvre mineure, autant que le deuxième concerto de Rawsthorne, une oeuvre de maturité sans aucun doute. Effectivement l'influence romantique est évidente, le côté rhapsodique de "danse russe" également.
Dès le début, on ne sait pas très bien où on est, on va de surprises en surprises, le piano martèle le theme avec des sextuplets d'accords frappés, les oppositions entre l'aspect percussif, la gentille mélodie straussienne lyrique et espiègle est très amusant. La palette des émotions est très large; il y a bien aussi quelques échos de jazz, variations syncopés qui rappellent Gershwin, mais avec une maîtrise de l'orchestre et une virtuosité d'écriture bien supérieure. Des rappels d'Alwyn, quelques développement mystérieux, qui ne s'éloignent que brièvement d'un ton finalement assez jovial même lorsqu'il se teinte de mélancolie; ça me rappelle aussi le concerto sans doute plus tardif de Rudolf Ganz.
Le finale est très réussi, une sorte de course folle semée de dissonnances piquantes.
Une seule envie, recommencer immédiatement: ce que je fais d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9400
Age : 56
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 24 Juin 2008 - 22:51

Bliss a écrit combien de concerto pour piano? Ici sur cette pochette on peut penser qu'il n'y en a qu'un, j'ai pourtant un enregistrement qui indique concerto n°2 (avec Solomon au piano si mon neurone me renseigne bien).

Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
avatar

Nombre de messages : 14250
Age : 55
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mer 25 Juin 2008 - 15:34

Jaky a écrit:
Bliss a écrit combien de concerto pour piano? Ici sur cette pochette on peut penser qu'il n'y en a qu'un, j'ai pourtant un enregistrement qui indique concerto n°2 (avec Solomon au piano si mon neurone me renseigne bien).

Shocked

Non, c'est le même concerto (B flat). Le CD Solomon (direction Boult) est couplé avec le concerto de Scriabin et la Fantaisie hongroise de Liszt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5456
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mer 22 Juin 2011 - 12:41

Concerto pour violoncelle (1970)

Composé pour Rostropovitch. Ca aurait été écrit dans les années 20 qu'on ne verrait pas la différence. Quand on pense que les concertos de Dutilleux et Lutoslawski datent de la même année... Il y a comme un monde qui les sépare.

Cela mis à part, c'est bien fait à défaut d'être très mémorable. Un premier mouvement au flot décidé et vigoureux qui s'interrompt quelques fois pour des passages flottants en chromatismes, un deuxième mouvement joli comme il faut et un troisième qui commence par des percussions frénétiques, seule vraie surprise de l'oeuvre, auxquelles le soliste emboite le pas pour une danse nerveuse. Sympa.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mer 22 Juin 2011 - 12:55

Jaky a écrit:
Bliss a écrit combien de concerto pour piano? Ici sur cette pochette on peut penser qu'il n'y en a qu'un, j'ai pourtant un enregistrement qui indique concerto n°2 (avec Solomon au piano si mon neurone me renseigne bien).

Shocked
Le numéro s'explique peut-être par l'existence du concerto pour deux pianos.
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21651
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Dim 6 Oct 2013 - 21:05

Morning Heroes  -symphonie pour orateur, choeur et orchestre




Spoiler:
 

Arthur Bliss survécut à la première Guerre mondiale mais y perdit un frère et tant de compagnons d'armes, auxquels il dédia sa symphonie-cantate Morning Heroes achevée en 1930. Hanté pendant dix ans par les cauchemars de l'horreur des tranchées, cette oeuvre put agir comme une catharsis.
« Chacune de ses cinq parties décrit un aspect de la guerre commun à tous les âges et toutes les époques » précise-t-il dans son autobiographie.
Un orateur et un choeur chantent des textes tirés de l'Iliade (Adieu d'Hector à Andromaque sur les remparts de Troie, Achille s'armant pour venger Patrocle), de Li-Tai-Po, de Walt Whitman, Wilfred Owen et Robert Nichols.
Les moments de recueillement (3° mouvement, où l'émotion d'une jeune fille abandonnée donne suite aux pensées amères d'une jeune soldat loin de chez lui) alternent avec des pages pugnaces, vigoureusement orchestrées (le 4° mouvement).
Le compositeur a su emprunter à des mots et des scènes de l'histoire ancienne, aussi bien que contemporaine (le 5° mouvement évoque la Bataille de la Somme, et se termine dans un sentiment élégiaque et auroral qui donne son titre à la partition) pour offrir une oeuvre particulièrement forte et inspirée.

On peut regretter que la discographie soit aussi mince. On dispose heureusement de l'excellent enregistrement dirigé par Charles Groves, qui a tant fait pour la musique britannique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5009
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 11 Mar 2014 - 11:33

Golisande a écrit:
De Bliss, je ne connais que la Colour Symphony (pas une révélation, mais il faut que je réécoute ; j'avais préféré Red). Que me conseillerais-tu en priorité (de préférence pour orchestre, cf. message précédent) ?

DavidLeMarrec a écrit:
Dommage, c'est la musique de chambre qui est exceptionnelle : tous les quatuors, le quintette avec clarinette...

Côté orchestre, le meilleur, c'est précisément la Colour Symphony... pas le chef-d'œuvre des chefs-d'œuvre, mais quel charme fou. Ça ne vaut probablement pas tout à fait, techniquement parlant, Mid of the Night ou Enter Spring, mais c'est plus personnel, plus élégant, plus versé dans les demi-teintes. (Je n'en entends pas du tout les couleurs, au passage. Mr. Green )

Golisande a écrit:
Mais j'y viendrai, à la musique de chambre Very Happy (Bax + Bliss, donc) ; il se trouve seulement que je suis un animal assez lent et exclusif : je n'ai écouté que de l'opéra (pour ne pas dire du Wagner) pendant trois ans, et maintenant j'écoute de l'orchestre (et j'avoue que les Anglais m'emballent assez dans ce domaine)... J'ai déjà eu des périodes Musique de chambre (Schubert, Brahms, Chausson, Ravel surtout), mais il y a un bon bail...

Mélomaniac a écrit:
Golisande a écrit:

De Bliss, je ne connais que la Colour Symphony (pas une révélation, mais il faut que je réécoute ; j'avais préféré Red). Que me conseillerais-tu en priorité (de préférence pour orchestre, cf. message précédent) ?



Surprised La cantate Morning Heroes !

Pour orchestre seul : la musique de film pour Things to come, ou de ballet (Miracle in the Gorbals).

Plus significatif : le tardif Concerto pour violoncelle, ou la superbe Music for strings (les Anglais ont toujours excellé dans ce genre depuis les consorts de violes à la Renaissance).


DavidLeMarrec a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Surprised La cantate Morning Heroes !
Juste après que je vante le goût équilibré et supérieur de Bliss. Merci Mélomaniac ! carton rouge

Mélomaniac a écrit:
Surprised Arrête de troller, tu pourrais détourner Golisande de ce chef d'oeuvre !

En matière de mauvais goût, que dirais-tu alors de Welcome to  the Queen ou Ceremonial Prelude ? Même moi j'admets que là c'est too much... hehe

Golisande a écrit:
Donc, pour faire la synthèse entre vous deux, j'en reste à Colour Symphony ? Mr.Red (En plus c'est beaucoup plus facile à trouver)

Mélomaniac a écrit:
Confused Ca valait bien la peine que je me fende de quelques conseils bienveillants...

Sad Franchement... Comme si le goût de david valait le mien...

DavidLeMarrec a écrit:
Non, non, c'est très bien Morning Heroes, avec des moments franchement pompiers, et d'autres plus audacieux, assez étranges. Il faut juste faire le tri.

Je plaisantais, parce que ça va totalement à rebours du Bliss esthète que je te décrivais. À côté, les plus grosses machines de RVW font figure d'agréables maquettes.

Golisande a écrit:
Bon d'accord, Melo, si tu le prends comme ça  kiss : pourrais-tu me conseiller une ou deux versions prioritaires ?

Golisande a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
À côté, les plus grosses machines de RVW font figure d'agréables maquettes.

affraid Même la Sea Symphony ?

DavidLeMarrec a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Comme si le goût de david valait le mien...
Ce qui est rassurant, c'est que Cololi aurait pu écrire ça.

Golisande a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
À côté, les plus grosses machines de RVW font figure d'agréables maquettes.

affraid Même la Sea Symphony ?
En comparaison avec l'attirail et le ton de la symphonie-oratorio de Bliss, la Sea Symphony est la petite sœur des Songs of Travel.

Golisande a écrit:
Ah. Je n'imagine pas trop, en fait (déjà que la Sea symphony m'a souvent fait penser à la 8e de Mahler)...

Mélomaniac a écrit:
Confused Humm, je m'aperçois que les albums que j'allais recommander ont déserté le catalogue.

Je n'ai jamais entendu ces trois disques, mais sous réserve de leur qualité interprétative ces programmes sont intéressants :


=> celui-là qui regroupe le Concerto pour violoncelle et la Music for strings

http://www.amazon.fr/Concerto-pour-violoncelle-Arthur-Bliss/dp/B00000147T


=> Celui-là avec Miracle in the Gorbals, Things to come. Le bien-nommé Discourse est plus rhétorique mais se laisse écouter :

http://www.amazon.fr/Miracle-Gorbals-Bliss-Arthur/dp/B00000IX6N


=> Je connais des extraits de Christopher Columbus, sympa. Ici dirigé par un bon chef (Adriano) qui se spécialise dans les répertoires rares et les musiques de film :  

http://www.amazon.fr/Christopher-Columbus-Arthur-Bliss/dp/B002QEXBYU


=> Pour Morning Heroes, j'ai cette très bonne version, cependant couplée avec un War Requiem pas très exaltant :

http://www.amazon.fr/Britten-Requiem-Bliss-Morning-Heroes/dp/B000XNLQRU



DavidLeMarrec a écrit:
Golisande a écrit:
Ah. Je n'imagine pas trop, en fait (déjà que la Sea symphony m'a souvent fait penser à la 8e de Mahler)...
Si tu veux, c'est un peu la Huitième de Mahler avec le style discontinu et sentencieux du War Requiem. Très particulier.

Il y a des sections que je trouve presque grotesques, et d'autres très personnelles et audacieuses. À écouter de toute façon.

DavidLeMarrec a écrit:
Mélomaniac a écrit:
=> Pour Morning Heroes, j'ai cette très bonne version, cepedant couplée avec un War Requiem pas très exaltant :

http://www.amazon.fr/Britten-Requiem-Bliss-Morning-Heroes/dp/B000XNLQRU
Oui, bonne version. Mais celle du War Requiem est très bien aussi, même s'il y a plus engagé.

Golisande a écrit:
Bon, c'est parti pour Groves (je me fous du Britten de Rattle, ça m'embête seulement un peu de lui avoir donné des sous...).

Eh beh les amis, c'est pas tous les jours que je ferai ce genre de choses, mais là je suis intrigué... (Au fait je réécoute la Colour Symphony, là, et Purple ne me dit pas plus que ça - même si c'est toujours anglais donc sympathique).

WoO a écrit:
Golisande a écrit:
Donc, pour faire la synthèse entre vous deux, j'en reste à Colour Symphony ? Mr.Red (En plus c'est beaucoup plus facile à trouver)

Oui, sans oublier la pastorale "Lie strewn the white flocks" (la version dirigée par Wyn Morris est envoûtante, elle surclasse largement Hickox)
Spoiler:
 

Tous les Bridge de Hickox ont été réunis en boîte "économique" (en argent et en place sur les rayonnages, si j'avais su !  Mad ), ça vaut vraiment le coup !

Golisande a écrit:
WoO a écrit:
sans oublier la pastorale "Lie strewn the white flocks" (la version dirigée par Wyn Morris est envoûtante, elle surclasse largement Hickox)
Spoiler:
 

Trop cher pour moi...  Sad  Assez de bêtises comme ça pour aujourd'hui....  Mad

calbo a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Surprised Arrête de troller, tu pourrais détourner Golisande de ce chef d'oeuvre !

En matière de mauvais goût, que dirais-tu alors de Welcome to  the Queen ou Ceremonial Prelude ? Même moi j'admets que là c'est too much... hehe

Mais David est le champion du trollage hehe. En fait il nous bat tous à ce jeu là siffle

Mélomaniac a écrit:
DavidLeMarrec, aujourd'hui, a écrit:

Mélomaniac a écrit:

Surprised La cantate Morning Heroes !


Juste après que je vante le goût équilibré et supérieur de Bliss. Merci Mélomaniac ! carton rouge



Twisted Evil Pour couper court à toute mauvaise foi :

DavidLeMarrec, in playlist le 15 décembre 2013, a écrit:

=> Bliss - Morning Heroes - Groves  Very Happy



siffle


Golisande a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
(Je n'en entends pas du tout les couleurs, au passage. Mr. Green)

Moi non plus...  Neutral

Mélomaniac a écrit:
Smile Faut être synesthésiste...

Ou avoir de l'imagination.

malko a écrit:
Ses" orchestral songs"  entre lied et musicals, sont très séduisants.

Golisande a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Smile Faut être synesthésiste...

Ou avoir de l'imagination.

Euh, je voulais dire que je n'entends pas les couleurs des titres ; ça marche déjà beaucoup mieux avec les deux Barbe-Bleue, et avec Aura de Miles Davis...
(Et en même temps je ne trouve pas non plus cette symphonie très colorée tout court...)

Bon, la nuit ayant réinitialisé le compteur de ma conscience, je viens donc de m'offrir (fort inconsidérément) ceci :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 11 Mar 2014 - 11:43

... avec une bonne version des deux quintettes ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5009
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 11 Mar 2014 - 11:46

D'une pierre (au moins) trois coups, donc ! Very Happy bounce 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 11 Mar 2014 - 11:49

Il n'y a pas vraiment de gras dans le catalogue disponible de Bliss de toute façon... Même le Concerto pour violoncelle, plus « gentil » que le reste, est très sympa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5009
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 11 Mar 2014 - 21:25

Je n'aime pas tellement Lie strewn the white flocks, surtout à cause du chœur qui m'agace pas mal (j'ai assez peur pour Morning heroes...).  Confused
En revanche j'apprécie de plus en plus le 2e mvt de la Colour symphony (sans que le rouge me saute davantage aux oreilles); les autres mouvement ne m'emballent toujours pas, en particulier le 4 : cette musique me semble globalement moins poignante, sensuelle et hédoniste que Bax (même la 6e Symphonie), Bridge ou Vaughan Williams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5009
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 11 Mar 2014 - 21:37

Je commence l'écoute du Clarinet Quintet, et c'est effectivement très beau : débarrassée de l'enrobage orchestral le langage harmonique apparaît à la fois plus audacieux et plus directement émouvant...
En outre, ça ne me rappelle pas grand-chose de connu (Debussy de temps à autre, mais assez rarement : c'est globalement bien plus dynamique, voire vigoureux, sans la moindre trace d'agressivité).

...

Le mouvement lent est ce qui me touche le moins jusqu'à présent : j'aurais aimé un peu plus de calme contemplatif, mais j'ai l'impression que cette musique a du mal à se poser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14115
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 11 Mar 2014 - 21:57

Golisande a écrit:
Je n'aime pas tellement Lie strewn the white flocks, surtout à cause du chœur qui m'agace pas mal (j'ai assez peur pour Morning heroes...).  Confused

A tout bien regarder le choeur n'est pas si important que ça : la flûte (la sarabande de Pan  drunken ), le chant solo (le chant du ramier  I love you ), l'orchestre... c'est une oeuvre très complète. Comme évocation de l'Antiquité païenne fantasmée, je ne connais pas mieux ; passées les 5 premières minutes on est vraiment transporté ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5009
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mar 11 Mar 2014 - 23:02

Je réessaierai, mais (un peu) dans le même genre je crois que je suis plus sensible à la Sea Symphony de VW, malgré l'excédent glucidique et lipidique de cette œuvre.

Là j'écoute Music for strings : il y a de très beaux moments, mais j'ai l'impression que la personnalité musicale de Bliss est moins marquée par sa nationalité (et peut-être moins singulière) que celle de ses compatriotes - surtout Bax et VW -, que sa musique se situe davantage dans le grand bain "mainstream" de son époque — or je suis particulièrement sensible au post-[...]isme décalé, au côté presque un peu candide des Anglais perdus sur leur île dans ces dures années 1920 et 30... Là ça me manque un peu Mr.Red , ce que j'entends pourrait presque venir de n'importe où...

Bon, cela dit je préfère infiniment ça à ce que j'ai entendu de Bantock.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5009
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Mer 12 Mar 2014 - 0:16

Le Prologue de la musique du film Things to come est peut-être ce qui me réjouit le plus jusqu'à présent : là on a un orchestre post-impressionniste chatoyant, une harmonie à la fois modale et très modulante, une ambiance assez prenante ; hélas cette pièce dure 2'37 et les autres ne sont pas autant à mon goût (pas mal de marches sautillantes et/ou pompières, The world in ruins qui ressemble à du sous-Bartók, globalement beaucoup de cuivres et de cymbales et un final en forme de mini-Porte de Kiev assez lourdingue...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5009
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Jeu 13 Mar 2014 - 13:02

Hier j'ai réécouté la Colour Symphony, et ce que je pressentais s'est confirmé : j'aime vraiment beaucoup le scherzo "rouge", c'est même une sorte de coup de foudre... I love you 
Le problème est que les autres mouvements ne suivent pas vraiment : j'aime plutôt bien Purple, Blue est (très) agréable sans plus, et j'ai carrément du mal avec Green... (Et au fait, avec un chouïa d'autosuggestion il m'arrive de sentir les trois premières couleurs (pourtant je n'adore pas le rouge à la base), mais pas du tout la dernière...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Lun 31 Mar 2014 - 0:56

bonsoir et bonne fin de week end
j'écoute cette colour symphony et je trouve cela "colorée"  Very Happy , léger, aérien, ......
en effet j'entends un peu de Elgar le compositeur des Windsor.....beaucoup de cuivres,
sonorité "anglaise" suis-je tenté de dire

watch?v=zi6FdphM7CA
agréable à entendre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5009
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Lun 31 Mar 2014 - 12:20

Oui, c'est décidément très bien, et de mieux en mieux écoute après écoute... Smile 

Il me semble que la musique d'Arthur Bliss, malgré son langage archi-consonant et néo-tout ce qu'on voudra, ne se livre pas facilement : pour moi en tout cas cet univers n'est pas du tout évident à appréhender — contrairement à ceux de Bax ou Bridge à la séduction beaucoup plus immédiate (ce qui n'implique pas qu'ils soient moins riche, certainement pas pour Bax en tout cas) — sans parler de Delius...
Cela tient à mon avis à une forme particulière de pudeur, qui est peut-être son côté le plus "moderne" (le frein qui l'empêche d'être un romantique attardé en se livrant totalement)... De tout ce que j'ai écouté, c'est paradoxalement dans le scherzo de la Colour Symphony qu'il s'épanche le plus : la joie exubérante de ce mouvement - et particulièrement le retour obsédant du thème ascendant récurrent - possède un côté ultra-lyrique éperdu teinté d'une nuance presque ambiguë, à la limite de la nostalgie (un rouge de soleil couchant ?), d'où l'engouement immédiat du grand sentimental que je suis pour ce morceau que j'écoute présentement pour la seconde fois d'affilée... albino
Les autres mouvement de la Colour Symphony, comme les autres œuvres de Bliss que j'ai écoutées, m'ont moins immédiatement parlé (surtout Green auquel je n'accroche toujours pas), mais plus ça va plus cette espèce de douceur pudique subtilement mélancolique - effectivement très très anglaise - me semble omniprésente chez lui.
Après, je n'en demeure pas moins beaucoup plus réceptif à Bax...
... Et même à Nielsen (ma playlist ayant décidé d'enchaîner sur le final de l'Inextinguible...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21651
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   Sam 1 Avr 2017 - 0:06

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Arthur Bliss (1891-1975) :

Concerto pour violon

= Alfredo Campoli, violon ; Arthur Bliss, Orchestre philharmonique de Londres

(Decca, novembre 1955)

Smile  Un concerto intensément narratif (parfois bavard), où l'omniprésent soliste invente mille péripéties dans l'Allegro, quitte à ce que le sens de l'histoire nous échappe souvent.
Ambiances très étranges dans le scherzo (dont un extrait figurait dans mon BT n°8 ), où des danses cocasses vibrionnent dans une fantasmagorie entre chiens et loups.
Passionnant Andante en guise de dernière partie, sorte de ballade où le violon n'a de cesse de remodeler les paysages.
Interprétation de première main, superbe prise de son.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arthur Bliss (1891-1975)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arthur Bliss (1891-1975)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arthur Bliss (1891-1975)
» Arthur Bliss (1891-1975)
» Antigone d'Arthur Honegger
» Arthur Honegger (1892-1955) Hors orchestre
» Arthur, Merlin, la table ronde, etc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: