Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Opéras de Philip Glass

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 21:36

Je sens que je vais me faire des amis en lançant ce sujet. Very Happy

Sans vouloir relancer la guerre qui a déjà eu lieu dans un autre fil (que j’avoue n’avoir pas eu la force de lire intégralement), même si je me doute bien que je peux m’attendre à certaines réactions, je voudrais centrer ce fil, comme son titre l’indique, sur la production opératique de Glass. D’une part, c’est dans celle-ci que se trouvent à mon avis les œuvres qui auront le plus de chance de séduire les réfractaires, et notamment du fait que la nature même du genre atténue le risque des pénibles redites stylistiques auxquelles Glass se livre, hélas, régulièrement. D’autre part, rares me semblent être les compositeurs contemporains aussi productifs dans ce domaine. Vous me direz peut-être qu’il s’agit d’une conséquence de sa manie de “composer au kilomètre”, en réutilisant sans fin un nombre limité de procédés... peut-être, mais même en admettant que tel soit le cas, raison de plus pour se pencher de plus près sur cette production et y démêler le bon grain de l’ivraie. En guise d’entrée en matière, je me propose de présenter les œuvres que je connais au sein d’un classement dont j’assume l’entière subjectivité:

Mon opéra préféré:


Akhnaten (1984): choix qui n’a rien de révolutionnaire sans doute, c’est une œuvre que même les anti-Glass acharnés apprécient généralement! Dans mon cas il s’agit de l’opéra qui, avec Glassworks dans le registre chambriste, m’a fait découvrir ce compositeur, il y a une bonne dizaine d’années. Quand on a été initié à sa musique par le Prélude d’Akhnaten, il est à mon avis impossible de renier complètement Glass par la suite, quoiqu’il fasse! (Accessoirement, la comparaison dudit prélude dans l’enregistrement intégral de l’opéra par Dennis Russel Davies à la tête du Stuttgart State Opera Orchestra, et tel que donné en complément du Concerto pour violon par l’Ulster Orchestra sous la direction de Takuo Yuasa chez Naxos, permet bien de se rendre compte que, comme celle de n’importe quel compositeur, la musique de Glass peut sensiblement varier d’un interprète à l’autre et n’est donc pas purement “mécanique”.)
Le duo Akhénaton/Nefertiti de la dernière scène de l’acte I, «The Window of Appearances», me donne littéralement des frissons à chaque fois (mention spéciale au contre-ténor Paul Esswood dans le rôle-titre). C’est peut-être bien le sommet de l’œuvre, son point le plus brillant en tout cas: neuf minutes de grandiose... un peu comme si –interprétation personnelle– Glass voulait signifier par là que c’est au moment de son couronnement que le règne du nouveau pharaon touche en quelque sorte à sa plus grande splendeur, avant que les choses ne se gâtent irrémédiablement dès l’instauration du nouveau régime politique et religieux. L’hymne à Aton de la fin de l’acte II, qui répond en quelque sorte à cette scène, se fait ainsi moins “lyrique”, quoiqu’également assez impressionnant, dans un autre registre, plus hiératique. Quant à l’acte III, qu’en dire?... Son début dissonant annonçant les ennuis à venir, l’accumulation des lettres arrivant porteuses d’annonces de défaites militaires et de révoltes, la soudaine dramatisation épique de l’attaque et la chute de la famille royale, le final confié au guide touristique moderne qui fait visiter les ruines de la ville, cet épilogue orchestral où les thèmes musicaux se dissolvent petit à petit en même temps que les personnages désormais fantomatiques... si tout ça ce n’est pas du grand opéra, je ne sais pas ce que c’est.
Bref, Akhnaten, symbiose réussie de tradition et d’avant-garde, est pour moi une des grandes dates de l’opéra du XXe siècle et il a sa place réservée dans la liste de mes opéras préférés toutes époques confondues, voilà, c’est dit!


Dernière édition par Octavian le Lun 26 Mai 2008 - 21:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 21:36

Les autres opéras, par tentative d’ordre “décroissant” d’attachement de ma part:


Monsters of Grace (1997): j’ai un peu du mal à voir dans cette œuvre un opéra à proprement parler, mais acceptons la dénomination... Corollaire sans doute de l’absence de livret au sens classique du terme, la dramatisation est nettement moins forte que dans Akhnaten, et je comprends ce que veut dire JérômeParadoxePerdu dans le fil susmentionné, quand il parle d’un
Citation :
CD parfait à passer en fonds pendant qu'on travaille ou qu'on est tranquille à la maison
qui lui plait mais
Citation :
ne semble pas contenir de passages réellement sublimes,de passages qui émeuvent jusqu'aux larmes, qui provoquent des sentiments d'exaltation.
(C’est vrai qu’on imagine pas une telle description pour Akhnaten!) Mais l’œuvre comporte néanmoins de très beaux passages. L’ajout, sans doute pour “cadrer” avec les textes de Djalal Od-Din Rumi utilisés, de sonorités et d’instruments orientaux (du moins je le suppose, ils ne sont pas mentionnés dans le livret?...) pare très agréablement les sonorités souvent un peu trop “électroniques” du Philip Glass Ensemble, et le caractère “répétitif” de la musique est ici en parfaite adéquation avec l’aspect méditatif des écrits du poètes et mystique soufi (cf. notamment «Where everything is music», «Don’t go back to sleep», «An artist comes to paint you»). Sorti récemment –dix ans après sa création– et acquis par moi il y a quelques semaines, Monster of Grace semble bien prendre la direction de la liste des disques de Glass que je réécoute avec le plus de régularité et de plaisir (alors que soyons honnête, il y en a que je n’ai jamais réussi à écouter intégralement...).


The Witches of Venice (1995): une sorte d’opéra pour enfants (et après tout pourquoi pas? c’est aussi le cas du Hänsel und Gretel d’Humperdinck), qui se révèle un vrai petit bijou. Chaque écoute semble me le faire réévaluer à la hausse: après une première écoute je l’aurais placé dans ma liste en-dessous de Satyagraha, je le remonte jusqu’ici à présent et je me dis qu’il n’est pas impossible qu’il ne surclasse Monsters of Grace si je refaisais cette liste d’ici quelques temps! Les sonorités électroniques du PGE (je suppose que c’est lui, là encore les informations fournies sont lacunaires) ne sont ici pas du tout un problème, le livret de Beni Montresor est enchanteur, et n’est pas exempt de profondeur sous la surface un peu attendue d’un discours sur la tolérance, Glass varie ses effets sans se laisser aller à ses “redites” –il y a même des passages presque jazz (The Witches Rush In)–, le résultat est assez souvent jubilatoire («Sono arrivati i filosofi...», «Ah! Ah! Ah! Che meraviglia...»), non dénué de grâce («Tutti corrano...»), et on ne voit pas le temps passer. Je reviens décidément à ma comparaison avec Humperdinck: les deux œuvres me semblent assez proches de bien des points de vue, et si vous aimez l’une, il se pourrait que vous aimiez aussi l’autre! Oui, ceci était bien un message subliminal à l’attention de certains modérateurs et membres de ce forum Wink


Satyagraha (1980): j’y vois un opéra “de transition” dans le triptyque des opéras-portraits, entre Einstein on the Beach et Akhnaten, avec tout ce que cela implique d’inabouti. Glass s’essaye à la composition pour orchestre symphonique, et celui-ci sonne parfois encore, un peu bizarrement, comme un orchestre électronique, un peu “plat”, sans atteindre la plupart du temps à la splendeur et à la profondeur qui caractériseront Akhnaten. Nombre d’airs sont néanmoins magnifiques, mais impossibles à suivre en détail pour moi du fait de l’utilisation de la langue sanskrite, ce qui n’est pas arrangé par l’organisation générale d’un livret auquel je dois bien dire que je ne comprends rien, qui utilise le texte du Bhagavad-Gita pour “raconter” la vie de Gandhi (voir l’opéra m’aiderait peut-être, mais il paraît que le DVD est calamiteux)... Tout cela fait que j’ai beaucoup, beaucoup, vraiment beaucoup de mal à écouter cet opéra dans toute sa longueur. Sad


Les Enfants terribles / Children of the Game (1996): dernier-né d’un triptyque inspiré des œuvres de Jean Cocteau, après un Orphée non-disponible au disque et La Belle et la Bête qui suit dans la présente liste. Opéra-ballet de chambre, écrit pour trois pianos et quatre chanteurs, Les Enfants terribles est une œuvre assez facile d’accès, mais qui sur la longueur peine un peu à ne pas, en retour, se transformer en quelque chose de trop neutre, anecdotique, musicalement, par rapport à la force et au charme vénéneux du roman de Cocteau. L’équilibre bien tenu au début n’est pas soutenu et le résultat devient malheureusement à terme un peu ennuyeux, dans les deux sens du terme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 21:36


La Belle et la Bête (1994): Glass aime Cocteau, moi aussi, ça tombe... bien ou mal? là est toute la question! J’ai été désarçonné par ce disque quand je l’ai acheté, et je l’ai cordialement détesté, tant du fait des sonorités très électroniques du PGE (en dépit, ici, de l’adjonction d’autres musiciens), que du traitement des “airs” –si l’on peut seulement les appeler ainsi– qui résulte de la volonté que les paroles chantées collent parfaitement aux paroles “parlées” du film de Cocteau de façon à ce que celui-ci puisse être projeté en simultanéité avec la représentation. Avec le temps, je réévalue pourtant cette œuvre à la hausse (mais il est vrai qu’elle revient de loin...). Le traitement des voix me semble à rapprocher de la tradition du Sprechgesang, avec tout de même plusieurs passages réellement séduisants mélodiquement («Certaines forces lui obéissent...»), et musicalement Glass fait preuve d’une vraie aptitude à créer certains climats. Certains personnages s’en sortent toutefois moins bien que d’autres, et leur interprète n’aide pas à les sauver (cf. Ludovic / Zheng Zhou). Quant au “livret”, il est bien entendu génial, mais vous me direz qu’on peut très bien se contenter, pour en profiter, de regarder tout simplement le film de Cocteau... Ce n’est pas faux!


the CIVILS warS: Act V, the Rome section (1984): un livret incompréhensible, fruit des élucubrations de Robert Wilson, pour un “cinquième acte” d’un peu plus d’une heure et quart (à l’enregistrement, mais le site officiel de Glass annonce une durée de deux heures: autre mystère!) d’une œuvre dont la composition musicale fut confiée à plusieurs compositeurs, dont certains, si j’ai bien compris, n’achevèrent jamais leur part. La section “romaine” (dont la page Wikipedia anglophone consacrée à l’ensemble laisse présager qu’elle est bien représentative de celui-ci) est ainsi décrite, toujours sur le même site:
Citation :
Part of Robert Wilson's multi-composer epic for the Olympic Games of 1984, the Rome Section of "the CIVIL warS" is a unit all its own, non-narrative, and portrays the future, the present, the past (both near and distant), and the legendary - all existing simultaneously. The opera is symbolic, metephysical, realistic, metaphomical, and its stage ranges from ancient Athens to the spaceship-filled future of the human race.
(sic). Bref, c’est le foutoir, on croise la Terre-Mère, Garibaldi, Abraham Lincoln, sa femme et le général Lee, et pour finir Hercule et Alcmène... Et musicalement? Bof... Côté orchestre, Glass réutilise assez massivement certains de ses procédés habituels, mais sans la force qu’il parvenait à leur faire acquérir à la même époque dans Akhnaten. Côté voix, il semble hésiter entre cette option et s’essayer aux arias d’une forme d’opéra plus conventionnel, mais le résultat n’est pas... toujours totalement convainquant. Dennis Russel Davies dirige ici l’American Composers Orchestra d’une main qu’on sent bien lasse, loin, à mon avis, de l’engagement d’Akhnaten (encore) ou de la Symphonie n°5, comme si lui-même n’y croyait guère. Pas totalement déplaisant à mettre en fond sonore si l’on n’est pas allergique à Glass, mais ça ne va pas plus loin.

Hors catégorie:


Einstein on the Beach (1976): nous sommes clairement là en présence d’une œuvre qui a fait date à sa création lors du Festival d’Avignon, une œuvre avant-gardiste, radicale, hors norme, et à peu près impossible à juger selon les critères traditionnels en matière de musique. Inclassable et que je n’ai donc pas classée dans le reste de ma présentation. Le bout d’une impasse magnifique ou insupportable, selon le point de vue: il est évident pour tout le monde, et pour lui-même au premier chef, que Glass ne pouvait guère aller plus loin dans cette voie... Une durée de cinq heures sans interruption (mais avec possibilité pour les spectateurs d’entrer et de sortir à leur guise), la récitation de textes plus ou moins absurdes, ou composés de nombres scandés, et une “musique” minimaliste –pour le coup l’étiquette s’impose– réduite à l’essence des procédés répétitifs dans toute leur orthodoxie. Mais est-ce écoutable? Eh bien, tout autant, ou pas plus, au choix, aujourd’hui qu’il y a un peu plus de trois décennies de cela... ce qui ravira les uns et confirmera les autres dans leur aversion. Quant à moi je balance entre la fascination que fait naître en moi certains passages et l’abdication devant certains autres inécoutables pour moi.

Accessoirement, il s’agit à ce jour du seul opéra de Glass dont existent deux enregistrements distincts, quoique tous deux dirigés par le même Michael Riesman (le reste de la distribution semble d’ailleurs être lui aussi globalement identique): un enregistrement “historique” réalisé au lendemain de la création –celui que je possède et qui est désormais réédité sous couverture verte dans la collection ‘Philip Glass Edition’ de Sony– et un autre à vingt ans de distance. Aucun des deux, apparemment, ne restitue dans son intégralité la partition de la création: les quatre disques de l’enregistrement de 1976 –un pour chaque acte– totalisent une durée d’environ deux heures et demi (que je n’ai jamais réussi à écouter d’une traite...), l’enregistrement de 1996 fait un disque de moins mais cela ne semble pas seulement procéder d’une organisation plus resserrée des pistes car les durées de celles-ci semble très différente de celles de 76. Si jamais un auditeur fou qui aurait comparé les deux versions passe par là, je serais assez curieux d’en savoir un peu plus sur les différences entre les deux enregistrements...

Les opéras que je ne connais pas:

The Voyage (1992): un opéra dont j’ai longtemps attendu la sortie au disque avec impatience et que j’hésite à présent à acquérir maintenant qu’il est disponible. Les quelques (courts) extraits que j’ai pu en écouter me font redouter que nous ayons là un Glass assurant le minimum syndical et recyclant sans âme ses habitudes. Là encore, si quelqu’un et peut m’en parler un peu plus...

...et enfin tous ceux qui n’ont jamais été enregistrés! Parmi ceux-ci, j’ai entendu dire pas mal de bien de White Raven (1991) et je crois me souvenir que la création en Allemagne de Waiting for the Barbarians (2005) avait été fort bien accueillie. D’ailleurs, il semble qu’une sortie au disque soit prévue du côté de chez Orange Mountain?... Sinon, l’Opéra de Lyon montera en janvier In the Penal Colony (2000), d’après Kafka, et comme si tout va bien pour moi je compte emménager là-bas à peu près à la même époque, je compte bien en profiter. Je suis preneur de tout avis, impression, information... et concernant les plus hostiles à Glass: ne me lynchez pas trop vite, pitié! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 21:37

Oh, Vartan !

Rolling Eyes

A part ça, merci pour ce fil, très intéressant. Mais vu ce que j'ai entendu de ce compositeur, je doute que l'esthétique me plaise. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 21:43

C'est vrai que c'est loin de l'opéra italien du XIXe... Quoique je pense quand même que tu pourrais avoir une bonne surprise avec le premier de ma liste (je le nomme plus on va croire que je fais une fixette). Pour le reste, en effet, ça risque d'être plus problématique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 21:48

ah oui, c'est osé de lancer ce fil, je pense que tu n'auras pas beaucoup de réponses, arsen peut-être viendra faire un tour par ici.
Akhnaten est aussi celui que je préfère parmi les opéras de Glass, mais je suis loin de tous les avoir entendus. Il n'y a qu'Einstein on the beach dont j'écoute de temps en temps des extraits, alors qu'Akhnaten peut très bien meubler la soirée en entier par son audition intégrale.
Je trouve toujours qu'il y a un talent certain dans la scène des funérailles, un mélange de fureur hypnotique et de danse délicate (il y a quelque chose du finale de la 1ère partie du Sacre dans ce passage) qui donne envie de se lever et de participer à l'action.

Merci beaucoup pour cette revue des troupes, qui permettra peut-être d'y voir un peu plus clair. Les collaborations de Glass pour les livrets sont en tout cas intéressantes. Beni Montrésor fut le costumier du Met dans les années 60-70, un personnage aussi rigolo que son pseudonyme le laisse supposer.
Evidemment j'ai la même ambivalence que celle que tu exprimes vis-à-vis de l'utilisation de Cocteau, je pense aussi qu'il y avait plus intéressant que de s'attaquer directement au plus connu et que sans doute Le Testament d'Orphée aurait fourni un meilleur terrain d'essai.
Le projet Civil Wars parait particulièrement intéressant en raison de ce qui s'y profile (je pense au rapport avec The Valis System et l'opéra électro de Todd Machover qui en dérive V.A.L.I.S.). Laurie Anderson ne faisait-elle pas partie des compositeurs sollicités?
Revenir en haut Aller en bas
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:08

sud273 a écrit:
Le projet Civil Wars parait particulièrement intéressant en raison de ce qui s'y profile (je pense au rapport avec The Valis System et l'opéra électro de Todd Machover qui en dérive V.A.L.I.S.). Laurie Anderson ne faisait-elle pas partie des compositeurs sollicités?
La page Wikipedia que j'ai brièvement évoqué cite, outre Glass, "David Byrne, Gavin Bryars and others" (sic). Apparemment il y a au moins une, voire plusieurs section(s) pour laquelle/lesquelles ils n'ont pas d'information. Et je n'ai pas réussi à retrouver ce projet sur le site de Bob Wilson himself.


Dernière édition par Octavian le Lun 26 Mai 2008 - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:09

Octavian a écrit:
C'est vrai que c'est loin de l'opéra italien du XIXe... Quoique je pense quand même que tu pourrais avoir une bonne surprise avec le premier de ma liste (je le nomme plus on va croire que je fais une fixette). Pour le reste, en effet, ça risque d'être plus problématique...

Je tenterais un de ces quatre. Mais j'ai vraiment du mal avec l'opéra du XXième. Zimmerman, Berg, Messiaen... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:12

Au moins tu ne risques pas de trouver ça trop dissonant. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:13

Xavier a écrit:
Au moins tu ne risques pas de trouver ça trop dissonant. Laughing

C'est-à-dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:14

Bah Philip Glass c'est souvent des accords parfaits qui s'enchaînent à des accords parfaits.

Elvira a écrit:
Mais j'ai vraiment du mal avec l'opéra du XXième. Zimmerman, Berg, Messiaen... Neutral

Et Prokofiev?

Toi qui aime John Williams, ça pourrait te plaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:15

Il y a plusieurs Prokofiev, non ?

En tout cas, je connais le ballet Roméo et Juliette. J'adore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanlea
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5373
Age : 59
Localisation : Fly me to the moon
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:15

Pierre et le Loup, par exemple, c'est à ta portée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:16

rien à voir avec Berg, Zimmermann etc c'est tout à fait tonal, du point de vue harmonique tu ne seras pas dépaysée du tout, c'est plutôt proche du John Adams du début, ni atonalité ni sérialisme, ni spectralisme.
Il faut évidemment avoir un minimum d'intérêt pour ce qui se répète, ou du moins ce qui ne progresse que par variation infime.


Dernière édition par sud273 le Lun 26 Mai 2008 - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:16

Elvira a écrit:
Il y a plusieurs Prokofiev, non ?

En tout cas, je connais le ballet Roméo et Juliette. J'adore

Il y a un sujet sur ses opéras, jette un oeil. Wink

(désolé pour le HS)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 26
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:17

Bon, allez ce soir je fais Williams, Bernstein et PROKOFIEV. Smile J'y cours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofro
Tonton
avatar

Nombre de messages : 2268
Localisation : LYON
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 22:53

DAPHITLOMARES

Parmi vous, de grâce,
Permettez-moi de pendre GLASS !
Que votre ami d'abord achève sa chanson !
Moi, je vous en promets plusieurs de ma façon !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 23:07

sofro a écrit:

Sofro, c'est à toi que je dois tous les plantages de mon ordinateur ce soir???! Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 23:49

sofro a écrit:
DAPHITLOMARES

Parmi vous, de grâce,
Permettez-moi de pendre GLASS !
Que votre ami d'abord achève sa chanson !
Moi, je vous en promets plusieurs de ma façon !
Excellent ! Laughing

Il me flatte, en plus, l'animal...

Bien, il y a une rosserie quelque part ailleurs, je vais chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Lun 26 Mai 2008 - 23:51

Tu m'excuseras, Octavian, si je ne participe pas trop ; il y a il est vrai peu de compositeurs qui aient beaucoup de commandes, mais je pense que Glass est battu par d'autres, à plates coutures par Rautavaara par exemple.

Mais oui, il faut partie des prolixes.

Tu dis qu'Akhnaten est le meilleur... Peut-être un brin plus original, mais je trouve ça aussi pauvre que le reste.

Tant qu'à faire répétitif et minimal, j'écoute du Feldman. Cool Dommage qu'il n'ait pas fait d'opéra, celui-ci - on aurait bien rigolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 0:21

Merci pour ce bon sujet des plus indécents, Octavian. Tout ce que vous vouliez savoir sur les opéras de Glass sans avoir jamais osé le demander. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 0:22

vartan a écrit:
Merci pour ce bon sujet des plus indécents, Octavian. Tout ce que vous vouliez savoir sur les opéras de Glass sans avoir jamais osé le demander. Embarassed
Maintenant qu'on a découvert pourquoi tu aimais La Belle et la Bête, plus besoin de te cacher... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 0:49

Je vais devoir changer d'avatar pour garder un minimum de crédibilité. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
entropie
Muet ventriloque
avatar

Nombre de messages : 4234
Localisation : cherbourg
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 0:58

vartan a écrit:
Je vais devoir changer d'avatar pour garder un minimum de crédibilité. Confused

Essai celui-ci je te l'ai redimensioné pour que tu puisse l'utiliser directement :






Vous avez remarquez que Xavier ne dis rien sur les HS quand c'est dans un Topic sur Glass ou Boulez ?


Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autourdelatartemoder.forumactif.org
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 1:02

entropie a écrit:

Vous avez remarquez que Xavier ne dis rien sur les HS quand c'est dans un Topic sur Glass ou Boulez ?

Dire ça quelques minutes après que je me soit excusé de mon HS ici-même!! Evil or Very Mad

Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 1:09

Merci Entropie. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
entropie
Muet ventriloque
avatar

Nombre de messages : 4234
Localisation : cherbourg
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 1:12

Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autourdelatartemoder.forumactif.org
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 1:13

entropie a écrit:

Vous avez remarquez que Xavier ne dis rien sur les HS quand c'est dans un Topic sur Glass ou Boulez ?

Et c'est qui qui continue à pourrir le sujet là?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanlea
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5373
Age : 59
Localisation : Fly me to the moon
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 7:30

Pour en revenir au sujet, je trouve quand même que Glass est très surfait. Toujours les mêmes procédés, des enchaînements d'accords parfaits, des cordes marcato, c'est limite variétoche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 9:34

DavidLeMarrec a écrit:
Tant qu'à faire répétitif et minimal, j'écoute du Feldman. Cool Dommage qu'il n'ait pas fait d'opéra, celui-ci - on aurait bien rigolé.

Morton Feldman a composé un opéra: "Neither" sur des textes de Beckett. Malheureusement, je n'ai jamais trouvé le CD lors de sa sortie et je l'avais oublié jusqu'à ce message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 9:55

Octavian a écrit:
the CIVILS warS: Act V, the Rome section (1984): un livret incompréhensible, fruit des élucubrations de Robert Wilson, pour un “cinquième acte” d’un peu plus d’une heure et quart (à l’enregistrement, mais le site officiel de Glass annonce une durée de deux heures: autre mystère!) d’une œuvre dont la composition musicale fut confiée à plusieurs compositeurs, dont certains, si j’ai bien compris, n’achevèrent jamais leur part.

Si mes souvenirs sont bons Glass a composé le cinquième acte mais également tous les interludes, soit environ deux heures de musiques. Seul le cinquième acte figure sur le disque. Je crois que l'un des interludes est sur un autre disque mais ma mémoire me fait défaut.

Octavian a écrit:
Einstein on the Beach (1976)
Accessoirement, il s’agit à ce jour du seul opéra de Glass dont existent deux enregistrements distincts, quoique tous deux dirigés par le même Michael Riesman (le reste de la distribution semble d’ailleurs être lui aussi globalement identique): un enregistrement “historique” réalisé au lendemain de la création –celui que je possède et qui est désormais réédité sous couverture verte dans la collection ‘Philip Glass Edition’ de Sony– et un autre à vingt ans de distance. Aucun des deux, apparemment, ne restitue dans son intégralité la partition de la création

En fait les deux enregistrements restituent la totalité de la partition. Le second est un peu plus long que le premier. Les différences proviennent essentiellement du nombre de répétitions qui ne sont pas tous fixés. Pour la scène les musiciens doivent tenir compte de la vitesse de progression des décors et vont moduler le nombre de répétition en conséquence.
Au niveau différence entre les deux versions. La seconde est beaucoup mieux enregistrée et mieux interprétée mais de ce fait sonne un peu moins spontané. Les "Knee Plays" notammment sont nettement plus beau dans le second enregistrement. Par contre le sax solo improvisé de la première version dans l'un des passages est remplacé par un nouveau solo de sax composé par Glass et cela ne colle pas vraiment (un peu anachronique). C'est le point faible de ce second enregistrement. Sans cela il est amha préférable au premier.

Octavian a écrit:
The Voyage (1992): un opéra dont j’ai longtemps attendu la sortie au disque avec impatience et que j’hésite à présent à acquérir maintenant qu’il est disponible. Les quelques (courts) extraits que j’ai pu en écouter me font redouter que nous ayons là un Glass assurant le minimum syndical et recyclant sans âme ses habitudes.

Je ne peux malheureusement pas t'en dire plus parce que les extraits que j'ai entendu ne m'ont guère encouragé à aller plus loin. Si tu as lu mes messages concernant Glass tu dois savoir que je suis plutôt intéressé par ce qui précède Akhenaton et que même si j'apprécie certaines choses qu'il a fait depuis, cela manque un peu de piment pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 10:04

sud273 a écrit:
Le projet Civil Wars parait particulièrement intéressant en raison de ce qui s'y profile (je pense au rapport avec The Valis System et l'opéra électro de Todd Machover qui en dérive V.A.L.I.S.). Laurie Anderson ne faisait-elle pas partie des compositeurs sollicités?

Laurie Anderson est l'un des narrateurs du projet mais à ma connaissance elle n'a pas été sollicitée pour la composition.
L'opéra VALIS a un rapport avec l'œuvre de Dick? Je me rappelle d'avoir entendu parlé d'un projet autours de la "trilogie" de Dick à la fin des années 80 et même entendu des brides sur une radio estudiantine au Canada, mais je croyais que cela avait capoté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 11:04

arsen6203 a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Tant qu'à faire répétitif et minimal, j'écoute du Feldman. Cool Dommage qu'il n'ait pas fait d'opéra, celui-ci - on aurait bien rigolé.

Morton Feldman a composé un opéra: "Neither" sur des textes de Beckett. Malheureusement, je n'ai jamais trouvé le CD lors de sa sortie et je l'avais oublié jusqu'à ce message.
Je ne pensais pas apprendre des choses aussi appétissantes sur un fil Glass ! Merci de l'info, je vais me mettre en quête de ça.

Beckett lui ira à merveille. Laughing Pouvait-il écrire sur un autre patron que celui-ci ? Beckett, viatique des taciturnes (Kurtág aussi en a fait usage, évidemment...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 12:47

VALIS d'après le dernier roman de Dick en effet a été achevé (dans tous les sens du terme) par Todd Machover, je ne sais rien des des autres volets. Ce n'est pas passionnant musicalement parlant, alternance de narration sans musique, mais très décalées, sans expressivité et de musique électronique assez basique. A mon sens moins intéressant qu'Harvey Milk par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mar 27 Mai 2008 - 13:36

HS mais je ne vois pas où répondre

sud273 a écrit:
VALIS d'après le dernier roman de Dick en effet a été achevé (dans tous les sens du terme) par Todd Machover, je ne sais rien des des autres volets. Ce n'est pas passionnant musicalement parlant, alternance de narration sans musique, mais très décalées, sans expressivité et de musique électronique assez basique. A mon sens moins intéressant qu'Harvey Milk par exemple.

En fait le dernier roman (excepté les œuvres posthumes), c'est la "Transmigration de T. Archer" qui est considéré par erreur comme faisant parti de la trilogie VALIS. Le projet d'opéra "VALIS", qui au vue de ta description doit bien être celui dont j'avais entendu parlé, devait prendre sa source sur la trilogie et pas sur le seul roman "VALIS". En fait la source principal était le manuscript original connu sous le nom de "Radio Free Albemuth" refusé par l'éditeur Américain de Dick et qui a servi de base à la trilogie soit: "VALIS", "L'invasion divine" et "The Owl" qui lui n'a jamais été fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mer 28 Mai 2008 - 17:58

vartan a écrit:
Merci pour ce bon sujet des plus indécents, Octavian. Tout ce que vous vouliez savoir sur les opéras de Glass sans avoir jamais osé le demander. Embarassed
Oui, je sais qu'il y a des partisans de Glass honteux!! hehe
Enfin, de là à changer d'avatar...

Un peu plus sérieusement, l'un des problèmes de Glass - outre sa tendance à refaire un peu toujours la même chose (mais comme je le disais en ouverture, c'est peut-être moins flagrant dans ces opéras, d'où le topic) - c'est que sa position dans le monde de la musique contemporaine fait qu'il est "de bon ton" de l'apprécier dans certains cercles et par conséquent "de bon ton" de le détester dans d'autres. Je ne vise personne dans ce forum en particulier, mais j'ai pu constater ailleurs ce phénomène de rejet un peu par "principe"... que je trouve regrettable.

En ce qui me concerne, je suis tombé instantanément sous le charme en découvrant le prélude d'Akhnaten et même si Glass m'a régulièrement déçu depuis (j'ai même failli, il n'y a pas si longtemps, crier à l'arnaque pure et simple face à sa Symphonie n°6 "Plutonian Ode"...), il s'est toujours débrouillé pour se transcender de temps en temps et faire ainsi en sorte que je continue à m'intéresser à sa production.

Petite précision méthodologique, enfin: pour rédiger l'ouverture de ce topic, j'ai réécouté dans un court laps de temps, voire carrément à la suite, les opéras dont je parle, ou au moins une partie de certains d'entre eux. C'est donc un "classement" des œuvres strictement les unes par rapport aux autres que j'ai proposé, et il est fort possible que cela ait joué dans la réévaluation à la hausse par mes soins de plusieurs d'entre elles. Il est possible que concernant certaines je me sois laissé un peu aller à un petit "excès d'enthousiasme", dans ce contexte; il est en tout cas (hélas) évident que si au lieu de juxtaposer l'écoute d'un opéra de Glass avec celle d'un autre opéra de Glass, j'introduisais dans la comparaison un opéra, mettons, de Mozart, le contraste ne jouerait pas en faveur de l'américain. Par contre, comparé à certaines autres œuvres contemporaines... mais je ne veux pas relancer une polémique! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mer 28 Mai 2008 - 18:03

arsen6203 a écrit:
Si tu as lu mes messages concernant Glass tu dois savoir que je suis plutôt intéressé par ce qui précède Akhenaton et que même si j'apprécie certaines choses qu'il a fait depuis, cela manque un peu de piment pour moi...
C'est vrai que moi c'est un peu le contraire, en dehors des deux autres opéras-portraits et de Glassworks, je connais assez peu ce qui précède et cela ne me parle guère. D'antérieur à Einstein..., je ne connais que Music with changing parts, et je trouve ça inécoutable plus de quelques minutes. Confused

Merci en tout cas Arsen pour toutes les informations que tu m'as apportées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mer 28 Mai 2008 - 18:04

Octavian a écrit:
mais je ne veux pas relancer une polémique!
... et tu ouvres un sujet Glass, malheureux !

Non, vas-y sans façon, on t'écoute sur les autres contemporains, il y a même un fil à ce sujet. Pire que Glass, je ne vois pas, mais difficilement écoutable, raté ou prétentieux, oui, ça existe.

En ce qui me concerne, j'ai découvert Glass avec affection, le pauvre était rejeté, et des gens de bonne volonté, en se forçant, parvenaient à l'écouter.

J'ai donc tendu l'oreille pour Akhnaten, dès que j'ai pu, la curiosité avivée de surcroît par le sujet moralement un peu téléphoné mais jamais traité à l'opéra à ma connaissance.

Et... Du Glass, quoi.

Les symphonies, c'est tout de même audible, par rapport à A child of our Time ou aux oeuvres pour orgue. affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mer 28 Mai 2008 - 18:17

DavidLeMarrec a écrit:
Octavian a écrit:
mais je ne veux pas relancer une polémique!
... et tu ouvres un sujet Glass, malheureux !

J'ai un côté masochiste, faut dire. Laughing

Citation :
Les symphonies, c'est tout de même audible, par rapport à A child of our Time ou aux oeuvres pour orgue. affraid

Je ne connais ni l'un ni les autres. Et je ne dis pas que ses symphonies ne sont pas audibles - j'adore sa symphonie n°5 avec chœur "Requiem, Bardo, Nirmanakaya" de 1999, et je garde plutôt un bon souvenir de ses deux symphonies inspirées des albums berlinois de Bowie, en particulier la n°4 "Heroes" -, mais j'ai vraiment eu l'impression de m'être fait avoir avec la sixième tellement cela ressemble à un patchwork de bouts de partitions qu'il a déjà utilisé ailleurs; même par rapport à ses mauvaises habitudes, j'ai trouvé que ça allait (trop) loin...
Bon j'arrête là parce qu'on s'écarte des opéras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mer 28 Mai 2008 - 18:49

Octavian a écrit:
mais j'ai vraiment eu l'impression de m'être fait avoir avec la sixième tellement cela ressemble à un patchwork de bouts de partitions qu'il a déjà utilisé ailleurs
Là, je crois que tu lui fais un mauvais procès. C'est juste que les procédés qu'il utilise sont tellement élémentaires qu'au bout d'un certain nombre d'oeuvres, ça finit forcément par être toujours la même chose.

Enfin, je suppose, parce que j'espère qu'en plus il ne fait pas de copier-coller !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mer 28 Mai 2008 - 19:35

A child of our time est un oratorio de Tippett. Y a-t-il une oeuvre de Glass du même nom?
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7165
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mer 28 Mai 2008 - 19:43

Je trouve ça curieux également.
A mon avis il y a erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Mer 28 Mai 2008 - 19:52

Pardon, je vais vérifier, je fais peut-être une confusion. Etant donné que ça n'a pas été souvent sur ma platine.

Ce devaient être plutôt Les Enfants Terribles, à bien y réfléchir. Enfin, un truc avec du piano obstiné sans intérêt, si ça vous aide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Jeu 12 Fév 2009 - 0:24

Octavian a écrit:
Les Enfants terribles / Children of the Game (1996): dernier-né d’un triptyque inspiré des œuvres de Jean Cocteau, après un Orphée non-disponible au disque et La Belle et la Bête qui suit dans la présente liste. Opéra-ballet de chambre, écrit pour trois pianos et quatre chanteurs, Les Enfants terribles est une œuvre assez facile d’accès, mais qui sur la longueur peine un peu à ne pas, en retour, se transformer en quelque chose de trop neutre, anecdotique, musicalement, par rapport à la force et au charme vénéneux du roman de Cocteau. L’équilibre bien tenu au début n’est pas soutenu et le résultat devient malheureusement à terme un peu ennuyeux, dans les deux sens du terme...
Zut, j'ai réservé une place pour les Enfants Terribles qui passe en ce moment au Théâtre de l'Athénée. Je n'ai aucune idée de ce à quoi ça ressemble, j'avais envie d'essayer... enfin si, je savais déjà que je n'avais pas du tout aimé La Belle et la Bête ni The Photographer, mais peut être que ça peut réconcilier avec Glass, je verrai bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Jeu 12 Fév 2009 - 0:39

Y a des courageux!... thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kentel
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 25/09/2008

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Jeu 12 Fév 2009 - 18:57

DavidLeMarrec a écrit:

Tant qu'à faire répétitif et minimal, j'écoute du Feldman. Cool Dommage qu'il n'ait pas fait d'opéra, celui-ci - on aurait bien rigolé.

Il en a fait un : ça s'appelle "Neither", sur un livret de Beckett.



Il y a beaucoup à dire sur Glass. Notamment le fait qu'aucun autre n'a été autant que lui à contre-courant de tout ce qu'on attendait d'un compositeur classique : aucun élitisme, aucune dissonance, aucune recherche orchestrale, des emprunts à la pop, etc. Il est sorti du canon à tous les niveaux. Je trouve ça osé, et pour tout dire révolutionnaire, d'autant qu'il a écrit quelques chefs-d'oeuvres dont Akhnaten dont on a parlé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Jeu 12 Fév 2009 - 19:45

osé, peut-être, révolutionnaire sûrement pas, pas plus qu'il n'est révolutionnaire de s'habiller en peaux de mammouth et se balader dans la rue en poussant des grognements d'australopithèque, du moins hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Jeu 12 Fév 2009 - 23:59

kentel a écrit:

Il y a beaucoup à dire sur Glass. Notamment le fait qu'aucun autre n'a été autant que lui à contre-courant de tout ce qu'on attendait d'un compositeur classique : aucun élitisme, aucune dissonance, aucune recherche orchestrale, des emprunts à la pop, etc. Il est sorti du canon à tous les niveaux. Je trouve ça osé, et pour tout dire révolutionnaire, d'autant qu'il a écrit quelques chefs-d'oeuvres dont Akhnaten dont on a parlé.

On peut rajouter aucune recherche rythmique, aucune recherche harmonique, aucune recherche mélodique... Révolutionnaire en effet. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Ven 13 Fév 2009 - 0:00

Glass est en effet une sorte de non-compositeur, assez fendard dans son genre. Laughing

(pourtant je n'ai rien contre la musique répétitive, John Adams notamment me touche énormément)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   Ven 13 Fév 2009 - 0:02

Mais Adams ça n'est pas du répétitif, il s'en sert mais va bien au-delà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opéras de Philip Glass   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opéras de Philip Glass
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Opéras de Philip Glass
» Philip Glass
» Philip Glass, né en 1937
» Philip Glass - Oeuvres pour Piano
» Philip Glass et sa musique en...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: