Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le cas Morton Feldman...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
christia
Invité



MessageSujet: Le cas Morton Feldman...   Mer 7 Sep 2005 - 21:53



Je suis en train d'écouter Piano and orchestra, c'est absolument somptueux, une sorte de minimalisme atonal (avec relativement peu de notes mais souvent répétées de façon hypnotique), c'est tout à fait fascinant (son style m'avait déjà frappé avec le petit morceau orchestral "Madame Press Died Last Week At Ninety" qui évoquait une sorte de Satie moderne)

L'envoûtement sonore obtenu n'est pas sans faire penser aux plus belles pièces orchestrales de G.Kurtag ("Grabstein fur Stephan", "Stele" ou "Quasi una fantasia")

Un compositeur sans doute légèrement inégal parfois (certaines pièces des années 60 et début 70 sont peut être plus hermétiques ou encore trop influencées par les harmonies sérielles) mais doté un langage d'une originalité absolue... dommage qu'il soit si peu connu en France Sad

Le début de "Coptic Light" est absolument dans cet esprit (totalement hypnotique... cette musique ne semble pas avoir de fin !!)

à découvrir si ce n'est pas déjà fait...
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80028
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mer 7 Sep 2005 - 23:48

Il faudrait que je réécoute Coptic Light que j'avais adoré, mon oeuvre préférée de Feldman peut-être.

J'aime également beaucoup Piano and orchestra, Cello and orchestra, Flute and orchestra, et des oeuvres de musique de chambre pour piano, célesta, quatuor à cordes, etc... (Crippled symetry, Why patterns...) mais à de rares exceptions j'ai du mal à trouver un véritable intérêt à chaque oeuvre.

C'est une musique que j'apprécie vraiment, qui me séduit, mais je n'imagine pas écouter 1h de Feldman attentivement, en concert ou chez moi.
Ca manque de consistance à mon goût, on n'est pas loin de la musique d'ambiance finalement... (à part peut-être Coptic Light ou Why patterns qui ont leur intérêt propre par rapport à d'autres pièces)

En résumé: une musique que je trouve mystérieuse, minimaliste et envoûtante souvent, mais à l'intérêt finalement limité à mon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
christia
Invité



MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Jeu 8 Sep 2005 - 9:07

en fait, tu as un peu le même sentiment que pour Kurtag, j'ai l'impression, une musique qui te semble un peu fade ou vide, c'est ça ?

pour moi, ça dépasse vraiment la fadeur, il s'agit vraiment d'une musique profondément belle, et je pense qu'elle peut parler à tout le monde (malgré leurs complexités harmoniques largement héritées de l'école atonale et de Webern) grâce au fait justement qu'elle repose sur des répétitions (comme la musique tonale très mesurée de jadis).

J'espère que ces 2 compositeurs resteront dans les siècles à venir (plus que les simplistes et pauvres Glass, Nyman ou à l'opposé les trop complexes et inaccessibles Boulez ou Lachenman), car à mon avis, ils sont parmi les plus à même à concilier évolution harmonique et perfectionnement du langage musical (qui ne ressemble pas à la musique tonale d'avant) avec l'émotion due à la réminiscence qui joue à 95% dans le fait qu'une oeuvre musicale sera non seulement séduisante mais aussi tout simplement "musicale" (cad qui possède de la "musicalité" tout bonnement)

Le dernier mouvement de "Rothko chapel" (pour choeur, soprano et ensemble de chambre) par exemple est d'une grande force émotionnelle, l'alto semble susurrer une phrase très douce, je te conseille aussi cette pièce rien que pour ce dernier mouvement...
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80028
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Jeu 8 Sep 2005 - 16:12

christian a écrit:
en fait, tu as un peu le même sentiment que pour Kurtag, j'ai l'impression, une musique qui te semble un peu fade ou vide, c'est ça ?

Fade non, vide oui un peu au bout d'un moment.

Pourtant, Feldman ça me plaît vraiment mais... il ne s'est pas beaucoup renouvelé; 50 oeuvres d'une moyenne d'une heure, toujours faites de la même façon, sur les mêmes sonorités, etc... 3 ou 4 me suffisent finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
christia
Invité



MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Ven 9 Sep 2005 - 11:40

tu n'es pas obligé de tout acheter non plus, moi aussi je me suis limité volontairement (et je n'ai pas le compte en banque d'un Tahar non plus Rolling Eyes ça calme...)
Revenir en haut Aller en bas
Achille
Monsieur Claude
avatar

Nombre de messages : 1031
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Ven 9 Sep 2005 - 12:17

Tu vas croire que ton topic fait un bide et n'intéresse que Xavier. Alors qu'en fait, le problème est juste que je ne peux pas parler de Feldman, puisque je n'ai jamais entendu la moindre note de ce monsieur.

Pire, quand je lis Feldman... je pense irrésistiblement à ça :



D'où quelques préjugés aussi tenaces que peu raisonnables... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
christia
Invité



MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Ven 9 Sep 2005 - 12:22

Achille a écrit:
Tu vas croire que ton topic fait un bide et n'intéresse que Xavier. Alors qu'en fait, le problème est juste que je ne peux pas parler de Feldman, puisque je n'ai jamais entendu la moindre note de ce monsieur.
c'est vrai qu'il est très peu connu, à part peut être Encolpio (??), Samy (lui il connaît, c'est sur) ou Xav, je ne sais pas qui d'autres ici connaissent ? (mais j'aimerai bien les connaître...)

Achille a écrit:
Pire, quand je lis Feldman... je pense irrésistiblement à ça :




D'où quelques préjugés aussi tenaces que peu raisonnables... Embarassed
Laughing Laughing

ben évidemment (fait gaffe, ma femme aime celui que tu viens de citer !! Mr. Green)...
Revenir en haut Aller en bas
Christiane
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 07/09/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Ven 9 Sep 2005 - 15:05

Achille a écrit:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1684
Age : 57
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Ven 9 Sep 2005 - 15:14

Même réponse qu'Achille. Je connais pas ce monsieur Embarassed

Et François Feldman nous a tout de même pondu une valse de Vienne Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboc.forumactif.org/forum.htm
christia
Invité



MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Ven 9 Sep 2005 - 15:19

Christiane a écrit:
Achille a écrit:

Laughing

mais bon c'est bien beau mais le compositeur Morton là dedans (l'autre quoi...), il devient quoi ?? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Mr Bloom
Ancien bagnard
avatar

Nombre de messages : 1221
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 10 Sep 2005 - 16:02

"Coptic Light" c'est un peu très chiant quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80028
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 10 Sep 2005 - 16:08

Merci d'avoir fait avancer le schmilblick... Laughing

Tu veux pas expliciter un peu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr Bloom
Ancien bagnard
avatar

Nombre de messages : 1221
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 10 Sep 2005 - 16:19

C'est la même chose répétée pendant 15 minutes. Je n'en vois pas l'intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80028
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 10 Sep 2005 - 16:25

Tu penses la même chose de toutes ses oeuvres?

Il faudra que je réécoute Coptic Light pour en dire plus, mais j'ai vraiment un bon souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr Bloom
Ancien bagnard
avatar

Nombre de messages : 1221
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 10 Sep 2005 - 16:34

En fait je viens de tomber sur un cd avec cette oeuvre donc je l'ai écouté. Au début c'est intéressant, mais c'est vraiment trop répétitif pour tenir la longueur. J'ai un vague souvenir d'autres oeuvres fondées sur le même principe, avec un espèce d'accord réitéré d'un bout à l'autre de la pièce avec des variations. On associe souvent cette musique au minimalisme pictural facon Mondrian, et c'est vraiment ca que ca m'évoque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80028
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 10 Sep 2005 - 16:37

Mr Bloom a écrit:
En fait je viens de tomber sur un cd avec cette oeuvre donc je l'ai écouté. Au début c'est intéressant, mais c'est vraiment trop répétitif pour tenir la longueur.

Ca rejoint un peu ce que je disais au-dessus; j'aime bien mais je trouve que ça manque de consistance.
Ceci dit je ne nie pas qu'il y a de belles choses là-dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
felyrops
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1855
Date d'inscription : 20/12/2006

MessageSujet: Morton Feldman   Mar 13 Fév 2007 - 16:41

Les parents de Morton Feldman avaient une petite usine de tissus, où Morton travaillait aussi. Il était fasciné par les tissus. Un jour, dans un musée, il tombe en admiration devant une tapisserie copte. Ca l'a inspiré pour composer Coptic Light.
Avec cela en tête on appréciera beaucoup mieux cette musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 118
Age : 59
Localisation : Jemappes
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Dim 22 Juil 2007 - 2:51

Je ne sais pas si Feldman doit être classé comme "minimaliste" ou pas et pour tout dire c'est le moindre de mes soucis : à quoi bon vouloir tout étiqueter, tout classifier ?
Tout ce que je sais c'est que Feldman m'apporte, à sa façon, une sérénité que j'ai parfois des difficultés à rencontrer ailleurs. À ce titre le compositeur qui se rapproche le plus de lui est Bach : j'aime la vision d'un Bach bâtisseur trouvant et transmettant l'équilibre de ses constructions comme un grand architecte de l'âme arrive à le faire. Je ressens le même sentiment, transposé à notre époque, face à un Mondrian ou à un Feldman. Maintenant pour répondre, un peu au tout-venant, à quelques unes des questions posées plus haut, je ne suis pas convaincu qu'il faille écouter Feldman attentivement. La musique de Feldman ne réclame aucune attention, aucun effort particulier si ce n'est celui de se laisser emporter par elle. Quant à l'impression de vide que cette musique peut susciter chez ses auditeurs, je suis absolument convaincu qu'on n'est pas en droit de considérer cela comme un défaut car c'est pour moi l'essence même de cette musique.
Il a été question ci-dessus de Coptic Light ; voici quelques albums importants, à mon sens, pour qui veut découvrir ou s'intéresser de plus près à l'œuvre de cet immense compositeur, l'un de ceux qui pour moi, plus encore que Cage, sont peut-être appelées à révolutionner certaines de nos habitudes d'écoute.
Ces œuvres ne sont ni ennuyeuses, ni difficiles ; et s'il est vrai qu'au début de sa carrière, Feldman (1926-1987) acquiert une certaine réputation comme inventeur d'un nouveau système de notation musicale, la "notation graphique", vers la fin de sa vie ses compositions prennent une ampleur totalement "inouïe", - au sens propre du terme. Beaucoup d'entre elles durent plus d'une heure. Le second quatuor à cordes, publié récemment chez Mode, dure près de 6 heures. 6 heures de variations subtiles autour d'un thème infiniment repris, une musique statique, envoûtante, faites de tremblements, de silences...




Morton Feldman, The greatest...

Les pièces de "Morty" que j'aime particulièrement ont souvent été composées pour des effectifs réduits : petits ensembles de chambre, quatuors ou trios à cordes, pièces pour piano... Ses détracteurs reprochent souvent à Feldman d'avoir écrit une musique destinée à susciter l'ennui, comme Beckett écrivait des textes pour donner un nom à l'innommable et "montrer" le destin abominable de l'homme. Ce n'est pas sans raison que l'on a rapproché ces deux immenses génies ; mais là où Beckett ne laisse place qu'à la désolation et au désespoir, c'est par la douceur et la recherche de l'apaisement que Feldman atteint l'universel par sa représentation non du vide, mais de la vacuité, non du temps, mais de sa vanité...
En d'autres termes, si la musique de Feldman peut sembler monotone et par là-même susciter l'ennui, c'est parce que cette étape où celle où le corps et l'esprit s'ouvrent, s'abandonnent et deviennent de ce fait totalement disponibles.




Piano and String Quartet - Kronos Quartet - Aki Takahashi - Nonesuch

Piano and String Quartet est une oeuvre fascinante : longue de 80 minutes, se développant en un seul mouvement, la mélodie est presque imperceptible et dans tous les cas totalement secondaire. On assiste ici à une longue méditation tranquille, cette musique réputée longue et ennuyeuse, au contraire m'apaise : jamais d'ennui, jamais la moindre impression de longueur. De l'art, de la lenteur, un langage qui me parle et que je comprends. Chaque fois que j'écoute cet album je repense à cette grande phrase indienne et je me dis que ce serait là "un beau jour pour mourir".




Triadic Memories - Markus Hinterhaüser - Col Legno

Triadic Memories : autre grand sommet de l'art de Feldman, pour piano seul cette fois. Très difficile à interpréter (il existe à ma connaissance 9 interprétations, la plus courte faisant 61 minutes, la plus longue 124) car la notation de Feldman atteint dans cette oeuvre de 1981 une complexité incroyable, - sans la moindre indication de tempo. Le résultat est tout simplement fascinant. On se laisse bercer par cette musique dont l'intensité est la même (ppp) durant toute la durée de l'oeuvre.




Triptych for the Rothko Chapel

Feldman, qui admirait Cage, fut New-Yorkais dans l'âme toute sa vie. En peinture, il côtoya Rothko, Rauschenberg, Philip Guston, Pollock... Splendide oeuvre chorale, The Rothko Chapel est disponible en plusieurs interprétations, toutes magnifiques. Comme on l'a déjà dit dans ce topic, une bonne introduction à l'oeuvre de Feldman...




1982 Three Voices for Joan La Barbara, New Albion Records

L'épouse de Feldman, la chanteuse Joan La Barbara, raconte ceci (traduction française par Laurent Feneyrou) :
"En 1981, j'écrivis à Morty, pour lui demander de m'écrire une pièce pour voix et orchestre. Il me répondit en m'expliquant les problèmes que posaient les réalisations avec orchestre, mais en me laissant entendre qu'il pensait à quelque chose. Peu après, il m'envoya Three Voices. Dans la lettre d'accompagnement, datée du 23 avril 1982, il me disait :

Chère Joan,
Voilà le travail ! Je suis un peu ennuyé du son sensuel, si ce n'est "somptueux", de l'ensemble - je ne m'attendais pas à cela. Les paroles sont extraites des deux premiers vers de Wind, un poème que Frank O'Hara m'a dédié. Je crois que c'est Frank qui porte la responsabilité principale du côté "somptueux" de la pièce.
Le système de base, c'est ce que tu chantes live, les deux autres voix sont enregistrées - où faut-il placer les deux haut-parleurs, je n'en ai aucune idée - c'est également l'une des rares compositions où je n'ai pas écrit d'indications métronomiques - persuadé que c'est ton timbre et la façon dont tu respires qui en définira le rythme - ça fonctionne très bien à la fois dans le "lent" ou dans une lenteur "rapide" (si cela signifie quelque chose).
Je sais à quel point ça va être terrible de jouer cette oeuvre ! Je sens que cette oeuvre est toi comme "Joan, c'est ta couleur" - quel beau décolleté - et la durée, même si elle semble un peu longue (qui a jamais entendu parler d'une robe de cocktail avec une longue traîne ?) - malgré tout - joue ça pour moi !
Il va sans dire que tu peux toujours me la renvoyer, quelle qu'en soit la raison. (...)

Lorsque j'ai commencé à y travailler, je l'ai appelé pour lui demander quelle en était la durée exacte afin que je puisse la programmer dans mes concerts. "Je crois que ça doit faire quarante-cinq minutes", me dit-il. Aussi l'ai-je programmé avec d'autres oeuvres. Quand j'ai commencé à enregistrer les deux voix les plus aiguës, j'ai dû le rappeler, paniquée.
- Morty, c'est à peu près deux fois plus long. Quatre-vingt-dix minutes !
- C'est vrai, m'a-t-il répondu, j'avais toujours pensé que ça aurait cette longueur.
Et ce fut la durée de la première exécution, qui commença à onze heures du soir et qui se prolongea bien après minuit... comme une éternité dans un vaste et magnifique espace.
Sa mort m'a complètement bouleversée. J'ai décidé d'enregistrer ce qu'il avait écrit pour moi. Mais je ne voulais pas scinder Three Voices en deux CD, et c'est pour cette raison que je suis revenue aux figures les plus rapides de la partition et que j'ai appris à les chanter plus vite, aussi vite qu'il m'est possible, tout en gardant la clarté de chaque hauteur. Le résultat final de l'enregistrement Three Voices for Joan La Barbara fut très proche de l'idée originale en quarante-cinq minutes et aussi le premier disque compact consacré à la musique de Feldman.
Dans la version plus rapide, on se retrouve soudain propulsé dans la tempête d'une infinie quiétude d'accords complexes. J'ai pu visualiser l'image de O'Hara : un ours perdu dans une tempête de neige, piégé dans une boule de neige qui ne tombe pas jamais. "Rien ne tombe jamais."
Dans la version originale de quatre-vingt-dix minutes, on peut vivre des moments de pure beauté dans un paysage sonore plus précieux et pourtant luxuriant, qui tendent peut-être vers la fascination du rien qui marque les principes de l'expressionnisme abstrait...
Après les années au cours desquelles j'avais chanté la version rapide, j'ai trouvé une signification nouvelle dans la version plus lente et plus langoureuse. Plus qu'une pièce de concert, cette oeuvre est une vie entière dans le temps d'une soirée.
Morty me dit un jour qu'il avait eu la vision des haut-parleurs comme autant de pierres tombales et qu'il avait conçu la voix live comme conversant avec des esprits. Pour lui, c'étaient les voix de ses amis Philip Guston et Frank O'Hara qui y étaient enterrées ; la voix live était la sienne. Il m'avait donné sa voix à chanter."

La version de Joan La Barbara (où les trois voix sont enregistrées par elle-même) est toujours disponible. Choisissez un moment où vous êtes calme, disponible, oubliez tout, ouvrez votre esprit et laissez-vous emporter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mqcd-musique-classique.com/
JM
Mélomane averti


Nombre de messages : 475
Date d'inscription : 24/08/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Dim 22 Juil 2007 - 10:34

Très belle chronique ! Three Voices me fait un peu penser aux premières oeuvres de Philip Glass. On y retrouve un peu cette même manière mathématique d'ajuster la voix. D'ailleurs Joan La Barbera a fait quelques disques avec Glass.
Sur Feldman, il existe aussi un livre passionant rempli d'anecdotes. C'est une publication des écrits du compositeur. C'est facilement disponible en français.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Lun 23 Juil 2007 - 14:15

Merci Philippe pour cette très belle présentation !

Je ne puis qu'y souscrire (car moi aussi, étonnamment, j'aime Feldman).

L'écoute attentive est impossible (et à lire ou à jouer, les partitions sont désespérément vides...), les durées sont trop longues et le discours trop pauvre. Franchement, qui a écouté en ne faisant que cela (et sans dormir), le second quatuor (six heures en un seul mouvement...) ?

Non, c'est une musique distendue, une sorte d'atmosphère suspendue qui se répand, avec de jolis brins d'harmonie, sans l'évidence vulgaire d'autres minimalistes.

De toute façon, tu expliques très bien tout cela.

Côté piano, sa plus belle pièce me semble incontestablement le Palais de Mari, mais on trouve le meilleur de sa production dans des formats un peu plus larges, en effet.


Le seul problème, avec Feldman, est qu'à mon sens il est possible d'en faire le tour avec deux ou trois disques : tout ressortit à la même esthétique, et comme le temps distendu rend les pièces impossibles à mémoriser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
JérômeParadoxePerdu
Mélomane filmique
avatar

Nombre de messages : 1258
Age : 57
Localisation : Genève
Date d'inscription : 23/07/2007

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Lun 23 Juil 2007 - 14:59

Je ne suis pas sûr, mais je crois que j'ai assisté à une performance de Feldmann à Genève il y a... 2 ou 3 ans.

Comme c'était censé durer "des heures" et que j'habitais à côté, je me suis absenté un "petit moment" (45 mn!) et quand je suis revenu... c'était fini.

J'ai beaucoup regretté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com/
mackie
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mer 24 Oct 2007 - 9:01

je trouve que philippe a très bien expliqué - bien mieux que je ne vais le faire - ce vers quoi tend la musique de feldman.

c'est à mon avis une musique qui échappe à l'analyse rationnelle, qui comme certaines pièces de john cage produit une sorte d'effet "zen", presque physique, d'immersion, qui faut accepter, et peut-être que le disque ne permet pas cela dans les meilleures conditions. je n'ai pas eu l'occasion d'entendre sa musique en concert, mais le disque qui me touche le plus de morton feldman est le "palais de mari" par ronnie lynn patterson, justement enregistré live ; ce qui s'y passe n'est pas seulement dans les notes, mais également dans les silences, d'une intensité incroyable ; la présence physique de l'interprète en est le vecteur.
souvent, les disques de studio sont par trop parfaits, et du coup on a tendance à se concentrer sur la forme et la structure, alors que c'est le son, son amplitude, sa densité, son impact qui font la singularité de l'oeuvre de feldman.
c'est je crois - je peux me tromper - un peu la même différence qu'entre regarder un tableau de rothko "en vrai" et la voir en reproduction.
l'interprète fait la différence - d'ailleurs une oeuvre comme "palais de mari" existe dans des tempos (tempi? je sais plus) très différents d'un pianiste à l'autre. patterson joue l'oeuvre pendant plus de 39 minutes, quand chez d'autres 25 minutes suffisent.
la partition est en quelque sorte une "matière première", ou plutôt une base, et ce n'est pas un hasard si patterson est plus connu comme jazzman que comme musicien "classique". sans aller jusqu'à l'improvisation, la musique de feldman semble accorder une grande autonomie à l'interprète, peut-être - pour le peu que j'en sache - à la manière de certaines oeuvres de compositeurs baroques.

vous aurez noté que j'utilise le conditionnel et le "il me semble que" pour donner mes impressions, parce que, comme je le dis au début, tout cela est si difficile à expliquer rationnellement... en plus mon 2ème café de ce matin n'a pas encore produit son effet. drunken


bref, si ce n'est déjà fait, écoutez ce disque avant de vous faire une impression définitive sur feldman.
morton feldman - piano & palais de mari - ronnie lynn patterson l'empreinte digitale 2001
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mackie
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mer 24 Oct 2007 - 9:24

Philippe a écrit:
Ses détracteurs reprochent souvent à Feldman d'avoir écrit une musique destinée à susciter l'ennui, comme Beckett écrivait des textes pour donner un nom à l'innommable et "montrer" le destin abominable de l'homme. Ce n'est pas sans raison que l'on a rapproché ces deux immenses génies ; mais là où Beckett ne laisse place qu'à la désolation et au désespoir, c'est par la douceur et la recherche de l'apaisement que Feldman atteint l'universel par sa représentation non du vide, mais de la vacuité, non du temps, mais de sa vanité...
d'ailleurs le seul "opéra" que feldman a composé est basé sur un poème de ...beckett (neither, opera in 1 act for soprano & orchestra). même si paraît-il le courant n'a pas trop passé entre les deux personnalités.

c'est une sorte d'anti-opéra (ni action, ni argument) purement sonore où la voix de soprano tente d'abord vainement de s'exprimer avec des mots, avant que les mots ne s'altèrent et ne s'étirent jusqu'au point de l'abstraction pure, où la voix devient un instrument que feldman utilise de sa façon habituelle. donc attention : ce n'est pas du beckett en musique, c'est bien du feldman à partir d'un matériau que beckett lui avait fourni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mer 24 Oct 2007 - 20:10

Si tu aimes cette littérature de l'impossibilité, il faut aller voir du côté d'Aperghis Machinations pour quatre voix de femmes, un dispositif électronique d'une poésie rare.

Sinon, pour Feldman, je ne recommande pas vraiment le piano seul, où on l'entend dans toute sa nudité, mais Palais de Mari me paraît de loin sa plus belle oeuvre pour cet effectif, oui. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
mackie
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mer 24 Oct 2007 - 20:21

DavidLeMarrec a écrit:
Si tu aimes cette littérature de l'impossibilité, il faut aller voir du côté d'Aperghis Machinations pour quatre voix de femmes, un dispositif électronique d'une poésie rare.
je ne connais pas du tout, merci du conseil.

en fait j'aime bcp la musique pour piano seul, par exemple dans un autre genre l'oeuvre de schoenberg par helffer; si vous connaissez d'autres oeuvres importantes pour piano seul au 20ème siècle, je suis preneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mer 24 Oct 2007 - 20:27

mackie a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Si tu aimes cette littérature de l'impossibilité, il faut aller voir du côté d'Aperghis Machinations pour quatre voix de femmes, un dispositif électronique d'une poésie rare.
je ne connais pas du tout, merci du conseil.

en fait j'aime bcp la musique pour piano seul, par exemple dans un autre genre l'oeuvre de schoenberg par helffer; si vous connaissez d'autres oeuvres importantes pour piano seul au 20ème siècle, je suis preneur.
Je trouve que le piano, justement, est un peu le parent pauvre du XXe, on ne peut pas y expérimenter nombre de textures, sans parler de la microtonalité.

Comme ça, à brûle-pourpoint, je pense à la suite d'hommage à Rameau de Mantovani-Connesson-Pécou-Campo-Maratka-Escaich, à des pièces de Corigliano ou de Kirchner, à du Mompou, aux Notations de Boulez, aux Játékok de Kurtág, aux Etudes de Ligeti, aux Préludes de Kabelać. Ca demanderait plus ample réflexion de ma part.
Je ne suis pas sûr que les premières pièces que je cite aient été publiées au disque, qui plus est (pas la suite, en tout cas).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Philippe
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 118
Age : 59
Localisation : Jemappes
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Jeu 25 Oct 2007 - 0:04

Oups je suis vraiment désolé, je n'avais même pas vu qu'il y avait eu des réponses en juillet à ce post Embarassed

DavidLeMarrec a écrit:
Merci Philippe pour cette très belle présentation

Merci donc à David, ainsi qu'à JM et à mackie, ça me fait très plaisir, je croyais vraiment que ce post était passé inaperçu Embarassed Embarassed Embarassed ce qui me désolait bien sûr, - mais surtout pour Feldman !

Si vous aimez le piano de Morty, essayez vraiment de trouver le quadruple album de John Tilbury, All piano, publié chez LondonHALL (dans les années 90 je pense) ; c'est évidemment très dur à trouver, d'autant qu'il s'agissait d'une édition limitée ! mais si vous arrivez à tomber dessus en médiathèque ou dans une boutique d'occase, précipitez-vous, c'est splendide !

On y trouve bien sûr Palais de Mari, mais aussi une extraordinaire version de Triadic Memories (une oeuvre qui a été maintes fois enregistrée, et je crois bien que la version de Tilbury est vraiment celle que je préfère !)




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mqcd-musique-classique.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Jeu 25 Oct 2007 - 0:10

Oui, Triadic Memories est l'autre oeuvre pour piano de Feldman qui mérite le détour (pour le reste, je suis bien plus circonspect). J'abonde, Tillbury m'a convaincu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mar 27 Mai 2008 - 11:18

Je reviens ici sur "Neither" l'opéra de Feldman pour ne pas être HS. Il s'agit d'un opéra en 1 acte d'une heure environ avec un seul "personnage" une soprano. C'est donc très loin de l'opéra classique...
Je viens de voir qu'il y a eu deux enregistrements. Le premier chez HM avec Sarah Leonhard et qui semble épuisé et le second chez Col Legno avec Petra Hoffmann. Celui-là semble encore dispo...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mar 27 Mai 2008 - 11:30

arsen6203 a écrit:
Je reviens ici sur "Neither" l'opéra de Feldman pour ne pas être HS. Il s'agit d'un opéra en 1 acte d'une heure environ avec un seul "personnage" une soprano. C'est donc très loin de l'opéra classique...
Oui, c'est surtout parce qu'on a abandonné la terminologie variée qui comprend la cantate... Un peu moins appétissant, s'il évite justement les difficultés du genre.

Merci pour toutes ces infos. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Philippe
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 118
Age : 59
Localisation : Jemappes
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mar 27 Mai 2008 - 14:35

arsen6203 a écrit:
Je viens de voir qu'il y a eu deux enregistrements. Le premier chez HM avec Sarah Leonhard et qui semble épuisé et le second chez Col Legno avec Petra Hoffmann. Celui-là semble encore dispo...


Bonjour arsen6203
Il faut absolument trouver la version avec Sarah Leonard, chez Hat Art je crois, en tout cas pas chez HM, - et éviter la version Col Legno, dont je ne saurais d'ailleurs que très peu parler car je ne l'ai pas conservée. Mauvais son, aucune dynamique, très pénible à l'écoute, c'est tout ce dont je me souviens.

La version Hat Art, en revanche, est exceptionnelle ! très belle mise en place de l'orchestre et très belle direction de Zoltan Pesko, qui sait ménager les zones de silence pour mieux faire apparaître les interventions de Sarah Leonard et surtout, comme je le disais plus haut car c'est fondamental pour ce type d'oeuvre, un son magnifique, très clair. Je ne sais pas où ni même si vous pourriez encore dénicher cette version, mais le cas échéant, n'hésitez pas ! Cool




Phil coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mqcd-musique-classique.com/
Philippe
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 118
Age : 59
Localisation : Jemappes
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mar 27 Mai 2008 - 14:46

Il y a un exemplaire du Hat Art sur amazon.co.uk, mais il est à £52.47 silent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mqcd-musique-classique.com/
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mar 27 Mai 2008 - 15:08

Philippe a écrit:
arsen6203 a écrit:
Je viens de voir qu'il y a eu deux enregistrements. Le premier chez HM avec Sarah Leonhard et qui semble épuisé et le second chez Col Legno avec Petra Hoffmann. Celui-là semble encore dispo...


Bonjour arsen6203
Il faut absolument trouver la version avec Sarah Leonard, chez Hat Art je crois, en tout cas pas chez HM, - et éviter la version Col Legno, dont je ne saurais d'ailleurs que très peu parler car je ne l'ai pas conservée. Mauvais son, aucune dynamique, très pénible à l'écoute, c'est tout ce dont je me souviens.

La version Hat Art, en revanche, est exceptionnelle ! très belle mise en place de l'orchestre et très belle direction de Zoltan Pesko, qui sait ménager les zones de silence pour mieux faire apparaître les interventions de Sarah Leonard et surtout, comme je le disais plus haut car c'est fondamental pour ce type d'oeuvre, un son magnifique, très clair. Je ne sais pas où ni même si vous pourriez encore dénicher cette version, mais le cas échéant, n'hésitez pas ! Cool




Phil coucou

Merci pour l'info. J'hésitai en effet à me procurer le second enregistrement parce que j'aime beaucoup Sarah Leonhard. Je l'ai longtemps cherché à l'époque mais si je tombe dessus (mais il ne manque pas au point de payer 53livres) ... C'est bien chez Hat/Hut Hat/Art qui est sensé être distribué par HM en fait, d'où la difficulté à trouver même lors de la sortie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
avatar

Nombre de messages : 14250
Age : 55
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Lun 30 Juin 2008 - 14:58

J'ai écouté hier le quatuor à cordes par le Ives Ensemble. Tout d'abord déroute totale, je ne parvenais pas à trouver des repères, puis je me suis laissée prendre par la lancinante répétition. Et bien ça a un effet complètement planant ! bedo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Lun 30 Juin 2008 - 15:03

Rassure-nous, tu as fait autre chose pendant ? Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mariefran
Mélomane nécrophile
avatar

Nombre de messages : 14250
Age : 55
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Lun 30 Juin 2008 - 15:25

Je planais, je te dis… Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Lun 30 Juin 2008 - 15:31

Ah oui, tu as raison, pour la sieste, ce doit être sympa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
kentel
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 25/09/2008

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Lun 6 Oct 2008 - 23:44

DavidLeMarrec a écrit:
Ah oui, tu as raison, pour la sieste, ce doit être sympa.

Je souscris tout à fait à l'excellent commentaire de Philippe sur la musique de Feldman, qui est à mon avis l'un des plus importants compositeurs du XXème siècle : pour l'originalité de son langage d'une part et pour son impact sur l'histoire de la musique d'autre part. Tout le courant minimaliste est redevable à Feldman - et c'est en effet très sensible dans le premier Glass.

Je crois que l'on perçoit du vide en écoutant Feldman uniquement si l'on attend une mélodie qui ne vient pas, ou si l'on recherche des effets dynamiques qui n'existent pas. La musique de Feldman, il le disait lui-même, est une recherche sur le timbre : tout est concentré sur ce paramètre, et aucune autre musique n'est à ce point focalisée sur le travail du timbre. Le quatuor n°2 en est un exemple : les infimes nuances d'attaque et de frottement de l'archet sur les cordes produisent une infinie variété de sons. Par moments on croit même entendre des flûtes ou des harpes (sans rien fumer). Le cd n°3 de la version Flux l'illustre bien je pense - je le dis pour ceux qui ne veulent pas se taper les 6h07mn.

Pour moi, outre les deux quatuors et le sublime Piano & String Quartet dont Philippe a déjà parlé, la série d'oeuvres pour flûte, piano et célesta est centrale dans sa production. C'est là que ce concept de travail sur le timbre me paraît atteindre les sommets : on peut s'en convaincre en écoutant les 17 premières minutes de For Philip Guston - je le dis pour ceux qui ne veulent pas se taper les 4h26mn. Une flûte énigmatique, des notes de célesta qui sonnent comme des gouttes d'eau, et au piano un mouvement de balancier qui rappelle des cloches dans le lointain.

Feldman a composé 3 oeuvres pour flûte, piano et célesta : For Philip Guston, Crippled Symmetry et Why Patterns. Why Patterns est très beau et c'est le plus court des trois (31 mn; autant dire rien du tout à l'échelle feldmanienne), je le dis pour encourager ceux qui hésitent.

Au piano mon préféré est sans aucun doute Piano Three Hands (19 mn, c'est à peine si on a le temps de s'asseoir) - c'est un des plus faciles à entendre je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 6943
Age : 33
Localisation : Aix / Marseille
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mar 28 Juil 2009 - 13:33



Découverte hier soir cette nuit (oui, après le Così de Jochum hehe ...) de Morton Feldman par la pièce For Bunita Marcus interprétée par Stephane Ginsburgh. En fait j'avais déjà entendu un extrait (cinq, huit minutes peut-être?) de cette œuvre sur France Musiques il y a plusieurs mois. Je ne me souvenais plus du tout à quoi ça ressemblait, sinon que j'avais bien aimé et que du coup j'avais retenu le titre dans un coin de ma tête. En vagabondant sur Musicme, je suis tombé sur cet enregistrement et je l'ai lancé... je l'ai laissé continuer une fois au lit (non je ne me suis pas endormi avant la fin! Very Happy ).

Je ne connais pas de musique auquel l'épithète "minimaliste" aille aussi bien... Au début, je dois bien avouer que j'avais l'impression que j'aurais pu produire à peu près la même chose en me mettant devant un clavier et en hasardant deux notes de-ci de-là... Et puis, progressivement... C'est vrai qu'il y a un côté hypnotique dans cette musique... l'impression qu'elle est toujours suspendue au bord du vide, du silence (Webern à côté c'est quasi du Mahler)... mais cela continue quand même... et quand brusquement les choses "s'accélèrent" - c'est-à-dire en gros quand on passe de successions de deux à trois notes avec moins de silences entre elles -, ça donne du coup une sensation d'ampleur lyrique assez impressionnante eût égard à la modicité infime du procédé...

Les premières minutes, je me disais: Bon, je n'écouterai ça qu'une fois, mais au moins je pourrai dire que je l'ai fait. Et maintenant, en fait, je me dis que je lancerais bien dans une exploration plus approfondie du "cas Feldman". Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Mar 28 Juil 2009 - 19:26

A jouer, c'est mortellement ennuyeux. J'ai joué une fois sa plus belle oeuvre pour piano solo Palais de Mari, et je crois bien que j'ai non seulement mangé des silences mais sauté des pages. hehe

Cela dit, à écouter, c'est extrêmement agréable. Effectivement, il y a le retour d'accords qui à force d'être répétés, à intervalles variablement aléatoires, perdent leur côté dissonant ou tendus, valent vraiment en eux-mêmes, comme des pôles un peu abstraits.

Personnellement, j'aime beaucoup, même si je n'écoute pas ça tous les jours, et rarement deux fois la même oeuvre. Tiens, je vais mettre ça sur ma liste d'attente, il faudra que je m'en remette une couche. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Ven 19 Fév 2010 - 20:27

Xavier a écrit:
Il faudrait que je réécoute Coptic Light que j'avais adoré, mon oeuvre préférée de Feldman peut-être.

J'aime également beaucoup Piano and orchestra, Cello and orchestra, Flute and orchestra, et des oeuvres de musique de chambre pour piano, célesta, quatuor à cordes, etc... (Crippled symetry, Why patterns...) mais à de rares exceptions j'ai du mal à trouver un véritable intérêt à chaque oeuvre.

C'est une musique que j'apprécie vraiment, qui me séduit, mais je n'imagine pas écouter 1h de Feldman attentivement, en concert ou chez moi.
Ca manque de consistance à mon goût, on n'est pas loin de la musique d'ambiance finalement... (à part peut-être Coptic Light ou Why patterns qui ont leur intérêt propre par rapport à d'autres pièces)

En résumé: une musique que je trouve mystérieuse, minimaliste et envoûtante souvent, mais à l'intérêt finalement limité à mon sens.

Concernant FELDMAN,je me retrouve à la virgule près dans ton propos.
Dans les quatre pièces écrites pour soliste et orchestre,ma préférence irait
pour la plus longue,celle avec flûte. J'aime aussi celle avec violoncelle
qui me parait la plus intense dans la durée. La dernière (sur CD) pour
piano et orchestre m'a laissé perplexe,m'a un peu ennuyé,en fait. En
même temps,c'est la dernière écoutée. La prochaine fois,je l'écouterai
en premier car il est fort possible qu'elle fut victime d'un peu de lassitude
et de déconcentration.
Sinon,j'aime beaucoup son approche amoureuse du son.
COPTIC LIGHT est-elle dans le même esprit et en mieux encore?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80028
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 20 Fév 2010 - 0:58

Je crois me souvenir d'effets d'orchestration plus séduisants et réussis encore dans cette oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 20 Fév 2010 - 15:01

Xavier a écrit:
Je crois me souvenir d'effets d'orchestration plus séduisants et réussis encore dans cette oeuvre.

Merci Xavier et bien que je n'écouterais pas cela tous les jours,c'est une
approche minimaliste qui me séduit plus que certaines autres. Bizarrement,
ça m'est plus difficile et moins évident avec des compositeurs plus connus et
plébiscités comme GLASS et NYMAN,ce qui m'a valu d'ailleurs,une fois,le
qualificatif de snobinard. Crying or Very sad Bon,j'assume. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81033
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 20 Fév 2010 - 17:40

Théo taschimor a écrit:
Xavier a écrit:
Je crois me souvenir d'effets d'orchestration plus séduisants et réussis encore dans cette oeuvre.

Merci Xavier et bien que je n'écouterais pas cela tous les jours,c'est une
approche minimaliste qui me séduit plus que certaines autres. Bizarrement,
ça m'est plus difficile et moins évident avec des compositeurs plus connus et
plébiscités comme GLASS et NYMAN,ce qui m'a valu d'ailleurs,une fois,le
qualificatif de snobinard. Crying or Very sad Bon,j'assume. Mr. Green
La musique de Feldman est tout simplement plus riche... Very Happy

Quand au snobisme, on sait depuis longtemps que les viviers les plus considérables se trouvent précisément chez les chasseurs de snobs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Sam 20 Fév 2010 - 18:02

DavidLeMarrec a écrit:
Quand au snobisme, on sait depuis longtemps que les viviers les plus considérables se trouvent précisément chez les chasseurs de snobs...

J'adore cette phrase. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HOLLIGER
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2374
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Dim 21 Fév 2010 - 16:49

Théo taschimor a écrit:
Xavier a écrit:
Il faudrait que je réécoute Coptic Light que j'avais adoré, mon oeuvre préférée de Feldman peut-être.

J'aime également beaucoup Piano and orchestra, Cello and orchestra, Flute and orchestra, et des oeuvres de musique de chambre pour piano, célesta, quatuor à cordes, etc... (Crippled symetry, Why patterns...) mais à de rares exceptions j'ai du mal à trouver un véritable intérêt à chaque oeuvre.

C'est une musique que j'apprécie vraiment, qui me séduit, mais je n'imagine pas écouter 1h de Feldman attentivement, en concert ou chez moi.
Ca manque de consistance à mon goût, on n'est pas loin de la musique d'ambiance finalement... (à part peut-être Coptic Light ou Why patterns qui ont leur intérêt propre par rapport à d'autres pièces)

En résumé: une musique que je trouve mystérieuse, minimaliste et envoûtante souvent, mais à l'intérêt finalement limité à mon sens.

Concernant FELDMAN,je me retrouve à la virgule près dans ton propos.
Dans les quatre pièces écrites pour soliste et orchestre,ma préférence irait
pour la plus longue,celle avec flûte. J'aime aussi celle avec violoncelle
qui me parait la plus intense dans la durée. La dernière (sur CD) pour
piano et orchestre m'a laissé perplexe,m'a un peu ennuyé,en fait. En
même temps,c'est la dernière écoutée. La prochaine fois,je l'écouterai
en premier car il est fort possible qu'elle fut victime d'un peu de lassitude
et de déconcentration.
Sinon,j'aime beaucoup son approche amoureuse du son.
COPTIC LIGHT est-elle dans le même esprit et en mieux encore?

j'imagine que vous parlez de ça? http://www.jpc.de/jpcng/cpo/detail/-/art/Morton-Feldman-and-Orchestra/hnum/7830093
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Dim 21 Fév 2010 - 17:09

En plein dans le mille,Holliger, et c'est vraiment la première fois,en dehors de IN C de TERRY RILEY,que je suis à ce point interpelé par une démarche aussi
minimaliste. C'est curieux ce que je vais dire,mais disons qu'il ne s'agit pas
d'une musique qui va me fasciner de la même façon que le premier concerto
pour violon de SZYMANOWSKI,genre de grand souffle musical qui balaie
tout sur le passage,mais un "vide" musical d'un effet que j'ai encore du mal
à analyser,un effet bienfaisant qui subsiste bien longtemps après l'écoute.
si ce n'est pas la musique la plus émouvante qui me fut permis d'entendre, c'est la première fois qu'une composition me fait ce type d'impression,d'effet.
Je ressens une impression de vide et de richesse en même temps. Ce n'est
pas riche en sons,c'est le son,lui-même,qui est riche chez FELDMAN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HOLLIGER
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2374
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Dim 21 Fév 2010 - 17:42

bon ben parfait ça fait 2 ans que ce double cd célophanné prend la poussière sur mes étagères : je l'écouterai peut-être ce soir après strauss, britten et schubert.. peut être en regardant les jo pour accompagner le néant des français bedo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Dim 21 Fév 2010 - 20:02

HOLLIGER a écrit:
bon ben parfait ça fait 2 ans que ce double cd célophanné prend la poussière sur mes étagères : je l'écouterai peut-être ce soir après strauss, britten et schubert.. peut être en regardant les jo pour accompagner le néant des français bedo

Explique moi un truc. Mr. Green Quel intérêt de garder pendant des lustres
un cd sur ses étagères,de plus sous célophane,sans avoir la terrible envie
de savoir ce qu'il contient? Ce genre de chose me serait personnellement
impossible même envers un compositeur dont j'aurais les plus grands
préjugés. Ma curiosité prend très vite le dessus. Shocked
Maintenant,je ne peux,hélas,te promettre la même impression,le même effet
inédit que j'ai ressenti à l'écoute. J'aime principalement ceux pour flûte et
violoncelle et si pour moi ce fut zen,il se peut que pour toi ce soit I don't want that Dans ce cas,un peu de BRUCKNER derrière,te donnera un bon coup de fouet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HOLLIGER
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2374
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   Dim 21 Fév 2010 - 21:10

Théo taschimor a écrit:
HOLLIGER a écrit:
bon ben parfait ça fait 2 ans que ce double cd célophanné prend la poussière sur mes étagères : je l'écouterai peut-être ce soir après strauss, britten et schubert.. peut être en regardant les jo pour accompagner le néant des français bedo

Explique moi un truc. Mr. Green Quel intérêt de garder pendant des lustres
un cd sur ses étagères,de plus sous célophane,sans avoir la terrible envie
de savoir ce qu'il contient? Ce genre de chose me serait personnellement
impossible même envers un compositeur dont j'aurais les plus grands
préjugés. Ma curiosité prend très vite le dessus. Shocked
Maintenant,je ne peux,hélas,te promettre la même impression,le même effet
inédit que j'ai ressenti à l'écoute. J'aime principalement ceux pour flûte et
violoncelle et si pour moi ce fut zen,il se peut que pour toi ce soit I don't want that Dans ce cas,un peu de BRUCKNER derrière,te donnera un bon coup de fouet

Mr. Green bon ben par exemple je me suis acheté le coffret russian legend, l'intégrale chopin, l'intégrale rachmaninoc, l'intégrale haydn plus des dizaines de cd en 3 mois, plus je travail en musique en médiathèque..plus j'ai 4000 cd donc j'en ai au moins 300 ou 400 jamais écoutés, du moins pas encore bedo mon plaisir est de pouvoir découvrir ce que je veux quand je veux ou me plonger dans une intégrale (je suis monomaniaque parfois) comme les 34 scarlatti de ross que j'ai écouté en 3 semaines ou aujourd'hui 7 des 9 cd du coffret strauss kempe qui dormait dans ma discothèque depuis un an..
voilà Very Happy

pour feldman je te dirai ça dés que je l'aurais écouté, ce soir sans doute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cas Morton Feldman...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cas Morton Feldman...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Morton Feldman
» Morton Feldman
» Le cas Morton Feldman...
» Andrew Morton
» MORTON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: