Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Franz Schmidt (1874-1939)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87984
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Franz Schmidt (1874-1939)   Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 EmptyLun 11 Fév 2019 - 15:26

Oui, la forme peut paraître élusive, la veine mélodique aussi, mais je trouve que ça mérite réellement la réécoute. (Bien sûr, il y a tellement à écouter qu'on peut aussi arbitrer en faveur d'autres compères…)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 561
Age : 38
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Franz Schmidt (1874-1939)   Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 EmptyLun 11 Fév 2019 - 19:57

De fait, je réécouterai forcément un jour, mais je ne pense simplement pas le faire dans les semaines à venir, disons. Il y a toujours une déception quand on n'accroche pas à une oeuvre très appréciée par d'autres membres du forum, mais dans tout ce que j'ai testé depuis maintenant presque deux ans que je traine ici, j'ai déjà découvert tellement de belles choses qu'on oublie bien vite !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 561
Age : 38
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Franz Schmidt (1874-1939)   Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 EmptyMer 13 Fév 2019 - 11:28

Je ne suis peut-être pas complètement perdu pour Schmidt tout de même, car, après avoir testé un peu de musique de chambre, je partage en partie l'avis de Benedictus sur le Quatuor en la majeur, qui m'a semblé quelque part plus "simple" et immédiatement séduisant que les symphonies, et m'a de fait convaincu dans l'ensemble (j'aime moins le dernier mouvement mais le reste c'est du solide avec à mon sens un point culminant dans l'adagio).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.normalesup.org/~glafon/
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5341
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Franz Schmidt (1874-1939)   Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 EmptyDim 27 Oct 2019 - 20:40

Je réécoute le premier mouvement de la Deuxième Symphonie (Sinaisky, j'ignore s'il existe une autre version, mais c'est très bien) avec un grand plaisir : c'est plus concentré et ciselé que du Mahler, ça ressemble parfois à du Strauss sans en avoir les tics agaçants et lourdingues... J'ai du mal à ne pas dégainer ces bonnes vieilles références, car il est difficile de ne pas y penser (et même impossible, à moins de ne pas les connaître) - et pourtant cette musique mérite mieux, et a pour elle une sobriété et une (relative) concision que ne possèdent aucun des deux autres.
Je m'en voudrais de remettre une couche de radotage en invoquant le troisième larron, à savoir Brahms - ce que je fais pourtant (mais ce n'est pas précisément une insulte), car Schmidt parvient à synthétiser tout un pan de l'esthétique postromantique dans une forme quasi-classique, tout comme Brahms n'a cessé de le faire avec le langage musical de son époque (Wagner compris, en un sens).

Si le premier mouvement m'euphorise littéralement, j'ai plus de distance avec les variations du deuxième, même si c'est extrêmement bien ficelé (mais pour le coup un peu trop "bon artisan" pour mon goût, ce qui là encore le rapproche d'un certain Brahms, pas mon préféré).

Et à vrai dire je ne suis pas non plus très emballé par la sévérité du (long) début du finale : si j'ai envie d'écouter ce genre de polyphonie, je préfère me tourner vers un répertoire plus ancien (qui présente l'avantage de l'exotisme historique).
La suite ne me semble pas retrouver l'inspiration du premier mouvement, et je comprends pourquoi cette œuvre ne m'avait pas plus emballé que ça... Dommage (heureusement il me reste deux autres symphonies, dont la "valeur sûre" de la 4e Smile ).
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8962
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Franz Schmidt (1874-1939)   Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 EmptyDim 27 Oct 2019 - 21:35

Golisande a écrit:
la Deuxième Symphonie (Sinaisky, j'ignore s'il existe une autre version, mais c'est très bien)
Sinaisky est très, très bien, mais j'aime encore davantage Bychkov (voir ici.)
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5341
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Franz Schmidt (1874-1939)   Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 EmptyMar 29 Oct 2019 - 23:14

Encore la 2 (cette fois-ci, promis, j'enchaîne avec les suivantes) (et je ne pense pas être encore prêt pour la 1, ça viendra peut-être...)
Je suis décidément assez fan du premier mouvement, construction pleine de surprises et de recoins, offrant des échappées variées sur tout un pan de l'histoire de la musique germanique, et qui ne s'épuise pas malgré des écoutes répétées sur de courtes périodes (je précise qu'il m'arrive fréquemment d'écouter un mouvement plusieurs fois, ou de revenir au début lorsque mon écoute a été trop discrète).
En outre c'est une musique foncièrement gaie - ce que je prenais presque pour une tare il n'y a pas si longtemps - sans que cela nuise à sa richesse expressive (je n'en suis certes pas au point de mettre Schmidt au même niveau que Mahler, mais en revanche je le place peut-être plus haut que Strauss - ne serait-ce que parce qu'il lui emprunte beaucoup en réussissant à ne jamais être vulgaire, ce que Strauss est très souvent à mon sens).

Je radoterais en disant que le deuxième mouvement me passionne moins : radotons donc.
Ce mouvement décèle toutefois quelques très beaux moments (les variations lentes en particulier), et le côté brahmsien de Schmidt me le rend plutôt plus sympathique -- d'ailleurs je pardonne facilement à Brahms son appétence pour les variations, donc pourquoi pas à Schmidt.

Cela dit, je mentirais en prétendant ne pas m'ennuyer un chouïa, comme d'ailleurs avec le Brahms variationneux.

Je tâche d'écouter plus attentivement le Finale, qui m'a toujours un peu échappé... Les cinq premières minutes sont tout de même très austère, d'une austérité allant bien au-delà du Brahms le plus luthérien... Ensuite cela s'anime un peu, et j'entends de vagues échos de la 5e de Bruckner (une symphonie que j'ai récemment appris à - beaucoup - aimer, même si je n'ai pas parlé ici, essentiellement parce que je l'écoutais toujours avec partition).
Malheureusement, je trouve que la suite s'embourbe un peu, le souffle n'est pas là (peut-être devrais-je essayer Bychkov ?). Encore un passage plus calme, que je trouve assez anodin - je n'en perçois ni l'intérêt intrinsèque ni la fonction dans l'architecture globale -, et un emballement final se concluant de manière abrupte (une habitude chez Schmidt manifestement).
Je comprends que l'on puisse y trouver du charme, mais mais personnellement tout cela me laisse  assez indifférent...

Reste (essentiellement) le premier mouvement...
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5341
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Franz Schmidt (1874-1939)   Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 EmptyMer 30 Oct 2019 - 1:08

Le premier mouvement de la Troisième possède un côté très français (tempéré par de longues séquences d'un formalisme austère et chiant comme du Reger).
Il y a (surtout au début) de longues séquences "bucoliques" très convaincantes, dignes de ce que j'aime le plus dans le genre (de la 5e symphonie de Tournemire à la 1e de Roussel, avec en prime des échos du Koechlin le plus innocent et champêtre - sans parler du sempiternel Delius, toujours prêt à surgir dès qu'il est question de pastoralisme, anglais ou non).
Cela dit, le monde germanique est bien présent - avec grupetti et chromatisme sensuel, mais hélas aussi avec l'assèchement qui domine les deux tiers de la symphonie précédente, et qui finit par l'emporter dans ce premier mouvement. Et quelle fin abrupte (trop, à mon sens : on est aux antipodes des codas interminables de Mahler, mais je préfère ces dernières).

L'Adagio est harmoniquement très torturé et assez original - intéressant au moins à cet égard, sans être particulièrement passionnant par ailleurs - j'ai d'ailleurs l'impression que cette harmonie chargée a un côté artificiel, comme si Schmidt avait voulu apporter sa contribution aux tendances de l'époque sans y être complètement à l'aise...

Le Scherzo ne me semble pas particulièrement marquant : certes il s'y passe plein de choses, un peu comme dans un menuet de symphonie de Haydn transposé en 1928 (ce qui était possiblement l'intention du compositeur), mais à vrai dire je n'y prends pas beaucoup d'intérêt.

Je reviendrai peut-être sur le Finale (assez ennuyeux), car je sature un peu...
Avec un petit recul, j'ai l'impression que Schmidt brasse beaucoup de langages de son époque ou (surtout) des époques antérieures, sans parvenir à une synthèse mais en juxtaposant plutôt des esthétiques assez hétérogènes (d'un mouvement à l'autre, et à l'intérieur d'un même morceau)...
Il y parvient avec plus ou moins de bonheur, mais il me semble que la Quatrième symphonie est d'assez loin supérieure aux deux précédentes (excepté, peut-être, le premier mouvement de la 2)...
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5341
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Franz Schmidt (1874-1939)   Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 EmptyMer 30 Oct 2019 - 22:42

Pas eu le courage de revenir sur la 3 (que j'ai trouvée assez c.i.n.e, pour tout dire).

En revanche je réécoute la 4, et - comme dans mon souvenir - j'ai l'impression que Schmidt a lâché la bride, que pour la première fois peut-être il ne se soucie pas de s'inscrire dignement dans une très ancienne lignée, ni de rendre hommage à d'illustres prédécesseurs...
Il y a une grande liberté dans ce langage, certes pas moderniste (je viens d'écouter la Septième de Mahler, de trente ans antérieure...) mais souple et même sensuel, avec des passages d'une singularité - et même d'un mystère (milieu du premier mouvement) absent des symphonies antérieures, une audace harmonique purement organique (comme celle de Tristan et du dernier Mahler), des moments de pure ivresse sonore tendus de moirures impressionnistes...
Comme pour en remettre une couche, l'Adagio est un des mouvements lents symphoniques que je chéris le plus : la douce mélancolie (irrésistible pour moi) de son thème principal, l'obscurité et la tourmente harmonique de sa section centrale... Tout cela me rappelle (dans un langage très différent, et pour le coup vraiment personnel) l'Adagio du Quintette op.115 de Brahms, avec son cœur noir concentrant toute la mélancolie diffuse de ses parties externes...
À noter que dans la version Sinaisky, ce mouvement est curieusement partagé entre les plages 3 (thème principal et section centrale) et 4 (retour du thème principal, qui s'enchaîne sans rupture avec le Scherzo)...
Le Scherzo est agréable à écouter car il conserve ce "nouveau" langage schmidtien, et reprends certains éléments du premier mouvement (la harpe drunken ), mais comme souvent je ne suis pas particulièrement captivé... Aucun ennui toutefois, les éclairages et les micro-récits successifs maintiennent mon attention en éveil.
Impressionnante (et très mahlérienne) transition avec le Finale, plus exactement une sorte de variation du premier mouvement, globalement plus sombre et mélancolique (on est en fait dans une structure globale ABCA')... La coda est assez extraordinaire - toujours très minimaliste, mais d'une façon radicalement différente de celle des autres symphonies ..

Je vais être un peu abrupt, mais pour moi cette symphonie semble émaner d'un autre compositeur que la 2 et la 3, et (toujours pour moi) le saut qualitatif en terme de d'originalité, de subtilité et de puisance expressive est vraiment considérable...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Franz Schmidt (1874-1939)   Franz Schmidt (1874-1939) - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Franz Schmidt (1874-1939)
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Hans Schmidt-Isserstedt (1900-1973)
» Henri Marteau (1874-1934)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: