Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Hugo Alfvén (1872-1960)

Aller en bas 
AuteurMessage
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 19 Oct 2008 - 11:34

Il n'y a pas de fil sur ce compositeur, et Spiritus ayant fait une comparaison avec Nielsen pour l'orchestration, ça m'intéresse d'en savoir plus.

J'ai récupéré ses dates sur Wikipedia, maintenant je passe le relai à ceux qui savent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 19 Oct 2008 - 11:39

C'est moi qui devait créer ce fil calimero

J'avais promis de le faire il y a quelques semaines; je peux vous parler de ses symphonies, entre autres, de sa Quatrième en particulier, qui est un chef d'oeuvre impressionnant et à peu près unique.

Je ferai ça dès que j'aurai un peu de vacances, la semaine prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 19 Oct 2008 - 11:44

Spiritus a écrit:
C'est moi qui devait créer ce fil calimero
Parce que tu brigues aussi le podium de "ceux qui commencent le plus de sujets" ? Shocked

Wiki renvoie à un article en anglais sur les symphonies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 19 Oct 2008 - 11:45

Il en a déjà été question, notamment par Laurent, dans le fil consacré aux compositeurs scandinaves. On peut s'y reporter dans un premier temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 19 Oct 2008 - 11:45

jerome a écrit:
Spiritus a écrit:
C'est moi qui devait créer ce fil calimero
Parce que tu brigues aussi le podium de "ceux qui commencent le plus de sujets" ? Shocked

Bien que sûr que oui!

Avec tous les Amerloques et les Angliches dont il me reste à parler, j'ai mes chances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82584
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 19 Oct 2008 - 11:46

jerome a écrit:
Il n'y a pas de fil sur ce compositeur

Il en a peut-être été question ici: http://classik.forumactif.com/general-f1/musiques-du-nord-scandinavie-baltique-t633.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 19 Oct 2008 - 11:52

salut

Sud273 a écrit:
Alfven, mignon? je veux bien si on parle des deux premières symphonies, de certaines mélodies avec orchestre, même de la première rhapsodie suédoise (Veille d'une nuit d'été) mais je suppose alors que tu en as autant au service d'Enesco et que tu considères les deux pseudo symphonies de Richard Strauss comme gentillettes, au même titre que les grandes oeuvres de Bantock.

Richard Strauss a exprimé son admiration envers l'orchestration et la puissance du souffle, et il me semble que même chez Sibélius, on en retrouve l'écho dans ses oeuvres ultimes sous le prétexte d'une description de paysages tourmentés. J'y perçois l'influence de La tragédie de Salomé, de Daphnis. Certes on ne retrouve rien de tout ça dans aucune des oeuvres ultérieures d'Alfven et peut-être aurait-il pu s'arrêter là et continuer à peindre plutôt. Il y a un disque chez Naxos, ça vaut le coup pour le prix!

jolan a écrit:
Concernant la Sympho 4 d'ALFVEN, je l'aime beaucoup, je reviendrai mettre mon petit commentaire après une écoute plus précise.
Par contre, j'ai réécouté sa Sympho 2, d'un académisme navrant...

Stanislas Lefort a écrit:
Chez Alfvén, le côté folkloriste me plaît bien. Parfois, on dirait du Rameau réarrangé au XIXe siècle. Il a fait du "neuf" avec du "vieux" quoi. Etonnant.

Ça s'écoute donc très facilement et ça pourrait coller des boutons à certains esthètes.

Incidemment : pas vraiment de surprise du côté des disques Naxos... ça sonne petit, étriqué. Si on ne force pas sur le volume de l'ampli, on a l'impression d'écouter des disques en mono.

EDIT : Alfvén, symphonie n°4... je suis moins fan. On est dans le symphonique XIXe "classique", les mouvements sont beaucoup plus longs. Par ailleurs, il y a de temps en temps, un monsieur et une dame qui crient des choses qu'on ne comprend pas bien. Ils sont peut-être perdus dans la forêt. Ou on leur a volé leur sac à main !

Sud273 a écrit:
je réécoute la 4ème d'Alfven, extraite de l'intégrale symphonique de papa Järvi. La musique ne s'en sort pas trop mal, c'est beaucoup moins bien que la version Stig Westerberg de 1979, avec Elizabeth Södorström (là chez Järvi les voix ne parviennent pas à se fondre dans l'ensemble, tout est un peu plaqué) mais tout de même quel lyrisme: vraiment une de mes oeuvres préférées, on se prend à rêver sur la façon dont Richard Strauss pouvait diriger cette musique. Tiens ça me rappelle que quelqu'un cherchait des oeuvres avec voix sans paroles, ce qui est précisément le cas, d'où les malentendus à la création, si ça ne "disait" rien, c'est que forcément ça sous-entendait des choses indicibles...
J'évoque Strauss aussi, car c'est toujours une question insoluble de constater que quelqu'un peut écrire des choses aussi en avance sur son temps et revenir ensuite à un clacissisme quasi-mendelssohnien.

Spiritus a écrit:
D'Alfven je ne connais que la 5e, d'où j'avais tiré un extrait de BT, et j'aime beaucoup. Très impressionniste et sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 72
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 19 Oct 2008 - 12:50

Je possède les 5 Symphonies de chez Naxos, je n'ai pas vraiment de préférence entre elles, pourtant c'est vrai qu'elles sont différentes en style.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Lun 27 Oct 2008 - 20:10

J'avais promis de vous causer de ce compositeur: je vais tenir ma promesse!

Personnellement, j'ai entendu ses symphonies nos 3, 4 et 5, plus sa Rhapsodie suédoise n°3, et c'est ces oeuvres dont je peux parler. Difficile d'établir une filiation à la musique d'Hugo Alfvén, à la fois originale, personnelle et très variable: on ne croirait pas en aveuglette que les trois symphonies sont du même compositeur! Disons que s'il fallait le rapprocher de quelqu'un, ce serait Richard Strauss, comparaison défendable pour la 4è symphonie en particulier - la 5è rappelle plus Rachmaninov, la 3è n'a rien de nordique. Voilà en tous les cas une musique accessible et toujours très belle, qui atteint parfois des cimes, et ne descend jamais très bas en intensité.

La Troisième symphonie a été écrite alors que le compositeur se trouvait en Italie et était tombé amoureux: éléments importants pour saisir la portée de l'oeuvre, lumineuse et joviale, pleine d'allant, qui évoque parfois Saint-Saëns, un peu Respighi, un peu Mendelssohn même: elle dépeint, selon les mots du compositeur, "le plaisir qu'[il] avait à être amoureux": programme qui résume le fil conducteur de l'oeuvre, guidée non par une intention descriptive ou programmatique mais par l'ardeur, l'entrain, l'inspiration et par cette joie sans objet que l'amour nous fait éprouver au moins dans un premier temps. Ce n'est pas un chef d'oeuvre et c'est assez peu représentatif de la musique d'Alfvén, qui est généralement plus tourmentée et tournée vers les brumes nordiques, mais j'aime bien cette oeuvre mélodiquement superbe, pleine d'un souffle de vie rafraîchissant.

La Quatrième symphonie, écrite en 1919, est d'une autre ampleur et d'un autre impact. Oeuvre fleuve de 50 minutes, pour un immense orchestre et deux voix coloratures, elle est directement dérivée du monde de Richard Strauss, tout en préservant la personnalité très reconnaissable du compositeur suédois. La tonalité s'y fait très modulatante, avec beaucoup d'accords augmentées et de basculements inattendus; l'orchestration est également dans la même veine, décadente au possible, avec les arabesques de bois, la harpe, les timbales à son déterminé et la sonorité troublante des coloratures; l'impact érotique de l'oeuvre est parfois ailleurs immense, et rapproche cette Quatrième d'un autre compositeur du Nord, Szymanowski, dans lequel on retrouve ce côté luxuriant et ouvertement sensuel. Taxée de pornographique à sa création, l'oeuvre fut interdite: ça n'a rien d'étonnant au vu du délié de l'écriture, qui prend la forme (ou plutôt l'illusion d'une non-forme) d'un poème symphonique de Strauss, dilaté à l'extrême, mais supporté par une forte cohésion et une tension interne véritablement envoûtante. L'une de mes découvertes les plus fascinantes depuis la rentrée: cette oeuvre mystérieuse, érotique, parfois désespérée, toujours opulente et dense, se révèle être un chef d'oeuvre à peu près sans comparaison directe.

La Cinquième symphonie, en 1958, constitue par rapport à sa devancière un bond en arrière surprenant. Plongée dans le classicisme, ou plutôt dans un romantisme très soft, l'oeuvre semble calquée sur la Deuxième symphonie de Rachmaninov, de quarante ans antérieure: des analogies thématiques et structurelles me semblent perceptibles, dans les deux premiers mouvements d'Alfvén en particulier. Le langage est ici assez descriptif, très beau, agréable mais assez inoffensif, même si le deuxième mouvement développe une véritable poésie "bucolique" et que le troisième, avec ses glissandi de xylophone (j'en avais mis un extrait dans mon premier BT l'année dernière), est beaucoup plus troublant et moderne. Le finale, répétitif et bien long, déploie en revanche un triomphalisme assez plat et peu varié. Reste le premier mouvement, mahlérien de dimensions, pas d'intensité, malgré la beauté de la thématique et la force lyrique indéniable de certains passages. Une oeuvre inégale qui ne parvient pas au sommet de la Quatrième.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Lun 27 Oct 2008 - 23:55

Spiritus a écrit:

La Quatrième symphonie, écrite en 1919,est directement dérivée du monde de Richard Strauss
c'est exactement le contraire en fait
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Lun 27 Oct 2008 - 23:58

Richard Strauss a composé la plupart de ses oeuvres avant 1919! siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mar 28 Oct 2008 - 0:08

la première rapsodie d'Alfven(Midsommarvarka) date de 1903, et il est connu en Allemagne dès 1899.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mar 28 Oct 2008 - 0:12

Richard Strauss dès 1884! d'accord, on pinaille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Lun 13 Juil 2009 - 2:34

Finalement je ne suis pas complètement emballé par cette Quatrième Symphonie (Svetlanov).
Quel pathos ! C'est vraiment très descriptif, guidé par un scénario à la limite du kitsch.
Le petit thème qui semble être le leitmotiv principal de l'oeuvre est plutôt sympa. Des deux voix solistes, je retiens surtout le duo au centre de l'oeuvre, mais dans l'ensemble je me reconnais assez dans le désarroi exprimé quelques posts plus haut : "ils sont perdus dans la forêt ? On leur a volé leur sac à main ?" C'est une symphonie à grand spectacle, mais je ne ressens pas la fascination de Spiritus. L'orchestration, certes, est rutilante et pleine de variété ; c'est un peu là-dessus que mon oreille s'attarde avec le plus de plaisir. Le côté mystérieux, je le ressens plutôt comme du mystère de foire, tellement appuyé qu'on ne se concentre plus que sur les ficelles.
Derrière le Straussisme manifeste, je trouve le Wagnérisme aussi très apparent, dans la façon de faire monter la tension sur de longues durées.
Dans un BT, j'aurais daté ça de la fin du XIXème, je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Ven 17 Juil 2009 - 16:39

Pour moi la quatrième est son plus grand chef d'oeuvre avec le poème symphonique En skärgårdssägen (Legend of the Skerries) qui procède du même esprit, une carte postale maritime onirique et envoûtante.

Si j'avais à classer ses symphonies je placerais sans hésitation la quatrième en tête. La version Svetlanov est superbe et indispensable, celle de Niklas Willén chez Naxos me paraît aussi incontournable, c'est par ailleurs la seule version où cette symphonie de presque 50 minutes est découpée en plusieurs pistes. Neeme Järvi, chez BIS ou Brilliant Classics, est beaucoup plus décevant. Je n'ai pas entendu la version Westerberg. Il n'existe actuellement que deux intégrales des 5 symphonies : celles de Neeme Järvi et de Niklas Willén. Indépendamment de la quatrième Svetlanov a aussi enregistré la seconde symphonie (pas écoutée) et le ballet du Roi de la Montagne pour le label Musica Sveciae.

Mon classement personnel des 5 symphonies : 4 - 2 - 1 - [3 / 5]

1) Symphonie n°4 : attention chef d'oeuvre !
2) Symphonie n°2 : tourmentée et obscure, c'est pour moi la meilleure des 5 après la quatrième, en dépit de passages qui sonnent un peu trop scolaires (la fugue du dernier mouvement par exemple)
3) Symphonie n°1 : essentiellement pour le 1er mouvement
4) Symphonie n°3 : désagréable sensation de creux et de régression beethovénienne
5) Symphonie n°5 : le premier mouvement est insupportable (un tintamarre pompier sans idées) tout comme le dernier qui pêche par une longueur excessive et un manque d'idées. Alfvén a mis un temps fou à composer et à peaufiner cette oeuvre mais on dirait bien que l'inspiration n'était plus là. Les passages les plus intéressants se concentrent essentiellement dans les deux courts mouvements centraux.

Les rhapsodies suédoises sont à connaître aussi, surtout la première - que jérôme ne manquera pas de trouver kitsch voir overkitsch - le tube le plus connu d'Alfvén - ainsi que la troisième.


Dernière édition par WoO le Mar 28 Juil 2009 - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 22 Juil 2009 - 0:39

Je vais sans doute beaucoup décevoir, mais même par Svetlanov, la Quatrième, je trouve ça à la fois original dans les procédés d'orchestration et très impersonnel dans le style.

Une sorte de pathos de carton-pâte, de Tchaïkovsky pour cardiaques mendelssohniens. Smile

Bien, je provoque un peu, parce que c'est vraiment original, et sans doute que je n'ai pas entendu une interprétation qui rendait justice au feu que je sens qu'on peut y mettre, mais Alfvén me fait toujours cet effet : très réussi, et en même temps ça ne retient pas mon attention.

Et pourtant, il y a quand même bien des détails chouettes. Peut-être nécessaire d'insister plus, comme pour Nielsen dont je suis très longtemps resté détourné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 22 Juil 2009 - 0:51

DavidLeMarrec a écrit:
sans doute que je n'ai pas entendu une interprétation qui rendait justice au feu que je sens qu'on peut y mettre

Et allez, on en profite pour débiner un peu Svetlanov hehe
Je me souviens pourtant d'un commentaire plus qu'élogieux en Playlist siffle

Qu'est-ce que tu entends par impersonnel dans le style ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 22 Juil 2009 - 0:57

Je pense avoir entendu (mais était-ce cette symphonie, ou bien un poème symphonique ?) une autre version il y a longtemps.

J'aime énormément Svetlanov généralement, mais ici je sens un manque d'abandon.


Ce que je voulais dire, c'est que ça regorgeait de trouvailles, mais que finalement le mélodisme et l'harmonie étaient aussi plats que certains de ses contemporains et même prédécesseurs assez moyens. Par rapport aux moyens créateurs et au travail personnel de la matière sonore, le résultat me paraît bizarrement sage, d'une portée assez réduite.

Il faudrait peut-être que je m'acharne un peu sur Alfvén, c'est peut-être de moi et un peu de Svetlanov que vient la réserve...


En tout cas, avec la Mer qui est couplée sur le disque, je n'ai aucun problème. Même si ce n'est pas le meilleur répertoire de Svetlanov.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 22 Juil 2009 - 1:26

En général j'évite d'aller au-delà de la première plage Laughing

Peut-être que tu as raison, mais cette platitude qui te chagrine ne m'a jamais dérangée. C'est une oeuvre véritablement inspirée et peu importe sa portée et son importance dans l'histoire de la musique. A chaque fois que je l'écoute je suis transporté : le lyrisme y est exacerbé (je comprends qu'on puisse y voir du pathos carton-pâte ou du kitsch) mais en même temps je sens comme une sorte d'équilibre et on ne frôle pas l'overdose comme avec certains postromantiques trop chargés et trop sucrés. Ici l'orchestre se fait véritablement caresse. On peut trouver des longueurs et des redites dans le passage central mais l'introduction, la première et la dernière partie sont vraiment géniales.

En tout cas si tu t'acharnes sur Alfvén tu ne trouveras pas mieux que cette symphonie. Les cantates disponibles chez Sterling ne sont pas du premier intérêt. Ses musiques de films sont belles mais peu marquantes. Il y a aussi le ballet du Roi de la Montagne : la suite orchestrale qui en est issue est très amusante, elle plaira tout particulièrement aux amateurs du Grieg symphonique.


Dernière édition par WoO le Mar 28 Juil 2009 - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 22 Juil 2009 - 1:37

WoO a écrit:
C'est une oeuvre véritablement inspirée et peu importe sa portée et son importance dans l'histoire de la musique.
Rien de novateur, c'est sûr, mais ça reste original dans l'écriture. Bien, nous verrons... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 2 Aoû 2009 - 16:42

WoO a écrit:

5) Symphonie n°5 : le premier mouvement est insupportable (un tintamarre pompier sans idées)

pourtant le thème "grondant" du début de l'Allegro est quand même bien trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dave r symph chamber
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/03/2015

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 25 Mar 2015 - 23:30

Je lis des avis intéressants sur Hugo Alfven : j'écoute en ce moment ses oeuvres : le ballet "Roi de la Montagne" est bien reussi, on dirait du Grieg, en un peu plus moderne et mieux orchestré.
La quatrième symphonie est envoûtante, avec son orchestration fort complexe et riche, et l'usage des voix sans paroles, reminiscentes de Carl Nielsen et Ralph Vaughan Williams.
La deuxième symphonie est plus conventionelle, pour le moment, mais très attractive d'un point de vue mélodique. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Jeu 26 Mar 2015 - 18:29

"Le roi de la montagne" ("Bergakungen") a été enregistré une seule fois en entier à ma connaissance (Musica Sveciae, Rozhdestvensky). C'est un disque magnifique. La Suite et des extraits individuels sont plus répandus. Alfven est un des compositeurs suédois les plus talentueux. S'il avait eu un tube comme le concerto de Grieg, il serait beaucoup mieux connu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dave r symph chamber
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/03/2015

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Jeu 26 Mar 2015 - 21:33

Techniquement Alfven a un tube : sa première rhapsodie suédoise Midsommarvaka op 19 ; sinon, il serait complètement oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Jeu 26 Mar 2015 - 21:34

C'est beau effectivement (moi non plus, je n'en ai jamais vu d'autre enregistrement), même si pas au niveau des meilleures symphonies, mais il est vrai que ce n'est pas le rôle des musiques de scène.

Effectivement, compositeur important qui mériterait d'être donné régulièrement. Je ne dis pas que ce soit aussi important que Nielsen et Sibelius, mais comme Schmidt, il mériterait une véritable place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4044
Age : 24
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Ven 12 Juin 2015 - 0:20

André a écrit:
"Le roi de la montagne" ("Bergakungen") a été enregistré une seule fois en entier à ma connaissance (Musica Sveciae, Rozhdestvensky). C'est un disque magnifique.

Musique et interprétation magnifiques, absolument ! A propos de ce Bergakungen, j'ai cherché en vain l'argument du ballet... quelqu'un (David ? André ?) pourrait-il me la résumer, ou m'indiquer où me renseigner Smile ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eric7591
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 02/06/2015

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Ven 12 Juin 2015 - 22:15

pas grand chose a rajouté par apport a si dessus je les ai aussi chez naxos effectivement c'est la 4eme qui est la plus réussie , ensuite les deux premières , la 3eme est un peu hors de son style et la 5 eme faudrait que je la réécoute , j'ai ensuite la suite du roi de la montagne , les rhaspodies suédoises y a que la 3eme que j'ai pas accroché , clair c'est du romantisme tardif mais dans l'ensemble sa passe je trouve , il est pas le seul je pense que y aussi un contexte son compatriote Kurt Atterberg l'est aussi voir encore plus anachronique je trouve des quelques extraits que j'ai pu entendre de ses 7 et 8 eme symphonies , lui c'est sa 9 eme qui vaut le détour j'ai aussi sa 2,5,6 eme symphonies curieux se 20 eme siècle que je trouve marquant les différents styles composé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8187
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Sam 15 Oct 2016 - 9:44

J'ai été surpris, à l'écoute de la "rapsodie suédoise n°1" (Op.19), de constater que la mélodie du début m'était très familière.
Cette mélodie aurait donc été empruntée et réutilisée ? Et j'aimerais bien savoir dans quel contexte. scratch

...si quelqu'un a une idée ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 19 Oct 2016 - 1:56

L'oeuvre contient un thème original et plusieurs thèmes folkloriques suédois. L'identité du premier thème (joué à la clarinette) n'est pas précisée. Popularisée par toutes sortes d'arrangements, dont ceux de Chet Baker (guitare) dans les années 50, Deep Purple, Mantovani etc.

C'est un des plus fameux 'hits' de musique classique, dont tout le monde connaît le thème principal, et pourtant son compositeur demeure inconnu du grand public et même chez les mélomanes très peu connaissent sa musique. C'est très dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8187
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 19 Oct 2016 - 9:54

Oui, j'ai souvent entendu ce thème et ce n'est que récemment que j'ai découvert qu'il s'agissait d'une composition d'Alfven !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8187
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 19 Oct 2016 - 19:39

Rubato a écrit:
Oui, j'ai souvent entendu ce thème et ce n'est que récemment que j'ai découvert qu'il s'agissait d'une composition d'Alfven ! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg skywalker
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 602
Date d'inscription : 06/08/2010

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 3 Oct 2018 - 12:08

Alfven Bergakungen  (le roi de la montagne ) ,Ballet pantomime en 3 actes   orchestre de la radio suèdoise , Svetlanov

c'est le Ballet integral (78') , pas la suite d'orchestre .
Après la Symphonie n°4 , c'est l'oeuvre de Alfven que je préfère . Une sorte de "Peer Gynt" suédois mixant des danses rustiques (digne des danses de Peer gynt ) et des passages assez straussien .
En effet , Afven compose  Le roi de la montagne en même temps que sa 4eme symphonie (1918-1919) , les langages du ballet et cette symphonie sont proches .
En prime : une bonne prise de son , un Svetlanov en forme , et chouette pochette , bref c'est le bonheur .
Amateur de ballet romantique ( Roupoil ?)   ,n'hésitez pas à jeter une oreille !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 3 Oct 2018 - 13:46

Ah tiens, je l'ai assez souvent écouté, et pourtant je n'y ai jamais trouvé le même charme que dans les symphonies, même de jeunesse : le côté décousu l'emporte, sans que je sois saisi par la puissance d'évocation ou tel numéro très singulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
greg skywalker
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 602
Date d'inscription : 06/08/2010

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 3 Oct 2018 - 14:56

DavidLeMarrec a écrit:
Ah tiens, je l'ai assez souvent écouté, et pourtant je n'y ai jamais trouvé le même charme que dans les symphonies, même de jeunesse : le côté décousu l'emporte, sans que je sois saisi par la puissance d'évocation ou tel numéro très singulier.

Décousu ., normal ... c'est un ballet romantique , certes c'est pas carré ... je trouve qu'il y a quand même une unité stylistique assez forte entre numéros .
Et Si il y a peu de numéros marquants ,on évite du coup l'enfilage de perles mélodiques (des séries danses arabes, espagnoles etc ... de casse-noisette)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Mer 3 Oct 2018 - 15:25

Ok, mais il y a plein de ballets romantiques que j'aime beaucoup (les danses pittoresques ne sont pas trop mon truc non plus, sauf Casse-Noisette qui a un peu killé le game) ; celui-ci, je ne lui trouve rien de très saillant, je suis un peu déçu à chaque fois, même si c'est objectivement très bien.

Avec chorégraphie, c'est sûr, j'y cours. Mais c'est pas gagné vu la politique actuelle à Paris (où j'ai pu voir des ballets de Franck, Rangström, M. Gould, Damase… cette époque semble sérieusement révolue).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Roupoil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 347
Age : 37
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 7 Oct 2018 - 18:47

J'ai donc écouté le Bergakungen, c'est mignon mais je dois avouer ne pas y avoir trouvé vraiment plus que de la jolie vignette pas franchement très marquante. Je m'attaquerai aux symphonies bientôt (à la réflexion, je me demande si je n'ai pas déjà entendu la quatrième, on verra si ça me revient à l'écoute...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 7 Oct 2018 - 19:02

Roupoil a écrit:
J'ai donc écouté le Bergakungen,

Le -en final est l'article défini, tu deux donc dire écouté le Bergakung ou écouté Bergakungen ; ça sert à rien de le dire, mais c'est une propriété rigolote des langues scandinaves, l'article défini enclitique. Et ça me fait briller à peu de frais en ayant lu la première page d'une grammaire. cool-blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Roupoil
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 347
Age : 37
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Lun 5 Nov 2018 - 11:54

Comme planifié il y a quelques semaines, j'ai écouté les symphonies d'Alfven (enfin, les quatre première pour l'instant, je m'aperçois qu'il en reste une cinquième). Pas de découverte majeure pour moi mais c'est dans l'ensemble intéressant. J'avoue avoir ressenti un plaisir presque coupable à l'écoute de la Première, c'est pas toujours très subtil (l'utilisation des cuivres fait même dresser les cheveux sur la tête par moments), mais il y a une telle débauche d'énergie dans ce premier mouvement que ça finit par m'emporter. Le reste est assez anecdotique. La Deuxième est un drôle d'objet musicalement anachronique : des développements très beethovéniens dans les premiers mouvements (sauf que le mouvement lent s'étend quand même sur près de 20 minutes), et carrément un prélude et fugue en guise de dernier mouvement (assez poussive la fugue d'ailleurs). Bon, porquoi pas, et c'est plutôt agréable, m'enfin ça n'a rien d'inoubliable. Ca le reste toutefois plus que la Troisième que j'ai déjà de fait complètement oubliée. La Quatrième est évidemment autrement plus marquante, avec sa forme et son utilisation de voix (sans paroles) assez audacieuses. Le langage musical est également beaucoup plus moderne que dans les précédentes. Au début j'ai été franchement intrigué (l'introduction est mystérieuse et réussie, l'introduction des voix déroute), puis j'avoue m'être un peu lassé. Honnêtement, je ne vois pas vraiment ce qu'apporte l'utilisation des voix, et par ailleurs ça manque quand même de direction claire, notamment dans le "mouvement lent" (dans la version que j'ai écoutée, c'est découpé en quatre morceaux, ce qui n'est pas toujours le cas puisque tout s'enchaine) qui ne m'a pas convaincu. Et puis, nouveau revirement dans les dernières minutes que j'ai à nouveau trouvées très séduisantes. Une oeuvre étonnante assurément, et à découvrir, même si je ne suis pas totalement convaincu pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   Dim 11 Nov 2018 - 13:28

Bon, je voudrais bien te disputer, mais tu as l'air de tellement bonne volonté (pas comme ce monkey de Cololi ) que j'ai mauvaise conscience. Tout de même, tu as bien senti l'élan de la 1 et l'originalité de la 4, alors si ça prend pas, hé bien je n'ai pas grand'chose à ajouter.

Ah si, peut-être, les affaires de version : Neeme Järvi est très bien, mais un peu lisse (surtout pour la 4), si tu es passé par là, Willén et surtout Westerberg (tranchant, plus radical, plus lisible aussi, on perçoit bien mieux les logiques chez lui) pourraient t'aider lors d'une éventuelle réécoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hugo Alfvén (1872-1960)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hugo Alfvén (1872-1960)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hugo Alfven
» Hugo Diaz
» Clara Haskil (1895 1960)
» Mingus At Antibes (1960)
» Enregistrements d'avant 1960

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: