Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Dim 28 Déc 2008 - 2:19



http://fr.wikipedia.org/wiki/Gonzalo_Rubalcaba

Un pianiste cubain qui m'a beaucoup plu. Une groupe de musiciens virtuoses. Une ambiance latino très nette mais un langage très moderne, Jérôme pourra peut-être nous dire à quoi il se rattache.

J'adore supernova 1 et son piano tendu, très syncopé, les solos emportés à la limite de la dissociation, rythme et harmonie décousues qui imposent à l'auditeur une grande attention. C'est ce qui me plaît beaucoup dans cet album, cette tension qui pousse à une écoute appuyée, on ne feignasse pas à écouter ceci. J'ai plus apprécié le fameux El Cadete Constitutional, que lors d'une première écoute, des thèmes rumba avec un accompagnement de synthé un peu envahissant pour moi. Je me délecte du Alma mia. C'est là tout le contraire, un sacré jeu de séducteur avec ce son très riche, ce piano qui sait y faire, très classe. Le batteur qui caresse ses caisses. A noter une prise de son "dans le clavecin". Ambiance qu'on retrouve dans le doux Otra Mirada. El manicero qui est endiablé, irrésistible, tout cuba danse, mais toujours avec une concision des moyens, un piano qui devient roué, enjôleur et voluptueux puis sombre et glacé, presque implacable. Des musiciens en osmose. Une idée d'un mouvement perpétuel latino. Un de mes titres préférés.
Supernova 2 reprend ce discours très moderne, urbain, heurté, discontinu, pressé, technique. L'espèce de solo entre le piano et une percu genre woodblock est très chouette. The Hard One, bien nommé, très complexe je pense, un piano qui lance un thème presque atonal, très distendu harmoniquement et rythmiquement. Ça prend la tête mais dans le bon sens. Very Happy
La dernière piste est presque une comptine, une berceuse, Oren sous-titrée Pray. Après toutes ces envolées ambitieuses, quelque chose de simple dans la mélodie. C'est très attachant comme façon de se quitter.

Edit: Mais on ne se quitte pas, on remet le disque au début. Mr. Green


Dernière édition par natrav le Mer 1 Avr 2009 - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Dim 28 Déc 2008 - 2:30

natrav a écrit:
Une ambiance latino très nette mais un langage très moderne, Jérôme pourra peut-être nous dire à quoi il se rattache.
C'est du latin jazz, un style de musique à part entière, né comme son nom l'indique du jazz et des musiques afro-caribéennes.
Chucho Valdes (fils de Bebo Valdes) est un précurseur, un énorme virtuose.
Aujourd'hui, on peut citer Danilo Perez (la finesse), Michel Camilo (très puissant mais un peu trop sportif à mon goût), Mark Levine (moins flamboyant mais sympathique).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Jeu 18 Juil 2013 - 20:15



Gonzalo Rubalcaba - XXI century - 2011

Ce disque ne me lasse pas, depuis un an d'écoutes répétées.
C'est à mon sens, avec Supernova et le disque en solo , l'un des trois chefs-d'oeuvre de Gonzalo Rubalcaba.

Rubalcaba au piano, Matt Brewer à la basse et Marcus Gilmore à la batterie forment le trio de base.
Le percussionniste-chanteur Pedrito Martinez complète la rythmique sur les titres où l'inspiration cubaine est la plus prononcée (une bonne moitié de l'album). Deux guitaristes sont également invités, dont le génial Lionel Loueke, spécialiste en bruits de bouche et en racines africaines bien digérées. Le tempo général du disque est dans les médiums, à part deux ballades plus suspendues, et le tout baigne dans un optimiste enveloppant et régénérateur - "a necessary timeless symphony of love", dixit Gonzalo.

Aux premières écoutes, c'est cette lumière générale que j'avais d'abord perçue, le balancement bienveillant de ces morceaux coulant sans effort les uns à la suite des autres. Rien que pour ça, ce disque est recommandable, surtout en plein été : il est frais, et il donne le sourire.

Le deuxième effet kiss kool, qui pour ma part n'est apparu que progressivement, c'est la richesse magnifique des compos (Rubalcaba en signe trois, et ses compères deux autres), et la sensibilité phénoménale du jeu. Comme compositeur, Rubalcaba a déjà un long passé derrière lui, souvent très sophistiqué, parfois à la limite du prog-latino-fusion-choucroute, il faut bien avouer. Même s'il y a de superbes choses dans ces productions des années 90, c'est pour moi avec Supernova, en 2001, qu'il avait commencé à écrire des trucs vraiment magnifiques. Dix ans plus tard, il se dégage de ses nouveaux thèmes une impression de maturité impériale, il compose désormais tout en finesse, riche et original, mais avec retenue... en un mot, c'est la mozerfuckin' classe. Au piano, le toucher est solide et perlé (on sent bien l'héritage de Chick Corea), mais avec une souplesse et une capacité à l'économie qui, perso, me laisse pantois.

Ceci, pour répondre à Niko qui me demandait quoi écouter pour mieux cerner le bonhomme. Ben... ça, pardi ! Very Happy

Il existe une vidéo de la session d'enregistrement de son XXI, petit thème marrant joué auparavant par le maestro Chucho Valdes, et qui sert de tremplin à une sorte de descarga, où le plaisir de jouer ensemble crève les oreilles.
http://www.youtube.com/watch?v=MJY4AX-Fg1A
(vidéo mise en ligne par la maison de disques elle-même).

A part ça, le morceau Oshun est pour moi un point fort du disque, pour la beauté rayonnante de l'arrangement. On peut l'écouter sur ce blog, où Rubalcaba propose l'écoute gratuite de certains morceaux :
http://www.g-rubalcaba.com/blog/
(sélectionner "Oshun" dans le player sur la droite).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 15770
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Mar 23 Juil 2013 - 17:07

A voir. Surprised 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Mar 23 Juil 2013 - 18:15

ouadouioumine ?... scratch 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 15770
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Mar 23 Juil 2013 - 21:35

Je veux dire:à écouter pour voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeno
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4648
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Mar 23 Juil 2013 - 21:53

Tien, c'est drôle, on ne dirait jamais "à voir pour écouter".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac
avatar

Nombre de messages : 12831
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Mer 24 Juil 2013 - 0:34

mais on peut dire, bien que ce soit un peu directif, "faudrait voir à écouter".

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Mer 24 Juil 2013 - 19:23

Alifie a écrit:
ça, par exemple, mais pour jerome c'est probablement déjà fait.
- Haden & Rubalcaba - Montreal tapes -

Oui, bien sûr, et grâce à toi d'ailleurs.
Pour moi c'est sans commune mesure avec ce qu'il fait dans le créneau latin-jazz : moins personnel, plus "déjà entendu", c'est du jazz-jazz plutôt démonstratif et dans ce domaine j'apprécie certes sa vivacité et sa technique virtuose, mais je trouve que ça tourne un peu en rond. Il y a de beaux moments assez fréquemment, mais au milieu on contemple une espèce de "routine de l'excellence" que je trouve vite grise. J'ai écouté une grande partie de sa production, et on retrouve ce style dans pas mal de disques (en trio, surtout). A mon goût, il faut faire un gros tri pour trouver les perles ; et, bonne nouvelle, plus il veillit, plus il en pond. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   Dim 15 Déc 2013 - 10:40

Le magnifique concert du 13 novembre à Pontoise est dispo en podcast :
http://www.francemusique.fr/emission/jazz-club/2013-2014/gonzalo-rubalcaba-solo-dans-le-cadre-de-jazz-au-fil-de-l-oise-11-29-2013-00-00
Gonzalo Rubalcaba, piano solo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [jazz] Gonzalo Rubalcaba (1963)
» My name is Albert Ayler (1963)/ Free Jazz
» [Jazz] Sonny Rollins
» [jazz] Théorie (notations d'accords)
» [Jazz] Dix-huit albums pour l'île déserte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Autres musiques :: Autres styles-
Sauter vers: